undefined cover
undefined cover
VISION #8 - ESTELLE HANANIA cover
VISION #8 - ESTELLE HANANIA cover
Vision(s)

VISION #8 - ESTELLE HANANIA

VISION #8 - ESTELLE HANANIA

1h02 |12/02/2021
Listen
undefined cover
undefined cover
VISION #8 - ESTELLE HANANIA cover
VISION #8 - ESTELLE HANANIA cover
Vision(s)

VISION #8 - ESTELLE HANANIA

VISION #8 - ESTELLE HANANIA

1h02 |12/02/2021
Listen

Description

Chaque vision est singulière, porteuse de sens et de changement. Le but de ce format est de rassembler de nombreux artistes et que chacun nous délivre sa vision et son expérience de la photographie.

« Avec du recul, le corps est le sujet principal de mon travail. C’est le corps qu’on maquille, qu’on costume, qu’on démultiplie, qu’on imite. C’est une matière infinie d’inspiration. L’humain aussi et la psychologie de certaines personnes. Je dirais que je suis aussi intéressée par les marges, les gens qui paraissent un peu hors-circuit, hors-normes, qui challengent ces normes ou qui n’ont pas peur de se montrer à côté de ce qu’on attend d’eux... »

Ces quelques mots sont tirés de ce huitième podcast dans un format Vision avec Estelle Hanania, photographe française de 41 ans, qui nous dévoile ici l’essence de son travail. 

Diplômée des Beaux-Arts de Paris et lauréate du prix de photographie du Festival de Hyères, récemment exposée à la MEP, Estelle Hanania ne peut pas être réduite à une seule forme artistique. Sa pratique se situe à la frontière de plusieurs territoires : photographie plasticienne, documentaire ou même de rue. Ces dernières années, elle crée différents projets qui jouent avec les perceptions des spectateurs : entre réalité et fiction et visible et invisible. Ses photographies sont complexes, mystérieuses, ésotériques, drôles parfois.

En parallèle, Estelle Hanania est représentée par l’agence M.A.P. et a une pratique de la photographie de mode, en lien avec l’esthétique et les sujets de son travail personnel. 

Dans ce podcast passionnant d'environ une heure, nous abordons avec elle différents sujets : ses livres, son parcours et son évolution, son intérêt premier pour les rites, costumes et folklore et ses diverses collaborations, notamment avec la chorégraphe Gisèle Vienne dernièrement… À vos écouteurs, casques, enceintes et bonne écoute !

Nous soutenir

https://visionspodcast.fr/nous-soutenir/

Pour aller plus loin

Les Krims, Abbas Kiarostami, Les Blank, Makala d’Emmanuel Gras, Danielle Jacqui, Cassandro « El Exotico », George Grosz, Masques des Alpes de Clemens Zerling, Scrapbooks (1969-1985) de Walter Pfeiffer, Casa de Lava de Pedro Costa, Le diable sucré de Christine Armengaud.

Liens

https://www.instagram.com/estellehanania

https://www.estellehanania.com/

https://www.instagram.com/podcastvisions/

https://www.visionspodcast.fr/

Description

Chaque vision est singulière, porteuse de sens et de changement. Le but de ce format est de rassembler de nombreux artistes et que chacun nous délivre sa vision et son expérience de la photographie.

« Avec du recul, le corps est le sujet principal de mon travail. C’est le corps qu’on maquille, qu’on costume, qu’on démultiplie, qu’on imite. C’est une matière infinie d’inspiration. L’humain aussi et la psychologie de certaines personnes. Je dirais que je suis aussi intéressée par les marges, les gens qui paraissent un peu hors-circuit, hors-normes, qui challengent ces normes ou qui n’ont pas peur de se montrer à côté de ce qu’on attend d’eux... »

Ces quelques mots sont tirés de ce huitième podcast dans un format Vision avec Estelle Hanania, photographe française de 41 ans, qui nous dévoile ici l’essence de son travail. 

Diplômée des Beaux-Arts de Paris et lauréate du prix de photographie du Festival de Hyères, récemment exposée à la MEP, Estelle Hanania ne peut pas être réduite à une seule forme artistique. Sa pratique se situe à la frontière de plusieurs territoires : photographie plasticienne, documentaire ou même de rue. Ces dernières années, elle crée différents projets qui jouent avec les perceptions des spectateurs : entre réalité et fiction et visible et invisible. Ses photographies sont complexes, mystérieuses, ésotériques, drôles parfois.

En parallèle, Estelle Hanania est représentée par l’agence M.A.P. et a une pratique de la photographie de mode, en lien avec l’esthétique et les sujets de son travail personnel. 

Dans ce podcast passionnant d'environ une heure, nous abordons avec elle différents sujets : ses livres, son parcours et son évolution, son intérêt premier pour les rites, costumes et folklore et ses diverses collaborations, notamment avec la chorégraphe Gisèle Vienne dernièrement… À vos écouteurs, casques, enceintes et bonne écoute !

Nous soutenir

https://visionspodcast.fr/nous-soutenir/

Pour aller plus loin

Les Krims, Abbas Kiarostami, Les Blank, Makala d’Emmanuel Gras, Danielle Jacqui, Cassandro « El Exotico », George Grosz, Masques des Alpes de Clemens Zerling, Scrapbooks (1969-1985) de Walter Pfeiffer, Casa de Lava de Pedro Costa, Le diable sucré de Christine Armengaud.

Liens

https://www.instagram.com/estellehanania

https://www.estellehanania.com/

https://www.instagram.com/podcastvisions/

https://www.visionspodcast.fr/

Share

Embed

You may also like

Description

Chaque vision est singulière, porteuse de sens et de changement. Le but de ce format est de rassembler de nombreux artistes et que chacun nous délivre sa vision et son expérience de la photographie.

« Avec du recul, le corps est le sujet principal de mon travail. C’est le corps qu’on maquille, qu’on costume, qu’on démultiplie, qu’on imite. C’est une matière infinie d’inspiration. L’humain aussi et la psychologie de certaines personnes. Je dirais que je suis aussi intéressée par les marges, les gens qui paraissent un peu hors-circuit, hors-normes, qui challengent ces normes ou qui n’ont pas peur de se montrer à côté de ce qu’on attend d’eux... »

Ces quelques mots sont tirés de ce huitième podcast dans un format Vision avec Estelle Hanania, photographe française de 41 ans, qui nous dévoile ici l’essence de son travail. 

Diplômée des Beaux-Arts de Paris et lauréate du prix de photographie du Festival de Hyères, récemment exposée à la MEP, Estelle Hanania ne peut pas être réduite à une seule forme artistique. Sa pratique se situe à la frontière de plusieurs territoires : photographie plasticienne, documentaire ou même de rue. Ces dernières années, elle crée différents projets qui jouent avec les perceptions des spectateurs : entre réalité et fiction et visible et invisible. Ses photographies sont complexes, mystérieuses, ésotériques, drôles parfois.

En parallèle, Estelle Hanania est représentée par l’agence M.A.P. et a une pratique de la photographie de mode, en lien avec l’esthétique et les sujets de son travail personnel. 

Dans ce podcast passionnant d'environ une heure, nous abordons avec elle différents sujets : ses livres, son parcours et son évolution, son intérêt premier pour les rites, costumes et folklore et ses diverses collaborations, notamment avec la chorégraphe Gisèle Vienne dernièrement… À vos écouteurs, casques, enceintes et bonne écoute !

Nous soutenir

https://visionspodcast.fr/nous-soutenir/

Pour aller plus loin

Les Krims, Abbas Kiarostami, Les Blank, Makala d’Emmanuel Gras, Danielle Jacqui, Cassandro « El Exotico », George Grosz, Masques des Alpes de Clemens Zerling, Scrapbooks (1969-1985) de Walter Pfeiffer, Casa de Lava de Pedro Costa, Le diable sucré de Christine Armengaud.

Liens

https://www.instagram.com/estellehanania

https://www.estellehanania.com/

https://www.instagram.com/podcastvisions/

https://www.visionspodcast.fr/

Description

Chaque vision est singulière, porteuse de sens et de changement. Le but de ce format est de rassembler de nombreux artistes et que chacun nous délivre sa vision et son expérience de la photographie.

« Avec du recul, le corps est le sujet principal de mon travail. C’est le corps qu’on maquille, qu’on costume, qu’on démultiplie, qu’on imite. C’est une matière infinie d’inspiration. L’humain aussi et la psychologie de certaines personnes. Je dirais que je suis aussi intéressée par les marges, les gens qui paraissent un peu hors-circuit, hors-normes, qui challengent ces normes ou qui n’ont pas peur de se montrer à côté de ce qu’on attend d’eux... »

Ces quelques mots sont tirés de ce huitième podcast dans un format Vision avec Estelle Hanania, photographe française de 41 ans, qui nous dévoile ici l’essence de son travail. 

Diplômée des Beaux-Arts de Paris et lauréate du prix de photographie du Festival de Hyères, récemment exposée à la MEP, Estelle Hanania ne peut pas être réduite à une seule forme artistique. Sa pratique se situe à la frontière de plusieurs territoires : photographie plasticienne, documentaire ou même de rue. Ces dernières années, elle crée différents projets qui jouent avec les perceptions des spectateurs : entre réalité et fiction et visible et invisible. Ses photographies sont complexes, mystérieuses, ésotériques, drôles parfois.

En parallèle, Estelle Hanania est représentée par l’agence M.A.P. et a une pratique de la photographie de mode, en lien avec l’esthétique et les sujets de son travail personnel. 

Dans ce podcast passionnant d'environ une heure, nous abordons avec elle différents sujets : ses livres, son parcours et son évolution, son intérêt premier pour les rites, costumes et folklore et ses diverses collaborations, notamment avec la chorégraphe Gisèle Vienne dernièrement… À vos écouteurs, casques, enceintes et bonne écoute !

Nous soutenir

https://visionspodcast.fr/nous-soutenir/

Pour aller plus loin

Les Krims, Abbas Kiarostami, Les Blank, Makala d’Emmanuel Gras, Danielle Jacqui, Cassandro « El Exotico », George Grosz, Masques des Alpes de Clemens Zerling, Scrapbooks (1969-1985) de Walter Pfeiffer, Casa de Lava de Pedro Costa, Le diable sucré de Christine Armengaud.

Liens

https://www.instagram.com/estellehanania

https://www.estellehanania.com/

https://www.instagram.com/podcastvisions/

https://www.visionspodcast.fr/

Share

Embed

You may also like