Tout comprendre à l'infertilité avec Entreparents cover
Tout comprendre à l'infertilité avec Entreparents cover
Radio Monaco - Feel Good

Tout comprendre à l'infertilité avec Entreparents

Tout comprendre à l'infertilité avec Entreparents

05min |15/05/2024|

36

Play
Tout comprendre à l'infertilité avec Entreparents cover
Tout comprendre à l'infertilité avec Entreparents cover
Radio Monaco - Feel Good

Tout comprendre à l'infertilité avec Entreparents

Tout comprendre à l'infertilité avec Entreparents

05min |15/05/2024|

36

Play

Description

Selon les derniers chiffres, en France, 1 couple sur 5 à 6 est confronté à l'infertilité. Cela signifie qu'il ne peut pas mener une grossesse au moment voulu. Il s'agit donc d'une difficulté à concevoir, qui peut être réversible, à la différence de la stérilité. Décryptage avec Claire Liberatore, gynécologue, dans le cadre du RDV mensuel "Viens on papote" avec le réseau monégasque Entreparents.


Quelques chiffres sur la fertilité


Comme Claire Liberatore le souligne, l'apogée de la fertilité chez la femme se situe à l'âge de 25 ans. A ce moment là, elle dispose de 25% de chances de concevoir à chaque cycle. Ce taux va décroître progressivement jusqu'à 35 ans pour atteindre  12% par mois. A 40 ans, cela chute à 4% avec un risque de fausse couche beaucoup plus important également. Attention, il s'agit de moyenne et ces chiffres varient d'une femme à l'autre.

Le facteur âge est aussi important chez l'homme, contraint par son horloge biologique. Ainsi, à 25 ans 78% d'entre eux conçoivent dans les six mois, puis 58% en moyenne à partir de 35 ans.


A ce jour, chez la femme, on distingue quatre causes différentes d'infertilité. La sténose tubaire, c'est à dire une obstruction des trompes de l’utérus. Le trouble de l'ovulation, l'endométriose bien sûr et l'insuffisance ovarienne.
Il existe également des causes chez l'homme et notamment une baisse de la qualité des spermatozoïdes. La baisse de la concentration spermatique sur les 40 dernières années est estimée à 50%. La piste privilégiée est l'exposition régulière aux perturbateurs endocriniens. 


Comment préserver au mieux sa fertilité ?


Premier geste indispensable : l'arrêt du tabac qui impacte la fertilité chez la femme et chez l'homme. Concernant l'alcool, il est possible d'en consommer de façon modérée pendant la période de conception. En revanche, dès que le test de grossesse est positif, les professionnels recommandent le zéro alcool.
Par ailleurs, le café lui, n'est pas un problème en soi, si la consommation reste équilibrée. Il est toutefois recommandé de ne pas dépasser plus de quatre cafés par jour. En effet, cela perturbe l'ovulation et augmente le risque de fausse-couche.


Pour le poids le mot d'ordre c'est : ni trop, ni pas assez.
La masse grasse en excès perturbe le fonctionnement de l’ovaire et du testicule. Mais une restriction alimentaire trop importante et une absence de masse grasse est également très néfaste à la fertilité féminine en étant très souvent à l’origine de troubles ovulatoires sévères.


Autre conseil : faire la chasse aux perturbateurs endocriniens. Ils sont très largement présents dans notre environnement et interagissent avec notre système hormonal.
Donc attention aux aliments transformés, aux cosmétiques que vous utilisez, aux récipients en plastique et pensez à aérer votre logement.


Ne ratez pas le Let's Meet du Réseau Entreparents autour de l'infertilité. RDV ce vendredi 17 mai de 11h à 14h à la Maison des Associations à Monaco.


Hébergé par Ausha. Visitez ausha.co/politique-de-confidentialite pour plus d'informations.

Description

Selon les derniers chiffres, en France, 1 couple sur 5 à 6 est confronté à l'infertilité. Cela signifie qu'il ne peut pas mener une grossesse au moment voulu. Il s'agit donc d'une difficulté à concevoir, qui peut être réversible, à la différence de la stérilité. Décryptage avec Claire Liberatore, gynécologue, dans le cadre du RDV mensuel "Viens on papote" avec le réseau monégasque Entreparents.


Quelques chiffres sur la fertilité


Comme Claire Liberatore le souligne, l'apogée de la fertilité chez la femme se situe à l'âge de 25 ans. A ce moment là, elle dispose de 25% de chances de concevoir à chaque cycle. Ce taux va décroître progressivement jusqu'à 35 ans pour atteindre  12% par mois. A 40 ans, cela chute à 4% avec un risque de fausse couche beaucoup plus important également. Attention, il s'agit de moyenne et ces chiffres varient d'une femme à l'autre.

Le facteur âge est aussi important chez l'homme, contraint par son horloge biologique. Ainsi, à 25 ans 78% d'entre eux conçoivent dans les six mois, puis 58% en moyenne à partir de 35 ans.


A ce jour, chez la femme, on distingue quatre causes différentes d'infertilité. La sténose tubaire, c'est à dire une obstruction des trompes de l’utérus. Le trouble de l'ovulation, l'endométriose bien sûr et l'insuffisance ovarienne.
Il existe également des causes chez l'homme et notamment une baisse de la qualité des spermatozoïdes. La baisse de la concentration spermatique sur les 40 dernières années est estimée à 50%. La piste privilégiée est l'exposition régulière aux perturbateurs endocriniens. 


Comment préserver au mieux sa fertilité ?


Premier geste indispensable : l'arrêt du tabac qui impacte la fertilité chez la femme et chez l'homme. Concernant l'alcool, il est possible d'en consommer de façon modérée pendant la période de conception. En revanche, dès que le test de grossesse est positif, les professionnels recommandent le zéro alcool.
Par ailleurs, le café lui, n'est pas un problème en soi, si la consommation reste équilibrée. Il est toutefois recommandé de ne pas dépasser plus de quatre cafés par jour. En effet, cela perturbe l'ovulation et augmente le risque de fausse-couche.


Pour le poids le mot d'ordre c'est : ni trop, ni pas assez.
La masse grasse en excès perturbe le fonctionnement de l’ovaire et du testicule. Mais une restriction alimentaire trop importante et une absence de masse grasse est également très néfaste à la fertilité féminine en étant très souvent à l’origine de troubles ovulatoires sévères.


Autre conseil : faire la chasse aux perturbateurs endocriniens. Ils sont très largement présents dans notre environnement et interagissent avec notre système hormonal.
Donc attention aux aliments transformés, aux cosmétiques que vous utilisez, aux récipients en plastique et pensez à aérer votre logement.


Ne ratez pas le Let's Meet du Réseau Entreparents autour de l'infertilité. RDV ce vendredi 17 mai de 11h à 14h à la Maison des Associations à Monaco.


Hébergé par Ausha. Visitez ausha.co/politique-de-confidentialite pour plus d'informations.

Share

Embed

You may also like

Description

Selon les derniers chiffres, en France, 1 couple sur 5 à 6 est confronté à l'infertilité. Cela signifie qu'il ne peut pas mener une grossesse au moment voulu. Il s'agit donc d'une difficulté à concevoir, qui peut être réversible, à la différence de la stérilité. Décryptage avec Claire Liberatore, gynécologue, dans le cadre du RDV mensuel "Viens on papote" avec le réseau monégasque Entreparents.


Quelques chiffres sur la fertilité


Comme Claire Liberatore le souligne, l'apogée de la fertilité chez la femme se situe à l'âge de 25 ans. A ce moment là, elle dispose de 25% de chances de concevoir à chaque cycle. Ce taux va décroître progressivement jusqu'à 35 ans pour atteindre  12% par mois. A 40 ans, cela chute à 4% avec un risque de fausse couche beaucoup plus important également. Attention, il s'agit de moyenne et ces chiffres varient d'une femme à l'autre.

Le facteur âge est aussi important chez l'homme, contraint par son horloge biologique. Ainsi, à 25 ans 78% d'entre eux conçoivent dans les six mois, puis 58% en moyenne à partir de 35 ans.


A ce jour, chez la femme, on distingue quatre causes différentes d'infertilité. La sténose tubaire, c'est à dire une obstruction des trompes de l’utérus. Le trouble de l'ovulation, l'endométriose bien sûr et l'insuffisance ovarienne.
Il existe également des causes chez l'homme et notamment une baisse de la qualité des spermatozoïdes. La baisse de la concentration spermatique sur les 40 dernières années est estimée à 50%. La piste privilégiée est l'exposition régulière aux perturbateurs endocriniens. 


Comment préserver au mieux sa fertilité ?


Premier geste indispensable : l'arrêt du tabac qui impacte la fertilité chez la femme et chez l'homme. Concernant l'alcool, il est possible d'en consommer de façon modérée pendant la période de conception. En revanche, dès que le test de grossesse est positif, les professionnels recommandent le zéro alcool.
Par ailleurs, le café lui, n'est pas un problème en soi, si la consommation reste équilibrée. Il est toutefois recommandé de ne pas dépasser plus de quatre cafés par jour. En effet, cela perturbe l'ovulation et augmente le risque de fausse-couche.


Pour le poids le mot d'ordre c'est : ni trop, ni pas assez.
La masse grasse en excès perturbe le fonctionnement de l’ovaire et du testicule. Mais une restriction alimentaire trop importante et une absence de masse grasse est également très néfaste à la fertilité féminine en étant très souvent à l’origine de troubles ovulatoires sévères.


Autre conseil : faire la chasse aux perturbateurs endocriniens. Ils sont très largement présents dans notre environnement et interagissent avec notre système hormonal.
Donc attention aux aliments transformés, aux cosmétiques que vous utilisez, aux récipients en plastique et pensez à aérer votre logement.


Ne ratez pas le Let's Meet du Réseau Entreparents autour de l'infertilité. RDV ce vendredi 17 mai de 11h à 14h à la Maison des Associations à Monaco.


Hébergé par Ausha. Visitez ausha.co/politique-de-confidentialite pour plus d'informations.

Description

Selon les derniers chiffres, en France, 1 couple sur 5 à 6 est confronté à l'infertilité. Cela signifie qu'il ne peut pas mener une grossesse au moment voulu. Il s'agit donc d'une difficulté à concevoir, qui peut être réversible, à la différence de la stérilité. Décryptage avec Claire Liberatore, gynécologue, dans le cadre du RDV mensuel "Viens on papote" avec le réseau monégasque Entreparents.


Quelques chiffres sur la fertilité


Comme Claire Liberatore le souligne, l'apogée de la fertilité chez la femme se situe à l'âge de 25 ans. A ce moment là, elle dispose de 25% de chances de concevoir à chaque cycle. Ce taux va décroître progressivement jusqu'à 35 ans pour atteindre  12% par mois. A 40 ans, cela chute à 4% avec un risque de fausse couche beaucoup plus important également. Attention, il s'agit de moyenne et ces chiffres varient d'une femme à l'autre.

Le facteur âge est aussi important chez l'homme, contraint par son horloge biologique. Ainsi, à 25 ans 78% d'entre eux conçoivent dans les six mois, puis 58% en moyenne à partir de 35 ans.


A ce jour, chez la femme, on distingue quatre causes différentes d'infertilité. La sténose tubaire, c'est à dire une obstruction des trompes de l’utérus. Le trouble de l'ovulation, l'endométriose bien sûr et l'insuffisance ovarienne.
Il existe également des causes chez l'homme et notamment une baisse de la qualité des spermatozoïdes. La baisse de la concentration spermatique sur les 40 dernières années est estimée à 50%. La piste privilégiée est l'exposition régulière aux perturbateurs endocriniens. 


Comment préserver au mieux sa fertilité ?


Premier geste indispensable : l'arrêt du tabac qui impacte la fertilité chez la femme et chez l'homme. Concernant l'alcool, il est possible d'en consommer de façon modérée pendant la période de conception. En revanche, dès que le test de grossesse est positif, les professionnels recommandent le zéro alcool.
Par ailleurs, le café lui, n'est pas un problème en soi, si la consommation reste équilibrée. Il est toutefois recommandé de ne pas dépasser plus de quatre cafés par jour. En effet, cela perturbe l'ovulation et augmente le risque de fausse-couche.


Pour le poids le mot d'ordre c'est : ni trop, ni pas assez.
La masse grasse en excès perturbe le fonctionnement de l’ovaire et du testicule. Mais une restriction alimentaire trop importante et une absence de masse grasse est également très néfaste à la fertilité féminine en étant très souvent à l’origine de troubles ovulatoires sévères.


Autre conseil : faire la chasse aux perturbateurs endocriniens. Ils sont très largement présents dans notre environnement et interagissent avec notre système hormonal.
Donc attention aux aliments transformés, aux cosmétiques que vous utilisez, aux récipients en plastique et pensez à aérer votre logement.


Ne ratez pas le Let's Meet du Réseau Entreparents autour de l'infertilité. RDV ce vendredi 17 mai de 11h à 14h à la Maison des Associations à Monaco.


Hébergé par Ausha. Visitez ausha.co/politique-de-confidentialite pour plus d'informations.

Share

Embed

You may also like