Ep 28. Takeshi Kaikô "La muraille de Chine" avec Agnès Guillaume cover
Ep 28. Takeshi Kaikô "La muraille de Chine" avec Agnès Guillaume cover
4ème de couverture

Ep 28. Takeshi Kaikô "La muraille de Chine" avec Agnès Guillaume

Ep 28. Takeshi Kaikô "La muraille de Chine" avec Agnès Guillaume

29min |12/10/2020
Listen
Ep 28. Takeshi Kaikô "La muraille de Chine" avec Agnès Guillaume cover
Ep 28. Takeshi Kaikô "La muraille de Chine" avec Agnès Guillaume cover
4ème de couverture

Ep 28. Takeshi Kaikô "La muraille de Chine" avec Agnès Guillaume

Ep 28. Takeshi Kaikô "La muraille de Chine" avec Agnès Guillaume

29min |12/10/2020
Listen

Description

"La Muraille de Chine" de Takeshi Kaikô (Ed Philippe Picquier 1992) Taduit par Jacques Lalloz

Ecrit en 1959, l'auteur a alors 29 ans, "La Muraille de Chine, récit d'un fugitif " (la traduction exacte est Journal d'errance) est un long récit, rédigé, dit-on, en une nuit, qui évoque par sa forme même la pesanteur de la construction de la Muraille de Chine.

Dans ce récit historique, qui se situe dans la Chine du IIIème siècle avant Jésus-Christ, le narrateur, un simple paysan chinois, observe et relate froidement l'évolution qu'il perçoit depuis son village minuscule, le destin de ces esclaves arrachés à leur terre, l'emprise de l'Empereur qui a apporté la paix mais aussi la peur, le bouc émissaire, les Barbares, ces porteurs de mort qui sont une menace permanente. Et voilà tout un peuple, accablé par la fatalité, jeté par la haine dans une gigantesque entreprise : participer à l'œuvre commune, la grande muraille, qui scelle un système de bureaucratie rationalisé et égalitaire, sous la houlette du Grand Empereur. Il est question de mégalomanie, de révolte, de cet homme qui trouvera en lui-même la force de survivre, de poser ses briques d'argile et de partir vers le désert.

Musique: "Giant Heart" de The Angelcy et Gladiator "Progeny"

Description

"La Muraille de Chine" de Takeshi Kaikô (Ed Philippe Picquier 1992) Taduit par Jacques Lalloz

Ecrit en 1959, l'auteur a alors 29 ans, "La Muraille de Chine, récit d'un fugitif " (la traduction exacte est Journal d'errance) est un long récit, rédigé, dit-on, en une nuit, qui évoque par sa forme même la pesanteur de la construction de la Muraille de Chine.

Dans ce récit historique, qui se situe dans la Chine du IIIème siècle avant Jésus-Christ, le narrateur, un simple paysan chinois, observe et relate froidement l'évolution qu'il perçoit depuis son village minuscule, le destin de ces esclaves arrachés à leur terre, l'emprise de l'Empereur qui a apporté la paix mais aussi la peur, le bouc émissaire, les Barbares, ces porteurs de mort qui sont une menace permanente. Et voilà tout un peuple, accablé par la fatalité, jeté par la haine dans une gigantesque entreprise : participer à l'œuvre commune, la grande muraille, qui scelle un système de bureaucratie rationalisé et égalitaire, sous la houlette du Grand Empereur. Il est question de mégalomanie, de révolte, de cet homme qui trouvera en lui-même la force de survivre, de poser ses briques d'argile et de partir vers le désert.

Musique: "Giant Heart" de The Angelcy et Gladiator "Progeny"

Share

Embed

To listen also

Description

"La Muraille de Chine" de Takeshi Kaikô (Ed Philippe Picquier 1992) Taduit par Jacques Lalloz

Ecrit en 1959, l'auteur a alors 29 ans, "La Muraille de Chine, récit d'un fugitif " (la traduction exacte est Journal d'errance) est un long récit, rédigé, dit-on, en une nuit, qui évoque par sa forme même la pesanteur de la construction de la Muraille de Chine.

Dans ce récit historique, qui se situe dans la Chine du IIIème siècle avant Jésus-Christ, le narrateur, un simple paysan chinois, observe et relate froidement l'évolution qu'il perçoit depuis son village minuscule, le destin de ces esclaves arrachés à leur terre, l'emprise de l'Empereur qui a apporté la paix mais aussi la peur, le bouc émissaire, les Barbares, ces porteurs de mort qui sont une menace permanente. Et voilà tout un peuple, accablé par la fatalité, jeté par la haine dans une gigantesque entreprise : participer à l'œuvre commune, la grande muraille, qui scelle un système de bureaucratie rationalisé et égalitaire, sous la houlette du Grand Empereur. Il est question de mégalomanie, de révolte, de cet homme qui trouvera en lui-même la force de survivre, de poser ses briques d'argile et de partir vers le désert.

Musique: "Giant Heart" de The Angelcy et Gladiator "Progeny"

Description

"La Muraille de Chine" de Takeshi Kaikô (Ed Philippe Picquier 1992) Taduit par Jacques Lalloz

Ecrit en 1959, l'auteur a alors 29 ans, "La Muraille de Chine, récit d'un fugitif " (la traduction exacte est Journal d'errance) est un long récit, rédigé, dit-on, en une nuit, qui évoque par sa forme même la pesanteur de la construction de la Muraille de Chine.

Dans ce récit historique, qui se situe dans la Chine du IIIème siècle avant Jésus-Christ, le narrateur, un simple paysan chinois, observe et relate froidement l'évolution qu'il perçoit depuis son village minuscule, le destin de ces esclaves arrachés à leur terre, l'emprise de l'Empereur qui a apporté la paix mais aussi la peur, le bouc émissaire, les Barbares, ces porteurs de mort qui sont une menace permanente. Et voilà tout un peuple, accablé par la fatalité, jeté par la haine dans une gigantesque entreprise : participer à l'œuvre commune, la grande muraille, qui scelle un système de bureaucratie rationalisé et égalitaire, sous la houlette du Grand Empereur. Il est question de mégalomanie, de révolte, de cet homme qui trouvera en lui-même la force de survivre, de poser ses briques d'argile et de partir vers le désert.

Musique: "Giant Heart" de The Angelcy et Gladiator "Progeny"

Share

Embed

To listen also