#25 - Lusine : « En Arménie j’étais assistée, c’est en France que je suis devenue adulte » cover
#25 - Lusine : « En Arménie j’étais assistée, c’est en France que je suis devenue adulte » cover
Joyeux Bazar

#25 - Lusine : « En Arménie j’étais assistée, c’est en France que je suis devenue adulte »

#25 - Lusine : « En Arménie j’étais assistée, c’est en France que je suis devenue adulte »

25min |10/03/2021
Listen
#25 - Lusine : « En Arménie j’étais assistée, c’est en France que je suis devenue adulte » cover
#25 - Lusine : « En Arménie j’étais assistée, c’est en France que je suis devenue adulte » cover
Joyeux Bazar

#25 - Lusine : « En Arménie j’étais assistée, c’est en France que je suis devenue adulte »

#25 - Lusine : « En Arménie j’étais assistée, c’est en France que je suis devenue adulte »

25min |10/03/2021
Listen

Description

Pour Lusine [lou-ci-né], la France a d’abord été une opportunité professionnelle avant d’incarner « une chambre à soi » : alors que ses amies n’ont quitté la maison familiale que pour se marier, elle se confronte à l’inconnu, gagne sa vie, s’émancipe.

Lusine a découvert ici la joie de décider de sa propre trajectoire, mais elle est toujours très attachée à son pays, et cherche en permanence un équilibre. Nous avons parlé de la bénédiction paternelle pour son départ et de sa première nuit sans ses parents (3’20), de sa naturalisation après qu’on lui avait gentiment demandé de quitter le territoire (6’35), des mœurs en Arménie (9’10) et des tentatives désespérées de sa mère pour la marier (12’35), de la subtile ligne de démarcation entre Arménien.ne.s de la diaspora et « vrai.e.s » Arménien.ne.s (15’30), de ce sentiment de n’être chez soi nulle part (16’48), de la guerre qui a éclaté en Arménie fin 2020 dans l’indifférence générale (18’44) et du sentiment de culpabilité qu’il y a à rester en sécurité à l’étranger quand les siens risquent leur vie, de la fierté et tristesse mélangées qui habitent ses parents (22’15).

Un épisode très Joyeux Bazar : toutes sortes d’émotions complexes se mêlent, et on rit beaucoup malgré tout. Pour écouter d'autres épisodes, retrouver les références et vous inscrire à la newsletter, rendez-vous sur joyeuxbazarpodcast.com !

Description

Pour Lusine [lou-ci-né], la France a d’abord été une opportunité professionnelle avant d’incarner « une chambre à soi » : alors que ses amies n’ont quitté la maison familiale que pour se marier, elle se confronte à l’inconnu, gagne sa vie, s’émancipe.

Lusine a découvert ici la joie de décider de sa propre trajectoire, mais elle est toujours très attachée à son pays, et cherche en permanence un équilibre. Nous avons parlé de la bénédiction paternelle pour son départ et de sa première nuit sans ses parents (3’20), de sa naturalisation après qu’on lui avait gentiment demandé de quitter le territoire (6’35), des mœurs en Arménie (9’10) et des tentatives désespérées de sa mère pour la marier (12’35), de la subtile ligne de démarcation entre Arménien.ne.s de la diaspora et « vrai.e.s » Arménien.ne.s (15’30), de ce sentiment de n’être chez soi nulle part (16’48), de la guerre qui a éclaté en Arménie fin 2020 dans l’indifférence générale (18’44) et du sentiment de culpabilité qu’il y a à rester en sécurité à l’étranger quand les siens risquent leur vie, de la fierté et tristesse mélangées qui habitent ses parents (22’15).

Un épisode très Joyeux Bazar : toutes sortes d’émotions complexes se mêlent, et on rit beaucoup malgré tout. Pour écouter d'autres épisodes, retrouver les références et vous inscrire à la newsletter, rendez-vous sur joyeuxbazarpodcast.com !

Share

Embed

You may also like

Description

Pour Lusine [lou-ci-né], la France a d’abord été une opportunité professionnelle avant d’incarner « une chambre à soi » : alors que ses amies n’ont quitté la maison familiale que pour se marier, elle se confronte à l’inconnu, gagne sa vie, s’émancipe.

Lusine a découvert ici la joie de décider de sa propre trajectoire, mais elle est toujours très attachée à son pays, et cherche en permanence un équilibre. Nous avons parlé de la bénédiction paternelle pour son départ et de sa première nuit sans ses parents (3’20), de sa naturalisation après qu’on lui avait gentiment demandé de quitter le territoire (6’35), des mœurs en Arménie (9’10) et des tentatives désespérées de sa mère pour la marier (12’35), de la subtile ligne de démarcation entre Arménien.ne.s de la diaspora et « vrai.e.s » Arménien.ne.s (15’30), de ce sentiment de n’être chez soi nulle part (16’48), de la guerre qui a éclaté en Arménie fin 2020 dans l’indifférence générale (18’44) et du sentiment de culpabilité qu’il y a à rester en sécurité à l’étranger quand les siens risquent leur vie, de la fierté et tristesse mélangées qui habitent ses parents (22’15).

Un épisode très Joyeux Bazar : toutes sortes d’émotions complexes se mêlent, et on rit beaucoup malgré tout. Pour écouter d'autres épisodes, retrouver les références et vous inscrire à la newsletter, rendez-vous sur joyeuxbazarpodcast.com !

Description

Pour Lusine [lou-ci-né], la France a d’abord été une opportunité professionnelle avant d’incarner « une chambre à soi » : alors que ses amies n’ont quitté la maison familiale que pour se marier, elle se confronte à l’inconnu, gagne sa vie, s’émancipe.

Lusine a découvert ici la joie de décider de sa propre trajectoire, mais elle est toujours très attachée à son pays, et cherche en permanence un équilibre. Nous avons parlé de la bénédiction paternelle pour son départ et de sa première nuit sans ses parents (3’20), de sa naturalisation après qu’on lui avait gentiment demandé de quitter le territoire (6’35), des mœurs en Arménie (9’10) et des tentatives désespérées de sa mère pour la marier (12’35), de la subtile ligne de démarcation entre Arménien.ne.s de la diaspora et « vrai.e.s » Arménien.ne.s (15’30), de ce sentiment de n’être chez soi nulle part (16’48), de la guerre qui a éclaté en Arménie fin 2020 dans l’indifférence générale (18’44) et du sentiment de culpabilité qu’il y a à rester en sécurité à l’étranger quand les siens risquent leur vie, de la fierté et tristesse mélangées qui habitent ses parents (22’15).

Un épisode très Joyeux Bazar : toutes sortes d’émotions complexes se mêlent, et on rit beaucoup malgré tout. Pour écouter d'autres épisodes, retrouver les références et vous inscrire à la newsletter, rendez-vous sur joyeuxbazarpodcast.com !

Share

Embed

You may also like