Métaclassique #81 – Re-recorder cover
Métaclassique #81 – Re-recorder cover
METACLASSIQUE

Métaclassique #81 – Re-recorder

Métaclassique #81 – Re-recorder

1h00 |16/08/2020
Listen
Métaclassique #81 – Re-recorder cover
Métaclassique #81 – Re-recorder cover
METACLASSIQUE

Métaclassique #81 – Re-recorder

Métaclassique #81 – Re-recorder

1h00 |16/08/2020
Listen

Description

Quel est le point commun entre une Sonate pour cor de Beethoven, les Pygmées de Centrafrique, Herbie Hancock et György Ligeti ? Chacun a pu bénéficier de la curiosité du corniste et ethnomusicologue Simha Arom. Alors qu’il est arrivé en Centrafrique au début des années 1960, il a été très impressionné par les polyrythmies des chants des Pygmées. Et comme elles étaient trop complexes pour les transcrire sur du papier à musique, il a utilisé des enregistreurs stéréo en recourant à la technique du re-recording, pour pouvoir les enregistrer en parties séparées. Ce qui lui a valu d’être surnommé par Steve Reich « l’homme qui a mis un casque sur la tête des Pygmées » et de voir ses enregistrements récupérés par de grands compositeurs du 20è siècle comme Luciano Berio ou des popstars comme Madonna. Alors qu’il fête cet été son 90è anniversaire, Simha Arom nous a reçu pour retracer ses inventions et ses découvertes au micro de Métaclassique. Tout commence donc, à la fin des années 50 : Simha Arom n’a pas encore trente ans et il est cor solo de l’Orchestre Symphonique de Jérusalem.

Une émission produite et réalisée par David Christoffel.

Description

Quel est le point commun entre une Sonate pour cor de Beethoven, les Pygmées de Centrafrique, Herbie Hancock et György Ligeti ? Chacun a pu bénéficier de la curiosité du corniste et ethnomusicologue Simha Arom. Alors qu’il est arrivé en Centrafrique au début des années 1960, il a été très impressionné par les polyrythmies des chants des Pygmées. Et comme elles étaient trop complexes pour les transcrire sur du papier à musique, il a utilisé des enregistreurs stéréo en recourant à la technique du re-recording, pour pouvoir les enregistrer en parties séparées. Ce qui lui a valu d’être surnommé par Steve Reich « l’homme qui a mis un casque sur la tête des Pygmées » et de voir ses enregistrements récupérés par de grands compositeurs du 20è siècle comme Luciano Berio ou des popstars comme Madonna. Alors qu’il fête cet été son 90è anniversaire, Simha Arom nous a reçu pour retracer ses inventions et ses découvertes au micro de Métaclassique. Tout commence donc, à la fin des années 50 : Simha Arom n’a pas encore trente ans et il est cor solo de l’Orchestre Symphonique de Jérusalem.

Une émission produite et réalisée par David Christoffel.

Share

Embed

To listen also

Description

Quel est le point commun entre une Sonate pour cor de Beethoven, les Pygmées de Centrafrique, Herbie Hancock et György Ligeti ? Chacun a pu bénéficier de la curiosité du corniste et ethnomusicologue Simha Arom. Alors qu’il est arrivé en Centrafrique au début des années 1960, il a été très impressionné par les polyrythmies des chants des Pygmées. Et comme elles étaient trop complexes pour les transcrire sur du papier à musique, il a utilisé des enregistreurs stéréo en recourant à la technique du re-recording, pour pouvoir les enregistrer en parties séparées. Ce qui lui a valu d’être surnommé par Steve Reich « l’homme qui a mis un casque sur la tête des Pygmées » et de voir ses enregistrements récupérés par de grands compositeurs du 20è siècle comme Luciano Berio ou des popstars comme Madonna. Alors qu’il fête cet été son 90è anniversaire, Simha Arom nous a reçu pour retracer ses inventions et ses découvertes au micro de Métaclassique. Tout commence donc, à la fin des années 50 : Simha Arom n’a pas encore trente ans et il est cor solo de l’Orchestre Symphonique de Jérusalem.

Une émission produite et réalisée par David Christoffel.

Description

Quel est le point commun entre une Sonate pour cor de Beethoven, les Pygmées de Centrafrique, Herbie Hancock et György Ligeti ? Chacun a pu bénéficier de la curiosité du corniste et ethnomusicologue Simha Arom. Alors qu’il est arrivé en Centrafrique au début des années 1960, il a été très impressionné par les polyrythmies des chants des Pygmées. Et comme elles étaient trop complexes pour les transcrire sur du papier à musique, il a utilisé des enregistreurs stéréo en recourant à la technique du re-recording, pour pouvoir les enregistrer en parties séparées. Ce qui lui a valu d’être surnommé par Steve Reich « l’homme qui a mis un casque sur la tête des Pygmées » et de voir ses enregistrements récupérés par de grands compositeurs du 20è siècle comme Luciano Berio ou des popstars comme Madonna. Alors qu’il fête cet été son 90è anniversaire, Simha Arom nous a reçu pour retracer ses inventions et ses découvertes au micro de Métaclassique. Tout commence donc, à la fin des années 50 : Simha Arom n’a pas encore trente ans et il est cor solo de l’Orchestre Symphonique de Jérusalem.

Une émission produite et réalisée par David Christoffel.

Share

Embed

To listen also