54."Oblomov" de Ivan Gontcharov avec Didier Debroux cover
54."Oblomov" de Ivan Gontcharov avec Didier Debroux cover
4ème de couverture

54."Oblomov" de Ivan Gontcharov avec Didier Debroux

54."Oblomov" de Ivan Gontcharov avec Didier Debroux

29min |19/04/2021
Listen
54."Oblomov" de Ivan Gontcharov avec Didier Debroux cover
54."Oblomov" de Ivan Gontcharov avec Didier Debroux cover
4ème de couverture

54."Oblomov" de Ivan Gontcharov avec Didier Debroux

54."Oblomov" de Ivan Gontcharov avec Didier Debroux

29min |19/04/2021
Listen

Description

Oblomov publié en 1858 devient un mythe littéraire aussi vivant et emblématique en Russie que Don Juan, Don Quichotte ou Faust . Et ce mythe a inspiré un néologisme : l’oblomovisme. Une manière d’être, de penser et surtout de patienter, une manière slave de vivre. 

Oblomov, dans le moelleux de sa vieille robe de chambre orientale, est un propriétaire terrien. Un personnage qui laisse passer le temps. Parler de paresse serait trop simple. Oblomov se livre plutôt à une sorte de rêverie utopique et engourdissante. Alors il peut renouer avec les dorlotements de son enfance. Proie facile, il est exploité, grugé, dépouillé par son entourage. Et sa fiancée Olga a bien du mérite à vouloir le sauver. En fait, Oblomov va tout perdre, jusqu’à sa santé. Mais dans une sorte de bonheur léthargique, d’humilité et d’accomplissement accepté du destin. "Platon en robe de chambre" dit Gontcharov.

 « Une œuvre capitale », disait Tolstoï. « Servie par un talent éblouissant », ajoutait Dostoïevski.

Choix musical: Puccini « O soave fanciulla », La Bohème (version Placido Domingo, Montserrat Caballé – direction Sir Georg Solti) et Miles Davis : "Blue in Green" (album Kind of Blue)

Description

Oblomov publié en 1858 devient un mythe littéraire aussi vivant et emblématique en Russie que Don Juan, Don Quichotte ou Faust . Et ce mythe a inspiré un néologisme : l’oblomovisme. Une manière d’être, de penser et surtout de patienter, une manière slave de vivre. 

Oblomov, dans le moelleux de sa vieille robe de chambre orientale, est un propriétaire terrien. Un personnage qui laisse passer le temps. Parler de paresse serait trop simple. Oblomov se livre plutôt à une sorte de rêverie utopique et engourdissante. Alors il peut renouer avec les dorlotements de son enfance. Proie facile, il est exploité, grugé, dépouillé par son entourage. Et sa fiancée Olga a bien du mérite à vouloir le sauver. En fait, Oblomov va tout perdre, jusqu’à sa santé. Mais dans une sorte de bonheur léthargique, d’humilité et d’accomplissement accepté du destin. "Platon en robe de chambre" dit Gontcharov.

 « Une œuvre capitale », disait Tolstoï. « Servie par un talent éblouissant », ajoutait Dostoïevski.

Choix musical: Puccini « O soave fanciulla », La Bohème (version Placido Domingo, Montserrat Caballé – direction Sir Georg Solti) et Miles Davis : "Blue in Green" (album Kind of Blue)

Share

Embed

You may also like

Description

Oblomov publié en 1858 devient un mythe littéraire aussi vivant et emblématique en Russie que Don Juan, Don Quichotte ou Faust . Et ce mythe a inspiré un néologisme : l’oblomovisme. Une manière d’être, de penser et surtout de patienter, une manière slave de vivre. 

Oblomov, dans le moelleux de sa vieille robe de chambre orientale, est un propriétaire terrien. Un personnage qui laisse passer le temps. Parler de paresse serait trop simple. Oblomov se livre plutôt à une sorte de rêverie utopique et engourdissante. Alors il peut renouer avec les dorlotements de son enfance. Proie facile, il est exploité, grugé, dépouillé par son entourage. Et sa fiancée Olga a bien du mérite à vouloir le sauver. En fait, Oblomov va tout perdre, jusqu’à sa santé. Mais dans une sorte de bonheur léthargique, d’humilité et d’accomplissement accepté du destin. "Platon en robe de chambre" dit Gontcharov.

 « Une œuvre capitale », disait Tolstoï. « Servie par un talent éblouissant », ajoutait Dostoïevski.

Choix musical: Puccini « O soave fanciulla », La Bohème (version Placido Domingo, Montserrat Caballé – direction Sir Georg Solti) et Miles Davis : "Blue in Green" (album Kind of Blue)

Description

Oblomov publié en 1858 devient un mythe littéraire aussi vivant et emblématique en Russie que Don Juan, Don Quichotte ou Faust . Et ce mythe a inspiré un néologisme : l’oblomovisme. Une manière d’être, de penser et surtout de patienter, une manière slave de vivre. 

Oblomov, dans le moelleux de sa vieille robe de chambre orientale, est un propriétaire terrien. Un personnage qui laisse passer le temps. Parler de paresse serait trop simple. Oblomov se livre plutôt à une sorte de rêverie utopique et engourdissante. Alors il peut renouer avec les dorlotements de son enfance. Proie facile, il est exploité, grugé, dépouillé par son entourage. Et sa fiancée Olga a bien du mérite à vouloir le sauver. En fait, Oblomov va tout perdre, jusqu’à sa santé. Mais dans une sorte de bonheur léthargique, d’humilité et d’accomplissement accepté du destin. "Platon en robe de chambre" dit Gontcharov.

 « Une œuvre capitale », disait Tolstoï. « Servie par un talent éblouissant », ajoutait Dostoïevski.

Choix musical: Puccini « O soave fanciulla », La Bohème (version Placido Domingo, Montserrat Caballé – direction Sir Georg Solti) et Miles Davis : "Blue in Green" (album Kind of Blue)

Share

Embed

You may also like