undefined cover
undefined cover
L'Ă©veil des consciences avec un Brin de sagesse cover
L'Ă©veil des consciences avec un Brin de sagesse cover
Les voies de l'Ă©co 📱

L'Ă©veil des consciences avec un Brin de sagesse

L'Ă©veil des consciences avec un Brin de sagesse

49min |01/05/2024
Play
undefined cover
undefined cover
L'Ă©veil des consciences avec un Brin de sagesse cover
L'Ă©veil des consciences avec un Brin de sagesse cover
Les voies de l'Ă©co 📱

L'Ă©veil des consciences avec un Brin de sagesse

L'Ă©veil des consciences avec un Brin de sagesse

49min |01/05/2024
Play

Transcription

  • Speaker #0

    Les voix de l'Ă©cho.

  • Speaker #1

    Les voix de l'Ă©cho.

  • Speaker #2

    Salutations chers auditeurs et auditrices de Radio-G, bienvenue dans l'Ă©mission Les Voix de l'Ă©cho. Je suis Yves Laguin et pendant 50 minutes, nous allons aborder les thĂšmes de l'entrepreneuriat, de l'Ă©cologie et du dĂ©veloppement Ă©conomique local et Ă©coresponsable. Cette Ă©mission est ponctuĂ©e de plusieurs temps forts avec un invitĂ©, une ou plusieurs chroniques en fonction des semaines, ainsi qu'une pause musicale choisie par l'invitĂ©. Alors, ouvrez grand vos oreilles, c'est parti ! Bonjour Ă  toutes et Ă  tous, auditeurs et auditrices de Radio G, bienvenue dans l'Ă©mission Les Voix de l'Éco. Nous sommes le 122Ăšme jour de l'annĂ©e et nous fĂȘtons aujourd'hui les JĂ©rĂ©mie, Brilleux, Florine ou encore Sigmund. Bonne fĂȘte Ă  vous ! Et en plus d'ĂȘtre la fĂȘte du travail aujourd'hui et l'occasion d'offrir un brin de midi, nous cĂ©lĂ©brons les 20 ans de l'Ă©largissement de l'Union EuropĂ©enne Ă  25 pays. Alors petit rappel de gĂ©opolitique, il y a actuellement 27 pays dans l'Union europĂ©enne suite au Brexit et au retrait du Royaume-Uni dans l'Union en 2020. Mais nous n'allons pas parler gĂ©opolitique aujourd'hui avec mon invitĂ© du jour. Nous allons plutĂŽt Ă©changer avec un brin de sagesse et parler d'Ă©veil des consciences. Avant d'accueillir notre invitĂ© et pour m'accompagner dans l'Ă©mission du jour, la coach Anne Texereau. Bonjour Anne, de quoi allez-vous nous parler aujourd'hui ?

  • Speaker #1

    Bonjour Ă  tous, bonjour Chantal, bonjour chers auditeurs. Eh bien moi je vous propose de poursuivre notre voyage au cƓur du coaching de l'Ă©nergie et on va parler aujourd'hui de l'aimant R. Je ne vous en dis pas plus.

  • Speaker #2

    IntĂ©ressant, on entendra ça donc d'ici 10-15 minutes Ă  peu prĂšs. Et chers auditeurs et auditrices, il est temps de mieux maintenant. Selon Douglas Harding, auteur et philosophe britannique, l'Ă©veil de conscience est comparable aux quatre stades, un ĂȘtre humain, le bĂ©bĂ©, l'enfant, l'adulte et la personne ĂągĂ©e. Pour FrĂ©dĂ©ric Dalavier, un ancien athlĂšte français spĂ©cialisĂ© dans la force athlĂ©tique et la musculation, l'Ă©veil des consciences est une plongĂ©e dans les entrailles de l'Ăąme humaine. Je reçois dans le studio en ce 1er mai Chantal Blanchoin, auteure confĂ©renciĂšre pour l'Ă©veil des consciences, praticienne en guĂ©matrie et crĂ©atrice de liens chez BrindsingĂšs. Est-ce que mon invitĂ© pense la mĂȘme chose que les deux auteurs que je viens de citer ? On en parle tout de suite. Bonjour Chantal Blanchoin, bienvenue dans le studio de Radio-G.

  • Speaker #0

    Bonjour Yves, merci, je suis ravie d'ĂȘtre Ă  tes cĂŽtĂ©s. Bonjour Anne, merci de m'avoir invitĂ©e.

  • Speaker #2

    Avec trĂšs grand plaisir. Alors Chantal, vous ĂȘtes confĂ©renciĂšre, auteure, coach et mĂȘme youtubeuse. Comment dĂ©cririez-vous votre approche de la connaissance de soi et du bien-ĂȘtre ?

  • Speaker #0

    Je dirais que j'aime Ă  me dĂ©finir comme une exploratrice du jeu de la vie, justement, de mes Ă©tats d'Ăąme, parce que j'ai compris que plus je me comprenais, plus je me connaissais, plus j'Ă©tais en phase avec moi-mĂȘme et en phase avec les autres. Je pense que la connaissance des soirs, elle est inĂ©vitable, elle est indispensable pour se sentir mieux et ĂȘtre en meilleure santĂ©.

  • Speaker #2

    Alors vous avez créé Brun de Sagesse, pourquoi ce nom justement ?

  • Speaker #0

    En fait, quand je me suis installĂ©e en tant que professeure de yoga il y a quelques annĂ©es, je me suis installĂ©e au nom de Chantal Blanchoin. Et puis, chemin faisant, j'ai vu l'intĂ©rĂȘt d'avoir un site, un site internet. mais je ne savais pas comment l'appeler. Et un jour, je me suis rĂ©veillĂ©e avec un brin de sagesse dans la tĂȘte et je me suis dit, c'est ça, c'est le nom de mon site.

  • Speaker #2

    Tout simplement. Alors, vous organisez, comme vous l'appelez justement sur votre site web, des conférences stories. Alors, est-ce que vous pouvez nous raconter, Chantal Blanchoin, justement, ce qui s'y passe et ce que c'est exactement que ces conférences ?

  • Speaker #0

    Oui, j'ai trouvé ce terme, c'est pareil, un matin, en me réveillant. Parce qu'en fait, c'est... Ce sont des conférences, mais plutÎt pour parler de ce que j'ai compris, pas de ce que j'ai appris, de ce que j'ai compris de mon histoire. Et donc, ces conférences me permettent de parler de mon histoire pour faire écho à l'histoire des personnes et les aider à mieux comprendre la leur. Donc en fait, ce n'était pas vraiment une conférence. Donc, Conférence Story, je trouvais que c'était le plus approprié. C'est comme un One Woman Show, on va dire. Parce qu'on y sourit, on y rit, on y pleure. Parce que tout ce que je raconte, parle aux gens. C'est comme s'ils entendaient un message qui leur était destiné. Donc, ça parle.

  • Speaker #2

    D'accord. Donc en gros, il s'est... une conférence via votre histoire, tout simplement. Et donc, vous transmettez finalement des enseignements, quelque part ?

  • Speaker #0

    En fait, mon intention, c'est de faire germer les graines du tout est possible. Parce que moi, Ă  un moment donnĂ© de ma vie, j'Ă©tais trĂšs mal dans ma peau. Alors que j'avais tout pour ĂȘtre heureuse. Et donc, du coup, j'avais beaucoup de culpabilitĂ© Ă  me sentir pas bien dans ma peau. Et donc j'ai voulu comprendre qu'est-ce qui faisait que j'Ă©tais si mal. Et je me suis mise en quĂȘte de sens et j'ai compris des choses que je veux transmettre aux personnes pour faire comprendre que le mal-ĂȘtre, il a toute sa raison d'ĂȘtre. Et j'aime Ă  dire qu'il est le meilleur ami de l'ĂȘtre parce qu'il vient nous dire qu'il y a quelque chose Ă  comprendre, Ă  changer. qu'on est loin de notre chemin s'il y a du mal-ĂȘtre. Plus on se rapproche de notre chemin, plus on ressent du bien-ĂȘtre, plus on se sent vivant, en fait.

  • Speaker #2

    Il faut savoir s'Ă©couter, finalement.

  • Speaker #0

    C'est ça, prendre de la hauteur et voir qu'est-ce qui nous met à mal, pour réajuster, en fait.

  • Speaker #2

    D'accord. Alors, vous avez Ă©crit un livre qui s'appelle, donc, Sur le chemin de mon Ă©veil, de cƓur Ă  cƓur. Justement, Chantal Blanchoin, que raconte ce livre ?

  • Speaker #0

    En fait, j'ai Ă©crit un livre sans savoir que j'Ă©crivais un livre. Parce qu'Ă  un moment donnĂ©, comme je vous ai dit, comme je n'Ă©tais pas trĂšs bien, je me suis fait accompagner. Et la coach qui m'accompagnait me disait que j'avais beaucoup de crĂ©ativitĂ©, alors que moi, je disais que je n'en avais pas. Et donc, je me suis laissĂ©e faire, on va dire. J'ai laissĂ© les choses venir Ă  moi et je me suis observĂ©e. Et il y avait plein de prises de conscience Ă  cette pĂ©riode de ma vie. Et la nuit, moi c'est beaucoup la nuit, parce que je pense que c'est le mental qui lĂąche, et qu'il y a des choses qui viennent Ă  ce moment-lĂ . Et la nuit, il y avait des choses qui venaient, c'Ă©tait fluide, c'Ă©tait beau, c'Ă©tait... poĂ©tique parce que ça rimait et ça venait confirmer, c'Ă©tait comme des enseignements qui venaient confirmer mes prises de conscience. Je trouvais ça tellement beau que je pensais que j'allais m'en souvenir, mais le matin, quand je me rĂ©veillais et que je voulais Ă©crire, je remontais dans le mental et il n'y avait plus rien qui sortait, ce n'Ă©tait pas fluide. Donc j'ai compris qu'il fallait que je me lĂšve quand ça venait et j'ai Ă©tĂ© plusieurs mois Ă  me lever la nuit pour Ă©crire. Et ces textes-lĂ , ils me faisaient beaucoup de bien parce que... Vous savez, quand on a des prises de conscience, si on ne les Ă©crit pas, ça peut vite s'Ă©vanouir. Et on se dit, mais c'est quoi dĂ©jĂ  ? Et lĂ , je les Ă©crivais et je m'y rĂ©fĂ©rais souvent. Et ça me faisait beaucoup de bien de les relire. Et un jour, je me suis dit, si ça me fait du bien, ça peut faire du bien aux autres. Donc, je me suis autorisĂ©e Ă  m'auto-Ă©diter. Je dis bien autorisĂ©e parce qu'Ă  ce moment-lĂ , je me disais, mais t'es qui, toi, pour... Ă©diter un livre. Du coup, je me suis auto-Ă©ditĂ©e. Et le livre a beaucoup de succĂšs parce que, en fait, c'est la mĂȘme chose. Ça rĂ©sonne dans l'histoire, ça fait Ă©cho aux personnes. Et du coup, dans mes confĂ©rences story, je remets ces textes-lĂ  dans le contexte. C'est ce qui rend ces confĂ©rences story trĂšs poĂ©tiques. et qui font que c'est doux mais percutant Ă  la fois.

  • Speaker #2

    D'accord. Et alors, est-ce que vous avez prévu d'écrire un nouveau livre ? Et si oui, quel en est son sujet ?

  • Speaker #0

    En fait, quand j'ai dĂ©cidĂ© de m'auto-Ă©diter, je continuais Ă  Ă©crire des textes, mais il fallait bien que je m'arrĂȘte Ă  un moment donnĂ© pour Ă©diter. Et donc, ces textes, il y en a dĂ©crits, il y en a dĂ©posĂ©s, et d'autres qui viennent encore. Donc, le jour oĂč je... Il est quasiment terminĂ©, je pense, mais comme j'aime Ă  l'illustrer, etc., il y a encore des choses Ă  peaufiner.

  • Speaker #2

    Alors, avant de laisser la parole Ă  Anne Texereau pour sa chronique, nous allons jouer. Chantal, j'ai pris pour habitude dans l'Ă©mission de faire des mini-jeux, donc des mini-jeux de questions-rĂ©ponses. Et on commence par la carte d'identitĂ© de votre activitĂ©. Vous pouvez lire Je passe ou Joker. Si une question vous dĂ©range, est-ce que vous ĂȘtes prĂȘte ?

  • Speaker #0

    Ok.

  • Speaker #2

    Allez, c'est parti ! Quel est donc le nom de votre entreprise ?

  • Speaker #0

    Alors c'est Chantal Blanchoin avec ce site Brins de Sagesse et tout le monde maintenant me reconnaĂźt sous le titre de Brins de Sagesse.

  • Speaker #2

    Son année de création ?

  • Speaker #0

    2013

  • Speaker #2

    Combien ĂȘtes-vous ?

  • Speaker #0

    Je suis seule.

  • Speaker #2

    OĂč ĂȘtes-vous situĂ©e ?

  • Speaker #0

    Actuellement à Saint-Barthélemy.

  • Speaker #2

    Quelle est l'URL, donc l'adresse de votre site web ?

  • Speaker #0

    Alors c'est brinsdesagesse.fr

  • Speaker #2

    Et est-ce que vous pouvez nous communiquer votre chiffre d'affaires annuel ?

  • Speaker #0

    Alors actuellement, là comme je suis en transition, puisque j'ai cessé ma pratique de professeur de yoga en septembre, je ne peux pas vous dire parce que je suis en cours de changement.

  • Speaker #2

    D'accord, trÚs bien. Merci beaucoup Chantal pour ces réponses. Alors nous allons maintenant poursuivre le chemin des quatre éléments avec le coaching de l'énergie. AprÚs la terre et l'eau, nous allons maintenant parler de l'élément air. Chers auditeurs et auditrices, prenez une bonne inspiration, c'est le moment d'écouter la chronique d'Anne Texerot.

  • Speaker #1

    Je sĂšme, donc je suis,

  • Speaker #0

    une chronique de la coach Anne Texerot.

  • Speaker #1

    Yves, je ne vous ai pas prévenu hier, mais j'aurais pu vous faire une interro aujourd'hui. Mais bon, c'est mercredi et en plus c'est férié. Allez, je vous propose plutÎt une petite révision ensemble. On a exploré l'énergie de la Terre, qui parle de notre ancrage, de notre alignement, de notre équilibre et notre connexion à la Terre-mer. Puis, nous avons plongé dans l'eau, c'est-à-dire nos émotions et nos énergies inconscientes ou nos animaux, celles que nous n'avons pas encore transmutées, pour retrouver notre paix et notre calme intérieur. Et cette fois, cette fois-ci, on part dans l'air. Alors qu'est-ce que cette énergie ? Eh bien l'air, c'est notre intuition, notre inspiration, par extension, nos idées et notre créativité. Cela correspond à tout notre potentiel créatif, inspiré et insufflé. Mais avant d'aller plus loin, revenons aux basiques. L'air, c'est d'abord l'oxygÚne que je respire, qui permet le bon fonctionnement de mon corps. Respirer, c'est de mouvement, inspirer et expirer. Et cela me maintient en vie. L'air a un niveau plus énergétique et quelque chose de plus subtil et d'invisible,

  • Speaker #0

    mais pas vide.

  • Speaker #1

    Je m'explique. Dans l'univers, tout est Ă©nergie et vibration. C'est pas moi qui vous le dis, c'est Albert Einstein. Je vous propose de faire un zoom Ă  l'Ă©chelle microscopique. Si l'on rĂ©duit au maximum notre corps, nous serions composĂ©s seulement de 0,01% de matiĂšre. Soit les 99% restants sont du vide. Le vide est en fait un plein qui contient de l'information, c'est de l'Ă©nergie. Autrement dit, quand je fais le vide, je peux me connecter Ă  cette Ă©nergie qu'est l'air ou le souffle. Nous sommes bien loin d'ici des techniques pour dĂ©velopper sa crĂ©ativitĂ© ou ses idĂ©es, oĂč l'on nous propose de brainstormer avec une boĂźte Ă  outils pour penser out of the box. Non, non, non, je ne parle pas de ça, car ces techniques certes mĂ©ritent d'exister, mais elles vont surtout solliciter votre mental et vous faire carburer. Ce que je vous propose, c'est plutĂŽt de ne pas remplir votre tĂȘte, mais de vous retrouver et de contacter cette part en vous, qui sait, avec un grand S. VoilĂ  l'Ă©nergie de l'air, cette intelligence universelle, qu'est l'intuition ou l'inspiration. D'ailleurs, sachez que ce pouvoir a toujours existĂ©. Il semblerait, Yves, qu'Ă  l'Ă©poque de Platon, on ne prenait pas de dĂ©cision politique importante sans avoir recours aux oracles. Le mot intuition vient du latin intuitio et signifie regarder attentivement Ă  l'intĂ©rieur de soi ou voir de l'intĂ©rieur. L'intuition serait donc une connaissance immĂ©diate. C'est une capacitĂ© que nous possĂ©dons tous Ă  l'intĂ©rieur de nous et qui nous permet d'obtenir une connaissance directe, sans passer par la logique, la rĂ©flexion ou les donnĂ©es du monde extĂ©rieur. Certains parlent alors d'une petite voix intĂ©rieure qui nous apparaĂźt comme une certitude. Cette petite voix se connecterait Ă  la grande voix, la source universelle ou la grande sagesse, oĂč tout est Ă©nergie et information. Je vous partage cette citation de Nikola Tesla. Qui nous dit ? Mon cerveau n'est qu'un rĂ©cepteur dans l'univers. Il existe un noyau Ă  partir duquel nous obtenons la force. La connaissance et l'inspiration. Alors pour commencer Ă  dĂ©velopper votre intuition et laisser libre cours Ă  votre inspiration, je vous recommande de vous connecter Ă  Dame Nature. J'ai observĂ© que plus nous crĂ©ons cet Ă©change homme-nature et plus nous expĂ©rimentons ce lien d'interdĂ©pendance avec tout ce qui existe. L'intuition, c'est donc s'ouvrir Ă  l'immensitĂ© du cosmos. C'est bien en nous que tout l'univers se trouve. Chantal, j'ai une question pour vous. Dans votre vie, quelle place laissez-vous Ă  l'Ă©nergie de l'air, Ă  l'intuition ?

  • Speaker #0

    Merci, merci, merci. Parce que franchement, tout m'a parlé. Et effectivement, je suis vraiment à cette écoute-là.

  • Speaker #2

    j'ai compris que c'Ă©tait vraiment vital et que ma vie Ă©tait beaucoup plus douce et lĂ©gĂšre en Ă©coutant mon intuition merci vraiment merci aussi pour ce retour merci beaucoup Anne pour cette magnifique chronique avec toujours ce petit fond musical qui est quand mĂȘme trĂšs trĂšs intĂ©ressant

  • Speaker #1

    Les voix de l'écho une émission présentée par Yves Maguin

  • Speaker #2

    Chantal Blanchoin, vous ĂȘtes Ă©galement donc praticienne en guĂ©matrie. Est-ce que vous pouvez nous expliquer ce que c'est exactement que cette technique ?

  • Speaker #0

    La guĂ©matrie, c'est la science de la programmation de la psychĂ© humaine. En fait, c'est une lecture de nos chiffres, un peu comme la numĂ©rologie, mais c'est une autre lecture tout Ă  fait diffĂ©rente, qui permet de dĂ©coder notre plan de vie. Donc, c'est un grand mot, c'est-Ă -dire qu'en fait, on a tous des dĂ©fis Ă  dĂ©passer lors de cette incarnation, et la guĂ©matrie nous permet de mieux les cibler. et donc de savoir ce que la vie attend de nous. Donc c'est Ă©clairant, c'est apaisant, c'est cadrant. Moi, ça m'a beaucoup, beaucoup aidĂ©e. Ça m'a permis de comprendre mon fonctionnement, de l'accepter et de l'intĂ©grer et de mieux m'affirmer avec. Parce qu'il y avait des cĂŽtĂ©s de moi que je ne comprenais pas parce que je me sentais diffĂ©rente des autres et que du coup, je cherchais Ă  me changer. J'ai compris avec cette lecture-lĂ  que c'Ă©tait Ă©vident que je ne pouvais pas fonctionner autrement. Donc j'ai cessĂ© de vouloir changer et j'ai surtout cherchĂ© Ă  comprendre qui j'Ă©tais vraiment et Ă  fonctionner exactement comme j'Ă©tais. Et du coup, ça facilite grandement aussi la vie. Et j'ai envie de partager ça avec les autres pour les aider Ă  mieux se comprendre.

  • Speaker #2

    Donc du coup, ça permet finalement de découvrir un petit peu la véritable essence que l'on a en nous. Comment ça se passe justement, cette pratique-là ? Vous posez une sur-réponse, c'est ça ?

  • Speaker #0

    Les personnes me donnent leur prĂ©nom, leur don et leur date de naissance. Avec ça, moi, je fais une lecture, je fais des calculs. Et du coup, tout est vibration, en fait. Les lettres sont des vibrations. Et quand par exemple on a la lettre A dans notre prĂ©nom, c'est qu'on a la vibration de la passion. Et quand on a cette vibration de la passion, c'est trĂšs aidant parce que si ça ne vibre plus en nous, on n'a plus Ă  aller dans cette direction. C'est vraiment Ă©couter, est-ce que ça vibre ? Est-ce que ça ne vibre plus ? en fait, on a juste Ă  Ă©couter ça. Si on s'oblige Ă  continuer parce qu'on a fait des Ă©tudes dans une branche et qu'Ă  un moment donnĂ©, ça ne nous parle plus, parfois on reste dans ça et c'est lĂ  oĂč on peut ressentir du mal-ĂȘtre. Alors que si on comprend que ça ne vivre plus en nous, il y a peut-ĂȘtre quelque chose d'autre Ă  aller voir. Et on se laisse porter par le courant de la vie.

  • Speaker #2

    D'accord. Et est-ce que c'est adaptĂ© Ă ... tout type de public, c'est-Ă -dire que vous le faites pour les personnes, enfin les adultes, mais aussi ce que ça peut ĂȘtre des personnes ĂągĂ©es, des enfants, des ados, enfin...

  • Speaker #0

    Oui, moi je l'ai fait pour un petit. Sa maman m'a dit, elle l'avait fait pour elle, et elle m'a dit mais moi j'ai envie de mieux comprendre mon enfant pour la respecter comme elle est. Donc j'ai fait un petit bout qui a Ă  peine un an. Et donc du coup, je trouve que c'est hyper intĂ©ressant parce que dĂ©jĂ , elle a vu que sa petite, elle correspondait dĂ©jĂ  Ă  ce que je lui ai dĂ©codĂ©. Et je trouve que c'est facilitant pour respecter ses enfants. Et puis, Ă  n'importe quel Ăąge, Ă  partir du moment oĂč on pense qu'on a un rĂŽle Ă  jouer. dans cette humanitĂ©. Si on n'est pas en quĂȘte de sens, si ça n'intĂ©resse pas, c'est comme tout, mais si vraiment on est dans cette quĂȘte de sens, c'est trĂšs... C'est trĂšs intĂ©ressant,

  • Speaker #2

    franchement. Et les personnes, je pense Ă  ça d'un coup, mais les personnes qui peuvent ĂȘtre, doivent ĂȘtre des maladies peut-ĂȘtre un peu mentales, comme on peut en avoir, est-ce que ça peut aussi fonctionner ?

  • Speaker #0

    Oui, vous pensez par exemple à la dépression.

  • Speaker #2

    Par exemple, oui, voilĂ .

  • Speaker #0

    Eh bien oui, au contraire, parce que moi j'ai compris avec ces enseignements-là que la dépression c'était un beau cadeau de la vie. Parce qu'en fait, on vient épurer quelque chose qu'on n'a pas épuré dans d'autres vies. Maintenant, il faut croire aux vies antérieures, etc. Je ne dis pas que je détiens la vérité, moi ça me parle. Si ça parle aux personnes, effectivement, c'est intéressant de venir me voir parce que ça décode pas mal de choses.

  • Speaker #2

    D'accord. Alors quand on parle de conscience, j'ai un peu l'impression qu'on est un peu dans la tĂȘte et dans le mental. Mais bon, il y a aussi notre corps qui nous parle. Chantal Blanchon, vous avez aussi pratiquĂ© le yoga, vous en avez parlĂ© tout Ă  l'heure. Justement, comment on peut mettre un peu de temps... tout ça en mouvement pour aller bien finalement.

  • Speaker #0

    En fait, c'est vrai qu'on a tendance Ă  ĂȘtre beaucoup dans le mental parce que dans notre sociĂ©tĂ©, on a fait la part belle Ă  cette partie-lĂ . Alors que si on rĂ©ussit Ă  Ă©couter autant notre corps que notre petite voix, eh bien, ça roule beaucoup plus facilement dans notre vie. LĂ , Juste Ă©couter le mental, ça reste Ă  ĂȘtre dans des croyances. Alors que si on se reconnecte Ă  son corps, et moi le yoga m'y a beaucoup aidĂ©, ça permet d'ĂȘtre sur la vibration, c'est-Ă -dire, c'est bon pour moi ça ou c'est pas bon ? Si on n'Ă©coute pas son corps, qui sait qu'on Ă©coute l'extĂ©rieur ? Donc en fait, on va Ă©couter les autres. On va Ă©couter ce que les autres croient, ce qu'ils vivent pour eux, mais ils parlent d'eux. Ils ne savent pas ce qui se passe en nous. Et nous, on devrait apprendre ça aux enfants tout petits, c'est de faire preuve de discernement, d'aller Ă©couter son corps pour savoir est-ce que ça me correspond ou est-ce que ça ne me correspond pas. Et c'est ça les prises de conscience pour moi. C'est de s'observer et de voir comment ça se manifeste dans mon corps. Et maintenant, je ne fonctionne que comme ça. Je ne peux plus faire autrement que d'Ă©couter mon corps. En fait, j'ai compris qu'il ne se trompe jamais. Et c'est lui qui me guide.

  • Speaker #2

    Et c'est lui qui guide. En tout cas, se connecter Ă  soi et mĂȘme Ă  l'univers, quoi de mieux que de le faire en musique. Nous allons Ă©couter les mots justes de Petit K. On reparle de ce choix musical avec mon invitĂ© Chantal Blanchoin, juste aprĂšs. Bonne Ă©coute sur Radio-G.

  • Speaker #0

    Sous

  • Speaker #1

    Il n'est pas toujours facile de dire ce que l'on pense, susceptible ou fragile, Ă©go ou arrogance, ce fameux franc-parler n'est pas au bout de tous, quelquement mal placĂ©, c'est le cƓur qu'on Ă©clabousse, les mots sont des parfums, lourds de sens, composent un par un, pour bĂątir notre immense vision des choses, orales ou Ă©crites, en verrou, en prose, non, ça n'a pas de prix.

  • Speaker #2

    Ça n'a pas...

  • Speaker #1

    On s'en va entre les cibles.

  • Speaker #0

    Les mots brillent.

  • Speaker #1

    Ils nous plomben.

  • Speaker #0

    On s'est mis.

  • Speaker #1

    C'est nos cƓurs. Et quand les mots, je suis là,

  • Speaker #3

    je suis lĂ ,

  • Speaker #1

    c'est le début, j'en ai mon bruit,

  • Speaker #0

    c'est le début.

  • Speaker #1

    Dans les cƓurs. Dans les cƓurs. Dans les cƓurs. dans mon cƓur. Merci.

  • Speaker #2

    Vous ĂȘtes toujours branchĂ© sur Radio G et toujours Ă  l'Ă©coute de l'Ă©mission Les Voix de l'Éco. Je suis toujours en compagnie de mon invitĂ© Chantal Blanchouin de Brins de Sagesse et aussi en compagnie d'Anne Textereau avec moi en studio aujourd'hui. Nous venons d'Ă©couter les mots justes de Petit K. Je ne connaissais pas du tout personnellement pourquoi avoir choisi ce titre musical, Chantal.

  • Speaker #3

    Vous l'aurez compris... les mots sont hyper importants et effectivement quand on a un ressenti et qu'on veut l'exprimer par des mots c'est pas toujours évident et je trouve que la chanson est trÚs trÚs belle j'aurais aimé l'écrire vraiment elle dit ce que je ressens tellement de vérité, de belles vérités que j'ai eu envie de la partager

  • Speaker #2

    Alors vous ĂȘtes Ă©galement youtubeuse en tout cas vous avez une chaĂźne youtube avec des diffĂ©rentes entrevues alors justement quel rĂŽle jouent ces entrevues dans vos missions si je puis dire d'Ă©veil et de connexion

  • Speaker #3

    En fait, j'ai eu l'envie de mettre en lien les gens qui sont en recherche de mieux-ĂȘtre avec des professionnels de l'accompagnement de qualitĂ©. Parce que c'est vrai que quand on est dans cette recherche de mieux-ĂȘtre, on ne sait pas toujours vers qui aller. Et moi, je fais de belles rencontres et j'aime bien aller chercher ce qui fait que la personne en est arrivĂ©e lĂ , de l'accompagnement, etc. VoilĂ . et du coup les mettre en lumiĂšre grĂące Ă  ma chaĂźne YouTube ça me fait trĂšs plaisir parce que ça me permet d'aller encore plus Ă  la rencontre vers eux et souvent quand on est dans l'accompagnement c'est pas forcĂ©ment notre trip de se faire connaĂźtre on sait pas toujours par quel biais et je trouve qu'une interview ça permet c'est beaucoup plus vibrant qu'une carte de visite qu'un flyer Et voilĂ , c'Ă©tait mon idĂ©e de mettre en lien avec les personnes qui proposent.

  • Speaker #2

    D'accord. Et donc vous mettez juste les autres personnes en avant, vous ne mettez pas forcément vous en train de lire un texte par exemple.

  • Speaker #3

    En fait, j'ai aussi mis ce que j'appelle mes bulles de rĂ©flexion. Je les avais appelĂ©es mes bulles de conscience, mais il semble qu'il a fallu que je change de nom. Donc, j'ai mis mes bulles de rĂ©flexion. Et quand j'ai des prises de conscience, je les partage. Donc, des fois, si, ça peut m'arriver de lire un texte. Mais c'est surtout des prises de conscience en lien avec, justement, cette Ă©coute du corps profond et que j'ai envie de faire. prendre conscience qu'on peut aller Ă©couter ça plutĂŽt que d'ĂȘtre dans le mental tout le temps. Je partage ça aussi. C'est sur ma chaĂźne.

  • Speaker #2

    Parlons un peu de gros mots et d'argent. Nous sommes dans une émission aussi économique. Combien coûtent vos différentes prestations, Chantal ?

  • Speaker #3

    Quand je fais un décodage, Pour que ce soit au plus juste, j'ai compris que, par exemple, quand on s'appelle Tom Roy, par exemple, il y a trÚs peu de lettres et le décodage se fait trÚs vite pour moi. Alors que si on s'appelle Marie-Madeleine Tartampion-Rampon, c'est trÚs long pour moi. Donc, j'ai fait plusieurs prix. Donc, quand il y a peu de lettres, c'est 129. Sinon, entre les deux, c'est 149 et ça peut aller jusqu'à 179.

  • Speaker #2

    D'accord. Et pour tout ce qui est conférences stories, par exemple, comment ça se passe ? C'est des conférences qui sont ouvertes, payantes ? Oui,

  • Speaker #3

    les confĂ©rences stories, il faut rĂ©server Ă  l'avance sur billets.web. C'est 13 euros. Et du coup, la prochaine, elle est bientĂŽt. Elle est le 4 mai au Jardin d'Éden, Ă  la librairie Ă©sotĂ©rique Place Bichon, rue Saint-Jacques. rue Saint-Lazare rue Saint-Lazare et donc voilĂ  il reste encore quelques places donc n'hĂ©sitez pas parfait,

  • Speaker #2

    chers auditeurs et auditrices prenez vos billets sur billets web ou directement sur votre site web en fait il faut aller sur mon site et puis vous vous retrouverez

  • Speaker #3

    le lien.

  • Speaker #2

    D'accord, directement. Est-ce que vous pouvez nous partager une anecdote sur la façon dont votre travail a transformé la vie de quelqu'un ?

  • Speaker #3

    En fait... Je pense que dĂ©jĂ , quand j'Ă©tais professeure de yoga, j'ai toujours mis l'accent sur le ressenti. Et donc, prendre conscience de ce passage qu'on peut vraiment ĂȘtre Ă  l'Ă©coute de son ressenti a modifiĂ© forcĂ©ment la vie de certaines personnes. Par rapport au dĂ©codage... Je pense que les personnes qui ont fait dĂ©jĂ  un travail sur elles, ça vient vraiment confirmer ce qu'elles avaient dĂ©jĂ  compris. Parce qu'en gĂ©nĂ©ral, quand on fait un travail sur soi, on est Ă  l'Ă©coute de nos ressentis. Et quand on Ă©coute ça, on suit notre chemin. Les personnes qui ont fait des dĂ©codages qui ne sont pas encore lĂ , ont elles besoin, donc je suis aussi praticienne dans la libĂ©ration des blocages Ă©motionnels inconscients, et lĂ  je peux vraiment les aider Ă  se libĂ©rer de tout ce qui les bloque pour ĂȘtre vraiment elles-mĂȘmes. Et lĂ , effectivement, ça a changĂ© pas mal de vies. Effectivement. Parce qu'un blocage Ă©motionnel inconscient, c'est quand on n'arrive pas Ă  aller lĂ  oĂč on veut. Parce qu'un blocage, c'est comme un nƓud qui a Ă©tĂ© mis en nous. dans notre enfance, par rapport Ă  ce qu'on nous a dit, par rapport Ă  notre Ă©ducation, par rapport Ă  des croyances qui sont venues des certitudes en nous, et du coup ça nous empĂȘche d'ĂȘtre vraiment nous-mĂȘmes. Et de faire cette libĂ©ration des blocages Ă©motionnels inconscients, c'est comme si on venait d'Ă©nouer le nƓud, et que plutĂŽt que de toujours tomber dans les mĂȘmes travers, on peut enfin aller lĂ  oĂč on veut aller. Donc effectivement, cette pratique aide vraiment les personnes Ă  se reconnecter Ă  qui elles sont vraiment. En douceur.

  • Speaker #2

    En douceur, ça c'est trÚs important. Alors, comme tout à l'heure, maintenant, nous allons jouer.

  • Speaker #3

    Here we go !

  • Speaker #2

    Pour ce deuxiĂšme jeu, Chantal, nous allons faire votre portrait chinois. Est-ce que vous ĂȘtes prĂȘte ?

  • Speaker #3

    Attention !

  • Speaker #2

    Alors, quel est votre plat cuisiné préféré ?

  • Speaker #3

    Les crumbles.

  • Speaker #2

    Votre série préférée ?

  • Speaker #3

    Alors, derniĂšrement, Manifest.

  • Speaker #2

    Votre couleur préférée ?

  • Speaker #3

    Le rouge.

  • Speaker #2

    Votre sport préféré ?

  • Speaker #3

    Alors, l'acro-yoga que j'ai découvert il y a peu de temps.

  • Speaker #2

    Votre ville préférée ?

  • Speaker #3

    Ville prĂ©fĂ©rĂ©e ? Je crois que j'en ai pas. J'aime ĂȘtre... Ouais, non, je sais pas dire.

  • Speaker #2

    D'accord. Votre dernier lieu de vacances ?

  • Speaker #3

    La Haute-Savoie.

  • Speaker #2

    Pourquoi vous levez-vous le matin ?

  • Speaker #3

    Pour apprendre.

  • Speaker #2

    Ouais, j'adore. Moi, c'est pareil. Le matin, me lever pour toujours continuer Ă  apprendre. Ça, c'est gĂ©nial. Merci beaucoup, Chantal, pour vos rĂ©ponses.

  • Speaker #3

    Les voix de l'écho, une émission présentée par Yves Maguin.

  • Speaker #2

    Quand on vous écoute Chantal, ça me fait aussi penser un peu à la méditation. Est-ce que justement la méditation peut aider aussi à éveiller finalement la conscience ?

  • Speaker #3

    Je dirais que, Ă©videmment, pour moi, c'est quelque chose de quotidien. Je ne peux plus vivre sans non plus, puisque c'est ça qui me permet d'ĂȘtre en connexion avec plus grand que moi, avec mon corps, avec mes ressentis, de plus ĂȘtre dans le brouhaha de mes pensĂ©es.

  • Speaker #2

    Est-ce que vous avez des conseils Ă  donner aux personnes qui veulent mĂ©diter ? Parce que c'est vrai que ça peut ĂȘtre un peu difficile pour les personnes qui dĂ©butent ou qui n'ont jamais fait cette pratique.

  • Speaker #3

    C'est vrai que c'est Ă  chacun son mode d'emploi. Parce que moi, si par exemple je vais marcher dans la nature, quand je marche, le petit vĂ©lo se remet en route dans ma tĂȘte. Moi, je ne peux pas ĂȘtre en mouvement, par exemple. Moi, il faut que je sois assise ou allongĂ©e pour que tout s'apaise, alors que d'autres personnes ne peuvent mĂ©diter que si elles vont marcher, si elles sont dans le mouvement. Donc, effectivement, on a tous notre fonctionnement et je dirais que c'est Ă  chacun d'expĂ©rimenter, de se faire accompagner dans un premier temps, parce que c'est vrai que ça n'a rien d'Ă©vident de le faire tout seul, peut-ĂȘtre. d'apprendre, de ne pas vous remettre en question. Si ça ne vous convient pas, ce qu'on vous transmet, eh bien, changez, essayez autre chose, expĂ©rimentez. Et vous allez voir qu'Ă  un moment donnĂ©, il y a quelque chose qui va vous sembler Ă©vident.

  • Speaker #2

    Anne, vous avez une question pour notre invitée ?

  • Speaker #3

    Oui, j'ai une question. Dans le prolongement aussi de la mĂ©ditation, Chantal, je me souviens avoir vu sur les rĂ©seaux que vous ĂȘtes allĂ©e en immersion dans le dĂ©sert, au Maroc, je crois. Est-ce que vous pouvez nous faire un petit brin de voyage vers cette destination et peut-ĂȘtre votre retour d'expĂ©rience ?

  • Speaker #2

    C'Ă©tait exactement la question que j'allais poser Ă  l'instant.

  • Speaker #3

    Ça s'appelle de la tĂ©lĂ©pathie.

  • Speaker #2

    Exactement, quelle belle connexion, Anne, merci.

  • Speaker #3

    Vous ĂȘtes trĂšs connectĂ©e. En fait, c'Ă©tait dans le dĂ©sert algĂ©rien, dans le sud de l'AlgĂ©rie. C'est une expĂ©rience qui est trĂšs mĂ©morable. En fait, je partais... En compagnie d'une personne que je connaissais bien, qui s'appelle Karine Chardon, qui a l'idĂ©e maintenant d'organiser ce genre de voyage. Donc je me sentais bien en sĂ©curitĂ©, mais ça a commencĂ© Ă  me travailler bien avant de partir. Parce que quand on a fait la premiĂšre rĂ©union d'organisation, elle nous a expliquĂ© comment ça allait se passer, et j'ai des peurs qui ont surgi. Et en fait, on ne peut pas s'imaginer qu'est-ce qui va venir, Ă  quel moment. Et quand on a fait cette rĂ©union, elle a parlĂ© qu'on allait dormir dehors, Ă  la belle Ă©toile, entre 0 et 10 degrĂ©s, qu'il fallait bien se couvrir, et que la journĂ©e, ce serait entre 25 et 30 degrĂ©s. Donc il fallait amener des choses lĂ©gĂšres, mais se protĂ©ger du soleil. et en mĂȘme temps, il ne fallait pas trop emmener de choses parce qu'il ne fallait pas trop qu'on se charge. C'Ă©tait un peu plein d'injonctions contraires comme ça. Et le fait qu'on dorme, moi, je m'Ă©tais mis dans ma tĂȘte qu'on dormirait dans une tente Touareg ou quelque chose couvert. Et lĂ , elle dit, pensez Ă  prendre votre rĂ©veil parce que si vous dormez derriĂšre une dune, je ne vais pas vous courir aprĂšs le matin. Et lĂ , j'ai dit, parce qu'on dort pas tous regroupĂ©s, c'est quoi le truc ? Et elle dit, non, non, on peut dormir. Et bon, OK, j'ai senti qu'il y avait quelque chose en moi, dans mon corps, qui se resserrait au niveau de mon ventre. Et dans la nuit, je me suis rĂ©veillĂ©e avec une grande douleur, au genou, en l'occurrence. Et en fait, j'ai fait toute une introspection. Je me suis fait accompagner aussi pour y voir plus clair. Et en fait, c'Ă©tait vraiment en lien avec le psoas. Le psoas, c'est vraiment lĂ  oĂč les Ă©motions parlent. Et j'avais une grande peur. Je me sentais en insĂ©curitĂ© Ă  dormir dehors.

  • Speaker #2

    Le psoas, c'est quoi exactement ?

  • Speaker #3

    Le psoas, c'est le muscle qui rattache le haut du dos avec le bas du dos, des lombaires jusqu'aux jambes. Et donc, du coup, moi, j'avais une trĂšs forte douleur au genou, mais ça n'avait rien Ă  voir avec le genou. Et je l'ai dĂ©cryptĂ© avant de partir. Et j'ai pu marcher sans problĂšme tout pendant les 15 jours que je suis partie. Et ça, ça a Ă©tĂ© vraiment... Je me suis dit, mais le travail s'est fait dĂ©jĂ . Avant. Et pendant le voyage, effectivement, j'avais choisi de partir deux semaines, parce qu'on pouvait partir juste une semaine. Et pour moi, ça a Ă©tĂ©... Ă©vident qu'il fallait au moins deux semaines pour moi, pour laisser... Moi, j'ai besoin d'avoir du temps pour prendre mes repĂšres, de poser les choses et de vivre pleinement. Et ce qui m'a le plus touchĂ©e, je dirais, pour ne pas ĂȘtre trop longue, c'est cette connexion des Touaregs de cƓur Ă  cƓur. Parce qu'on ne comprenait pas forcĂ©ment la langue. Enfin, avec certains, si, mais avec le staff, non. Et il y avait une connexion d'Ă©coute, de convivialitĂ© qui, moi, m'a beaucoup touchĂ©e, en fait. Je me suis sentie en connexion. qui est inexplicable en fait j'ai ressenti avec ces hommes lĂ  beaucoup de j'avais pas Ă  paraĂźtre j'avais juste Ă  ĂȘtre c'est wow c'Ă©tait fort ça m'a quand j'en parle souvent il y a de l'Ă©motion qui monte c'est trĂšs fort et puis tout ce qu'on a vĂ©cu effectivement c'est des leçons de vie quand on monte une dune c'est hyper dure et qu'on se dit je vais pas y arriver, on regarde le sommet on se dit non c'est trop dur il y a la tempĂȘte de sable qui Ă©tait lĂ  aussi et lĂ  j'ai mis j'ai baissĂ© ma casquette et j'ai dit bon allez, pas Ă  pas et j'ai rĂ©ussi. Et arrivĂ© lĂ -haut, j'ai dit, j'en ai pleurĂ©. J'Ă©tais contente d'avoir rĂ©ussi parce que c'Ă©tait vraiment trĂšs dur. Et je me suis dit, c'est ça la vie en fait.

  • Speaker #2

    Waouh, super tĂ©moignage. Ça donne un peu envie d'y aller, non Anne ?

  • Speaker #3

    Oui, je pense que je vais y penser.

  • Speaker #2

    Alors justement, tout ce qui est spiritualitĂ©, quĂȘte de sens pour... Pour les cartĂ©siens ou ceux qui sont un peu terre-Ă -terre, ça peut ĂȘtre un peu difficile Ă  apprĂ©hender. Est-ce que vous arrivez un peu Ă  concilier la science et la spiritualitĂ© dans vos pratiques pour les plus rĂ©fractaires ?

  • Speaker #3

    On a la chance que maintenant, on en parle de plus en plus. Avec la science quantique, je trouve forcĂ©ment que ça ne devrait pas ĂȘtre dissociĂ©. c'est Ă  expĂ©rimenter ça aussi, parce qu'il y a beaucoup de personnes qui rigolent quand on parle des synchronicitĂ©s, etc. Mais peut-ĂȘtre que c'est qu'ils n'ont pas expĂ©rimentĂ©. C'est ce que je me dis.

  • Speaker #2

    Et alors justement, quelles recommandations est-ce que vous pouvez donner pour qu'on arrive Ă  avoir un Ă©quilibre entre le corps, l'esprit et l'Ăąme, justement ?

  • Speaker #3

    Trouver une pratique qui vous permette de reconnecter au corps. C'est indispensable pour moi. Sinon, on n'est que dans le mental. Et le mental, on ne trouve pas nos solutions. C'est normal parce que le mental, il est en lien avec nos expériences passées. Et souvent, il ne se souvient que de nos échecs. donc il nous fait peur et il nous fige alors que si on décide de faire équipe avec justement notre intuition, avec notre corps parce que ça passe par notre corps c'est une question de vibration en fait, mais tout le monde doit l'avoir sauf que tout le monde n'a pas appris à écouter et à avoir ce discernement là c'est pour ça que j'aimerais que les enfants soient éduqués comme ça, je trouve que ça serait chouette justement est-ce qu'il y a

  • Speaker #2

    Par extension, est-ce qu'il y a une pratique ou un rituel quotidien qui peut ĂȘtre fait pour rester alignĂ© avec soi, Chantal Bonchon ?

  • Speaker #3

    En fait, moi, le yoga m'y a beaucoup aidée, mais je ne fais pas de prosélytisme à chacun de trouver sa méthode. Le Qigong, toutes ces méthodes, les arts martiaux, c'est des connexions au corps, en fait. C'est un autre apprentissage.

  • Speaker #2

    Le mieux finalement, c'est de pouvoir tester et pouvoir... justement se parler à soi et se dire ok non ça c'est pas fait pour moi, ça oui c'est ça, juste écouter ça de ne pas faire comme les autres juste écouter c'est quoi qui me convient à moi comment vous arrivez à avec vos clients du coup à identifier avec eux un peu leur croyance limitante et les aider finalement à les surmonter

  • Speaker #3

    DĂ©jĂ , c'est beaucoup d'Ă©coute. Et de voir qu'est-ce qui... Quand on tombe toujours dans les mĂȘmes travers, c'est que forcĂ©ment, il y a quelque chose qui nous emmĂšne toujours au mĂȘme endroit. Donc, prendre de la hauteur et d'observer. Comment je pourrais voir les choses autrement ? Comment je peux me positionner Ă  une autre place pour voir les choses diffĂ©remment ? Ça change tout, en fait.

  • Speaker #2

    Et alors, si quelqu'un se sent un peu perdu, justement, ou dĂ©connectĂ© de lui-mĂȘme, donc on l'a dit, il faut que chacun essaye un peu ce qu'il veut, mais vous, vous ĂȘtes plutĂŽt sur la pratique de vous dire que la premiĂšre des choses, c'est peut-ĂȘtre, si j'identifie bien, le yoga, ce que vous avez dit, c'est ça peut-ĂȘtre ?

  • Speaker #3

    Moi, ça m'a beaucoup, beaucoup, beaucoup, beaucoup bĂȘtĂ©. Ça m'a sauvĂ©e. Maintenant, je sais que tout le monde n'est pas adepte de cette pratique et c'est normal. Ça ne peut pas plaire Ă  tout le monde. Donc, je n'ai pas d'autre chose Ă  dire que d'expĂ©rimenter pour voir ce qui est le mieux pour vous.

  • Speaker #2

    Alors, quand vous ĂȘtes en sĂ©ance, on va dire, vous Ă©coutez aussi les personnes parler. J'imagine que vous captez aussi ce que les personnes vous disent. Comment vous faites-vous pour Ă©viter d'ĂȘtre aussi en surcharge Ă©motionnelle ou avoir cet effet un peu miroir, comme on dit des fois en psychologie ? Comment vous faites pour Ă©viter ça ?

  • Speaker #3

    À un moment donnĂ©, j'ai eu beaucoup de mal parce que je ne faisais pas la diffĂ©rence entre ce que je ressentais qui ne m'appartenait pas et qui appartenait aux autres et ce qui m'appartenait. Donc j'ai appris. j'ai appris encore lĂ  Ă  Ă©couter. Ça demande beaucoup d'introspection et d'ĂȘtre seule. J'ai beaucoup besoin d'avoir des moments de solitude pour savoir qu'est-ce qui m'appartient et qu'est-ce qui ne m'appartient pas. Et il n'y a que ça qui m'a permis de faire cette diffĂ©rence. La solitude, elle est indispensable parce que quand on est noyĂ© dans le bruit, quand on est noyĂ© dans les autres, on ne peut pas faire cette diffĂ©rence parce que tout est Ă©nergie et donc du coup, ça vibre autour de nous, en nous et comment faire la diffĂ©rence ? Alors s'extraire de tout ça m'a permis de faire cette diffĂ©rence.

  • Speaker #2

    Carrément.

  • Speaker #3

    Et de me faire un nettoyage aprÚs chaque séance, c'est important, effectivement. Carrément.

  • Speaker #2

    Alors l'Ă©mission Les Voix de l'Ă©cho touche dĂ©jĂ  bientĂŽt Ă  sa fin en tout cas merci beaucoup Chantal d'ĂȘtre venue nous parler de l'Ă©veil des consciences avec donc Anne Sagesse merci beaucoup Anne Texero encore pour votre chronique donc on a eu la terre l'eau l'air et on aura bientĂŽt le feu j'imagine Par rapport Ă  ça, on se retrouve le mercredi 15 mai de 12h10 Ă  13h sur le 100.5 FM ou via le web sur le site radio-g.fr. Nous parlerons d'art et d'upcycling. Mais contrairement aux autres Ă©missions, et plutĂŽt que de terminer comme je fais d'habitude avec le gĂ©nĂ©rique de fin, je vous propose de terminer en musique avec le morceau traditionnel chinois que j'ai mis tout Ă  l'heure en dĂ©but d'Ă©mission. En tout cas, prenez soin de vous et merci d'avoir Ă©coutĂ© Ă  Radio-G.

  • Speaker #0

    Sous-titrage ST'501 Merci Sous-titrage ST'50

  • Speaker #3

    Sous-titrage ST'501

Transcription

  • Speaker #0

    Les voix de l'Ă©cho.

  • Speaker #1

    Les voix de l'Ă©cho.

  • Speaker #2

    Salutations chers auditeurs et auditrices de Radio-G, bienvenue dans l'Ă©mission Les Voix de l'Ă©cho. Je suis Yves Laguin et pendant 50 minutes, nous allons aborder les thĂšmes de l'entrepreneuriat, de l'Ă©cologie et du dĂ©veloppement Ă©conomique local et Ă©coresponsable. Cette Ă©mission est ponctuĂ©e de plusieurs temps forts avec un invitĂ©, une ou plusieurs chroniques en fonction des semaines, ainsi qu'une pause musicale choisie par l'invitĂ©. Alors, ouvrez grand vos oreilles, c'est parti ! Bonjour Ă  toutes et Ă  tous, auditeurs et auditrices de Radio G, bienvenue dans l'Ă©mission Les Voix de l'Éco. Nous sommes le 122Ăšme jour de l'annĂ©e et nous fĂȘtons aujourd'hui les JĂ©rĂ©mie, Brilleux, Florine ou encore Sigmund. Bonne fĂȘte Ă  vous ! Et en plus d'ĂȘtre la fĂȘte du travail aujourd'hui et l'occasion d'offrir un brin de midi, nous cĂ©lĂ©brons les 20 ans de l'Ă©largissement de l'Union EuropĂ©enne Ă  25 pays. Alors petit rappel de gĂ©opolitique, il y a actuellement 27 pays dans l'Union europĂ©enne suite au Brexit et au retrait du Royaume-Uni dans l'Union en 2020. Mais nous n'allons pas parler gĂ©opolitique aujourd'hui avec mon invitĂ© du jour. Nous allons plutĂŽt Ă©changer avec un brin de sagesse et parler d'Ă©veil des consciences. Avant d'accueillir notre invitĂ© et pour m'accompagner dans l'Ă©mission du jour, la coach Anne Texereau. Bonjour Anne, de quoi allez-vous nous parler aujourd'hui ?

  • Speaker #1

    Bonjour Ă  tous, bonjour Chantal, bonjour chers auditeurs. Eh bien moi je vous propose de poursuivre notre voyage au cƓur du coaching de l'Ă©nergie et on va parler aujourd'hui de l'aimant R. Je ne vous en dis pas plus.

  • Speaker #2

    IntĂ©ressant, on entendra ça donc d'ici 10-15 minutes Ă  peu prĂšs. Et chers auditeurs et auditrices, il est temps de mieux maintenant. Selon Douglas Harding, auteur et philosophe britannique, l'Ă©veil de conscience est comparable aux quatre stades, un ĂȘtre humain, le bĂ©bĂ©, l'enfant, l'adulte et la personne ĂągĂ©e. Pour FrĂ©dĂ©ric Dalavier, un ancien athlĂšte français spĂ©cialisĂ© dans la force athlĂ©tique et la musculation, l'Ă©veil des consciences est une plongĂ©e dans les entrailles de l'Ăąme humaine. Je reçois dans le studio en ce 1er mai Chantal Blanchoin, auteure confĂ©renciĂšre pour l'Ă©veil des consciences, praticienne en guĂ©matrie et crĂ©atrice de liens chez BrindsingĂšs. Est-ce que mon invitĂ© pense la mĂȘme chose que les deux auteurs que je viens de citer ? On en parle tout de suite. Bonjour Chantal Blanchoin, bienvenue dans le studio de Radio-G.

  • Speaker #0

    Bonjour Yves, merci, je suis ravie d'ĂȘtre Ă  tes cĂŽtĂ©s. Bonjour Anne, merci de m'avoir invitĂ©e.

  • Speaker #2

    Avec trĂšs grand plaisir. Alors Chantal, vous ĂȘtes confĂ©renciĂšre, auteure, coach et mĂȘme youtubeuse. Comment dĂ©cririez-vous votre approche de la connaissance de soi et du bien-ĂȘtre ?

  • Speaker #0

    Je dirais que j'aime Ă  me dĂ©finir comme une exploratrice du jeu de la vie, justement, de mes Ă©tats d'Ăąme, parce que j'ai compris que plus je me comprenais, plus je me connaissais, plus j'Ă©tais en phase avec moi-mĂȘme et en phase avec les autres. Je pense que la connaissance des soirs, elle est inĂ©vitable, elle est indispensable pour se sentir mieux et ĂȘtre en meilleure santĂ©.

  • Speaker #2

    Alors vous avez créé Brun de Sagesse, pourquoi ce nom justement ?

  • Speaker #0

    En fait, quand je me suis installĂ©e en tant que professeure de yoga il y a quelques annĂ©es, je me suis installĂ©e au nom de Chantal Blanchoin. Et puis, chemin faisant, j'ai vu l'intĂ©rĂȘt d'avoir un site, un site internet. mais je ne savais pas comment l'appeler. Et un jour, je me suis rĂ©veillĂ©e avec un brin de sagesse dans la tĂȘte et je me suis dit, c'est ça, c'est le nom de mon site.

  • Speaker #2

    Tout simplement. Alors, vous organisez, comme vous l'appelez justement sur votre site web, des conférences stories. Alors, est-ce que vous pouvez nous raconter, Chantal Blanchoin, justement, ce qui s'y passe et ce que c'est exactement que ces conférences ?

  • Speaker #0

    Oui, j'ai trouvé ce terme, c'est pareil, un matin, en me réveillant. Parce qu'en fait, c'est... Ce sont des conférences, mais plutÎt pour parler de ce que j'ai compris, pas de ce que j'ai appris, de ce que j'ai compris de mon histoire. Et donc, ces conférences me permettent de parler de mon histoire pour faire écho à l'histoire des personnes et les aider à mieux comprendre la leur. Donc en fait, ce n'était pas vraiment une conférence. Donc, Conférence Story, je trouvais que c'était le plus approprié. C'est comme un One Woman Show, on va dire. Parce qu'on y sourit, on y rit, on y pleure. Parce que tout ce que je raconte, parle aux gens. C'est comme s'ils entendaient un message qui leur était destiné. Donc, ça parle.

  • Speaker #2

    D'accord. Donc en gros, il s'est... une conférence via votre histoire, tout simplement. Et donc, vous transmettez finalement des enseignements, quelque part ?

  • Speaker #0

    En fait, mon intention, c'est de faire germer les graines du tout est possible. Parce que moi, Ă  un moment donnĂ© de ma vie, j'Ă©tais trĂšs mal dans ma peau. Alors que j'avais tout pour ĂȘtre heureuse. Et donc, du coup, j'avais beaucoup de culpabilitĂ© Ă  me sentir pas bien dans ma peau. Et donc j'ai voulu comprendre qu'est-ce qui faisait que j'Ă©tais si mal. Et je me suis mise en quĂȘte de sens et j'ai compris des choses que je veux transmettre aux personnes pour faire comprendre que le mal-ĂȘtre, il a toute sa raison d'ĂȘtre. Et j'aime Ă  dire qu'il est le meilleur ami de l'ĂȘtre parce qu'il vient nous dire qu'il y a quelque chose Ă  comprendre, Ă  changer. qu'on est loin de notre chemin s'il y a du mal-ĂȘtre. Plus on se rapproche de notre chemin, plus on ressent du bien-ĂȘtre, plus on se sent vivant, en fait.

  • Speaker #2

    Il faut savoir s'Ă©couter, finalement.

  • Speaker #0

    C'est ça, prendre de la hauteur et voir qu'est-ce qui nous met à mal, pour réajuster, en fait.

  • Speaker #2

    D'accord. Alors, vous avez Ă©crit un livre qui s'appelle, donc, Sur le chemin de mon Ă©veil, de cƓur Ă  cƓur. Justement, Chantal Blanchoin, que raconte ce livre ?

  • Speaker #0

    En fait, j'ai Ă©crit un livre sans savoir que j'Ă©crivais un livre. Parce qu'Ă  un moment donnĂ©, comme je vous ai dit, comme je n'Ă©tais pas trĂšs bien, je me suis fait accompagner. Et la coach qui m'accompagnait me disait que j'avais beaucoup de crĂ©ativitĂ©, alors que moi, je disais que je n'en avais pas. Et donc, je me suis laissĂ©e faire, on va dire. J'ai laissĂ© les choses venir Ă  moi et je me suis observĂ©e. Et il y avait plein de prises de conscience Ă  cette pĂ©riode de ma vie. Et la nuit, moi c'est beaucoup la nuit, parce que je pense que c'est le mental qui lĂąche, et qu'il y a des choses qui viennent Ă  ce moment-lĂ . Et la nuit, il y avait des choses qui venaient, c'Ă©tait fluide, c'Ă©tait beau, c'Ă©tait... poĂ©tique parce que ça rimait et ça venait confirmer, c'Ă©tait comme des enseignements qui venaient confirmer mes prises de conscience. Je trouvais ça tellement beau que je pensais que j'allais m'en souvenir, mais le matin, quand je me rĂ©veillais et que je voulais Ă©crire, je remontais dans le mental et il n'y avait plus rien qui sortait, ce n'Ă©tait pas fluide. Donc j'ai compris qu'il fallait que je me lĂšve quand ça venait et j'ai Ă©tĂ© plusieurs mois Ă  me lever la nuit pour Ă©crire. Et ces textes-lĂ , ils me faisaient beaucoup de bien parce que... Vous savez, quand on a des prises de conscience, si on ne les Ă©crit pas, ça peut vite s'Ă©vanouir. Et on se dit, mais c'est quoi dĂ©jĂ  ? Et lĂ , je les Ă©crivais et je m'y rĂ©fĂ©rais souvent. Et ça me faisait beaucoup de bien de les relire. Et un jour, je me suis dit, si ça me fait du bien, ça peut faire du bien aux autres. Donc, je me suis autorisĂ©e Ă  m'auto-Ă©diter. Je dis bien autorisĂ©e parce qu'Ă  ce moment-lĂ , je me disais, mais t'es qui, toi, pour... Ă©diter un livre. Du coup, je me suis auto-Ă©ditĂ©e. Et le livre a beaucoup de succĂšs parce que, en fait, c'est la mĂȘme chose. Ça rĂ©sonne dans l'histoire, ça fait Ă©cho aux personnes. Et du coup, dans mes confĂ©rences story, je remets ces textes-lĂ  dans le contexte. C'est ce qui rend ces confĂ©rences story trĂšs poĂ©tiques. et qui font que c'est doux mais percutant Ă  la fois.

  • Speaker #2

    D'accord. Et alors, est-ce que vous avez prévu d'écrire un nouveau livre ? Et si oui, quel en est son sujet ?

  • Speaker #0

    En fait, quand j'ai dĂ©cidĂ© de m'auto-Ă©diter, je continuais Ă  Ă©crire des textes, mais il fallait bien que je m'arrĂȘte Ă  un moment donnĂ© pour Ă©diter. Et donc, ces textes, il y en a dĂ©crits, il y en a dĂ©posĂ©s, et d'autres qui viennent encore. Donc, le jour oĂč je... Il est quasiment terminĂ©, je pense, mais comme j'aime Ă  l'illustrer, etc., il y a encore des choses Ă  peaufiner.

  • Speaker #2

    Alors, avant de laisser la parole Ă  Anne Texereau pour sa chronique, nous allons jouer. Chantal, j'ai pris pour habitude dans l'Ă©mission de faire des mini-jeux, donc des mini-jeux de questions-rĂ©ponses. Et on commence par la carte d'identitĂ© de votre activitĂ©. Vous pouvez lire Je passe ou Joker. Si une question vous dĂ©range, est-ce que vous ĂȘtes prĂȘte ?

  • Speaker #0

    Ok.

  • Speaker #2

    Allez, c'est parti ! Quel est donc le nom de votre entreprise ?

  • Speaker #0

    Alors c'est Chantal Blanchoin avec ce site Brins de Sagesse et tout le monde maintenant me reconnaĂźt sous le titre de Brins de Sagesse.

  • Speaker #2

    Son année de création ?

  • Speaker #0

    2013

  • Speaker #2

    Combien ĂȘtes-vous ?

  • Speaker #0

    Je suis seule.

  • Speaker #2

    OĂč ĂȘtes-vous situĂ©e ?

  • Speaker #0

    Actuellement à Saint-Barthélemy.

  • Speaker #2

    Quelle est l'URL, donc l'adresse de votre site web ?

  • Speaker #0

    Alors c'est brinsdesagesse.fr

  • Speaker #2

    Et est-ce que vous pouvez nous communiquer votre chiffre d'affaires annuel ?

  • Speaker #0

    Alors actuellement, là comme je suis en transition, puisque j'ai cessé ma pratique de professeur de yoga en septembre, je ne peux pas vous dire parce que je suis en cours de changement.

  • Speaker #2

    D'accord, trÚs bien. Merci beaucoup Chantal pour ces réponses. Alors nous allons maintenant poursuivre le chemin des quatre éléments avec le coaching de l'énergie. AprÚs la terre et l'eau, nous allons maintenant parler de l'élément air. Chers auditeurs et auditrices, prenez une bonne inspiration, c'est le moment d'écouter la chronique d'Anne Texerot.

  • Speaker #1

    Je sĂšme, donc je suis,

  • Speaker #0

    une chronique de la coach Anne Texerot.

  • Speaker #1

    Yves, je ne vous ai pas prévenu hier, mais j'aurais pu vous faire une interro aujourd'hui. Mais bon, c'est mercredi et en plus c'est férié. Allez, je vous propose plutÎt une petite révision ensemble. On a exploré l'énergie de la Terre, qui parle de notre ancrage, de notre alignement, de notre équilibre et notre connexion à la Terre-mer. Puis, nous avons plongé dans l'eau, c'est-à-dire nos émotions et nos énergies inconscientes ou nos animaux, celles que nous n'avons pas encore transmutées, pour retrouver notre paix et notre calme intérieur. Et cette fois, cette fois-ci, on part dans l'air. Alors qu'est-ce que cette énergie ? Eh bien l'air, c'est notre intuition, notre inspiration, par extension, nos idées et notre créativité. Cela correspond à tout notre potentiel créatif, inspiré et insufflé. Mais avant d'aller plus loin, revenons aux basiques. L'air, c'est d'abord l'oxygÚne que je respire, qui permet le bon fonctionnement de mon corps. Respirer, c'est de mouvement, inspirer et expirer. Et cela me maintient en vie. L'air a un niveau plus énergétique et quelque chose de plus subtil et d'invisible,

  • Speaker #0

    mais pas vide.

  • Speaker #1

    Je m'explique. Dans l'univers, tout est Ă©nergie et vibration. C'est pas moi qui vous le dis, c'est Albert Einstein. Je vous propose de faire un zoom Ă  l'Ă©chelle microscopique. Si l'on rĂ©duit au maximum notre corps, nous serions composĂ©s seulement de 0,01% de matiĂšre. Soit les 99% restants sont du vide. Le vide est en fait un plein qui contient de l'information, c'est de l'Ă©nergie. Autrement dit, quand je fais le vide, je peux me connecter Ă  cette Ă©nergie qu'est l'air ou le souffle. Nous sommes bien loin d'ici des techniques pour dĂ©velopper sa crĂ©ativitĂ© ou ses idĂ©es, oĂč l'on nous propose de brainstormer avec une boĂźte Ă  outils pour penser out of the box. Non, non, non, je ne parle pas de ça, car ces techniques certes mĂ©ritent d'exister, mais elles vont surtout solliciter votre mental et vous faire carburer. Ce que je vous propose, c'est plutĂŽt de ne pas remplir votre tĂȘte, mais de vous retrouver et de contacter cette part en vous, qui sait, avec un grand S. VoilĂ  l'Ă©nergie de l'air, cette intelligence universelle, qu'est l'intuition ou l'inspiration. D'ailleurs, sachez que ce pouvoir a toujours existĂ©. Il semblerait, Yves, qu'Ă  l'Ă©poque de Platon, on ne prenait pas de dĂ©cision politique importante sans avoir recours aux oracles. Le mot intuition vient du latin intuitio et signifie regarder attentivement Ă  l'intĂ©rieur de soi ou voir de l'intĂ©rieur. L'intuition serait donc une connaissance immĂ©diate. C'est une capacitĂ© que nous possĂ©dons tous Ă  l'intĂ©rieur de nous et qui nous permet d'obtenir une connaissance directe, sans passer par la logique, la rĂ©flexion ou les donnĂ©es du monde extĂ©rieur. Certains parlent alors d'une petite voix intĂ©rieure qui nous apparaĂźt comme une certitude. Cette petite voix se connecterait Ă  la grande voix, la source universelle ou la grande sagesse, oĂč tout est Ă©nergie et information. Je vous partage cette citation de Nikola Tesla. Qui nous dit ? Mon cerveau n'est qu'un rĂ©cepteur dans l'univers. Il existe un noyau Ă  partir duquel nous obtenons la force. La connaissance et l'inspiration. Alors pour commencer Ă  dĂ©velopper votre intuition et laisser libre cours Ă  votre inspiration, je vous recommande de vous connecter Ă  Dame Nature. J'ai observĂ© que plus nous crĂ©ons cet Ă©change homme-nature et plus nous expĂ©rimentons ce lien d'interdĂ©pendance avec tout ce qui existe. L'intuition, c'est donc s'ouvrir Ă  l'immensitĂ© du cosmos. C'est bien en nous que tout l'univers se trouve. Chantal, j'ai une question pour vous. Dans votre vie, quelle place laissez-vous Ă  l'Ă©nergie de l'air, Ă  l'intuition ?

  • Speaker #0

    Merci, merci, merci. Parce que franchement, tout m'a parlé. Et effectivement, je suis vraiment à cette écoute-là.

  • Speaker #2

    j'ai compris que c'Ă©tait vraiment vital et que ma vie Ă©tait beaucoup plus douce et lĂ©gĂšre en Ă©coutant mon intuition merci vraiment merci aussi pour ce retour merci beaucoup Anne pour cette magnifique chronique avec toujours ce petit fond musical qui est quand mĂȘme trĂšs trĂšs intĂ©ressant

  • Speaker #1

    Les voix de l'écho une émission présentée par Yves Maguin

  • Speaker #2

    Chantal Blanchoin, vous ĂȘtes Ă©galement donc praticienne en guĂ©matrie. Est-ce que vous pouvez nous expliquer ce que c'est exactement que cette technique ?

  • Speaker #0

    La guĂ©matrie, c'est la science de la programmation de la psychĂ© humaine. En fait, c'est une lecture de nos chiffres, un peu comme la numĂ©rologie, mais c'est une autre lecture tout Ă  fait diffĂ©rente, qui permet de dĂ©coder notre plan de vie. Donc, c'est un grand mot, c'est-Ă -dire qu'en fait, on a tous des dĂ©fis Ă  dĂ©passer lors de cette incarnation, et la guĂ©matrie nous permet de mieux les cibler. et donc de savoir ce que la vie attend de nous. Donc c'est Ă©clairant, c'est apaisant, c'est cadrant. Moi, ça m'a beaucoup, beaucoup aidĂ©e. Ça m'a permis de comprendre mon fonctionnement, de l'accepter et de l'intĂ©grer et de mieux m'affirmer avec. Parce qu'il y avait des cĂŽtĂ©s de moi que je ne comprenais pas parce que je me sentais diffĂ©rente des autres et que du coup, je cherchais Ă  me changer. J'ai compris avec cette lecture-lĂ  que c'Ă©tait Ă©vident que je ne pouvais pas fonctionner autrement. Donc j'ai cessĂ© de vouloir changer et j'ai surtout cherchĂ© Ă  comprendre qui j'Ă©tais vraiment et Ă  fonctionner exactement comme j'Ă©tais. Et du coup, ça facilite grandement aussi la vie. Et j'ai envie de partager ça avec les autres pour les aider Ă  mieux se comprendre.

  • Speaker #2

    Donc du coup, ça permet finalement de découvrir un petit peu la véritable essence que l'on a en nous. Comment ça se passe justement, cette pratique-là ? Vous posez une sur-réponse, c'est ça ?

  • Speaker #0

    Les personnes me donnent leur prĂ©nom, leur don et leur date de naissance. Avec ça, moi, je fais une lecture, je fais des calculs. Et du coup, tout est vibration, en fait. Les lettres sont des vibrations. Et quand par exemple on a la lettre A dans notre prĂ©nom, c'est qu'on a la vibration de la passion. Et quand on a cette vibration de la passion, c'est trĂšs aidant parce que si ça ne vibre plus en nous, on n'a plus Ă  aller dans cette direction. C'est vraiment Ă©couter, est-ce que ça vibre ? Est-ce que ça ne vibre plus ? en fait, on a juste Ă  Ă©couter ça. Si on s'oblige Ă  continuer parce qu'on a fait des Ă©tudes dans une branche et qu'Ă  un moment donnĂ©, ça ne nous parle plus, parfois on reste dans ça et c'est lĂ  oĂč on peut ressentir du mal-ĂȘtre. Alors que si on comprend que ça ne vivre plus en nous, il y a peut-ĂȘtre quelque chose d'autre Ă  aller voir. Et on se laisse porter par le courant de la vie.

  • Speaker #2

    D'accord. Et est-ce que c'est adaptĂ© Ă ... tout type de public, c'est-Ă -dire que vous le faites pour les personnes, enfin les adultes, mais aussi ce que ça peut ĂȘtre des personnes ĂągĂ©es, des enfants, des ados, enfin...

  • Speaker #0

    Oui, moi je l'ai fait pour un petit. Sa maman m'a dit, elle l'avait fait pour elle, et elle m'a dit mais moi j'ai envie de mieux comprendre mon enfant pour la respecter comme elle est. Donc j'ai fait un petit bout qui a Ă  peine un an. Et donc du coup, je trouve que c'est hyper intĂ©ressant parce que dĂ©jĂ , elle a vu que sa petite, elle correspondait dĂ©jĂ  Ă  ce que je lui ai dĂ©codĂ©. Et je trouve que c'est facilitant pour respecter ses enfants. Et puis, Ă  n'importe quel Ăąge, Ă  partir du moment oĂč on pense qu'on a un rĂŽle Ă  jouer. dans cette humanitĂ©. Si on n'est pas en quĂȘte de sens, si ça n'intĂ©resse pas, c'est comme tout, mais si vraiment on est dans cette quĂȘte de sens, c'est trĂšs... C'est trĂšs intĂ©ressant,

  • Speaker #2

    franchement. Et les personnes, je pense Ă  ça d'un coup, mais les personnes qui peuvent ĂȘtre, doivent ĂȘtre des maladies peut-ĂȘtre un peu mentales, comme on peut en avoir, est-ce que ça peut aussi fonctionner ?

  • Speaker #0

    Oui, vous pensez par exemple à la dépression.

  • Speaker #2

    Par exemple, oui, voilĂ .

  • Speaker #0

    Eh bien oui, au contraire, parce que moi j'ai compris avec ces enseignements-là que la dépression c'était un beau cadeau de la vie. Parce qu'en fait, on vient épurer quelque chose qu'on n'a pas épuré dans d'autres vies. Maintenant, il faut croire aux vies antérieures, etc. Je ne dis pas que je détiens la vérité, moi ça me parle. Si ça parle aux personnes, effectivement, c'est intéressant de venir me voir parce que ça décode pas mal de choses.

  • Speaker #2

    D'accord. Alors quand on parle de conscience, j'ai un peu l'impression qu'on est un peu dans la tĂȘte et dans le mental. Mais bon, il y a aussi notre corps qui nous parle. Chantal Blanchon, vous avez aussi pratiquĂ© le yoga, vous en avez parlĂ© tout Ă  l'heure. Justement, comment on peut mettre un peu de temps... tout ça en mouvement pour aller bien finalement.

  • Speaker #0

    En fait, c'est vrai qu'on a tendance Ă  ĂȘtre beaucoup dans le mental parce que dans notre sociĂ©tĂ©, on a fait la part belle Ă  cette partie-lĂ . Alors que si on rĂ©ussit Ă  Ă©couter autant notre corps que notre petite voix, eh bien, ça roule beaucoup plus facilement dans notre vie. LĂ , Juste Ă©couter le mental, ça reste Ă  ĂȘtre dans des croyances. Alors que si on se reconnecte Ă  son corps, et moi le yoga m'y a beaucoup aidĂ©, ça permet d'ĂȘtre sur la vibration, c'est-Ă -dire, c'est bon pour moi ça ou c'est pas bon ? Si on n'Ă©coute pas son corps, qui sait qu'on Ă©coute l'extĂ©rieur ? Donc en fait, on va Ă©couter les autres. On va Ă©couter ce que les autres croient, ce qu'ils vivent pour eux, mais ils parlent d'eux. Ils ne savent pas ce qui se passe en nous. Et nous, on devrait apprendre ça aux enfants tout petits, c'est de faire preuve de discernement, d'aller Ă©couter son corps pour savoir est-ce que ça me correspond ou est-ce que ça ne me correspond pas. Et c'est ça les prises de conscience pour moi. C'est de s'observer et de voir comment ça se manifeste dans mon corps. Et maintenant, je ne fonctionne que comme ça. Je ne peux plus faire autrement que d'Ă©couter mon corps. En fait, j'ai compris qu'il ne se trompe jamais. Et c'est lui qui me guide.

  • Speaker #2

    Et c'est lui qui guide. En tout cas, se connecter Ă  soi et mĂȘme Ă  l'univers, quoi de mieux que de le faire en musique. Nous allons Ă©couter les mots justes de Petit K. On reparle de ce choix musical avec mon invitĂ© Chantal Blanchoin, juste aprĂšs. Bonne Ă©coute sur Radio-G.

  • Speaker #0

    Sous

  • Speaker #1

    Il n'est pas toujours facile de dire ce que l'on pense, susceptible ou fragile, Ă©go ou arrogance, ce fameux franc-parler n'est pas au bout de tous, quelquement mal placĂ©, c'est le cƓur qu'on Ă©clabousse, les mots sont des parfums, lourds de sens, composent un par un, pour bĂątir notre immense vision des choses, orales ou Ă©crites, en verrou, en prose, non, ça n'a pas de prix.

  • Speaker #2

    Ça n'a pas...

  • Speaker #1

    On s'en va entre les cibles.

  • Speaker #0

    Les mots brillent.

  • Speaker #1

    Ils nous plomben.

  • Speaker #0

    On s'est mis.

  • Speaker #1

    C'est nos cƓurs. Et quand les mots, je suis là,

  • Speaker #3

    je suis lĂ ,

  • Speaker #1

    c'est le début, j'en ai mon bruit,

  • Speaker #0

    c'est le début.

  • Speaker #1

    Dans les cƓurs. Dans les cƓurs. Dans les cƓurs. dans mon cƓur. Merci.

  • Speaker #2

    Vous ĂȘtes toujours branchĂ© sur Radio G et toujours Ă  l'Ă©coute de l'Ă©mission Les Voix de l'Éco. Je suis toujours en compagnie de mon invitĂ© Chantal Blanchouin de Brins de Sagesse et aussi en compagnie d'Anne Textereau avec moi en studio aujourd'hui. Nous venons d'Ă©couter les mots justes de Petit K. Je ne connaissais pas du tout personnellement pourquoi avoir choisi ce titre musical, Chantal.

  • Speaker #3

    Vous l'aurez compris... les mots sont hyper importants et effectivement quand on a un ressenti et qu'on veut l'exprimer par des mots c'est pas toujours évident et je trouve que la chanson est trÚs trÚs belle j'aurais aimé l'écrire vraiment elle dit ce que je ressens tellement de vérité, de belles vérités que j'ai eu envie de la partager

  • Speaker #2

    Alors vous ĂȘtes Ă©galement youtubeuse en tout cas vous avez une chaĂźne youtube avec des diffĂ©rentes entrevues alors justement quel rĂŽle jouent ces entrevues dans vos missions si je puis dire d'Ă©veil et de connexion

  • Speaker #3

    En fait, j'ai eu l'envie de mettre en lien les gens qui sont en recherche de mieux-ĂȘtre avec des professionnels de l'accompagnement de qualitĂ©. Parce que c'est vrai que quand on est dans cette recherche de mieux-ĂȘtre, on ne sait pas toujours vers qui aller. Et moi, je fais de belles rencontres et j'aime bien aller chercher ce qui fait que la personne en est arrivĂ©e lĂ , de l'accompagnement, etc. VoilĂ . et du coup les mettre en lumiĂšre grĂące Ă  ma chaĂźne YouTube ça me fait trĂšs plaisir parce que ça me permet d'aller encore plus Ă  la rencontre vers eux et souvent quand on est dans l'accompagnement c'est pas forcĂ©ment notre trip de se faire connaĂźtre on sait pas toujours par quel biais et je trouve qu'une interview ça permet c'est beaucoup plus vibrant qu'une carte de visite qu'un flyer Et voilĂ , c'Ă©tait mon idĂ©e de mettre en lien avec les personnes qui proposent.

  • Speaker #2

    D'accord. Et donc vous mettez juste les autres personnes en avant, vous ne mettez pas forcément vous en train de lire un texte par exemple.

  • Speaker #3

    En fait, j'ai aussi mis ce que j'appelle mes bulles de rĂ©flexion. Je les avais appelĂ©es mes bulles de conscience, mais il semble qu'il a fallu que je change de nom. Donc, j'ai mis mes bulles de rĂ©flexion. Et quand j'ai des prises de conscience, je les partage. Donc, des fois, si, ça peut m'arriver de lire un texte. Mais c'est surtout des prises de conscience en lien avec, justement, cette Ă©coute du corps profond et que j'ai envie de faire. prendre conscience qu'on peut aller Ă©couter ça plutĂŽt que d'ĂȘtre dans le mental tout le temps. Je partage ça aussi. C'est sur ma chaĂźne.

  • Speaker #2

    Parlons un peu de gros mots et d'argent. Nous sommes dans une émission aussi économique. Combien coûtent vos différentes prestations, Chantal ?

  • Speaker #3

    Quand je fais un décodage, Pour que ce soit au plus juste, j'ai compris que, par exemple, quand on s'appelle Tom Roy, par exemple, il y a trÚs peu de lettres et le décodage se fait trÚs vite pour moi. Alors que si on s'appelle Marie-Madeleine Tartampion-Rampon, c'est trÚs long pour moi. Donc, j'ai fait plusieurs prix. Donc, quand il y a peu de lettres, c'est 129. Sinon, entre les deux, c'est 149 et ça peut aller jusqu'à 179.

  • Speaker #2

    D'accord. Et pour tout ce qui est conférences stories, par exemple, comment ça se passe ? C'est des conférences qui sont ouvertes, payantes ? Oui,

  • Speaker #3

    les confĂ©rences stories, il faut rĂ©server Ă  l'avance sur billets.web. C'est 13 euros. Et du coup, la prochaine, elle est bientĂŽt. Elle est le 4 mai au Jardin d'Éden, Ă  la librairie Ă©sotĂ©rique Place Bichon, rue Saint-Jacques. rue Saint-Lazare rue Saint-Lazare et donc voilĂ  il reste encore quelques places donc n'hĂ©sitez pas parfait,

  • Speaker #2

    chers auditeurs et auditrices prenez vos billets sur billets web ou directement sur votre site web en fait il faut aller sur mon site et puis vous vous retrouverez

  • Speaker #3

    le lien.

  • Speaker #2

    D'accord, directement. Est-ce que vous pouvez nous partager une anecdote sur la façon dont votre travail a transformé la vie de quelqu'un ?

  • Speaker #3

    En fait... Je pense que dĂ©jĂ , quand j'Ă©tais professeure de yoga, j'ai toujours mis l'accent sur le ressenti. Et donc, prendre conscience de ce passage qu'on peut vraiment ĂȘtre Ă  l'Ă©coute de son ressenti a modifiĂ© forcĂ©ment la vie de certaines personnes. Par rapport au dĂ©codage... Je pense que les personnes qui ont fait dĂ©jĂ  un travail sur elles, ça vient vraiment confirmer ce qu'elles avaient dĂ©jĂ  compris. Parce qu'en gĂ©nĂ©ral, quand on fait un travail sur soi, on est Ă  l'Ă©coute de nos ressentis. Et quand on Ă©coute ça, on suit notre chemin. Les personnes qui ont fait des dĂ©codages qui ne sont pas encore lĂ , ont elles besoin, donc je suis aussi praticienne dans la libĂ©ration des blocages Ă©motionnels inconscients, et lĂ  je peux vraiment les aider Ă  se libĂ©rer de tout ce qui les bloque pour ĂȘtre vraiment elles-mĂȘmes. Et lĂ , effectivement, ça a changĂ© pas mal de vies. Effectivement. Parce qu'un blocage Ă©motionnel inconscient, c'est quand on n'arrive pas Ă  aller lĂ  oĂč on veut. Parce qu'un blocage, c'est comme un nƓud qui a Ă©tĂ© mis en nous. dans notre enfance, par rapport Ă  ce qu'on nous a dit, par rapport Ă  notre Ă©ducation, par rapport Ă  des croyances qui sont venues des certitudes en nous, et du coup ça nous empĂȘche d'ĂȘtre vraiment nous-mĂȘmes. Et de faire cette libĂ©ration des blocages Ă©motionnels inconscients, c'est comme si on venait d'Ă©nouer le nƓud, et que plutĂŽt que de toujours tomber dans les mĂȘmes travers, on peut enfin aller lĂ  oĂč on veut aller. Donc effectivement, cette pratique aide vraiment les personnes Ă  se reconnecter Ă  qui elles sont vraiment. En douceur.

  • Speaker #2

    En douceur, ça c'est trÚs important. Alors, comme tout à l'heure, maintenant, nous allons jouer.

  • Speaker #3

    Here we go !

  • Speaker #2

    Pour ce deuxiĂšme jeu, Chantal, nous allons faire votre portrait chinois. Est-ce que vous ĂȘtes prĂȘte ?

  • Speaker #3

    Attention !

  • Speaker #2

    Alors, quel est votre plat cuisiné préféré ?

  • Speaker #3

    Les crumbles.

  • Speaker #2

    Votre série préférée ?

  • Speaker #3

    Alors, derniĂšrement, Manifest.

  • Speaker #2

    Votre couleur préférée ?

  • Speaker #3

    Le rouge.

  • Speaker #2

    Votre sport préféré ?

  • Speaker #3

    Alors, l'acro-yoga que j'ai découvert il y a peu de temps.

  • Speaker #2

    Votre ville préférée ?

  • Speaker #3

    Ville prĂ©fĂ©rĂ©e ? Je crois que j'en ai pas. J'aime ĂȘtre... Ouais, non, je sais pas dire.

  • Speaker #2

    D'accord. Votre dernier lieu de vacances ?

  • Speaker #3

    La Haute-Savoie.

  • Speaker #2

    Pourquoi vous levez-vous le matin ?

  • Speaker #3

    Pour apprendre.

  • Speaker #2

    Ouais, j'adore. Moi, c'est pareil. Le matin, me lever pour toujours continuer Ă  apprendre. Ça, c'est gĂ©nial. Merci beaucoup, Chantal, pour vos rĂ©ponses.

  • Speaker #3

    Les voix de l'écho, une émission présentée par Yves Maguin.

  • Speaker #2

    Quand on vous écoute Chantal, ça me fait aussi penser un peu à la méditation. Est-ce que justement la méditation peut aider aussi à éveiller finalement la conscience ?

  • Speaker #3

    Je dirais que, Ă©videmment, pour moi, c'est quelque chose de quotidien. Je ne peux plus vivre sans non plus, puisque c'est ça qui me permet d'ĂȘtre en connexion avec plus grand que moi, avec mon corps, avec mes ressentis, de plus ĂȘtre dans le brouhaha de mes pensĂ©es.

  • Speaker #2

    Est-ce que vous avez des conseils Ă  donner aux personnes qui veulent mĂ©diter ? Parce que c'est vrai que ça peut ĂȘtre un peu difficile pour les personnes qui dĂ©butent ou qui n'ont jamais fait cette pratique.

  • Speaker #3

    C'est vrai que c'est Ă  chacun son mode d'emploi. Parce que moi, si par exemple je vais marcher dans la nature, quand je marche, le petit vĂ©lo se remet en route dans ma tĂȘte. Moi, je ne peux pas ĂȘtre en mouvement, par exemple. Moi, il faut que je sois assise ou allongĂ©e pour que tout s'apaise, alors que d'autres personnes ne peuvent mĂ©diter que si elles vont marcher, si elles sont dans le mouvement. Donc, effectivement, on a tous notre fonctionnement et je dirais que c'est Ă  chacun d'expĂ©rimenter, de se faire accompagner dans un premier temps, parce que c'est vrai que ça n'a rien d'Ă©vident de le faire tout seul, peut-ĂȘtre. d'apprendre, de ne pas vous remettre en question. Si ça ne vous convient pas, ce qu'on vous transmet, eh bien, changez, essayez autre chose, expĂ©rimentez. Et vous allez voir qu'Ă  un moment donnĂ©, il y a quelque chose qui va vous sembler Ă©vident.

  • Speaker #2

    Anne, vous avez une question pour notre invitée ?

  • Speaker #3

    Oui, j'ai une question. Dans le prolongement aussi de la mĂ©ditation, Chantal, je me souviens avoir vu sur les rĂ©seaux que vous ĂȘtes allĂ©e en immersion dans le dĂ©sert, au Maroc, je crois. Est-ce que vous pouvez nous faire un petit brin de voyage vers cette destination et peut-ĂȘtre votre retour d'expĂ©rience ?

  • Speaker #2

    C'Ă©tait exactement la question que j'allais poser Ă  l'instant.

  • Speaker #3

    Ça s'appelle de la tĂ©lĂ©pathie.

  • Speaker #2

    Exactement, quelle belle connexion, Anne, merci.

  • Speaker #3

    Vous ĂȘtes trĂšs connectĂ©e. En fait, c'Ă©tait dans le dĂ©sert algĂ©rien, dans le sud de l'AlgĂ©rie. C'est une expĂ©rience qui est trĂšs mĂ©morable. En fait, je partais... En compagnie d'une personne que je connaissais bien, qui s'appelle Karine Chardon, qui a l'idĂ©e maintenant d'organiser ce genre de voyage. Donc je me sentais bien en sĂ©curitĂ©, mais ça a commencĂ© Ă  me travailler bien avant de partir. Parce que quand on a fait la premiĂšre rĂ©union d'organisation, elle nous a expliquĂ© comment ça allait se passer, et j'ai des peurs qui ont surgi. Et en fait, on ne peut pas s'imaginer qu'est-ce qui va venir, Ă  quel moment. Et quand on a fait cette rĂ©union, elle a parlĂ© qu'on allait dormir dehors, Ă  la belle Ă©toile, entre 0 et 10 degrĂ©s, qu'il fallait bien se couvrir, et que la journĂ©e, ce serait entre 25 et 30 degrĂ©s. Donc il fallait amener des choses lĂ©gĂšres, mais se protĂ©ger du soleil. et en mĂȘme temps, il ne fallait pas trop emmener de choses parce qu'il ne fallait pas trop qu'on se charge. C'Ă©tait un peu plein d'injonctions contraires comme ça. Et le fait qu'on dorme, moi, je m'Ă©tais mis dans ma tĂȘte qu'on dormirait dans une tente Touareg ou quelque chose couvert. Et lĂ , elle dit, pensez Ă  prendre votre rĂ©veil parce que si vous dormez derriĂšre une dune, je ne vais pas vous courir aprĂšs le matin. Et lĂ , j'ai dit, parce qu'on dort pas tous regroupĂ©s, c'est quoi le truc ? Et elle dit, non, non, on peut dormir. Et bon, OK, j'ai senti qu'il y avait quelque chose en moi, dans mon corps, qui se resserrait au niveau de mon ventre. Et dans la nuit, je me suis rĂ©veillĂ©e avec une grande douleur, au genou, en l'occurrence. Et en fait, j'ai fait toute une introspection. Je me suis fait accompagner aussi pour y voir plus clair. Et en fait, c'Ă©tait vraiment en lien avec le psoas. Le psoas, c'est vraiment lĂ  oĂč les Ă©motions parlent. Et j'avais une grande peur. Je me sentais en insĂ©curitĂ© Ă  dormir dehors.

  • Speaker #2

    Le psoas, c'est quoi exactement ?

  • Speaker #3

    Le psoas, c'est le muscle qui rattache le haut du dos avec le bas du dos, des lombaires jusqu'aux jambes. Et donc, du coup, moi, j'avais une trĂšs forte douleur au genou, mais ça n'avait rien Ă  voir avec le genou. Et je l'ai dĂ©cryptĂ© avant de partir. Et j'ai pu marcher sans problĂšme tout pendant les 15 jours que je suis partie. Et ça, ça a Ă©tĂ© vraiment... Je me suis dit, mais le travail s'est fait dĂ©jĂ . Avant. Et pendant le voyage, effectivement, j'avais choisi de partir deux semaines, parce qu'on pouvait partir juste une semaine. Et pour moi, ça a Ă©tĂ©... Ă©vident qu'il fallait au moins deux semaines pour moi, pour laisser... Moi, j'ai besoin d'avoir du temps pour prendre mes repĂšres, de poser les choses et de vivre pleinement. Et ce qui m'a le plus touchĂ©e, je dirais, pour ne pas ĂȘtre trop longue, c'est cette connexion des Touaregs de cƓur Ă  cƓur. Parce qu'on ne comprenait pas forcĂ©ment la langue. Enfin, avec certains, si, mais avec le staff, non. Et il y avait une connexion d'Ă©coute, de convivialitĂ© qui, moi, m'a beaucoup touchĂ©e, en fait. Je me suis sentie en connexion. qui est inexplicable en fait j'ai ressenti avec ces hommes lĂ  beaucoup de j'avais pas Ă  paraĂźtre j'avais juste Ă  ĂȘtre c'est wow c'Ă©tait fort ça m'a quand j'en parle souvent il y a de l'Ă©motion qui monte c'est trĂšs fort et puis tout ce qu'on a vĂ©cu effectivement c'est des leçons de vie quand on monte une dune c'est hyper dure et qu'on se dit je vais pas y arriver, on regarde le sommet on se dit non c'est trop dur il y a la tempĂȘte de sable qui Ă©tait lĂ  aussi et lĂ  j'ai mis j'ai baissĂ© ma casquette et j'ai dit bon allez, pas Ă  pas et j'ai rĂ©ussi. Et arrivĂ© lĂ -haut, j'ai dit, j'en ai pleurĂ©. J'Ă©tais contente d'avoir rĂ©ussi parce que c'Ă©tait vraiment trĂšs dur. Et je me suis dit, c'est ça la vie en fait.

  • Speaker #2

    Waouh, super tĂ©moignage. Ça donne un peu envie d'y aller, non Anne ?

  • Speaker #3

    Oui, je pense que je vais y penser.

  • Speaker #2

    Alors justement, tout ce qui est spiritualitĂ©, quĂȘte de sens pour... Pour les cartĂ©siens ou ceux qui sont un peu terre-Ă -terre, ça peut ĂȘtre un peu difficile Ă  apprĂ©hender. Est-ce que vous arrivez un peu Ă  concilier la science et la spiritualitĂ© dans vos pratiques pour les plus rĂ©fractaires ?

  • Speaker #3

    On a la chance que maintenant, on en parle de plus en plus. Avec la science quantique, je trouve forcĂ©ment que ça ne devrait pas ĂȘtre dissociĂ©. c'est Ă  expĂ©rimenter ça aussi, parce qu'il y a beaucoup de personnes qui rigolent quand on parle des synchronicitĂ©s, etc. Mais peut-ĂȘtre que c'est qu'ils n'ont pas expĂ©rimentĂ©. C'est ce que je me dis.

  • Speaker #2

    Et alors justement, quelles recommandations est-ce que vous pouvez donner pour qu'on arrive Ă  avoir un Ă©quilibre entre le corps, l'esprit et l'Ăąme, justement ?

  • Speaker #3

    Trouver une pratique qui vous permette de reconnecter au corps. C'est indispensable pour moi. Sinon, on n'est que dans le mental. Et le mental, on ne trouve pas nos solutions. C'est normal parce que le mental, il est en lien avec nos expériences passées. Et souvent, il ne se souvient que de nos échecs. donc il nous fait peur et il nous fige alors que si on décide de faire équipe avec justement notre intuition, avec notre corps parce que ça passe par notre corps c'est une question de vibration en fait, mais tout le monde doit l'avoir sauf que tout le monde n'a pas appris à écouter et à avoir ce discernement là c'est pour ça que j'aimerais que les enfants soient éduqués comme ça, je trouve que ça serait chouette justement est-ce qu'il y a

  • Speaker #2

    Par extension, est-ce qu'il y a une pratique ou un rituel quotidien qui peut ĂȘtre fait pour rester alignĂ© avec soi, Chantal Bonchon ?

  • Speaker #3

    En fait, moi, le yoga m'y a beaucoup aidée, mais je ne fais pas de prosélytisme à chacun de trouver sa méthode. Le Qigong, toutes ces méthodes, les arts martiaux, c'est des connexions au corps, en fait. C'est un autre apprentissage.

  • Speaker #2

    Le mieux finalement, c'est de pouvoir tester et pouvoir... justement se parler à soi et se dire ok non ça c'est pas fait pour moi, ça oui c'est ça, juste écouter ça de ne pas faire comme les autres juste écouter c'est quoi qui me convient à moi comment vous arrivez à avec vos clients du coup à identifier avec eux un peu leur croyance limitante et les aider finalement à les surmonter

  • Speaker #3

    DĂ©jĂ , c'est beaucoup d'Ă©coute. Et de voir qu'est-ce qui... Quand on tombe toujours dans les mĂȘmes travers, c'est que forcĂ©ment, il y a quelque chose qui nous emmĂšne toujours au mĂȘme endroit. Donc, prendre de la hauteur et d'observer. Comment je pourrais voir les choses autrement ? Comment je peux me positionner Ă  une autre place pour voir les choses diffĂ©remment ? Ça change tout, en fait.

  • Speaker #2

    Et alors, si quelqu'un se sent un peu perdu, justement, ou dĂ©connectĂ© de lui-mĂȘme, donc on l'a dit, il faut que chacun essaye un peu ce qu'il veut, mais vous, vous ĂȘtes plutĂŽt sur la pratique de vous dire que la premiĂšre des choses, c'est peut-ĂȘtre, si j'identifie bien, le yoga, ce que vous avez dit, c'est ça peut-ĂȘtre ?

  • Speaker #3

    Moi, ça m'a beaucoup, beaucoup, beaucoup, beaucoup bĂȘtĂ©. Ça m'a sauvĂ©e. Maintenant, je sais que tout le monde n'est pas adepte de cette pratique et c'est normal. Ça ne peut pas plaire Ă  tout le monde. Donc, je n'ai pas d'autre chose Ă  dire que d'expĂ©rimenter pour voir ce qui est le mieux pour vous.

  • Speaker #2

    Alors, quand vous ĂȘtes en sĂ©ance, on va dire, vous Ă©coutez aussi les personnes parler. J'imagine que vous captez aussi ce que les personnes vous disent. Comment vous faites-vous pour Ă©viter d'ĂȘtre aussi en surcharge Ă©motionnelle ou avoir cet effet un peu miroir, comme on dit des fois en psychologie ? Comment vous faites pour Ă©viter ça ?

  • Speaker #3

    À un moment donnĂ©, j'ai eu beaucoup de mal parce que je ne faisais pas la diffĂ©rence entre ce que je ressentais qui ne m'appartenait pas et qui appartenait aux autres et ce qui m'appartenait. Donc j'ai appris. j'ai appris encore lĂ  Ă  Ă©couter. Ça demande beaucoup d'introspection et d'ĂȘtre seule. J'ai beaucoup besoin d'avoir des moments de solitude pour savoir qu'est-ce qui m'appartient et qu'est-ce qui ne m'appartient pas. Et il n'y a que ça qui m'a permis de faire cette diffĂ©rence. La solitude, elle est indispensable parce que quand on est noyĂ© dans le bruit, quand on est noyĂ© dans les autres, on ne peut pas faire cette diffĂ©rence parce que tout est Ă©nergie et donc du coup, ça vibre autour de nous, en nous et comment faire la diffĂ©rence ? Alors s'extraire de tout ça m'a permis de faire cette diffĂ©rence.

  • Speaker #2

    Carrément.

  • Speaker #3

    Et de me faire un nettoyage aprÚs chaque séance, c'est important, effectivement. Carrément.

  • Speaker #2

    Alors l'Ă©mission Les Voix de l'Ă©cho touche dĂ©jĂ  bientĂŽt Ă  sa fin en tout cas merci beaucoup Chantal d'ĂȘtre venue nous parler de l'Ă©veil des consciences avec donc Anne Sagesse merci beaucoup Anne Texero encore pour votre chronique donc on a eu la terre l'eau l'air et on aura bientĂŽt le feu j'imagine Par rapport Ă  ça, on se retrouve le mercredi 15 mai de 12h10 Ă  13h sur le 100.5 FM ou via le web sur le site radio-g.fr. Nous parlerons d'art et d'upcycling. Mais contrairement aux autres Ă©missions, et plutĂŽt que de terminer comme je fais d'habitude avec le gĂ©nĂ©rique de fin, je vous propose de terminer en musique avec le morceau traditionnel chinois que j'ai mis tout Ă  l'heure en dĂ©but d'Ă©mission. En tout cas, prenez soin de vous et merci d'avoir Ă©coutĂ© Ă  Radio-G.

  • Speaker #0

    Sous-titrage ST'501 Merci Sous-titrage ST'50

  • Speaker #3

    Sous-titrage ST'501

Share

Embed

You may also like

Transcription

  • Speaker #0

    Les voix de l'Ă©cho.

  • Speaker #1

    Les voix de l'Ă©cho.

  • Speaker #2

    Salutations chers auditeurs et auditrices de Radio-G, bienvenue dans l'Ă©mission Les Voix de l'Ă©cho. Je suis Yves Laguin et pendant 50 minutes, nous allons aborder les thĂšmes de l'entrepreneuriat, de l'Ă©cologie et du dĂ©veloppement Ă©conomique local et Ă©coresponsable. Cette Ă©mission est ponctuĂ©e de plusieurs temps forts avec un invitĂ©, une ou plusieurs chroniques en fonction des semaines, ainsi qu'une pause musicale choisie par l'invitĂ©. Alors, ouvrez grand vos oreilles, c'est parti ! Bonjour Ă  toutes et Ă  tous, auditeurs et auditrices de Radio G, bienvenue dans l'Ă©mission Les Voix de l'Éco. Nous sommes le 122Ăšme jour de l'annĂ©e et nous fĂȘtons aujourd'hui les JĂ©rĂ©mie, Brilleux, Florine ou encore Sigmund. Bonne fĂȘte Ă  vous ! Et en plus d'ĂȘtre la fĂȘte du travail aujourd'hui et l'occasion d'offrir un brin de midi, nous cĂ©lĂ©brons les 20 ans de l'Ă©largissement de l'Union EuropĂ©enne Ă  25 pays. Alors petit rappel de gĂ©opolitique, il y a actuellement 27 pays dans l'Union europĂ©enne suite au Brexit et au retrait du Royaume-Uni dans l'Union en 2020. Mais nous n'allons pas parler gĂ©opolitique aujourd'hui avec mon invitĂ© du jour. Nous allons plutĂŽt Ă©changer avec un brin de sagesse et parler d'Ă©veil des consciences. Avant d'accueillir notre invitĂ© et pour m'accompagner dans l'Ă©mission du jour, la coach Anne Texereau. Bonjour Anne, de quoi allez-vous nous parler aujourd'hui ?

  • Speaker #1

    Bonjour Ă  tous, bonjour Chantal, bonjour chers auditeurs. Eh bien moi je vous propose de poursuivre notre voyage au cƓur du coaching de l'Ă©nergie et on va parler aujourd'hui de l'aimant R. Je ne vous en dis pas plus.

  • Speaker #2

    IntĂ©ressant, on entendra ça donc d'ici 10-15 minutes Ă  peu prĂšs. Et chers auditeurs et auditrices, il est temps de mieux maintenant. Selon Douglas Harding, auteur et philosophe britannique, l'Ă©veil de conscience est comparable aux quatre stades, un ĂȘtre humain, le bĂ©bĂ©, l'enfant, l'adulte et la personne ĂągĂ©e. Pour FrĂ©dĂ©ric Dalavier, un ancien athlĂšte français spĂ©cialisĂ© dans la force athlĂ©tique et la musculation, l'Ă©veil des consciences est une plongĂ©e dans les entrailles de l'Ăąme humaine. Je reçois dans le studio en ce 1er mai Chantal Blanchoin, auteure confĂ©renciĂšre pour l'Ă©veil des consciences, praticienne en guĂ©matrie et crĂ©atrice de liens chez BrindsingĂšs. Est-ce que mon invitĂ© pense la mĂȘme chose que les deux auteurs que je viens de citer ? On en parle tout de suite. Bonjour Chantal Blanchoin, bienvenue dans le studio de Radio-G.

  • Speaker #0

    Bonjour Yves, merci, je suis ravie d'ĂȘtre Ă  tes cĂŽtĂ©s. Bonjour Anne, merci de m'avoir invitĂ©e.

  • Speaker #2

    Avec trĂšs grand plaisir. Alors Chantal, vous ĂȘtes confĂ©renciĂšre, auteure, coach et mĂȘme youtubeuse. Comment dĂ©cririez-vous votre approche de la connaissance de soi et du bien-ĂȘtre ?

  • Speaker #0

    Je dirais que j'aime Ă  me dĂ©finir comme une exploratrice du jeu de la vie, justement, de mes Ă©tats d'Ăąme, parce que j'ai compris que plus je me comprenais, plus je me connaissais, plus j'Ă©tais en phase avec moi-mĂȘme et en phase avec les autres. Je pense que la connaissance des soirs, elle est inĂ©vitable, elle est indispensable pour se sentir mieux et ĂȘtre en meilleure santĂ©.

  • Speaker #2

    Alors vous avez créé Brun de Sagesse, pourquoi ce nom justement ?

  • Speaker #0

    En fait, quand je me suis installĂ©e en tant que professeure de yoga il y a quelques annĂ©es, je me suis installĂ©e au nom de Chantal Blanchoin. Et puis, chemin faisant, j'ai vu l'intĂ©rĂȘt d'avoir un site, un site internet. mais je ne savais pas comment l'appeler. Et un jour, je me suis rĂ©veillĂ©e avec un brin de sagesse dans la tĂȘte et je me suis dit, c'est ça, c'est le nom de mon site.

  • Speaker #2

    Tout simplement. Alors, vous organisez, comme vous l'appelez justement sur votre site web, des conférences stories. Alors, est-ce que vous pouvez nous raconter, Chantal Blanchoin, justement, ce qui s'y passe et ce que c'est exactement que ces conférences ?

  • Speaker #0

    Oui, j'ai trouvé ce terme, c'est pareil, un matin, en me réveillant. Parce qu'en fait, c'est... Ce sont des conférences, mais plutÎt pour parler de ce que j'ai compris, pas de ce que j'ai appris, de ce que j'ai compris de mon histoire. Et donc, ces conférences me permettent de parler de mon histoire pour faire écho à l'histoire des personnes et les aider à mieux comprendre la leur. Donc en fait, ce n'était pas vraiment une conférence. Donc, Conférence Story, je trouvais que c'était le plus approprié. C'est comme un One Woman Show, on va dire. Parce qu'on y sourit, on y rit, on y pleure. Parce que tout ce que je raconte, parle aux gens. C'est comme s'ils entendaient un message qui leur était destiné. Donc, ça parle.

  • Speaker #2

    D'accord. Donc en gros, il s'est... une conférence via votre histoire, tout simplement. Et donc, vous transmettez finalement des enseignements, quelque part ?

  • Speaker #0

    En fait, mon intention, c'est de faire germer les graines du tout est possible. Parce que moi, Ă  un moment donnĂ© de ma vie, j'Ă©tais trĂšs mal dans ma peau. Alors que j'avais tout pour ĂȘtre heureuse. Et donc, du coup, j'avais beaucoup de culpabilitĂ© Ă  me sentir pas bien dans ma peau. Et donc j'ai voulu comprendre qu'est-ce qui faisait que j'Ă©tais si mal. Et je me suis mise en quĂȘte de sens et j'ai compris des choses que je veux transmettre aux personnes pour faire comprendre que le mal-ĂȘtre, il a toute sa raison d'ĂȘtre. Et j'aime Ă  dire qu'il est le meilleur ami de l'ĂȘtre parce qu'il vient nous dire qu'il y a quelque chose Ă  comprendre, Ă  changer. qu'on est loin de notre chemin s'il y a du mal-ĂȘtre. Plus on se rapproche de notre chemin, plus on ressent du bien-ĂȘtre, plus on se sent vivant, en fait.

  • Speaker #2

    Il faut savoir s'Ă©couter, finalement.

  • Speaker #0

    C'est ça, prendre de la hauteur et voir qu'est-ce qui nous met à mal, pour réajuster, en fait.

  • Speaker #2

    D'accord. Alors, vous avez Ă©crit un livre qui s'appelle, donc, Sur le chemin de mon Ă©veil, de cƓur Ă  cƓur. Justement, Chantal Blanchoin, que raconte ce livre ?

  • Speaker #0

    En fait, j'ai Ă©crit un livre sans savoir que j'Ă©crivais un livre. Parce qu'Ă  un moment donnĂ©, comme je vous ai dit, comme je n'Ă©tais pas trĂšs bien, je me suis fait accompagner. Et la coach qui m'accompagnait me disait que j'avais beaucoup de crĂ©ativitĂ©, alors que moi, je disais que je n'en avais pas. Et donc, je me suis laissĂ©e faire, on va dire. J'ai laissĂ© les choses venir Ă  moi et je me suis observĂ©e. Et il y avait plein de prises de conscience Ă  cette pĂ©riode de ma vie. Et la nuit, moi c'est beaucoup la nuit, parce que je pense que c'est le mental qui lĂąche, et qu'il y a des choses qui viennent Ă  ce moment-lĂ . Et la nuit, il y avait des choses qui venaient, c'Ă©tait fluide, c'Ă©tait beau, c'Ă©tait... poĂ©tique parce que ça rimait et ça venait confirmer, c'Ă©tait comme des enseignements qui venaient confirmer mes prises de conscience. Je trouvais ça tellement beau que je pensais que j'allais m'en souvenir, mais le matin, quand je me rĂ©veillais et que je voulais Ă©crire, je remontais dans le mental et il n'y avait plus rien qui sortait, ce n'Ă©tait pas fluide. Donc j'ai compris qu'il fallait que je me lĂšve quand ça venait et j'ai Ă©tĂ© plusieurs mois Ă  me lever la nuit pour Ă©crire. Et ces textes-lĂ , ils me faisaient beaucoup de bien parce que... Vous savez, quand on a des prises de conscience, si on ne les Ă©crit pas, ça peut vite s'Ă©vanouir. Et on se dit, mais c'est quoi dĂ©jĂ  ? Et lĂ , je les Ă©crivais et je m'y rĂ©fĂ©rais souvent. Et ça me faisait beaucoup de bien de les relire. Et un jour, je me suis dit, si ça me fait du bien, ça peut faire du bien aux autres. Donc, je me suis autorisĂ©e Ă  m'auto-Ă©diter. Je dis bien autorisĂ©e parce qu'Ă  ce moment-lĂ , je me disais, mais t'es qui, toi, pour... Ă©diter un livre. Du coup, je me suis auto-Ă©ditĂ©e. Et le livre a beaucoup de succĂšs parce que, en fait, c'est la mĂȘme chose. Ça rĂ©sonne dans l'histoire, ça fait Ă©cho aux personnes. Et du coup, dans mes confĂ©rences story, je remets ces textes-lĂ  dans le contexte. C'est ce qui rend ces confĂ©rences story trĂšs poĂ©tiques. et qui font que c'est doux mais percutant Ă  la fois.

  • Speaker #2

    D'accord. Et alors, est-ce que vous avez prévu d'écrire un nouveau livre ? Et si oui, quel en est son sujet ?

  • Speaker #0

    En fait, quand j'ai dĂ©cidĂ© de m'auto-Ă©diter, je continuais Ă  Ă©crire des textes, mais il fallait bien que je m'arrĂȘte Ă  un moment donnĂ© pour Ă©diter. Et donc, ces textes, il y en a dĂ©crits, il y en a dĂ©posĂ©s, et d'autres qui viennent encore. Donc, le jour oĂč je... Il est quasiment terminĂ©, je pense, mais comme j'aime Ă  l'illustrer, etc., il y a encore des choses Ă  peaufiner.

  • Speaker #2

    Alors, avant de laisser la parole Ă  Anne Texereau pour sa chronique, nous allons jouer. Chantal, j'ai pris pour habitude dans l'Ă©mission de faire des mini-jeux, donc des mini-jeux de questions-rĂ©ponses. Et on commence par la carte d'identitĂ© de votre activitĂ©. Vous pouvez lire Je passe ou Joker. Si une question vous dĂ©range, est-ce que vous ĂȘtes prĂȘte ?

  • Speaker #0

    Ok.

  • Speaker #2

    Allez, c'est parti ! Quel est donc le nom de votre entreprise ?

  • Speaker #0

    Alors c'est Chantal Blanchoin avec ce site Brins de Sagesse et tout le monde maintenant me reconnaĂźt sous le titre de Brins de Sagesse.

  • Speaker #2

    Son année de création ?

  • Speaker #0

    2013

  • Speaker #2

    Combien ĂȘtes-vous ?

  • Speaker #0

    Je suis seule.

  • Speaker #2

    OĂč ĂȘtes-vous situĂ©e ?

  • Speaker #0

    Actuellement à Saint-Barthélemy.

  • Speaker #2

    Quelle est l'URL, donc l'adresse de votre site web ?

  • Speaker #0

    Alors c'est brinsdesagesse.fr

  • Speaker #2

    Et est-ce que vous pouvez nous communiquer votre chiffre d'affaires annuel ?

  • Speaker #0

    Alors actuellement, là comme je suis en transition, puisque j'ai cessé ma pratique de professeur de yoga en septembre, je ne peux pas vous dire parce que je suis en cours de changement.

  • Speaker #2

    D'accord, trÚs bien. Merci beaucoup Chantal pour ces réponses. Alors nous allons maintenant poursuivre le chemin des quatre éléments avec le coaching de l'énergie. AprÚs la terre et l'eau, nous allons maintenant parler de l'élément air. Chers auditeurs et auditrices, prenez une bonne inspiration, c'est le moment d'écouter la chronique d'Anne Texerot.

  • Speaker #1

    Je sĂšme, donc je suis,

  • Speaker #0

    une chronique de la coach Anne Texerot.

  • Speaker #1

    Yves, je ne vous ai pas prévenu hier, mais j'aurais pu vous faire une interro aujourd'hui. Mais bon, c'est mercredi et en plus c'est férié. Allez, je vous propose plutÎt une petite révision ensemble. On a exploré l'énergie de la Terre, qui parle de notre ancrage, de notre alignement, de notre équilibre et notre connexion à la Terre-mer. Puis, nous avons plongé dans l'eau, c'est-à-dire nos émotions et nos énergies inconscientes ou nos animaux, celles que nous n'avons pas encore transmutées, pour retrouver notre paix et notre calme intérieur. Et cette fois, cette fois-ci, on part dans l'air. Alors qu'est-ce que cette énergie ? Eh bien l'air, c'est notre intuition, notre inspiration, par extension, nos idées et notre créativité. Cela correspond à tout notre potentiel créatif, inspiré et insufflé. Mais avant d'aller plus loin, revenons aux basiques. L'air, c'est d'abord l'oxygÚne que je respire, qui permet le bon fonctionnement de mon corps. Respirer, c'est de mouvement, inspirer et expirer. Et cela me maintient en vie. L'air a un niveau plus énergétique et quelque chose de plus subtil et d'invisible,

  • Speaker #0

    mais pas vide.

  • Speaker #1

    Je m'explique. Dans l'univers, tout est Ă©nergie et vibration. C'est pas moi qui vous le dis, c'est Albert Einstein. Je vous propose de faire un zoom Ă  l'Ă©chelle microscopique. Si l'on rĂ©duit au maximum notre corps, nous serions composĂ©s seulement de 0,01% de matiĂšre. Soit les 99% restants sont du vide. Le vide est en fait un plein qui contient de l'information, c'est de l'Ă©nergie. Autrement dit, quand je fais le vide, je peux me connecter Ă  cette Ă©nergie qu'est l'air ou le souffle. Nous sommes bien loin d'ici des techniques pour dĂ©velopper sa crĂ©ativitĂ© ou ses idĂ©es, oĂč l'on nous propose de brainstormer avec une boĂźte Ă  outils pour penser out of the box. Non, non, non, je ne parle pas de ça, car ces techniques certes mĂ©ritent d'exister, mais elles vont surtout solliciter votre mental et vous faire carburer. Ce que je vous propose, c'est plutĂŽt de ne pas remplir votre tĂȘte, mais de vous retrouver et de contacter cette part en vous, qui sait, avec un grand S. VoilĂ  l'Ă©nergie de l'air, cette intelligence universelle, qu'est l'intuition ou l'inspiration. D'ailleurs, sachez que ce pouvoir a toujours existĂ©. Il semblerait, Yves, qu'Ă  l'Ă©poque de Platon, on ne prenait pas de dĂ©cision politique importante sans avoir recours aux oracles. Le mot intuition vient du latin intuitio et signifie regarder attentivement Ă  l'intĂ©rieur de soi ou voir de l'intĂ©rieur. L'intuition serait donc une connaissance immĂ©diate. C'est une capacitĂ© que nous possĂ©dons tous Ă  l'intĂ©rieur de nous et qui nous permet d'obtenir une connaissance directe, sans passer par la logique, la rĂ©flexion ou les donnĂ©es du monde extĂ©rieur. Certains parlent alors d'une petite voix intĂ©rieure qui nous apparaĂźt comme une certitude. Cette petite voix se connecterait Ă  la grande voix, la source universelle ou la grande sagesse, oĂč tout est Ă©nergie et information. Je vous partage cette citation de Nikola Tesla. Qui nous dit ? Mon cerveau n'est qu'un rĂ©cepteur dans l'univers. Il existe un noyau Ă  partir duquel nous obtenons la force. La connaissance et l'inspiration. Alors pour commencer Ă  dĂ©velopper votre intuition et laisser libre cours Ă  votre inspiration, je vous recommande de vous connecter Ă  Dame Nature. J'ai observĂ© que plus nous crĂ©ons cet Ă©change homme-nature et plus nous expĂ©rimentons ce lien d'interdĂ©pendance avec tout ce qui existe. L'intuition, c'est donc s'ouvrir Ă  l'immensitĂ© du cosmos. C'est bien en nous que tout l'univers se trouve. Chantal, j'ai une question pour vous. Dans votre vie, quelle place laissez-vous Ă  l'Ă©nergie de l'air, Ă  l'intuition ?

  • Speaker #0

    Merci, merci, merci. Parce que franchement, tout m'a parlé. Et effectivement, je suis vraiment à cette écoute-là.

  • Speaker #2

    j'ai compris que c'Ă©tait vraiment vital et que ma vie Ă©tait beaucoup plus douce et lĂ©gĂšre en Ă©coutant mon intuition merci vraiment merci aussi pour ce retour merci beaucoup Anne pour cette magnifique chronique avec toujours ce petit fond musical qui est quand mĂȘme trĂšs trĂšs intĂ©ressant

  • Speaker #1

    Les voix de l'écho une émission présentée par Yves Maguin

  • Speaker #2

    Chantal Blanchoin, vous ĂȘtes Ă©galement donc praticienne en guĂ©matrie. Est-ce que vous pouvez nous expliquer ce que c'est exactement que cette technique ?

  • Speaker #0

    La guĂ©matrie, c'est la science de la programmation de la psychĂ© humaine. En fait, c'est une lecture de nos chiffres, un peu comme la numĂ©rologie, mais c'est une autre lecture tout Ă  fait diffĂ©rente, qui permet de dĂ©coder notre plan de vie. Donc, c'est un grand mot, c'est-Ă -dire qu'en fait, on a tous des dĂ©fis Ă  dĂ©passer lors de cette incarnation, et la guĂ©matrie nous permet de mieux les cibler. et donc de savoir ce que la vie attend de nous. Donc c'est Ă©clairant, c'est apaisant, c'est cadrant. Moi, ça m'a beaucoup, beaucoup aidĂ©e. Ça m'a permis de comprendre mon fonctionnement, de l'accepter et de l'intĂ©grer et de mieux m'affirmer avec. Parce qu'il y avait des cĂŽtĂ©s de moi que je ne comprenais pas parce que je me sentais diffĂ©rente des autres et que du coup, je cherchais Ă  me changer. J'ai compris avec cette lecture-lĂ  que c'Ă©tait Ă©vident que je ne pouvais pas fonctionner autrement. Donc j'ai cessĂ© de vouloir changer et j'ai surtout cherchĂ© Ă  comprendre qui j'Ă©tais vraiment et Ă  fonctionner exactement comme j'Ă©tais. Et du coup, ça facilite grandement aussi la vie. Et j'ai envie de partager ça avec les autres pour les aider Ă  mieux se comprendre.

  • Speaker #2

    Donc du coup, ça permet finalement de découvrir un petit peu la véritable essence que l'on a en nous. Comment ça se passe justement, cette pratique-là ? Vous posez une sur-réponse, c'est ça ?

  • Speaker #0

    Les personnes me donnent leur prĂ©nom, leur don et leur date de naissance. Avec ça, moi, je fais une lecture, je fais des calculs. Et du coup, tout est vibration, en fait. Les lettres sont des vibrations. Et quand par exemple on a la lettre A dans notre prĂ©nom, c'est qu'on a la vibration de la passion. Et quand on a cette vibration de la passion, c'est trĂšs aidant parce que si ça ne vibre plus en nous, on n'a plus Ă  aller dans cette direction. C'est vraiment Ă©couter, est-ce que ça vibre ? Est-ce que ça ne vibre plus ? en fait, on a juste Ă  Ă©couter ça. Si on s'oblige Ă  continuer parce qu'on a fait des Ă©tudes dans une branche et qu'Ă  un moment donnĂ©, ça ne nous parle plus, parfois on reste dans ça et c'est lĂ  oĂč on peut ressentir du mal-ĂȘtre. Alors que si on comprend que ça ne vivre plus en nous, il y a peut-ĂȘtre quelque chose d'autre Ă  aller voir. Et on se laisse porter par le courant de la vie.

  • Speaker #2

    D'accord. Et est-ce que c'est adaptĂ© Ă ... tout type de public, c'est-Ă -dire que vous le faites pour les personnes, enfin les adultes, mais aussi ce que ça peut ĂȘtre des personnes ĂągĂ©es, des enfants, des ados, enfin...

  • Speaker #0

    Oui, moi je l'ai fait pour un petit. Sa maman m'a dit, elle l'avait fait pour elle, et elle m'a dit mais moi j'ai envie de mieux comprendre mon enfant pour la respecter comme elle est. Donc j'ai fait un petit bout qui a Ă  peine un an. Et donc du coup, je trouve que c'est hyper intĂ©ressant parce que dĂ©jĂ , elle a vu que sa petite, elle correspondait dĂ©jĂ  Ă  ce que je lui ai dĂ©codĂ©. Et je trouve que c'est facilitant pour respecter ses enfants. Et puis, Ă  n'importe quel Ăąge, Ă  partir du moment oĂč on pense qu'on a un rĂŽle Ă  jouer. dans cette humanitĂ©. Si on n'est pas en quĂȘte de sens, si ça n'intĂ©resse pas, c'est comme tout, mais si vraiment on est dans cette quĂȘte de sens, c'est trĂšs... C'est trĂšs intĂ©ressant,

  • Speaker #2

    franchement. Et les personnes, je pense Ă  ça d'un coup, mais les personnes qui peuvent ĂȘtre, doivent ĂȘtre des maladies peut-ĂȘtre un peu mentales, comme on peut en avoir, est-ce que ça peut aussi fonctionner ?

  • Speaker #0

    Oui, vous pensez par exemple à la dépression.

  • Speaker #2

    Par exemple, oui, voilĂ .

  • Speaker #0

    Eh bien oui, au contraire, parce que moi j'ai compris avec ces enseignements-là que la dépression c'était un beau cadeau de la vie. Parce qu'en fait, on vient épurer quelque chose qu'on n'a pas épuré dans d'autres vies. Maintenant, il faut croire aux vies antérieures, etc. Je ne dis pas que je détiens la vérité, moi ça me parle. Si ça parle aux personnes, effectivement, c'est intéressant de venir me voir parce que ça décode pas mal de choses.

  • Speaker #2

    D'accord. Alors quand on parle de conscience, j'ai un peu l'impression qu'on est un peu dans la tĂȘte et dans le mental. Mais bon, il y a aussi notre corps qui nous parle. Chantal Blanchon, vous avez aussi pratiquĂ© le yoga, vous en avez parlĂ© tout Ă  l'heure. Justement, comment on peut mettre un peu de temps... tout ça en mouvement pour aller bien finalement.

  • Speaker #0

    En fait, c'est vrai qu'on a tendance Ă  ĂȘtre beaucoup dans le mental parce que dans notre sociĂ©tĂ©, on a fait la part belle Ă  cette partie-lĂ . Alors que si on rĂ©ussit Ă  Ă©couter autant notre corps que notre petite voix, eh bien, ça roule beaucoup plus facilement dans notre vie. LĂ , Juste Ă©couter le mental, ça reste Ă  ĂȘtre dans des croyances. Alors que si on se reconnecte Ă  son corps, et moi le yoga m'y a beaucoup aidĂ©, ça permet d'ĂȘtre sur la vibration, c'est-Ă -dire, c'est bon pour moi ça ou c'est pas bon ? Si on n'Ă©coute pas son corps, qui sait qu'on Ă©coute l'extĂ©rieur ? Donc en fait, on va Ă©couter les autres. On va Ă©couter ce que les autres croient, ce qu'ils vivent pour eux, mais ils parlent d'eux. Ils ne savent pas ce qui se passe en nous. Et nous, on devrait apprendre ça aux enfants tout petits, c'est de faire preuve de discernement, d'aller Ă©couter son corps pour savoir est-ce que ça me correspond ou est-ce que ça ne me correspond pas. Et c'est ça les prises de conscience pour moi. C'est de s'observer et de voir comment ça se manifeste dans mon corps. Et maintenant, je ne fonctionne que comme ça. Je ne peux plus faire autrement que d'Ă©couter mon corps. En fait, j'ai compris qu'il ne se trompe jamais. Et c'est lui qui me guide.

  • Speaker #2

    Et c'est lui qui guide. En tout cas, se connecter Ă  soi et mĂȘme Ă  l'univers, quoi de mieux que de le faire en musique. Nous allons Ă©couter les mots justes de Petit K. On reparle de ce choix musical avec mon invitĂ© Chantal Blanchoin, juste aprĂšs. Bonne Ă©coute sur Radio-G.

  • Speaker #0

    Sous

  • Speaker #1

    Il n'est pas toujours facile de dire ce que l'on pense, susceptible ou fragile, Ă©go ou arrogance, ce fameux franc-parler n'est pas au bout de tous, quelquement mal placĂ©, c'est le cƓur qu'on Ă©clabousse, les mots sont des parfums, lourds de sens, composent un par un, pour bĂątir notre immense vision des choses, orales ou Ă©crites, en verrou, en prose, non, ça n'a pas de prix.

  • Speaker #2

    Ça n'a pas...

  • Speaker #1

    On s'en va entre les cibles.

  • Speaker #0

    Les mots brillent.

  • Speaker #1

    Ils nous plomben.

  • Speaker #0

    On s'est mis.

  • Speaker #1

    C'est nos cƓurs. Et quand les mots, je suis là,

  • Speaker #3

    je suis lĂ ,

  • Speaker #1

    c'est le début, j'en ai mon bruit,

  • Speaker #0

    c'est le début.

  • Speaker #1

    Dans les cƓurs. Dans les cƓurs. Dans les cƓurs. dans mon cƓur. Merci.

  • Speaker #2

    Vous ĂȘtes toujours branchĂ© sur Radio G et toujours Ă  l'Ă©coute de l'Ă©mission Les Voix de l'Éco. Je suis toujours en compagnie de mon invitĂ© Chantal Blanchouin de Brins de Sagesse et aussi en compagnie d'Anne Textereau avec moi en studio aujourd'hui. Nous venons d'Ă©couter les mots justes de Petit K. Je ne connaissais pas du tout personnellement pourquoi avoir choisi ce titre musical, Chantal.

  • Speaker #3

    Vous l'aurez compris... les mots sont hyper importants et effectivement quand on a un ressenti et qu'on veut l'exprimer par des mots c'est pas toujours évident et je trouve que la chanson est trÚs trÚs belle j'aurais aimé l'écrire vraiment elle dit ce que je ressens tellement de vérité, de belles vérités que j'ai eu envie de la partager

  • Speaker #2

    Alors vous ĂȘtes Ă©galement youtubeuse en tout cas vous avez une chaĂźne youtube avec des diffĂ©rentes entrevues alors justement quel rĂŽle jouent ces entrevues dans vos missions si je puis dire d'Ă©veil et de connexion

  • Speaker #3

    En fait, j'ai eu l'envie de mettre en lien les gens qui sont en recherche de mieux-ĂȘtre avec des professionnels de l'accompagnement de qualitĂ©. Parce que c'est vrai que quand on est dans cette recherche de mieux-ĂȘtre, on ne sait pas toujours vers qui aller. Et moi, je fais de belles rencontres et j'aime bien aller chercher ce qui fait que la personne en est arrivĂ©e lĂ , de l'accompagnement, etc. VoilĂ . et du coup les mettre en lumiĂšre grĂące Ă  ma chaĂźne YouTube ça me fait trĂšs plaisir parce que ça me permet d'aller encore plus Ă  la rencontre vers eux et souvent quand on est dans l'accompagnement c'est pas forcĂ©ment notre trip de se faire connaĂźtre on sait pas toujours par quel biais et je trouve qu'une interview ça permet c'est beaucoup plus vibrant qu'une carte de visite qu'un flyer Et voilĂ , c'Ă©tait mon idĂ©e de mettre en lien avec les personnes qui proposent.

  • Speaker #2

    D'accord. Et donc vous mettez juste les autres personnes en avant, vous ne mettez pas forcément vous en train de lire un texte par exemple.

  • Speaker #3

    En fait, j'ai aussi mis ce que j'appelle mes bulles de rĂ©flexion. Je les avais appelĂ©es mes bulles de conscience, mais il semble qu'il a fallu que je change de nom. Donc, j'ai mis mes bulles de rĂ©flexion. Et quand j'ai des prises de conscience, je les partage. Donc, des fois, si, ça peut m'arriver de lire un texte. Mais c'est surtout des prises de conscience en lien avec, justement, cette Ă©coute du corps profond et que j'ai envie de faire. prendre conscience qu'on peut aller Ă©couter ça plutĂŽt que d'ĂȘtre dans le mental tout le temps. Je partage ça aussi. C'est sur ma chaĂźne.

  • Speaker #2

    Parlons un peu de gros mots et d'argent. Nous sommes dans une émission aussi économique. Combien coûtent vos différentes prestations, Chantal ?

  • Speaker #3

    Quand je fais un décodage, Pour que ce soit au plus juste, j'ai compris que, par exemple, quand on s'appelle Tom Roy, par exemple, il y a trÚs peu de lettres et le décodage se fait trÚs vite pour moi. Alors que si on s'appelle Marie-Madeleine Tartampion-Rampon, c'est trÚs long pour moi. Donc, j'ai fait plusieurs prix. Donc, quand il y a peu de lettres, c'est 129. Sinon, entre les deux, c'est 149 et ça peut aller jusqu'à 179.

  • Speaker #2

    D'accord. Et pour tout ce qui est conférences stories, par exemple, comment ça se passe ? C'est des conférences qui sont ouvertes, payantes ? Oui,

  • Speaker #3

    les confĂ©rences stories, il faut rĂ©server Ă  l'avance sur billets.web. C'est 13 euros. Et du coup, la prochaine, elle est bientĂŽt. Elle est le 4 mai au Jardin d'Éden, Ă  la librairie Ă©sotĂ©rique Place Bichon, rue Saint-Jacques. rue Saint-Lazare rue Saint-Lazare et donc voilĂ  il reste encore quelques places donc n'hĂ©sitez pas parfait,

  • Speaker #2

    chers auditeurs et auditrices prenez vos billets sur billets web ou directement sur votre site web en fait il faut aller sur mon site et puis vous vous retrouverez

  • Speaker #3

    le lien.

  • Speaker #2

    D'accord, directement. Est-ce que vous pouvez nous partager une anecdote sur la façon dont votre travail a transformé la vie de quelqu'un ?

  • Speaker #3

    En fait... Je pense que dĂ©jĂ , quand j'Ă©tais professeure de yoga, j'ai toujours mis l'accent sur le ressenti. Et donc, prendre conscience de ce passage qu'on peut vraiment ĂȘtre Ă  l'Ă©coute de son ressenti a modifiĂ© forcĂ©ment la vie de certaines personnes. Par rapport au dĂ©codage... Je pense que les personnes qui ont fait dĂ©jĂ  un travail sur elles, ça vient vraiment confirmer ce qu'elles avaient dĂ©jĂ  compris. Parce qu'en gĂ©nĂ©ral, quand on fait un travail sur soi, on est Ă  l'Ă©coute de nos ressentis. Et quand on Ă©coute ça, on suit notre chemin. Les personnes qui ont fait des dĂ©codages qui ne sont pas encore lĂ , ont elles besoin, donc je suis aussi praticienne dans la libĂ©ration des blocages Ă©motionnels inconscients, et lĂ  je peux vraiment les aider Ă  se libĂ©rer de tout ce qui les bloque pour ĂȘtre vraiment elles-mĂȘmes. Et lĂ , effectivement, ça a changĂ© pas mal de vies. Effectivement. Parce qu'un blocage Ă©motionnel inconscient, c'est quand on n'arrive pas Ă  aller lĂ  oĂč on veut. Parce qu'un blocage, c'est comme un nƓud qui a Ă©tĂ© mis en nous. dans notre enfance, par rapport Ă  ce qu'on nous a dit, par rapport Ă  notre Ă©ducation, par rapport Ă  des croyances qui sont venues des certitudes en nous, et du coup ça nous empĂȘche d'ĂȘtre vraiment nous-mĂȘmes. Et de faire cette libĂ©ration des blocages Ă©motionnels inconscients, c'est comme si on venait d'Ă©nouer le nƓud, et que plutĂŽt que de toujours tomber dans les mĂȘmes travers, on peut enfin aller lĂ  oĂč on veut aller. Donc effectivement, cette pratique aide vraiment les personnes Ă  se reconnecter Ă  qui elles sont vraiment. En douceur.

  • Speaker #2

    En douceur, ça c'est trÚs important. Alors, comme tout à l'heure, maintenant, nous allons jouer.

  • Speaker #3

    Here we go !

  • Speaker #2

    Pour ce deuxiĂšme jeu, Chantal, nous allons faire votre portrait chinois. Est-ce que vous ĂȘtes prĂȘte ?

  • Speaker #3

    Attention !

  • Speaker #2

    Alors, quel est votre plat cuisiné préféré ?

  • Speaker #3

    Les crumbles.

  • Speaker #2

    Votre série préférée ?

  • Speaker #3

    Alors, derniĂšrement, Manifest.

  • Speaker #2

    Votre couleur préférée ?

  • Speaker #3

    Le rouge.

  • Speaker #2

    Votre sport préféré ?

  • Speaker #3

    Alors, l'acro-yoga que j'ai découvert il y a peu de temps.

  • Speaker #2

    Votre ville préférée ?

  • Speaker #3

    Ville prĂ©fĂ©rĂ©e ? Je crois que j'en ai pas. J'aime ĂȘtre... Ouais, non, je sais pas dire.

  • Speaker #2

    D'accord. Votre dernier lieu de vacances ?

  • Speaker #3

    La Haute-Savoie.

  • Speaker #2

    Pourquoi vous levez-vous le matin ?

  • Speaker #3

    Pour apprendre.

  • Speaker #2

    Ouais, j'adore. Moi, c'est pareil. Le matin, me lever pour toujours continuer Ă  apprendre. Ça, c'est gĂ©nial. Merci beaucoup, Chantal, pour vos rĂ©ponses.

  • Speaker #3

    Les voix de l'écho, une émission présentée par Yves Maguin.

  • Speaker #2

    Quand on vous écoute Chantal, ça me fait aussi penser un peu à la méditation. Est-ce que justement la méditation peut aider aussi à éveiller finalement la conscience ?

  • Speaker #3

    Je dirais que, Ă©videmment, pour moi, c'est quelque chose de quotidien. Je ne peux plus vivre sans non plus, puisque c'est ça qui me permet d'ĂȘtre en connexion avec plus grand que moi, avec mon corps, avec mes ressentis, de plus ĂȘtre dans le brouhaha de mes pensĂ©es.

  • Speaker #2

    Est-ce que vous avez des conseils Ă  donner aux personnes qui veulent mĂ©diter ? Parce que c'est vrai que ça peut ĂȘtre un peu difficile pour les personnes qui dĂ©butent ou qui n'ont jamais fait cette pratique.

  • Speaker #3

    C'est vrai que c'est Ă  chacun son mode d'emploi. Parce que moi, si par exemple je vais marcher dans la nature, quand je marche, le petit vĂ©lo se remet en route dans ma tĂȘte. Moi, je ne peux pas ĂȘtre en mouvement, par exemple. Moi, il faut que je sois assise ou allongĂ©e pour que tout s'apaise, alors que d'autres personnes ne peuvent mĂ©diter que si elles vont marcher, si elles sont dans le mouvement. Donc, effectivement, on a tous notre fonctionnement et je dirais que c'est Ă  chacun d'expĂ©rimenter, de se faire accompagner dans un premier temps, parce que c'est vrai que ça n'a rien d'Ă©vident de le faire tout seul, peut-ĂȘtre. d'apprendre, de ne pas vous remettre en question. Si ça ne vous convient pas, ce qu'on vous transmet, eh bien, changez, essayez autre chose, expĂ©rimentez. Et vous allez voir qu'Ă  un moment donnĂ©, il y a quelque chose qui va vous sembler Ă©vident.

  • Speaker #2

    Anne, vous avez une question pour notre invitée ?

  • Speaker #3

    Oui, j'ai une question. Dans le prolongement aussi de la mĂ©ditation, Chantal, je me souviens avoir vu sur les rĂ©seaux que vous ĂȘtes allĂ©e en immersion dans le dĂ©sert, au Maroc, je crois. Est-ce que vous pouvez nous faire un petit brin de voyage vers cette destination et peut-ĂȘtre votre retour d'expĂ©rience ?

  • Speaker #2

    C'Ă©tait exactement la question que j'allais poser Ă  l'instant.

  • Speaker #3

    Ça s'appelle de la tĂ©lĂ©pathie.

  • Speaker #2

    Exactement, quelle belle connexion, Anne, merci.

  • Speaker #3

    Vous ĂȘtes trĂšs connectĂ©e. En fait, c'Ă©tait dans le dĂ©sert algĂ©rien, dans le sud de l'AlgĂ©rie. C'est une expĂ©rience qui est trĂšs mĂ©morable. En fait, je partais... En compagnie d'une personne que je connaissais bien, qui s'appelle Karine Chardon, qui a l'idĂ©e maintenant d'organiser ce genre de voyage. Donc je me sentais bien en sĂ©curitĂ©, mais ça a commencĂ© Ă  me travailler bien avant de partir. Parce que quand on a fait la premiĂšre rĂ©union d'organisation, elle nous a expliquĂ© comment ça allait se passer, et j'ai des peurs qui ont surgi. Et en fait, on ne peut pas s'imaginer qu'est-ce qui va venir, Ă  quel moment. Et quand on a fait cette rĂ©union, elle a parlĂ© qu'on allait dormir dehors, Ă  la belle Ă©toile, entre 0 et 10 degrĂ©s, qu'il fallait bien se couvrir, et que la journĂ©e, ce serait entre 25 et 30 degrĂ©s. Donc il fallait amener des choses lĂ©gĂšres, mais se protĂ©ger du soleil. et en mĂȘme temps, il ne fallait pas trop emmener de choses parce qu'il ne fallait pas trop qu'on se charge. C'Ă©tait un peu plein d'injonctions contraires comme ça. Et le fait qu'on dorme, moi, je m'Ă©tais mis dans ma tĂȘte qu'on dormirait dans une tente Touareg ou quelque chose couvert. Et lĂ , elle dit, pensez Ă  prendre votre rĂ©veil parce que si vous dormez derriĂšre une dune, je ne vais pas vous courir aprĂšs le matin. Et lĂ , j'ai dit, parce qu'on dort pas tous regroupĂ©s, c'est quoi le truc ? Et elle dit, non, non, on peut dormir. Et bon, OK, j'ai senti qu'il y avait quelque chose en moi, dans mon corps, qui se resserrait au niveau de mon ventre. Et dans la nuit, je me suis rĂ©veillĂ©e avec une grande douleur, au genou, en l'occurrence. Et en fait, j'ai fait toute une introspection. Je me suis fait accompagner aussi pour y voir plus clair. Et en fait, c'Ă©tait vraiment en lien avec le psoas. Le psoas, c'est vraiment lĂ  oĂč les Ă©motions parlent. Et j'avais une grande peur. Je me sentais en insĂ©curitĂ© Ă  dormir dehors.

  • Speaker #2

    Le psoas, c'est quoi exactement ?

  • Speaker #3

    Le psoas, c'est le muscle qui rattache le haut du dos avec le bas du dos, des lombaires jusqu'aux jambes. Et donc, du coup, moi, j'avais une trĂšs forte douleur au genou, mais ça n'avait rien Ă  voir avec le genou. Et je l'ai dĂ©cryptĂ© avant de partir. Et j'ai pu marcher sans problĂšme tout pendant les 15 jours que je suis partie. Et ça, ça a Ă©tĂ© vraiment... Je me suis dit, mais le travail s'est fait dĂ©jĂ . Avant. Et pendant le voyage, effectivement, j'avais choisi de partir deux semaines, parce qu'on pouvait partir juste une semaine. Et pour moi, ça a Ă©tĂ©... Ă©vident qu'il fallait au moins deux semaines pour moi, pour laisser... Moi, j'ai besoin d'avoir du temps pour prendre mes repĂšres, de poser les choses et de vivre pleinement. Et ce qui m'a le plus touchĂ©e, je dirais, pour ne pas ĂȘtre trop longue, c'est cette connexion des Touaregs de cƓur Ă  cƓur. Parce qu'on ne comprenait pas forcĂ©ment la langue. Enfin, avec certains, si, mais avec le staff, non. Et il y avait une connexion d'Ă©coute, de convivialitĂ© qui, moi, m'a beaucoup touchĂ©e, en fait. Je me suis sentie en connexion. qui est inexplicable en fait j'ai ressenti avec ces hommes lĂ  beaucoup de j'avais pas Ă  paraĂźtre j'avais juste Ă  ĂȘtre c'est wow c'Ă©tait fort ça m'a quand j'en parle souvent il y a de l'Ă©motion qui monte c'est trĂšs fort et puis tout ce qu'on a vĂ©cu effectivement c'est des leçons de vie quand on monte une dune c'est hyper dure et qu'on se dit je vais pas y arriver, on regarde le sommet on se dit non c'est trop dur il y a la tempĂȘte de sable qui Ă©tait lĂ  aussi et lĂ  j'ai mis j'ai baissĂ© ma casquette et j'ai dit bon allez, pas Ă  pas et j'ai rĂ©ussi. Et arrivĂ© lĂ -haut, j'ai dit, j'en ai pleurĂ©. J'Ă©tais contente d'avoir rĂ©ussi parce que c'Ă©tait vraiment trĂšs dur. Et je me suis dit, c'est ça la vie en fait.

  • Speaker #2

    Waouh, super tĂ©moignage. Ça donne un peu envie d'y aller, non Anne ?

  • Speaker #3

    Oui, je pense que je vais y penser.

  • Speaker #2

    Alors justement, tout ce qui est spiritualitĂ©, quĂȘte de sens pour... Pour les cartĂ©siens ou ceux qui sont un peu terre-Ă -terre, ça peut ĂȘtre un peu difficile Ă  apprĂ©hender. Est-ce que vous arrivez un peu Ă  concilier la science et la spiritualitĂ© dans vos pratiques pour les plus rĂ©fractaires ?

  • Speaker #3

    On a la chance que maintenant, on en parle de plus en plus. Avec la science quantique, je trouve forcĂ©ment que ça ne devrait pas ĂȘtre dissociĂ©. c'est Ă  expĂ©rimenter ça aussi, parce qu'il y a beaucoup de personnes qui rigolent quand on parle des synchronicitĂ©s, etc. Mais peut-ĂȘtre que c'est qu'ils n'ont pas expĂ©rimentĂ©. C'est ce que je me dis.

  • Speaker #2

    Et alors justement, quelles recommandations est-ce que vous pouvez donner pour qu'on arrive Ă  avoir un Ă©quilibre entre le corps, l'esprit et l'Ăąme, justement ?

  • Speaker #3

    Trouver une pratique qui vous permette de reconnecter au corps. C'est indispensable pour moi. Sinon, on n'est que dans le mental. Et le mental, on ne trouve pas nos solutions. C'est normal parce que le mental, il est en lien avec nos expériences passées. Et souvent, il ne se souvient que de nos échecs. donc il nous fait peur et il nous fige alors que si on décide de faire équipe avec justement notre intuition, avec notre corps parce que ça passe par notre corps c'est une question de vibration en fait, mais tout le monde doit l'avoir sauf que tout le monde n'a pas appris à écouter et à avoir ce discernement là c'est pour ça que j'aimerais que les enfants soient éduqués comme ça, je trouve que ça serait chouette justement est-ce qu'il y a

  • Speaker #2

    Par extension, est-ce qu'il y a une pratique ou un rituel quotidien qui peut ĂȘtre fait pour rester alignĂ© avec soi, Chantal Bonchon ?

  • Speaker #3

    En fait, moi, le yoga m'y a beaucoup aidée, mais je ne fais pas de prosélytisme à chacun de trouver sa méthode. Le Qigong, toutes ces méthodes, les arts martiaux, c'est des connexions au corps, en fait. C'est un autre apprentissage.

  • Speaker #2

    Le mieux finalement, c'est de pouvoir tester et pouvoir... justement se parler à soi et se dire ok non ça c'est pas fait pour moi, ça oui c'est ça, juste écouter ça de ne pas faire comme les autres juste écouter c'est quoi qui me convient à moi comment vous arrivez à avec vos clients du coup à identifier avec eux un peu leur croyance limitante et les aider finalement à les surmonter

  • Speaker #3

    DĂ©jĂ , c'est beaucoup d'Ă©coute. Et de voir qu'est-ce qui... Quand on tombe toujours dans les mĂȘmes travers, c'est que forcĂ©ment, il y a quelque chose qui nous emmĂšne toujours au mĂȘme endroit. Donc, prendre de la hauteur et d'observer. Comment je pourrais voir les choses autrement ? Comment je peux me positionner Ă  une autre place pour voir les choses diffĂ©remment ? Ça change tout, en fait.

  • Speaker #2

    Et alors, si quelqu'un se sent un peu perdu, justement, ou dĂ©connectĂ© de lui-mĂȘme, donc on l'a dit, il faut que chacun essaye un peu ce qu'il veut, mais vous, vous ĂȘtes plutĂŽt sur la pratique de vous dire que la premiĂšre des choses, c'est peut-ĂȘtre, si j'identifie bien, le yoga, ce que vous avez dit, c'est ça peut-ĂȘtre ?

  • Speaker #3

    Moi, ça m'a beaucoup, beaucoup, beaucoup, beaucoup bĂȘtĂ©. Ça m'a sauvĂ©e. Maintenant, je sais que tout le monde n'est pas adepte de cette pratique et c'est normal. Ça ne peut pas plaire Ă  tout le monde. Donc, je n'ai pas d'autre chose Ă  dire que d'expĂ©rimenter pour voir ce qui est le mieux pour vous.

  • Speaker #2

    Alors, quand vous ĂȘtes en sĂ©ance, on va dire, vous Ă©coutez aussi les personnes parler. J'imagine que vous captez aussi ce que les personnes vous disent. Comment vous faites-vous pour Ă©viter d'ĂȘtre aussi en surcharge Ă©motionnelle ou avoir cet effet un peu miroir, comme on dit des fois en psychologie ? Comment vous faites pour Ă©viter ça ?

  • Speaker #3

    À un moment donnĂ©, j'ai eu beaucoup de mal parce que je ne faisais pas la diffĂ©rence entre ce que je ressentais qui ne m'appartenait pas et qui appartenait aux autres et ce qui m'appartenait. Donc j'ai appris. j'ai appris encore lĂ  Ă  Ă©couter. Ça demande beaucoup d'introspection et d'ĂȘtre seule. J'ai beaucoup besoin d'avoir des moments de solitude pour savoir qu'est-ce qui m'appartient et qu'est-ce qui ne m'appartient pas. Et il n'y a que ça qui m'a permis de faire cette diffĂ©rence. La solitude, elle est indispensable parce que quand on est noyĂ© dans le bruit, quand on est noyĂ© dans les autres, on ne peut pas faire cette diffĂ©rence parce que tout est Ă©nergie et donc du coup, ça vibre autour de nous, en nous et comment faire la diffĂ©rence ? Alors s'extraire de tout ça m'a permis de faire cette diffĂ©rence.

  • Speaker #2

    Carrément.

  • Speaker #3

    Et de me faire un nettoyage aprÚs chaque séance, c'est important, effectivement. Carrément.

  • Speaker #2

    Alors l'Ă©mission Les Voix de l'Ă©cho touche dĂ©jĂ  bientĂŽt Ă  sa fin en tout cas merci beaucoup Chantal d'ĂȘtre venue nous parler de l'Ă©veil des consciences avec donc Anne Sagesse merci beaucoup Anne Texero encore pour votre chronique donc on a eu la terre l'eau l'air et on aura bientĂŽt le feu j'imagine Par rapport Ă  ça, on se retrouve le mercredi 15 mai de 12h10 Ă  13h sur le 100.5 FM ou via le web sur le site radio-g.fr. Nous parlerons d'art et d'upcycling. Mais contrairement aux autres Ă©missions, et plutĂŽt que de terminer comme je fais d'habitude avec le gĂ©nĂ©rique de fin, je vous propose de terminer en musique avec le morceau traditionnel chinois que j'ai mis tout Ă  l'heure en dĂ©but d'Ă©mission. En tout cas, prenez soin de vous et merci d'avoir Ă©coutĂ© Ă  Radio-G.

  • Speaker #0

    Sous-titrage ST'501 Merci Sous-titrage ST'50

  • Speaker #3

    Sous-titrage ST'501

Transcription

  • Speaker #0

    Les voix de l'Ă©cho.

  • Speaker #1

    Les voix de l'Ă©cho.

  • Speaker #2

    Salutations chers auditeurs et auditrices de Radio-G, bienvenue dans l'Ă©mission Les Voix de l'Ă©cho. Je suis Yves Laguin et pendant 50 minutes, nous allons aborder les thĂšmes de l'entrepreneuriat, de l'Ă©cologie et du dĂ©veloppement Ă©conomique local et Ă©coresponsable. Cette Ă©mission est ponctuĂ©e de plusieurs temps forts avec un invitĂ©, une ou plusieurs chroniques en fonction des semaines, ainsi qu'une pause musicale choisie par l'invitĂ©. Alors, ouvrez grand vos oreilles, c'est parti ! Bonjour Ă  toutes et Ă  tous, auditeurs et auditrices de Radio G, bienvenue dans l'Ă©mission Les Voix de l'Éco. Nous sommes le 122Ăšme jour de l'annĂ©e et nous fĂȘtons aujourd'hui les JĂ©rĂ©mie, Brilleux, Florine ou encore Sigmund. Bonne fĂȘte Ă  vous ! Et en plus d'ĂȘtre la fĂȘte du travail aujourd'hui et l'occasion d'offrir un brin de midi, nous cĂ©lĂ©brons les 20 ans de l'Ă©largissement de l'Union EuropĂ©enne Ă  25 pays. Alors petit rappel de gĂ©opolitique, il y a actuellement 27 pays dans l'Union europĂ©enne suite au Brexit et au retrait du Royaume-Uni dans l'Union en 2020. Mais nous n'allons pas parler gĂ©opolitique aujourd'hui avec mon invitĂ© du jour. Nous allons plutĂŽt Ă©changer avec un brin de sagesse et parler d'Ă©veil des consciences. Avant d'accueillir notre invitĂ© et pour m'accompagner dans l'Ă©mission du jour, la coach Anne Texereau. Bonjour Anne, de quoi allez-vous nous parler aujourd'hui ?

  • Speaker #1

    Bonjour Ă  tous, bonjour Chantal, bonjour chers auditeurs. Eh bien moi je vous propose de poursuivre notre voyage au cƓur du coaching de l'Ă©nergie et on va parler aujourd'hui de l'aimant R. Je ne vous en dis pas plus.

  • Speaker #2

    IntĂ©ressant, on entendra ça donc d'ici 10-15 minutes Ă  peu prĂšs. Et chers auditeurs et auditrices, il est temps de mieux maintenant. Selon Douglas Harding, auteur et philosophe britannique, l'Ă©veil de conscience est comparable aux quatre stades, un ĂȘtre humain, le bĂ©bĂ©, l'enfant, l'adulte et la personne ĂągĂ©e. Pour FrĂ©dĂ©ric Dalavier, un ancien athlĂšte français spĂ©cialisĂ© dans la force athlĂ©tique et la musculation, l'Ă©veil des consciences est une plongĂ©e dans les entrailles de l'Ăąme humaine. Je reçois dans le studio en ce 1er mai Chantal Blanchoin, auteure confĂ©renciĂšre pour l'Ă©veil des consciences, praticienne en guĂ©matrie et crĂ©atrice de liens chez BrindsingĂšs. Est-ce que mon invitĂ© pense la mĂȘme chose que les deux auteurs que je viens de citer ? On en parle tout de suite. Bonjour Chantal Blanchoin, bienvenue dans le studio de Radio-G.

  • Speaker #0

    Bonjour Yves, merci, je suis ravie d'ĂȘtre Ă  tes cĂŽtĂ©s. Bonjour Anne, merci de m'avoir invitĂ©e.

  • Speaker #2

    Avec trĂšs grand plaisir. Alors Chantal, vous ĂȘtes confĂ©renciĂšre, auteure, coach et mĂȘme youtubeuse. Comment dĂ©cririez-vous votre approche de la connaissance de soi et du bien-ĂȘtre ?

  • Speaker #0

    Je dirais que j'aime Ă  me dĂ©finir comme une exploratrice du jeu de la vie, justement, de mes Ă©tats d'Ăąme, parce que j'ai compris que plus je me comprenais, plus je me connaissais, plus j'Ă©tais en phase avec moi-mĂȘme et en phase avec les autres. Je pense que la connaissance des soirs, elle est inĂ©vitable, elle est indispensable pour se sentir mieux et ĂȘtre en meilleure santĂ©.

  • Speaker #2

    Alors vous avez créé Brun de Sagesse, pourquoi ce nom justement ?

  • Speaker #0

    En fait, quand je me suis installĂ©e en tant que professeure de yoga il y a quelques annĂ©es, je me suis installĂ©e au nom de Chantal Blanchoin. Et puis, chemin faisant, j'ai vu l'intĂ©rĂȘt d'avoir un site, un site internet. mais je ne savais pas comment l'appeler. Et un jour, je me suis rĂ©veillĂ©e avec un brin de sagesse dans la tĂȘte et je me suis dit, c'est ça, c'est le nom de mon site.

  • Speaker #2

    Tout simplement. Alors, vous organisez, comme vous l'appelez justement sur votre site web, des conférences stories. Alors, est-ce que vous pouvez nous raconter, Chantal Blanchoin, justement, ce qui s'y passe et ce que c'est exactement que ces conférences ?

  • Speaker #0

    Oui, j'ai trouvé ce terme, c'est pareil, un matin, en me réveillant. Parce qu'en fait, c'est... Ce sont des conférences, mais plutÎt pour parler de ce que j'ai compris, pas de ce que j'ai appris, de ce que j'ai compris de mon histoire. Et donc, ces conférences me permettent de parler de mon histoire pour faire écho à l'histoire des personnes et les aider à mieux comprendre la leur. Donc en fait, ce n'était pas vraiment une conférence. Donc, Conférence Story, je trouvais que c'était le plus approprié. C'est comme un One Woman Show, on va dire. Parce qu'on y sourit, on y rit, on y pleure. Parce que tout ce que je raconte, parle aux gens. C'est comme s'ils entendaient un message qui leur était destiné. Donc, ça parle.

  • Speaker #2

    D'accord. Donc en gros, il s'est... une conférence via votre histoire, tout simplement. Et donc, vous transmettez finalement des enseignements, quelque part ?

  • Speaker #0

    En fait, mon intention, c'est de faire germer les graines du tout est possible. Parce que moi, Ă  un moment donnĂ© de ma vie, j'Ă©tais trĂšs mal dans ma peau. Alors que j'avais tout pour ĂȘtre heureuse. Et donc, du coup, j'avais beaucoup de culpabilitĂ© Ă  me sentir pas bien dans ma peau. Et donc j'ai voulu comprendre qu'est-ce qui faisait que j'Ă©tais si mal. Et je me suis mise en quĂȘte de sens et j'ai compris des choses que je veux transmettre aux personnes pour faire comprendre que le mal-ĂȘtre, il a toute sa raison d'ĂȘtre. Et j'aime Ă  dire qu'il est le meilleur ami de l'ĂȘtre parce qu'il vient nous dire qu'il y a quelque chose Ă  comprendre, Ă  changer. qu'on est loin de notre chemin s'il y a du mal-ĂȘtre. Plus on se rapproche de notre chemin, plus on ressent du bien-ĂȘtre, plus on se sent vivant, en fait.

  • Speaker #2

    Il faut savoir s'Ă©couter, finalement.

  • Speaker #0

    C'est ça, prendre de la hauteur et voir qu'est-ce qui nous met à mal, pour réajuster, en fait.

  • Speaker #2

    D'accord. Alors, vous avez Ă©crit un livre qui s'appelle, donc, Sur le chemin de mon Ă©veil, de cƓur Ă  cƓur. Justement, Chantal Blanchoin, que raconte ce livre ?

  • Speaker #0

    En fait, j'ai Ă©crit un livre sans savoir que j'Ă©crivais un livre. Parce qu'Ă  un moment donnĂ©, comme je vous ai dit, comme je n'Ă©tais pas trĂšs bien, je me suis fait accompagner. Et la coach qui m'accompagnait me disait que j'avais beaucoup de crĂ©ativitĂ©, alors que moi, je disais que je n'en avais pas. Et donc, je me suis laissĂ©e faire, on va dire. J'ai laissĂ© les choses venir Ă  moi et je me suis observĂ©e. Et il y avait plein de prises de conscience Ă  cette pĂ©riode de ma vie. Et la nuit, moi c'est beaucoup la nuit, parce que je pense que c'est le mental qui lĂąche, et qu'il y a des choses qui viennent Ă  ce moment-lĂ . Et la nuit, il y avait des choses qui venaient, c'Ă©tait fluide, c'Ă©tait beau, c'Ă©tait... poĂ©tique parce que ça rimait et ça venait confirmer, c'Ă©tait comme des enseignements qui venaient confirmer mes prises de conscience. Je trouvais ça tellement beau que je pensais que j'allais m'en souvenir, mais le matin, quand je me rĂ©veillais et que je voulais Ă©crire, je remontais dans le mental et il n'y avait plus rien qui sortait, ce n'Ă©tait pas fluide. Donc j'ai compris qu'il fallait que je me lĂšve quand ça venait et j'ai Ă©tĂ© plusieurs mois Ă  me lever la nuit pour Ă©crire. Et ces textes-lĂ , ils me faisaient beaucoup de bien parce que... Vous savez, quand on a des prises de conscience, si on ne les Ă©crit pas, ça peut vite s'Ă©vanouir. Et on se dit, mais c'est quoi dĂ©jĂ  ? Et lĂ , je les Ă©crivais et je m'y rĂ©fĂ©rais souvent. Et ça me faisait beaucoup de bien de les relire. Et un jour, je me suis dit, si ça me fait du bien, ça peut faire du bien aux autres. Donc, je me suis autorisĂ©e Ă  m'auto-Ă©diter. Je dis bien autorisĂ©e parce qu'Ă  ce moment-lĂ , je me disais, mais t'es qui, toi, pour... Ă©diter un livre. Du coup, je me suis auto-Ă©ditĂ©e. Et le livre a beaucoup de succĂšs parce que, en fait, c'est la mĂȘme chose. Ça rĂ©sonne dans l'histoire, ça fait Ă©cho aux personnes. Et du coup, dans mes confĂ©rences story, je remets ces textes-lĂ  dans le contexte. C'est ce qui rend ces confĂ©rences story trĂšs poĂ©tiques. et qui font que c'est doux mais percutant Ă  la fois.

  • Speaker #2

    D'accord. Et alors, est-ce que vous avez prévu d'écrire un nouveau livre ? Et si oui, quel en est son sujet ?

  • Speaker #0

    En fait, quand j'ai dĂ©cidĂ© de m'auto-Ă©diter, je continuais Ă  Ă©crire des textes, mais il fallait bien que je m'arrĂȘte Ă  un moment donnĂ© pour Ă©diter. Et donc, ces textes, il y en a dĂ©crits, il y en a dĂ©posĂ©s, et d'autres qui viennent encore. Donc, le jour oĂč je... Il est quasiment terminĂ©, je pense, mais comme j'aime Ă  l'illustrer, etc., il y a encore des choses Ă  peaufiner.

  • Speaker #2

    Alors, avant de laisser la parole Ă  Anne Texereau pour sa chronique, nous allons jouer. Chantal, j'ai pris pour habitude dans l'Ă©mission de faire des mini-jeux, donc des mini-jeux de questions-rĂ©ponses. Et on commence par la carte d'identitĂ© de votre activitĂ©. Vous pouvez lire Je passe ou Joker. Si une question vous dĂ©range, est-ce que vous ĂȘtes prĂȘte ?

  • Speaker #0

    Ok.

  • Speaker #2

    Allez, c'est parti ! Quel est donc le nom de votre entreprise ?

  • Speaker #0

    Alors c'est Chantal Blanchoin avec ce site Brins de Sagesse et tout le monde maintenant me reconnaĂźt sous le titre de Brins de Sagesse.

  • Speaker #2

    Son année de création ?

  • Speaker #0

    2013

  • Speaker #2

    Combien ĂȘtes-vous ?

  • Speaker #0

    Je suis seule.

  • Speaker #2

    OĂč ĂȘtes-vous situĂ©e ?

  • Speaker #0

    Actuellement à Saint-Barthélemy.

  • Speaker #2

    Quelle est l'URL, donc l'adresse de votre site web ?

  • Speaker #0

    Alors c'est brinsdesagesse.fr

  • Speaker #2

    Et est-ce que vous pouvez nous communiquer votre chiffre d'affaires annuel ?

  • Speaker #0

    Alors actuellement, là comme je suis en transition, puisque j'ai cessé ma pratique de professeur de yoga en septembre, je ne peux pas vous dire parce que je suis en cours de changement.

  • Speaker #2

    D'accord, trÚs bien. Merci beaucoup Chantal pour ces réponses. Alors nous allons maintenant poursuivre le chemin des quatre éléments avec le coaching de l'énergie. AprÚs la terre et l'eau, nous allons maintenant parler de l'élément air. Chers auditeurs et auditrices, prenez une bonne inspiration, c'est le moment d'écouter la chronique d'Anne Texerot.

  • Speaker #1

    Je sĂšme, donc je suis,

  • Speaker #0

    une chronique de la coach Anne Texerot.

  • Speaker #1

    Yves, je ne vous ai pas prévenu hier, mais j'aurais pu vous faire une interro aujourd'hui. Mais bon, c'est mercredi et en plus c'est férié. Allez, je vous propose plutÎt une petite révision ensemble. On a exploré l'énergie de la Terre, qui parle de notre ancrage, de notre alignement, de notre équilibre et notre connexion à la Terre-mer. Puis, nous avons plongé dans l'eau, c'est-à-dire nos émotions et nos énergies inconscientes ou nos animaux, celles que nous n'avons pas encore transmutées, pour retrouver notre paix et notre calme intérieur. Et cette fois, cette fois-ci, on part dans l'air. Alors qu'est-ce que cette énergie ? Eh bien l'air, c'est notre intuition, notre inspiration, par extension, nos idées et notre créativité. Cela correspond à tout notre potentiel créatif, inspiré et insufflé. Mais avant d'aller plus loin, revenons aux basiques. L'air, c'est d'abord l'oxygÚne que je respire, qui permet le bon fonctionnement de mon corps. Respirer, c'est de mouvement, inspirer et expirer. Et cela me maintient en vie. L'air a un niveau plus énergétique et quelque chose de plus subtil et d'invisible,

  • Speaker #0

    mais pas vide.

  • Speaker #1

    Je m'explique. Dans l'univers, tout est Ă©nergie et vibration. C'est pas moi qui vous le dis, c'est Albert Einstein. Je vous propose de faire un zoom Ă  l'Ă©chelle microscopique. Si l'on rĂ©duit au maximum notre corps, nous serions composĂ©s seulement de 0,01% de matiĂšre. Soit les 99% restants sont du vide. Le vide est en fait un plein qui contient de l'information, c'est de l'Ă©nergie. Autrement dit, quand je fais le vide, je peux me connecter Ă  cette Ă©nergie qu'est l'air ou le souffle. Nous sommes bien loin d'ici des techniques pour dĂ©velopper sa crĂ©ativitĂ© ou ses idĂ©es, oĂč l'on nous propose de brainstormer avec une boĂźte Ă  outils pour penser out of the box. Non, non, non, je ne parle pas de ça, car ces techniques certes mĂ©ritent d'exister, mais elles vont surtout solliciter votre mental et vous faire carburer. Ce que je vous propose, c'est plutĂŽt de ne pas remplir votre tĂȘte, mais de vous retrouver et de contacter cette part en vous, qui sait, avec un grand S. VoilĂ  l'Ă©nergie de l'air, cette intelligence universelle, qu'est l'intuition ou l'inspiration. D'ailleurs, sachez que ce pouvoir a toujours existĂ©. Il semblerait, Yves, qu'Ă  l'Ă©poque de Platon, on ne prenait pas de dĂ©cision politique importante sans avoir recours aux oracles. Le mot intuition vient du latin intuitio et signifie regarder attentivement Ă  l'intĂ©rieur de soi ou voir de l'intĂ©rieur. L'intuition serait donc une connaissance immĂ©diate. C'est une capacitĂ© que nous possĂ©dons tous Ă  l'intĂ©rieur de nous et qui nous permet d'obtenir une connaissance directe, sans passer par la logique, la rĂ©flexion ou les donnĂ©es du monde extĂ©rieur. Certains parlent alors d'une petite voix intĂ©rieure qui nous apparaĂźt comme une certitude. Cette petite voix se connecterait Ă  la grande voix, la source universelle ou la grande sagesse, oĂč tout est Ă©nergie et information. Je vous partage cette citation de Nikola Tesla. Qui nous dit ? Mon cerveau n'est qu'un rĂ©cepteur dans l'univers. Il existe un noyau Ă  partir duquel nous obtenons la force. La connaissance et l'inspiration. Alors pour commencer Ă  dĂ©velopper votre intuition et laisser libre cours Ă  votre inspiration, je vous recommande de vous connecter Ă  Dame Nature. J'ai observĂ© que plus nous crĂ©ons cet Ă©change homme-nature et plus nous expĂ©rimentons ce lien d'interdĂ©pendance avec tout ce qui existe. L'intuition, c'est donc s'ouvrir Ă  l'immensitĂ© du cosmos. C'est bien en nous que tout l'univers se trouve. Chantal, j'ai une question pour vous. Dans votre vie, quelle place laissez-vous Ă  l'Ă©nergie de l'air, Ă  l'intuition ?

  • Speaker #0

    Merci, merci, merci. Parce que franchement, tout m'a parlé. Et effectivement, je suis vraiment à cette écoute-là.

  • Speaker #2

    j'ai compris que c'Ă©tait vraiment vital et que ma vie Ă©tait beaucoup plus douce et lĂ©gĂšre en Ă©coutant mon intuition merci vraiment merci aussi pour ce retour merci beaucoup Anne pour cette magnifique chronique avec toujours ce petit fond musical qui est quand mĂȘme trĂšs trĂšs intĂ©ressant

  • Speaker #1

    Les voix de l'écho une émission présentée par Yves Maguin

  • Speaker #2

    Chantal Blanchoin, vous ĂȘtes Ă©galement donc praticienne en guĂ©matrie. Est-ce que vous pouvez nous expliquer ce que c'est exactement que cette technique ?

  • Speaker #0

    La guĂ©matrie, c'est la science de la programmation de la psychĂ© humaine. En fait, c'est une lecture de nos chiffres, un peu comme la numĂ©rologie, mais c'est une autre lecture tout Ă  fait diffĂ©rente, qui permet de dĂ©coder notre plan de vie. Donc, c'est un grand mot, c'est-Ă -dire qu'en fait, on a tous des dĂ©fis Ă  dĂ©passer lors de cette incarnation, et la guĂ©matrie nous permet de mieux les cibler. et donc de savoir ce que la vie attend de nous. Donc c'est Ă©clairant, c'est apaisant, c'est cadrant. Moi, ça m'a beaucoup, beaucoup aidĂ©e. Ça m'a permis de comprendre mon fonctionnement, de l'accepter et de l'intĂ©grer et de mieux m'affirmer avec. Parce qu'il y avait des cĂŽtĂ©s de moi que je ne comprenais pas parce que je me sentais diffĂ©rente des autres et que du coup, je cherchais Ă  me changer. J'ai compris avec cette lecture-lĂ  que c'Ă©tait Ă©vident que je ne pouvais pas fonctionner autrement. Donc j'ai cessĂ© de vouloir changer et j'ai surtout cherchĂ© Ă  comprendre qui j'Ă©tais vraiment et Ă  fonctionner exactement comme j'Ă©tais. Et du coup, ça facilite grandement aussi la vie. Et j'ai envie de partager ça avec les autres pour les aider Ă  mieux se comprendre.

  • Speaker #2

    Donc du coup, ça permet finalement de découvrir un petit peu la véritable essence que l'on a en nous. Comment ça se passe justement, cette pratique-là ? Vous posez une sur-réponse, c'est ça ?

  • Speaker #0

    Les personnes me donnent leur prĂ©nom, leur don et leur date de naissance. Avec ça, moi, je fais une lecture, je fais des calculs. Et du coup, tout est vibration, en fait. Les lettres sont des vibrations. Et quand par exemple on a la lettre A dans notre prĂ©nom, c'est qu'on a la vibration de la passion. Et quand on a cette vibration de la passion, c'est trĂšs aidant parce que si ça ne vibre plus en nous, on n'a plus Ă  aller dans cette direction. C'est vraiment Ă©couter, est-ce que ça vibre ? Est-ce que ça ne vibre plus ? en fait, on a juste Ă  Ă©couter ça. Si on s'oblige Ă  continuer parce qu'on a fait des Ă©tudes dans une branche et qu'Ă  un moment donnĂ©, ça ne nous parle plus, parfois on reste dans ça et c'est lĂ  oĂč on peut ressentir du mal-ĂȘtre. Alors que si on comprend que ça ne vivre plus en nous, il y a peut-ĂȘtre quelque chose d'autre Ă  aller voir. Et on se laisse porter par le courant de la vie.

  • Speaker #2

    D'accord. Et est-ce que c'est adaptĂ© Ă ... tout type de public, c'est-Ă -dire que vous le faites pour les personnes, enfin les adultes, mais aussi ce que ça peut ĂȘtre des personnes ĂągĂ©es, des enfants, des ados, enfin...

  • Speaker #0

    Oui, moi je l'ai fait pour un petit. Sa maman m'a dit, elle l'avait fait pour elle, et elle m'a dit mais moi j'ai envie de mieux comprendre mon enfant pour la respecter comme elle est. Donc j'ai fait un petit bout qui a Ă  peine un an. Et donc du coup, je trouve que c'est hyper intĂ©ressant parce que dĂ©jĂ , elle a vu que sa petite, elle correspondait dĂ©jĂ  Ă  ce que je lui ai dĂ©codĂ©. Et je trouve que c'est facilitant pour respecter ses enfants. Et puis, Ă  n'importe quel Ăąge, Ă  partir du moment oĂč on pense qu'on a un rĂŽle Ă  jouer. dans cette humanitĂ©. Si on n'est pas en quĂȘte de sens, si ça n'intĂ©resse pas, c'est comme tout, mais si vraiment on est dans cette quĂȘte de sens, c'est trĂšs... C'est trĂšs intĂ©ressant,

  • Speaker #2

    franchement. Et les personnes, je pense Ă  ça d'un coup, mais les personnes qui peuvent ĂȘtre, doivent ĂȘtre des maladies peut-ĂȘtre un peu mentales, comme on peut en avoir, est-ce que ça peut aussi fonctionner ?

  • Speaker #0

    Oui, vous pensez par exemple à la dépression.

  • Speaker #2

    Par exemple, oui, voilĂ .

  • Speaker #0

    Eh bien oui, au contraire, parce que moi j'ai compris avec ces enseignements-là que la dépression c'était un beau cadeau de la vie. Parce qu'en fait, on vient épurer quelque chose qu'on n'a pas épuré dans d'autres vies. Maintenant, il faut croire aux vies antérieures, etc. Je ne dis pas que je détiens la vérité, moi ça me parle. Si ça parle aux personnes, effectivement, c'est intéressant de venir me voir parce que ça décode pas mal de choses.

  • Speaker #2

    D'accord. Alors quand on parle de conscience, j'ai un peu l'impression qu'on est un peu dans la tĂȘte et dans le mental. Mais bon, il y a aussi notre corps qui nous parle. Chantal Blanchon, vous avez aussi pratiquĂ© le yoga, vous en avez parlĂ© tout Ă  l'heure. Justement, comment on peut mettre un peu de temps... tout ça en mouvement pour aller bien finalement.

  • Speaker #0

    En fait, c'est vrai qu'on a tendance Ă  ĂȘtre beaucoup dans le mental parce que dans notre sociĂ©tĂ©, on a fait la part belle Ă  cette partie-lĂ . Alors que si on rĂ©ussit Ă  Ă©couter autant notre corps que notre petite voix, eh bien, ça roule beaucoup plus facilement dans notre vie. LĂ , Juste Ă©couter le mental, ça reste Ă  ĂȘtre dans des croyances. Alors que si on se reconnecte Ă  son corps, et moi le yoga m'y a beaucoup aidĂ©, ça permet d'ĂȘtre sur la vibration, c'est-Ă -dire, c'est bon pour moi ça ou c'est pas bon ? Si on n'Ă©coute pas son corps, qui sait qu'on Ă©coute l'extĂ©rieur ? Donc en fait, on va Ă©couter les autres. On va Ă©couter ce que les autres croient, ce qu'ils vivent pour eux, mais ils parlent d'eux. Ils ne savent pas ce qui se passe en nous. Et nous, on devrait apprendre ça aux enfants tout petits, c'est de faire preuve de discernement, d'aller Ă©couter son corps pour savoir est-ce que ça me correspond ou est-ce que ça ne me correspond pas. Et c'est ça les prises de conscience pour moi. C'est de s'observer et de voir comment ça se manifeste dans mon corps. Et maintenant, je ne fonctionne que comme ça. Je ne peux plus faire autrement que d'Ă©couter mon corps. En fait, j'ai compris qu'il ne se trompe jamais. Et c'est lui qui me guide.

  • Speaker #2

    Et c'est lui qui guide. En tout cas, se connecter Ă  soi et mĂȘme Ă  l'univers, quoi de mieux que de le faire en musique. Nous allons Ă©couter les mots justes de Petit K. On reparle de ce choix musical avec mon invitĂ© Chantal Blanchoin, juste aprĂšs. Bonne Ă©coute sur Radio-G.

  • Speaker #0

    Sous

  • Speaker #1

    Il n'est pas toujours facile de dire ce que l'on pense, susceptible ou fragile, Ă©go ou arrogance, ce fameux franc-parler n'est pas au bout de tous, quelquement mal placĂ©, c'est le cƓur qu'on Ă©clabousse, les mots sont des parfums, lourds de sens, composent un par un, pour bĂątir notre immense vision des choses, orales ou Ă©crites, en verrou, en prose, non, ça n'a pas de prix.

  • Speaker #2

    Ça n'a pas...

  • Speaker #1

    On s'en va entre les cibles.

  • Speaker #0

    Les mots brillent.

  • Speaker #1

    Ils nous plomben.

  • Speaker #0

    On s'est mis.

  • Speaker #1

    C'est nos cƓurs. Et quand les mots, je suis là,

  • Speaker #3

    je suis lĂ ,

  • Speaker #1

    c'est le début, j'en ai mon bruit,

  • Speaker #0

    c'est le début.

  • Speaker #1

    Dans les cƓurs. Dans les cƓurs. Dans les cƓurs. dans mon cƓur. Merci.

  • Speaker #2

    Vous ĂȘtes toujours branchĂ© sur Radio G et toujours Ă  l'Ă©coute de l'Ă©mission Les Voix de l'Éco. Je suis toujours en compagnie de mon invitĂ© Chantal Blanchouin de Brins de Sagesse et aussi en compagnie d'Anne Textereau avec moi en studio aujourd'hui. Nous venons d'Ă©couter les mots justes de Petit K. Je ne connaissais pas du tout personnellement pourquoi avoir choisi ce titre musical, Chantal.

  • Speaker #3

    Vous l'aurez compris... les mots sont hyper importants et effectivement quand on a un ressenti et qu'on veut l'exprimer par des mots c'est pas toujours évident et je trouve que la chanson est trÚs trÚs belle j'aurais aimé l'écrire vraiment elle dit ce que je ressens tellement de vérité, de belles vérités que j'ai eu envie de la partager

  • Speaker #2

    Alors vous ĂȘtes Ă©galement youtubeuse en tout cas vous avez une chaĂźne youtube avec des diffĂ©rentes entrevues alors justement quel rĂŽle jouent ces entrevues dans vos missions si je puis dire d'Ă©veil et de connexion

  • Speaker #3

    En fait, j'ai eu l'envie de mettre en lien les gens qui sont en recherche de mieux-ĂȘtre avec des professionnels de l'accompagnement de qualitĂ©. Parce que c'est vrai que quand on est dans cette recherche de mieux-ĂȘtre, on ne sait pas toujours vers qui aller. Et moi, je fais de belles rencontres et j'aime bien aller chercher ce qui fait que la personne en est arrivĂ©e lĂ , de l'accompagnement, etc. VoilĂ . et du coup les mettre en lumiĂšre grĂące Ă  ma chaĂźne YouTube ça me fait trĂšs plaisir parce que ça me permet d'aller encore plus Ă  la rencontre vers eux et souvent quand on est dans l'accompagnement c'est pas forcĂ©ment notre trip de se faire connaĂźtre on sait pas toujours par quel biais et je trouve qu'une interview ça permet c'est beaucoup plus vibrant qu'une carte de visite qu'un flyer Et voilĂ , c'Ă©tait mon idĂ©e de mettre en lien avec les personnes qui proposent.

  • Speaker #2

    D'accord. Et donc vous mettez juste les autres personnes en avant, vous ne mettez pas forcément vous en train de lire un texte par exemple.

  • Speaker #3

    En fait, j'ai aussi mis ce que j'appelle mes bulles de rĂ©flexion. Je les avais appelĂ©es mes bulles de conscience, mais il semble qu'il a fallu que je change de nom. Donc, j'ai mis mes bulles de rĂ©flexion. Et quand j'ai des prises de conscience, je les partage. Donc, des fois, si, ça peut m'arriver de lire un texte. Mais c'est surtout des prises de conscience en lien avec, justement, cette Ă©coute du corps profond et que j'ai envie de faire. prendre conscience qu'on peut aller Ă©couter ça plutĂŽt que d'ĂȘtre dans le mental tout le temps. Je partage ça aussi. C'est sur ma chaĂźne.

  • Speaker #2

    Parlons un peu de gros mots et d'argent. Nous sommes dans une émission aussi économique. Combien coûtent vos différentes prestations, Chantal ?

  • Speaker #3

    Quand je fais un décodage, Pour que ce soit au plus juste, j'ai compris que, par exemple, quand on s'appelle Tom Roy, par exemple, il y a trÚs peu de lettres et le décodage se fait trÚs vite pour moi. Alors que si on s'appelle Marie-Madeleine Tartampion-Rampon, c'est trÚs long pour moi. Donc, j'ai fait plusieurs prix. Donc, quand il y a peu de lettres, c'est 129. Sinon, entre les deux, c'est 149 et ça peut aller jusqu'à 179.

  • Speaker #2

    D'accord. Et pour tout ce qui est conférences stories, par exemple, comment ça se passe ? C'est des conférences qui sont ouvertes, payantes ? Oui,

  • Speaker #3

    les confĂ©rences stories, il faut rĂ©server Ă  l'avance sur billets.web. C'est 13 euros. Et du coup, la prochaine, elle est bientĂŽt. Elle est le 4 mai au Jardin d'Éden, Ă  la librairie Ă©sotĂ©rique Place Bichon, rue Saint-Jacques. rue Saint-Lazare rue Saint-Lazare et donc voilĂ  il reste encore quelques places donc n'hĂ©sitez pas parfait,

  • Speaker #2

    chers auditeurs et auditrices prenez vos billets sur billets web ou directement sur votre site web en fait il faut aller sur mon site et puis vous vous retrouverez

  • Speaker #3

    le lien.

  • Speaker #2

    D'accord, directement. Est-ce que vous pouvez nous partager une anecdote sur la façon dont votre travail a transformé la vie de quelqu'un ?

  • Speaker #3

    En fait... Je pense que dĂ©jĂ , quand j'Ă©tais professeure de yoga, j'ai toujours mis l'accent sur le ressenti. Et donc, prendre conscience de ce passage qu'on peut vraiment ĂȘtre Ă  l'Ă©coute de son ressenti a modifiĂ© forcĂ©ment la vie de certaines personnes. Par rapport au dĂ©codage... Je pense que les personnes qui ont fait dĂ©jĂ  un travail sur elles, ça vient vraiment confirmer ce qu'elles avaient dĂ©jĂ  compris. Parce qu'en gĂ©nĂ©ral, quand on fait un travail sur soi, on est Ă  l'Ă©coute de nos ressentis. Et quand on Ă©coute ça, on suit notre chemin. Les personnes qui ont fait des dĂ©codages qui ne sont pas encore lĂ , ont elles besoin, donc je suis aussi praticienne dans la libĂ©ration des blocages Ă©motionnels inconscients, et lĂ  je peux vraiment les aider Ă  se libĂ©rer de tout ce qui les bloque pour ĂȘtre vraiment elles-mĂȘmes. Et lĂ , effectivement, ça a changĂ© pas mal de vies. Effectivement. Parce qu'un blocage Ă©motionnel inconscient, c'est quand on n'arrive pas Ă  aller lĂ  oĂč on veut. Parce qu'un blocage, c'est comme un nƓud qui a Ă©tĂ© mis en nous. dans notre enfance, par rapport Ă  ce qu'on nous a dit, par rapport Ă  notre Ă©ducation, par rapport Ă  des croyances qui sont venues des certitudes en nous, et du coup ça nous empĂȘche d'ĂȘtre vraiment nous-mĂȘmes. Et de faire cette libĂ©ration des blocages Ă©motionnels inconscients, c'est comme si on venait d'Ă©nouer le nƓud, et que plutĂŽt que de toujours tomber dans les mĂȘmes travers, on peut enfin aller lĂ  oĂč on veut aller. Donc effectivement, cette pratique aide vraiment les personnes Ă  se reconnecter Ă  qui elles sont vraiment. En douceur.

  • Speaker #2

    En douceur, ça c'est trÚs important. Alors, comme tout à l'heure, maintenant, nous allons jouer.

  • Speaker #3

    Here we go !

  • Speaker #2

    Pour ce deuxiĂšme jeu, Chantal, nous allons faire votre portrait chinois. Est-ce que vous ĂȘtes prĂȘte ?

  • Speaker #3

    Attention !

  • Speaker #2

    Alors, quel est votre plat cuisiné préféré ?

  • Speaker #3

    Les crumbles.

  • Speaker #2

    Votre série préférée ?

  • Speaker #3

    Alors, derniĂšrement, Manifest.

  • Speaker #2

    Votre couleur préférée ?

  • Speaker #3

    Le rouge.

  • Speaker #2

    Votre sport préféré ?

  • Speaker #3

    Alors, l'acro-yoga que j'ai découvert il y a peu de temps.

  • Speaker #2

    Votre ville préférée ?

  • Speaker #3

    Ville prĂ©fĂ©rĂ©e ? Je crois que j'en ai pas. J'aime ĂȘtre... Ouais, non, je sais pas dire.

  • Speaker #2

    D'accord. Votre dernier lieu de vacances ?

  • Speaker #3

    La Haute-Savoie.

  • Speaker #2

    Pourquoi vous levez-vous le matin ?

  • Speaker #3

    Pour apprendre.

  • Speaker #2

    Ouais, j'adore. Moi, c'est pareil. Le matin, me lever pour toujours continuer Ă  apprendre. Ça, c'est gĂ©nial. Merci beaucoup, Chantal, pour vos rĂ©ponses.

  • Speaker #3

    Les voix de l'écho, une émission présentée par Yves Maguin.

  • Speaker #2

    Quand on vous écoute Chantal, ça me fait aussi penser un peu à la méditation. Est-ce que justement la méditation peut aider aussi à éveiller finalement la conscience ?

  • Speaker #3

    Je dirais que, Ă©videmment, pour moi, c'est quelque chose de quotidien. Je ne peux plus vivre sans non plus, puisque c'est ça qui me permet d'ĂȘtre en connexion avec plus grand que moi, avec mon corps, avec mes ressentis, de plus ĂȘtre dans le brouhaha de mes pensĂ©es.

  • Speaker #2

    Est-ce que vous avez des conseils Ă  donner aux personnes qui veulent mĂ©diter ? Parce que c'est vrai que ça peut ĂȘtre un peu difficile pour les personnes qui dĂ©butent ou qui n'ont jamais fait cette pratique.

  • Speaker #3

    C'est vrai que c'est Ă  chacun son mode d'emploi. Parce que moi, si par exemple je vais marcher dans la nature, quand je marche, le petit vĂ©lo se remet en route dans ma tĂȘte. Moi, je ne peux pas ĂȘtre en mouvement, par exemple. Moi, il faut que je sois assise ou allongĂ©e pour que tout s'apaise, alors que d'autres personnes ne peuvent mĂ©diter que si elles vont marcher, si elles sont dans le mouvement. Donc, effectivement, on a tous notre fonctionnement et je dirais que c'est Ă  chacun d'expĂ©rimenter, de se faire accompagner dans un premier temps, parce que c'est vrai que ça n'a rien d'Ă©vident de le faire tout seul, peut-ĂȘtre. d'apprendre, de ne pas vous remettre en question. Si ça ne vous convient pas, ce qu'on vous transmet, eh bien, changez, essayez autre chose, expĂ©rimentez. Et vous allez voir qu'Ă  un moment donnĂ©, il y a quelque chose qui va vous sembler Ă©vident.

  • Speaker #2

    Anne, vous avez une question pour notre invitée ?

  • Speaker #3

    Oui, j'ai une question. Dans le prolongement aussi de la mĂ©ditation, Chantal, je me souviens avoir vu sur les rĂ©seaux que vous ĂȘtes allĂ©e en immersion dans le dĂ©sert, au Maroc, je crois. Est-ce que vous pouvez nous faire un petit brin de voyage vers cette destination et peut-ĂȘtre votre retour d'expĂ©rience ?

  • Speaker #2

    C'Ă©tait exactement la question que j'allais poser Ă  l'instant.

  • Speaker #3

    Ça s'appelle de la tĂ©lĂ©pathie.

  • Speaker #2

    Exactement, quelle belle connexion, Anne, merci.

  • Speaker #3

    Vous ĂȘtes trĂšs connectĂ©e. En fait, c'Ă©tait dans le dĂ©sert algĂ©rien, dans le sud de l'AlgĂ©rie. C'est une expĂ©rience qui est trĂšs mĂ©morable. En fait, je partais... En compagnie d'une personne que je connaissais bien, qui s'appelle Karine Chardon, qui a l'idĂ©e maintenant d'organiser ce genre de voyage. Donc je me sentais bien en sĂ©curitĂ©, mais ça a commencĂ© Ă  me travailler bien avant de partir. Parce que quand on a fait la premiĂšre rĂ©union d'organisation, elle nous a expliquĂ© comment ça allait se passer, et j'ai des peurs qui ont surgi. Et en fait, on ne peut pas s'imaginer qu'est-ce qui va venir, Ă  quel moment. Et quand on a fait cette rĂ©union, elle a parlĂ© qu'on allait dormir dehors, Ă  la belle Ă©toile, entre 0 et 10 degrĂ©s, qu'il fallait bien se couvrir, et que la journĂ©e, ce serait entre 25 et 30 degrĂ©s. Donc il fallait amener des choses lĂ©gĂšres, mais se protĂ©ger du soleil. et en mĂȘme temps, il ne fallait pas trop emmener de choses parce qu'il ne fallait pas trop qu'on se charge. C'Ă©tait un peu plein d'injonctions contraires comme ça. Et le fait qu'on dorme, moi, je m'Ă©tais mis dans ma tĂȘte qu'on dormirait dans une tente Touareg ou quelque chose couvert. Et lĂ , elle dit, pensez Ă  prendre votre rĂ©veil parce que si vous dormez derriĂšre une dune, je ne vais pas vous courir aprĂšs le matin. Et lĂ , j'ai dit, parce qu'on dort pas tous regroupĂ©s, c'est quoi le truc ? Et elle dit, non, non, on peut dormir. Et bon, OK, j'ai senti qu'il y avait quelque chose en moi, dans mon corps, qui se resserrait au niveau de mon ventre. Et dans la nuit, je me suis rĂ©veillĂ©e avec une grande douleur, au genou, en l'occurrence. Et en fait, j'ai fait toute une introspection. Je me suis fait accompagner aussi pour y voir plus clair. Et en fait, c'Ă©tait vraiment en lien avec le psoas. Le psoas, c'est vraiment lĂ  oĂč les Ă©motions parlent. Et j'avais une grande peur. Je me sentais en insĂ©curitĂ© Ă  dormir dehors.

  • Speaker #2

    Le psoas, c'est quoi exactement ?

  • Speaker #3

    Le psoas, c'est le muscle qui rattache le haut du dos avec le bas du dos, des lombaires jusqu'aux jambes. Et donc, du coup, moi, j'avais une trĂšs forte douleur au genou, mais ça n'avait rien Ă  voir avec le genou. Et je l'ai dĂ©cryptĂ© avant de partir. Et j'ai pu marcher sans problĂšme tout pendant les 15 jours que je suis partie. Et ça, ça a Ă©tĂ© vraiment... Je me suis dit, mais le travail s'est fait dĂ©jĂ . Avant. Et pendant le voyage, effectivement, j'avais choisi de partir deux semaines, parce qu'on pouvait partir juste une semaine. Et pour moi, ça a Ă©tĂ©... Ă©vident qu'il fallait au moins deux semaines pour moi, pour laisser... Moi, j'ai besoin d'avoir du temps pour prendre mes repĂšres, de poser les choses et de vivre pleinement. Et ce qui m'a le plus touchĂ©e, je dirais, pour ne pas ĂȘtre trop longue, c'est cette connexion des Touaregs de cƓur Ă  cƓur. Parce qu'on ne comprenait pas forcĂ©ment la langue. Enfin, avec certains, si, mais avec le staff, non. Et il y avait une connexion d'Ă©coute, de convivialitĂ© qui, moi, m'a beaucoup touchĂ©e, en fait. Je me suis sentie en connexion. qui est inexplicable en fait j'ai ressenti avec ces hommes lĂ  beaucoup de j'avais pas Ă  paraĂźtre j'avais juste Ă  ĂȘtre c'est wow c'Ă©tait fort ça m'a quand j'en parle souvent il y a de l'Ă©motion qui monte c'est trĂšs fort et puis tout ce qu'on a vĂ©cu effectivement c'est des leçons de vie quand on monte une dune c'est hyper dure et qu'on se dit je vais pas y arriver, on regarde le sommet on se dit non c'est trop dur il y a la tempĂȘte de sable qui Ă©tait lĂ  aussi et lĂ  j'ai mis j'ai baissĂ© ma casquette et j'ai dit bon allez, pas Ă  pas et j'ai rĂ©ussi. Et arrivĂ© lĂ -haut, j'ai dit, j'en ai pleurĂ©. J'Ă©tais contente d'avoir rĂ©ussi parce que c'Ă©tait vraiment trĂšs dur. Et je me suis dit, c'est ça la vie en fait.

  • Speaker #2

    Waouh, super tĂ©moignage. Ça donne un peu envie d'y aller, non Anne ?

  • Speaker #3

    Oui, je pense que je vais y penser.

  • Speaker #2

    Alors justement, tout ce qui est spiritualitĂ©, quĂȘte de sens pour... Pour les cartĂ©siens ou ceux qui sont un peu terre-Ă -terre, ça peut ĂȘtre un peu difficile Ă  apprĂ©hender. Est-ce que vous arrivez un peu Ă  concilier la science et la spiritualitĂ© dans vos pratiques pour les plus rĂ©fractaires ?

  • Speaker #3

    On a la chance que maintenant, on en parle de plus en plus. Avec la science quantique, je trouve forcĂ©ment que ça ne devrait pas ĂȘtre dissociĂ©. c'est Ă  expĂ©rimenter ça aussi, parce qu'il y a beaucoup de personnes qui rigolent quand on parle des synchronicitĂ©s, etc. Mais peut-ĂȘtre que c'est qu'ils n'ont pas expĂ©rimentĂ©. C'est ce que je me dis.

  • Speaker #2

    Et alors justement, quelles recommandations est-ce que vous pouvez donner pour qu'on arrive Ă  avoir un Ă©quilibre entre le corps, l'esprit et l'Ăąme, justement ?

  • Speaker #3

    Trouver une pratique qui vous permette de reconnecter au corps. C'est indispensable pour moi. Sinon, on n'est que dans le mental. Et le mental, on ne trouve pas nos solutions. C'est normal parce que le mental, il est en lien avec nos expériences passées. Et souvent, il ne se souvient que de nos échecs. donc il nous fait peur et il nous fige alors que si on décide de faire équipe avec justement notre intuition, avec notre corps parce que ça passe par notre corps c'est une question de vibration en fait, mais tout le monde doit l'avoir sauf que tout le monde n'a pas appris à écouter et à avoir ce discernement là c'est pour ça que j'aimerais que les enfants soient éduqués comme ça, je trouve que ça serait chouette justement est-ce qu'il y a

  • Speaker #2

    Par extension, est-ce qu'il y a une pratique ou un rituel quotidien qui peut ĂȘtre fait pour rester alignĂ© avec soi, Chantal Bonchon ?

  • Speaker #3

    En fait, moi, le yoga m'y a beaucoup aidée, mais je ne fais pas de prosélytisme à chacun de trouver sa méthode. Le Qigong, toutes ces méthodes, les arts martiaux, c'est des connexions au corps, en fait. C'est un autre apprentissage.

  • Speaker #2

    Le mieux finalement, c'est de pouvoir tester et pouvoir... justement se parler à soi et se dire ok non ça c'est pas fait pour moi, ça oui c'est ça, juste écouter ça de ne pas faire comme les autres juste écouter c'est quoi qui me convient à moi comment vous arrivez à avec vos clients du coup à identifier avec eux un peu leur croyance limitante et les aider finalement à les surmonter

  • Speaker #3

    DĂ©jĂ , c'est beaucoup d'Ă©coute. Et de voir qu'est-ce qui... Quand on tombe toujours dans les mĂȘmes travers, c'est que forcĂ©ment, il y a quelque chose qui nous emmĂšne toujours au mĂȘme endroit. Donc, prendre de la hauteur et d'observer. Comment je pourrais voir les choses autrement ? Comment je peux me positionner Ă  une autre place pour voir les choses diffĂ©remment ? Ça change tout, en fait.

  • Speaker #2

    Et alors, si quelqu'un se sent un peu perdu, justement, ou dĂ©connectĂ© de lui-mĂȘme, donc on l'a dit, il faut que chacun essaye un peu ce qu'il veut, mais vous, vous ĂȘtes plutĂŽt sur la pratique de vous dire que la premiĂšre des choses, c'est peut-ĂȘtre, si j'identifie bien, le yoga, ce que vous avez dit, c'est ça peut-ĂȘtre ?

  • Speaker #3

    Moi, ça m'a beaucoup, beaucoup, beaucoup, beaucoup bĂȘtĂ©. Ça m'a sauvĂ©e. Maintenant, je sais que tout le monde n'est pas adepte de cette pratique et c'est normal. Ça ne peut pas plaire Ă  tout le monde. Donc, je n'ai pas d'autre chose Ă  dire que d'expĂ©rimenter pour voir ce qui est le mieux pour vous.

  • Speaker #2

    Alors, quand vous ĂȘtes en sĂ©ance, on va dire, vous Ă©coutez aussi les personnes parler. J'imagine que vous captez aussi ce que les personnes vous disent. Comment vous faites-vous pour Ă©viter d'ĂȘtre aussi en surcharge Ă©motionnelle ou avoir cet effet un peu miroir, comme on dit des fois en psychologie ? Comment vous faites pour Ă©viter ça ?

  • Speaker #3

    À un moment donnĂ©, j'ai eu beaucoup de mal parce que je ne faisais pas la diffĂ©rence entre ce que je ressentais qui ne m'appartenait pas et qui appartenait aux autres et ce qui m'appartenait. Donc j'ai appris. j'ai appris encore lĂ  Ă  Ă©couter. Ça demande beaucoup d'introspection et d'ĂȘtre seule. J'ai beaucoup besoin d'avoir des moments de solitude pour savoir qu'est-ce qui m'appartient et qu'est-ce qui ne m'appartient pas. Et il n'y a que ça qui m'a permis de faire cette diffĂ©rence. La solitude, elle est indispensable parce que quand on est noyĂ© dans le bruit, quand on est noyĂ© dans les autres, on ne peut pas faire cette diffĂ©rence parce que tout est Ă©nergie et donc du coup, ça vibre autour de nous, en nous et comment faire la diffĂ©rence ? Alors s'extraire de tout ça m'a permis de faire cette diffĂ©rence.

  • Speaker #2

    Carrément.

  • Speaker #3

    Et de me faire un nettoyage aprÚs chaque séance, c'est important, effectivement. Carrément.

  • Speaker #2

    Alors l'Ă©mission Les Voix de l'Ă©cho touche dĂ©jĂ  bientĂŽt Ă  sa fin en tout cas merci beaucoup Chantal d'ĂȘtre venue nous parler de l'Ă©veil des consciences avec donc Anne Sagesse merci beaucoup Anne Texero encore pour votre chronique donc on a eu la terre l'eau l'air et on aura bientĂŽt le feu j'imagine Par rapport Ă  ça, on se retrouve le mercredi 15 mai de 12h10 Ă  13h sur le 100.5 FM ou via le web sur le site radio-g.fr. Nous parlerons d'art et d'upcycling. Mais contrairement aux autres Ă©missions, et plutĂŽt que de terminer comme je fais d'habitude avec le gĂ©nĂ©rique de fin, je vous propose de terminer en musique avec le morceau traditionnel chinois que j'ai mis tout Ă  l'heure en dĂ©but d'Ă©mission. En tout cas, prenez soin de vous et merci d'avoir Ă©coutĂ© Ă  Radio-G.

  • Speaker #0

    Sous-titrage ST'501 Merci Sous-titrage ST'50

  • Speaker #3

    Sous-titrage ST'501

Share

Embed

You may also like