undefined cover
undefined cover
Épisode 23 - La littérature de l'écoute avec Ryōko Sekiguchi cover
Épisode 23 - La littérature de l'écoute avec Ryōko Sekiguchi cover
Assez parlé, le podcast qui donne envie d'écrire

Épisode 23 - La littérature de l'écoute avec Ryōko Sekiguchi

Épisode 23 - La littérature de l'écoute avec Ryōko Sekiguchi

44min |21/10/2022
Play
undefined cover
undefined cover
Épisode 23 - La littérature de l'écoute avec Ryōko Sekiguchi cover
Épisode 23 - La littérature de l'écoute avec Ryōko Sekiguchi cover
Assez parlé, le podcast qui donne envie d'écrire

Épisode 23 - La littérature de l'écoute avec Ryōko Sekiguchi

Épisode 23 - La littérature de l'écoute avec Ryōko Sekiguchi

44min |21/10/2022
Play

Description

Poétesse d’expression française, essayiste, romancière, traductrice née au Japon et installée en France depuis 25 ans, Ryoko Sekiguchi parle d'écriture comme d'un nouveau met qu'elle s'apprête à déguster. Le plaisir et la légèreté semblent à chaque fois se renouveler. Pendant son enfance, elle considérait qu’elle ne parviendrait jamais à écrire car elle ne se sentait pas capable d’ « inventer d'histoires ». Elle imaginait un lapin mais le laissait aussitôt de côté car elle ne savait pas où l’emmener. Alors pour assouvir sa soif littéraire (et retrouver tous ces lapins abandonnés !), elle pensait devenir bibliothécaire.


A 16 ans, Ryoko Sekiguchi découvre que l’on peut inventer des mondes sans forcément commencer par "il était une fois". La voilà donc poétesse et très vite primée par un jury de poésie pourtant peu ouvert d’esprit avec les femmes de lettres.

Autrice d'une vingtaine de livres en français et en japonais, elle a aujourd'hui imposé sa voix comme la poétesse et écrivaine de langue française la plus reconnue pour écrire, sublimer et penser les langues, les cuisines et les parfums du monde ! Ses thèmes de prédilection sont la gastronomie, la poésie, les voyages, les mots et les êtres. Son dernier livre, 961 heures à Beyrouth et 321 plats qui les accompagnent vient de paraître chez Folio. 


Dans cet épisode, un hors-série enregistré en public sous la forme d’une masterclasse suivie d’exercices d’écriture à l’école Les Mots le 22 septembre 2022, elle raconte son étonnant parcours, de Tokyo à Paris en passant par Beyrouth, son rapport aux langues qui lui donnent l’impression d’habiter d’autres corps que le sien, son rapport aux villes, aux odeurs, aux goûts mais surtout aux voix des êtres (et parfois des choses) avec lesquelles elle tisse ce qu’on appelle en japonais le “kikigaki”, une littérature de l’écoute (un terme intraduisible en français). La conversation si joueuse, parfois fantasque et profonde sur son rapport à l'écriture a été suivie d’exercices créatifs auxquels les personnes présentes ont pu se prêter.

Livres cités pendant l’épisode

Cassiopée Péca, 1993  

Calque, P.O.L, 2001.  

Ce n'est pas un hasard, Chronique japonaise, P.O.L., 2011.  

L'Astringent, éditions Argol, coll. Vivres, 2012.  

Manger fantôme, Argol, coll. Vivres, 2012.  

Le Club des gourmets et autres cuisines japonaises, P.O.L, 2013.  

Fade, Les ateliers d'Argol, coll. Paradoxes, 2016.

Nagori, la nostalgie de la saison qui s'en va, P.O.L, 2018.  

961 heures à Beyrouth (et 321 plats qui les accompagnent), P.O.L., 2021


Crédits pour l’épisode 23

Création et réalisation : Lauren Malka. 

Montage : Lauren Malka 

Musique : “Machine à écrire” Paroles : Louise Pressager / Musique Ferdinand 

Identité graphique : Nina Jovanovic. 

Direction générale : Elise Nebout.

Description

Poétesse d’expression française, essayiste, romancière, traductrice née au Japon et installée en France depuis 25 ans, Ryoko Sekiguchi parle d'écriture comme d'un nouveau met qu'elle s'apprête à déguster. Le plaisir et la légèreté semblent à chaque fois se renouveler. Pendant son enfance, elle considérait qu’elle ne parviendrait jamais à écrire car elle ne se sentait pas capable d’ « inventer d'histoires ». Elle imaginait un lapin mais le laissait aussitôt de côté car elle ne savait pas où l’emmener. Alors pour assouvir sa soif littéraire (et retrouver tous ces lapins abandonnés !), elle pensait devenir bibliothécaire.


A 16 ans, Ryoko Sekiguchi découvre que l’on peut inventer des mondes sans forcément commencer par "il était une fois". La voilà donc poétesse et très vite primée par un jury de poésie pourtant peu ouvert d’esprit avec les femmes de lettres.

Autrice d'une vingtaine de livres en français et en japonais, elle a aujourd'hui imposé sa voix comme la poétesse et écrivaine de langue française la plus reconnue pour écrire, sublimer et penser les langues, les cuisines et les parfums du monde ! Ses thèmes de prédilection sont la gastronomie, la poésie, les voyages, les mots et les êtres. Son dernier livre, 961 heures à Beyrouth et 321 plats qui les accompagnent vient de paraître chez Folio. 


Dans cet épisode, un hors-série enregistré en public sous la forme d’une masterclasse suivie d’exercices d’écriture à l’école Les Mots le 22 septembre 2022, elle raconte son étonnant parcours, de Tokyo à Paris en passant par Beyrouth, son rapport aux langues qui lui donnent l’impression d’habiter d’autres corps que le sien, son rapport aux villes, aux odeurs, aux goûts mais surtout aux voix des êtres (et parfois des choses) avec lesquelles elle tisse ce qu’on appelle en japonais le “kikigaki”, une littérature de l’écoute (un terme intraduisible en français). La conversation si joueuse, parfois fantasque et profonde sur son rapport à l'écriture a été suivie d’exercices créatifs auxquels les personnes présentes ont pu se prêter.

Livres cités pendant l’épisode

Cassiopée Péca, 1993  

Calque, P.O.L, 2001.  

Ce n'est pas un hasard, Chronique japonaise, P.O.L., 2011.  

L'Astringent, éditions Argol, coll. Vivres, 2012.  

Manger fantôme, Argol, coll. Vivres, 2012.  

Le Club des gourmets et autres cuisines japonaises, P.O.L, 2013.  

Fade, Les ateliers d'Argol, coll. Paradoxes, 2016.

Nagori, la nostalgie de la saison qui s'en va, P.O.L, 2018.  

961 heures à Beyrouth (et 321 plats qui les accompagnent), P.O.L., 2021


Crédits pour l’épisode 23

Création et réalisation : Lauren Malka. 

Montage : Lauren Malka 

Musique : “Machine à écrire” Paroles : Louise Pressager / Musique Ferdinand 

Identité graphique : Nina Jovanovic. 

Direction générale : Elise Nebout.

Share

Embed

You may also like

Description

Poétesse d’expression française, essayiste, romancière, traductrice née au Japon et installée en France depuis 25 ans, Ryoko Sekiguchi parle d'écriture comme d'un nouveau met qu'elle s'apprête à déguster. Le plaisir et la légèreté semblent à chaque fois se renouveler. Pendant son enfance, elle considérait qu’elle ne parviendrait jamais à écrire car elle ne se sentait pas capable d’ « inventer d'histoires ». Elle imaginait un lapin mais le laissait aussitôt de côté car elle ne savait pas où l’emmener. Alors pour assouvir sa soif littéraire (et retrouver tous ces lapins abandonnés !), elle pensait devenir bibliothécaire.


A 16 ans, Ryoko Sekiguchi découvre que l’on peut inventer des mondes sans forcément commencer par "il était une fois". La voilà donc poétesse et très vite primée par un jury de poésie pourtant peu ouvert d’esprit avec les femmes de lettres.

Autrice d'une vingtaine de livres en français et en japonais, elle a aujourd'hui imposé sa voix comme la poétesse et écrivaine de langue française la plus reconnue pour écrire, sublimer et penser les langues, les cuisines et les parfums du monde ! Ses thèmes de prédilection sont la gastronomie, la poésie, les voyages, les mots et les êtres. Son dernier livre, 961 heures à Beyrouth et 321 plats qui les accompagnent vient de paraître chez Folio. 


Dans cet épisode, un hors-série enregistré en public sous la forme d’une masterclasse suivie d’exercices d’écriture à l’école Les Mots le 22 septembre 2022, elle raconte son étonnant parcours, de Tokyo à Paris en passant par Beyrouth, son rapport aux langues qui lui donnent l’impression d’habiter d’autres corps que le sien, son rapport aux villes, aux odeurs, aux goûts mais surtout aux voix des êtres (et parfois des choses) avec lesquelles elle tisse ce qu’on appelle en japonais le “kikigaki”, une littérature de l’écoute (un terme intraduisible en français). La conversation si joueuse, parfois fantasque et profonde sur son rapport à l'écriture a été suivie d’exercices créatifs auxquels les personnes présentes ont pu se prêter.

Livres cités pendant l’épisode

Cassiopée Péca, 1993  

Calque, P.O.L, 2001.  

Ce n'est pas un hasard, Chronique japonaise, P.O.L., 2011.  

L'Astringent, éditions Argol, coll. Vivres, 2012.  

Manger fantôme, Argol, coll. Vivres, 2012.  

Le Club des gourmets et autres cuisines japonaises, P.O.L, 2013.  

Fade, Les ateliers d'Argol, coll. Paradoxes, 2016.

Nagori, la nostalgie de la saison qui s'en va, P.O.L, 2018.  

961 heures à Beyrouth (et 321 plats qui les accompagnent), P.O.L., 2021


Crédits pour l’épisode 23

Création et réalisation : Lauren Malka. 

Montage : Lauren Malka 

Musique : “Machine à écrire” Paroles : Louise Pressager / Musique Ferdinand 

Identité graphique : Nina Jovanovic. 

Direction générale : Elise Nebout.

Description

Poétesse d’expression française, essayiste, romancière, traductrice née au Japon et installée en France depuis 25 ans, Ryoko Sekiguchi parle d'écriture comme d'un nouveau met qu'elle s'apprête à déguster. Le plaisir et la légèreté semblent à chaque fois se renouveler. Pendant son enfance, elle considérait qu’elle ne parviendrait jamais à écrire car elle ne se sentait pas capable d’ « inventer d'histoires ». Elle imaginait un lapin mais le laissait aussitôt de côté car elle ne savait pas où l’emmener. Alors pour assouvir sa soif littéraire (et retrouver tous ces lapins abandonnés !), elle pensait devenir bibliothécaire.


A 16 ans, Ryoko Sekiguchi découvre que l’on peut inventer des mondes sans forcément commencer par "il était une fois". La voilà donc poétesse et très vite primée par un jury de poésie pourtant peu ouvert d’esprit avec les femmes de lettres.

Autrice d'une vingtaine de livres en français et en japonais, elle a aujourd'hui imposé sa voix comme la poétesse et écrivaine de langue française la plus reconnue pour écrire, sublimer et penser les langues, les cuisines et les parfums du monde ! Ses thèmes de prédilection sont la gastronomie, la poésie, les voyages, les mots et les êtres. Son dernier livre, 961 heures à Beyrouth et 321 plats qui les accompagnent vient de paraître chez Folio. 


Dans cet épisode, un hors-série enregistré en public sous la forme d’une masterclasse suivie d’exercices d’écriture à l’école Les Mots le 22 septembre 2022, elle raconte son étonnant parcours, de Tokyo à Paris en passant par Beyrouth, son rapport aux langues qui lui donnent l’impression d’habiter d’autres corps que le sien, son rapport aux villes, aux odeurs, aux goûts mais surtout aux voix des êtres (et parfois des choses) avec lesquelles elle tisse ce qu’on appelle en japonais le “kikigaki”, une littérature de l’écoute (un terme intraduisible en français). La conversation si joueuse, parfois fantasque et profonde sur son rapport à l'écriture a été suivie d’exercices créatifs auxquels les personnes présentes ont pu se prêter.

Livres cités pendant l’épisode

Cassiopée Péca, 1993  

Calque, P.O.L, 2001.  

Ce n'est pas un hasard, Chronique japonaise, P.O.L., 2011.  

L'Astringent, éditions Argol, coll. Vivres, 2012.  

Manger fantôme, Argol, coll. Vivres, 2012.  

Le Club des gourmets et autres cuisines japonaises, P.O.L, 2013.  

Fade, Les ateliers d'Argol, coll. Paradoxes, 2016.

Nagori, la nostalgie de la saison qui s'en va, P.O.L, 2018.  

961 heures à Beyrouth (et 321 plats qui les accompagnent), P.O.L., 2021


Crédits pour l’épisode 23

Création et réalisation : Lauren Malka. 

Montage : Lauren Malka 

Musique : “Machine à écrire” Paroles : Louise Pressager / Musique Ferdinand 

Identité graphique : Nina Jovanovic. 

Direction générale : Elise Nebout.

Share

Embed

You may also like