undefined cover
undefined cover
Anaïs Baseilhac: La mi-temps cover
Anaïs Baseilhac: La mi-temps cover
Les Impostures

Anaïs Baseilhac: La mi-temps

Anaïs Baseilhac: La mi-temps

57min |15/06/2023
Play
undefined cover
undefined cover
Anaïs Baseilhac: La mi-temps cover
Anaïs Baseilhac: La mi-temps cover
Les Impostures

Anaïs Baseilhac: La mi-temps

Anaïs Baseilhac: La mi-temps

57min |15/06/2023
Play

Description

La photographe et réalisatrice Anaïs Baseilhac raconte la création de son premier court métrage «La mi-temps». Réalisé dans le cadre de son master en écritures documentaires, le film capte le quotidien du salon de coiffure Lorenzo Styl’ et interroge le rapport des hommes à leur apparence et leur sensibilité. On a parlé des personnages qui émergent devant la caméra, du réaménagement des images et de l’importance de prendre sa place. 

Description

La photographe et réalisatrice Anaïs Baseilhac raconte la création de son premier court métrage «La mi-temps». Réalisé dans le cadre de son master en écritures documentaires, le film capte le quotidien du salon de coiffure Lorenzo Styl’ et interroge le rapport des hommes à leur apparence et leur sensibilité. On a parlé des personnages qui émergent devant la caméra, du réaménagement des images et de l’importance de prendre sa place. 

Share

Embed

You may also like

Description

La photographe et réalisatrice Anaïs Baseilhac raconte la création de son premier court métrage «La mi-temps». Réalisé dans le cadre de son master en écritures documentaires, le film capte le quotidien du salon de coiffure Lorenzo Styl’ et interroge le rapport des hommes à leur apparence et leur sensibilité. On a parlé des personnages qui émergent devant la caméra, du réaménagement des images et de l’importance de prendre sa place. 

Description

La photographe et réalisatrice Anaïs Baseilhac raconte la création de son premier court métrage «La mi-temps». Réalisé dans le cadre de son master en écritures documentaires, le film capte le quotidien du salon de coiffure Lorenzo Styl’ et interroge le rapport des hommes à leur apparence et leur sensibilité. On a parlé des personnages qui émergent devant la caméra, du réaménagement des images et de l’importance de prendre sa place. 

Share

Embed

You may also like