Guy Kulitza : « La Convention citoyenne pour le climat a été un voyage extraordinaire » cover
Guy Kulitza : « La Convention citoyenne pour le climat a été un voyage extraordinaire » cover
Radio REcyclerie

Guy Kulitza : « La Convention citoyenne pour le climat a été un voyage extraordinaire »

Guy Kulitza : « La Convention citoyenne pour le climat a été un voyage extraordinaire »

27min |27/01/2021|

683

Listen
Guy Kulitza : « La Convention citoyenne pour le climat a été un voyage extraordinaire » cover
Guy Kulitza : « La Convention citoyenne pour le climat a été un voyage extraordinaire » cover
Radio REcyclerie

Guy Kulitza : « La Convention citoyenne pour le climat a été un voyage extraordinaire »

Guy Kulitza : « La Convention citoyenne pour le climat a été un voyage extraordinaire »

27min |27/01/2021|

683

Listen

Description

Tête-à-tête enregistré le 19 janvier 2021 à La REcyclerie avec Guy Kulitza, citoyen tiré au sort et participant de la Convention citoyenne pour le climat.

Voyage en démocratie

« Ça a été un voyage extraordinaire – je fais partie de ces gens qui pensent que le chemin est plus important que le but. […] Ça a été enfin une parole citoyenne prise en compte, en dehors de toute élection. Il faut passer par ce genre d’expérience pour comprendre ce que veut dire démocratie », confie ce limousin qui, aux côtés de 149 autres citoyens, s’est vu embarqué au sein de la Convention citoyenne pour le climat.

« La notion de démocratie participative est fondamentale pour recréer du lien entre le politique et le citoyen », affirme-t-il. En ce début d’année 2021, Guy Kulitza suit de près le projet de loi Climat et Résilience (plus ou moins) inspiré des propositions de la Convention, et entend bien continuer de faire vivre ces voix citoyennes avec l’association Les 150.

Criminaliser l’écocide 

« Sauvegarder les écosystèmes en légiférant sur le crime d'écocide », tel est l’un des objectifs phares de la Convention défendu avec force par Guy Kulitza. « L’écocide, expose-t-il, c’est porter atteinte à l’une des neuf limites planétaires. Le réchauffement climatique est l’une de ces limites, ainsi que l’érosion de la biodiversité et le changement d’usage des sols : trois processus qui ont permis l’émergence de cette pandémie. » Une notion décidément au cœur de l’actualité avec l’ouverture, ce 25 janvier, du procès de Tran To Nga contre le déversement de l’agent orange, un désastre écologique considéré comme le premier écocide de l’histoire. 


Ressources

La théorie du donut, Kate Raworth (Plon, 2018).

Homo natura, Valérie Cabanes (Buchet Chastel, 2017).

Les limites planétaires, Aurélien Boutaud, Natacha Gondran (La Découverte, 2020).


L’équipe

Production, programmation : La REcyclerie.

Interview, mise en ondes : Simon Beyrand.

Sound design : JFF.

Illustration : Belen Fernandez – Olelala.

Description

Tête-à-tête enregistré le 19 janvier 2021 à La REcyclerie avec Guy Kulitza, citoyen tiré au sort et participant de la Convention citoyenne pour le climat.

Voyage en démocratie

« Ça a été un voyage extraordinaire – je fais partie de ces gens qui pensent que le chemin est plus important que le but. […] Ça a été enfin une parole citoyenne prise en compte, en dehors de toute élection. Il faut passer par ce genre d’expérience pour comprendre ce que veut dire démocratie », confie ce limousin qui, aux côtés de 149 autres citoyens, s’est vu embarqué au sein de la Convention citoyenne pour le climat.

« La notion de démocratie participative est fondamentale pour recréer du lien entre le politique et le citoyen », affirme-t-il. En ce début d’année 2021, Guy Kulitza suit de près le projet de loi Climat et Résilience (plus ou moins) inspiré des propositions de la Convention, et entend bien continuer de faire vivre ces voix citoyennes avec l’association Les 150.

Criminaliser l’écocide 

« Sauvegarder les écosystèmes en légiférant sur le crime d'écocide », tel est l’un des objectifs phares de la Convention défendu avec force par Guy Kulitza. « L’écocide, expose-t-il, c’est porter atteinte à l’une des neuf limites planétaires. Le réchauffement climatique est l’une de ces limites, ainsi que l’érosion de la biodiversité et le changement d’usage des sols : trois processus qui ont permis l’émergence de cette pandémie. » Une notion décidément au cœur de l’actualité avec l’ouverture, ce 25 janvier, du procès de Tran To Nga contre le déversement de l’agent orange, un désastre écologique considéré comme le premier écocide de l’histoire. 


Ressources

La théorie du donut, Kate Raworth (Plon, 2018).

Homo natura, Valérie Cabanes (Buchet Chastel, 2017).

Les limites planétaires, Aurélien Boutaud, Natacha Gondran (La Découverte, 2020).


L’équipe

Production, programmation : La REcyclerie.

Interview, mise en ondes : Simon Beyrand.

Sound design : JFF.

Illustration : Belen Fernandez – Olelala.

Share

Embed

You may also like

Description

Tête-à-tête enregistré le 19 janvier 2021 à La REcyclerie avec Guy Kulitza, citoyen tiré au sort et participant de la Convention citoyenne pour le climat.

Voyage en démocratie

« Ça a été un voyage extraordinaire – je fais partie de ces gens qui pensent que le chemin est plus important que le but. […] Ça a été enfin une parole citoyenne prise en compte, en dehors de toute élection. Il faut passer par ce genre d’expérience pour comprendre ce que veut dire démocratie », confie ce limousin qui, aux côtés de 149 autres citoyens, s’est vu embarqué au sein de la Convention citoyenne pour le climat.

« La notion de démocratie participative est fondamentale pour recréer du lien entre le politique et le citoyen », affirme-t-il. En ce début d’année 2021, Guy Kulitza suit de près le projet de loi Climat et Résilience (plus ou moins) inspiré des propositions de la Convention, et entend bien continuer de faire vivre ces voix citoyennes avec l’association Les 150.

Criminaliser l’écocide 

« Sauvegarder les écosystèmes en légiférant sur le crime d'écocide », tel est l’un des objectifs phares de la Convention défendu avec force par Guy Kulitza. « L’écocide, expose-t-il, c’est porter atteinte à l’une des neuf limites planétaires. Le réchauffement climatique est l’une de ces limites, ainsi que l’érosion de la biodiversité et le changement d’usage des sols : trois processus qui ont permis l’émergence de cette pandémie. » Une notion décidément au cœur de l’actualité avec l’ouverture, ce 25 janvier, du procès de Tran To Nga contre le déversement de l’agent orange, un désastre écologique considéré comme le premier écocide de l’histoire. 


Ressources

La théorie du donut, Kate Raworth (Plon, 2018).

Homo natura, Valérie Cabanes (Buchet Chastel, 2017).

Les limites planétaires, Aurélien Boutaud, Natacha Gondran (La Découverte, 2020).


L’équipe

Production, programmation : La REcyclerie.

Interview, mise en ondes : Simon Beyrand.

Sound design : JFF.

Illustration : Belen Fernandez – Olelala.

Description

Tête-à-tête enregistré le 19 janvier 2021 à La REcyclerie avec Guy Kulitza, citoyen tiré au sort et participant de la Convention citoyenne pour le climat.

Voyage en démocratie

« Ça a été un voyage extraordinaire – je fais partie de ces gens qui pensent que le chemin est plus important que le but. […] Ça a été enfin une parole citoyenne prise en compte, en dehors de toute élection. Il faut passer par ce genre d’expérience pour comprendre ce que veut dire démocratie », confie ce limousin qui, aux côtés de 149 autres citoyens, s’est vu embarqué au sein de la Convention citoyenne pour le climat.

« La notion de démocratie participative est fondamentale pour recréer du lien entre le politique et le citoyen », affirme-t-il. En ce début d’année 2021, Guy Kulitza suit de près le projet de loi Climat et Résilience (plus ou moins) inspiré des propositions de la Convention, et entend bien continuer de faire vivre ces voix citoyennes avec l’association Les 150.

Criminaliser l’écocide 

« Sauvegarder les écosystèmes en légiférant sur le crime d'écocide », tel est l’un des objectifs phares de la Convention défendu avec force par Guy Kulitza. « L’écocide, expose-t-il, c’est porter atteinte à l’une des neuf limites planétaires. Le réchauffement climatique est l’une de ces limites, ainsi que l’érosion de la biodiversité et le changement d’usage des sols : trois processus qui ont permis l’émergence de cette pandémie. » Une notion décidément au cœur de l’actualité avec l’ouverture, ce 25 janvier, du procès de Tran To Nga contre le déversement de l’agent orange, un désastre écologique considéré comme le premier écocide de l’histoire. 


Ressources

La théorie du donut, Kate Raworth (Plon, 2018).

Homo natura, Valérie Cabanes (Buchet Chastel, 2017).

Les limites planétaires, Aurélien Boutaud, Natacha Gondran (La Découverte, 2020).


L’équipe

Production, programmation : La REcyclerie.

Interview, mise en ondes : Simon Beyrand.

Sound design : JFF.

Illustration : Belen Fernandez – Olelala.

Share

Embed

You may also like