Arthur de Grave : « Les start-up ne sont pas là pour restaurer le plein emploi » cover
Arthur de Grave : « Les start-up ne sont pas là pour restaurer le plein emploi » cover
TechClash

Arthur de Grave : « Les start-up ne sont pas là pour restaurer le plein emploi »

Arthur de Grave : « Les start-up ne sont pas là pour restaurer le plein emploi »

53min |18/10/2019|

8263

Play
Arthur de Grave : « Les start-up ne sont pas là pour restaurer le plein emploi » cover
Arthur de Grave : « Les start-up ne sont pas là pour restaurer le plein emploi » cover
TechClash

Arthur de Grave : « Les start-up ne sont pas là pour restaurer le plein emploi »

Arthur de Grave : « Les start-up ne sont pas là pour restaurer le plein emploi »

53min |18/10/2019|

8263

Play

Description

D’ici 2025, la France devra enfanter de 25 licornes, des entreprises technologiques valorisées à plus d’un milliard d’euros. Le pays, lui, doit devenir une « startup nation ». Cen’est pas nous qui le disons, c’est Emmanuel Macron. En compagnie d’Arthur de Grave, auteur de Startup nation overdose bullshit (Rue de l’échiquier), nous décryptons ce discours.

Description

D’ici 2025, la France devra enfanter de 25 licornes, des entreprises technologiques valorisées à plus d’un milliard d’euros. Le pays, lui, doit devenir une « startup nation ». Cen’est pas nous qui le disons, c’est Emmanuel Macron. En compagnie d’Arthur de Grave, auteur de Startup nation overdose bullshit (Rue de l’échiquier), nous décryptons ce discours.

Share

Embed

You may also like

Description

D’ici 2025, la France devra enfanter de 25 licornes, des entreprises technologiques valorisées à plus d’un milliard d’euros. Le pays, lui, doit devenir une « startup nation ». Cen’est pas nous qui le disons, c’est Emmanuel Macron. En compagnie d’Arthur de Grave, auteur de Startup nation overdose bullshit (Rue de l’échiquier), nous décryptons ce discours.

Description

D’ici 2025, la France devra enfanter de 25 licornes, des entreprises technologiques valorisées à plus d’un milliard d’euros. Le pays, lui, doit devenir une « startup nation ». Cen’est pas nous qui le disons, c’est Emmanuel Macron. En compagnie d’Arthur de Grave, auteur de Startup nation overdose bullshit (Rue de l’échiquier), nous décryptons ce discours.

Share

Embed

You may also like