undefined cover
undefined cover
le bijou comme un bisou #88 la rose des vents : le voyage intérieur des joailliers cover
le bijou comme un bisou #88 la rose des vents : le voyage intérieur des joailliers cover
Le bijou comme un bisou

le bijou comme un bisou #88 la rose des vents : le voyage intérieur des joailliers

le bijou comme un bisou #88 la rose des vents : le voyage intérieur des joailliers

12min |15/01/2022
Play
undefined cover
undefined cover
le bijou comme un bisou #88 la rose des vents : le voyage intérieur des joailliers cover
le bijou comme un bisou #88 la rose des vents : le voyage intérieur des joailliers cover
Le bijou comme un bisou

le bijou comme un bisou #88 la rose des vents : le voyage intérieur des joailliers

le bijou comme un bisou #88 la rose des vents : le voyage intérieur des joailliers

12min |15/01/2022
Play

Description

 Dès l’Antiquité, les marins créent la rose des vents pour déterminer leur route selon la direction du vent. 

  

La rose des vents indique les 4 points cardinaux et les 4 points intermédiaires matérialisés par 8 vents. Ce sont les Phéniciens qui ont été les premiers à faire usage de la rose. Plus tard, elle a été utilisée dans la Grèce antique et améliorée par les marins italiens. Ainsi sur beaucoup de portulans de l'époque apparaîtra une rose des vents avec les initiales italiennes TGLSOLPM. T pour Tramontane c’est-à-dire le Nord, G pour Grecale ou le Nord-Est, L pour Levante ou l’Est, S pour Scirocco donc le Sud-Est, O pour Ostro soit le Sud, L pour Libeccio ou le Sud-Ouest, P pour Ponente ou encore l’Ouest et M pour Maestro c’est-à-dire le Nord-Ouest. 

Les portulans ce sont les cartes de navigation qui sont utilisées du XIIIe au XVIIIe siècle. Ils ressemblent à une toile d’araignée dont les fils indiquent les lignes de vents qui quadrillent les surfaces maritimes entrecoupées des traits de cotes. Certains sont très simples car ils servent usuellement à la navigation. D’autres sont de véritables objets d’art, décorés avec raffinement. A l’époque, ils sont même considérés comme des secrets d’Etat, notamment par les royaumes du Portugalet de l’Espagne à partir du traité de Tordessilas en 1494. Aujourd’hui ils sont précieusement conservés à la Bibliothèque nationale de France par exemple ou par les collectionneurs passionnés. 

  

La rose des vents est dessinée sur ces portulans et permet de déterminer le cap à suivre. Ce symbole est particulièrement cher au joaillier Giampiero Bodino qui le décline, comme dans les plus beaux portulans, avec une richesse de couleur et une variété de style très latine.  En 2014 il présente à la Biennale, un flamboyant motif de rose des vents en diamant sur or blanc avec un cœur et des rayons d’émeraudes irradiés de spinelles noirs, qui scandent aux4 points cardinaux le collier chocker deperles d’améthystes. 

En 2015, sa collection Rosa Dei Venti explosent de saphirs bleus et pourpres, d’irisations vertes et bleues et de scintillements jaune et rouge, exactement comme les
flamboiements méditerranéens quand leur ciel embrasse la mer.  

Et en 2017, Giampiero Bodino créera un bracelet précieux Rosa dei Venti où le cabochon d’émeraude de taille remarquable dissimulera le garde temps comme un secret. 

Alors que pour le Noël 2017 Rosa Dei Venti devient une collection capsule monochrome où la pureté du diamant souligne la rigueur des 4 pointes de la rose des vents juste éclairée par un cabochon de rubellite. 

  

  

Entre le XVe et le XVIe siècle les marins espagnols et portugais explorent les mers au nom que leurs souverains Castillans et Portugais qui pensent à se partager le monde.
Vasco de Gama (1469-1524) découvre les Indes. Fernand de Magellan (1480-1521)
donne son nom au détroit qui clôt le Moyen-Orient et ouvre le monde contemporain. Christophe Collomb (1451-1506) découvre les Amériques en croyant trouver les Indes. Hernàn Cortes (1485-1547) annexe l’empire aztèque. Et le florentin, Amerigo Vespucci (1454-1512), explorant les mers au service de la Castille, se rend compte que Christophe Collomb a découvert l’Amérique et c’est lui qui lui lègue son nom. 

  

Ce sont ces histoires qui ont inspiré la designer en joaillerie Nathalie Castro pour imaginer en 2008 un modèle unique et déposé où la rose des vents en diamants et calcédoine bleues rythme un magnifique sautoir en or blanc, céramique blanche et bleue en hommage aux Azulejos et en filigranes en référence aux savoir faire joaillier méditerranéen. 

  

  

La cartographie des mers est essentielle et en mutation en ce temps des grandes découvertes.   La première Rose des vents est documentée sur l'Atlas catalan d’Abraham Cresques en 1375 et dès lors sa représentation évolue.  Au XIVe siècle la
direction du nord apparait sous la forme d’une fleur de Lys sur les portulants portugais. Sur d’autres cartes, l’Est est symbolisé par une croix de Malte, indiquant Bethléem, c'est-à-dire l'endroit où le Christ est né. Le très célèbre Portulan Kunstmann I, créé par le navigateur portugais Pedro Reinel en 1504 décrit l'ouest de la mer Méditerranée, l'océan Atlantique, et les territoires limitrophes, dont le Nouveau Monde. C’est la première carte connue avec une échelle de latitude. La grande rose des vents dessinée au milieu de l'océan Atlantique est également la première à être orientée vers le Nord. 

  

Si on étend ce symbole d’orientation vers une dimension plus mystique, on peut penser que porter une rose des vents donne la chance de naviguer à flots ou de trouver le
bon port.  

  

C’est surement pour cette raison qu’en 2015 la première collection d’Elie Top baptisée
« Mécaniques Célestes » mêlait tous les instruments d’études des marins et les transformaient en une cohérence de symboles. Les étoiles, les astrolabes, les globes terrestres et les roses des vents…étaient rassemblés en un bijou mystérieux à découvrir. Rien qu’en une manchette, un pendentif ou même une bague, un monde complet se découvrait. Tout d’abord une sphère, d’argent patiné comme un monde inconnu. En la soulevant on découvre tout un système planétaire en mouvement, des anneaux, des astres, avec au cœur une autre terre, de pierre, d’or et de diamants. Une architecture cosmogonique complexe comme une extravagance mathématique. Un astroglobe dont auraient rêvé les explorateurs des mers et qui aujourd’hui porté sur soi guide un voyage intérieur de sa rose des vents secrète. 

Poursuivant cette symbolique, en 2016, Elie Top créera au cœur de sa collection, une étoile mystérieuse, une rose des vents dont les rayons endiamantés entourent une sphère cœur d’Onyx mobile sur un axe central qui dévoile à loisir une autre étoile unique comme l’étoile du berger. Une autre façon de se rappeler son chemin
intérieur. 

  

  

  

Paris a lui aussi sa rose des vents. Elle marque le point kilométrique 0 des routes quittant la capitale, dont on se sert comme référence pour le calcul des distances avec les autres villes de France. Il est situé devant la cathédrale Notre-Dame de Paris. Son histoire n’est pas glamour : à cet endroit se dressait au Moyen Âge un poteau nommé « Échelle de Justice » au pied duquel les condamnés s'agenouillaient pour faire amende honorable ou être condamné à mort. L'échelle est remplacée en 1767 par un carcan qui fut adopté comme point zéro par lettres patentes de Louis XV du 22 avril 1769. 

  

Et à Marseille, le port de mer emblématique, la maison Hopethediamantstore créé en 2012 par Marie Bagnoli et son frère propose une rose des vents très pure en diamant certifié et or recyclé dans un pendentif dont la simplicité met en avant la force du symbole. 

  

  

La signification de la rose des vents est bien de trouver un port d’attache en toute sécurité. Ce qui pourrait être une allégorie pour puiser dans ses racines et retrouver un
patrimoine historique.  

  

Ainsi, Victoire de Castellane, Directrice Artistique de Dior Joaillerie, a construit la collection rose des vents comme une allégorie de la vie de Christian Dior et notamment en hommage à l’étoile en métal trouvée le jour de la création de la Maison et qu’il portait superstitieusement sur lui. Coté pile la rose des vents est en or rose avec un coeur de diamant, cote face les pierres représentent les 4 points cardinaux : la nacre blanche pour le nord, la turquoise pour le sud, l’opale rose pour l’est et le lapis-lazuli pour l’ouest.  D’année en année, la rose des vents s’impose aujourd’hui comme une des collections emblématiques de Dior, avec émail, diamants, en perlé, réinterprété par Victoire de Castellane à chaque saison et représentée par Anne Ewers, Cara Delevingne et Emilia Clarke. 

  

Pour aller jusqu’au bout de la symbolique, LVMH a d’ailleurs imaginé le parfum rose des vents pour lequel le maître-parfumeur Jacques Cavallier Belletrud a imaginé un sillage des roses de Grasse. 

  

La rose des vents, boussole des marins, devient ainsi grâce aux joailliers le bijou du voyage intérieur, de la recherche de soi, de l’esprit explorateur et l’élan pour atteindre ses objectifs. 

  

Alors, merci, de ce précieux talisman et Bon vent ! 

  

Ainsi se termine cette histoire de la rose des vents. 

  

Je suis Anne Desmarest de Jotemps et je donne une voix aux bijoux chaque dimanche. Et si vous aussi vous avez envie de faire parler vos bijoux et votre Maison je serai ravie de vous accompagner pour réaliser votre podcast de marque ou vous accueillir en partenaire dans mes podcast natifs. 

  

Le podcast « Il était une fois le bijou » est en pleine préparation de son nouveau thème et je brûle d’impatience de vous dévoiler mais il faudra encore attendre un peu. 

  

La semaine prochaine, notre rdv sera sur le podcast Brillante et je recevrais Sandrine Marcot la Présidente de l’UBH. 

  

Et je vous retrouverais sur ce podcast le bijou comme un bisou le 30 Janvier !  

  

 Pour ne manquez aucun de nos rendez-vous du dimanche autour du bijou, abonnez à chacun de mes 3 podcasts « Il était une fois le bijou », « le bijou comme un bisou » et « Brillante » sur votre plate-forme d’écoute préférée et encouragez-moi en partageant l’épisode sur vos réseaux sociaux. 

  

Si vous êtes sur Apple podcast ou sur You Tube mettez de jolis commentaires, des pouces ou des étoiles c’est maintenant aussi possible sur Spotify. Et c’est ce qui permet de doper le référencement des podcasts !  

  

Je vous souhaite une jolie semaine, à la semaine prochaine pour votre prochaine histoire de bijoux. 

  

Musique : Allan Deschamps 0 Le Sign, Vexento – Now  

Description

 Dès l’Antiquité, les marins créent la rose des vents pour déterminer leur route selon la direction du vent. 

  

La rose des vents indique les 4 points cardinaux et les 4 points intermédiaires matérialisés par 8 vents. Ce sont les Phéniciens qui ont été les premiers à faire usage de la rose. Plus tard, elle a été utilisée dans la Grèce antique et améliorée par les marins italiens. Ainsi sur beaucoup de portulans de l'époque apparaîtra une rose des vents avec les initiales italiennes TGLSOLPM. T pour Tramontane c’est-à-dire le Nord, G pour Grecale ou le Nord-Est, L pour Levante ou l’Est, S pour Scirocco donc le Sud-Est, O pour Ostro soit le Sud, L pour Libeccio ou le Sud-Ouest, P pour Ponente ou encore l’Ouest et M pour Maestro c’est-à-dire le Nord-Ouest. 

Les portulans ce sont les cartes de navigation qui sont utilisées du XIIIe au XVIIIe siècle. Ils ressemblent à une toile d’araignée dont les fils indiquent les lignes de vents qui quadrillent les surfaces maritimes entrecoupées des traits de cotes. Certains sont très simples car ils servent usuellement à la navigation. D’autres sont de véritables objets d’art, décorés avec raffinement. A l’époque, ils sont même considérés comme des secrets d’Etat, notamment par les royaumes du Portugalet de l’Espagne à partir du traité de Tordessilas en 1494. Aujourd’hui ils sont précieusement conservés à la Bibliothèque nationale de France par exemple ou par les collectionneurs passionnés. 

  

La rose des vents est dessinée sur ces portulans et permet de déterminer le cap à suivre. Ce symbole est particulièrement cher au joaillier Giampiero Bodino qui le décline, comme dans les plus beaux portulans, avec une richesse de couleur et une variété de style très latine.  En 2014 il présente à la Biennale, un flamboyant motif de rose des vents en diamant sur or blanc avec un cœur et des rayons d’émeraudes irradiés de spinelles noirs, qui scandent aux4 points cardinaux le collier chocker deperles d’améthystes. 

En 2015, sa collection Rosa Dei Venti explosent de saphirs bleus et pourpres, d’irisations vertes et bleues et de scintillements jaune et rouge, exactement comme les
flamboiements méditerranéens quand leur ciel embrasse la mer.  

Et en 2017, Giampiero Bodino créera un bracelet précieux Rosa dei Venti où le cabochon d’émeraude de taille remarquable dissimulera le garde temps comme un secret. 

Alors que pour le Noël 2017 Rosa Dei Venti devient une collection capsule monochrome où la pureté du diamant souligne la rigueur des 4 pointes de la rose des vents juste éclairée par un cabochon de rubellite. 

  

  

Entre le XVe et le XVIe siècle les marins espagnols et portugais explorent les mers au nom que leurs souverains Castillans et Portugais qui pensent à se partager le monde.
Vasco de Gama (1469-1524) découvre les Indes. Fernand de Magellan (1480-1521)
donne son nom au détroit qui clôt le Moyen-Orient et ouvre le monde contemporain. Christophe Collomb (1451-1506) découvre les Amériques en croyant trouver les Indes. Hernàn Cortes (1485-1547) annexe l’empire aztèque. Et le florentin, Amerigo Vespucci (1454-1512), explorant les mers au service de la Castille, se rend compte que Christophe Collomb a découvert l’Amérique et c’est lui qui lui lègue son nom. 

  

Ce sont ces histoires qui ont inspiré la designer en joaillerie Nathalie Castro pour imaginer en 2008 un modèle unique et déposé où la rose des vents en diamants et calcédoine bleues rythme un magnifique sautoir en or blanc, céramique blanche et bleue en hommage aux Azulejos et en filigranes en référence aux savoir faire joaillier méditerranéen. 

  

  

La cartographie des mers est essentielle et en mutation en ce temps des grandes découvertes.   La première Rose des vents est documentée sur l'Atlas catalan d’Abraham Cresques en 1375 et dès lors sa représentation évolue.  Au XIVe siècle la
direction du nord apparait sous la forme d’une fleur de Lys sur les portulants portugais. Sur d’autres cartes, l’Est est symbolisé par une croix de Malte, indiquant Bethléem, c'est-à-dire l'endroit où le Christ est né. Le très célèbre Portulan Kunstmann I, créé par le navigateur portugais Pedro Reinel en 1504 décrit l'ouest de la mer Méditerranée, l'océan Atlantique, et les territoires limitrophes, dont le Nouveau Monde. C’est la première carte connue avec une échelle de latitude. La grande rose des vents dessinée au milieu de l'océan Atlantique est également la première à être orientée vers le Nord. 

  

Si on étend ce symbole d’orientation vers une dimension plus mystique, on peut penser que porter une rose des vents donne la chance de naviguer à flots ou de trouver le
bon port.  

  

C’est surement pour cette raison qu’en 2015 la première collection d’Elie Top baptisée
« Mécaniques Célestes » mêlait tous les instruments d’études des marins et les transformaient en une cohérence de symboles. Les étoiles, les astrolabes, les globes terrestres et les roses des vents…étaient rassemblés en un bijou mystérieux à découvrir. Rien qu’en une manchette, un pendentif ou même une bague, un monde complet se découvrait. Tout d’abord une sphère, d’argent patiné comme un monde inconnu. En la soulevant on découvre tout un système planétaire en mouvement, des anneaux, des astres, avec au cœur une autre terre, de pierre, d’or et de diamants. Une architecture cosmogonique complexe comme une extravagance mathématique. Un astroglobe dont auraient rêvé les explorateurs des mers et qui aujourd’hui porté sur soi guide un voyage intérieur de sa rose des vents secrète. 

Poursuivant cette symbolique, en 2016, Elie Top créera au cœur de sa collection, une étoile mystérieuse, une rose des vents dont les rayons endiamantés entourent une sphère cœur d’Onyx mobile sur un axe central qui dévoile à loisir une autre étoile unique comme l’étoile du berger. Une autre façon de se rappeler son chemin
intérieur. 

  

  

  

Paris a lui aussi sa rose des vents. Elle marque le point kilométrique 0 des routes quittant la capitale, dont on se sert comme référence pour le calcul des distances avec les autres villes de France. Il est situé devant la cathédrale Notre-Dame de Paris. Son histoire n’est pas glamour : à cet endroit se dressait au Moyen Âge un poteau nommé « Échelle de Justice » au pied duquel les condamnés s'agenouillaient pour faire amende honorable ou être condamné à mort. L'échelle est remplacée en 1767 par un carcan qui fut adopté comme point zéro par lettres patentes de Louis XV du 22 avril 1769. 

  

Et à Marseille, le port de mer emblématique, la maison Hopethediamantstore créé en 2012 par Marie Bagnoli et son frère propose une rose des vents très pure en diamant certifié et or recyclé dans un pendentif dont la simplicité met en avant la force du symbole. 

  

  

La signification de la rose des vents est bien de trouver un port d’attache en toute sécurité. Ce qui pourrait être une allégorie pour puiser dans ses racines et retrouver un
patrimoine historique.  

  

Ainsi, Victoire de Castellane, Directrice Artistique de Dior Joaillerie, a construit la collection rose des vents comme une allégorie de la vie de Christian Dior et notamment en hommage à l’étoile en métal trouvée le jour de la création de la Maison et qu’il portait superstitieusement sur lui. Coté pile la rose des vents est en or rose avec un coeur de diamant, cote face les pierres représentent les 4 points cardinaux : la nacre blanche pour le nord, la turquoise pour le sud, l’opale rose pour l’est et le lapis-lazuli pour l’ouest.  D’année en année, la rose des vents s’impose aujourd’hui comme une des collections emblématiques de Dior, avec émail, diamants, en perlé, réinterprété par Victoire de Castellane à chaque saison et représentée par Anne Ewers, Cara Delevingne et Emilia Clarke. 

  

Pour aller jusqu’au bout de la symbolique, LVMH a d’ailleurs imaginé le parfum rose des vents pour lequel le maître-parfumeur Jacques Cavallier Belletrud a imaginé un sillage des roses de Grasse. 

  

La rose des vents, boussole des marins, devient ainsi grâce aux joailliers le bijou du voyage intérieur, de la recherche de soi, de l’esprit explorateur et l’élan pour atteindre ses objectifs. 

  

Alors, merci, de ce précieux talisman et Bon vent ! 

  

Ainsi se termine cette histoire de la rose des vents. 

  

Je suis Anne Desmarest de Jotemps et je donne une voix aux bijoux chaque dimanche. Et si vous aussi vous avez envie de faire parler vos bijoux et votre Maison je serai ravie de vous accompagner pour réaliser votre podcast de marque ou vous accueillir en partenaire dans mes podcast natifs. 

  

Le podcast « Il était une fois le bijou » est en pleine préparation de son nouveau thème et je brûle d’impatience de vous dévoiler mais il faudra encore attendre un peu. 

  

La semaine prochaine, notre rdv sera sur le podcast Brillante et je recevrais Sandrine Marcot la Présidente de l’UBH. 

  

Et je vous retrouverais sur ce podcast le bijou comme un bisou le 30 Janvier !  

  

 Pour ne manquez aucun de nos rendez-vous du dimanche autour du bijou, abonnez à chacun de mes 3 podcasts « Il était une fois le bijou », « le bijou comme un bisou » et « Brillante » sur votre plate-forme d’écoute préférée et encouragez-moi en partageant l’épisode sur vos réseaux sociaux. 

  

Si vous êtes sur Apple podcast ou sur You Tube mettez de jolis commentaires, des pouces ou des étoiles c’est maintenant aussi possible sur Spotify. Et c’est ce qui permet de doper le référencement des podcasts !  

  

Je vous souhaite une jolie semaine, à la semaine prochaine pour votre prochaine histoire de bijoux. 

  

Musique : Allan Deschamps 0 Le Sign, Vexento – Now  

Share

Embed

You may also like

Description

 Dès l’Antiquité, les marins créent la rose des vents pour déterminer leur route selon la direction du vent. 

  

La rose des vents indique les 4 points cardinaux et les 4 points intermédiaires matérialisés par 8 vents. Ce sont les Phéniciens qui ont été les premiers à faire usage de la rose. Plus tard, elle a été utilisée dans la Grèce antique et améliorée par les marins italiens. Ainsi sur beaucoup de portulans de l'époque apparaîtra une rose des vents avec les initiales italiennes TGLSOLPM. T pour Tramontane c’est-à-dire le Nord, G pour Grecale ou le Nord-Est, L pour Levante ou l’Est, S pour Scirocco donc le Sud-Est, O pour Ostro soit le Sud, L pour Libeccio ou le Sud-Ouest, P pour Ponente ou encore l’Ouest et M pour Maestro c’est-à-dire le Nord-Ouest. 

Les portulans ce sont les cartes de navigation qui sont utilisées du XIIIe au XVIIIe siècle. Ils ressemblent à une toile d’araignée dont les fils indiquent les lignes de vents qui quadrillent les surfaces maritimes entrecoupées des traits de cotes. Certains sont très simples car ils servent usuellement à la navigation. D’autres sont de véritables objets d’art, décorés avec raffinement. A l’époque, ils sont même considérés comme des secrets d’Etat, notamment par les royaumes du Portugalet de l’Espagne à partir du traité de Tordessilas en 1494. Aujourd’hui ils sont précieusement conservés à la Bibliothèque nationale de France par exemple ou par les collectionneurs passionnés. 

  

La rose des vents est dessinée sur ces portulans et permet de déterminer le cap à suivre. Ce symbole est particulièrement cher au joaillier Giampiero Bodino qui le décline, comme dans les plus beaux portulans, avec une richesse de couleur et une variété de style très latine.  En 2014 il présente à la Biennale, un flamboyant motif de rose des vents en diamant sur or blanc avec un cœur et des rayons d’émeraudes irradiés de spinelles noirs, qui scandent aux4 points cardinaux le collier chocker deperles d’améthystes. 

En 2015, sa collection Rosa Dei Venti explosent de saphirs bleus et pourpres, d’irisations vertes et bleues et de scintillements jaune et rouge, exactement comme les
flamboiements méditerranéens quand leur ciel embrasse la mer.  

Et en 2017, Giampiero Bodino créera un bracelet précieux Rosa dei Venti où le cabochon d’émeraude de taille remarquable dissimulera le garde temps comme un secret. 

Alors que pour le Noël 2017 Rosa Dei Venti devient une collection capsule monochrome où la pureté du diamant souligne la rigueur des 4 pointes de la rose des vents juste éclairée par un cabochon de rubellite. 

  

  

Entre le XVe et le XVIe siècle les marins espagnols et portugais explorent les mers au nom que leurs souverains Castillans et Portugais qui pensent à se partager le monde.
Vasco de Gama (1469-1524) découvre les Indes. Fernand de Magellan (1480-1521)
donne son nom au détroit qui clôt le Moyen-Orient et ouvre le monde contemporain. Christophe Collomb (1451-1506) découvre les Amériques en croyant trouver les Indes. Hernàn Cortes (1485-1547) annexe l’empire aztèque. Et le florentin, Amerigo Vespucci (1454-1512), explorant les mers au service de la Castille, se rend compte que Christophe Collomb a découvert l’Amérique et c’est lui qui lui lègue son nom. 

  

Ce sont ces histoires qui ont inspiré la designer en joaillerie Nathalie Castro pour imaginer en 2008 un modèle unique et déposé où la rose des vents en diamants et calcédoine bleues rythme un magnifique sautoir en or blanc, céramique blanche et bleue en hommage aux Azulejos et en filigranes en référence aux savoir faire joaillier méditerranéen. 

  

  

La cartographie des mers est essentielle et en mutation en ce temps des grandes découvertes.   La première Rose des vents est documentée sur l'Atlas catalan d’Abraham Cresques en 1375 et dès lors sa représentation évolue.  Au XIVe siècle la
direction du nord apparait sous la forme d’une fleur de Lys sur les portulants portugais. Sur d’autres cartes, l’Est est symbolisé par une croix de Malte, indiquant Bethléem, c'est-à-dire l'endroit où le Christ est né. Le très célèbre Portulan Kunstmann I, créé par le navigateur portugais Pedro Reinel en 1504 décrit l'ouest de la mer Méditerranée, l'océan Atlantique, et les territoires limitrophes, dont le Nouveau Monde. C’est la première carte connue avec une échelle de latitude. La grande rose des vents dessinée au milieu de l'océan Atlantique est également la première à être orientée vers le Nord. 

  

Si on étend ce symbole d’orientation vers une dimension plus mystique, on peut penser que porter une rose des vents donne la chance de naviguer à flots ou de trouver le
bon port.  

  

C’est surement pour cette raison qu’en 2015 la première collection d’Elie Top baptisée
« Mécaniques Célestes » mêlait tous les instruments d’études des marins et les transformaient en une cohérence de symboles. Les étoiles, les astrolabes, les globes terrestres et les roses des vents…étaient rassemblés en un bijou mystérieux à découvrir. Rien qu’en une manchette, un pendentif ou même une bague, un monde complet se découvrait. Tout d’abord une sphère, d’argent patiné comme un monde inconnu. En la soulevant on découvre tout un système planétaire en mouvement, des anneaux, des astres, avec au cœur une autre terre, de pierre, d’or et de diamants. Une architecture cosmogonique complexe comme une extravagance mathématique. Un astroglobe dont auraient rêvé les explorateurs des mers et qui aujourd’hui porté sur soi guide un voyage intérieur de sa rose des vents secrète. 

Poursuivant cette symbolique, en 2016, Elie Top créera au cœur de sa collection, une étoile mystérieuse, une rose des vents dont les rayons endiamantés entourent une sphère cœur d’Onyx mobile sur un axe central qui dévoile à loisir une autre étoile unique comme l’étoile du berger. Une autre façon de se rappeler son chemin
intérieur. 

  

  

  

Paris a lui aussi sa rose des vents. Elle marque le point kilométrique 0 des routes quittant la capitale, dont on se sert comme référence pour le calcul des distances avec les autres villes de France. Il est situé devant la cathédrale Notre-Dame de Paris. Son histoire n’est pas glamour : à cet endroit se dressait au Moyen Âge un poteau nommé « Échelle de Justice » au pied duquel les condamnés s'agenouillaient pour faire amende honorable ou être condamné à mort. L'échelle est remplacée en 1767 par un carcan qui fut adopté comme point zéro par lettres patentes de Louis XV du 22 avril 1769. 

  

Et à Marseille, le port de mer emblématique, la maison Hopethediamantstore créé en 2012 par Marie Bagnoli et son frère propose une rose des vents très pure en diamant certifié et or recyclé dans un pendentif dont la simplicité met en avant la force du symbole. 

  

  

La signification de la rose des vents est bien de trouver un port d’attache en toute sécurité. Ce qui pourrait être une allégorie pour puiser dans ses racines et retrouver un
patrimoine historique.  

  

Ainsi, Victoire de Castellane, Directrice Artistique de Dior Joaillerie, a construit la collection rose des vents comme une allégorie de la vie de Christian Dior et notamment en hommage à l’étoile en métal trouvée le jour de la création de la Maison et qu’il portait superstitieusement sur lui. Coté pile la rose des vents est en or rose avec un coeur de diamant, cote face les pierres représentent les 4 points cardinaux : la nacre blanche pour le nord, la turquoise pour le sud, l’opale rose pour l’est et le lapis-lazuli pour l’ouest.  D’année en année, la rose des vents s’impose aujourd’hui comme une des collections emblématiques de Dior, avec émail, diamants, en perlé, réinterprété par Victoire de Castellane à chaque saison et représentée par Anne Ewers, Cara Delevingne et Emilia Clarke. 

  

Pour aller jusqu’au bout de la symbolique, LVMH a d’ailleurs imaginé le parfum rose des vents pour lequel le maître-parfumeur Jacques Cavallier Belletrud a imaginé un sillage des roses de Grasse. 

  

La rose des vents, boussole des marins, devient ainsi grâce aux joailliers le bijou du voyage intérieur, de la recherche de soi, de l’esprit explorateur et l’élan pour atteindre ses objectifs. 

  

Alors, merci, de ce précieux talisman et Bon vent ! 

  

Ainsi se termine cette histoire de la rose des vents. 

  

Je suis Anne Desmarest de Jotemps et je donne une voix aux bijoux chaque dimanche. Et si vous aussi vous avez envie de faire parler vos bijoux et votre Maison je serai ravie de vous accompagner pour réaliser votre podcast de marque ou vous accueillir en partenaire dans mes podcast natifs. 

  

Le podcast « Il était une fois le bijou » est en pleine préparation de son nouveau thème et je brûle d’impatience de vous dévoiler mais il faudra encore attendre un peu. 

  

La semaine prochaine, notre rdv sera sur le podcast Brillante et je recevrais Sandrine Marcot la Présidente de l’UBH. 

  

Et je vous retrouverais sur ce podcast le bijou comme un bisou le 30 Janvier !  

  

 Pour ne manquez aucun de nos rendez-vous du dimanche autour du bijou, abonnez à chacun de mes 3 podcasts « Il était une fois le bijou », « le bijou comme un bisou » et « Brillante » sur votre plate-forme d’écoute préférée et encouragez-moi en partageant l’épisode sur vos réseaux sociaux. 

  

Si vous êtes sur Apple podcast ou sur You Tube mettez de jolis commentaires, des pouces ou des étoiles c’est maintenant aussi possible sur Spotify. Et c’est ce qui permet de doper le référencement des podcasts !  

  

Je vous souhaite une jolie semaine, à la semaine prochaine pour votre prochaine histoire de bijoux. 

  

Musique : Allan Deschamps 0 Le Sign, Vexento – Now  

Description

 Dès l’Antiquité, les marins créent la rose des vents pour déterminer leur route selon la direction du vent. 

  

La rose des vents indique les 4 points cardinaux et les 4 points intermédiaires matérialisés par 8 vents. Ce sont les Phéniciens qui ont été les premiers à faire usage de la rose. Plus tard, elle a été utilisée dans la Grèce antique et améliorée par les marins italiens. Ainsi sur beaucoup de portulans de l'époque apparaîtra une rose des vents avec les initiales italiennes TGLSOLPM. T pour Tramontane c’est-à-dire le Nord, G pour Grecale ou le Nord-Est, L pour Levante ou l’Est, S pour Scirocco donc le Sud-Est, O pour Ostro soit le Sud, L pour Libeccio ou le Sud-Ouest, P pour Ponente ou encore l’Ouest et M pour Maestro c’est-à-dire le Nord-Ouest. 

Les portulans ce sont les cartes de navigation qui sont utilisées du XIIIe au XVIIIe siècle. Ils ressemblent à une toile d’araignée dont les fils indiquent les lignes de vents qui quadrillent les surfaces maritimes entrecoupées des traits de cotes. Certains sont très simples car ils servent usuellement à la navigation. D’autres sont de véritables objets d’art, décorés avec raffinement. A l’époque, ils sont même considérés comme des secrets d’Etat, notamment par les royaumes du Portugalet de l’Espagne à partir du traité de Tordessilas en 1494. Aujourd’hui ils sont précieusement conservés à la Bibliothèque nationale de France par exemple ou par les collectionneurs passionnés. 

  

La rose des vents est dessinée sur ces portulans et permet de déterminer le cap à suivre. Ce symbole est particulièrement cher au joaillier Giampiero Bodino qui le décline, comme dans les plus beaux portulans, avec une richesse de couleur et une variété de style très latine.  En 2014 il présente à la Biennale, un flamboyant motif de rose des vents en diamant sur or blanc avec un cœur et des rayons d’émeraudes irradiés de spinelles noirs, qui scandent aux4 points cardinaux le collier chocker deperles d’améthystes. 

En 2015, sa collection Rosa Dei Venti explosent de saphirs bleus et pourpres, d’irisations vertes et bleues et de scintillements jaune et rouge, exactement comme les
flamboiements méditerranéens quand leur ciel embrasse la mer.  

Et en 2017, Giampiero Bodino créera un bracelet précieux Rosa dei Venti où le cabochon d’émeraude de taille remarquable dissimulera le garde temps comme un secret. 

Alors que pour le Noël 2017 Rosa Dei Venti devient une collection capsule monochrome où la pureté du diamant souligne la rigueur des 4 pointes de la rose des vents juste éclairée par un cabochon de rubellite. 

  

  

Entre le XVe et le XVIe siècle les marins espagnols et portugais explorent les mers au nom que leurs souverains Castillans et Portugais qui pensent à se partager le monde.
Vasco de Gama (1469-1524) découvre les Indes. Fernand de Magellan (1480-1521)
donne son nom au détroit qui clôt le Moyen-Orient et ouvre le monde contemporain. Christophe Collomb (1451-1506) découvre les Amériques en croyant trouver les Indes. Hernàn Cortes (1485-1547) annexe l’empire aztèque. Et le florentin, Amerigo Vespucci (1454-1512), explorant les mers au service de la Castille, se rend compte que Christophe Collomb a découvert l’Amérique et c’est lui qui lui lègue son nom. 

  

Ce sont ces histoires qui ont inspiré la designer en joaillerie Nathalie Castro pour imaginer en 2008 un modèle unique et déposé où la rose des vents en diamants et calcédoine bleues rythme un magnifique sautoir en or blanc, céramique blanche et bleue en hommage aux Azulejos et en filigranes en référence aux savoir faire joaillier méditerranéen. 

  

  

La cartographie des mers est essentielle et en mutation en ce temps des grandes découvertes.   La première Rose des vents est documentée sur l'Atlas catalan d’Abraham Cresques en 1375 et dès lors sa représentation évolue.  Au XIVe siècle la
direction du nord apparait sous la forme d’une fleur de Lys sur les portulants portugais. Sur d’autres cartes, l’Est est symbolisé par une croix de Malte, indiquant Bethléem, c'est-à-dire l'endroit où le Christ est né. Le très célèbre Portulan Kunstmann I, créé par le navigateur portugais Pedro Reinel en 1504 décrit l'ouest de la mer Méditerranée, l'océan Atlantique, et les territoires limitrophes, dont le Nouveau Monde. C’est la première carte connue avec une échelle de latitude. La grande rose des vents dessinée au milieu de l'océan Atlantique est également la première à être orientée vers le Nord. 

  

Si on étend ce symbole d’orientation vers une dimension plus mystique, on peut penser que porter une rose des vents donne la chance de naviguer à flots ou de trouver le
bon port.  

  

C’est surement pour cette raison qu’en 2015 la première collection d’Elie Top baptisée
« Mécaniques Célestes » mêlait tous les instruments d’études des marins et les transformaient en une cohérence de symboles. Les étoiles, les astrolabes, les globes terrestres et les roses des vents…étaient rassemblés en un bijou mystérieux à découvrir. Rien qu’en une manchette, un pendentif ou même une bague, un monde complet se découvrait. Tout d’abord une sphère, d’argent patiné comme un monde inconnu. En la soulevant on découvre tout un système planétaire en mouvement, des anneaux, des astres, avec au cœur une autre terre, de pierre, d’or et de diamants. Une architecture cosmogonique complexe comme une extravagance mathématique. Un astroglobe dont auraient rêvé les explorateurs des mers et qui aujourd’hui porté sur soi guide un voyage intérieur de sa rose des vents secrète. 

Poursuivant cette symbolique, en 2016, Elie Top créera au cœur de sa collection, une étoile mystérieuse, une rose des vents dont les rayons endiamantés entourent une sphère cœur d’Onyx mobile sur un axe central qui dévoile à loisir une autre étoile unique comme l’étoile du berger. Une autre façon de se rappeler son chemin
intérieur. 

  

  

  

Paris a lui aussi sa rose des vents. Elle marque le point kilométrique 0 des routes quittant la capitale, dont on se sert comme référence pour le calcul des distances avec les autres villes de France. Il est situé devant la cathédrale Notre-Dame de Paris. Son histoire n’est pas glamour : à cet endroit se dressait au Moyen Âge un poteau nommé « Échelle de Justice » au pied duquel les condamnés s'agenouillaient pour faire amende honorable ou être condamné à mort. L'échelle est remplacée en 1767 par un carcan qui fut adopté comme point zéro par lettres patentes de Louis XV du 22 avril 1769. 

  

Et à Marseille, le port de mer emblématique, la maison Hopethediamantstore créé en 2012 par Marie Bagnoli et son frère propose une rose des vents très pure en diamant certifié et or recyclé dans un pendentif dont la simplicité met en avant la force du symbole. 

  

  

La signification de la rose des vents est bien de trouver un port d’attache en toute sécurité. Ce qui pourrait être une allégorie pour puiser dans ses racines et retrouver un
patrimoine historique.  

  

Ainsi, Victoire de Castellane, Directrice Artistique de Dior Joaillerie, a construit la collection rose des vents comme une allégorie de la vie de Christian Dior et notamment en hommage à l’étoile en métal trouvée le jour de la création de la Maison et qu’il portait superstitieusement sur lui. Coté pile la rose des vents est en or rose avec un coeur de diamant, cote face les pierres représentent les 4 points cardinaux : la nacre blanche pour le nord, la turquoise pour le sud, l’opale rose pour l’est et le lapis-lazuli pour l’ouest.  D’année en année, la rose des vents s’impose aujourd’hui comme une des collections emblématiques de Dior, avec émail, diamants, en perlé, réinterprété par Victoire de Castellane à chaque saison et représentée par Anne Ewers, Cara Delevingne et Emilia Clarke. 

  

Pour aller jusqu’au bout de la symbolique, LVMH a d’ailleurs imaginé le parfum rose des vents pour lequel le maître-parfumeur Jacques Cavallier Belletrud a imaginé un sillage des roses de Grasse. 

  

La rose des vents, boussole des marins, devient ainsi grâce aux joailliers le bijou du voyage intérieur, de la recherche de soi, de l’esprit explorateur et l’élan pour atteindre ses objectifs. 

  

Alors, merci, de ce précieux talisman et Bon vent ! 

  

Ainsi se termine cette histoire de la rose des vents. 

  

Je suis Anne Desmarest de Jotemps et je donne une voix aux bijoux chaque dimanche. Et si vous aussi vous avez envie de faire parler vos bijoux et votre Maison je serai ravie de vous accompagner pour réaliser votre podcast de marque ou vous accueillir en partenaire dans mes podcast natifs. 

  

Le podcast « Il était une fois le bijou » est en pleine préparation de son nouveau thème et je brûle d’impatience de vous dévoiler mais il faudra encore attendre un peu. 

  

La semaine prochaine, notre rdv sera sur le podcast Brillante et je recevrais Sandrine Marcot la Présidente de l’UBH. 

  

Et je vous retrouverais sur ce podcast le bijou comme un bisou le 30 Janvier !  

  

 Pour ne manquez aucun de nos rendez-vous du dimanche autour du bijou, abonnez à chacun de mes 3 podcasts « Il était une fois le bijou », « le bijou comme un bisou » et « Brillante » sur votre plate-forme d’écoute préférée et encouragez-moi en partageant l’épisode sur vos réseaux sociaux. 

  

Si vous êtes sur Apple podcast ou sur You Tube mettez de jolis commentaires, des pouces ou des étoiles c’est maintenant aussi possible sur Spotify. Et c’est ce qui permet de doper le référencement des podcasts !  

  

Je vous souhaite une jolie semaine, à la semaine prochaine pour votre prochaine histoire de bijoux. 

  

Musique : Allan Deschamps 0 Le Sign, Vexento – Now  

Share

Embed

You may also like