undefined cover
undefined cover
[La RECO] Planifier mes étapes comme un pro cover
[La RECO] Planifier mes étapes comme un pro cover
La Pampa à vélo

[La RECO] Planifier mes étapes comme un pro

[La RECO] Planifier mes étapes comme un pro

05min |30/10/2022
Play
undefined cover
undefined cover
[La RECO] Planifier mes étapes comme un pro cover
[La RECO] Planifier mes étapes comme un pro cover
La Pampa à vélo

[La RECO] Planifier mes étapes comme un pro

[La RECO] Planifier mes étapes comme un pro

05min |30/10/2022
Play

Description

La RECO de La Pampa c'est le format court de La Pampa. Chaque mois, je vous livre les trucs & astuces à connaitre absolument pour débuter ou évoluer en voyage à vélo. Accompagnée d’experts ou en solo, je fouillerai dans ma malle à malices pour vous équiper du mieux possible en vue de votre prochaine aventure.   

Cette semaine, je vous explique comment trouver vos étapes et répartir les kilomètres!


***

Références citées dans l’épisode : 


*** 

Si ce format vous plait, soutenez-nous 🙌  :

  - Parlez de nous autour de vous ! 🙋‍♀️📢

  - Suivez nous sur Instagram @Pampastic 

  - Abonnez vous sur votre appli de podcast 

  - Notez nous 5 ⭐⭐⭐⭐⭐  :)  *** 


***


[EPISODE 6 - Transcript]   

Dans cet épisode de la RECO, je souhaite vous accompagner dans une étape importante de la planification de votre voyage : le dessin du parcours et surtout, son morcelage.   


En premier lieu, pour un voyage en France il y a 2-3 outils très pratiques pour planifier grosse maille votre trajet : France vélo tourisme et af3v sont 2 bons exemples de cartographie des vélo-routes françaises. 

Pour l’Europe ou pour ensuite affiner votre
itinéraire, vous pouvez utiliser un planificateur tel que Géovélo ou Komoot. Sur Géovélo, il y a une fonctionnalité que j’aime beaucoup, c’est la possibilité de choisir le type de parcours : « direct », « sécurisé », « touristique » ou « équilibré », en fonction de vos envies. Enfin pour aller dans les détails finaux de votre route, fouillez du côté des blogs de voyageurs et des offices de tourisme, vous y dénicherez des petits tips et détours à inclure à votre tracé. Inutile de vous préciser que tous les détails techniques que je cite seront dans les références de cet épisode. 


Maintenant, parlons morcelage des étapes. Sauf à partir plusieurs mois ou mieux, plusieurs années, vous allez avoir besoin d’organiser vos journées et de les repérer un minimum à l’avance. Ce serait quand même dommage d’être paumé dans La Pampa la veille de votre reprise du boulot. 

Pour caler vos journées de pédalage, il vous faut commencer par estimer le « type » de voyage que vous souhaitez faire, j’entends par là le degré d’engagement que vous voulez y mettre. Cela peut dépendre de vous uniquement ou bien de l’équipe que vous embarquez si vous ne partez pas seul. 

En effet, si vous partez seul et que vous êtes en bonne forme, vous pouvez imaginer à peu près toutes les combinaisons de kilométrages/dénivelé possibles, sinon, il faudra freiner quelques peu vos ardeurs d’aventurier/aventurière pour prendre en considération
des besoins et possibilités de chacun.  Mais organiser une journée ne se résume pas à connaitre sa condition physique ou celle de son équipe, il s’agit aussi de faire entrer dans la balance vos aspirations. Je m’explique : vos yeux ne quittent pas le compteur et ce qui vous importe le plus est de rouler et de voir défiler le paysage : lâchez-vous et envoyez du kilomètre lors de votre planification. En revanche, si votre but est de fureter à la recherche de mures et de framboises sauvages, de papoter avec Marcel que vous venez de rencontrer, de suivre tous les panneaux « fromagerie 150m à droite » que vous verrez, de visiter 3 châteaux par jour ou de faire 17 câlins au kilomètre aux petits louveteaux assis dans votre carriole, levez définitivement le pied ! 


Lors de notre voyage breton, nous avions prévu 40km. 40 petits kilomètres devrais-je dire car c’est ainsi que nous les considérions avant le départ. Sauf que dans la réalité, avec 2 enfants, tu ne pars pas avant 9h du matin (et encore c’est au prix d’un gros
effort !), tu as 137 pauses avant de te mettre à vraiment rouler ; résultat tu as fait 9,3km à midi, tu lâches enfin les chevaux car les filles ont trouvé leur rythme, sauf que tu dois t’arrêter dans 30min pour le déjeuner. Tu ajoutes à ça une petite crevaison, 600m de D+ par jour, 2-3 points de vues et BIM il est 18h lorsque tu arrives au camping. ET ça c’était sans aucune visite ou détour.  


En résumé, pour vous donner un ordre de grandeur, je dirais que quand vous roulez avec des enfants, il faudrait diviser par 2 voire 3, fonction du dénivelé prévu, la distance des
étapes que vous aviez l’habitude de faire. Ça peut paraitre beaucoup comme ça mais c’est indispensable pour bien profiter en famille.  

Avant de vous quitter, voici quelques repères kilométriques. Sur du plat, pour un voyage sans enfant, je trouve que 60 à 70km c’est top. Ça laisse le temps de bien faire défiler le paysage tout intégrant une visite par jour et un bon repas au resto le midi pour les amateurs. Avec des enfants, je descendrais à 35-40km à nouveau à plat. Après, si vous ajoutez du dénivelé, j’irais même jusqu’à 25-30km fonction de la difficulté. Enfin, en ce qui concerne les journées de pause, sous les 10 jours de voyages je n’en ai jamais ressenti le besoin. Au-delà une journée tous les 10 jours c’est pas mal pour vous reposer et cela aura l’avantage de vous aider à absorber les éventuelles avaries techniques ou météo.   

Description

La RECO de La Pampa c'est le format court de La Pampa. Chaque mois, je vous livre les trucs & astuces à connaitre absolument pour débuter ou évoluer en voyage à vélo. Accompagnée d’experts ou en solo, je fouillerai dans ma malle à malices pour vous équiper du mieux possible en vue de votre prochaine aventure.   

Cette semaine, je vous explique comment trouver vos étapes et répartir les kilomètres!


***

Références citées dans l’épisode : 


*** 

Si ce format vous plait, soutenez-nous 🙌  :

  - Parlez de nous autour de vous ! 🙋‍♀️📢

  - Suivez nous sur Instagram @Pampastic 

  - Abonnez vous sur votre appli de podcast 

  - Notez nous 5 ⭐⭐⭐⭐⭐  :)  *** 


***


[EPISODE 6 - Transcript]   

Dans cet épisode de la RECO, je souhaite vous accompagner dans une étape importante de la planification de votre voyage : le dessin du parcours et surtout, son morcelage.   


En premier lieu, pour un voyage en France il y a 2-3 outils très pratiques pour planifier grosse maille votre trajet : France vélo tourisme et af3v sont 2 bons exemples de cartographie des vélo-routes françaises. 

Pour l’Europe ou pour ensuite affiner votre
itinéraire, vous pouvez utiliser un planificateur tel que Géovélo ou Komoot. Sur Géovélo, il y a une fonctionnalité que j’aime beaucoup, c’est la possibilité de choisir le type de parcours : « direct », « sécurisé », « touristique » ou « équilibré », en fonction de vos envies. Enfin pour aller dans les détails finaux de votre route, fouillez du côté des blogs de voyageurs et des offices de tourisme, vous y dénicherez des petits tips et détours à inclure à votre tracé. Inutile de vous préciser que tous les détails techniques que je cite seront dans les références de cet épisode. 


Maintenant, parlons morcelage des étapes. Sauf à partir plusieurs mois ou mieux, plusieurs années, vous allez avoir besoin d’organiser vos journées et de les repérer un minimum à l’avance. Ce serait quand même dommage d’être paumé dans La Pampa la veille de votre reprise du boulot. 

Pour caler vos journées de pédalage, il vous faut commencer par estimer le « type » de voyage que vous souhaitez faire, j’entends par là le degré d’engagement que vous voulez y mettre. Cela peut dépendre de vous uniquement ou bien de l’équipe que vous embarquez si vous ne partez pas seul. 

En effet, si vous partez seul et que vous êtes en bonne forme, vous pouvez imaginer à peu près toutes les combinaisons de kilométrages/dénivelé possibles, sinon, il faudra freiner quelques peu vos ardeurs d’aventurier/aventurière pour prendre en considération
des besoins et possibilités de chacun.  Mais organiser une journée ne se résume pas à connaitre sa condition physique ou celle de son équipe, il s’agit aussi de faire entrer dans la balance vos aspirations. Je m’explique : vos yeux ne quittent pas le compteur et ce qui vous importe le plus est de rouler et de voir défiler le paysage : lâchez-vous et envoyez du kilomètre lors de votre planification. En revanche, si votre but est de fureter à la recherche de mures et de framboises sauvages, de papoter avec Marcel que vous venez de rencontrer, de suivre tous les panneaux « fromagerie 150m à droite » que vous verrez, de visiter 3 châteaux par jour ou de faire 17 câlins au kilomètre aux petits louveteaux assis dans votre carriole, levez définitivement le pied ! 


Lors de notre voyage breton, nous avions prévu 40km. 40 petits kilomètres devrais-je dire car c’est ainsi que nous les considérions avant le départ. Sauf que dans la réalité, avec 2 enfants, tu ne pars pas avant 9h du matin (et encore c’est au prix d’un gros
effort !), tu as 137 pauses avant de te mettre à vraiment rouler ; résultat tu as fait 9,3km à midi, tu lâches enfin les chevaux car les filles ont trouvé leur rythme, sauf que tu dois t’arrêter dans 30min pour le déjeuner. Tu ajoutes à ça une petite crevaison, 600m de D+ par jour, 2-3 points de vues et BIM il est 18h lorsque tu arrives au camping. ET ça c’était sans aucune visite ou détour.  


En résumé, pour vous donner un ordre de grandeur, je dirais que quand vous roulez avec des enfants, il faudrait diviser par 2 voire 3, fonction du dénivelé prévu, la distance des
étapes que vous aviez l’habitude de faire. Ça peut paraitre beaucoup comme ça mais c’est indispensable pour bien profiter en famille.  

Avant de vous quitter, voici quelques repères kilométriques. Sur du plat, pour un voyage sans enfant, je trouve que 60 à 70km c’est top. Ça laisse le temps de bien faire défiler le paysage tout intégrant une visite par jour et un bon repas au resto le midi pour les amateurs. Avec des enfants, je descendrais à 35-40km à nouveau à plat. Après, si vous ajoutez du dénivelé, j’irais même jusqu’à 25-30km fonction de la difficulté. Enfin, en ce qui concerne les journées de pause, sous les 10 jours de voyages je n’en ai jamais ressenti le besoin. Au-delà une journée tous les 10 jours c’est pas mal pour vous reposer et cela aura l’avantage de vous aider à absorber les éventuelles avaries techniques ou météo.   

Share

Embed

You may also like

Description

La RECO de La Pampa c'est le format court de La Pampa. Chaque mois, je vous livre les trucs & astuces à connaitre absolument pour débuter ou évoluer en voyage à vélo. Accompagnée d’experts ou en solo, je fouillerai dans ma malle à malices pour vous équiper du mieux possible en vue de votre prochaine aventure.   

Cette semaine, je vous explique comment trouver vos étapes et répartir les kilomètres!


***

Références citées dans l’épisode : 


*** 

Si ce format vous plait, soutenez-nous 🙌  :

  - Parlez de nous autour de vous ! 🙋‍♀️📢

  - Suivez nous sur Instagram @Pampastic 

  - Abonnez vous sur votre appli de podcast 

  - Notez nous 5 ⭐⭐⭐⭐⭐  :)  *** 


***


[EPISODE 6 - Transcript]   

Dans cet épisode de la RECO, je souhaite vous accompagner dans une étape importante de la planification de votre voyage : le dessin du parcours et surtout, son morcelage.   


En premier lieu, pour un voyage en France il y a 2-3 outils très pratiques pour planifier grosse maille votre trajet : France vélo tourisme et af3v sont 2 bons exemples de cartographie des vélo-routes françaises. 

Pour l’Europe ou pour ensuite affiner votre
itinéraire, vous pouvez utiliser un planificateur tel que Géovélo ou Komoot. Sur Géovélo, il y a une fonctionnalité que j’aime beaucoup, c’est la possibilité de choisir le type de parcours : « direct », « sécurisé », « touristique » ou « équilibré », en fonction de vos envies. Enfin pour aller dans les détails finaux de votre route, fouillez du côté des blogs de voyageurs et des offices de tourisme, vous y dénicherez des petits tips et détours à inclure à votre tracé. Inutile de vous préciser que tous les détails techniques que je cite seront dans les références de cet épisode. 


Maintenant, parlons morcelage des étapes. Sauf à partir plusieurs mois ou mieux, plusieurs années, vous allez avoir besoin d’organiser vos journées et de les repérer un minimum à l’avance. Ce serait quand même dommage d’être paumé dans La Pampa la veille de votre reprise du boulot. 

Pour caler vos journées de pédalage, il vous faut commencer par estimer le « type » de voyage que vous souhaitez faire, j’entends par là le degré d’engagement que vous voulez y mettre. Cela peut dépendre de vous uniquement ou bien de l’équipe que vous embarquez si vous ne partez pas seul. 

En effet, si vous partez seul et que vous êtes en bonne forme, vous pouvez imaginer à peu près toutes les combinaisons de kilométrages/dénivelé possibles, sinon, il faudra freiner quelques peu vos ardeurs d’aventurier/aventurière pour prendre en considération
des besoins et possibilités de chacun.  Mais organiser une journée ne se résume pas à connaitre sa condition physique ou celle de son équipe, il s’agit aussi de faire entrer dans la balance vos aspirations. Je m’explique : vos yeux ne quittent pas le compteur et ce qui vous importe le plus est de rouler et de voir défiler le paysage : lâchez-vous et envoyez du kilomètre lors de votre planification. En revanche, si votre but est de fureter à la recherche de mures et de framboises sauvages, de papoter avec Marcel que vous venez de rencontrer, de suivre tous les panneaux « fromagerie 150m à droite » que vous verrez, de visiter 3 châteaux par jour ou de faire 17 câlins au kilomètre aux petits louveteaux assis dans votre carriole, levez définitivement le pied ! 


Lors de notre voyage breton, nous avions prévu 40km. 40 petits kilomètres devrais-je dire car c’est ainsi que nous les considérions avant le départ. Sauf que dans la réalité, avec 2 enfants, tu ne pars pas avant 9h du matin (et encore c’est au prix d’un gros
effort !), tu as 137 pauses avant de te mettre à vraiment rouler ; résultat tu as fait 9,3km à midi, tu lâches enfin les chevaux car les filles ont trouvé leur rythme, sauf que tu dois t’arrêter dans 30min pour le déjeuner. Tu ajoutes à ça une petite crevaison, 600m de D+ par jour, 2-3 points de vues et BIM il est 18h lorsque tu arrives au camping. ET ça c’était sans aucune visite ou détour.  


En résumé, pour vous donner un ordre de grandeur, je dirais que quand vous roulez avec des enfants, il faudrait diviser par 2 voire 3, fonction du dénivelé prévu, la distance des
étapes que vous aviez l’habitude de faire. Ça peut paraitre beaucoup comme ça mais c’est indispensable pour bien profiter en famille.  

Avant de vous quitter, voici quelques repères kilométriques. Sur du plat, pour un voyage sans enfant, je trouve que 60 à 70km c’est top. Ça laisse le temps de bien faire défiler le paysage tout intégrant une visite par jour et un bon repas au resto le midi pour les amateurs. Avec des enfants, je descendrais à 35-40km à nouveau à plat. Après, si vous ajoutez du dénivelé, j’irais même jusqu’à 25-30km fonction de la difficulté. Enfin, en ce qui concerne les journées de pause, sous les 10 jours de voyages je n’en ai jamais ressenti le besoin. Au-delà une journée tous les 10 jours c’est pas mal pour vous reposer et cela aura l’avantage de vous aider à absorber les éventuelles avaries techniques ou météo.   

Description

La RECO de La Pampa c'est le format court de La Pampa. Chaque mois, je vous livre les trucs & astuces à connaitre absolument pour débuter ou évoluer en voyage à vélo. Accompagnée d’experts ou en solo, je fouillerai dans ma malle à malices pour vous équiper du mieux possible en vue de votre prochaine aventure.   

Cette semaine, je vous explique comment trouver vos étapes et répartir les kilomètres!


***

Références citées dans l’épisode : 


*** 

Si ce format vous plait, soutenez-nous 🙌  :

  - Parlez de nous autour de vous ! 🙋‍♀️📢

  - Suivez nous sur Instagram @Pampastic 

  - Abonnez vous sur votre appli de podcast 

  - Notez nous 5 ⭐⭐⭐⭐⭐  :)  *** 


***


[EPISODE 6 - Transcript]   

Dans cet épisode de la RECO, je souhaite vous accompagner dans une étape importante de la planification de votre voyage : le dessin du parcours et surtout, son morcelage.   


En premier lieu, pour un voyage en France il y a 2-3 outils très pratiques pour planifier grosse maille votre trajet : France vélo tourisme et af3v sont 2 bons exemples de cartographie des vélo-routes françaises. 

Pour l’Europe ou pour ensuite affiner votre
itinéraire, vous pouvez utiliser un planificateur tel que Géovélo ou Komoot. Sur Géovélo, il y a une fonctionnalité que j’aime beaucoup, c’est la possibilité de choisir le type de parcours : « direct », « sécurisé », « touristique » ou « équilibré », en fonction de vos envies. Enfin pour aller dans les détails finaux de votre route, fouillez du côté des blogs de voyageurs et des offices de tourisme, vous y dénicherez des petits tips et détours à inclure à votre tracé. Inutile de vous préciser que tous les détails techniques que je cite seront dans les références de cet épisode. 


Maintenant, parlons morcelage des étapes. Sauf à partir plusieurs mois ou mieux, plusieurs années, vous allez avoir besoin d’organiser vos journées et de les repérer un minimum à l’avance. Ce serait quand même dommage d’être paumé dans La Pampa la veille de votre reprise du boulot. 

Pour caler vos journées de pédalage, il vous faut commencer par estimer le « type » de voyage que vous souhaitez faire, j’entends par là le degré d’engagement que vous voulez y mettre. Cela peut dépendre de vous uniquement ou bien de l’équipe que vous embarquez si vous ne partez pas seul. 

En effet, si vous partez seul et que vous êtes en bonne forme, vous pouvez imaginer à peu près toutes les combinaisons de kilométrages/dénivelé possibles, sinon, il faudra freiner quelques peu vos ardeurs d’aventurier/aventurière pour prendre en considération
des besoins et possibilités de chacun.  Mais organiser une journée ne se résume pas à connaitre sa condition physique ou celle de son équipe, il s’agit aussi de faire entrer dans la balance vos aspirations. Je m’explique : vos yeux ne quittent pas le compteur et ce qui vous importe le plus est de rouler et de voir défiler le paysage : lâchez-vous et envoyez du kilomètre lors de votre planification. En revanche, si votre but est de fureter à la recherche de mures et de framboises sauvages, de papoter avec Marcel que vous venez de rencontrer, de suivre tous les panneaux « fromagerie 150m à droite » que vous verrez, de visiter 3 châteaux par jour ou de faire 17 câlins au kilomètre aux petits louveteaux assis dans votre carriole, levez définitivement le pied ! 


Lors de notre voyage breton, nous avions prévu 40km. 40 petits kilomètres devrais-je dire car c’est ainsi que nous les considérions avant le départ. Sauf que dans la réalité, avec 2 enfants, tu ne pars pas avant 9h du matin (et encore c’est au prix d’un gros
effort !), tu as 137 pauses avant de te mettre à vraiment rouler ; résultat tu as fait 9,3km à midi, tu lâches enfin les chevaux car les filles ont trouvé leur rythme, sauf que tu dois t’arrêter dans 30min pour le déjeuner. Tu ajoutes à ça une petite crevaison, 600m de D+ par jour, 2-3 points de vues et BIM il est 18h lorsque tu arrives au camping. ET ça c’était sans aucune visite ou détour.  


En résumé, pour vous donner un ordre de grandeur, je dirais que quand vous roulez avec des enfants, il faudrait diviser par 2 voire 3, fonction du dénivelé prévu, la distance des
étapes que vous aviez l’habitude de faire. Ça peut paraitre beaucoup comme ça mais c’est indispensable pour bien profiter en famille.  

Avant de vous quitter, voici quelques repères kilométriques. Sur du plat, pour un voyage sans enfant, je trouve que 60 à 70km c’est top. Ça laisse le temps de bien faire défiler le paysage tout intégrant une visite par jour et un bon repas au resto le midi pour les amateurs. Avec des enfants, je descendrais à 35-40km à nouveau à plat. Après, si vous ajoutez du dénivelé, j’irais même jusqu’à 25-30km fonction de la difficulté. Enfin, en ce qui concerne les journées de pause, sous les 10 jours de voyages je n’en ai jamais ressenti le besoin. Au-delà une journée tous les 10 jours c’est pas mal pour vous reposer et cela aura l’avantage de vous aider à absorber les éventuelles avaries techniques ou météo.   

Share

Embed

You may also like