#35 [LIVE] - Myriam Levain : "Les Juifs séfarades sont hyper dépressifs, mais ils le cachent bien" cover
#35 [LIVE] - Myriam Levain : "Les Juifs séfarades sont hyper dépressifs, mais ils le cachent bien" cover
Joyeux Bazar

#35 [LIVE] - Myriam Levain : "Les Juifs séfarades sont hyper dépressifs, mais ils le cachent bien"

#35 [LIVE] - Myriam Levain : "Les Juifs séfarades sont hyper dépressifs, mais ils le cachent bien"

43min |19/10/2021
Play
#35 [LIVE] - Myriam Levain : "Les Juifs séfarades sont hyper dépressifs, mais ils le cachent bien" cover
#35 [LIVE] - Myriam Levain : "Les Juifs séfarades sont hyper dépressifs, mais ils le cachent bien" cover
Joyeux Bazar

#35 [LIVE] - Myriam Levain : "Les Juifs séfarades sont hyper dépressifs, mais ils le cachent bien"

#35 [LIVE] - Myriam Levain : "Les Juifs séfarades sont hyper dépressifs, mais ils le cachent bien"

43min |19/10/2021
Play

Description

« La vérité si je mens », du couscous et de la bonne humeur à tous les étages, mais l’histoire séfarade est aussi faite d’exils – des aspects souvent tus ou enjolivés par les protagonistes. La Tunisie comptait près de 100 000 personnes juives à la fin des années 40, contre 1 500 aujourd’hui, les autres ayant émigré principalement en France et en Israël…  

Mon invitée Myriam Levain, cofondatrice de Cheek Magazine, a créé le projet @StayTunes qui collecte des témoignages autour des Juifs tunisiens et Juives tunisiennes. 


Avec Myriam, nous avons parlé : 

- de cette nouvelle génération qui traverse la Méditerranée pour retrouver les traces de l’histoire familiale (3’47), 

- des Séfarades qui taisent leur traumatisme du déracinement car mineur en comparaison avec la Shoah (12’09), 

- de ce qu’est aujourd’hui l’identité juive tunisienne, et du cliché des Séfarades joyeux.ses face aux Ashkénazes angoissé.e.s (16’03), 

- de ce que signifie être à la fois juif.ve et arabe, une réalité et des passerelles pas suffisamment représentées dans les médias (20’46), 

- de la visibilité et la fierté croissantes de cette histoire juive et séfarade au sein de l’histoire de France (28’35) 


Et pour finir, j’ai bien évidemment demandé à Myriam qui elle est devenue… Merci à elle pour sa confiance. 


Cet épisode en live et en public a été enregistré au Ground Control à Paris dans le cadre de l’événement Nouvelles Voix organisé par Le Medialab 93 avec La Ruche Paris. Merci à toutes les équipes qui ont rendu cela possible, au public qui a répondu présent et à toutes les personnes qui nous écoutent et nous soutiennent ! 

Toutes les notes de l’épisode sont disponibles sur le site web de Joyeux Bazar.

Description

« La vérité si je mens », du couscous et de la bonne humeur à tous les étages, mais l’histoire séfarade est aussi faite d’exils – des aspects souvent tus ou enjolivés par les protagonistes. La Tunisie comptait près de 100 000 personnes juives à la fin des années 40, contre 1 500 aujourd’hui, les autres ayant émigré principalement en France et en Israël…  

Mon invitée Myriam Levain, cofondatrice de Cheek Magazine, a créé le projet @StayTunes qui collecte des témoignages autour des Juifs tunisiens et Juives tunisiennes. 


Avec Myriam, nous avons parlé : 

- de cette nouvelle génération qui traverse la Méditerranée pour retrouver les traces de l’histoire familiale (3’47), 

- des Séfarades qui taisent leur traumatisme du déracinement car mineur en comparaison avec la Shoah (12’09), 

- de ce qu’est aujourd’hui l’identité juive tunisienne, et du cliché des Séfarades joyeux.ses face aux Ashkénazes angoissé.e.s (16’03), 

- de ce que signifie être à la fois juif.ve et arabe, une réalité et des passerelles pas suffisamment représentées dans les médias (20’46), 

- de la visibilité et la fierté croissantes de cette histoire juive et séfarade au sein de l’histoire de France (28’35) 


Et pour finir, j’ai bien évidemment demandé à Myriam qui elle est devenue… Merci à elle pour sa confiance. 


Cet épisode en live et en public a été enregistré au Ground Control à Paris dans le cadre de l’événement Nouvelles Voix organisé par Le Medialab 93 avec La Ruche Paris. Merci à toutes les équipes qui ont rendu cela possible, au public qui a répondu présent et à toutes les personnes qui nous écoutent et nous soutiennent ! 

Toutes les notes de l’épisode sont disponibles sur le site web de Joyeux Bazar.

Share

Embed

You may also like

Description

« La vérité si je mens », du couscous et de la bonne humeur à tous les étages, mais l’histoire séfarade est aussi faite d’exils – des aspects souvent tus ou enjolivés par les protagonistes. La Tunisie comptait près de 100 000 personnes juives à la fin des années 40, contre 1 500 aujourd’hui, les autres ayant émigré principalement en France et en Israël…  

Mon invitée Myriam Levain, cofondatrice de Cheek Magazine, a créé le projet @StayTunes qui collecte des témoignages autour des Juifs tunisiens et Juives tunisiennes. 


Avec Myriam, nous avons parlé : 

- de cette nouvelle génération qui traverse la Méditerranée pour retrouver les traces de l’histoire familiale (3’47), 

- des Séfarades qui taisent leur traumatisme du déracinement car mineur en comparaison avec la Shoah (12’09), 

- de ce qu’est aujourd’hui l’identité juive tunisienne, et du cliché des Séfarades joyeux.ses face aux Ashkénazes angoissé.e.s (16’03), 

- de ce que signifie être à la fois juif.ve et arabe, une réalité et des passerelles pas suffisamment représentées dans les médias (20’46), 

- de la visibilité et la fierté croissantes de cette histoire juive et séfarade au sein de l’histoire de France (28’35) 


Et pour finir, j’ai bien évidemment demandé à Myriam qui elle est devenue… Merci à elle pour sa confiance. 


Cet épisode en live et en public a été enregistré au Ground Control à Paris dans le cadre de l’événement Nouvelles Voix organisé par Le Medialab 93 avec La Ruche Paris. Merci à toutes les équipes qui ont rendu cela possible, au public qui a répondu présent et à toutes les personnes qui nous écoutent et nous soutiennent ! 

Toutes les notes de l’épisode sont disponibles sur le site web de Joyeux Bazar.

Description

« La vérité si je mens », du couscous et de la bonne humeur à tous les étages, mais l’histoire séfarade est aussi faite d’exils – des aspects souvent tus ou enjolivés par les protagonistes. La Tunisie comptait près de 100 000 personnes juives à la fin des années 40, contre 1 500 aujourd’hui, les autres ayant émigré principalement en France et en Israël…  

Mon invitée Myriam Levain, cofondatrice de Cheek Magazine, a créé le projet @StayTunes qui collecte des témoignages autour des Juifs tunisiens et Juives tunisiennes. 


Avec Myriam, nous avons parlé : 

- de cette nouvelle génération qui traverse la Méditerranée pour retrouver les traces de l’histoire familiale (3’47), 

- des Séfarades qui taisent leur traumatisme du déracinement car mineur en comparaison avec la Shoah (12’09), 

- de ce qu’est aujourd’hui l’identité juive tunisienne, et du cliché des Séfarades joyeux.ses face aux Ashkénazes angoissé.e.s (16’03), 

- de ce que signifie être à la fois juif.ve et arabe, une réalité et des passerelles pas suffisamment représentées dans les médias (20’46), 

- de la visibilité et la fierté croissantes de cette histoire juive et séfarade au sein de l’histoire de France (28’35) 


Et pour finir, j’ai bien évidemment demandé à Myriam qui elle est devenue… Merci à elle pour sa confiance. 


Cet épisode en live et en public a été enregistré au Ground Control à Paris dans le cadre de l’événement Nouvelles Voix organisé par Le Medialab 93 avec La Ruche Paris. Merci à toutes les équipes qui ont rendu cela possible, au public qui a répondu présent et à toutes les personnes qui nous écoutent et nous soutiennent ! 

Toutes les notes de l’épisode sont disponibles sur le site web de Joyeux Bazar.

Share

Embed

You may also like