Ep05 @EnsAD | projet 4Cs | Memory archive |  Ghalia Elsrakbi et Lauren Alexander | English cover
Ep05 @EnsAD | projet 4Cs | Memory archive |  Ghalia Elsrakbi et Lauren Alexander | English cover
Kôdôtalks

Ep05 @EnsAD | projet 4Cs | Memory archive | Ghalia Elsrakbi et Lauren Alexander | English

Ep05 @EnsAD | projet 4Cs | Memory archive | Ghalia Elsrakbi et Lauren Alexander | English

35min |12/01/2021
Listen
Ep05 @EnsAD | projet 4Cs | Memory archive |  Ghalia Elsrakbi et Lauren Alexander | English cover
Ep05 @EnsAD | projet 4Cs | Memory archive |  Ghalia Elsrakbi et Lauren Alexander | English cover
Kôdôtalks

Ep05 @EnsAD | projet 4Cs | Memory archive | Ghalia Elsrakbi et Lauren Alexander | English

Ep05 @EnsAD | projet 4Cs | Memory archive | Ghalia Elsrakbi et Lauren Alexander | English

35min |12/01/2021
Listen

Description

Ghalia Elsrakbi est designer, une chercheuse et une enseignante en design. Après avoir obtenu une maîtrise en design à l'Institut Sandberg, Gerrit Rietveld Academie à Amsterdam, elle a rejoint le programme post-universitaire interdisciplinaire "Design Negation" à la Jan van Eyck Academy de Maastricht où ses recherches étaient consacrées à l'investigation de la politique populiste de la perspective du design et de la théorie.

Lauren Alexander vit et travaille à Amsterdam. Après avoir obtenu une maîtrise en design au Sandberg Institute d'Amsterdam, elle a poursuivi une maîtrise en beaux-arts au Dutch Art Institute (DAI) à Arnhem (2011). Elle enseigne le programme de licence et de master en graphisme de la Royal Academy of Arts de La Haye (KABK), ainsi qu'à l'Université de l'underground, un programme de master à l'Institut Sandberg d'Amsterdam.

En 2009, la sud africaine Lauren et la syrienne Ghalia ont fondé Foundland Collective, qui est basé depuis 2014 entre Amsterdam et le Caire. La collaboration du duo explore des récits politiques et historiques sous-représentés en travaillant avec des archives via l'art, le design, l'écriture, les formats éducatifs, la réalisation de vidéos ou encore via la narration. 

‍Le duo réfléchit, de manière critique, à ce que signifie produire un travail politiquement engagé à partir de la position d'artistes non-occidentaux travaillant entre l'Europe et le Moyen-Orient.

Elle ont donné des conférences et proposé des expositions partout en Europe, aux États-Unis et au Moyen-Orient

La conférence qu’on vous présente aujourd’hui examine la méthodologie de «Memory Archive» comme point de départ de la réflexion. Le duo explore les interrelations entre la mémoire et l'architecture, en considérant comment la documentation personnelle des ruines liées aux conflits pourrait éventuellement fonctionner comme un précieux «contre-archivage» des récits des médias traditionnels.

Description

Ghalia Elsrakbi est designer, une chercheuse et une enseignante en design. Après avoir obtenu une maîtrise en design à l'Institut Sandberg, Gerrit Rietveld Academie à Amsterdam, elle a rejoint le programme post-universitaire interdisciplinaire "Design Negation" à la Jan van Eyck Academy de Maastricht où ses recherches étaient consacrées à l'investigation de la politique populiste de la perspective du design et de la théorie.

Lauren Alexander vit et travaille à Amsterdam. Après avoir obtenu une maîtrise en design au Sandberg Institute d'Amsterdam, elle a poursuivi une maîtrise en beaux-arts au Dutch Art Institute (DAI) à Arnhem (2011). Elle enseigne le programme de licence et de master en graphisme de la Royal Academy of Arts de La Haye (KABK), ainsi qu'à l'Université de l'underground, un programme de master à l'Institut Sandberg d'Amsterdam.

En 2009, la sud africaine Lauren et la syrienne Ghalia ont fondé Foundland Collective, qui est basé depuis 2014 entre Amsterdam et le Caire. La collaboration du duo explore des récits politiques et historiques sous-représentés en travaillant avec des archives via l'art, le design, l'écriture, les formats éducatifs, la réalisation de vidéos ou encore via la narration. 

‍Le duo réfléchit, de manière critique, à ce que signifie produire un travail politiquement engagé à partir de la position d'artistes non-occidentaux travaillant entre l'Europe et le Moyen-Orient.

Elle ont donné des conférences et proposé des expositions partout en Europe, aux États-Unis et au Moyen-Orient

La conférence qu’on vous présente aujourd’hui examine la méthodologie de «Memory Archive» comme point de départ de la réflexion. Le duo explore les interrelations entre la mémoire et l'architecture, en considérant comment la documentation personnelle des ruines liées aux conflits pourrait éventuellement fonctionner comme un précieux «contre-archivage» des récits des médias traditionnels.

Share

Embed

You may also like

Description

Ghalia Elsrakbi est designer, une chercheuse et une enseignante en design. Après avoir obtenu une maîtrise en design à l'Institut Sandberg, Gerrit Rietveld Academie à Amsterdam, elle a rejoint le programme post-universitaire interdisciplinaire "Design Negation" à la Jan van Eyck Academy de Maastricht où ses recherches étaient consacrées à l'investigation de la politique populiste de la perspective du design et de la théorie.

Lauren Alexander vit et travaille à Amsterdam. Après avoir obtenu une maîtrise en design au Sandberg Institute d'Amsterdam, elle a poursuivi une maîtrise en beaux-arts au Dutch Art Institute (DAI) à Arnhem (2011). Elle enseigne le programme de licence et de master en graphisme de la Royal Academy of Arts de La Haye (KABK), ainsi qu'à l'Université de l'underground, un programme de master à l'Institut Sandberg d'Amsterdam.

En 2009, la sud africaine Lauren et la syrienne Ghalia ont fondé Foundland Collective, qui est basé depuis 2014 entre Amsterdam et le Caire. La collaboration du duo explore des récits politiques et historiques sous-représentés en travaillant avec des archives via l'art, le design, l'écriture, les formats éducatifs, la réalisation de vidéos ou encore via la narration. 

‍Le duo réfléchit, de manière critique, à ce que signifie produire un travail politiquement engagé à partir de la position d'artistes non-occidentaux travaillant entre l'Europe et le Moyen-Orient.

Elle ont donné des conférences et proposé des expositions partout en Europe, aux États-Unis et au Moyen-Orient

La conférence qu’on vous présente aujourd’hui examine la méthodologie de «Memory Archive» comme point de départ de la réflexion. Le duo explore les interrelations entre la mémoire et l'architecture, en considérant comment la documentation personnelle des ruines liées aux conflits pourrait éventuellement fonctionner comme un précieux «contre-archivage» des récits des médias traditionnels.

Description

Ghalia Elsrakbi est designer, une chercheuse et une enseignante en design. Après avoir obtenu une maîtrise en design à l'Institut Sandberg, Gerrit Rietveld Academie à Amsterdam, elle a rejoint le programme post-universitaire interdisciplinaire "Design Negation" à la Jan van Eyck Academy de Maastricht où ses recherches étaient consacrées à l'investigation de la politique populiste de la perspective du design et de la théorie.

Lauren Alexander vit et travaille à Amsterdam. Après avoir obtenu une maîtrise en design au Sandberg Institute d'Amsterdam, elle a poursuivi une maîtrise en beaux-arts au Dutch Art Institute (DAI) à Arnhem (2011). Elle enseigne le programme de licence et de master en graphisme de la Royal Academy of Arts de La Haye (KABK), ainsi qu'à l'Université de l'underground, un programme de master à l'Institut Sandberg d'Amsterdam.

En 2009, la sud africaine Lauren et la syrienne Ghalia ont fondé Foundland Collective, qui est basé depuis 2014 entre Amsterdam et le Caire. La collaboration du duo explore des récits politiques et historiques sous-représentés en travaillant avec des archives via l'art, le design, l'écriture, les formats éducatifs, la réalisation de vidéos ou encore via la narration. 

‍Le duo réfléchit, de manière critique, à ce que signifie produire un travail politiquement engagé à partir de la position d'artistes non-occidentaux travaillant entre l'Europe et le Moyen-Orient.

Elle ont donné des conférences et proposé des expositions partout en Europe, aux États-Unis et au Moyen-Orient

La conférence qu’on vous présente aujourd’hui examine la méthodologie de «Memory Archive» comme point de départ de la réflexion. Le duo explore les interrelations entre la mémoire et l'architecture, en considérant comment la documentation personnelle des ruines liées aux conflits pourrait éventuellement fonctionner comme un précieux «contre-archivage» des récits des médias traditionnels.

Share

Embed

You may also like