#81 Le Dernier Atlas -  Fabien Vehlmann, Gwen De Bonneval, Hervé Tanquerelle cover
#81 Le Dernier Atlas -  Fabien Vehlmann, Gwen De Bonneval, Hervé Tanquerelle cover
C'est plus que de la SF

#81 Le Dernier Atlas - Fabien Vehlmann, Gwen De Bonneval, Hervé Tanquerelle

#81 Le Dernier Atlas - Fabien Vehlmann, Gwen De Bonneval, Hervé Tanquerelle

1h08 |05/09/2021
Listen
#81 Le Dernier Atlas -  Fabien Vehlmann, Gwen De Bonneval, Hervé Tanquerelle cover
#81 Le Dernier Atlas -  Fabien Vehlmann, Gwen De Bonneval, Hervé Tanquerelle cover
C'est plus que de la SF

#81 Le Dernier Atlas - Fabien Vehlmann, Gwen De Bonneval, Hervé Tanquerelle

#81 Le Dernier Atlas - Fabien Vehlmann, Gwen De Bonneval, Hervé Tanquerelle

1h08 |05/09/2021
Listen

Description


Une des meilleures uchronies françaises


Ambitieuse, impressionnante et surtout intelligente, la série du Dernier Atlas détonne dans le paysage de la bande dessinée. Ce projet hors-norme est imaginé par 5 artistes qui ont travaillé dans l’esprit d’un mini-studio de production pour arriver à produire une histoire de presque 700 pages en seulement trois ans. Avec un scénario qui croise le genre du polar, du premier contact et de l’uchronie, les scénaristes Fabien Vehlmann et Gwen de Bonneval tissent un patchwork cohérent. Bien malin celui qui aurait pu prédire que mêler La Guerre d’Algérie et ses traumatismes avec des robots géants aurait été si réussis. L’excellent design des méchas de Fred Blanchard, la fluidité des dessins d’Hervé Tanquerelle et la couleur de Laurence Croix impressionnent et portent Le Dernier Atlas comme une œuvre incontournable pour les amateurs de science-fiction. Une partie de l’équipe revient avec nous sur les coulisses, mais aussi les problématiques actuelles pour les auteurs de bande dessinée.

Description


Une des meilleures uchronies françaises


Ambitieuse, impressionnante et surtout intelligente, la série du Dernier Atlas détonne dans le paysage de la bande dessinée. Ce projet hors-norme est imaginé par 5 artistes qui ont travaillé dans l’esprit d’un mini-studio de production pour arriver à produire une histoire de presque 700 pages en seulement trois ans. Avec un scénario qui croise le genre du polar, du premier contact et de l’uchronie, les scénaristes Fabien Vehlmann et Gwen de Bonneval tissent un patchwork cohérent. Bien malin celui qui aurait pu prédire que mêler La Guerre d’Algérie et ses traumatismes avec des robots géants aurait été si réussis. L’excellent design des méchas de Fred Blanchard, la fluidité des dessins d’Hervé Tanquerelle et la couleur de Laurence Croix impressionnent et portent Le Dernier Atlas comme une œuvre incontournable pour les amateurs de science-fiction. Une partie de l’équipe revient avec nous sur les coulisses, mais aussi les problématiques actuelles pour les auteurs de bande dessinée.

Share

Embed

You may also like

Description


Une des meilleures uchronies françaises


Ambitieuse, impressionnante et surtout intelligente, la série du Dernier Atlas détonne dans le paysage de la bande dessinée. Ce projet hors-norme est imaginé par 5 artistes qui ont travaillé dans l’esprit d’un mini-studio de production pour arriver à produire une histoire de presque 700 pages en seulement trois ans. Avec un scénario qui croise le genre du polar, du premier contact et de l’uchronie, les scénaristes Fabien Vehlmann et Gwen de Bonneval tissent un patchwork cohérent. Bien malin celui qui aurait pu prédire que mêler La Guerre d’Algérie et ses traumatismes avec des robots géants aurait été si réussis. L’excellent design des méchas de Fred Blanchard, la fluidité des dessins d’Hervé Tanquerelle et la couleur de Laurence Croix impressionnent et portent Le Dernier Atlas comme une œuvre incontournable pour les amateurs de science-fiction. Une partie de l’équipe revient avec nous sur les coulisses, mais aussi les problématiques actuelles pour les auteurs de bande dessinée.

Description


Une des meilleures uchronies françaises


Ambitieuse, impressionnante et surtout intelligente, la série du Dernier Atlas détonne dans le paysage de la bande dessinée. Ce projet hors-norme est imaginé par 5 artistes qui ont travaillé dans l’esprit d’un mini-studio de production pour arriver à produire une histoire de presque 700 pages en seulement trois ans. Avec un scénario qui croise le genre du polar, du premier contact et de l’uchronie, les scénaristes Fabien Vehlmann et Gwen de Bonneval tissent un patchwork cohérent. Bien malin celui qui aurait pu prédire que mêler La Guerre d’Algérie et ses traumatismes avec des robots géants aurait été si réussis. L’excellent design des méchas de Fred Blanchard, la fluidité des dessins d’Hervé Tanquerelle et la couleur de Laurence Croix impressionnent et portent Le Dernier Atlas comme une œuvre incontournable pour les amateurs de science-fiction. Une partie de l’équipe revient avec nous sur les coulisses, mais aussi les problématiques actuelles pour les auteurs de bande dessinée.

Share

Embed

You may also like