undefined cover
undefined cover
#32 Romain Attanasio, forcer le destin et devenir double finisher du Vendée Globe cover
#32 Romain Attanasio, forcer le destin et devenir double finisher du Vendée Globe cover
Into The Wind

#32 Romain Attanasio, forcer le destin et devenir double finisher du Vendée Globe

#32 Romain Attanasio, forcer le destin et devenir double finisher du Vendée Globe

2h06 |26/03/2021
Listen
undefined cover
undefined cover
#32 Romain Attanasio, forcer le destin et devenir double finisher du Vendée Globe cover
#32 Romain Attanasio, forcer le destin et devenir double finisher du Vendée Globe cover
Into The Wind

#32 Romain Attanasio, forcer le destin et devenir double finisher du Vendée Globe

#32 Romain Attanasio, forcer le destin et devenir double finisher du Vendée Globe

2h06 |26/03/2021
Listen

Description

C’est le genre de trajectoire qui vous fait immanquablement penser que tout est possible : peut-on devenir double finisher du Vendée Globe en étant issu d’une famille de montagnards des Hautes Alpes et en ayant tiré ses premiers bords dans les boucles de l’Oise, en Picardie ? La réponse est oui, et celui qui l’incarne s’appelle Romain Attanasio.

Quelques semaines après sa deuxième remontée du chenal des Sables d’Olonne, le skipper de Pure - Best Western, 43 ans, n’a pas encore pris de vacances, car cette période post-Vendée Globe est celle du “money time” où se (re)négocient contrats, projets et bateaux.

Mais le compagnon de Sam Davies prend le temps de raconter dans cet épisode, avec sa verve habituelle, comment on force le destin. Grâce à un grand oncle et des vacances à Port Navalo, d’abord ; en candidatant en sport-études voile sans résultat sportif ou presque, ensuite ; en s’alignant au départ de la Mini-Transat au forceps, enfin.

Une foi en sa passion qui finit par payer, puisqu’à 20 ans, Romain Attanasio entre au pôle Finistère Course au large de Port-la-Forêt et devient figariste, entrant régulièrement dans le top 10, avant d’être recruté comme navigateur sur le circuit Orma par Michel Desjoyeaux puis Franck Cammas.

S’ensuit une période moins facile, après le démâtage de Sam Davies lors de son deuxième Vendée Globe, mais le tour du monde en solo continue de l’appeler et il saisit l’opportunité - des rencontres, encore - de s’aligner en mode aventure au départ de l’édition 2016.

Romain Attanasio n’a pas quitté, depuis, le circuit Imoca. Et prépare déjà son troisième Vendée Globe.

Générique : In Closing – Days Past
Post-production : Clovis Tisserand

Description

C’est le genre de trajectoire qui vous fait immanquablement penser que tout est possible : peut-on devenir double finisher du Vendée Globe en étant issu d’une famille de montagnards des Hautes Alpes et en ayant tiré ses premiers bords dans les boucles de l’Oise, en Picardie ? La réponse est oui, et celui qui l’incarne s’appelle Romain Attanasio.

Quelques semaines après sa deuxième remontée du chenal des Sables d’Olonne, le skipper de Pure - Best Western, 43 ans, n’a pas encore pris de vacances, car cette période post-Vendée Globe est celle du “money time” où se (re)négocient contrats, projets et bateaux.

Mais le compagnon de Sam Davies prend le temps de raconter dans cet épisode, avec sa verve habituelle, comment on force le destin. Grâce à un grand oncle et des vacances à Port Navalo, d’abord ; en candidatant en sport-études voile sans résultat sportif ou presque, ensuite ; en s’alignant au départ de la Mini-Transat au forceps, enfin.

Une foi en sa passion qui finit par payer, puisqu’à 20 ans, Romain Attanasio entre au pôle Finistère Course au large de Port-la-Forêt et devient figariste, entrant régulièrement dans le top 10, avant d’être recruté comme navigateur sur le circuit Orma par Michel Desjoyeaux puis Franck Cammas.

S’ensuit une période moins facile, après le démâtage de Sam Davies lors de son deuxième Vendée Globe, mais le tour du monde en solo continue de l’appeler et il saisit l’opportunité - des rencontres, encore - de s’aligner en mode aventure au départ de l’édition 2016.

Romain Attanasio n’a pas quitté, depuis, le circuit Imoca. Et prépare déjà son troisième Vendée Globe.

Générique : In Closing – Days Past
Post-production : Clovis Tisserand

Share

Embed

You may also like

Description

C’est le genre de trajectoire qui vous fait immanquablement penser que tout est possible : peut-on devenir double finisher du Vendée Globe en étant issu d’une famille de montagnards des Hautes Alpes et en ayant tiré ses premiers bords dans les boucles de l’Oise, en Picardie ? La réponse est oui, et celui qui l’incarne s’appelle Romain Attanasio.

Quelques semaines après sa deuxième remontée du chenal des Sables d’Olonne, le skipper de Pure - Best Western, 43 ans, n’a pas encore pris de vacances, car cette période post-Vendée Globe est celle du “money time” où se (re)négocient contrats, projets et bateaux.

Mais le compagnon de Sam Davies prend le temps de raconter dans cet épisode, avec sa verve habituelle, comment on force le destin. Grâce à un grand oncle et des vacances à Port Navalo, d’abord ; en candidatant en sport-études voile sans résultat sportif ou presque, ensuite ; en s’alignant au départ de la Mini-Transat au forceps, enfin.

Une foi en sa passion qui finit par payer, puisqu’à 20 ans, Romain Attanasio entre au pôle Finistère Course au large de Port-la-Forêt et devient figariste, entrant régulièrement dans le top 10, avant d’être recruté comme navigateur sur le circuit Orma par Michel Desjoyeaux puis Franck Cammas.

S’ensuit une période moins facile, après le démâtage de Sam Davies lors de son deuxième Vendée Globe, mais le tour du monde en solo continue de l’appeler et il saisit l’opportunité - des rencontres, encore - de s’aligner en mode aventure au départ de l’édition 2016.

Romain Attanasio n’a pas quitté, depuis, le circuit Imoca. Et prépare déjà son troisième Vendée Globe.

Générique : In Closing – Days Past
Post-production : Clovis Tisserand

Description

C’est le genre de trajectoire qui vous fait immanquablement penser que tout est possible : peut-on devenir double finisher du Vendée Globe en étant issu d’une famille de montagnards des Hautes Alpes et en ayant tiré ses premiers bords dans les boucles de l’Oise, en Picardie ? La réponse est oui, et celui qui l’incarne s’appelle Romain Attanasio.

Quelques semaines après sa deuxième remontée du chenal des Sables d’Olonne, le skipper de Pure - Best Western, 43 ans, n’a pas encore pris de vacances, car cette période post-Vendée Globe est celle du “money time” où se (re)négocient contrats, projets et bateaux.

Mais le compagnon de Sam Davies prend le temps de raconter dans cet épisode, avec sa verve habituelle, comment on force le destin. Grâce à un grand oncle et des vacances à Port Navalo, d’abord ; en candidatant en sport-études voile sans résultat sportif ou presque, ensuite ; en s’alignant au départ de la Mini-Transat au forceps, enfin.

Une foi en sa passion qui finit par payer, puisqu’à 20 ans, Romain Attanasio entre au pôle Finistère Course au large de Port-la-Forêt et devient figariste, entrant régulièrement dans le top 10, avant d’être recruté comme navigateur sur le circuit Orma par Michel Desjoyeaux puis Franck Cammas.

S’ensuit une période moins facile, après le démâtage de Sam Davies lors de son deuxième Vendée Globe, mais le tour du monde en solo continue de l’appeler et il saisit l’opportunité - des rencontres, encore - de s’aligner en mode aventure au départ de l’édition 2016.

Romain Attanasio n’a pas quitté, depuis, le circuit Imoca. Et prépare déjà son troisième Vendée Globe.

Générique : In Closing – Days Past
Post-production : Clovis Tisserand

Share

Embed

You may also like