3. Stanislas de Quercize - Du luxe à la circularité, la constante du rêve cover
3. Stanislas de Quercize - Du luxe à la circularité, la constante du rêve cover
Souveraine Finance

3. Stanislas de Quercize - Du luxe à la circularité, la constante du rêve

3. Stanislas de Quercize - Du luxe à la circularité, la constante du rêve

43min |26/01/2021
Play
3. Stanislas de Quercize - Du luxe à la circularité, la constante du rêve cover
3. Stanislas de Quercize - Du luxe à la circularité, la constante du rêve cover
Souveraine Finance

3. Stanislas de Quercize - Du luxe à la circularité, la constante du rêve

3. Stanislas de Quercize - Du luxe à la circularité, la constante du rêve

43min |26/01/2021
Play

Description

Stanislas de Quercize eut, en tant que CEO de Van Cleef & Arpels puis de Cartier, la charge de faire rêver "Celui qui croyait au ciel, et celui qui n'y croyait pas".

Mais ce n'est pas seulement à la direction de maisons de luxe, où il occupa plus de vingt années de sa vie, que Stanislas fit usage de l'art consommé de donner à une pierre, un métal, ou un simple nom la connotation d'un symbole évocateur de désir, d'espoir ou — parfois — d'appartenance.

Depuis quelques années en effet, il se fait le chantre de modèles promouvant l'impact, puisqu'il faut bien donner un nom à cet élan aux contours encore diffus. De modèles plus vertueux, vis-à-vis d'autrui ou de l'environnement, dans les affaires ou dans la société. De modèles qui, s'ils demeurent évidemment perfectibles, aspirent à permettre aux entreprises de viser plus loin que le profit.

A ceux qui trouvent le message naïf, cette discussion laissera entrevoir, je l'espère, le sursaut d'énergie qui ne dépend que de nous pour tenter d'offrir une réponse honorable aux contradictions de notre époque. 

Description

Stanislas de Quercize eut, en tant que CEO de Van Cleef & Arpels puis de Cartier, la charge de faire rêver "Celui qui croyait au ciel, et celui qui n'y croyait pas".

Mais ce n'est pas seulement à la direction de maisons de luxe, où il occupa plus de vingt années de sa vie, que Stanislas fit usage de l'art consommé de donner à une pierre, un métal, ou un simple nom la connotation d'un symbole évocateur de désir, d'espoir ou — parfois — d'appartenance.

Depuis quelques années en effet, il se fait le chantre de modèles promouvant l'impact, puisqu'il faut bien donner un nom à cet élan aux contours encore diffus. De modèles plus vertueux, vis-à-vis d'autrui ou de l'environnement, dans les affaires ou dans la société. De modèles qui, s'ils demeurent évidemment perfectibles, aspirent à permettre aux entreprises de viser plus loin que le profit.

A ceux qui trouvent le message naïf, cette discussion laissera entrevoir, je l'espère, le sursaut d'énergie qui ne dépend que de nous pour tenter d'offrir une réponse honorable aux contradictions de notre époque. 

Share

Embed

You may also like

Description

Stanislas de Quercize eut, en tant que CEO de Van Cleef & Arpels puis de Cartier, la charge de faire rêver "Celui qui croyait au ciel, et celui qui n'y croyait pas".

Mais ce n'est pas seulement à la direction de maisons de luxe, où il occupa plus de vingt années de sa vie, que Stanislas fit usage de l'art consommé de donner à une pierre, un métal, ou un simple nom la connotation d'un symbole évocateur de désir, d'espoir ou — parfois — d'appartenance.

Depuis quelques années en effet, il se fait le chantre de modèles promouvant l'impact, puisqu'il faut bien donner un nom à cet élan aux contours encore diffus. De modèles plus vertueux, vis-à-vis d'autrui ou de l'environnement, dans les affaires ou dans la société. De modèles qui, s'ils demeurent évidemment perfectibles, aspirent à permettre aux entreprises de viser plus loin que le profit.

A ceux qui trouvent le message naïf, cette discussion laissera entrevoir, je l'espère, le sursaut d'énergie qui ne dépend que de nous pour tenter d'offrir une réponse honorable aux contradictions de notre époque. 

Description

Stanislas de Quercize eut, en tant que CEO de Van Cleef & Arpels puis de Cartier, la charge de faire rêver "Celui qui croyait au ciel, et celui qui n'y croyait pas".

Mais ce n'est pas seulement à la direction de maisons de luxe, où il occupa plus de vingt années de sa vie, que Stanislas fit usage de l'art consommé de donner à une pierre, un métal, ou un simple nom la connotation d'un symbole évocateur de désir, d'espoir ou — parfois — d'appartenance.

Depuis quelques années en effet, il se fait le chantre de modèles promouvant l'impact, puisqu'il faut bien donner un nom à cet élan aux contours encore diffus. De modèles plus vertueux, vis-à-vis d'autrui ou de l'environnement, dans les affaires ou dans la société. De modèles qui, s'ils demeurent évidemment perfectibles, aspirent à permettre aux entreprises de viser plus loin que le profit.

A ceux qui trouvent le message naïf, cette discussion laissera entrevoir, je l'espère, le sursaut d'énergie qui ne dépend que de nous pour tenter d'offrir une réponse honorable aux contradictions de notre époque. 

Share

Embed

You may also like