Les 7 travaux du pape François - Imposer la méthode François, épisode 1 cover
Les 7 travaux du pape François - Imposer la méthode François, épisode 1 cover
Place Saint-Pierre

Les 7 travaux du pape François - Imposer la méthode François, épisode 1

Les 7 travaux du pape François - Imposer la méthode François, épisode 1

10min |09/03/2020
Play
Les 7 travaux du pape François - Imposer la méthode François, épisode 1 cover
Les 7 travaux du pape François - Imposer la méthode François, épisode 1 cover
Place Saint-Pierre

Les 7 travaux du pape François - Imposer la méthode François, épisode 1

Les 7 travaux du pape François - Imposer la méthode François, épisode 1

10min |09/03/2020
Play

Description

Dans ce premier épisode du podcast Les 7 travaux du pape François, Nicolas Senèze, correspondant permanent du journal La Croix à Rome, nous raconte la première apparition du pape Place Saint-Pierre le 13 mars 2013 et sa manière d’imposer une nouvelle façon de gouverner.


► Les 7 travaux du pape François, résumé du premier épisode :

Dès le soir de son élection, le 13 mars 2013, le pape François a été une surprise. D’abord parce que peu de monde imaginait l’élection du cardinal argentin Jorge Mario Bergoglio, pape venu, comme il le dit lui-même, du « bout du monde ». Ensuite avec sa manière d’être, modeste et humble, ses premiers mots qui commencent par un simple « bonsoir » et où, avant de donner la traditionnelle bénédiction urbi et orbi, il s’incline vers le peuple lui demandant d’abord sa bénédiction.

Autre surprise : son nom. En 2000 ans d’histoire, aucun pape ne s’est encore appelé François. Une référence directe au saint d’Assise, symbole de pauvreté. D’emblée, le nouveau pape renonce à l’appartement pontifical, au troisième étage du Palais du Vatican : « Un entonnoir à l’envers », explique-t-il, où l’on « entre au compte-gouttes ». « Et moi, sans la présence des autres, je ne peux pas vivre. »

Mais s’il refuse tout ce qui pourrait le faire apparaître comme un monarque, François sait aussi décider : il est rapidement clair que, au Vatican, il y a désormais un patron qui va mettre en œuvre la réforme que les cardinaux du monde entier ont demandée dans les rencontres précédant le conclave. Des rencontres où le cardinal Bergoglio avait marqué, plaidant pour une Eglise moins « autoréférentielle », moins « repliée sur elle-même », plus ouverte sur le monde, évangélisatrice.

Pour François, l’enjeu est bel et bien l’évangélisation, l’annonce de l’Évangile, dont il voit bien qu’elle est freinée par les scandales et les insuffisances de l’Église. Et c’est cela qu’il veut changer. Et pas seulement au Vatican.

Au-delà de la réforme de la manière d’être pape, ce pontificat va en effet être celui de profondes réformes dans l’Église, quitte à provoquer l’opposition, tant à l’intérieur de la Curie, que chez certains évêques et même, chez une partie des fidèles.

Conscient de ces oppositions, mais certains que la réforme est le seul moyen de restaurer la crédibilité de l’Église, François s’attaque immédiatement au chantier de la Curie, notamment à celle, urgente, des finances vaticanes.

  

► Trois articles de La Croix pour en savoir davantage sur ce sujet : 

Le pape François poursuit « la révolution des petits gestes »

Homélie du pape François lors de sa première messe à la Chapelle Sixtine

Quand les papes donnent le « la » de leur pontificat


► Archives sonores :

• Habemus papam, Fransiscus - 2013 - The Vatican Archive YouTube

• Rencontre du pape avec les journalistes après son élection - 2013 - The Vatican Archive YouTube


► Découvrez également Ainsi soient-elles, la première série de notre podcast Place des religions

   

CREDITS :

Auteur : Nicolas Senèze – Responsable éditorial : Christophe de Galzain – Prise de son : Flavien Edenne – Montage et mixage : Gabriel Fadavi – Production : Laurence Szabason – Suivi de production : Célestine Albert – Édition : Clémence Maret – Voix : Paula Pinto Gomes – Création musicale et doublage : Emmanuel Viau – Illustration : Isabel Espanol – Graphisme : Christèle Larpin.

 

Les 7 travaux du pape François est un podcast original de LA CROIX – Mars 2020 

Description

Dans ce premier épisode du podcast Les 7 travaux du pape François, Nicolas Senèze, correspondant permanent du journal La Croix à Rome, nous raconte la première apparition du pape Place Saint-Pierre le 13 mars 2013 et sa manière d’imposer une nouvelle façon de gouverner.


► Les 7 travaux du pape François, résumé du premier épisode :

Dès le soir de son élection, le 13 mars 2013, le pape François a été une surprise. D’abord parce que peu de monde imaginait l’élection du cardinal argentin Jorge Mario Bergoglio, pape venu, comme il le dit lui-même, du « bout du monde ». Ensuite avec sa manière d’être, modeste et humble, ses premiers mots qui commencent par un simple « bonsoir » et où, avant de donner la traditionnelle bénédiction urbi et orbi, il s’incline vers le peuple lui demandant d’abord sa bénédiction.

Autre surprise : son nom. En 2000 ans d’histoire, aucun pape ne s’est encore appelé François. Une référence directe au saint d’Assise, symbole de pauvreté. D’emblée, le nouveau pape renonce à l’appartement pontifical, au troisième étage du Palais du Vatican : « Un entonnoir à l’envers », explique-t-il, où l’on « entre au compte-gouttes ». « Et moi, sans la présence des autres, je ne peux pas vivre. »

Mais s’il refuse tout ce qui pourrait le faire apparaître comme un monarque, François sait aussi décider : il est rapidement clair que, au Vatican, il y a désormais un patron qui va mettre en œuvre la réforme que les cardinaux du monde entier ont demandée dans les rencontres précédant le conclave. Des rencontres où le cardinal Bergoglio avait marqué, plaidant pour une Eglise moins « autoréférentielle », moins « repliée sur elle-même », plus ouverte sur le monde, évangélisatrice.

Pour François, l’enjeu est bel et bien l’évangélisation, l’annonce de l’Évangile, dont il voit bien qu’elle est freinée par les scandales et les insuffisances de l’Église. Et c’est cela qu’il veut changer. Et pas seulement au Vatican.

Au-delà de la réforme de la manière d’être pape, ce pontificat va en effet être celui de profondes réformes dans l’Église, quitte à provoquer l’opposition, tant à l’intérieur de la Curie, que chez certains évêques et même, chez une partie des fidèles.

Conscient de ces oppositions, mais certains que la réforme est le seul moyen de restaurer la crédibilité de l’Église, François s’attaque immédiatement au chantier de la Curie, notamment à celle, urgente, des finances vaticanes.

  

► Trois articles de La Croix pour en savoir davantage sur ce sujet : 

Le pape François poursuit « la révolution des petits gestes »

Homélie du pape François lors de sa première messe à la Chapelle Sixtine

Quand les papes donnent le « la » de leur pontificat


► Archives sonores :

• Habemus papam, Fransiscus - 2013 - The Vatican Archive YouTube

• Rencontre du pape avec les journalistes après son élection - 2013 - The Vatican Archive YouTube


► Découvrez également Ainsi soient-elles, la première série de notre podcast Place des religions

   

CREDITS :

Auteur : Nicolas Senèze – Responsable éditorial : Christophe de Galzain – Prise de son : Flavien Edenne – Montage et mixage : Gabriel Fadavi – Production : Laurence Szabason – Suivi de production : Célestine Albert – Édition : Clémence Maret – Voix : Paula Pinto Gomes – Création musicale et doublage : Emmanuel Viau – Illustration : Isabel Espanol – Graphisme : Christèle Larpin.

 

Les 7 travaux du pape François est un podcast original de LA CROIX – Mars 2020 

Share

Embed

You may also like

Description

Dans ce premier épisode du podcast Les 7 travaux du pape François, Nicolas Senèze, correspondant permanent du journal La Croix à Rome, nous raconte la première apparition du pape Place Saint-Pierre le 13 mars 2013 et sa manière d’imposer une nouvelle façon de gouverner.


► Les 7 travaux du pape François, résumé du premier épisode :

Dès le soir de son élection, le 13 mars 2013, le pape François a été une surprise. D’abord parce que peu de monde imaginait l’élection du cardinal argentin Jorge Mario Bergoglio, pape venu, comme il le dit lui-même, du « bout du monde ». Ensuite avec sa manière d’être, modeste et humble, ses premiers mots qui commencent par un simple « bonsoir » et où, avant de donner la traditionnelle bénédiction urbi et orbi, il s’incline vers le peuple lui demandant d’abord sa bénédiction.

Autre surprise : son nom. En 2000 ans d’histoire, aucun pape ne s’est encore appelé François. Une référence directe au saint d’Assise, symbole de pauvreté. D’emblée, le nouveau pape renonce à l’appartement pontifical, au troisième étage du Palais du Vatican : « Un entonnoir à l’envers », explique-t-il, où l’on « entre au compte-gouttes ». « Et moi, sans la présence des autres, je ne peux pas vivre. »

Mais s’il refuse tout ce qui pourrait le faire apparaître comme un monarque, François sait aussi décider : il est rapidement clair que, au Vatican, il y a désormais un patron qui va mettre en œuvre la réforme que les cardinaux du monde entier ont demandée dans les rencontres précédant le conclave. Des rencontres où le cardinal Bergoglio avait marqué, plaidant pour une Eglise moins « autoréférentielle », moins « repliée sur elle-même », plus ouverte sur le monde, évangélisatrice.

Pour François, l’enjeu est bel et bien l’évangélisation, l’annonce de l’Évangile, dont il voit bien qu’elle est freinée par les scandales et les insuffisances de l’Église. Et c’est cela qu’il veut changer. Et pas seulement au Vatican.

Au-delà de la réforme de la manière d’être pape, ce pontificat va en effet être celui de profondes réformes dans l’Église, quitte à provoquer l’opposition, tant à l’intérieur de la Curie, que chez certains évêques et même, chez une partie des fidèles.

Conscient de ces oppositions, mais certains que la réforme est le seul moyen de restaurer la crédibilité de l’Église, François s’attaque immédiatement au chantier de la Curie, notamment à celle, urgente, des finances vaticanes.

  

► Trois articles de La Croix pour en savoir davantage sur ce sujet : 

Le pape François poursuit « la révolution des petits gestes »

Homélie du pape François lors de sa première messe à la Chapelle Sixtine

Quand les papes donnent le « la » de leur pontificat


► Archives sonores :

• Habemus papam, Fransiscus - 2013 - The Vatican Archive YouTube

• Rencontre du pape avec les journalistes après son élection - 2013 - The Vatican Archive YouTube


► Découvrez également Ainsi soient-elles, la première série de notre podcast Place des religions

   

CREDITS :

Auteur : Nicolas Senèze – Responsable éditorial : Christophe de Galzain – Prise de son : Flavien Edenne – Montage et mixage : Gabriel Fadavi – Production : Laurence Szabason – Suivi de production : Célestine Albert – Édition : Clémence Maret – Voix : Paula Pinto Gomes – Création musicale et doublage : Emmanuel Viau – Illustration : Isabel Espanol – Graphisme : Christèle Larpin.

 

Les 7 travaux du pape François est un podcast original de LA CROIX – Mars 2020 

Description

Dans ce premier épisode du podcast Les 7 travaux du pape François, Nicolas Senèze, correspondant permanent du journal La Croix à Rome, nous raconte la première apparition du pape Place Saint-Pierre le 13 mars 2013 et sa manière d’imposer une nouvelle façon de gouverner.


► Les 7 travaux du pape François, résumé du premier épisode :

Dès le soir de son élection, le 13 mars 2013, le pape François a été une surprise. D’abord parce que peu de monde imaginait l’élection du cardinal argentin Jorge Mario Bergoglio, pape venu, comme il le dit lui-même, du « bout du monde ». Ensuite avec sa manière d’être, modeste et humble, ses premiers mots qui commencent par un simple « bonsoir » et où, avant de donner la traditionnelle bénédiction urbi et orbi, il s’incline vers le peuple lui demandant d’abord sa bénédiction.

Autre surprise : son nom. En 2000 ans d’histoire, aucun pape ne s’est encore appelé François. Une référence directe au saint d’Assise, symbole de pauvreté. D’emblée, le nouveau pape renonce à l’appartement pontifical, au troisième étage du Palais du Vatican : « Un entonnoir à l’envers », explique-t-il, où l’on « entre au compte-gouttes ». « Et moi, sans la présence des autres, je ne peux pas vivre. »

Mais s’il refuse tout ce qui pourrait le faire apparaître comme un monarque, François sait aussi décider : il est rapidement clair que, au Vatican, il y a désormais un patron qui va mettre en œuvre la réforme que les cardinaux du monde entier ont demandée dans les rencontres précédant le conclave. Des rencontres où le cardinal Bergoglio avait marqué, plaidant pour une Eglise moins « autoréférentielle », moins « repliée sur elle-même », plus ouverte sur le monde, évangélisatrice.

Pour François, l’enjeu est bel et bien l’évangélisation, l’annonce de l’Évangile, dont il voit bien qu’elle est freinée par les scandales et les insuffisances de l’Église. Et c’est cela qu’il veut changer. Et pas seulement au Vatican.

Au-delà de la réforme de la manière d’être pape, ce pontificat va en effet être celui de profondes réformes dans l’Église, quitte à provoquer l’opposition, tant à l’intérieur de la Curie, que chez certains évêques et même, chez une partie des fidèles.

Conscient de ces oppositions, mais certains que la réforme est le seul moyen de restaurer la crédibilité de l’Église, François s’attaque immédiatement au chantier de la Curie, notamment à celle, urgente, des finances vaticanes.

  

► Trois articles de La Croix pour en savoir davantage sur ce sujet : 

Le pape François poursuit « la révolution des petits gestes »

Homélie du pape François lors de sa première messe à la Chapelle Sixtine

Quand les papes donnent le « la » de leur pontificat


► Archives sonores :

• Habemus papam, Fransiscus - 2013 - The Vatican Archive YouTube

• Rencontre du pape avec les journalistes après son élection - 2013 - The Vatican Archive YouTube


► Découvrez également Ainsi soient-elles, la première série de notre podcast Place des religions

   

CREDITS :

Auteur : Nicolas Senèze – Responsable éditorial : Christophe de Galzain – Prise de son : Flavien Edenne – Montage et mixage : Gabriel Fadavi – Production : Laurence Szabason – Suivi de production : Célestine Albert – Édition : Clémence Maret – Voix : Paula Pinto Gomes – Création musicale et doublage : Emmanuel Viau – Illustration : Isabel Espanol – Graphisme : Christèle Larpin.

 

Les 7 travaux du pape François est un podcast original de LA CROIX – Mars 2020 

Share

Embed

You may also like