undefined cover
undefined cover
#35 Paul Meilhat, du lac de Créteil au Vendée Globe cover
#35 Paul Meilhat, du lac de Créteil au Vendée Globe cover
Into The Wind

#35 Paul Meilhat, du lac de Créteil au Vendée Globe

#35 Paul Meilhat, du lac de Créteil au Vendée Globe

1h59 |07/05/2021
Listen
undefined cover
undefined cover
#35 Paul Meilhat, du lac de Créteil au Vendée Globe cover
#35 Paul Meilhat, du lac de Créteil au Vendée Globe cover
Into The Wind

#35 Paul Meilhat, du lac de Créteil au Vendée Globe

#35 Paul Meilhat, du lac de Créteil au Vendée Globe

1h59 |07/05/2021
Listen

Description

Comment devient-on coureur au large quand on naît au début des années 1980 en banlieue parisienne ? La route est longue avant de prendre, comme Paul Meilhat, le départ de transats ou de tours du monde...

Il faut des parents qui pratiquent la croisière le week-end et l'été, en particulier un père, qui s'engage dans la Mini Transat en 1993. Il faut aussi, la passion qui vous entraîne, en Optimist, sur les lacs de Conflans Sainte-Honorine puis de Créteil. Et enchaîner, ensuite, en Laser, en décrochant un titre de champion de France jeune en 2000.

C'est l'heure, alors, pour Paul Meilhat, de quitter l'Ile-de-France et de se rapprocher du littoral, à La Rochelle puis à l'ENV à Quiberon en passant au 49er. Mais les années passées à régater lors de Tours du Finistère mémorables à l'adolescence ont laissé des traces et "Paulo" reste irrémédiablement attiré par le large...

Il cumule donc la voile olympique avec des navigations en IRC entre copains, des Tours de France, un peu de Mini 6.50 et puis le grand saut en 2008 avec la participation à Cap Istanbul, à l'arrache. Première Solitaire en 2009 et deux ans après Paul Meilhat devient skipper Macif.

Quatre saisons - une victoire dans l'AG2R et trois places dans les 10 premiers - plus tard, SMA lui propose un Vendée Globe, mené sous la houlette de Michel Desjoyeaux. Une campagne difficile, ponctuée par une grave blessure en 2015 et un abandon alors qu'il est 3e, mais qui place Paul Meilhat sous les projecteurs.

Les saisons suivantes montrent qu'il joue dans la cour des grands (2e la Transat Jacques Vabre 2017, vainqueur de la Route du Rhum 2018) et qu' il faut compter sur lui, même si son sponsor ne poursuit pas l'aventure.

Depuis, s'il continue à chercher des partenaires pour pouvoir s'aligner à nouveau au départ du Vendée Globe, Paul Meilhat est devenu un équipier recherché, collaborant avec Sam Davies, et pour cette saison 2021, avec Charlie Dalin. Avec un objectif : conserver le titre décroché en 2019 par le skipper d'Apivia.

Pas mal pour un gars qui a appris la régate à Créteil !

Générique : In Closing – Days Past
Post-production : Clovis Tisserand


Description

Comment devient-on coureur au large quand on naît au début des années 1980 en banlieue parisienne ? La route est longue avant de prendre, comme Paul Meilhat, le départ de transats ou de tours du monde...

Il faut des parents qui pratiquent la croisière le week-end et l'été, en particulier un père, qui s'engage dans la Mini Transat en 1993. Il faut aussi, la passion qui vous entraîne, en Optimist, sur les lacs de Conflans Sainte-Honorine puis de Créteil. Et enchaîner, ensuite, en Laser, en décrochant un titre de champion de France jeune en 2000.

C'est l'heure, alors, pour Paul Meilhat, de quitter l'Ile-de-France et de se rapprocher du littoral, à La Rochelle puis à l'ENV à Quiberon en passant au 49er. Mais les années passées à régater lors de Tours du Finistère mémorables à l'adolescence ont laissé des traces et "Paulo" reste irrémédiablement attiré par le large...

Il cumule donc la voile olympique avec des navigations en IRC entre copains, des Tours de France, un peu de Mini 6.50 et puis le grand saut en 2008 avec la participation à Cap Istanbul, à l'arrache. Première Solitaire en 2009 et deux ans après Paul Meilhat devient skipper Macif.

Quatre saisons - une victoire dans l'AG2R et trois places dans les 10 premiers - plus tard, SMA lui propose un Vendée Globe, mené sous la houlette de Michel Desjoyeaux. Une campagne difficile, ponctuée par une grave blessure en 2015 et un abandon alors qu'il est 3e, mais qui place Paul Meilhat sous les projecteurs.

Les saisons suivantes montrent qu'il joue dans la cour des grands (2e la Transat Jacques Vabre 2017, vainqueur de la Route du Rhum 2018) et qu' il faut compter sur lui, même si son sponsor ne poursuit pas l'aventure.

Depuis, s'il continue à chercher des partenaires pour pouvoir s'aligner à nouveau au départ du Vendée Globe, Paul Meilhat est devenu un équipier recherché, collaborant avec Sam Davies, et pour cette saison 2021, avec Charlie Dalin. Avec un objectif : conserver le titre décroché en 2019 par le skipper d'Apivia.

Pas mal pour un gars qui a appris la régate à Créteil !

Générique : In Closing – Days Past
Post-production : Clovis Tisserand


Share

Embed

You may also like

Description

Comment devient-on coureur au large quand on naît au début des années 1980 en banlieue parisienne ? La route est longue avant de prendre, comme Paul Meilhat, le départ de transats ou de tours du monde...

Il faut des parents qui pratiquent la croisière le week-end et l'été, en particulier un père, qui s'engage dans la Mini Transat en 1993. Il faut aussi, la passion qui vous entraîne, en Optimist, sur les lacs de Conflans Sainte-Honorine puis de Créteil. Et enchaîner, ensuite, en Laser, en décrochant un titre de champion de France jeune en 2000.

C'est l'heure, alors, pour Paul Meilhat, de quitter l'Ile-de-France et de se rapprocher du littoral, à La Rochelle puis à l'ENV à Quiberon en passant au 49er. Mais les années passées à régater lors de Tours du Finistère mémorables à l'adolescence ont laissé des traces et "Paulo" reste irrémédiablement attiré par le large...

Il cumule donc la voile olympique avec des navigations en IRC entre copains, des Tours de France, un peu de Mini 6.50 et puis le grand saut en 2008 avec la participation à Cap Istanbul, à l'arrache. Première Solitaire en 2009 et deux ans après Paul Meilhat devient skipper Macif.

Quatre saisons - une victoire dans l'AG2R et trois places dans les 10 premiers - plus tard, SMA lui propose un Vendée Globe, mené sous la houlette de Michel Desjoyeaux. Une campagne difficile, ponctuée par une grave blessure en 2015 et un abandon alors qu'il est 3e, mais qui place Paul Meilhat sous les projecteurs.

Les saisons suivantes montrent qu'il joue dans la cour des grands (2e la Transat Jacques Vabre 2017, vainqueur de la Route du Rhum 2018) et qu' il faut compter sur lui, même si son sponsor ne poursuit pas l'aventure.

Depuis, s'il continue à chercher des partenaires pour pouvoir s'aligner à nouveau au départ du Vendée Globe, Paul Meilhat est devenu un équipier recherché, collaborant avec Sam Davies, et pour cette saison 2021, avec Charlie Dalin. Avec un objectif : conserver le titre décroché en 2019 par le skipper d'Apivia.

Pas mal pour un gars qui a appris la régate à Créteil !

Générique : In Closing – Days Past
Post-production : Clovis Tisserand


Description

Comment devient-on coureur au large quand on naît au début des années 1980 en banlieue parisienne ? La route est longue avant de prendre, comme Paul Meilhat, le départ de transats ou de tours du monde...

Il faut des parents qui pratiquent la croisière le week-end et l'été, en particulier un père, qui s'engage dans la Mini Transat en 1993. Il faut aussi, la passion qui vous entraîne, en Optimist, sur les lacs de Conflans Sainte-Honorine puis de Créteil. Et enchaîner, ensuite, en Laser, en décrochant un titre de champion de France jeune en 2000.

C'est l'heure, alors, pour Paul Meilhat, de quitter l'Ile-de-France et de se rapprocher du littoral, à La Rochelle puis à l'ENV à Quiberon en passant au 49er. Mais les années passées à régater lors de Tours du Finistère mémorables à l'adolescence ont laissé des traces et "Paulo" reste irrémédiablement attiré par le large...

Il cumule donc la voile olympique avec des navigations en IRC entre copains, des Tours de France, un peu de Mini 6.50 et puis le grand saut en 2008 avec la participation à Cap Istanbul, à l'arrache. Première Solitaire en 2009 et deux ans après Paul Meilhat devient skipper Macif.

Quatre saisons - une victoire dans l'AG2R et trois places dans les 10 premiers - plus tard, SMA lui propose un Vendée Globe, mené sous la houlette de Michel Desjoyeaux. Une campagne difficile, ponctuée par une grave blessure en 2015 et un abandon alors qu'il est 3e, mais qui place Paul Meilhat sous les projecteurs.

Les saisons suivantes montrent qu'il joue dans la cour des grands (2e la Transat Jacques Vabre 2017, vainqueur de la Route du Rhum 2018) et qu' il faut compter sur lui, même si son sponsor ne poursuit pas l'aventure.

Depuis, s'il continue à chercher des partenaires pour pouvoir s'aligner à nouveau au départ du Vendée Globe, Paul Meilhat est devenu un équipier recherché, collaborant avec Sam Davies, et pour cette saison 2021, avec Charlie Dalin. Avec un objectif : conserver le titre décroché en 2019 par le skipper d'Apivia.

Pas mal pour un gars qui a appris la régate à Créteil !

Générique : In Closing – Days Past
Post-production : Clovis Tisserand


Share

Embed

You may also like