undefined cover
undefined cover
#5 - partie 3 : comprendre le positionnement des universités et les enjeux de la poursuite d'études cover
#5 - partie 3 : comprendre le positionnement des universités et les enjeux de la poursuite d'études cover
Le film annuel de l'IH2EF

#5 - partie 3 : comprendre le positionnement des universités et les enjeux de la poursuite d'études

#5 - partie 3 : comprendre le positionnement des universités et les enjeux de la poursuite d'études

27min |21/01/2022
Play
undefined cover
undefined cover
#5 - partie 3 : comprendre le positionnement des universités et les enjeux de la poursuite d'études cover
#5 - partie 3 : comprendre le positionnement des universités et les enjeux de la poursuite d'études cover
Le film annuel de l'IH2EF

#5 - partie 3 : comprendre le positionnement des universités et les enjeux de la poursuite d'études

#5 - partie 3 : comprendre le positionnement des universités et les enjeux de la poursuite d'études

27min |21/01/2022
Play

Description

Les universités ont connu de profondes mutations au cours de la dernière décennie. Le baccalauréat, premier diplôme des grades universitaires, est de plus en plus un diplôme qui permet l'accès à une multitude de formations dites "post-bac". Le plus souvent publiques mais aussi privées, ces dernières sont en très forte progression. S’agissant de l’université, l'offre de formation s’est considérablement diversifiée et de nombreuses réformes ont modifié le paysage de l'enseignement universitaire. 

Pour l’ensemble de ces raisons, un proviseur de lycée doit, aujourd'hui plus encore, convaincre et expliquer en quoi la nature du baccalauréat prédispose soit à des poursuites d’études longues par les universités, soit à des cursus plus courts par la voie des sections de techniciens supérieurs ou des instituts universitaires de technologie, sachant qu’il existe des possibilités de passerelles entre ces différents parcours.


Pouvoir présenter le panel des formations supérieures nécessite de connaître les évolutions qui ont marqué l’université ces dernières années.


En premier lieu, l’université a acquis une autonomie plus forte en particulier dans le développement de son offre de formation. Ses relations avec les acteurs du territoire, le représentant de l’État et la tutelle ont grandement évolué. Ainsi la création des recteurs délégués à l’enseignement supérieur, la recherche et l’innovation ont créé de nouvelles conditions pour le dialogue et la régulation du système au sein des académies.


En second lieu, l’accès à l’enseignement supérieur a lui-même été réformé en 2018, avec :

  • Parcoursup et la possibilité de définir des capacités d’accueil ;
  • dans le même temps, le droit à la poursuite d’études ;
  • des dispositifs d’accompagnement plus nombreux visant à réduire le taux d’échec important en licence.


La démocratisation et l’enjeu d’égalité des chances sont au cœur de la question de l’accès à l’enseignement supérieur.


Aussi, cette réforme de l’accès à l’enseignement supérieur doit être replacée dans un contexte plus large, considérant tout d'abord que la réussite et l’insertion des étudiants relèvent d’autres dimensions liées à la vie étudiante et en prenant en compte la dimension d’internationalisation des universités avec notamment les universités européennes.


C’est l’ambition de la série de podcasts que nous vous proposons ici. Nous abordons successivement ces questions avec les auteurs qui ont récemment participé à la deuxième édition de l’ouvrage "Les universités en France", dirigé par Frédéric Forest, IGÉSR, publié aux Presses universitaires de Rouen et du Havre, sorti en décembre 2021.


Intervenants :


  •  Daniel Filâtre : professeur des universités et recteur honoraire ;
  •  Jérôme Teillard : inspecteur général de l’éducation, du sport et de la recherche ;
  •  Marie Duru-Bellat : professeur émérite à Sciences Po-Paris, rattachée à l’Observatoire sociologique du changement et à l’Institut de Recherche sur l’Éducation. 

Dans cette troisiième émission nous entrons dans la réforme de l’accès à l’enseignement supérieur pour éclairer les leviers et moyens mobilisés pour améliorer l’orientation et la réussite d’un plus grand nombre d’étudiants.


Description

Les universités ont connu de profondes mutations au cours de la dernière décennie. Le baccalauréat, premier diplôme des grades universitaires, est de plus en plus un diplôme qui permet l'accès à une multitude de formations dites "post-bac". Le plus souvent publiques mais aussi privées, ces dernières sont en très forte progression. S’agissant de l’université, l'offre de formation s’est considérablement diversifiée et de nombreuses réformes ont modifié le paysage de l'enseignement universitaire. 

Pour l’ensemble de ces raisons, un proviseur de lycée doit, aujourd'hui plus encore, convaincre et expliquer en quoi la nature du baccalauréat prédispose soit à des poursuites d’études longues par les universités, soit à des cursus plus courts par la voie des sections de techniciens supérieurs ou des instituts universitaires de technologie, sachant qu’il existe des possibilités de passerelles entre ces différents parcours.


Pouvoir présenter le panel des formations supérieures nécessite de connaître les évolutions qui ont marqué l’université ces dernières années.


En premier lieu, l’université a acquis une autonomie plus forte en particulier dans le développement de son offre de formation. Ses relations avec les acteurs du territoire, le représentant de l’État et la tutelle ont grandement évolué. Ainsi la création des recteurs délégués à l’enseignement supérieur, la recherche et l’innovation ont créé de nouvelles conditions pour le dialogue et la régulation du système au sein des académies.


En second lieu, l’accès à l’enseignement supérieur a lui-même été réformé en 2018, avec :

  • Parcoursup et la possibilité de définir des capacités d’accueil ;
  • dans le même temps, le droit à la poursuite d’études ;
  • des dispositifs d’accompagnement plus nombreux visant à réduire le taux d’échec important en licence.


La démocratisation et l’enjeu d’égalité des chances sont au cœur de la question de l’accès à l’enseignement supérieur.


Aussi, cette réforme de l’accès à l’enseignement supérieur doit être replacée dans un contexte plus large, considérant tout d'abord que la réussite et l’insertion des étudiants relèvent d’autres dimensions liées à la vie étudiante et en prenant en compte la dimension d’internationalisation des universités avec notamment les universités européennes.


C’est l’ambition de la série de podcasts que nous vous proposons ici. Nous abordons successivement ces questions avec les auteurs qui ont récemment participé à la deuxième édition de l’ouvrage "Les universités en France", dirigé par Frédéric Forest, IGÉSR, publié aux Presses universitaires de Rouen et du Havre, sorti en décembre 2021.


Intervenants :


  •  Daniel Filâtre : professeur des universités et recteur honoraire ;
  •  Jérôme Teillard : inspecteur général de l’éducation, du sport et de la recherche ;
  •  Marie Duru-Bellat : professeur émérite à Sciences Po-Paris, rattachée à l’Observatoire sociologique du changement et à l’Institut de Recherche sur l’Éducation. 

Dans cette troisiième émission nous entrons dans la réforme de l’accès à l’enseignement supérieur pour éclairer les leviers et moyens mobilisés pour améliorer l’orientation et la réussite d’un plus grand nombre d’étudiants.


Share

Embed

You may also like

Description

Les universités ont connu de profondes mutations au cours de la dernière décennie. Le baccalauréat, premier diplôme des grades universitaires, est de plus en plus un diplôme qui permet l'accès à une multitude de formations dites "post-bac". Le plus souvent publiques mais aussi privées, ces dernières sont en très forte progression. S’agissant de l’université, l'offre de formation s’est considérablement diversifiée et de nombreuses réformes ont modifié le paysage de l'enseignement universitaire. 

Pour l’ensemble de ces raisons, un proviseur de lycée doit, aujourd'hui plus encore, convaincre et expliquer en quoi la nature du baccalauréat prédispose soit à des poursuites d’études longues par les universités, soit à des cursus plus courts par la voie des sections de techniciens supérieurs ou des instituts universitaires de technologie, sachant qu’il existe des possibilités de passerelles entre ces différents parcours.


Pouvoir présenter le panel des formations supérieures nécessite de connaître les évolutions qui ont marqué l’université ces dernières années.


En premier lieu, l’université a acquis une autonomie plus forte en particulier dans le développement de son offre de formation. Ses relations avec les acteurs du territoire, le représentant de l’État et la tutelle ont grandement évolué. Ainsi la création des recteurs délégués à l’enseignement supérieur, la recherche et l’innovation ont créé de nouvelles conditions pour le dialogue et la régulation du système au sein des académies.


En second lieu, l’accès à l’enseignement supérieur a lui-même été réformé en 2018, avec :

  • Parcoursup et la possibilité de définir des capacités d’accueil ;
  • dans le même temps, le droit à la poursuite d’études ;
  • des dispositifs d’accompagnement plus nombreux visant à réduire le taux d’échec important en licence.


La démocratisation et l’enjeu d’égalité des chances sont au cœur de la question de l’accès à l’enseignement supérieur.


Aussi, cette réforme de l’accès à l’enseignement supérieur doit être replacée dans un contexte plus large, considérant tout d'abord que la réussite et l’insertion des étudiants relèvent d’autres dimensions liées à la vie étudiante et en prenant en compte la dimension d’internationalisation des universités avec notamment les universités européennes.


C’est l’ambition de la série de podcasts que nous vous proposons ici. Nous abordons successivement ces questions avec les auteurs qui ont récemment participé à la deuxième édition de l’ouvrage "Les universités en France", dirigé par Frédéric Forest, IGÉSR, publié aux Presses universitaires de Rouen et du Havre, sorti en décembre 2021.


Intervenants :


  •  Daniel Filâtre : professeur des universités et recteur honoraire ;
  •  Jérôme Teillard : inspecteur général de l’éducation, du sport et de la recherche ;
  •  Marie Duru-Bellat : professeur émérite à Sciences Po-Paris, rattachée à l’Observatoire sociologique du changement et à l’Institut de Recherche sur l’Éducation. 

Dans cette troisiième émission nous entrons dans la réforme de l’accès à l’enseignement supérieur pour éclairer les leviers et moyens mobilisés pour améliorer l’orientation et la réussite d’un plus grand nombre d’étudiants.


Description

Les universités ont connu de profondes mutations au cours de la dernière décennie. Le baccalauréat, premier diplôme des grades universitaires, est de plus en plus un diplôme qui permet l'accès à une multitude de formations dites "post-bac". Le plus souvent publiques mais aussi privées, ces dernières sont en très forte progression. S’agissant de l’université, l'offre de formation s’est considérablement diversifiée et de nombreuses réformes ont modifié le paysage de l'enseignement universitaire. 

Pour l’ensemble de ces raisons, un proviseur de lycée doit, aujourd'hui plus encore, convaincre et expliquer en quoi la nature du baccalauréat prédispose soit à des poursuites d’études longues par les universités, soit à des cursus plus courts par la voie des sections de techniciens supérieurs ou des instituts universitaires de technologie, sachant qu’il existe des possibilités de passerelles entre ces différents parcours.


Pouvoir présenter le panel des formations supérieures nécessite de connaître les évolutions qui ont marqué l’université ces dernières années.


En premier lieu, l’université a acquis une autonomie plus forte en particulier dans le développement de son offre de formation. Ses relations avec les acteurs du territoire, le représentant de l’État et la tutelle ont grandement évolué. Ainsi la création des recteurs délégués à l’enseignement supérieur, la recherche et l’innovation ont créé de nouvelles conditions pour le dialogue et la régulation du système au sein des académies.


En second lieu, l’accès à l’enseignement supérieur a lui-même été réformé en 2018, avec :

  • Parcoursup et la possibilité de définir des capacités d’accueil ;
  • dans le même temps, le droit à la poursuite d’études ;
  • des dispositifs d’accompagnement plus nombreux visant à réduire le taux d’échec important en licence.


La démocratisation et l’enjeu d’égalité des chances sont au cœur de la question de l’accès à l’enseignement supérieur.


Aussi, cette réforme de l’accès à l’enseignement supérieur doit être replacée dans un contexte plus large, considérant tout d'abord que la réussite et l’insertion des étudiants relèvent d’autres dimensions liées à la vie étudiante et en prenant en compte la dimension d’internationalisation des universités avec notamment les universités européennes.


C’est l’ambition de la série de podcasts que nous vous proposons ici. Nous abordons successivement ces questions avec les auteurs qui ont récemment participé à la deuxième édition de l’ouvrage "Les universités en France", dirigé par Frédéric Forest, IGÉSR, publié aux Presses universitaires de Rouen et du Havre, sorti en décembre 2021.


Intervenants :


  •  Daniel Filâtre : professeur des universités et recteur honoraire ;
  •  Jérôme Teillard : inspecteur général de l’éducation, du sport et de la recherche ;
  •  Marie Duru-Bellat : professeur émérite à Sciences Po-Paris, rattachée à l’Observatoire sociologique du changement et à l’Institut de Recherche sur l’Éducation. 

Dans cette troisiième émission nous entrons dans la réforme de l’accès à l’enseignement supérieur pour éclairer les leviers et moyens mobilisés pour améliorer l’orientation et la réussite d’un plus grand nombre d’étudiants.


Share

Embed

You may also like