Ep21.Géraldine Schwarz "Les amnésiques" avec Amélie d'Outremont cover
Ep21.Géraldine Schwarz "Les amnésiques" avec Amélie d'Outremont cover
4ème de couverture

Ep21.Géraldine Schwarz "Les amnésiques" avec Amélie d'Outremont

Ep21.Géraldine Schwarz "Les amnésiques" avec Amélie d'Outremont

30min |13/07/2020
Listen
Ep21.Géraldine Schwarz "Les amnésiques" avec Amélie d'Outremont cover
Ep21.Géraldine Schwarz "Les amnésiques" avec Amélie d'Outremont cover
4ème de couverture

Ep21.Géraldine Schwarz "Les amnésiques" avec Amélie d'Outremont

Ep21.Géraldine Schwarz "Les amnésiques" avec Amélie d'Outremont

30min |13/07/2020
Listen

Description

L’hypothèse, fil rouge du livre de Géraldine Schwarz, est que, « sans la participation des Mitläufer, Hitler n’aurait pas été en mesure de commettre des crimes d’une telle ampleur. « Marcher avec le courant » était devenu une banalité.
C'est le point de départ d'une enquête passionnante au fil de trois générations sur les traces du travail de mémoire qui permit aux Allemands de passer d'une dictature à une démocratie. La rencontre de son père avec sa mère, fille d'un gendarme sous Vichy, est l'occasion pour l'auteur d'aborder les failles mémorielles en France où la glorification de la résistance a occulté les horreurs de la France de Vichy et sa participation active aux rafles des Juifs et aux envois vers les camps d’extermination. En Allemagne, ainsi que dans d'autres pays d’Europe, se sont installés dans une forme d’amnésie, pour « réunifier» leurs états.
La journaliste constate la recrudescence du nationalisme dans de nombreux pays d’Europe, principalement des pays qui n’ont pas fait le travail de mémoire que l’Allemagne de l’Ouest a fait de manière approfondie après la fin de la deuxième guerre. Elle pense qu’il y a un lien étroit entre cette espèce d’amnésie de l’horreur et la montée des radicalismes actuels en Europe. 

Musique : Leonard Cohen "Famous Blue Raincoat" et Brigitte "Battez-vous"

Description

L’hypothèse, fil rouge du livre de Géraldine Schwarz, est que, « sans la participation des Mitläufer, Hitler n’aurait pas été en mesure de commettre des crimes d’une telle ampleur. « Marcher avec le courant » était devenu une banalité.
C'est le point de départ d'une enquête passionnante au fil de trois générations sur les traces du travail de mémoire qui permit aux Allemands de passer d'une dictature à une démocratie. La rencontre de son père avec sa mère, fille d'un gendarme sous Vichy, est l'occasion pour l'auteur d'aborder les failles mémorielles en France où la glorification de la résistance a occulté les horreurs de la France de Vichy et sa participation active aux rafles des Juifs et aux envois vers les camps d’extermination. En Allemagne, ainsi que dans d'autres pays d’Europe, se sont installés dans une forme d’amnésie, pour « réunifier» leurs états.
La journaliste constate la recrudescence du nationalisme dans de nombreux pays d’Europe, principalement des pays qui n’ont pas fait le travail de mémoire que l’Allemagne de l’Ouest a fait de manière approfondie après la fin de la deuxième guerre. Elle pense qu’il y a un lien étroit entre cette espèce d’amnésie de l’horreur et la montée des radicalismes actuels en Europe. 

Musique : Leonard Cohen "Famous Blue Raincoat" et Brigitte "Battez-vous"

Share

Embed

To listen also

Description

L’hypothèse, fil rouge du livre de Géraldine Schwarz, est que, « sans la participation des Mitläufer, Hitler n’aurait pas été en mesure de commettre des crimes d’une telle ampleur. « Marcher avec le courant » était devenu une banalité.
C'est le point de départ d'une enquête passionnante au fil de trois générations sur les traces du travail de mémoire qui permit aux Allemands de passer d'une dictature à une démocratie. La rencontre de son père avec sa mère, fille d'un gendarme sous Vichy, est l'occasion pour l'auteur d'aborder les failles mémorielles en France où la glorification de la résistance a occulté les horreurs de la France de Vichy et sa participation active aux rafles des Juifs et aux envois vers les camps d’extermination. En Allemagne, ainsi que dans d'autres pays d’Europe, se sont installés dans une forme d’amnésie, pour « réunifier» leurs états.
La journaliste constate la recrudescence du nationalisme dans de nombreux pays d’Europe, principalement des pays qui n’ont pas fait le travail de mémoire que l’Allemagne de l’Ouest a fait de manière approfondie après la fin de la deuxième guerre. Elle pense qu’il y a un lien étroit entre cette espèce d’amnésie de l’horreur et la montée des radicalismes actuels en Europe. 

Musique : Leonard Cohen "Famous Blue Raincoat" et Brigitte "Battez-vous"

Description

L’hypothèse, fil rouge du livre de Géraldine Schwarz, est que, « sans la participation des Mitläufer, Hitler n’aurait pas été en mesure de commettre des crimes d’une telle ampleur. « Marcher avec le courant » était devenu une banalité.
C'est le point de départ d'une enquête passionnante au fil de trois générations sur les traces du travail de mémoire qui permit aux Allemands de passer d'une dictature à une démocratie. La rencontre de son père avec sa mère, fille d'un gendarme sous Vichy, est l'occasion pour l'auteur d'aborder les failles mémorielles en France où la glorification de la résistance a occulté les horreurs de la France de Vichy et sa participation active aux rafles des Juifs et aux envois vers les camps d’extermination. En Allemagne, ainsi que dans d'autres pays d’Europe, se sont installés dans une forme d’amnésie, pour « réunifier» leurs états.
La journaliste constate la recrudescence du nationalisme dans de nombreux pays d’Europe, principalement des pays qui n’ont pas fait le travail de mémoire que l’Allemagne de l’Ouest a fait de manière approfondie après la fin de la deuxième guerre. Elle pense qu’il y a un lien étroit entre cette espèce d’amnésie de l’horreur et la montée des radicalismes actuels en Europe. 

Musique : Leonard Cohen "Famous Blue Raincoat" et Brigitte "Battez-vous"

Share

Embed

To listen also