#13 - Nedir : « Ce que j’aime en France, c’est les Français » cover
#13 - Nedir : « Ce que j’aime en France, c’est les Français » cover
Joyeux Bazar

#13 - Nedir : « Ce que j’aime en France, c’est les Français »

#13 - Nedir : « Ce que j’aime en France, c’est les Français »

20min |09/09/2020
Listen
#13 - Nedir : « Ce que j’aime en France, c’est les Français » cover
#13 - Nedir : « Ce que j’aime en France, c’est les Français » cover
Joyeux Bazar

#13 - Nedir : « Ce que j’aime en France, c’est les Français »

#13 - Nedir : « Ce que j’aime en France, c’est les Français »

20min |09/09/2020
Listen

Description

Nedir est né algérien et hongrois (oui, oui !), le voici désormais français depuis quelques mois. Une naturalisation pour dire merci à la France, pays qui était pour lui à la fois un ailleurs familier, à travers les programmes télé notamment, mais aussi l’ailleurs de tous les possibles, celui qui lui a donné la possibilité de faire le métier artistique dont il rêvait.

Nous avons évoqué ensemble son bar favori à Paris « Madame Gen » (2’01), la ville de Montpellier où il était censé passer 15 jours et il est resté 5 ans (3’15), sa demande de naturalisation (4’14), ces Français qui lui ont donné envie de faire partie de leur communauté (7’15), son enfance partagée entre l’Algérie et la Hongrie (7’59), les années noires du terrorisme en Algérie (10’30), sa définition de l’ "algérianité" (13’50), les questions des autres sur son prénom, son physique et son accent (15’24), la « mise à jour de lui-même » qu’il a faite en 2013 (16’28) et, bien évidemment… je lui ai demandé qui il est devenu après tout ce parcours.

Un beau récit de vie, et un bon retour aux fondamentaux pour attaquer la rentrée !

Description

Nedir est né algérien et hongrois (oui, oui !), le voici désormais français depuis quelques mois. Une naturalisation pour dire merci à la France, pays qui était pour lui à la fois un ailleurs familier, à travers les programmes télé notamment, mais aussi l’ailleurs de tous les possibles, celui qui lui a donné la possibilité de faire le métier artistique dont il rêvait.

Nous avons évoqué ensemble son bar favori à Paris « Madame Gen » (2’01), la ville de Montpellier où il était censé passer 15 jours et il est resté 5 ans (3’15), sa demande de naturalisation (4’14), ces Français qui lui ont donné envie de faire partie de leur communauté (7’15), son enfance partagée entre l’Algérie et la Hongrie (7’59), les années noires du terrorisme en Algérie (10’30), sa définition de l’ "algérianité" (13’50), les questions des autres sur son prénom, son physique et son accent (15’24), la « mise à jour de lui-même » qu’il a faite en 2013 (16’28) et, bien évidemment… je lui ai demandé qui il est devenu après tout ce parcours.

Un beau récit de vie, et un bon retour aux fondamentaux pour attaquer la rentrée !

Share

Embed

To listen also

Description

Nedir est né algérien et hongrois (oui, oui !), le voici désormais français depuis quelques mois. Une naturalisation pour dire merci à la France, pays qui était pour lui à la fois un ailleurs familier, à travers les programmes télé notamment, mais aussi l’ailleurs de tous les possibles, celui qui lui a donné la possibilité de faire le métier artistique dont il rêvait.

Nous avons évoqué ensemble son bar favori à Paris « Madame Gen » (2’01), la ville de Montpellier où il était censé passer 15 jours et il est resté 5 ans (3’15), sa demande de naturalisation (4’14), ces Français qui lui ont donné envie de faire partie de leur communauté (7’15), son enfance partagée entre l’Algérie et la Hongrie (7’59), les années noires du terrorisme en Algérie (10’30), sa définition de l’ "algérianité" (13’50), les questions des autres sur son prénom, son physique et son accent (15’24), la « mise à jour de lui-même » qu’il a faite en 2013 (16’28) et, bien évidemment… je lui ai demandé qui il est devenu après tout ce parcours.

Un beau récit de vie, et un bon retour aux fondamentaux pour attaquer la rentrée !

Description

Nedir est né algérien et hongrois (oui, oui !), le voici désormais français depuis quelques mois. Une naturalisation pour dire merci à la France, pays qui était pour lui à la fois un ailleurs familier, à travers les programmes télé notamment, mais aussi l’ailleurs de tous les possibles, celui qui lui a donné la possibilité de faire le métier artistique dont il rêvait.

Nous avons évoqué ensemble son bar favori à Paris « Madame Gen » (2’01), la ville de Montpellier où il était censé passer 15 jours et il est resté 5 ans (3’15), sa demande de naturalisation (4’14), ces Français qui lui ont donné envie de faire partie de leur communauté (7’15), son enfance partagée entre l’Algérie et la Hongrie (7’59), les années noires du terrorisme en Algérie (10’30), sa définition de l’ "algérianité" (13’50), les questions des autres sur son prénom, son physique et son accent (15’24), la « mise à jour de lui-même » qu’il a faite en 2013 (16’28) et, bien évidemment… je lui ai demandé qui il est devenu après tout ce parcours.

Un beau récit de vie, et un bon retour aux fondamentaux pour attaquer la rentrée !

Share

Embed

To listen also