undefined cover
undefined cover
le bijou comme un bisou #81 La chaîne d'huissier cover
le bijou comme un bisou #81 La chaîne d'huissier cover
Le bijou comme un bisou

le bijou comme un bisou #81 La chaîne d'huissier

le bijou comme un bisou #81 La chaîne d'huissier

09min |23/10/2021
Play
undefined cover
undefined cover
le bijou comme un bisou #81 La chaîne d'huissier cover
le bijou comme un bisou #81 La chaîne d'huissier cover
Le bijou comme un bisou

le bijou comme un bisou #81 La chaîne d'huissier

le bijou comme un bisou #81 La chaîne d'huissier

09min |23/10/2021
Play

Description

Parce que chaque semaine qui commence est un nouveau départ, j’avais envie de vous lire une histoire, alors je vous propose le bijou comme un bisou du dimanche soir. 

  

Il était une fois la chaîne d’huissier 

  

Pendant les Journées du Patrimoine, je suis allée au Sénat et bien sûr j’ai eu beaucoup de plaisir à visiter le Palais du Luxembourg, à savourer les peintures et la beauté de ce monument, à m’imaginer Marie de Médicis dans ce magnifique palais construit pour elle en 1625 par Salomon de Brosse, puis à cheminer concrètement dans l’histoire de la France puisque c’est Napoléon qui le fait transformer par l'architecte Chalgrin et y installe les premiers sénateurs en 1804. Et enfin, c'est en 1958 que le Général de Gaulle y crée la Ve République. Alors le Sénat, en temps qu’organe de l’Etat, devient ce qu’il est encore aujourd’hui. D’ailleurs le Président du Sénat est le deuxième personnage le plus important de l’État après le Président de la République car c’est lui qui le remplace en cas de décès.  

  

Bref j’arrive dans le saint des saints, je veux dire : l’Hémicycle. Et je vois qu’en lieu et place des guides et surveillants qui m’avaient jusqu’alors accueillis, les personnages qui viennent à ma rencontre ont un uniforme caractéristique y compris la jeune femme qui me parle. Elle porte un frac : queue de pie et pantalon noir. Chemise, gilet et nœud papillon blanc immaculé. Bouton de perle et une chaine très longue partant des clavicules et descendant en 2 rubans pour se rejoindre en boucle symétrique dans le gilet. Le maillage est également singulier. Les gros maillons ont une forme oblongue avec en son centre une fleur emboutie. Alors évidemment je me suis interrogée. Je ne suis pas vraiment satisfaite aujourd’hui de ces recherches mais voilà ce que j’ai trouvé. 

  

Ces personnes sont les huissiers à la chaîne.  

Tout d’abord les huissiers sont des officiers. Le mot « office » vient du latin « officium » qui signifie « service », « fonction » et « devoir ». L’officier est le titulaire d’une « charge », c’est à-dire une activité qu’il exerce au nom du Roi. Cette fonction peut être très éminente, comme les trésoriers généraux de France, ou simplement importante comme les receveurs ou justement comme les sergents et les huissiers. 

  

C’est Philippe Le Bel qui crée la classe des sergents et des huissiers pour le petit château fort du Châtelet par les ordonnances de 1302 et 1309. Les sergents avaient pour missions de signifier et faire exécuter les actes judiciaires et extra-judiciaires. Ils sont à pied dans Paris et à cheval à l’extérieur. Puis une nouvelle mission leur est demandée : deux sergents sont placés à la porte du tribunal, ce sont les huissiers. Ce terme vient du mot « huis » dérivé du latin « ostium » pour « ouverture » et donc signifie « la porte ». 

  

La profession est très respectée car tous les souverains, rois, reines et princes disposent d’huissiers chargés de garder les portes de leurs chambres et anti-chambres, d’en contrôler l’accès, ou de fermer la porte aux importuns d’où l’expression « huis clos ». 

  

Les huissiers sont donc armés et ont autour du cou une lourde chaine en or avec une médaille à l’effigie du roi. 

  

L'un des plus célèbres utilisateurs d'huissiers en armes est d’ailleurs Jean sans Peur, duc de Bourgogne qui en remplit ses palais après l’assassinat en 1407 de son
cousin, frère du roi, Louis d’Orléans. 

  

Au départ la charge est vénale, c'est-à-dire qu’on l’achète, ce qui renfloue les caisses du roi. Pour exemple dans l’Almanach de la Cour en 1693 il est écrit que Jacques Marin de Caux règle la somme de 4 000 livres pour partie du prix de la charge d'huissier
de la salle de la Maison du roi et qu’il lui reste à payer 2500 livres aux héritiers du vendeur décédé.  Précédemment, en 1604 une nouvelle taxe appelée « la Paulette », permet la transmission héréditaire automatique de la charge en diminuant le montant de la taxe de mutation. La Paulette est une taxe annuelle équivalente au soixantième du prix de la charge.  

  

Mais l’argent seul ne suffisait pas à obtenir la charge d’huissier. Une ordonnance de 1560 permettait de vérifier leurs aptitudes mais on faisait également une enquête sur leur vie et leurs mœurs. Car la mission de l’huissier revêt évidemment un caractère de protection puisqu’ils permettent, ou pas, l’accès à la personne royale. 

  

  

L’huissier à la chaîne est au cœur des activités de l’Etat, ils assistent à l’histoire en direct et en connaissent tout le déroulement. On raconte que quand on a ouvert le tombeau de Richelieu en 1866, on a retrouvé un corps supplémentaire. Et les recherches ont montré qu’il s’agissait de son huissier à la chaîne l'accompagnant dans tous ses déplacements et faisant appliquer ses directives au sein de la Grande Chancellerie. 

  

 

La Révolution supprimera tous ces offices, puis le Consulat et l’Empire les restaureront.  

  

Aujourd’hui les huissiers à la chaîne sont répartis dans les cabinets ministériels et présidentiels et dans les assemblées parlementaires jusqu’au Parlement européen. 

  

A l’origine, l'huissier à la chaîne avait la garde de la porte intérieure qui donne accès dans un cabinet, un appartement ou une antichambre. Aujourd’hui, et particulièrement dans l’hémicycle, ils sont chargés de surveiller les entrées et venues, ils savent reconnaitre les élus et dirige les invités vers les balcons, ils désignent à chaque nouvel élu la place qui sera la sienne.  Les huissiers à la chaîne sont également chargés de distribuer les amendements et courriers aux députés. En effet, les élus n'ont pas le droit de se déplacer comme ils le souhaitent. C'est donc aux huissiers d'apporter les textes à étudier, directement sur les bancs. Et quand les députés ou les sénateurs souhaitent échanger entre eux, ils notent leur message sur un papier et appellent un huissier pour faire passer leur note à son destinataire. En effet, l’usage du téléphone portable n’est pas autorisé dans l’hémicycle. Alors les huissiers doivent veiller à ce que les appels se passent à l’extérieur. 

  

Dans l’ancien régime, l’huissier à la chaîne devait écarter l'importun, et admettre l'ayant droit. Ils étaient armés et leur chaîne servait concrètement à maintenir les portes
fermées lors des débats en huis clos.  

  

Les Huissiers à la chaîne d'aujourd'hui sont des fonctionnaires d'État et sont au service des grandes administrations, au Sénat, à l’Assemblée Nationale et à l’Elysées.  Ils ont toujours missions de protection, alors ils sont formés évidemment au profilage et à la
gestion de conflits, aux sports de combats comme à la neutralisation et au désamorçage des explosifs. Comme leur uniforme comprend toujours une épée (fabriquée sur mesure et en argent massif), ils sont entrainés à l’escrime par la Garde Républicaine. 

  

Et les femmes ?
Le féminin de « huissier » est « huissière ». Mais dans les textes c’est sous le titre « huissier à la chaine » qu’en 1997, Nicole Fournet-Morice est la première femme à endosser le poste et l’uniforme à l’Assemblée Nationale et Céline André en 2014 au Sénat. Et bien sûr elles portent la lourde chaîne d’argent ! 

  

Ainsi se termine cette histoire de la chaine d’huissier. 

  

Je suis Anne Desmarest de Jotemps et je donne une voix aux bijoux chaque dimanche. Et si vous aussi vous avez envie de faire parler vos bijoux et votre Maison je serai ravie de vous accompagner pour réaliser votre podcast de marque ou de vous accueillir en partenaire dans mes podcast natifs. 

  

  

Le podcast « Il était une fois le bijou » est en pleine préparation de son nouveau thème
et je brûle d’impatience de vous dévoiler mais il faudra encore attendre un peu. 

  

Le prochain RDV avec Brillante sera le 21 novembre et je recevrais Marie Vallanet, la Présidente de l’Ecole des Arts Joailliers. 

Alors dimanche prochain je vous donne RDV sur ce podcast où nous parlerons de Black Garden, le chef d’œuvre de Karl Mazlo 

  

Pour ne manquez aucun de nos rendez-vous du dimanche autour du bijou, abonnez à chacun de mes 3 podcasts « Il était une fois le bijou », « le bijou comme un bisou » et « Brillante » sur votre plate-forme d’écoute préféréeet encouragez-moi en partageant l’épisode sur vos réseaux sociaux. 

  

Si vous êtes sur Apple podcast ou sur You Tube mettez de jolis commentaires, c’est ce qui permet de référencer les podcasts !  

  A dimanche pour votre
prochaine histoire de bijou ! 

  

Musique : 0 Le Sign, Sad Minuet – Sir Cubworth, bruitage  

Description

Parce que chaque semaine qui commence est un nouveau départ, j’avais envie de vous lire une histoire, alors je vous propose le bijou comme un bisou du dimanche soir. 

  

Il était une fois la chaîne d’huissier 

  

Pendant les Journées du Patrimoine, je suis allée au Sénat et bien sûr j’ai eu beaucoup de plaisir à visiter le Palais du Luxembourg, à savourer les peintures et la beauté de ce monument, à m’imaginer Marie de Médicis dans ce magnifique palais construit pour elle en 1625 par Salomon de Brosse, puis à cheminer concrètement dans l’histoire de la France puisque c’est Napoléon qui le fait transformer par l'architecte Chalgrin et y installe les premiers sénateurs en 1804. Et enfin, c'est en 1958 que le Général de Gaulle y crée la Ve République. Alors le Sénat, en temps qu’organe de l’Etat, devient ce qu’il est encore aujourd’hui. D’ailleurs le Président du Sénat est le deuxième personnage le plus important de l’État après le Président de la République car c’est lui qui le remplace en cas de décès.  

  

Bref j’arrive dans le saint des saints, je veux dire : l’Hémicycle. Et je vois qu’en lieu et place des guides et surveillants qui m’avaient jusqu’alors accueillis, les personnages qui viennent à ma rencontre ont un uniforme caractéristique y compris la jeune femme qui me parle. Elle porte un frac : queue de pie et pantalon noir. Chemise, gilet et nœud papillon blanc immaculé. Bouton de perle et une chaine très longue partant des clavicules et descendant en 2 rubans pour se rejoindre en boucle symétrique dans le gilet. Le maillage est également singulier. Les gros maillons ont une forme oblongue avec en son centre une fleur emboutie. Alors évidemment je me suis interrogée. Je ne suis pas vraiment satisfaite aujourd’hui de ces recherches mais voilà ce que j’ai trouvé. 

  

Ces personnes sont les huissiers à la chaîne.  

Tout d’abord les huissiers sont des officiers. Le mot « office » vient du latin « officium » qui signifie « service », « fonction » et « devoir ». L’officier est le titulaire d’une « charge », c’est à-dire une activité qu’il exerce au nom du Roi. Cette fonction peut être très éminente, comme les trésoriers généraux de France, ou simplement importante comme les receveurs ou justement comme les sergents et les huissiers. 

  

C’est Philippe Le Bel qui crée la classe des sergents et des huissiers pour le petit château fort du Châtelet par les ordonnances de 1302 et 1309. Les sergents avaient pour missions de signifier et faire exécuter les actes judiciaires et extra-judiciaires. Ils sont à pied dans Paris et à cheval à l’extérieur. Puis une nouvelle mission leur est demandée : deux sergents sont placés à la porte du tribunal, ce sont les huissiers. Ce terme vient du mot « huis » dérivé du latin « ostium » pour « ouverture » et donc signifie « la porte ». 

  

La profession est très respectée car tous les souverains, rois, reines et princes disposent d’huissiers chargés de garder les portes de leurs chambres et anti-chambres, d’en contrôler l’accès, ou de fermer la porte aux importuns d’où l’expression « huis clos ». 

  

Les huissiers sont donc armés et ont autour du cou une lourde chaine en or avec une médaille à l’effigie du roi. 

  

L'un des plus célèbres utilisateurs d'huissiers en armes est d’ailleurs Jean sans Peur, duc de Bourgogne qui en remplit ses palais après l’assassinat en 1407 de son
cousin, frère du roi, Louis d’Orléans. 

  

Au départ la charge est vénale, c'est-à-dire qu’on l’achète, ce qui renfloue les caisses du roi. Pour exemple dans l’Almanach de la Cour en 1693 il est écrit que Jacques Marin de Caux règle la somme de 4 000 livres pour partie du prix de la charge d'huissier
de la salle de la Maison du roi et qu’il lui reste à payer 2500 livres aux héritiers du vendeur décédé.  Précédemment, en 1604 une nouvelle taxe appelée « la Paulette », permet la transmission héréditaire automatique de la charge en diminuant le montant de la taxe de mutation. La Paulette est une taxe annuelle équivalente au soixantième du prix de la charge.  

  

Mais l’argent seul ne suffisait pas à obtenir la charge d’huissier. Une ordonnance de 1560 permettait de vérifier leurs aptitudes mais on faisait également une enquête sur leur vie et leurs mœurs. Car la mission de l’huissier revêt évidemment un caractère de protection puisqu’ils permettent, ou pas, l’accès à la personne royale. 

  

  

L’huissier à la chaîne est au cœur des activités de l’Etat, ils assistent à l’histoire en direct et en connaissent tout le déroulement. On raconte que quand on a ouvert le tombeau de Richelieu en 1866, on a retrouvé un corps supplémentaire. Et les recherches ont montré qu’il s’agissait de son huissier à la chaîne l'accompagnant dans tous ses déplacements et faisant appliquer ses directives au sein de la Grande Chancellerie. 

  

 

La Révolution supprimera tous ces offices, puis le Consulat et l’Empire les restaureront.  

  

Aujourd’hui les huissiers à la chaîne sont répartis dans les cabinets ministériels et présidentiels et dans les assemblées parlementaires jusqu’au Parlement européen. 

  

A l’origine, l'huissier à la chaîne avait la garde de la porte intérieure qui donne accès dans un cabinet, un appartement ou une antichambre. Aujourd’hui, et particulièrement dans l’hémicycle, ils sont chargés de surveiller les entrées et venues, ils savent reconnaitre les élus et dirige les invités vers les balcons, ils désignent à chaque nouvel élu la place qui sera la sienne.  Les huissiers à la chaîne sont également chargés de distribuer les amendements et courriers aux députés. En effet, les élus n'ont pas le droit de se déplacer comme ils le souhaitent. C'est donc aux huissiers d'apporter les textes à étudier, directement sur les bancs. Et quand les députés ou les sénateurs souhaitent échanger entre eux, ils notent leur message sur un papier et appellent un huissier pour faire passer leur note à son destinataire. En effet, l’usage du téléphone portable n’est pas autorisé dans l’hémicycle. Alors les huissiers doivent veiller à ce que les appels se passent à l’extérieur. 

  

Dans l’ancien régime, l’huissier à la chaîne devait écarter l'importun, et admettre l'ayant droit. Ils étaient armés et leur chaîne servait concrètement à maintenir les portes
fermées lors des débats en huis clos.  

  

Les Huissiers à la chaîne d'aujourd'hui sont des fonctionnaires d'État et sont au service des grandes administrations, au Sénat, à l’Assemblée Nationale et à l’Elysées.  Ils ont toujours missions de protection, alors ils sont formés évidemment au profilage et à la
gestion de conflits, aux sports de combats comme à la neutralisation et au désamorçage des explosifs. Comme leur uniforme comprend toujours une épée (fabriquée sur mesure et en argent massif), ils sont entrainés à l’escrime par la Garde Républicaine. 

  

Et les femmes ?
Le féminin de « huissier » est « huissière ». Mais dans les textes c’est sous le titre « huissier à la chaine » qu’en 1997, Nicole Fournet-Morice est la première femme à endosser le poste et l’uniforme à l’Assemblée Nationale et Céline André en 2014 au Sénat. Et bien sûr elles portent la lourde chaîne d’argent ! 

  

Ainsi se termine cette histoire de la chaine d’huissier. 

  

Je suis Anne Desmarest de Jotemps et je donne une voix aux bijoux chaque dimanche. Et si vous aussi vous avez envie de faire parler vos bijoux et votre Maison je serai ravie de vous accompagner pour réaliser votre podcast de marque ou de vous accueillir en partenaire dans mes podcast natifs. 

  

  

Le podcast « Il était une fois le bijou » est en pleine préparation de son nouveau thème
et je brûle d’impatience de vous dévoiler mais il faudra encore attendre un peu. 

  

Le prochain RDV avec Brillante sera le 21 novembre et je recevrais Marie Vallanet, la Présidente de l’Ecole des Arts Joailliers. 

Alors dimanche prochain je vous donne RDV sur ce podcast où nous parlerons de Black Garden, le chef d’œuvre de Karl Mazlo 

  

Pour ne manquez aucun de nos rendez-vous du dimanche autour du bijou, abonnez à chacun de mes 3 podcasts « Il était une fois le bijou », « le bijou comme un bisou » et « Brillante » sur votre plate-forme d’écoute préféréeet encouragez-moi en partageant l’épisode sur vos réseaux sociaux. 

  

Si vous êtes sur Apple podcast ou sur You Tube mettez de jolis commentaires, c’est ce qui permet de référencer les podcasts !  

  A dimanche pour votre
prochaine histoire de bijou ! 

  

Musique : 0 Le Sign, Sad Minuet – Sir Cubworth, bruitage  

Share

Embed

You may also like

Description

Parce que chaque semaine qui commence est un nouveau départ, j’avais envie de vous lire une histoire, alors je vous propose le bijou comme un bisou du dimanche soir. 

  

Il était une fois la chaîne d’huissier 

  

Pendant les Journées du Patrimoine, je suis allée au Sénat et bien sûr j’ai eu beaucoup de plaisir à visiter le Palais du Luxembourg, à savourer les peintures et la beauté de ce monument, à m’imaginer Marie de Médicis dans ce magnifique palais construit pour elle en 1625 par Salomon de Brosse, puis à cheminer concrètement dans l’histoire de la France puisque c’est Napoléon qui le fait transformer par l'architecte Chalgrin et y installe les premiers sénateurs en 1804. Et enfin, c'est en 1958 que le Général de Gaulle y crée la Ve République. Alors le Sénat, en temps qu’organe de l’Etat, devient ce qu’il est encore aujourd’hui. D’ailleurs le Président du Sénat est le deuxième personnage le plus important de l’État après le Président de la République car c’est lui qui le remplace en cas de décès.  

  

Bref j’arrive dans le saint des saints, je veux dire : l’Hémicycle. Et je vois qu’en lieu et place des guides et surveillants qui m’avaient jusqu’alors accueillis, les personnages qui viennent à ma rencontre ont un uniforme caractéristique y compris la jeune femme qui me parle. Elle porte un frac : queue de pie et pantalon noir. Chemise, gilet et nœud papillon blanc immaculé. Bouton de perle et une chaine très longue partant des clavicules et descendant en 2 rubans pour se rejoindre en boucle symétrique dans le gilet. Le maillage est également singulier. Les gros maillons ont une forme oblongue avec en son centre une fleur emboutie. Alors évidemment je me suis interrogée. Je ne suis pas vraiment satisfaite aujourd’hui de ces recherches mais voilà ce que j’ai trouvé. 

  

Ces personnes sont les huissiers à la chaîne.  

Tout d’abord les huissiers sont des officiers. Le mot « office » vient du latin « officium » qui signifie « service », « fonction » et « devoir ». L’officier est le titulaire d’une « charge », c’est à-dire une activité qu’il exerce au nom du Roi. Cette fonction peut être très éminente, comme les trésoriers généraux de France, ou simplement importante comme les receveurs ou justement comme les sergents et les huissiers. 

  

C’est Philippe Le Bel qui crée la classe des sergents et des huissiers pour le petit château fort du Châtelet par les ordonnances de 1302 et 1309. Les sergents avaient pour missions de signifier et faire exécuter les actes judiciaires et extra-judiciaires. Ils sont à pied dans Paris et à cheval à l’extérieur. Puis une nouvelle mission leur est demandée : deux sergents sont placés à la porte du tribunal, ce sont les huissiers. Ce terme vient du mot « huis » dérivé du latin « ostium » pour « ouverture » et donc signifie « la porte ». 

  

La profession est très respectée car tous les souverains, rois, reines et princes disposent d’huissiers chargés de garder les portes de leurs chambres et anti-chambres, d’en contrôler l’accès, ou de fermer la porte aux importuns d’où l’expression « huis clos ». 

  

Les huissiers sont donc armés et ont autour du cou une lourde chaine en or avec une médaille à l’effigie du roi. 

  

L'un des plus célèbres utilisateurs d'huissiers en armes est d’ailleurs Jean sans Peur, duc de Bourgogne qui en remplit ses palais après l’assassinat en 1407 de son
cousin, frère du roi, Louis d’Orléans. 

  

Au départ la charge est vénale, c'est-à-dire qu’on l’achète, ce qui renfloue les caisses du roi. Pour exemple dans l’Almanach de la Cour en 1693 il est écrit que Jacques Marin de Caux règle la somme de 4 000 livres pour partie du prix de la charge d'huissier
de la salle de la Maison du roi et qu’il lui reste à payer 2500 livres aux héritiers du vendeur décédé.  Précédemment, en 1604 une nouvelle taxe appelée « la Paulette », permet la transmission héréditaire automatique de la charge en diminuant le montant de la taxe de mutation. La Paulette est une taxe annuelle équivalente au soixantième du prix de la charge.  

  

Mais l’argent seul ne suffisait pas à obtenir la charge d’huissier. Une ordonnance de 1560 permettait de vérifier leurs aptitudes mais on faisait également une enquête sur leur vie et leurs mœurs. Car la mission de l’huissier revêt évidemment un caractère de protection puisqu’ils permettent, ou pas, l’accès à la personne royale. 

  

  

L’huissier à la chaîne est au cœur des activités de l’Etat, ils assistent à l’histoire en direct et en connaissent tout le déroulement. On raconte que quand on a ouvert le tombeau de Richelieu en 1866, on a retrouvé un corps supplémentaire. Et les recherches ont montré qu’il s’agissait de son huissier à la chaîne l'accompagnant dans tous ses déplacements et faisant appliquer ses directives au sein de la Grande Chancellerie. 

  

 

La Révolution supprimera tous ces offices, puis le Consulat et l’Empire les restaureront.  

  

Aujourd’hui les huissiers à la chaîne sont répartis dans les cabinets ministériels et présidentiels et dans les assemblées parlementaires jusqu’au Parlement européen. 

  

A l’origine, l'huissier à la chaîne avait la garde de la porte intérieure qui donne accès dans un cabinet, un appartement ou une antichambre. Aujourd’hui, et particulièrement dans l’hémicycle, ils sont chargés de surveiller les entrées et venues, ils savent reconnaitre les élus et dirige les invités vers les balcons, ils désignent à chaque nouvel élu la place qui sera la sienne.  Les huissiers à la chaîne sont également chargés de distribuer les amendements et courriers aux députés. En effet, les élus n'ont pas le droit de se déplacer comme ils le souhaitent. C'est donc aux huissiers d'apporter les textes à étudier, directement sur les bancs. Et quand les députés ou les sénateurs souhaitent échanger entre eux, ils notent leur message sur un papier et appellent un huissier pour faire passer leur note à son destinataire. En effet, l’usage du téléphone portable n’est pas autorisé dans l’hémicycle. Alors les huissiers doivent veiller à ce que les appels se passent à l’extérieur. 

  

Dans l’ancien régime, l’huissier à la chaîne devait écarter l'importun, et admettre l'ayant droit. Ils étaient armés et leur chaîne servait concrètement à maintenir les portes
fermées lors des débats en huis clos.  

  

Les Huissiers à la chaîne d'aujourd'hui sont des fonctionnaires d'État et sont au service des grandes administrations, au Sénat, à l’Assemblée Nationale et à l’Elysées.  Ils ont toujours missions de protection, alors ils sont formés évidemment au profilage et à la
gestion de conflits, aux sports de combats comme à la neutralisation et au désamorçage des explosifs. Comme leur uniforme comprend toujours une épée (fabriquée sur mesure et en argent massif), ils sont entrainés à l’escrime par la Garde Républicaine. 

  

Et les femmes ?
Le féminin de « huissier » est « huissière ». Mais dans les textes c’est sous le titre « huissier à la chaine » qu’en 1997, Nicole Fournet-Morice est la première femme à endosser le poste et l’uniforme à l’Assemblée Nationale et Céline André en 2014 au Sénat. Et bien sûr elles portent la lourde chaîne d’argent ! 

  

Ainsi se termine cette histoire de la chaine d’huissier. 

  

Je suis Anne Desmarest de Jotemps et je donne une voix aux bijoux chaque dimanche. Et si vous aussi vous avez envie de faire parler vos bijoux et votre Maison je serai ravie de vous accompagner pour réaliser votre podcast de marque ou de vous accueillir en partenaire dans mes podcast natifs. 

  

  

Le podcast « Il était une fois le bijou » est en pleine préparation de son nouveau thème
et je brûle d’impatience de vous dévoiler mais il faudra encore attendre un peu. 

  

Le prochain RDV avec Brillante sera le 21 novembre et je recevrais Marie Vallanet, la Présidente de l’Ecole des Arts Joailliers. 

Alors dimanche prochain je vous donne RDV sur ce podcast où nous parlerons de Black Garden, le chef d’œuvre de Karl Mazlo 

  

Pour ne manquez aucun de nos rendez-vous du dimanche autour du bijou, abonnez à chacun de mes 3 podcasts « Il était une fois le bijou », « le bijou comme un bisou » et « Brillante » sur votre plate-forme d’écoute préféréeet encouragez-moi en partageant l’épisode sur vos réseaux sociaux. 

  

Si vous êtes sur Apple podcast ou sur You Tube mettez de jolis commentaires, c’est ce qui permet de référencer les podcasts !  

  A dimanche pour votre
prochaine histoire de bijou ! 

  

Musique : 0 Le Sign, Sad Minuet – Sir Cubworth, bruitage  

Description

Parce que chaque semaine qui commence est un nouveau départ, j’avais envie de vous lire une histoire, alors je vous propose le bijou comme un bisou du dimanche soir. 

  

Il était une fois la chaîne d’huissier 

  

Pendant les Journées du Patrimoine, je suis allée au Sénat et bien sûr j’ai eu beaucoup de plaisir à visiter le Palais du Luxembourg, à savourer les peintures et la beauté de ce monument, à m’imaginer Marie de Médicis dans ce magnifique palais construit pour elle en 1625 par Salomon de Brosse, puis à cheminer concrètement dans l’histoire de la France puisque c’est Napoléon qui le fait transformer par l'architecte Chalgrin et y installe les premiers sénateurs en 1804. Et enfin, c'est en 1958 que le Général de Gaulle y crée la Ve République. Alors le Sénat, en temps qu’organe de l’Etat, devient ce qu’il est encore aujourd’hui. D’ailleurs le Président du Sénat est le deuxième personnage le plus important de l’État après le Président de la République car c’est lui qui le remplace en cas de décès.  

  

Bref j’arrive dans le saint des saints, je veux dire : l’Hémicycle. Et je vois qu’en lieu et place des guides et surveillants qui m’avaient jusqu’alors accueillis, les personnages qui viennent à ma rencontre ont un uniforme caractéristique y compris la jeune femme qui me parle. Elle porte un frac : queue de pie et pantalon noir. Chemise, gilet et nœud papillon blanc immaculé. Bouton de perle et une chaine très longue partant des clavicules et descendant en 2 rubans pour se rejoindre en boucle symétrique dans le gilet. Le maillage est également singulier. Les gros maillons ont une forme oblongue avec en son centre une fleur emboutie. Alors évidemment je me suis interrogée. Je ne suis pas vraiment satisfaite aujourd’hui de ces recherches mais voilà ce que j’ai trouvé. 

  

Ces personnes sont les huissiers à la chaîne.  

Tout d’abord les huissiers sont des officiers. Le mot « office » vient du latin « officium » qui signifie « service », « fonction » et « devoir ». L’officier est le titulaire d’une « charge », c’est à-dire une activité qu’il exerce au nom du Roi. Cette fonction peut être très éminente, comme les trésoriers généraux de France, ou simplement importante comme les receveurs ou justement comme les sergents et les huissiers. 

  

C’est Philippe Le Bel qui crée la classe des sergents et des huissiers pour le petit château fort du Châtelet par les ordonnances de 1302 et 1309. Les sergents avaient pour missions de signifier et faire exécuter les actes judiciaires et extra-judiciaires. Ils sont à pied dans Paris et à cheval à l’extérieur. Puis une nouvelle mission leur est demandée : deux sergents sont placés à la porte du tribunal, ce sont les huissiers. Ce terme vient du mot « huis » dérivé du latin « ostium » pour « ouverture » et donc signifie « la porte ». 

  

La profession est très respectée car tous les souverains, rois, reines et princes disposent d’huissiers chargés de garder les portes de leurs chambres et anti-chambres, d’en contrôler l’accès, ou de fermer la porte aux importuns d’où l’expression « huis clos ». 

  

Les huissiers sont donc armés et ont autour du cou une lourde chaine en or avec une médaille à l’effigie du roi. 

  

L'un des plus célèbres utilisateurs d'huissiers en armes est d’ailleurs Jean sans Peur, duc de Bourgogne qui en remplit ses palais après l’assassinat en 1407 de son
cousin, frère du roi, Louis d’Orléans. 

  

Au départ la charge est vénale, c'est-à-dire qu’on l’achète, ce qui renfloue les caisses du roi. Pour exemple dans l’Almanach de la Cour en 1693 il est écrit que Jacques Marin de Caux règle la somme de 4 000 livres pour partie du prix de la charge d'huissier
de la salle de la Maison du roi et qu’il lui reste à payer 2500 livres aux héritiers du vendeur décédé.  Précédemment, en 1604 une nouvelle taxe appelée « la Paulette », permet la transmission héréditaire automatique de la charge en diminuant le montant de la taxe de mutation. La Paulette est une taxe annuelle équivalente au soixantième du prix de la charge.  

  

Mais l’argent seul ne suffisait pas à obtenir la charge d’huissier. Une ordonnance de 1560 permettait de vérifier leurs aptitudes mais on faisait également une enquête sur leur vie et leurs mœurs. Car la mission de l’huissier revêt évidemment un caractère de protection puisqu’ils permettent, ou pas, l’accès à la personne royale. 

  

  

L’huissier à la chaîne est au cœur des activités de l’Etat, ils assistent à l’histoire en direct et en connaissent tout le déroulement. On raconte que quand on a ouvert le tombeau de Richelieu en 1866, on a retrouvé un corps supplémentaire. Et les recherches ont montré qu’il s’agissait de son huissier à la chaîne l'accompagnant dans tous ses déplacements et faisant appliquer ses directives au sein de la Grande Chancellerie. 

  

 

La Révolution supprimera tous ces offices, puis le Consulat et l’Empire les restaureront.  

  

Aujourd’hui les huissiers à la chaîne sont répartis dans les cabinets ministériels et présidentiels et dans les assemblées parlementaires jusqu’au Parlement européen. 

  

A l’origine, l'huissier à la chaîne avait la garde de la porte intérieure qui donne accès dans un cabinet, un appartement ou une antichambre. Aujourd’hui, et particulièrement dans l’hémicycle, ils sont chargés de surveiller les entrées et venues, ils savent reconnaitre les élus et dirige les invités vers les balcons, ils désignent à chaque nouvel élu la place qui sera la sienne.  Les huissiers à la chaîne sont également chargés de distribuer les amendements et courriers aux députés. En effet, les élus n'ont pas le droit de se déplacer comme ils le souhaitent. C'est donc aux huissiers d'apporter les textes à étudier, directement sur les bancs. Et quand les députés ou les sénateurs souhaitent échanger entre eux, ils notent leur message sur un papier et appellent un huissier pour faire passer leur note à son destinataire. En effet, l’usage du téléphone portable n’est pas autorisé dans l’hémicycle. Alors les huissiers doivent veiller à ce que les appels se passent à l’extérieur. 

  

Dans l’ancien régime, l’huissier à la chaîne devait écarter l'importun, et admettre l'ayant droit. Ils étaient armés et leur chaîne servait concrètement à maintenir les portes
fermées lors des débats en huis clos.  

  

Les Huissiers à la chaîne d'aujourd'hui sont des fonctionnaires d'État et sont au service des grandes administrations, au Sénat, à l’Assemblée Nationale et à l’Elysées.  Ils ont toujours missions de protection, alors ils sont formés évidemment au profilage et à la
gestion de conflits, aux sports de combats comme à la neutralisation et au désamorçage des explosifs. Comme leur uniforme comprend toujours une épée (fabriquée sur mesure et en argent massif), ils sont entrainés à l’escrime par la Garde Républicaine. 

  

Et les femmes ?
Le féminin de « huissier » est « huissière ». Mais dans les textes c’est sous le titre « huissier à la chaine » qu’en 1997, Nicole Fournet-Morice est la première femme à endosser le poste et l’uniforme à l’Assemblée Nationale et Céline André en 2014 au Sénat. Et bien sûr elles portent la lourde chaîne d’argent ! 

  

Ainsi se termine cette histoire de la chaine d’huissier. 

  

Je suis Anne Desmarest de Jotemps et je donne une voix aux bijoux chaque dimanche. Et si vous aussi vous avez envie de faire parler vos bijoux et votre Maison je serai ravie de vous accompagner pour réaliser votre podcast de marque ou de vous accueillir en partenaire dans mes podcast natifs. 

  

  

Le podcast « Il était une fois le bijou » est en pleine préparation de son nouveau thème
et je brûle d’impatience de vous dévoiler mais il faudra encore attendre un peu. 

  

Le prochain RDV avec Brillante sera le 21 novembre et je recevrais Marie Vallanet, la Présidente de l’Ecole des Arts Joailliers. 

Alors dimanche prochain je vous donne RDV sur ce podcast où nous parlerons de Black Garden, le chef d’œuvre de Karl Mazlo 

  

Pour ne manquez aucun de nos rendez-vous du dimanche autour du bijou, abonnez à chacun de mes 3 podcasts « Il était une fois le bijou », « le bijou comme un bisou » et « Brillante » sur votre plate-forme d’écoute préféréeet encouragez-moi en partageant l’épisode sur vos réseaux sociaux. 

  

Si vous êtes sur Apple podcast ou sur You Tube mettez de jolis commentaires, c’est ce qui permet de référencer les podcasts !  

  A dimanche pour votre
prochaine histoire de bijou ! 

  

Musique : 0 Le Sign, Sad Minuet – Sir Cubworth, bruitage  

Share

Embed

You may also like