#12 - Anthony Bourbon - CEO de Feed : La Foodtech à l'ascension fulgurante cover
#12 - Anthony Bourbon - CEO de Feed : La Foodtech à l'ascension fulgurante cover
La Combinaison

#12 - Anthony Bourbon - CEO de Feed : La Foodtech à l'ascension fulgurante

#12 - Anthony Bourbon - CEO de Feed : La Foodtech à l'ascension fulgurante

2h50 |05/02/2020|

9155

Play
#12 - Anthony Bourbon - CEO de Feed : La Foodtech à l'ascension fulgurante cover
#12 - Anthony Bourbon - CEO de Feed : La Foodtech à l'ascension fulgurante cover
La Combinaison

#12 - Anthony Bourbon - CEO de Feed : La Foodtech à l'ascension fulgurante

#12 - Anthony Bourbon - CEO de Feed : La Foodtech à l'ascension fulgurante

2h50 |05/02/2020|

9155

Play

Description

Je reçois Anthony Bourbon, le CEO et fondateur de Feed. Cet épisode est particulièrement long, 2h50, mais faites-moi confiance, il est passionnant. 

Anthony est surprenant par son franc parler, sa clairvoyance, son ambition et sa détermination démesurée.

« Je veux mourir avec 1 milliard sur mon compte », ça plante le décor et surtout l’ambition d’Anthony.

Anthony débute notre conversation en nous parlant de son enfance, assez compliquée. Pas ou peu de famille, des parents avec lesquels il ne s’entend pas. Il part très vite de chez lui.

Sans argent, il ne peut pas financer une école de commerce. Il s’oriente vers le droit, d’une part parce que le cursus est gratuit, et d’autre part, car il veut comprendre le système : les lois. Il indique dans une interview à Forbes : « j’ai fait du droit, parce que j’ai compris que ça me permettrait, non pas de dévier des règles, mais a minima de les comprendre et de pouvoir les optimiser »

Pour financer ses études, il enchaine les petits boulots, il répare des calculatrices cassées, puis bascule vers les scooters, les voitures, et enfin retape des appartements, pour les revendre. A chaque affaire, il investit tout son argent, pour maximiser sa marge.

Il ne fait que travailler, dort très peu, et déjà il remarque que manger est une perte de temps. Il ne peut pas se permettre de s’arrêter pour manger. C’est une perte de temps.

Sur Internet, il se documente sur les besoins nutritionnels des humains, et créé une sorte de muesli qui comporte tous les besoins indispensables pour une vie sans carence.

Il la mixe, en créé une poudre, et se nourrit de cette mixture. Très rapidement, ses copains, lui demande de lui en fabriquer. Feed est né !

Sans même avoir lancé de process de fabrication, il lance les précommandes sur Instagram, et en récolte 10 000, en une semaine. C’est parti !

Très rapidement, il lève 500 000 euros, 3 millions puis 15 millions d’euros, et ce en moins de 3 ans. Il ne l’a pas confirmé, mais il semble qu’en février 2020, il devrait lever entre 40 et 50 millions d’euros.

La révolution Feed est en marche.

En 3 ans, Feed est disponible partout : Monoprix, Carrefour, Amazon, station services…plus de 5000 points de vente.

Initialement une poudre, Feed est désormais disponible en prêt à boire, barre, shaker… mais aussi en gamme light et sport.

Feed a déjà distribué plus de 15 millions de repas, et est disponible dans 40 pays, avec des ventes offline, et online qui progresse très vite.

De façon plus personnel, Anthony a une ambition démesurée. Rien ne l’arrête, la vie en entreprise c’est TTC : Travail, Talent et Chance.

Pour lui, l’aventure Feed, ce n’est que le début. Il est très proche de ses collaborateurs. Tout le monde se tutoye, ils sont jeunes, et sont quasiment tous détenteurs de BSPCE, ce qui permettra à chacun d’avoir un joli pécule lors d’un éventuel exit, IPO…

Anthony vit toujours dans son appartement de 40 m2 tout près de son bureau, a des besoins simples, et ne veut surtout pas oublier d’où il vient.

En 2019, il créé une fondation Feedback qui aide les jeunes en situation difficile, à s’élever, créer de la richesse. Pour cela, il reverse 1% de son chiffre d’affaire à cette fondation.

Dans notre entretien, Anthony revient sur la polémique Feed, en France le pays de la gastronomie. 

Très souvent sur les réseaux sociaux, Feed se fait insulter, décrier. Anthony a même reçu des menaces de mort.

J’ai vraiment apprécié notre conversation, et je pense que ça s’entend. Anthony, c’est quelqu’un de cool, supérieurement intelligent. C’est vrai à certains moments, il est clivant, parle « Cash », et c’est ça qui est intéressant.

Mais son plus grand objectif de vie est la liberté.

Bonne écoute 😊

PS : N’oubliez pas de vous abonner pour être alerté dès qu’un nouvel épisode est en ligne. Il suffit de cliquer sur « S’abonner », dans votre application de podcast préférée.

Enfin, si vous avez appréciez cet épisode, merci de le dire avec des étoiles (5/5) pour ceux qui sont sur Mac / iPhone / iPad (Apple Podcast)

Description

Je reçois Anthony Bourbon, le CEO et fondateur de Feed. Cet épisode est particulièrement long, 2h50, mais faites-moi confiance, il est passionnant. 

Anthony est surprenant par son franc parler, sa clairvoyance, son ambition et sa détermination démesurée.

« Je veux mourir avec 1 milliard sur mon compte », ça plante le décor et surtout l’ambition d’Anthony.

Anthony débute notre conversation en nous parlant de son enfance, assez compliquée. Pas ou peu de famille, des parents avec lesquels il ne s’entend pas. Il part très vite de chez lui.

Sans argent, il ne peut pas financer une école de commerce. Il s’oriente vers le droit, d’une part parce que le cursus est gratuit, et d’autre part, car il veut comprendre le système : les lois. Il indique dans une interview à Forbes : « j’ai fait du droit, parce que j’ai compris que ça me permettrait, non pas de dévier des règles, mais a minima de les comprendre et de pouvoir les optimiser »

Pour financer ses études, il enchaine les petits boulots, il répare des calculatrices cassées, puis bascule vers les scooters, les voitures, et enfin retape des appartements, pour les revendre. A chaque affaire, il investit tout son argent, pour maximiser sa marge.

Il ne fait que travailler, dort très peu, et déjà il remarque que manger est une perte de temps. Il ne peut pas se permettre de s’arrêter pour manger. C’est une perte de temps.

Sur Internet, il se documente sur les besoins nutritionnels des humains, et créé une sorte de muesli qui comporte tous les besoins indispensables pour une vie sans carence.

Il la mixe, en créé une poudre, et se nourrit de cette mixture. Très rapidement, ses copains, lui demande de lui en fabriquer. Feed est né !

Sans même avoir lancé de process de fabrication, il lance les précommandes sur Instagram, et en récolte 10 000, en une semaine. C’est parti !

Très rapidement, il lève 500 000 euros, 3 millions puis 15 millions d’euros, et ce en moins de 3 ans. Il ne l’a pas confirmé, mais il semble qu’en février 2020, il devrait lever entre 40 et 50 millions d’euros.

La révolution Feed est en marche.

En 3 ans, Feed est disponible partout : Monoprix, Carrefour, Amazon, station services…plus de 5000 points de vente.

Initialement une poudre, Feed est désormais disponible en prêt à boire, barre, shaker… mais aussi en gamme light et sport.

Feed a déjà distribué plus de 15 millions de repas, et est disponible dans 40 pays, avec des ventes offline, et online qui progresse très vite.

De façon plus personnel, Anthony a une ambition démesurée. Rien ne l’arrête, la vie en entreprise c’est TTC : Travail, Talent et Chance.

Pour lui, l’aventure Feed, ce n’est que le début. Il est très proche de ses collaborateurs. Tout le monde se tutoye, ils sont jeunes, et sont quasiment tous détenteurs de BSPCE, ce qui permettra à chacun d’avoir un joli pécule lors d’un éventuel exit, IPO…

Anthony vit toujours dans son appartement de 40 m2 tout près de son bureau, a des besoins simples, et ne veut surtout pas oublier d’où il vient.

En 2019, il créé une fondation Feedback qui aide les jeunes en situation difficile, à s’élever, créer de la richesse. Pour cela, il reverse 1% de son chiffre d’affaire à cette fondation.

Dans notre entretien, Anthony revient sur la polémique Feed, en France le pays de la gastronomie. 

Très souvent sur les réseaux sociaux, Feed se fait insulter, décrier. Anthony a même reçu des menaces de mort.

J’ai vraiment apprécié notre conversation, et je pense que ça s’entend. Anthony, c’est quelqu’un de cool, supérieurement intelligent. C’est vrai à certains moments, il est clivant, parle « Cash », et c’est ça qui est intéressant.

Mais son plus grand objectif de vie est la liberté.

Bonne écoute 😊

PS : N’oubliez pas de vous abonner pour être alerté dès qu’un nouvel épisode est en ligne. Il suffit de cliquer sur « S’abonner », dans votre application de podcast préférée.

Enfin, si vous avez appréciez cet épisode, merci de le dire avec des étoiles (5/5) pour ceux qui sont sur Mac / iPhone / iPad (Apple Podcast)

Share

Embed

You may also like

Description

Je reçois Anthony Bourbon, le CEO et fondateur de Feed. Cet épisode est particulièrement long, 2h50, mais faites-moi confiance, il est passionnant. 

Anthony est surprenant par son franc parler, sa clairvoyance, son ambition et sa détermination démesurée.

« Je veux mourir avec 1 milliard sur mon compte », ça plante le décor et surtout l’ambition d’Anthony.

Anthony débute notre conversation en nous parlant de son enfance, assez compliquée. Pas ou peu de famille, des parents avec lesquels il ne s’entend pas. Il part très vite de chez lui.

Sans argent, il ne peut pas financer une école de commerce. Il s’oriente vers le droit, d’une part parce que le cursus est gratuit, et d’autre part, car il veut comprendre le système : les lois. Il indique dans une interview à Forbes : « j’ai fait du droit, parce que j’ai compris que ça me permettrait, non pas de dévier des règles, mais a minima de les comprendre et de pouvoir les optimiser »

Pour financer ses études, il enchaine les petits boulots, il répare des calculatrices cassées, puis bascule vers les scooters, les voitures, et enfin retape des appartements, pour les revendre. A chaque affaire, il investit tout son argent, pour maximiser sa marge.

Il ne fait que travailler, dort très peu, et déjà il remarque que manger est une perte de temps. Il ne peut pas se permettre de s’arrêter pour manger. C’est une perte de temps.

Sur Internet, il se documente sur les besoins nutritionnels des humains, et créé une sorte de muesli qui comporte tous les besoins indispensables pour une vie sans carence.

Il la mixe, en créé une poudre, et se nourrit de cette mixture. Très rapidement, ses copains, lui demande de lui en fabriquer. Feed est né !

Sans même avoir lancé de process de fabrication, il lance les précommandes sur Instagram, et en récolte 10 000, en une semaine. C’est parti !

Très rapidement, il lève 500 000 euros, 3 millions puis 15 millions d’euros, et ce en moins de 3 ans. Il ne l’a pas confirmé, mais il semble qu’en février 2020, il devrait lever entre 40 et 50 millions d’euros.

La révolution Feed est en marche.

En 3 ans, Feed est disponible partout : Monoprix, Carrefour, Amazon, station services…plus de 5000 points de vente.

Initialement une poudre, Feed est désormais disponible en prêt à boire, barre, shaker… mais aussi en gamme light et sport.

Feed a déjà distribué plus de 15 millions de repas, et est disponible dans 40 pays, avec des ventes offline, et online qui progresse très vite.

De façon plus personnel, Anthony a une ambition démesurée. Rien ne l’arrête, la vie en entreprise c’est TTC : Travail, Talent et Chance.

Pour lui, l’aventure Feed, ce n’est que le début. Il est très proche de ses collaborateurs. Tout le monde se tutoye, ils sont jeunes, et sont quasiment tous détenteurs de BSPCE, ce qui permettra à chacun d’avoir un joli pécule lors d’un éventuel exit, IPO…

Anthony vit toujours dans son appartement de 40 m2 tout près de son bureau, a des besoins simples, et ne veut surtout pas oublier d’où il vient.

En 2019, il créé une fondation Feedback qui aide les jeunes en situation difficile, à s’élever, créer de la richesse. Pour cela, il reverse 1% de son chiffre d’affaire à cette fondation.

Dans notre entretien, Anthony revient sur la polémique Feed, en France le pays de la gastronomie. 

Très souvent sur les réseaux sociaux, Feed se fait insulter, décrier. Anthony a même reçu des menaces de mort.

J’ai vraiment apprécié notre conversation, et je pense que ça s’entend. Anthony, c’est quelqu’un de cool, supérieurement intelligent. C’est vrai à certains moments, il est clivant, parle « Cash », et c’est ça qui est intéressant.

Mais son plus grand objectif de vie est la liberté.

Bonne écoute 😊

PS : N’oubliez pas de vous abonner pour être alerté dès qu’un nouvel épisode est en ligne. Il suffit de cliquer sur « S’abonner », dans votre application de podcast préférée.

Enfin, si vous avez appréciez cet épisode, merci de le dire avec des étoiles (5/5) pour ceux qui sont sur Mac / iPhone / iPad (Apple Podcast)

Description

Je reçois Anthony Bourbon, le CEO et fondateur de Feed. Cet épisode est particulièrement long, 2h50, mais faites-moi confiance, il est passionnant. 

Anthony est surprenant par son franc parler, sa clairvoyance, son ambition et sa détermination démesurée.

« Je veux mourir avec 1 milliard sur mon compte », ça plante le décor et surtout l’ambition d’Anthony.

Anthony débute notre conversation en nous parlant de son enfance, assez compliquée. Pas ou peu de famille, des parents avec lesquels il ne s’entend pas. Il part très vite de chez lui.

Sans argent, il ne peut pas financer une école de commerce. Il s’oriente vers le droit, d’une part parce que le cursus est gratuit, et d’autre part, car il veut comprendre le système : les lois. Il indique dans une interview à Forbes : « j’ai fait du droit, parce que j’ai compris que ça me permettrait, non pas de dévier des règles, mais a minima de les comprendre et de pouvoir les optimiser »

Pour financer ses études, il enchaine les petits boulots, il répare des calculatrices cassées, puis bascule vers les scooters, les voitures, et enfin retape des appartements, pour les revendre. A chaque affaire, il investit tout son argent, pour maximiser sa marge.

Il ne fait que travailler, dort très peu, et déjà il remarque que manger est une perte de temps. Il ne peut pas se permettre de s’arrêter pour manger. C’est une perte de temps.

Sur Internet, il se documente sur les besoins nutritionnels des humains, et créé une sorte de muesli qui comporte tous les besoins indispensables pour une vie sans carence.

Il la mixe, en créé une poudre, et se nourrit de cette mixture. Très rapidement, ses copains, lui demande de lui en fabriquer. Feed est né !

Sans même avoir lancé de process de fabrication, il lance les précommandes sur Instagram, et en récolte 10 000, en une semaine. C’est parti !

Très rapidement, il lève 500 000 euros, 3 millions puis 15 millions d’euros, et ce en moins de 3 ans. Il ne l’a pas confirmé, mais il semble qu’en février 2020, il devrait lever entre 40 et 50 millions d’euros.

La révolution Feed est en marche.

En 3 ans, Feed est disponible partout : Monoprix, Carrefour, Amazon, station services…plus de 5000 points de vente.

Initialement une poudre, Feed est désormais disponible en prêt à boire, barre, shaker… mais aussi en gamme light et sport.

Feed a déjà distribué plus de 15 millions de repas, et est disponible dans 40 pays, avec des ventes offline, et online qui progresse très vite.

De façon plus personnel, Anthony a une ambition démesurée. Rien ne l’arrête, la vie en entreprise c’est TTC : Travail, Talent et Chance.

Pour lui, l’aventure Feed, ce n’est que le début. Il est très proche de ses collaborateurs. Tout le monde se tutoye, ils sont jeunes, et sont quasiment tous détenteurs de BSPCE, ce qui permettra à chacun d’avoir un joli pécule lors d’un éventuel exit, IPO…

Anthony vit toujours dans son appartement de 40 m2 tout près de son bureau, a des besoins simples, et ne veut surtout pas oublier d’où il vient.

En 2019, il créé une fondation Feedback qui aide les jeunes en situation difficile, à s’élever, créer de la richesse. Pour cela, il reverse 1% de son chiffre d’affaire à cette fondation.

Dans notre entretien, Anthony revient sur la polémique Feed, en France le pays de la gastronomie. 

Très souvent sur les réseaux sociaux, Feed se fait insulter, décrier. Anthony a même reçu des menaces de mort.

J’ai vraiment apprécié notre conversation, et je pense que ça s’entend. Anthony, c’est quelqu’un de cool, supérieurement intelligent. C’est vrai à certains moments, il est clivant, parle « Cash », et c’est ça qui est intéressant.

Mais son plus grand objectif de vie est la liberté.

Bonne écoute 😊

PS : N’oubliez pas de vous abonner pour être alerté dès qu’un nouvel épisode est en ligne. Il suffit de cliquer sur « S’abonner », dans votre application de podcast préférée.

Enfin, si vous avez appréciez cet épisode, merci de le dire avec des étoiles (5/5) pour ceux qui sont sur Mac / iPhone / iPad (Apple Podcast)

Share

Embed

You may also like