image Aliénor Carrière, elle s'engage dans la TV de demain

A Parte

Aliénor Carrière, elle s'engage dans la TV de demain

20min | 2019-6-13

  • image header Aliénor Carrière, elle s'engage dans la TV de demain

    Description

    Aliénor Carrière est journaliste audiovisuelle. Elle pige pour le journal télévisé d’Arte - une forme assez classique de journalisme - et pour les web-émissions de la chaîne franco-allemande, Alternatives et Kreatur. Grâce à ces dernières, elle satisfait son désir de raconter l’info différemment. De sortir des formats corsetés et des tons uniformisés qu’on apprend dans les écoles de journalisme. Utiliser la BD, le graphisme, les dialogues en SMS ou les GIFs : oui, tout cela est possible pour donner de l’info et expliquer le monde aux jeunes générations

    Mais changer le journal télévisé n’est pas qu’une question de forme, c’est aussi un problème de fond. Avec Aliénor Carrière, nous parlons donc aussi de journalisme de solutions et de militantisme. Peut-on faire de l’info féministe, par exemple ? Est-ce choquant d’être engagé.e quand on est journaliste ?

    -----

    À consulter :

    • Le site d’Alternatives, la web-émission de solutions d’Arte
    • Le site de Kreatur, le web-magazine féministe d’Arte
    • Le podcast Et là c’est le drame sur l’uniformisation de l’écriture audiovisuelle journalistique, par Victoire Tuaillon (6 avril 2017, 9 min, Arte Radio)
    • Le portfolio Ginkio d’Aliénor Carrière

    -----

    [00:02:46] Le but c'est de produire des contenus a priori uniquement pour le Web. En tout cas ils n'ont pas vocation à passer à la télé et donc ça peut être comme pour Alternative une série de vidéos sur un thème précis. 

    [00:03:50] On a une grande liberté dans la forme. On peut à la fois faire des interviews en texto et les rendre visibles en fait par du graphisme. On a la possibilité de faire des jump-cut, ce que l'on appelle donc des interviews très coupées de façon violente - ce qui ne passerait jamais à la télé.

    [00:06:04] Ce n'est pas pour eux [les spectateurs traditionnels de la télé], en fait. C'est pour les gens qui sont habitués au site Arte point TV.

    [00:07:53] On va dire que c'est un début parce que Arte est une chaîne de télé qui veut renouveler son audience. Les gens qui regardent Arte à la télé ont plus de 60 ans en moyenne. Même le journal des enfants est en moyenne vu par des gens de plus de 56 ans.

    [00:12:34] C'est compliqué de mettre quelque chose de purement Web à la télé pour des questions de format. Rien que pour ça mais aussi parce que dans le ton c'est complètement différent.

    [00:14:00] A l'origine, j'avais créé un site internet pour convaincre mon directeur de l'info. Je ne suis pas convaincue que des formats PDF de 60 pages arrivent à convaincre un chef de l'info qui en reçoit tous les jours beaucoup. Là j'avais donc avec ma collègue Dorothée Affner créé une sorte de plateforme - donc un Tumblr classique - avec tous mes arguments racontés avec des GIF parce que j'aime beaucoup les GIF et j'en mets un peu partout.

    [00:16:08]  Oui on peut aujourd'hui parler de féminisme à la télévision. On peut développer les enjeux autour de questions sur les femmes avec ce ton aussi.

    [00:16:54] C'est vraiment un choc de générations aussi parce que je pense que les plus anciens de la rédaction auraient tendance à trouver ça un peu bizarre et pas du tout objectif.

    [00:17:05] Je trouve que l'objectivité n'a plus de sens du moment qu'on arrive à faire notre travail correctement, que nos infos sont vérifiées. ça reste du journalisme 

    [00:19:27] En mettant en perspective avec des paroles de chansons je pense qu'on pourrait faire des choses incroyables de raconter la politique complètement différemment et ça c'est quelque chose qui est en vidéo ce serait très drôle à faire. 

    -----

    Crédits : 

    Réalisateur.rice.s : Elise Colette et Jean-Baptiste Diebold

    Réalisation et post-production : Raphaël Bellon

    Design graphique : Benjamin Laible 

    Communication : Laurie Lejeune

    Générique et habillage sonore : Boris Laible

    Production : Ginkio

    To listen also