#24 - Prévenir les cancers féminins - Agathe Cauet et Sophie Lahousse cover
#24 - Prévenir les cancers féminins - Agathe Cauet et Sophie Lahousse cover
La Vie de l'Institut Pasteur de Lille

#24 - Prévenir les cancers féminins - Agathe Cauet et Sophie Lahousse

#24 - Prévenir les cancers féminins - Agathe Cauet et Sophie Lahousse

19min |30/10/2023
Play
#24 - Prévenir les cancers féminins - Agathe Cauet et Sophie Lahousse cover
#24 - Prévenir les cancers féminins - Agathe Cauet et Sophie Lahousse cover
La Vie de l'Institut Pasteur de Lille

#24 - Prévenir les cancers féminins - Agathe Cauet et Sophie Lahousse

#24 - Prévenir les cancers féminins - Agathe Cauet et Sophie Lahousse

19min |30/10/2023
Play

Description

À l’occasion d’octobre rose, notre podcast s’intéresse ce mois-ci à deux cancers féminins : le cancer du sein et le cancer des ovaires. Pour en parler, l’Institut Pasteur de Lille a le privilège d’accueillir Sophie Lahousse, médecin généraliste, responsable des bilans de santé au centre de prévention santé longévité, ainsi qu’Agathe Cauet, infirmière et première dauphine du concours Miss France 2023, qui apporte son double regard en tant que soignante et ancienne patiente.


En 2023, le cancer du sein reste le cancer le plus fréquent chez la femme, surpassant les cancers colorectal et du poumon. Si l’âge de diagnostic moyen de cette maladie est de 64 ans, les chances de guérison grimpent à 90% lorsqu’elle est diagnostiquée précocément. Un tel chiffre met en évidence l’importance de l’autopalpation.

« On a toutes des seins différents donc pour bien s’auto-palper, il faut bien connaitre l’aspect habituel de ses seins, explique la médecin Sophie Lahousse. Si on découvre une anomalie, une boule, un ganglion, une rétactation du mamelon ou un aspect anormal de la peau, ces signes doivent amener à consulter un médecin pour faire des examens complémentaires. »


Des programmes de dépistage organisés sont également mis en place pour les femmes de 50 à 74 ans, avec des examens tous les deux ans, peu invasifs et hautement efficaces. La participation reste cependant faible, avec seulement 47% des femmes éligibles qui y ont recours, principalement en raison de la peur du diagnostic et des examens. Pourtant, ces dépistages précoces jouent un rôle essentiel dans la détection précoce des pathologies.

En 2016, Agathe Cauet a consulté un médecin par précaution en raison de problèmes abdominaux, et une échographie a révélé une importante tumeur borderline de l'ovaire. Agathe raconte : « Une fois que je l’ai appris, mon ventre est devenu rond comme si j’étais enceinte, comme dans les cas de dénis de grossesse. » Heureusement, elle a rapidement été prise en charge et a pu subir une intervention chirurgicale pour retirer entièrement la tumeur.

Aujourd'hui, Agathe a vaincu son cancer, est devenue infirmière et première dauphine Miss France : « Quand on m’a proposé de faire les Miss, ça m’a donné confiance en moi et ça m’a permis d’accepter mon corps comme il est. S’agissant du cancer, il faut se dire que ce sont des choses qui peuvent arriver. Maintenant que je suis guérie, la vie est encore plus belle que je ne le pensais. »

La médecine préventive joue un rôle crucial dans la détection précoce des cancers du sein, du colon, du col de l’utérus et des ovaires. Prenez soin de votre corps et n'hésitez pas à consulter un professionnel de la santé en cas de doute ou d'anomalie. La prévention est la clé d'une vie saine et épanouissante.

Description

À l’occasion d’octobre rose, notre podcast s’intéresse ce mois-ci à deux cancers féminins : le cancer du sein et le cancer des ovaires. Pour en parler, l’Institut Pasteur de Lille a le privilège d’accueillir Sophie Lahousse, médecin généraliste, responsable des bilans de santé au centre de prévention santé longévité, ainsi qu’Agathe Cauet, infirmière et première dauphine du concours Miss France 2023, qui apporte son double regard en tant que soignante et ancienne patiente.


En 2023, le cancer du sein reste le cancer le plus fréquent chez la femme, surpassant les cancers colorectal et du poumon. Si l’âge de diagnostic moyen de cette maladie est de 64 ans, les chances de guérison grimpent à 90% lorsqu’elle est diagnostiquée précocément. Un tel chiffre met en évidence l’importance de l’autopalpation.

« On a toutes des seins différents donc pour bien s’auto-palper, il faut bien connaitre l’aspect habituel de ses seins, explique la médecin Sophie Lahousse. Si on découvre une anomalie, une boule, un ganglion, une rétactation du mamelon ou un aspect anormal de la peau, ces signes doivent amener à consulter un médecin pour faire des examens complémentaires. »


Des programmes de dépistage organisés sont également mis en place pour les femmes de 50 à 74 ans, avec des examens tous les deux ans, peu invasifs et hautement efficaces. La participation reste cependant faible, avec seulement 47% des femmes éligibles qui y ont recours, principalement en raison de la peur du diagnostic et des examens. Pourtant, ces dépistages précoces jouent un rôle essentiel dans la détection précoce des pathologies.

En 2016, Agathe Cauet a consulté un médecin par précaution en raison de problèmes abdominaux, et une échographie a révélé une importante tumeur borderline de l'ovaire. Agathe raconte : « Une fois que je l’ai appris, mon ventre est devenu rond comme si j’étais enceinte, comme dans les cas de dénis de grossesse. » Heureusement, elle a rapidement été prise en charge et a pu subir une intervention chirurgicale pour retirer entièrement la tumeur.

Aujourd'hui, Agathe a vaincu son cancer, est devenue infirmière et première dauphine Miss France : « Quand on m’a proposé de faire les Miss, ça m’a donné confiance en moi et ça m’a permis d’accepter mon corps comme il est. S’agissant du cancer, il faut se dire que ce sont des choses qui peuvent arriver. Maintenant que je suis guérie, la vie est encore plus belle que je ne le pensais. »

La médecine préventive joue un rôle crucial dans la détection précoce des cancers du sein, du colon, du col de l’utérus et des ovaires. Prenez soin de votre corps et n'hésitez pas à consulter un professionnel de la santé en cas de doute ou d'anomalie. La prévention est la clé d'une vie saine et épanouissante.

Share

Embed

You may also like

Description

À l’occasion d’octobre rose, notre podcast s’intéresse ce mois-ci à deux cancers féminins : le cancer du sein et le cancer des ovaires. Pour en parler, l’Institut Pasteur de Lille a le privilège d’accueillir Sophie Lahousse, médecin généraliste, responsable des bilans de santé au centre de prévention santé longévité, ainsi qu’Agathe Cauet, infirmière et première dauphine du concours Miss France 2023, qui apporte son double regard en tant que soignante et ancienne patiente.


En 2023, le cancer du sein reste le cancer le plus fréquent chez la femme, surpassant les cancers colorectal et du poumon. Si l’âge de diagnostic moyen de cette maladie est de 64 ans, les chances de guérison grimpent à 90% lorsqu’elle est diagnostiquée précocément. Un tel chiffre met en évidence l’importance de l’autopalpation.

« On a toutes des seins différents donc pour bien s’auto-palper, il faut bien connaitre l’aspect habituel de ses seins, explique la médecin Sophie Lahousse. Si on découvre une anomalie, une boule, un ganglion, une rétactation du mamelon ou un aspect anormal de la peau, ces signes doivent amener à consulter un médecin pour faire des examens complémentaires. »


Des programmes de dépistage organisés sont également mis en place pour les femmes de 50 à 74 ans, avec des examens tous les deux ans, peu invasifs et hautement efficaces. La participation reste cependant faible, avec seulement 47% des femmes éligibles qui y ont recours, principalement en raison de la peur du diagnostic et des examens. Pourtant, ces dépistages précoces jouent un rôle essentiel dans la détection précoce des pathologies.

En 2016, Agathe Cauet a consulté un médecin par précaution en raison de problèmes abdominaux, et une échographie a révélé une importante tumeur borderline de l'ovaire. Agathe raconte : « Une fois que je l’ai appris, mon ventre est devenu rond comme si j’étais enceinte, comme dans les cas de dénis de grossesse. » Heureusement, elle a rapidement été prise en charge et a pu subir une intervention chirurgicale pour retirer entièrement la tumeur.

Aujourd'hui, Agathe a vaincu son cancer, est devenue infirmière et première dauphine Miss France : « Quand on m’a proposé de faire les Miss, ça m’a donné confiance en moi et ça m’a permis d’accepter mon corps comme il est. S’agissant du cancer, il faut se dire que ce sont des choses qui peuvent arriver. Maintenant que je suis guérie, la vie est encore plus belle que je ne le pensais. »

La médecine préventive joue un rôle crucial dans la détection précoce des cancers du sein, du colon, du col de l’utérus et des ovaires. Prenez soin de votre corps et n'hésitez pas à consulter un professionnel de la santé en cas de doute ou d'anomalie. La prévention est la clé d'une vie saine et épanouissante.

Description

À l’occasion d’octobre rose, notre podcast s’intéresse ce mois-ci à deux cancers féminins : le cancer du sein et le cancer des ovaires. Pour en parler, l’Institut Pasteur de Lille a le privilège d’accueillir Sophie Lahousse, médecin généraliste, responsable des bilans de santé au centre de prévention santé longévité, ainsi qu’Agathe Cauet, infirmière et première dauphine du concours Miss France 2023, qui apporte son double regard en tant que soignante et ancienne patiente.


En 2023, le cancer du sein reste le cancer le plus fréquent chez la femme, surpassant les cancers colorectal et du poumon. Si l’âge de diagnostic moyen de cette maladie est de 64 ans, les chances de guérison grimpent à 90% lorsqu’elle est diagnostiquée précocément. Un tel chiffre met en évidence l’importance de l’autopalpation.

« On a toutes des seins différents donc pour bien s’auto-palper, il faut bien connaitre l’aspect habituel de ses seins, explique la médecin Sophie Lahousse. Si on découvre une anomalie, une boule, un ganglion, une rétactation du mamelon ou un aspect anormal de la peau, ces signes doivent amener à consulter un médecin pour faire des examens complémentaires. »


Des programmes de dépistage organisés sont également mis en place pour les femmes de 50 à 74 ans, avec des examens tous les deux ans, peu invasifs et hautement efficaces. La participation reste cependant faible, avec seulement 47% des femmes éligibles qui y ont recours, principalement en raison de la peur du diagnostic et des examens. Pourtant, ces dépistages précoces jouent un rôle essentiel dans la détection précoce des pathologies.

En 2016, Agathe Cauet a consulté un médecin par précaution en raison de problèmes abdominaux, et une échographie a révélé une importante tumeur borderline de l'ovaire. Agathe raconte : « Une fois que je l’ai appris, mon ventre est devenu rond comme si j’étais enceinte, comme dans les cas de dénis de grossesse. » Heureusement, elle a rapidement été prise en charge et a pu subir une intervention chirurgicale pour retirer entièrement la tumeur.

Aujourd'hui, Agathe a vaincu son cancer, est devenue infirmière et première dauphine Miss France : « Quand on m’a proposé de faire les Miss, ça m’a donné confiance en moi et ça m’a permis d’accepter mon corps comme il est. S’agissant du cancer, il faut se dire que ce sont des choses qui peuvent arriver. Maintenant que je suis guérie, la vie est encore plus belle que je ne le pensais. »

La médecine préventive joue un rôle crucial dans la détection précoce des cancers du sein, du colon, du col de l’utérus et des ovaires. Prenez soin de votre corps et n'hésitez pas à consulter un professionnel de la santé en cas de doute ou d'anomalie. La prévention est la clé d'une vie saine et épanouissante.

Share

Embed

You may also like