Chien 51 - Laurent Gaudé #131 cover
Chien 51 - Laurent Gaudé #131 cover
C'est plus que de la SF

Chien 51 - Laurent Gaudé #131

Chien 51 - Laurent Gaudé #131

56min |11/09/2022
Play
Chien 51 - Laurent Gaudé #131 cover
Chien 51 - Laurent Gaudé #131 cover
C'est plus que de la SF

Chien 51 - Laurent Gaudé #131

Chien 51 - Laurent Gaudé #131

56min |11/09/2022
Play

Description

Laurent Gaudé présente Chien 51 aux éditions Actes Sud. L'ancien lauréat du Prix Goncourt et du Prix Goncourt des Lycéens s'essaye pour la première fois au polar et à la science-fiction. 


Le monde se divise en deux catégories 


Quand un auteur de littérature généraliste publie un roman de science-fiction comme Laurent Gaudé, le monde se divise en deux catégories. Il y a les optimistes, ceux qui sont heureux de voir que leur genre préféré intéresse de grands noms littéraires. Ses nouveaux entrants pourront clamer leur amour pour la science-fiction dans les médias. Ils pourront la promouvoir et proposer une vision du futur singulière. Les utopistes se diront même qu’ils seront de nouveau défenseurs d’un genre longtemps méprisé par les hautes sphères intellectuelles. 


Et puis il y a les grincheux. Ils viennent du fandom. Ils ont de la culture, de l’expérience, ils savent que les écrivains de littérature généralistes ont rarement publié de grandes œuvres de SF. Ils dénoncent, et souvent à raison, la faiblesse des imaginaires proposés. Dans ce groupe de mécontent, il y a toujours quelques auteurs qui hurlent à l’injustice. Alors que l’indifférence médiatique plane depuis des années sur le genre, le nouvel entrant va récupérer la lumière. Pire que tout, il vendra, chose malheureusement trop rare dans un marché qui souffre de la surproduction.

Évidemment, on a peur du pire. Imaginons que de plus en plus d’ auteurs de littérature généraliste commençaient à écrire de la science-fiction. Comment survivre face à ses envahisseurs ? Heureusement, c'est avec une grande envie et surtout une modestie que Laurent Gaudé s'essaye au genre avec un talent certain. Dans notre podcast, on veut que le premier contact entre les martiens se passe bien. Vous écoutez C’est Plus que de la SF, une émission qui a du chien.  

Description

Laurent Gaudé présente Chien 51 aux éditions Actes Sud. L'ancien lauréat du Prix Goncourt et du Prix Goncourt des Lycéens s'essaye pour la première fois au polar et à la science-fiction. 


Le monde se divise en deux catégories 


Quand un auteur de littérature généraliste publie un roman de science-fiction comme Laurent Gaudé, le monde se divise en deux catégories. Il y a les optimistes, ceux qui sont heureux de voir que leur genre préféré intéresse de grands noms littéraires. Ses nouveaux entrants pourront clamer leur amour pour la science-fiction dans les médias. Ils pourront la promouvoir et proposer une vision du futur singulière. Les utopistes se diront même qu’ils seront de nouveau défenseurs d’un genre longtemps méprisé par les hautes sphères intellectuelles. 


Et puis il y a les grincheux. Ils viennent du fandom. Ils ont de la culture, de l’expérience, ils savent que les écrivains de littérature généralistes ont rarement publié de grandes œuvres de SF. Ils dénoncent, et souvent à raison, la faiblesse des imaginaires proposés. Dans ce groupe de mécontent, il y a toujours quelques auteurs qui hurlent à l’injustice. Alors que l’indifférence médiatique plane depuis des années sur le genre, le nouvel entrant va récupérer la lumière. Pire que tout, il vendra, chose malheureusement trop rare dans un marché qui souffre de la surproduction.

Évidemment, on a peur du pire. Imaginons que de plus en plus d’ auteurs de littérature généraliste commençaient à écrire de la science-fiction. Comment survivre face à ses envahisseurs ? Heureusement, c'est avec une grande envie et surtout une modestie que Laurent Gaudé s'essaye au genre avec un talent certain. Dans notre podcast, on veut que le premier contact entre les martiens se passe bien. Vous écoutez C’est Plus que de la SF, une émission qui a du chien.  

Share

Embed

You may also like

Description

Laurent Gaudé présente Chien 51 aux éditions Actes Sud. L'ancien lauréat du Prix Goncourt et du Prix Goncourt des Lycéens s'essaye pour la première fois au polar et à la science-fiction. 


Le monde se divise en deux catégories 


Quand un auteur de littérature généraliste publie un roman de science-fiction comme Laurent Gaudé, le monde se divise en deux catégories. Il y a les optimistes, ceux qui sont heureux de voir que leur genre préféré intéresse de grands noms littéraires. Ses nouveaux entrants pourront clamer leur amour pour la science-fiction dans les médias. Ils pourront la promouvoir et proposer une vision du futur singulière. Les utopistes se diront même qu’ils seront de nouveau défenseurs d’un genre longtemps méprisé par les hautes sphères intellectuelles. 


Et puis il y a les grincheux. Ils viennent du fandom. Ils ont de la culture, de l’expérience, ils savent que les écrivains de littérature généralistes ont rarement publié de grandes œuvres de SF. Ils dénoncent, et souvent à raison, la faiblesse des imaginaires proposés. Dans ce groupe de mécontent, il y a toujours quelques auteurs qui hurlent à l’injustice. Alors que l’indifférence médiatique plane depuis des années sur le genre, le nouvel entrant va récupérer la lumière. Pire que tout, il vendra, chose malheureusement trop rare dans un marché qui souffre de la surproduction.

Évidemment, on a peur du pire. Imaginons que de plus en plus d’ auteurs de littérature généraliste commençaient à écrire de la science-fiction. Comment survivre face à ses envahisseurs ? Heureusement, c'est avec une grande envie et surtout une modestie que Laurent Gaudé s'essaye au genre avec un talent certain. Dans notre podcast, on veut que le premier contact entre les martiens se passe bien. Vous écoutez C’est Plus que de la SF, une émission qui a du chien.  

Description

Laurent Gaudé présente Chien 51 aux éditions Actes Sud. L'ancien lauréat du Prix Goncourt et du Prix Goncourt des Lycéens s'essaye pour la première fois au polar et à la science-fiction. 


Le monde se divise en deux catégories 


Quand un auteur de littérature généraliste publie un roman de science-fiction comme Laurent Gaudé, le monde se divise en deux catégories. Il y a les optimistes, ceux qui sont heureux de voir que leur genre préféré intéresse de grands noms littéraires. Ses nouveaux entrants pourront clamer leur amour pour la science-fiction dans les médias. Ils pourront la promouvoir et proposer une vision du futur singulière. Les utopistes se diront même qu’ils seront de nouveau défenseurs d’un genre longtemps méprisé par les hautes sphères intellectuelles. 


Et puis il y a les grincheux. Ils viennent du fandom. Ils ont de la culture, de l’expérience, ils savent que les écrivains de littérature généralistes ont rarement publié de grandes œuvres de SF. Ils dénoncent, et souvent à raison, la faiblesse des imaginaires proposés. Dans ce groupe de mécontent, il y a toujours quelques auteurs qui hurlent à l’injustice. Alors que l’indifférence médiatique plane depuis des années sur le genre, le nouvel entrant va récupérer la lumière. Pire que tout, il vendra, chose malheureusement trop rare dans un marché qui souffre de la surproduction.

Évidemment, on a peur du pire. Imaginons que de plus en plus d’ auteurs de littérature généraliste commençaient à écrire de la science-fiction. Comment survivre face à ses envahisseurs ? Heureusement, c'est avec une grande envie et surtout une modestie que Laurent Gaudé s'essaye au genre avec un talent certain. Dans notre podcast, on veut que le premier contact entre les martiens se passe bien. Vous écoutez C’est Plus que de la SF, une émission qui a du chien.  

Share

Embed

You may also like