#50 - Vladimir Cosma - Compositeur de génie & amoureux de Marseille cover
#50 - Vladimir Cosma - Compositeur de génie & amoureux de Marseille cover
Cité Radieuse par Caroline Bindel

#50 - Vladimir Cosma - Compositeur de génie & amoureux de Marseille

#50 - Vladimir Cosma - Compositeur de génie & amoureux de Marseille

28min |27/01/2021|

820

Listen
#50 - Vladimir Cosma - Compositeur de génie & amoureux de Marseille cover
#50 - Vladimir Cosma - Compositeur de génie & amoureux de Marseille cover
Cité Radieuse par Caroline Bindel

#50 - Vladimir Cosma - Compositeur de génie & amoureux de Marseille

#50 - Vladimir Cosma - Compositeur de génie & amoureux de Marseille

28min |27/01/2021|

820

Listen

Description

Pour ce 50ème épisode, l'invité se devait d'être exceptionnel ! 

Qui mieux que Vladimir Cosma pour nous parler de Marseille près de deux ans après le lancement de ce podcast ?! 

Le jour de l’enregistrement il trouve que sa voix est enrouée, moi je la trouve très douce et claire. J’aime la façon qu’il a de rouler les R, cet accent roumain qui ne l’a jamais quitté. Il s’intéresse à moi, s’étonne que l’on puisse enregistrer une émission avec si peu de matériel ! Il est curieux et j’adore ça. Je me sens toute petite face à ce géant, face à ce génie. C’est rare les gens géniaux, c’est surtout rare d’avoir la chance de pouvoir passer un peu de temps avec eux. 

Vladimir Cosma fait partie de ces gens là. Vladimir Cosma c’est mon enfance, la bande son de ma vie. Ce sont des heures devant des films, des musiques qui marquent plus que le film lui-même parfois. Des musiques qui, dès les premières notes, nous entraînent. Je pense évidemment à La Boum, La Chèvre, L’As des As, Le grand blond, La gloire de mon père, Michel Strogoff et tant d’autres … Je pense aussi aux séries qui rythmaient nos étés, Châteauvallon ou Les coeurs brulés. Bref je vous parle d’un homme né en 1940 à Bucarest, un violoniste, un compositeur de plus de 1000 musiques de films,  qui a accepté de répondre à mes questions. Je vous laisse découvrir notre conversation. 

Description

Pour ce 50ème épisode, l'invité se devait d'être exceptionnel ! 

Qui mieux que Vladimir Cosma pour nous parler de Marseille près de deux ans après le lancement de ce podcast ?! 

Le jour de l’enregistrement il trouve que sa voix est enrouée, moi je la trouve très douce et claire. J’aime la façon qu’il a de rouler les R, cet accent roumain qui ne l’a jamais quitté. Il s’intéresse à moi, s’étonne que l’on puisse enregistrer une émission avec si peu de matériel ! Il est curieux et j’adore ça. Je me sens toute petite face à ce géant, face à ce génie. C’est rare les gens géniaux, c’est surtout rare d’avoir la chance de pouvoir passer un peu de temps avec eux. 

Vladimir Cosma fait partie de ces gens là. Vladimir Cosma c’est mon enfance, la bande son de ma vie. Ce sont des heures devant des films, des musiques qui marquent plus que le film lui-même parfois. Des musiques qui, dès les premières notes, nous entraînent. Je pense évidemment à La Boum, La Chèvre, L’As des As, Le grand blond, La gloire de mon père, Michel Strogoff et tant d’autres … Je pense aussi aux séries qui rythmaient nos étés, Châteauvallon ou Les coeurs brulés. Bref je vous parle d’un homme né en 1940 à Bucarest, un violoniste, un compositeur de plus de 1000 musiques de films,  qui a accepté de répondre à mes questions. Je vous laisse découvrir notre conversation. 

Share

Embed

You may also like

Description

Pour ce 50ème épisode, l'invité se devait d'être exceptionnel ! 

Qui mieux que Vladimir Cosma pour nous parler de Marseille près de deux ans après le lancement de ce podcast ?! 

Le jour de l’enregistrement il trouve que sa voix est enrouée, moi je la trouve très douce et claire. J’aime la façon qu’il a de rouler les R, cet accent roumain qui ne l’a jamais quitté. Il s’intéresse à moi, s’étonne que l’on puisse enregistrer une émission avec si peu de matériel ! Il est curieux et j’adore ça. Je me sens toute petite face à ce géant, face à ce génie. C’est rare les gens géniaux, c’est surtout rare d’avoir la chance de pouvoir passer un peu de temps avec eux. 

Vladimir Cosma fait partie de ces gens là. Vladimir Cosma c’est mon enfance, la bande son de ma vie. Ce sont des heures devant des films, des musiques qui marquent plus que le film lui-même parfois. Des musiques qui, dès les premières notes, nous entraînent. Je pense évidemment à La Boum, La Chèvre, L’As des As, Le grand blond, La gloire de mon père, Michel Strogoff et tant d’autres … Je pense aussi aux séries qui rythmaient nos étés, Châteauvallon ou Les coeurs brulés. Bref je vous parle d’un homme né en 1940 à Bucarest, un violoniste, un compositeur de plus de 1000 musiques de films,  qui a accepté de répondre à mes questions. Je vous laisse découvrir notre conversation. 

Description

Pour ce 50ème épisode, l'invité se devait d'être exceptionnel ! 

Qui mieux que Vladimir Cosma pour nous parler de Marseille près de deux ans après le lancement de ce podcast ?! 

Le jour de l’enregistrement il trouve que sa voix est enrouée, moi je la trouve très douce et claire. J’aime la façon qu’il a de rouler les R, cet accent roumain qui ne l’a jamais quitté. Il s’intéresse à moi, s’étonne que l’on puisse enregistrer une émission avec si peu de matériel ! Il est curieux et j’adore ça. Je me sens toute petite face à ce géant, face à ce génie. C’est rare les gens géniaux, c’est surtout rare d’avoir la chance de pouvoir passer un peu de temps avec eux. 

Vladimir Cosma fait partie de ces gens là. Vladimir Cosma c’est mon enfance, la bande son de ma vie. Ce sont des heures devant des films, des musiques qui marquent plus que le film lui-même parfois. Des musiques qui, dès les premières notes, nous entraînent. Je pense évidemment à La Boum, La Chèvre, L’As des As, Le grand blond, La gloire de mon père, Michel Strogoff et tant d’autres … Je pense aussi aux séries qui rythmaient nos étés, Châteauvallon ou Les coeurs brulés. Bref je vous parle d’un homme né en 1940 à Bucarest, un violoniste, un compositeur de plus de 1000 musiques de films,  qui a accepté de répondre à mes questions. Je vous laisse découvrir notre conversation. 

Share

Embed

You may also like