A Parte

Jean Massiet, il joue avec la politique sur Twitch

Jean Massiet, il joue avec la politique sur Twitch

39min |07/03/2019
Listen
A Parte

Jean Massiet, il joue avec la politique sur Twitch

Jean Massiet, il joue avec la politique sur Twitch

39min |07/03/2019
Listen

Description

Avant même que 10 ministres soient invités sur sa chaîne lors d’une émission marathon à l'occasion du Grand débat national - c’était le 19 février -, A Parte avait rencontré Jean Massiet. 

Comment trouver meilleur représentant de l’innovation dans le traitement de l’information que ce jeune homme qui a décidé de commenter les traditionnelles Questions au gouvernement du mercredi à l’Assemblée nationale… sur Twitch, une plateforme de gameurs ? 

Depuis ses débuts en 2015, Jean Massiet a bien grandi, sa chaîne et sa petite entreprise aussi. Il n’est plus seul à commenter en direct des événements politiques, il s’est installé dans les studios d’une entreprise de gaming, il a été repéré par Public Sénat et même, très récemment donc, par le service d’information au gouvernement.

Mais son objectif n’a pas changé : en s’incrustant sur une plateforme où on commente Fortnite ou League of legends, il cherche à rendre la politique intelligible et intéressante à un public qui la méconnaît entièrement. Beau challenge, qu’il nous raconte dans A Parte.

-----

Retrouvez Jean Massiet et les autres membres de son équipe sur toutes les chaînes d’Accropolis, à commencer par Twitch évidemment et : 

Et bien sur le portfolio de Jean Massiet sur Ginkio

-----

4:21 : J’ai vu la difficulté qu’ont les politiques à se faire comprendre des citoyens. Et c’est là que j’ai eu l’idée de faire se rejoindre deux idées complètement contraires : le jeu vidéo et la politique.

5:22 : J’ai rempli un manque exprimé par ceux de ma génération : aucun format médiatique ne s’adressait aux jeunes pour leur parler de politique.

11:08 : Nous avons 80% de garçons et on en est très tristes. On a notre part de responsabilité, parce qu’on est essentiellement des garçons. On cherche à féminiser notre audience. Mais on subit le sexisme inhérent au web, au jeu vidéo et au monde politique, qui fait que les hommes s’intéressent au pouvoir et les femmes un peu moins et c’est très malheureux. Il faut qu’on touche plus de filles et qu’on convainquent les filles à regarder plus la politique. 

21:31 : Pendant longtemps, il y avait de la condescendance de la part des journalistes et médias traditionnels par rapport à ce qu’on faisait. Puis on a sorti nos chiffres d’audience et quand ils ont vu qu’on faisait 2 à 5 fois plus d’audience que la chaîne parlementaire, ils ont commencé à se dire que c’était intéressant. Et maintenant il y a de la curiosité. Du coup les journalistes m’invitent dans leur podcast. Il y a un changement qui est en train de s’opérer.

37:00 : Les pouvoirs publics sont eux mêmes en train de pivoter. Ils cherchent d’autres agences d’engagement citoyen comme le nôtre, qui sont capables de toucher une audience jeune et qualifiée compliquée à toucher. Avec les gilets jaunes, c’est particulièrement visible.

-----

Crédits : 

Réalisateur.rice.s : Elise Colette et Jean-Baptiste Diebold

Réalisation et post-production : Raphaël Bellon

Design graphique : Benjamin Laible 

Communication: Laurie Lejeune

Générique et habillage sonore : Boris Laible

Production : Ginkio

Description

Avant même que 10 ministres soient invités sur sa chaîne lors d’une émission marathon à l'occasion du Grand débat national - c’était le 19 février -, A Parte avait rencontré Jean Massiet. 

Comment trouver meilleur représentant de l’innovation dans le traitement de l’information que ce jeune homme qui a décidé de commenter les traditionnelles Questions au gouvernement du mercredi à l’Assemblée nationale… sur Twitch, une plateforme de gameurs ? 

Depuis ses débuts en 2015, Jean Massiet a bien grandi, sa chaîne et sa petite entreprise aussi. Il n’est plus seul à commenter en direct des événements politiques, il s’est installé dans les studios d’une entreprise de gaming, il a été repéré par Public Sénat et même, très récemment donc, par le service d’information au gouvernement.

Mais son objectif n’a pas changé : en s’incrustant sur une plateforme où on commente Fortnite ou League of legends, il cherche à rendre la politique intelligible et intéressante à un public qui la méconnaît entièrement. Beau challenge, qu’il nous raconte dans A Parte.

-----

Retrouvez Jean Massiet et les autres membres de son équipe sur toutes les chaînes d’Accropolis, à commencer par Twitch évidemment et : 

Et bien sur le portfolio de Jean Massiet sur Ginkio

-----

4:21 : J’ai vu la difficulté qu’ont les politiques à se faire comprendre des citoyens. Et c’est là que j’ai eu l’idée de faire se rejoindre deux idées complètement contraires : le jeu vidéo et la politique.

5:22 : J’ai rempli un manque exprimé par ceux de ma génération : aucun format médiatique ne s’adressait aux jeunes pour leur parler de politique.

11:08 : Nous avons 80% de garçons et on en est très tristes. On a notre part de responsabilité, parce qu’on est essentiellement des garçons. On cherche à féminiser notre audience. Mais on subit le sexisme inhérent au web, au jeu vidéo et au monde politique, qui fait que les hommes s’intéressent au pouvoir et les femmes un peu moins et c’est très malheureux. Il faut qu’on touche plus de filles et qu’on convainquent les filles à regarder plus la politique. 

21:31 : Pendant longtemps, il y avait de la condescendance de la part des journalistes et médias traditionnels par rapport à ce qu’on faisait. Puis on a sorti nos chiffres d’audience et quand ils ont vu qu’on faisait 2 à 5 fois plus d’audience que la chaîne parlementaire, ils ont commencé à se dire que c’était intéressant. Et maintenant il y a de la curiosité. Du coup les journalistes m’invitent dans leur podcast. Il y a un changement qui est en train de s’opérer.

37:00 : Les pouvoirs publics sont eux mêmes en train de pivoter. Ils cherchent d’autres agences d’engagement citoyen comme le nôtre, qui sont capables de toucher une audience jeune et qualifiée compliquée à toucher. Avec les gilets jaunes, c’est particulièrement visible.

-----

Crédits : 

Réalisateur.rice.s : Elise Colette et Jean-Baptiste Diebold

Réalisation et post-production : Raphaël Bellon

Design graphique : Benjamin Laible 

Communication: Laurie Lejeune

Générique et habillage sonore : Boris Laible

Production : Ginkio

Share

Embed

To listen also

Description

Avant même que 10 ministres soient invités sur sa chaîne lors d’une émission marathon à l'occasion du Grand débat national - c’était le 19 février -, A Parte avait rencontré Jean Massiet. 

Comment trouver meilleur représentant de l’innovation dans le traitement de l’information que ce jeune homme qui a décidé de commenter les traditionnelles Questions au gouvernement du mercredi à l’Assemblée nationale… sur Twitch, une plateforme de gameurs ? 

Depuis ses débuts en 2015, Jean Massiet a bien grandi, sa chaîne et sa petite entreprise aussi. Il n’est plus seul à commenter en direct des événements politiques, il s’est installé dans les studios d’une entreprise de gaming, il a été repéré par Public Sénat et même, très récemment donc, par le service d’information au gouvernement.

Mais son objectif n’a pas changé : en s’incrustant sur une plateforme où on commente Fortnite ou League of legends, il cherche à rendre la politique intelligible et intéressante à un public qui la méconnaît entièrement. Beau challenge, qu’il nous raconte dans A Parte.

-----

Retrouvez Jean Massiet et les autres membres de son équipe sur toutes les chaînes d’Accropolis, à commencer par Twitch évidemment et : 

Et bien sur le portfolio de Jean Massiet sur Ginkio

-----

4:21 : J’ai vu la difficulté qu’ont les politiques à se faire comprendre des citoyens. Et c’est là que j’ai eu l’idée de faire se rejoindre deux idées complètement contraires : le jeu vidéo et la politique.

5:22 : J’ai rempli un manque exprimé par ceux de ma génération : aucun format médiatique ne s’adressait aux jeunes pour leur parler de politique.

11:08 : Nous avons 80% de garçons et on en est très tristes. On a notre part de responsabilité, parce qu’on est essentiellement des garçons. On cherche à féminiser notre audience. Mais on subit le sexisme inhérent au web, au jeu vidéo et au monde politique, qui fait que les hommes s’intéressent au pouvoir et les femmes un peu moins et c’est très malheureux. Il faut qu’on touche plus de filles et qu’on convainquent les filles à regarder plus la politique. 

21:31 : Pendant longtemps, il y avait de la condescendance de la part des journalistes et médias traditionnels par rapport à ce qu’on faisait. Puis on a sorti nos chiffres d’audience et quand ils ont vu qu’on faisait 2 à 5 fois plus d’audience que la chaîne parlementaire, ils ont commencé à se dire que c’était intéressant. Et maintenant il y a de la curiosité. Du coup les journalistes m’invitent dans leur podcast. Il y a un changement qui est en train de s’opérer.

37:00 : Les pouvoirs publics sont eux mêmes en train de pivoter. Ils cherchent d’autres agences d’engagement citoyen comme le nôtre, qui sont capables de toucher une audience jeune et qualifiée compliquée à toucher. Avec les gilets jaunes, c’est particulièrement visible.

-----

Crédits : 

Réalisateur.rice.s : Elise Colette et Jean-Baptiste Diebold

Réalisation et post-production : Raphaël Bellon

Design graphique : Benjamin Laible 

Communication: Laurie Lejeune

Générique et habillage sonore : Boris Laible

Production : Ginkio

Description

Avant même que 10 ministres soient invités sur sa chaîne lors d’une émission marathon à l'occasion du Grand débat national - c’était le 19 février -, A Parte avait rencontré Jean Massiet. 

Comment trouver meilleur représentant de l’innovation dans le traitement de l’information que ce jeune homme qui a décidé de commenter les traditionnelles Questions au gouvernement du mercredi à l’Assemblée nationale… sur Twitch, une plateforme de gameurs ? 

Depuis ses débuts en 2015, Jean Massiet a bien grandi, sa chaîne et sa petite entreprise aussi. Il n’est plus seul à commenter en direct des événements politiques, il s’est installé dans les studios d’une entreprise de gaming, il a été repéré par Public Sénat et même, très récemment donc, par le service d’information au gouvernement.

Mais son objectif n’a pas changé : en s’incrustant sur une plateforme où on commente Fortnite ou League of legends, il cherche à rendre la politique intelligible et intéressante à un public qui la méconnaît entièrement. Beau challenge, qu’il nous raconte dans A Parte.

-----

Retrouvez Jean Massiet et les autres membres de son équipe sur toutes les chaînes d’Accropolis, à commencer par Twitch évidemment et : 

Et bien sur le portfolio de Jean Massiet sur Ginkio

-----

4:21 : J’ai vu la difficulté qu’ont les politiques à se faire comprendre des citoyens. Et c’est là que j’ai eu l’idée de faire se rejoindre deux idées complètement contraires : le jeu vidéo et la politique.

5:22 : J’ai rempli un manque exprimé par ceux de ma génération : aucun format médiatique ne s’adressait aux jeunes pour leur parler de politique.

11:08 : Nous avons 80% de garçons et on en est très tristes. On a notre part de responsabilité, parce qu’on est essentiellement des garçons. On cherche à féminiser notre audience. Mais on subit le sexisme inhérent au web, au jeu vidéo et au monde politique, qui fait que les hommes s’intéressent au pouvoir et les femmes un peu moins et c’est très malheureux. Il faut qu’on touche plus de filles et qu’on convainquent les filles à regarder plus la politique. 

21:31 : Pendant longtemps, il y avait de la condescendance de la part des journalistes et médias traditionnels par rapport à ce qu’on faisait. Puis on a sorti nos chiffres d’audience et quand ils ont vu qu’on faisait 2 à 5 fois plus d’audience que la chaîne parlementaire, ils ont commencé à se dire que c’était intéressant. Et maintenant il y a de la curiosité. Du coup les journalistes m’invitent dans leur podcast. Il y a un changement qui est en train de s’opérer.

37:00 : Les pouvoirs publics sont eux mêmes en train de pivoter. Ils cherchent d’autres agences d’engagement citoyen comme le nôtre, qui sont capables de toucher une audience jeune et qualifiée compliquée à toucher. Avec les gilets jaunes, c’est particulièrement visible.

-----

Crédits : 

Réalisateur.rice.s : Elise Colette et Jean-Baptiste Diebold

Réalisation et post-production : Raphaël Bellon

Design graphique : Benjamin Laible 

Communication: Laurie Lejeune

Générique et habillage sonore : Boris Laible

Production : Ginkio

Share

Embed

To listen also