Episode 2 - Léonora Miano cover
Episode 2 - Léonora Miano cover
Lettres d'Automne, le podcast

Episode 2 - Léonora Miano

Episode 2 - Léonora Miano

1h11 |03/06/2021
Listen
Episode 2 - Léonora Miano cover
Episode 2 - Léonora Miano cover
Lettres d'Automne, le podcast

Episode 2 - Léonora Miano

Episode 2 - Léonora Miano

1h11 |03/06/2021
Listen

Description

Entretiens avec Léonora Miano, Aminata Aïdara, Sofia Aouine, Salomé Berlemont-Gilles et Gaël Octavia, par Brice Torrecillas

Dans cet épisode, nous aurons le plaisir d’accueillir Léonora Miano  dont l’œuvre prolifique explore inlassablement des thématiques liées  aux expériences subsahariennes et afrodescendantes. C’est le cas dans  son dernier roman, Rouge impératrice, comme dans son dernier essai, Afropea. Utopie post-occidentale et post-raciste, tous deux parus chez Grasset. Prix Goncourt des lycéens en 2006 pour Contours du jour qui vient, Prix Seligmann 2012 pour Écrits pour la parole, Prix Femina 2013 pour son roman La Saison de l’ombre, Léonora Miano a également reçu en 2011 le grand prix littéraire de l’Afrique noire pour l’ensemble de son œuvre.
Nous la retrouvons ici entourée de quatre autrices – Aminata Aïdara,  Sofia Aouine, Salomé Berlemont-Gilles et Gaël Octavia – qu’elle avait  souhaité convier à Lettres d’Automne. Un dialogue à cinq voix où il sera  tout à la fois question de Faulkner, de Shakespeare, de Simone de  Beauvoir, de jazz, d’une nouvelle maison d’éditions, de la liberté  d’écrire là où l’on ne vous attend pas…

Et pour terminer nous recevons un très beau cadeau : Léonora Miano nous offre la lecture d’extraits de Passages,  une série inédite d’instantanés de la vie togolaise qu’elle a saisis au  printemps 2020, durant la période de confinement planétaire.

Passages, Le récit de la ville 1
de et par  Léonora Miano
Au printemps 2020, alors que la pandémie due au covid-19  paralyse la planète, Le Temps, quotidien suisse, sollicite la parole  des écrivains. Invitée à écrire au sujet de cet événement dont on ne  peut encore mesurer la portée, Léonora Miano compose Passages, une série  de portraits, de tranches de vie témoignant de l’impact de la pandémie  sur les habitants de Lomé, capitale du Togo où elle réside.
La question de la circulation s’impose très tôt, dans cette région ouest  africaine connue pour son dynamisme commercial, lequel dépend  évidemment de la possibilité d’aller et venir. Passages, c’est donc  d’abord cela, une présentation de la manière dont la mobilité des uns et  des autres est soudain contrariée.
Puis, la ville elle-même se met à parler. Il se pourrait d’ailleurs  qu’elle soit la narratrice de l’ensemble. La suite de portraits  s’interrompt par moments pour faire entendre les réflexions de Lomé, une  description plus immédiate de cette étrange situation. Le récit de la  ville se compose de trois parties. La première, qui s’intéresse au début  de la pandémie, est l’objet de cette lecture.
Chacun des mouvements est introduit par des ambiances locales, bruits de la ville, appel des taxis motos, conversations, chants…

Passages, Le récit de la ville (1), a été enregistré au studio Colibri à Lomé.
Ingénieur du son : Rodrigue Bellow / Bruitages : Rodrigue  Bellow / Dialogue zemidjan (conducteur de moto taxi) et dealer de  Tramadol : Michael Olufade (zem), Gracia Zanklassou (dealer) /  Musiques  : Akpe (chant religieux entendu après un prêche de rue) Paroles et  musiques par Isaac Dogbo, Chanté par Rodi Ade ; Edo egne ame (chanson  que le zem entend dans un bar de plage)  Paroles, musique et chant par  Rodi Ade, Arrangements par Rodrigue Bellow et Michael Olufade /  Sossignalé (conclusion) Par Elom 20ce, album Indigo /
Écriture, lecture et autres voix : Léonora Miano

Production de l’épisode : Confluences / Réalisation : Qude /  Entretiens :  Brice Torrecillas / Musique du générique : Alexis  Kowalczewski

Livres cités dans cet épisode :
Afropea, Léonora Miano, Grasset, 2020
Rouge Impératrice, Léonora Miano, Grasset, 2019
La Saison de l’ombre, Léonora Miano, Grasset, 2013
Contours du jour qui vient, Léonora Miano, Plon, 2006
Je suis quelqu’un, Aminata Aïdara, Gallimard, 2018
Rhapsodie des oubliés, Sofia Aouine, La Martinière, 2019
Le Premier qui tombera, Salomé Berlemont-Gilles, Grasset, 2020
La bonne histoire de Madeleine Démétrius, Gaël Octavia, Gallimard, 2020
Le deuxième sexe, Simone de Beauvoir, Gallimard, 1949

Chapters

  • Introduction

    00:14

  • Entretiens croisés

    02:28

  • Lecture de "Passages"

    45:50

  • Générique de fin

    01:10:35

Description

Entretiens avec Léonora Miano, Aminata Aïdara, Sofia Aouine, Salomé Berlemont-Gilles et Gaël Octavia, par Brice Torrecillas

Dans cet épisode, nous aurons le plaisir d’accueillir Léonora Miano  dont l’œuvre prolifique explore inlassablement des thématiques liées  aux expériences subsahariennes et afrodescendantes. C’est le cas dans  son dernier roman, Rouge impératrice, comme dans son dernier essai, Afropea. Utopie post-occidentale et post-raciste, tous deux parus chez Grasset. Prix Goncourt des lycéens en 2006 pour Contours du jour qui vient, Prix Seligmann 2012 pour Écrits pour la parole, Prix Femina 2013 pour son roman La Saison de l’ombre, Léonora Miano a également reçu en 2011 le grand prix littéraire de l’Afrique noire pour l’ensemble de son œuvre.
Nous la retrouvons ici entourée de quatre autrices – Aminata Aïdara,  Sofia Aouine, Salomé Berlemont-Gilles et Gaël Octavia – qu’elle avait  souhaité convier à Lettres d’Automne. Un dialogue à cinq voix où il sera  tout à la fois question de Faulkner, de Shakespeare, de Simone de  Beauvoir, de jazz, d’une nouvelle maison d’éditions, de la liberté  d’écrire là où l’on ne vous attend pas…

Et pour terminer nous recevons un très beau cadeau : Léonora Miano nous offre la lecture d’extraits de Passages,  une série inédite d’instantanés de la vie togolaise qu’elle a saisis au  printemps 2020, durant la période de confinement planétaire.

Passages, Le récit de la ville 1
de et par  Léonora Miano
Au printemps 2020, alors que la pandémie due au covid-19  paralyse la planète, Le Temps, quotidien suisse, sollicite la parole  des écrivains. Invitée à écrire au sujet de cet événement dont on ne  peut encore mesurer la portée, Léonora Miano compose Passages, une série  de portraits, de tranches de vie témoignant de l’impact de la pandémie  sur les habitants de Lomé, capitale du Togo où elle réside.
La question de la circulation s’impose très tôt, dans cette région ouest  africaine connue pour son dynamisme commercial, lequel dépend  évidemment de la possibilité d’aller et venir. Passages, c’est donc  d’abord cela, une présentation de la manière dont la mobilité des uns et  des autres est soudain contrariée.
Puis, la ville elle-même se met à parler. Il se pourrait d’ailleurs  qu’elle soit la narratrice de l’ensemble. La suite de portraits  s’interrompt par moments pour faire entendre les réflexions de Lomé, une  description plus immédiate de cette étrange situation. Le récit de la  ville se compose de trois parties. La première, qui s’intéresse au début  de la pandémie, est l’objet de cette lecture.
Chacun des mouvements est introduit par des ambiances locales, bruits de la ville, appel des taxis motos, conversations, chants…

Passages, Le récit de la ville (1), a été enregistré au studio Colibri à Lomé.
Ingénieur du son : Rodrigue Bellow / Bruitages : Rodrigue  Bellow / Dialogue zemidjan (conducteur de moto taxi) et dealer de  Tramadol : Michael Olufade (zem), Gracia Zanklassou (dealer) /  Musiques  : Akpe (chant religieux entendu après un prêche de rue) Paroles et  musiques par Isaac Dogbo, Chanté par Rodi Ade ; Edo egne ame (chanson  que le zem entend dans un bar de plage)  Paroles, musique et chant par  Rodi Ade, Arrangements par Rodrigue Bellow et Michael Olufade /  Sossignalé (conclusion) Par Elom 20ce, album Indigo /
Écriture, lecture et autres voix : Léonora Miano

Production de l’épisode : Confluences / Réalisation : Qude /  Entretiens :  Brice Torrecillas / Musique du générique : Alexis  Kowalczewski

Livres cités dans cet épisode :
Afropea, Léonora Miano, Grasset, 2020
Rouge Impératrice, Léonora Miano, Grasset, 2019
La Saison de l’ombre, Léonora Miano, Grasset, 2013
Contours du jour qui vient, Léonora Miano, Plon, 2006
Je suis quelqu’un, Aminata Aïdara, Gallimard, 2018
Rhapsodie des oubliés, Sofia Aouine, La Martinière, 2019
Le Premier qui tombera, Salomé Berlemont-Gilles, Grasset, 2020
La bonne histoire de Madeleine Démétrius, Gaël Octavia, Gallimard, 2020
Le deuxième sexe, Simone de Beauvoir, Gallimard, 1949

Chapters

  • Introduction

    00:14

  • Entretiens croisés

    02:28

  • Lecture de "Passages"

    45:50

  • Générique de fin

    01:10:35

Share

Embed

You may also like

Description

Entretiens avec Léonora Miano, Aminata Aïdara, Sofia Aouine, Salomé Berlemont-Gilles et Gaël Octavia, par Brice Torrecillas

Dans cet épisode, nous aurons le plaisir d’accueillir Léonora Miano  dont l’œuvre prolifique explore inlassablement des thématiques liées  aux expériences subsahariennes et afrodescendantes. C’est le cas dans  son dernier roman, Rouge impératrice, comme dans son dernier essai, Afropea. Utopie post-occidentale et post-raciste, tous deux parus chez Grasset. Prix Goncourt des lycéens en 2006 pour Contours du jour qui vient, Prix Seligmann 2012 pour Écrits pour la parole, Prix Femina 2013 pour son roman La Saison de l’ombre, Léonora Miano a également reçu en 2011 le grand prix littéraire de l’Afrique noire pour l’ensemble de son œuvre.
Nous la retrouvons ici entourée de quatre autrices – Aminata Aïdara,  Sofia Aouine, Salomé Berlemont-Gilles et Gaël Octavia – qu’elle avait  souhaité convier à Lettres d’Automne. Un dialogue à cinq voix où il sera  tout à la fois question de Faulkner, de Shakespeare, de Simone de  Beauvoir, de jazz, d’une nouvelle maison d’éditions, de la liberté  d’écrire là où l’on ne vous attend pas…

Et pour terminer nous recevons un très beau cadeau : Léonora Miano nous offre la lecture d’extraits de Passages,  une série inédite d’instantanés de la vie togolaise qu’elle a saisis au  printemps 2020, durant la période de confinement planétaire.

Passages, Le récit de la ville 1
de et par  Léonora Miano
Au printemps 2020, alors que la pandémie due au covid-19  paralyse la planète, Le Temps, quotidien suisse, sollicite la parole  des écrivains. Invitée à écrire au sujet de cet événement dont on ne  peut encore mesurer la portée, Léonora Miano compose Passages, une série  de portraits, de tranches de vie témoignant de l’impact de la pandémie  sur les habitants de Lomé, capitale du Togo où elle réside.
La question de la circulation s’impose très tôt, dans cette région ouest  africaine connue pour son dynamisme commercial, lequel dépend  évidemment de la possibilité d’aller et venir. Passages, c’est donc  d’abord cela, une présentation de la manière dont la mobilité des uns et  des autres est soudain contrariée.
Puis, la ville elle-même se met à parler. Il se pourrait d’ailleurs  qu’elle soit la narratrice de l’ensemble. La suite de portraits  s’interrompt par moments pour faire entendre les réflexions de Lomé, une  description plus immédiate de cette étrange situation. Le récit de la  ville se compose de trois parties. La première, qui s’intéresse au début  de la pandémie, est l’objet de cette lecture.
Chacun des mouvements est introduit par des ambiances locales, bruits de la ville, appel des taxis motos, conversations, chants…

Passages, Le récit de la ville (1), a été enregistré au studio Colibri à Lomé.
Ingénieur du son : Rodrigue Bellow / Bruitages : Rodrigue  Bellow / Dialogue zemidjan (conducteur de moto taxi) et dealer de  Tramadol : Michael Olufade (zem), Gracia Zanklassou (dealer) /  Musiques  : Akpe (chant religieux entendu après un prêche de rue) Paroles et  musiques par Isaac Dogbo, Chanté par Rodi Ade ; Edo egne ame (chanson  que le zem entend dans un bar de plage)  Paroles, musique et chant par  Rodi Ade, Arrangements par Rodrigue Bellow et Michael Olufade /  Sossignalé (conclusion) Par Elom 20ce, album Indigo /
Écriture, lecture et autres voix : Léonora Miano

Production de l’épisode : Confluences / Réalisation : Qude /  Entretiens :  Brice Torrecillas / Musique du générique : Alexis  Kowalczewski

Livres cités dans cet épisode :
Afropea, Léonora Miano, Grasset, 2020
Rouge Impératrice, Léonora Miano, Grasset, 2019
La Saison de l’ombre, Léonora Miano, Grasset, 2013
Contours du jour qui vient, Léonora Miano, Plon, 2006
Je suis quelqu’un, Aminata Aïdara, Gallimard, 2018
Rhapsodie des oubliés, Sofia Aouine, La Martinière, 2019
Le Premier qui tombera, Salomé Berlemont-Gilles, Grasset, 2020
La bonne histoire de Madeleine Démétrius, Gaël Octavia, Gallimard, 2020
Le deuxième sexe, Simone de Beauvoir, Gallimard, 1949

Chapters

  • Introduction

    00:14

  • Entretiens croisés

    02:28

  • Lecture de "Passages"

    45:50

  • Générique de fin

    01:10:35

Description

Entretiens avec Léonora Miano, Aminata Aïdara, Sofia Aouine, Salomé Berlemont-Gilles et Gaël Octavia, par Brice Torrecillas

Dans cet épisode, nous aurons le plaisir d’accueillir Léonora Miano  dont l’œuvre prolifique explore inlassablement des thématiques liées  aux expériences subsahariennes et afrodescendantes. C’est le cas dans  son dernier roman, Rouge impératrice, comme dans son dernier essai, Afropea. Utopie post-occidentale et post-raciste, tous deux parus chez Grasset. Prix Goncourt des lycéens en 2006 pour Contours du jour qui vient, Prix Seligmann 2012 pour Écrits pour la parole, Prix Femina 2013 pour son roman La Saison de l’ombre, Léonora Miano a également reçu en 2011 le grand prix littéraire de l’Afrique noire pour l’ensemble de son œuvre.
Nous la retrouvons ici entourée de quatre autrices – Aminata Aïdara,  Sofia Aouine, Salomé Berlemont-Gilles et Gaël Octavia – qu’elle avait  souhaité convier à Lettres d’Automne. Un dialogue à cinq voix où il sera  tout à la fois question de Faulkner, de Shakespeare, de Simone de  Beauvoir, de jazz, d’une nouvelle maison d’éditions, de la liberté  d’écrire là où l’on ne vous attend pas…

Et pour terminer nous recevons un très beau cadeau : Léonora Miano nous offre la lecture d’extraits de Passages,  une série inédite d’instantanés de la vie togolaise qu’elle a saisis au  printemps 2020, durant la période de confinement planétaire.

Passages, Le récit de la ville 1
de et par  Léonora Miano
Au printemps 2020, alors que la pandémie due au covid-19  paralyse la planète, Le Temps, quotidien suisse, sollicite la parole  des écrivains. Invitée à écrire au sujet de cet événement dont on ne  peut encore mesurer la portée, Léonora Miano compose Passages, une série  de portraits, de tranches de vie témoignant de l’impact de la pandémie  sur les habitants de Lomé, capitale du Togo où elle réside.
La question de la circulation s’impose très tôt, dans cette région ouest  africaine connue pour son dynamisme commercial, lequel dépend  évidemment de la possibilité d’aller et venir. Passages, c’est donc  d’abord cela, une présentation de la manière dont la mobilité des uns et  des autres est soudain contrariée.
Puis, la ville elle-même se met à parler. Il se pourrait d’ailleurs  qu’elle soit la narratrice de l’ensemble. La suite de portraits  s’interrompt par moments pour faire entendre les réflexions de Lomé, une  description plus immédiate de cette étrange situation. Le récit de la  ville se compose de trois parties. La première, qui s’intéresse au début  de la pandémie, est l’objet de cette lecture.
Chacun des mouvements est introduit par des ambiances locales, bruits de la ville, appel des taxis motos, conversations, chants…

Passages, Le récit de la ville (1), a été enregistré au studio Colibri à Lomé.
Ingénieur du son : Rodrigue Bellow / Bruitages : Rodrigue  Bellow / Dialogue zemidjan (conducteur de moto taxi) et dealer de  Tramadol : Michael Olufade (zem), Gracia Zanklassou (dealer) /  Musiques  : Akpe (chant religieux entendu après un prêche de rue) Paroles et  musiques par Isaac Dogbo, Chanté par Rodi Ade ; Edo egne ame (chanson  que le zem entend dans un bar de plage)  Paroles, musique et chant par  Rodi Ade, Arrangements par Rodrigue Bellow et Michael Olufade /  Sossignalé (conclusion) Par Elom 20ce, album Indigo /
Écriture, lecture et autres voix : Léonora Miano

Production de l’épisode : Confluences / Réalisation : Qude /  Entretiens :  Brice Torrecillas / Musique du générique : Alexis  Kowalczewski

Livres cités dans cet épisode :
Afropea, Léonora Miano, Grasset, 2020
Rouge Impératrice, Léonora Miano, Grasset, 2019
La Saison de l’ombre, Léonora Miano, Grasset, 2013
Contours du jour qui vient, Léonora Miano, Plon, 2006
Je suis quelqu’un, Aminata Aïdara, Gallimard, 2018
Rhapsodie des oubliés, Sofia Aouine, La Martinière, 2019
Le Premier qui tombera, Salomé Berlemont-Gilles, Grasset, 2020
La bonne histoire de Madeleine Démétrius, Gaël Octavia, Gallimard, 2020
Le deuxième sexe, Simone de Beauvoir, Gallimard, 1949

Chapters

  • Introduction

    00:14

  • Entretiens croisés

    02:28

  • Lecture de "Passages"

    45:50

  • Générique de fin

    01:10:35

Share

Embed

You may also like