Avec Louis Brauquier et Sybille Orlandi : poésie de l’exploration cover
Avec Louis Brauquier et Sybille Orlandi : poésie de l’exploration cover
L'Expérience Poétique

Avec Louis Brauquier et Sybille Orlandi : poésie de l’exploration

Avec Louis Brauquier et Sybille Orlandi : poésie de l’exploration

10min |27/11/2023
Play
Avec Louis Brauquier et Sybille Orlandi : poésie de l’exploration cover
Avec Louis Brauquier et Sybille Orlandi : poésie de l’exploration cover
L'Expérience Poétique

Avec Louis Brauquier et Sybille Orlandi : poésie de l’exploration

Avec Louis Brauquier et Sybille Orlandi : poésie de l’exploration

10min |27/11/2023
Play

Description

Par hasard, dans une librairie sur le Vieux-Port, j’ai découvert un volume de Louis Brauquier, intitulé « Je connais des iles lointaines ». Dans ses écrits, il raconte ses voyages et chante son attachement à son port d’origine, Marseille. Des textes aux parfums d’ici et d’ailleurs : un régal.  

  

En le lisant, a cheminé en moi une réflexion sur le besoin de partir. Qu’est-ce qui pousse un être humain à tenter l’aventure sur d’autres continents ? Et quelle place donner aux aimés quand on les quitte ? Comment se débrouiller ensuite avec l’absence et le manque ? 

  

D’un poème à l’autre, j’ai cherché des réponses. Et c’est dans les mots de Sybille Orlandi, une poétesse d’aujourd’hui, que j’ai trouvé des pistes. Le voyage comme métaphore, source d’imprévus et d’éblouissements. Le périple nous transforme, puis nous ramène vers une exploration intérieure et philosophique. Le grand cheminement au fond, c’est celui de l’âme. 

  

Une poésie qui nourrit le territoire de vos profondeurs. Un bonheur ! 

  

Fermez les yeux...  

 ... Laissez cette poésie vous emmener en voyage… 

  

“La poésie ne s’enseigne pas, elle s’écoute, se vit et s’en va”.  

 
Abonnez-vous pour écouter les prochains épisodes. 

  

Soutenez le podcast sur Tipeee .  

  

Et retrouvez-moi sur : 

Facebook 

Instagram  

LinkedIn  


Pour en savoir plus sur mon travail et vous abonner à ma newsletter, RDV sur mon site www.mathildevermer.fr 

  

Conception et lecture : Mathilde VERMER 

Enregistrement et Montage : Mickaël GIUNTA 

Design graphique : Adèle LAPARRA  

Accompagnement podcast : Caroline FRANQUET 

Diffusion réseaux sociaux : Cynthia BAILLY 

  

Photo de Peter Simmons, « Bateau à Voile », 2014  

Description

Par hasard, dans une librairie sur le Vieux-Port, j’ai découvert un volume de Louis Brauquier, intitulé « Je connais des iles lointaines ». Dans ses écrits, il raconte ses voyages et chante son attachement à son port d’origine, Marseille. Des textes aux parfums d’ici et d’ailleurs : un régal.  

  

En le lisant, a cheminé en moi une réflexion sur le besoin de partir. Qu’est-ce qui pousse un être humain à tenter l’aventure sur d’autres continents ? Et quelle place donner aux aimés quand on les quitte ? Comment se débrouiller ensuite avec l’absence et le manque ? 

  

D’un poème à l’autre, j’ai cherché des réponses. Et c’est dans les mots de Sybille Orlandi, une poétesse d’aujourd’hui, que j’ai trouvé des pistes. Le voyage comme métaphore, source d’imprévus et d’éblouissements. Le périple nous transforme, puis nous ramène vers une exploration intérieure et philosophique. Le grand cheminement au fond, c’est celui de l’âme. 

  

Une poésie qui nourrit le territoire de vos profondeurs. Un bonheur ! 

  

Fermez les yeux...  

 ... Laissez cette poésie vous emmener en voyage… 

  

“La poésie ne s’enseigne pas, elle s’écoute, se vit et s’en va”.  

 
Abonnez-vous pour écouter les prochains épisodes. 

  

Soutenez le podcast sur Tipeee .  

  

Et retrouvez-moi sur : 

Facebook 

Instagram  

LinkedIn  


Pour en savoir plus sur mon travail et vous abonner à ma newsletter, RDV sur mon site www.mathildevermer.fr 

  

Conception et lecture : Mathilde VERMER 

Enregistrement et Montage : Mickaël GIUNTA 

Design graphique : Adèle LAPARRA  

Accompagnement podcast : Caroline FRANQUET 

Diffusion réseaux sociaux : Cynthia BAILLY 

  

Photo de Peter Simmons, « Bateau à Voile », 2014  

Share

Embed

You may also like

Description

Par hasard, dans une librairie sur le Vieux-Port, j’ai découvert un volume de Louis Brauquier, intitulé « Je connais des iles lointaines ». Dans ses écrits, il raconte ses voyages et chante son attachement à son port d’origine, Marseille. Des textes aux parfums d’ici et d’ailleurs : un régal.  

  

En le lisant, a cheminé en moi une réflexion sur le besoin de partir. Qu’est-ce qui pousse un être humain à tenter l’aventure sur d’autres continents ? Et quelle place donner aux aimés quand on les quitte ? Comment se débrouiller ensuite avec l’absence et le manque ? 

  

D’un poème à l’autre, j’ai cherché des réponses. Et c’est dans les mots de Sybille Orlandi, une poétesse d’aujourd’hui, que j’ai trouvé des pistes. Le voyage comme métaphore, source d’imprévus et d’éblouissements. Le périple nous transforme, puis nous ramène vers une exploration intérieure et philosophique. Le grand cheminement au fond, c’est celui de l’âme. 

  

Une poésie qui nourrit le territoire de vos profondeurs. Un bonheur ! 

  

Fermez les yeux...  

 ... Laissez cette poésie vous emmener en voyage… 

  

“La poésie ne s’enseigne pas, elle s’écoute, se vit et s’en va”.  

 
Abonnez-vous pour écouter les prochains épisodes. 

  

Soutenez le podcast sur Tipeee .  

  

Et retrouvez-moi sur : 

Facebook 

Instagram  

LinkedIn  


Pour en savoir plus sur mon travail et vous abonner à ma newsletter, RDV sur mon site www.mathildevermer.fr 

  

Conception et lecture : Mathilde VERMER 

Enregistrement et Montage : Mickaël GIUNTA 

Design graphique : Adèle LAPARRA  

Accompagnement podcast : Caroline FRANQUET 

Diffusion réseaux sociaux : Cynthia BAILLY 

  

Photo de Peter Simmons, « Bateau à Voile », 2014  

Description

Par hasard, dans une librairie sur le Vieux-Port, j’ai découvert un volume de Louis Brauquier, intitulé « Je connais des iles lointaines ». Dans ses écrits, il raconte ses voyages et chante son attachement à son port d’origine, Marseille. Des textes aux parfums d’ici et d’ailleurs : un régal.  

  

En le lisant, a cheminé en moi une réflexion sur le besoin de partir. Qu’est-ce qui pousse un être humain à tenter l’aventure sur d’autres continents ? Et quelle place donner aux aimés quand on les quitte ? Comment se débrouiller ensuite avec l’absence et le manque ? 

  

D’un poème à l’autre, j’ai cherché des réponses. Et c’est dans les mots de Sybille Orlandi, une poétesse d’aujourd’hui, que j’ai trouvé des pistes. Le voyage comme métaphore, source d’imprévus et d’éblouissements. Le périple nous transforme, puis nous ramène vers une exploration intérieure et philosophique. Le grand cheminement au fond, c’est celui de l’âme. 

  

Une poésie qui nourrit le territoire de vos profondeurs. Un bonheur ! 

  

Fermez les yeux...  

 ... Laissez cette poésie vous emmener en voyage… 

  

“La poésie ne s’enseigne pas, elle s’écoute, se vit et s’en va”.  

 
Abonnez-vous pour écouter les prochains épisodes. 

  

Soutenez le podcast sur Tipeee .  

  

Et retrouvez-moi sur : 

Facebook 

Instagram  

LinkedIn  


Pour en savoir plus sur mon travail et vous abonner à ma newsletter, RDV sur mon site www.mathildevermer.fr 

  

Conception et lecture : Mathilde VERMER 

Enregistrement et Montage : Mickaël GIUNTA 

Design graphique : Adèle LAPARRA  

Accompagnement podcast : Caroline FRANQUET 

Diffusion réseaux sociaux : Cynthia BAILLY 

  

Photo de Peter Simmons, « Bateau à Voile », 2014  

Share

Embed

You may also like