Ep 8 - Alexandre Coffre - Rêver d'être cinéaste, puis faire 4 longs métrages cover
Ep 8 - Alexandre Coffre - Rêver d'être cinéaste, puis faire 4 longs métrages cover
We are all Medias

Ep 8 - Alexandre Coffre - Rêver d'être cinéaste, puis faire 4 longs métrages

Ep 8 - Alexandre Coffre - Rêver d'être cinéaste, puis faire 4 longs métrages

1h25 |12/02/2020
Listen
Ep 8 - Alexandre Coffre - Rêver d'être cinéaste, puis faire 4 longs métrages cover
Ep 8 - Alexandre Coffre - Rêver d'être cinéaste, puis faire 4 longs métrages cover
We are all Medias

Ep 8 - Alexandre Coffre - Rêver d'être cinéaste, puis faire 4 longs métrages

Ep 8 - Alexandre Coffre - Rêver d'être cinéaste, puis faire 4 longs métrages

1h25 |12/02/2020
Listen

Description

Aujourd’hui je reçois Alexandre Coffre, scénariste, directeur artistique et réalisateur de cinéma. Alexandre avait un rêve petit : être cinéaste. Il l’a rêvé et voulu si fort, que, quelques dizaines d’années plus tard, à 46 ans il a déjà tourné 4 longs-métrages, lancé François Damiens dans son premier rôle principal, dirigé Dany Boon, Tahar Rahim ou encore Christian Clavier, géré des budgets à presque 20 millions d’euros, et ses films ont été vus par des dizaines de millions de français.

Autodidacte, Alexandre nous raconte son parcours atypique et comment il s’est frayé un chemin dans le monde du cinéma à force de travail mais aussi en se nourrissant du travail de ses mentors ou à travers des lectures. 

On aborde le thème de la créativité, ainsi que la part de la chance dans la réussite. On parle des difficultés de monter un projet de long métrage mais aussi des coulisses de la réalisation d’un film. Enfin, on discute de l’avenir du cinéma et de la scission entre art et grand divertissement.

J’espère qu’à l’écoute de ce podcast, comme moi, vous apprendrez beaucoup sur le métier de réalisateur et le cinéma. Mais surtout à travers son histoire, Alexandre nous montre que le plus important quand on a un rêve c’est d’y croire et de tenir.

Description

Aujourd’hui je reçois Alexandre Coffre, scénariste, directeur artistique et réalisateur de cinéma. Alexandre avait un rêve petit : être cinéaste. Il l’a rêvé et voulu si fort, que, quelques dizaines d’années plus tard, à 46 ans il a déjà tourné 4 longs-métrages, lancé François Damiens dans son premier rôle principal, dirigé Dany Boon, Tahar Rahim ou encore Christian Clavier, géré des budgets à presque 20 millions d’euros, et ses films ont été vus par des dizaines de millions de français.

Autodidacte, Alexandre nous raconte son parcours atypique et comment il s’est frayé un chemin dans le monde du cinéma à force de travail mais aussi en se nourrissant du travail de ses mentors ou à travers des lectures. 

On aborde le thème de la créativité, ainsi que la part de la chance dans la réussite. On parle des difficultés de monter un projet de long métrage mais aussi des coulisses de la réalisation d’un film. Enfin, on discute de l’avenir du cinéma et de la scission entre art et grand divertissement.

J’espère qu’à l’écoute de ce podcast, comme moi, vous apprendrez beaucoup sur le métier de réalisateur et le cinéma. Mais surtout à travers son histoire, Alexandre nous montre que le plus important quand on a un rêve c’est d’y croire et de tenir.

Share

Embed

To listen also

Description

Aujourd’hui je reçois Alexandre Coffre, scénariste, directeur artistique et réalisateur de cinéma. Alexandre avait un rêve petit : être cinéaste. Il l’a rêvé et voulu si fort, que, quelques dizaines d’années plus tard, à 46 ans il a déjà tourné 4 longs-métrages, lancé François Damiens dans son premier rôle principal, dirigé Dany Boon, Tahar Rahim ou encore Christian Clavier, géré des budgets à presque 20 millions d’euros, et ses films ont été vus par des dizaines de millions de français.

Autodidacte, Alexandre nous raconte son parcours atypique et comment il s’est frayé un chemin dans le monde du cinéma à force de travail mais aussi en se nourrissant du travail de ses mentors ou à travers des lectures. 

On aborde le thème de la créativité, ainsi que la part de la chance dans la réussite. On parle des difficultés de monter un projet de long métrage mais aussi des coulisses de la réalisation d’un film. Enfin, on discute de l’avenir du cinéma et de la scission entre art et grand divertissement.

J’espère qu’à l’écoute de ce podcast, comme moi, vous apprendrez beaucoup sur le métier de réalisateur et le cinéma. Mais surtout à travers son histoire, Alexandre nous montre que le plus important quand on a un rêve c’est d’y croire et de tenir.

Description

Aujourd’hui je reçois Alexandre Coffre, scénariste, directeur artistique et réalisateur de cinéma. Alexandre avait un rêve petit : être cinéaste. Il l’a rêvé et voulu si fort, que, quelques dizaines d’années plus tard, à 46 ans il a déjà tourné 4 longs-métrages, lancé François Damiens dans son premier rôle principal, dirigé Dany Boon, Tahar Rahim ou encore Christian Clavier, géré des budgets à presque 20 millions d’euros, et ses films ont été vus par des dizaines de millions de français.

Autodidacte, Alexandre nous raconte son parcours atypique et comment il s’est frayé un chemin dans le monde du cinéma à force de travail mais aussi en se nourrissant du travail de ses mentors ou à travers des lectures. 

On aborde le thème de la créativité, ainsi que la part de la chance dans la réussite. On parle des difficultés de monter un projet de long métrage mais aussi des coulisses de la réalisation d’un film. Enfin, on discute de l’avenir du cinéma et de la scission entre art et grand divertissement.

J’espère qu’à l’écoute de ce podcast, comme moi, vous apprendrez beaucoup sur le métier de réalisateur et le cinéma. Mais surtout à travers son histoire, Alexandre nous montre que le plus important quand on a un rêve c’est d’y croire et de tenir.

Share

Embed

To listen also