undefined cover
undefined cover
#13- Marielle Debos: Au front de la recherche cover
#13- Marielle Debos: Au front de la recherche cover
Politistes dans la Cité

#13- Marielle Debos: Au front de la recherche

#13- Marielle Debos: Au front de la recherche

42min |14/02/2022
Play
undefined cover
undefined cover
#13- Marielle Debos: Au front de la recherche cover
#13- Marielle Debos: Au front de la recherche cover
Politistes dans la Cité

#13- Marielle Debos: Au front de la recherche

#13- Marielle Debos: Au front de la recherche

42min |14/02/2022
Play

Description

Dans ce nouvel épisode de Politistes dans la Cité, nous donnons la parole à Marielle Debos, maîtresse de conférences en science politique à l’Université Paris 10 - Nanterre, chercheuse à l’Institut des Sciences Sociales du Politique (ISP) et actuellement membre de l’Institut d’études avancées de Princeton aux États-Unis. Spécialiste de la violence politique, des conflits armés, des politiques post-coloniales de la France, en particulier au Tchad, ses recherches actuelles portent sur la biométrie électorale en Afrique.


Dans cet entretien, nous avons abordé de nombreuses questions qui ont trait à l’intervention dans le débat public.  Que signifie être considérée comme une experte d’un pays comme le Tchad, anciennement colonisé, sans reconduire des formes de domination ? Quand et comment se positionner lors d’une crise comme celle d’un coup d’État ? Qu’est-ce qu’un terrain dangereux ? Quels sont les défis spécifiques rencontrés par les femmes sur ces terrains ? » Comment gérer la réception, universitaire et non-universitaire, de ses travaux et que faire d’un accueil critique quand on adopte soi-même une posture critique ? 

Enfin, que signifie une recherche indépendante, notamment sur des thématiques sensibles comme celles de la défense alors que la recherche sur projet et financé par des acteurs politiques se développe au point de devenir quasiment la norme ?


Merci à Marielle Debos pour toute cette matière à penser et les débats (non tranchés !) ouverts dans cette discussion.

 

Pour aller plus loin :

 

Site personnel : https://www.marielledebos.com/


Marielle Debos, “Biométrie électorale: un mirage démocratique”,   Afrique XXI, 6 septembre 2021 


Marielle Debos, “Chad’s president lived and died by the gun. Will the country shift away from militarized rule?”, The Washington Post, 7 mai 2021.


Marielle Debos, “France, the Military, and Strongman Politics in Chad”, African Arguments, 30 avril 2021.


Marielle Debos, “Tchad : La France et les Etats-Unis ne pouvaient pas ignorer qu’ils jouaient avec le feu”, Le Monde, 23 avril 2021. 


Marielle Debos, “Biometrics and the disciplining of democracy:  Technology, electoral politics, and liberal interventionism in Chad,” Democratization, Volume 28 (8), 2021 


Thibaut Boncourt, Marielle Debos, Mathias Delori, Benoît Pélopidas, Christophe Wasinski, “Que faire des interventions militaires dans le champ académique?  Réflexions sur la nécessaire distinction entre expertise et savoir scientifique,” 20&21 Revue d’histoire, 2020, n°145, p. 135-150. 


Marielle Debos,Le métier des armes au Tchad : le gouvernement de l’entre-guerres , Paris, Karthala, 2013. Traduit en anglais, Living by the gun in Chad: Combatants, impunity and state formation, London, Zed Books, 2016.


Description

Dans ce nouvel épisode de Politistes dans la Cité, nous donnons la parole à Marielle Debos, maîtresse de conférences en science politique à l’Université Paris 10 - Nanterre, chercheuse à l’Institut des Sciences Sociales du Politique (ISP) et actuellement membre de l’Institut d’études avancées de Princeton aux États-Unis. Spécialiste de la violence politique, des conflits armés, des politiques post-coloniales de la France, en particulier au Tchad, ses recherches actuelles portent sur la biométrie électorale en Afrique.


Dans cet entretien, nous avons abordé de nombreuses questions qui ont trait à l’intervention dans le débat public.  Que signifie être considérée comme une experte d’un pays comme le Tchad, anciennement colonisé, sans reconduire des formes de domination ? Quand et comment se positionner lors d’une crise comme celle d’un coup d’État ? Qu’est-ce qu’un terrain dangereux ? Quels sont les défis spécifiques rencontrés par les femmes sur ces terrains ? » Comment gérer la réception, universitaire et non-universitaire, de ses travaux et que faire d’un accueil critique quand on adopte soi-même une posture critique ? 

Enfin, que signifie une recherche indépendante, notamment sur des thématiques sensibles comme celles de la défense alors que la recherche sur projet et financé par des acteurs politiques se développe au point de devenir quasiment la norme ?


Merci à Marielle Debos pour toute cette matière à penser et les débats (non tranchés !) ouverts dans cette discussion.

 

Pour aller plus loin :

 

Site personnel : https://www.marielledebos.com/


Marielle Debos, “Biométrie électorale: un mirage démocratique”,   Afrique XXI, 6 septembre 2021 


Marielle Debos, “Chad’s president lived and died by the gun. Will the country shift away from militarized rule?”, The Washington Post, 7 mai 2021.


Marielle Debos, “France, the Military, and Strongman Politics in Chad”, African Arguments, 30 avril 2021.


Marielle Debos, “Tchad : La France et les Etats-Unis ne pouvaient pas ignorer qu’ils jouaient avec le feu”, Le Monde, 23 avril 2021. 


Marielle Debos, “Biometrics and the disciplining of democracy:  Technology, electoral politics, and liberal interventionism in Chad,” Democratization, Volume 28 (8), 2021 


Thibaut Boncourt, Marielle Debos, Mathias Delori, Benoît Pélopidas, Christophe Wasinski, “Que faire des interventions militaires dans le champ académique?  Réflexions sur la nécessaire distinction entre expertise et savoir scientifique,” 20&21 Revue d’histoire, 2020, n°145, p. 135-150. 


Marielle Debos,Le métier des armes au Tchad : le gouvernement de l’entre-guerres , Paris, Karthala, 2013. Traduit en anglais, Living by the gun in Chad: Combatants, impunity and state formation, London, Zed Books, 2016.


Share

Embed

You may also like

Description

Dans ce nouvel épisode de Politistes dans la Cité, nous donnons la parole à Marielle Debos, maîtresse de conférences en science politique à l’Université Paris 10 - Nanterre, chercheuse à l’Institut des Sciences Sociales du Politique (ISP) et actuellement membre de l’Institut d’études avancées de Princeton aux États-Unis. Spécialiste de la violence politique, des conflits armés, des politiques post-coloniales de la France, en particulier au Tchad, ses recherches actuelles portent sur la biométrie électorale en Afrique.


Dans cet entretien, nous avons abordé de nombreuses questions qui ont trait à l’intervention dans le débat public.  Que signifie être considérée comme une experte d’un pays comme le Tchad, anciennement colonisé, sans reconduire des formes de domination ? Quand et comment se positionner lors d’une crise comme celle d’un coup d’État ? Qu’est-ce qu’un terrain dangereux ? Quels sont les défis spécifiques rencontrés par les femmes sur ces terrains ? » Comment gérer la réception, universitaire et non-universitaire, de ses travaux et que faire d’un accueil critique quand on adopte soi-même une posture critique ? 

Enfin, que signifie une recherche indépendante, notamment sur des thématiques sensibles comme celles de la défense alors que la recherche sur projet et financé par des acteurs politiques se développe au point de devenir quasiment la norme ?


Merci à Marielle Debos pour toute cette matière à penser et les débats (non tranchés !) ouverts dans cette discussion.

 

Pour aller plus loin :

 

Site personnel : https://www.marielledebos.com/


Marielle Debos, “Biométrie électorale: un mirage démocratique”,   Afrique XXI, 6 septembre 2021 


Marielle Debos, “Chad’s president lived and died by the gun. Will the country shift away from militarized rule?”, The Washington Post, 7 mai 2021.


Marielle Debos, “France, the Military, and Strongman Politics in Chad”, African Arguments, 30 avril 2021.


Marielle Debos, “Tchad : La France et les Etats-Unis ne pouvaient pas ignorer qu’ils jouaient avec le feu”, Le Monde, 23 avril 2021. 


Marielle Debos, “Biometrics and the disciplining of democracy:  Technology, electoral politics, and liberal interventionism in Chad,” Democratization, Volume 28 (8), 2021 


Thibaut Boncourt, Marielle Debos, Mathias Delori, Benoît Pélopidas, Christophe Wasinski, “Que faire des interventions militaires dans le champ académique?  Réflexions sur la nécessaire distinction entre expertise et savoir scientifique,” 20&21 Revue d’histoire, 2020, n°145, p. 135-150. 


Marielle Debos,Le métier des armes au Tchad : le gouvernement de l’entre-guerres , Paris, Karthala, 2013. Traduit en anglais, Living by the gun in Chad: Combatants, impunity and state formation, London, Zed Books, 2016.


Description

Dans ce nouvel épisode de Politistes dans la Cité, nous donnons la parole à Marielle Debos, maîtresse de conférences en science politique à l’Université Paris 10 - Nanterre, chercheuse à l’Institut des Sciences Sociales du Politique (ISP) et actuellement membre de l’Institut d’études avancées de Princeton aux États-Unis. Spécialiste de la violence politique, des conflits armés, des politiques post-coloniales de la France, en particulier au Tchad, ses recherches actuelles portent sur la biométrie électorale en Afrique.


Dans cet entretien, nous avons abordé de nombreuses questions qui ont trait à l’intervention dans le débat public.  Que signifie être considérée comme une experte d’un pays comme le Tchad, anciennement colonisé, sans reconduire des formes de domination ? Quand et comment se positionner lors d’une crise comme celle d’un coup d’État ? Qu’est-ce qu’un terrain dangereux ? Quels sont les défis spécifiques rencontrés par les femmes sur ces terrains ? » Comment gérer la réception, universitaire et non-universitaire, de ses travaux et que faire d’un accueil critique quand on adopte soi-même une posture critique ? 

Enfin, que signifie une recherche indépendante, notamment sur des thématiques sensibles comme celles de la défense alors que la recherche sur projet et financé par des acteurs politiques se développe au point de devenir quasiment la norme ?


Merci à Marielle Debos pour toute cette matière à penser et les débats (non tranchés !) ouverts dans cette discussion.

 

Pour aller plus loin :

 

Site personnel : https://www.marielledebos.com/


Marielle Debos, “Biométrie électorale: un mirage démocratique”,   Afrique XXI, 6 septembre 2021 


Marielle Debos, “Chad’s president lived and died by the gun. Will the country shift away from militarized rule?”, The Washington Post, 7 mai 2021.


Marielle Debos, “France, the Military, and Strongman Politics in Chad”, African Arguments, 30 avril 2021.


Marielle Debos, “Tchad : La France et les Etats-Unis ne pouvaient pas ignorer qu’ils jouaient avec le feu”, Le Monde, 23 avril 2021. 


Marielle Debos, “Biometrics and the disciplining of democracy:  Technology, electoral politics, and liberal interventionism in Chad,” Democratization, Volume 28 (8), 2021 


Thibaut Boncourt, Marielle Debos, Mathias Delori, Benoît Pélopidas, Christophe Wasinski, “Que faire des interventions militaires dans le champ académique?  Réflexions sur la nécessaire distinction entre expertise et savoir scientifique,” 20&21 Revue d’histoire, 2020, n°145, p. 135-150. 


Marielle Debos,Le métier des armes au Tchad : le gouvernement de l’entre-guerres , Paris, Karthala, 2013. Traduit en anglais, Living by the gun in Chad: Combatants, impunity and state formation, London, Zed Books, 2016.


Share

Embed

You may also like