Télétravail, le cul entre deux chaises cover
Télétravail, le cul entre deux chaises cover
Lost in Transportation

Télétravail, le cul entre deux chaises

Télétravail, le cul entre deux chaises

17min |04/03/2021
Listen
Télétravail, le cul entre deux chaises cover
Télétravail, le cul entre deux chaises cover
Lost in Transportation

Télétravail, le cul entre deux chaises

Télétravail, le cul entre deux chaises

17min |04/03/2021
Listen

Description

Thème 5 : L’immobilité

La mobilité rythme nos journées. Et pourtant, elle n’existe que par la comparaison avec son pendant : l’immobilité. Ce concept, qui fait écho aux confinements successifs de la crise du COVID-19 ayant immobilisé les français pendant plusieurs mois, sera le sujet de la nouvelle série de Lost in Transportation. 

Pour réfléchir à cette immobilité et ses enjeux, qu’il s’agisse de l’immobilité du quotidien ou celle de nos véhicules stationnés, cette suite d’épisodes traitera d’abord de télétravail en confinement et de l’impact d’une expérience d’immobilité forcée sur nos déplacements, puis du développement du e-commerce et ses conséquences sur les déplacements urbain. Un autre épisode parlera de l’influence du stationnement vélo sur l’usage de ce mode et la série se terminera sur la place des voitures stationnées et immobiles en ville. 

Episode 1 – Télétravail, le cul entre deux chaises

La période de confinement que nous avons connu en France entre mars et mai 2020 a été l’occasion pour plusieurs millions d’actifs français d’avoir recours au télétravail. Cette pratique étant, jusqu’alors, peu répandue dans les entreprises françaises. Le télétravail est une forme d’organisation spécifique du travail qui a été accélérée à l’arrivée des nouvelles technologies de l’information et de la communication, les TIC, dans les années 90. Si le télétravail est devenu un objet de recherche scientifique dès 1974, on tente encore de lui donner une définition et les contours de cette activité demeurent difficiles à cerner. Le télétravail offre plusieurs avantages : la flexibilité des horaires, la conciliation entre vie privée et emploi, la création d’emplois dans des zones moins dynamiques ou encore la réduction de l’impact environnemental des déplacements pendulaires. Plusieurs études ont tenté de mesurer les impacts du télétravail, mais certaines d’entre elles montrent que les effets positifs attendus restent soumis à plusieurs conditions. D’abord, le télétravail n’est pas adapté à tous les métiers. Ensuite, il aurait le désavantage, même lorsqu’il est théoriquement possible de le mettre en place, d’être incompatible avec certaines méthodes de management. Enfin, même s’il a été montré que les trajets pendulaires diminuent en nombre et en distance, d’autres déplacements pourraient également apparaitre suite à l’adoption de cette pratique.

Il est possible de supposer que l’expérimentation à grande échelle du télétravail depuis le début de la pandémie COVID-19 pourrait élargir les bienfaits de ce dispositif à une portion plus grande d’actifs en emploi. Qu’en est-il vraiment ? Quel est le potentiel de développement du télétravail suite à la crise sanitaire ? Pouvons-nous affirmer que le télétravail peut réellement permettre de réduire les émissions de gaz à effet de serre, ou induit-il forcément des effets rebonds en reportant les déplacements sans réduire la mobilité ?

Description

Thème 5 : L’immobilité

La mobilité rythme nos journées. Et pourtant, elle n’existe que par la comparaison avec son pendant : l’immobilité. Ce concept, qui fait écho aux confinements successifs de la crise du COVID-19 ayant immobilisé les français pendant plusieurs mois, sera le sujet de la nouvelle série de Lost in Transportation. 

Pour réfléchir à cette immobilité et ses enjeux, qu’il s’agisse de l’immobilité du quotidien ou celle de nos véhicules stationnés, cette suite d’épisodes traitera d’abord de télétravail en confinement et de l’impact d’une expérience d’immobilité forcée sur nos déplacements, puis du développement du e-commerce et ses conséquences sur les déplacements urbain. Un autre épisode parlera de l’influence du stationnement vélo sur l’usage de ce mode et la série se terminera sur la place des voitures stationnées et immobiles en ville. 

Episode 1 – Télétravail, le cul entre deux chaises

La période de confinement que nous avons connu en France entre mars et mai 2020 a été l’occasion pour plusieurs millions d’actifs français d’avoir recours au télétravail. Cette pratique étant, jusqu’alors, peu répandue dans les entreprises françaises. Le télétravail est une forme d’organisation spécifique du travail qui a été accélérée à l’arrivée des nouvelles technologies de l’information et de la communication, les TIC, dans les années 90. Si le télétravail est devenu un objet de recherche scientifique dès 1974, on tente encore de lui donner une définition et les contours de cette activité demeurent difficiles à cerner. Le télétravail offre plusieurs avantages : la flexibilité des horaires, la conciliation entre vie privée et emploi, la création d’emplois dans des zones moins dynamiques ou encore la réduction de l’impact environnemental des déplacements pendulaires. Plusieurs études ont tenté de mesurer les impacts du télétravail, mais certaines d’entre elles montrent que les effets positifs attendus restent soumis à plusieurs conditions. D’abord, le télétravail n’est pas adapté à tous les métiers. Ensuite, il aurait le désavantage, même lorsqu’il est théoriquement possible de le mettre en place, d’être incompatible avec certaines méthodes de management. Enfin, même s’il a été montré que les trajets pendulaires diminuent en nombre et en distance, d’autres déplacements pourraient également apparaitre suite à l’adoption de cette pratique.

Il est possible de supposer que l’expérimentation à grande échelle du télétravail depuis le début de la pandémie COVID-19 pourrait élargir les bienfaits de ce dispositif à une portion plus grande d’actifs en emploi. Qu’en est-il vraiment ? Quel est le potentiel de développement du télétravail suite à la crise sanitaire ? Pouvons-nous affirmer que le télétravail peut réellement permettre de réduire les émissions de gaz à effet de serre, ou induit-il forcément des effets rebonds en reportant les déplacements sans réduire la mobilité ?

Share

Embed

You may also like

Description

Thème 5 : L’immobilité

La mobilité rythme nos journées. Et pourtant, elle n’existe que par la comparaison avec son pendant : l’immobilité. Ce concept, qui fait écho aux confinements successifs de la crise du COVID-19 ayant immobilisé les français pendant plusieurs mois, sera le sujet de la nouvelle série de Lost in Transportation. 

Pour réfléchir à cette immobilité et ses enjeux, qu’il s’agisse de l’immobilité du quotidien ou celle de nos véhicules stationnés, cette suite d’épisodes traitera d’abord de télétravail en confinement et de l’impact d’une expérience d’immobilité forcée sur nos déplacements, puis du développement du e-commerce et ses conséquences sur les déplacements urbain. Un autre épisode parlera de l’influence du stationnement vélo sur l’usage de ce mode et la série se terminera sur la place des voitures stationnées et immobiles en ville. 

Episode 1 – Télétravail, le cul entre deux chaises

La période de confinement que nous avons connu en France entre mars et mai 2020 a été l’occasion pour plusieurs millions d’actifs français d’avoir recours au télétravail. Cette pratique étant, jusqu’alors, peu répandue dans les entreprises françaises. Le télétravail est une forme d’organisation spécifique du travail qui a été accélérée à l’arrivée des nouvelles technologies de l’information et de la communication, les TIC, dans les années 90. Si le télétravail est devenu un objet de recherche scientifique dès 1974, on tente encore de lui donner une définition et les contours de cette activité demeurent difficiles à cerner. Le télétravail offre plusieurs avantages : la flexibilité des horaires, la conciliation entre vie privée et emploi, la création d’emplois dans des zones moins dynamiques ou encore la réduction de l’impact environnemental des déplacements pendulaires. Plusieurs études ont tenté de mesurer les impacts du télétravail, mais certaines d’entre elles montrent que les effets positifs attendus restent soumis à plusieurs conditions. D’abord, le télétravail n’est pas adapté à tous les métiers. Ensuite, il aurait le désavantage, même lorsqu’il est théoriquement possible de le mettre en place, d’être incompatible avec certaines méthodes de management. Enfin, même s’il a été montré que les trajets pendulaires diminuent en nombre et en distance, d’autres déplacements pourraient également apparaitre suite à l’adoption de cette pratique.

Il est possible de supposer que l’expérimentation à grande échelle du télétravail depuis le début de la pandémie COVID-19 pourrait élargir les bienfaits de ce dispositif à une portion plus grande d’actifs en emploi. Qu’en est-il vraiment ? Quel est le potentiel de développement du télétravail suite à la crise sanitaire ? Pouvons-nous affirmer que le télétravail peut réellement permettre de réduire les émissions de gaz à effet de serre, ou induit-il forcément des effets rebonds en reportant les déplacements sans réduire la mobilité ?

Description

Thème 5 : L’immobilité

La mobilité rythme nos journées. Et pourtant, elle n’existe que par la comparaison avec son pendant : l’immobilité. Ce concept, qui fait écho aux confinements successifs de la crise du COVID-19 ayant immobilisé les français pendant plusieurs mois, sera le sujet de la nouvelle série de Lost in Transportation. 

Pour réfléchir à cette immobilité et ses enjeux, qu’il s’agisse de l’immobilité du quotidien ou celle de nos véhicules stationnés, cette suite d’épisodes traitera d’abord de télétravail en confinement et de l’impact d’une expérience d’immobilité forcée sur nos déplacements, puis du développement du e-commerce et ses conséquences sur les déplacements urbain. Un autre épisode parlera de l’influence du stationnement vélo sur l’usage de ce mode et la série se terminera sur la place des voitures stationnées et immobiles en ville. 

Episode 1 – Télétravail, le cul entre deux chaises

La période de confinement que nous avons connu en France entre mars et mai 2020 a été l’occasion pour plusieurs millions d’actifs français d’avoir recours au télétravail. Cette pratique étant, jusqu’alors, peu répandue dans les entreprises françaises. Le télétravail est une forme d’organisation spécifique du travail qui a été accélérée à l’arrivée des nouvelles technologies de l’information et de la communication, les TIC, dans les années 90. Si le télétravail est devenu un objet de recherche scientifique dès 1974, on tente encore de lui donner une définition et les contours de cette activité demeurent difficiles à cerner. Le télétravail offre plusieurs avantages : la flexibilité des horaires, la conciliation entre vie privée et emploi, la création d’emplois dans des zones moins dynamiques ou encore la réduction de l’impact environnemental des déplacements pendulaires. Plusieurs études ont tenté de mesurer les impacts du télétravail, mais certaines d’entre elles montrent que les effets positifs attendus restent soumis à plusieurs conditions. D’abord, le télétravail n’est pas adapté à tous les métiers. Ensuite, il aurait le désavantage, même lorsqu’il est théoriquement possible de le mettre en place, d’être incompatible avec certaines méthodes de management. Enfin, même s’il a été montré que les trajets pendulaires diminuent en nombre et en distance, d’autres déplacements pourraient également apparaitre suite à l’adoption de cette pratique.

Il est possible de supposer que l’expérimentation à grande échelle du télétravail depuis le début de la pandémie COVID-19 pourrait élargir les bienfaits de ce dispositif à une portion plus grande d’actifs en emploi. Qu’en est-il vraiment ? Quel est le potentiel de développement du télétravail suite à la crise sanitaire ? Pouvons-nous affirmer que le télétravail peut réellement permettre de réduire les émissions de gaz à effet de serre, ou induit-il forcément des effets rebonds en reportant les déplacements sans réduire la mobilité ?

Share

Embed

You may also like