#26 – Maboula Soumahoro : « J’essaie de parler à ma mère, mais la France s’est immiscée dans notre intimité » cover
#26 – Maboula Soumahoro : « J’essaie de parler à ma mère, mais la France s’est immiscée dans notre intimité » cover
Joyeux Bazar

#26 – Maboula Soumahoro : « J’essaie de parler à ma mère, mais la France s’est immiscée dans notre intimité »

#26 – Maboula Soumahoro : « J’essaie de parler à ma mère, mais la France s’est immiscée dans notre intimité »

41min |24/03/2021
Listen
#26 – Maboula Soumahoro : « J’essaie de parler à ma mère, mais la France s’est immiscée dans notre intimité » cover
#26 – Maboula Soumahoro : « J’essaie de parler à ma mère, mais la France s’est immiscée dans notre intimité » cover
Joyeux Bazar

#26 – Maboula Soumahoro : « J’essaie de parler à ma mère, mais la France s’est immiscée dans notre intimité »

#26 – Maboula Soumahoro : « J’essaie de parler à ma mère, mais la France s’est immiscée dans notre intimité »

41min |24/03/2021
Listen

Description

Maboula Soumahoro, la spécialiste des identités africaines-américaines et de la diaspora noire, a publié en 2020 « Le Triangle et l’Hexagone ». Elle y raconte comment son identité s’est peu à peu déployée par-delà la France, pour embrasser cet océan qui relie l’Europe, l’Afrique et les Amériques. Et pour réhabiliter la construction sociale, originellement dévalorisée, qu’est la couleur noire. Nous avons aussi parlé de la perte, celle de la langue maternelle et celle du continent originel notamment, et de la nécessité de constater cette perte pour pouvoir, tant bien que mal, poussé.e par la pulsion de vie, construire autre chose. De plus grand. Elle a ri de ses ambivalences, ses drames, sa résilience peut-être.

Nous avons évoqué la chanson « Tonton du Bled », hymne de tant d’enfants d’immigré.e.s (3’36), le mythe du retour entretenu par les parents (8’01), la transmission ou non de la langue et le dialogue impossible avec sa mère (11’07), l’avance des universités américaines sur certains sujets (18’08), les joies et peines de l’identité diasporique (21’45), la blanchité (29’17), la France excluante mais omniprésente dans sa vie (31’24), le conflit de loyauté des Afropéen.ne.s qui bénéficient du rapport de force géopolitique Nord / Sud tandis que leurs plus proches, parfois, en paient le prix fort (36’05).

De très nombreux sujets de diasporas abordés avec émotion et clarté...

Description

Maboula Soumahoro, la spécialiste des identités africaines-américaines et de la diaspora noire, a publié en 2020 « Le Triangle et l’Hexagone ». Elle y raconte comment son identité s’est peu à peu déployée par-delà la France, pour embrasser cet océan qui relie l’Europe, l’Afrique et les Amériques. Et pour réhabiliter la construction sociale, originellement dévalorisée, qu’est la couleur noire. Nous avons aussi parlé de la perte, celle de la langue maternelle et celle du continent originel notamment, et de la nécessité de constater cette perte pour pouvoir, tant bien que mal, poussé.e par la pulsion de vie, construire autre chose. De plus grand. Elle a ri de ses ambivalences, ses drames, sa résilience peut-être.

Nous avons évoqué la chanson « Tonton du Bled », hymne de tant d’enfants d’immigré.e.s (3’36), le mythe du retour entretenu par les parents (8’01), la transmission ou non de la langue et le dialogue impossible avec sa mère (11’07), l’avance des universités américaines sur certains sujets (18’08), les joies et peines de l’identité diasporique (21’45), la blanchité (29’17), la France excluante mais omniprésente dans sa vie (31’24), le conflit de loyauté des Afropéen.ne.s qui bénéficient du rapport de force géopolitique Nord / Sud tandis que leurs plus proches, parfois, en paient le prix fort (36’05).

De très nombreux sujets de diasporas abordés avec émotion et clarté...

Share

Embed

You may also like

Description

Maboula Soumahoro, la spécialiste des identités africaines-américaines et de la diaspora noire, a publié en 2020 « Le Triangle et l’Hexagone ». Elle y raconte comment son identité s’est peu à peu déployée par-delà la France, pour embrasser cet océan qui relie l’Europe, l’Afrique et les Amériques. Et pour réhabiliter la construction sociale, originellement dévalorisée, qu’est la couleur noire. Nous avons aussi parlé de la perte, celle de la langue maternelle et celle du continent originel notamment, et de la nécessité de constater cette perte pour pouvoir, tant bien que mal, poussé.e par la pulsion de vie, construire autre chose. De plus grand. Elle a ri de ses ambivalences, ses drames, sa résilience peut-être.

Nous avons évoqué la chanson « Tonton du Bled », hymne de tant d’enfants d’immigré.e.s (3’36), le mythe du retour entretenu par les parents (8’01), la transmission ou non de la langue et le dialogue impossible avec sa mère (11’07), l’avance des universités américaines sur certains sujets (18’08), les joies et peines de l’identité diasporique (21’45), la blanchité (29’17), la France excluante mais omniprésente dans sa vie (31’24), le conflit de loyauté des Afropéen.ne.s qui bénéficient du rapport de force géopolitique Nord / Sud tandis que leurs plus proches, parfois, en paient le prix fort (36’05).

De très nombreux sujets de diasporas abordés avec émotion et clarté...

Description

Maboula Soumahoro, la spécialiste des identités africaines-américaines et de la diaspora noire, a publié en 2020 « Le Triangle et l’Hexagone ». Elle y raconte comment son identité s’est peu à peu déployée par-delà la France, pour embrasser cet océan qui relie l’Europe, l’Afrique et les Amériques. Et pour réhabiliter la construction sociale, originellement dévalorisée, qu’est la couleur noire. Nous avons aussi parlé de la perte, celle de la langue maternelle et celle du continent originel notamment, et de la nécessité de constater cette perte pour pouvoir, tant bien que mal, poussé.e par la pulsion de vie, construire autre chose. De plus grand. Elle a ri de ses ambivalences, ses drames, sa résilience peut-être.

Nous avons évoqué la chanson « Tonton du Bled », hymne de tant d’enfants d’immigré.e.s (3’36), le mythe du retour entretenu par les parents (8’01), la transmission ou non de la langue et le dialogue impossible avec sa mère (11’07), l’avance des universités américaines sur certains sujets (18’08), les joies et peines de l’identité diasporique (21’45), la blanchité (29’17), la France excluante mais omniprésente dans sa vie (31’24), le conflit de loyauté des Afropéen.ne.s qui bénéficient du rapport de force géopolitique Nord / Sud tandis que leurs plus proches, parfois, en paient le prix fort (36’05).

De très nombreux sujets de diasporas abordés avec émotion et clarté...

Share

Embed

You may also like