undefined cover
undefined cover
#28_« La raison d’être à l’épreuve des faits» , Antoine FREROT, Président de Veolia cover
#28_« La raison d’être à l’épreuve des faits» , Antoine FREROT, Président de Veolia cover
DialoguesMR21

#28_« La raison d’être à l’épreuve des faits» , Antoine FREROT, Président de Veolia

#28_« La raison d’être à l’épreuve des faits» , Antoine FREROT, Président de Veolia

1h02 |19/07/2023|

98

Play
undefined cover
undefined cover
#28_« La raison d’être à l’épreuve des faits» , Antoine FREROT, Président de Veolia cover
#28_« La raison d’être à l’épreuve des faits» , Antoine FREROT, Président de Veolia cover
DialoguesMR21

#28_« La raison d’être à l’épreuve des faits» , Antoine FREROT, Président de Veolia

#28_« La raison d’être à l’épreuve des faits» , Antoine FREROT, Président de Veolia

1h02 |19/07/2023|

98

Play

Description

Issue de la Loi Pacte promulguée en 2019, la raison d’être s’est construite comme une
réponse à la demande pressante de la société civile de voir les entreprises aller au-delà de leurs profits en s’intéressant à leur impact et leur utilité pour la société. Pour répondre à cette nouvelle conception de l’entreprise, le législateur a intégré au Code Civil la possibilité pour les entreprises de préciser dans leurs statuts « une raison d’être, constituée des principes
dont la société se dote et pour le respect desquels elle entend affecter des moyens dans la réalisation de son activité ». Le Code Civil ainsi modifié ne propose néanmoins pas de définition claire de la raison d’être.
 


Veolia sera l’une des premiers grands groupes à se doter d’une raison d’être, sous l’impulsion de son Président Antoine FREROT, dirigeant précurseur dans la réflexion sur l’utilité de l’entreprise et sa relation aux parties prenantes. 


Quatre ans après la loi Pacte, si les raisons d’être ont fait école, on ne parvient pas toujours à comprendre comment elles sont construites, ce qu’elles recouvrent et ce qu’elles changent au business as usual.  


Avec Antoine FREROT, Président de Veolia, invité exceptionnel des Dialogues MR21,
nous échangerons sur la raison d’être à l’épreuve des faits, autour de trois dimensions-clés : 

- Quelles sont les forces et les limites du concept de « raison d’être » aujourd’hui ? 

- Comment la raison d’être interroge la gouvernance et la place qui doit – ou devra –
être accordée aux parties prenantes dans cette gouvernance ? 

- Enfin, des évolutions – volontaires ou règlementaires - sont-elles nécessaires pour
clarifier la définition de la raison d’être et les conditions d’une mise en
œuvre efficace et utile à la Société ?  

  

Diplômé de l'École polytechnique, ingénieur du corps des Ponts et Chaussées et docteur de
l'École nationale des ponts et chaussées, Antoine FREROT est Président de Veolia, après en avoir été le Président-Directeur Général pendant 12 ans jusqu’au 1er juillet 2022, date de la dissociation des fonctions de président et de directeur général au sein du Groupe.
 

 Acteur engagé de longue date sur le rapport de l’entreprise à la Société, et notamment sur la notion d’utilité de l’entreprise, il a soutenu de manière active l’avènement de la Loi Pacte. Il
est l’auteur de nombreux ouvrages, depuis « L'eau - Pour une culture de la responsabilité » paru en 2008 jusqu’à son dernier ouvrage, co-écrit avec Rodolphe Durand, et paru en 2021 : « L'entreprise de demain : Pour un nouveau récit ». Dans ce dernier ouvrage, il écrivait notamment : « Aujourd'hui, demain, dans les années à venir, nos entreprises n'existeront qu'en étant utiles à la société, et c'est de cette utilité qu'elles tireront leur prospérité et la force d'avancer ». Et d’ajouter : « L'utilité précède et nourrit la performance économique ».
 


Ce Dialogue est animé par Marine Champon, co-fondatrice du MR21.


Hébergé par Ausha. Visitez ausha.co/politique-de-confidentialite pour plus d'informations.

Description

Issue de la Loi Pacte promulguée en 2019, la raison d’être s’est construite comme une
réponse à la demande pressante de la société civile de voir les entreprises aller au-delà de leurs profits en s’intéressant à leur impact et leur utilité pour la société. Pour répondre à cette nouvelle conception de l’entreprise, le législateur a intégré au Code Civil la possibilité pour les entreprises de préciser dans leurs statuts « une raison d’être, constituée des principes
dont la société se dote et pour le respect desquels elle entend affecter des moyens dans la réalisation de son activité ». Le Code Civil ainsi modifié ne propose néanmoins pas de définition claire de la raison d’être.
 


Veolia sera l’une des premiers grands groupes à se doter d’une raison d’être, sous l’impulsion de son Président Antoine FREROT, dirigeant précurseur dans la réflexion sur l’utilité de l’entreprise et sa relation aux parties prenantes. 


Quatre ans après la loi Pacte, si les raisons d’être ont fait école, on ne parvient pas toujours à comprendre comment elles sont construites, ce qu’elles recouvrent et ce qu’elles changent au business as usual.  


Avec Antoine FREROT, Président de Veolia, invité exceptionnel des Dialogues MR21,
nous échangerons sur la raison d’être à l’épreuve des faits, autour de trois dimensions-clés : 

- Quelles sont les forces et les limites du concept de « raison d’être » aujourd’hui ? 

- Comment la raison d’être interroge la gouvernance et la place qui doit – ou devra –
être accordée aux parties prenantes dans cette gouvernance ? 

- Enfin, des évolutions – volontaires ou règlementaires - sont-elles nécessaires pour
clarifier la définition de la raison d’être et les conditions d’une mise en
œuvre efficace et utile à la Société ?  

  

Diplômé de l'École polytechnique, ingénieur du corps des Ponts et Chaussées et docteur de
l'École nationale des ponts et chaussées, Antoine FREROT est Président de Veolia, après en avoir été le Président-Directeur Général pendant 12 ans jusqu’au 1er juillet 2022, date de la dissociation des fonctions de président et de directeur général au sein du Groupe.
 

 Acteur engagé de longue date sur le rapport de l’entreprise à la Société, et notamment sur la notion d’utilité de l’entreprise, il a soutenu de manière active l’avènement de la Loi Pacte. Il
est l’auteur de nombreux ouvrages, depuis « L'eau - Pour une culture de la responsabilité » paru en 2008 jusqu’à son dernier ouvrage, co-écrit avec Rodolphe Durand, et paru en 2021 : « L'entreprise de demain : Pour un nouveau récit ». Dans ce dernier ouvrage, il écrivait notamment : « Aujourd'hui, demain, dans les années à venir, nos entreprises n'existeront qu'en étant utiles à la société, et c'est de cette utilité qu'elles tireront leur prospérité et la force d'avancer ». Et d’ajouter : « L'utilité précède et nourrit la performance économique ».
 


Ce Dialogue est animé par Marine Champon, co-fondatrice du MR21.


Hébergé par Ausha. Visitez ausha.co/politique-de-confidentialite pour plus d'informations.

Share

Embed

You may also like

Description

Issue de la Loi Pacte promulguée en 2019, la raison d’être s’est construite comme une
réponse à la demande pressante de la société civile de voir les entreprises aller au-delà de leurs profits en s’intéressant à leur impact et leur utilité pour la société. Pour répondre à cette nouvelle conception de l’entreprise, le législateur a intégré au Code Civil la possibilité pour les entreprises de préciser dans leurs statuts « une raison d’être, constituée des principes
dont la société se dote et pour le respect desquels elle entend affecter des moyens dans la réalisation de son activité ». Le Code Civil ainsi modifié ne propose néanmoins pas de définition claire de la raison d’être.
 


Veolia sera l’une des premiers grands groupes à se doter d’une raison d’être, sous l’impulsion de son Président Antoine FREROT, dirigeant précurseur dans la réflexion sur l’utilité de l’entreprise et sa relation aux parties prenantes. 


Quatre ans après la loi Pacte, si les raisons d’être ont fait école, on ne parvient pas toujours à comprendre comment elles sont construites, ce qu’elles recouvrent et ce qu’elles changent au business as usual.  


Avec Antoine FREROT, Président de Veolia, invité exceptionnel des Dialogues MR21,
nous échangerons sur la raison d’être à l’épreuve des faits, autour de trois dimensions-clés : 

- Quelles sont les forces et les limites du concept de « raison d’être » aujourd’hui ? 

- Comment la raison d’être interroge la gouvernance et la place qui doit – ou devra –
être accordée aux parties prenantes dans cette gouvernance ? 

- Enfin, des évolutions – volontaires ou règlementaires - sont-elles nécessaires pour
clarifier la définition de la raison d’être et les conditions d’une mise en
œuvre efficace et utile à la Société ?  

  

Diplômé de l'École polytechnique, ingénieur du corps des Ponts et Chaussées et docteur de
l'École nationale des ponts et chaussées, Antoine FREROT est Président de Veolia, après en avoir été le Président-Directeur Général pendant 12 ans jusqu’au 1er juillet 2022, date de la dissociation des fonctions de président et de directeur général au sein du Groupe.
 

 Acteur engagé de longue date sur le rapport de l’entreprise à la Société, et notamment sur la notion d’utilité de l’entreprise, il a soutenu de manière active l’avènement de la Loi Pacte. Il
est l’auteur de nombreux ouvrages, depuis « L'eau - Pour une culture de la responsabilité » paru en 2008 jusqu’à son dernier ouvrage, co-écrit avec Rodolphe Durand, et paru en 2021 : « L'entreprise de demain : Pour un nouveau récit ». Dans ce dernier ouvrage, il écrivait notamment : « Aujourd'hui, demain, dans les années à venir, nos entreprises n'existeront qu'en étant utiles à la société, et c'est de cette utilité qu'elles tireront leur prospérité et la force d'avancer ». Et d’ajouter : « L'utilité précède et nourrit la performance économique ».
 


Ce Dialogue est animé par Marine Champon, co-fondatrice du MR21.


Hébergé par Ausha. Visitez ausha.co/politique-de-confidentialite pour plus d'informations.

Description

Issue de la Loi Pacte promulguée en 2019, la raison d’être s’est construite comme une
réponse à la demande pressante de la société civile de voir les entreprises aller au-delà de leurs profits en s’intéressant à leur impact et leur utilité pour la société. Pour répondre à cette nouvelle conception de l’entreprise, le législateur a intégré au Code Civil la possibilité pour les entreprises de préciser dans leurs statuts « une raison d’être, constituée des principes
dont la société se dote et pour le respect desquels elle entend affecter des moyens dans la réalisation de son activité ». Le Code Civil ainsi modifié ne propose néanmoins pas de définition claire de la raison d’être.
 


Veolia sera l’une des premiers grands groupes à se doter d’une raison d’être, sous l’impulsion de son Président Antoine FREROT, dirigeant précurseur dans la réflexion sur l’utilité de l’entreprise et sa relation aux parties prenantes. 


Quatre ans après la loi Pacte, si les raisons d’être ont fait école, on ne parvient pas toujours à comprendre comment elles sont construites, ce qu’elles recouvrent et ce qu’elles changent au business as usual.  


Avec Antoine FREROT, Président de Veolia, invité exceptionnel des Dialogues MR21,
nous échangerons sur la raison d’être à l’épreuve des faits, autour de trois dimensions-clés : 

- Quelles sont les forces et les limites du concept de « raison d’être » aujourd’hui ? 

- Comment la raison d’être interroge la gouvernance et la place qui doit – ou devra –
être accordée aux parties prenantes dans cette gouvernance ? 

- Enfin, des évolutions – volontaires ou règlementaires - sont-elles nécessaires pour
clarifier la définition de la raison d’être et les conditions d’une mise en
œuvre efficace et utile à la Société ?  

  

Diplômé de l'École polytechnique, ingénieur du corps des Ponts et Chaussées et docteur de
l'École nationale des ponts et chaussées, Antoine FREROT est Président de Veolia, après en avoir été le Président-Directeur Général pendant 12 ans jusqu’au 1er juillet 2022, date de la dissociation des fonctions de président et de directeur général au sein du Groupe.
 

 Acteur engagé de longue date sur le rapport de l’entreprise à la Société, et notamment sur la notion d’utilité de l’entreprise, il a soutenu de manière active l’avènement de la Loi Pacte. Il
est l’auteur de nombreux ouvrages, depuis « L'eau - Pour une culture de la responsabilité » paru en 2008 jusqu’à son dernier ouvrage, co-écrit avec Rodolphe Durand, et paru en 2021 : « L'entreprise de demain : Pour un nouveau récit ». Dans ce dernier ouvrage, il écrivait notamment : « Aujourd'hui, demain, dans les années à venir, nos entreprises n'existeront qu'en étant utiles à la société, et c'est de cette utilité qu'elles tireront leur prospérité et la force d'avancer ». Et d’ajouter : « L'utilité précède et nourrit la performance économique ».
 


Ce Dialogue est animé par Marine Champon, co-fondatrice du MR21.


Hébergé par Ausha. Visitez ausha.co/politique-de-confidentialite pour plus d'informations.

Share

Embed

You may also like