Hors-série : les femmes philosophes cover
Hors-série : les femmes philosophes cover
Shots de Philo

Hors-série : les femmes philosophes

Hors-série : les femmes philosophes

04min |14/06/2021|

95401

Play
Hors-série : les femmes philosophes cover
Hors-série : les femmes philosophes cover
Shots de Philo

Hors-série : les femmes philosophes

Hors-série : les femmes philosophes

04min |14/06/2021|

95401

Play

Description

Bienvenue dans notre premier hors-série consacré aux femmes philosophes. Le programme du bac de philo comporte très peu de femmes : seulement 6 (depuis février 2021) pour une trentaine d'hommes ! Nous leur consacrons un hors-série pour rappeler leur apport central dans la discipline et pour vous aider à diversifier vos références dans vos copies. 


Dans ce podcast, on parlera des thèses de Hannah Arendt, Iris Murdoch, Simone Weil, Elizabeth Anscombe, Simone de Beauvoir et Jeanne Hersch. Comme d'habitude, la fiche synthèse est disponible sur notre Instagram @sciencespistes. Bonnes révisions à tou.te.s !


Hébergé par Ausha. Visitez ausha.co/politique-de-confidentialite pour plus d'informations.

Transcription

  • Speaker #0

    Bonjour à tous et bienvenue dans les Shots de Philo, le podcast proposé par Science Piste et animé par moi-même, Stéphania et mon camarade Alexandre.

  • Speaker #1

    Salut à tous.

  • Speaker #0

    On est là pour vous faire réviser le bac de Philo. Aujourd'hui, nous vous avons préparé un petit hors-série concernant les femmes philosophes. Vous avez dû vous en rendre compte, il y a peu de femmes dans le programme de philo. Il y en a d'ailleurs 6, et depuis février 2021 seulement. Avant, il n'y avait que Hannah Arendt sur plus de 30 hommes. C'est de ces femmes que nous allons parler aujourd'hui, en expliquant leur plus grande thèse. En lien avec le bac, bien sûr. Nous avons trouvé que vous parler de ces femmes, c'est important pour deux raisons. Premièrement, ça permet d'ajouter des références qui sont peu connues, parce que ces femmes sont encore peu étudiées. Et donc, le jour du bac, faire la différence, se distinguer, avec des petits bonus sur les copies. Et puis, tout simplement parce que ces femmes ont laissé leur trace dans la discipline philosophique, et qu'elles méritent donc d'être étudiées à ce titre.

  • Speaker #1

    On va commencer avec Anna Arendt, philosophe allemande, qui a écrit vers le milieu du XXe siècle. En fait, elle, elle a théorisé ce qu'elle appelait l'état totalitaire, qui est un état omniprésent et qui contrôle toute la vie. des citoyens par les moyens de la peur et de l'endoctrinement. En fait, l'État dans ce cas ne garantirait pas à l'homme ses besoins essentiels de liberté, mais aussi d'épanouissement. Vous pouvez mettre ici Arendt en relation avec le thème de l'état pour montrer les dangers que pose un état qui serait trop puissant, comme celui décrit par Hobbes.

  • Speaker #0

    La deuxième philosophe femme qu'on peut citer, c'est Iris Murdoch, qui elle aussi date du XXe siècle et qui est irlandaise. Pour elle, la question la plus importante, c'est comment être plus morale. On peut donc mettre en lien sa théorie avec le thème du devoir au bac. Elle met en avant l'importance du dialogue interne, puisque si les faits nous définissent moralement, C'est aussi nos pensées et nos intentions qui comptent. Donc pour elle, lorsqu'on se demande si quelque chose est bien ou non, dans notre tête, avec notre petite voix, le fait de se poser la question est quelque chose de positif.

  • Speaker #1

    La troisième philosophe que l'on va aborder est Simone Veil avec un W, philosophe française de la première moitié du XXe siècle. Dans son ouvrage L'Enracinement, elle dit que la division capitaliste du travail ne respecte pas du tout les besoins essentiels de l'homme. Elle parle notamment des tâches répétitives qui sont très monotones et qui, à la fin de la journée, déshumanisent un ouvrier. C'est une critique du travail qui se rapproche de celle que fait Marx, et en somme, l'homme est aliéné dans son travail et ne s'y épanouit pas.

  • Speaker #0

    La quatrième philosophe que l'on peut citer, c'est Elizabeth Hanscombe, philosophe anglaise du XXe siècle. C'est une philosophe très conservatrice, et pour elle, pas question de dissocier intention et action. Pour elle, donc, la petite voix dans la tête qui nous guide ne compte pas en elle-même, comme chez Murdoch. L'action va avec la petite voix, sinon elle ne vaut rien. Elle critique aussi la morale, qui pour elle est trop simple, on caractérise bien ou pas bien une action, alors que dans une société qui n'est pas religieuse, ça ne fonctionne pas comme ça. Pour elle donc, il serait préférable de parler d'action injuste, par exemple, au lieu de dire action mauvaise.

  • Speaker #1

    La cinquième philosophe qu'on va aborder est Simone de Beauvoir, philosophe française de la deuxième moitié du XXe siècle. Elle, sa grande phrase c'est on ne naît pas femme, on le devient En fait, elle a été beaucoup influencée par la philosophie existentialiste de Sartre. Selon elle, les femmes sont libres de décider ce qu'elles veulent faire et être, et ce, indépendamment de ce que la société voudrait leur imposer, donc la vision culturelle de la féminité. Il n'y a donc pas d'essence féminine qui serait prédéterminée, mais il n'y a que celle qu'une femme décide de se créer elle-même. On peut ici faire le lien avec le thème de la nature humaine, il n'existe pas d'essence féminine puisque les femmes sont libres.

  • Speaker #0

    Dernière philosophe dont on va vous parler aujourd'hui, c'est la philosophe suisse Jeanne Hersh. Elle, elle critique les droits de l'homme qui seraient universels. En effet, selon elle donc, ces droits seraient trop calés en rapport avec la culture occidentale européenne, ils sont donc le reflet de l'Occident à un moment donné. Or, plein de cultures ne sont pas représentées et nous, occidentaux, on les juge négativement parce qu'elles ne correspondent pas à nos critères. Voilà. Elle critique donc l'ethnocentrisme et sa théorie est relativiste. Vous pouvez donc l'associer avec la notion du devoir au bac, montrant le paradoxe entre des droits universels mais qui pourtant sont calqués sur la culture occidentale.

  • Speaker #1

    Merci à tous d'avoir suivi notre hors-série sur les femmes philosophes. On vous souhaite évidemment tous bonne chance pour votre bac de philo, ne vous inquiétez pas, vous allez y arriver. Surtout, n'oubliez pas d'aller voir la mini-fiche associée sur notre page Instagram, at science-piste, et à vous abonner. Quant à nous, on se retrouve très vite pour des nouvelles aventures.

Description

Bienvenue dans notre premier hors-série consacré aux femmes philosophes. Le programme du bac de philo comporte très peu de femmes : seulement 6 (depuis février 2021) pour une trentaine d'hommes ! Nous leur consacrons un hors-série pour rappeler leur apport central dans la discipline et pour vous aider à diversifier vos références dans vos copies. 


Dans ce podcast, on parlera des thèses de Hannah Arendt, Iris Murdoch, Simone Weil, Elizabeth Anscombe, Simone de Beauvoir et Jeanne Hersch. Comme d'habitude, la fiche synthèse est disponible sur notre Instagram @sciencespistes. Bonnes révisions à tou.te.s !


Hébergé par Ausha. Visitez ausha.co/politique-de-confidentialite pour plus d'informations.

Transcription

  • Speaker #0

    Bonjour à tous et bienvenue dans les Shots de Philo, le podcast proposé par Science Piste et animé par moi-même, Stéphania et mon camarade Alexandre.

  • Speaker #1

    Salut à tous.

  • Speaker #0

    On est là pour vous faire réviser le bac de Philo. Aujourd'hui, nous vous avons préparé un petit hors-série concernant les femmes philosophes. Vous avez dû vous en rendre compte, il y a peu de femmes dans le programme de philo. Il y en a d'ailleurs 6, et depuis février 2021 seulement. Avant, il n'y avait que Hannah Arendt sur plus de 30 hommes. C'est de ces femmes que nous allons parler aujourd'hui, en expliquant leur plus grande thèse. En lien avec le bac, bien sûr. Nous avons trouvé que vous parler de ces femmes, c'est important pour deux raisons. Premièrement, ça permet d'ajouter des références qui sont peu connues, parce que ces femmes sont encore peu étudiées. Et donc, le jour du bac, faire la différence, se distinguer, avec des petits bonus sur les copies. Et puis, tout simplement parce que ces femmes ont laissé leur trace dans la discipline philosophique, et qu'elles méritent donc d'être étudiées à ce titre.

  • Speaker #1

    On va commencer avec Anna Arendt, philosophe allemande, qui a écrit vers le milieu du XXe siècle. En fait, elle, elle a théorisé ce qu'elle appelait l'état totalitaire, qui est un état omniprésent et qui contrôle toute la vie. des citoyens par les moyens de la peur et de l'endoctrinement. En fait, l'État dans ce cas ne garantirait pas à l'homme ses besoins essentiels de liberté, mais aussi d'épanouissement. Vous pouvez mettre ici Arendt en relation avec le thème de l'état pour montrer les dangers que pose un état qui serait trop puissant, comme celui décrit par Hobbes.

  • Speaker #0

    La deuxième philosophe femme qu'on peut citer, c'est Iris Murdoch, qui elle aussi date du XXe siècle et qui est irlandaise. Pour elle, la question la plus importante, c'est comment être plus morale. On peut donc mettre en lien sa théorie avec le thème du devoir au bac. Elle met en avant l'importance du dialogue interne, puisque si les faits nous définissent moralement, C'est aussi nos pensées et nos intentions qui comptent. Donc pour elle, lorsqu'on se demande si quelque chose est bien ou non, dans notre tête, avec notre petite voix, le fait de se poser la question est quelque chose de positif.

  • Speaker #1

    La troisième philosophe que l'on va aborder est Simone Veil avec un W, philosophe française de la première moitié du XXe siècle. Dans son ouvrage L'Enracinement, elle dit que la division capitaliste du travail ne respecte pas du tout les besoins essentiels de l'homme. Elle parle notamment des tâches répétitives qui sont très monotones et qui, à la fin de la journée, déshumanisent un ouvrier. C'est une critique du travail qui se rapproche de celle que fait Marx, et en somme, l'homme est aliéné dans son travail et ne s'y épanouit pas.

  • Speaker #0

    La quatrième philosophe que l'on peut citer, c'est Elizabeth Hanscombe, philosophe anglaise du XXe siècle. C'est une philosophe très conservatrice, et pour elle, pas question de dissocier intention et action. Pour elle, donc, la petite voix dans la tête qui nous guide ne compte pas en elle-même, comme chez Murdoch. L'action va avec la petite voix, sinon elle ne vaut rien. Elle critique aussi la morale, qui pour elle est trop simple, on caractérise bien ou pas bien une action, alors que dans une société qui n'est pas religieuse, ça ne fonctionne pas comme ça. Pour elle donc, il serait préférable de parler d'action injuste, par exemple, au lieu de dire action mauvaise.

  • Speaker #1

    La cinquième philosophe qu'on va aborder est Simone de Beauvoir, philosophe française de la deuxième moitié du XXe siècle. Elle, sa grande phrase c'est on ne naît pas femme, on le devient En fait, elle a été beaucoup influencée par la philosophie existentialiste de Sartre. Selon elle, les femmes sont libres de décider ce qu'elles veulent faire et être, et ce, indépendamment de ce que la société voudrait leur imposer, donc la vision culturelle de la féminité. Il n'y a donc pas d'essence féminine qui serait prédéterminée, mais il n'y a que celle qu'une femme décide de se créer elle-même. On peut ici faire le lien avec le thème de la nature humaine, il n'existe pas d'essence féminine puisque les femmes sont libres.

  • Speaker #0

    Dernière philosophe dont on va vous parler aujourd'hui, c'est la philosophe suisse Jeanne Hersh. Elle, elle critique les droits de l'homme qui seraient universels. En effet, selon elle donc, ces droits seraient trop calés en rapport avec la culture occidentale européenne, ils sont donc le reflet de l'Occident à un moment donné. Or, plein de cultures ne sont pas représentées et nous, occidentaux, on les juge négativement parce qu'elles ne correspondent pas à nos critères. Voilà. Elle critique donc l'ethnocentrisme et sa théorie est relativiste. Vous pouvez donc l'associer avec la notion du devoir au bac, montrant le paradoxe entre des droits universels mais qui pourtant sont calqués sur la culture occidentale.

  • Speaker #1

    Merci à tous d'avoir suivi notre hors-série sur les femmes philosophes. On vous souhaite évidemment tous bonne chance pour votre bac de philo, ne vous inquiétez pas, vous allez y arriver. Surtout, n'oubliez pas d'aller voir la mini-fiche associée sur notre page Instagram, at science-piste, et à vous abonner. Quant à nous, on se retrouve très vite pour des nouvelles aventures.

Share

Embed

You may also like

Description

Bienvenue dans notre premier hors-série consacré aux femmes philosophes. Le programme du bac de philo comporte très peu de femmes : seulement 6 (depuis février 2021) pour une trentaine d'hommes ! Nous leur consacrons un hors-série pour rappeler leur apport central dans la discipline et pour vous aider à diversifier vos références dans vos copies. 


Dans ce podcast, on parlera des thèses de Hannah Arendt, Iris Murdoch, Simone Weil, Elizabeth Anscombe, Simone de Beauvoir et Jeanne Hersch. Comme d'habitude, la fiche synthèse est disponible sur notre Instagram @sciencespistes. Bonnes révisions à tou.te.s !


Hébergé par Ausha. Visitez ausha.co/politique-de-confidentialite pour plus d'informations.

Transcription

  • Speaker #0

    Bonjour à tous et bienvenue dans les Shots de Philo, le podcast proposé par Science Piste et animé par moi-même, Stéphania et mon camarade Alexandre.

  • Speaker #1

    Salut à tous.

  • Speaker #0

    On est là pour vous faire réviser le bac de Philo. Aujourd'hui, nous vous avons préparé un petit hors-série concernant les femmes philosophes. Vous avez dû vous en rendre compte, il y a peu de femmes dans le programme de philo. Il y en a d'ailleurs 6, et depuis février 2021 seulement. Avant, il n'y avait que Hannah Arendt sur plus de 30 hommes. C'est de ces femmes que nous allons parler aujourd'hui, en expliquant leur plus grande thèse. En lien avec le bac, bien sûr. Nous avons trouvé que vous parler de ces femmes, c'est important pour deux raisons. Premièrement, ça permet d'ajouter des références qui sont peu connues, parce que ces femmes sont encore peu étudiées. Et donc, le jour du bac, faire la différence, se distinguer, avec des petits bonus sur les copies. Et puis, tout simplement parce que ces femmes ont laissé leur trace dans la discipline philosophique, et qu'elles méritent donc d'être étudiées à ce titre.

  • Speaker #1

    On va commencer avec Anna Arendt, philosophe allemande, qui a écrit vers le milieu du XXe siècle. En fait, elle, elle a théorisé ce qu'elle appelait l'état totalitaire, qui est un état omniprésent et qui contrôle toute la vie. des citoyens par les moyens de la peur et de l'endoctrinement. En fait, l'État dans ce cas ne garantirait pas à l'homme ses besoins essentiels de liberté, mais aussi d'épanouissement. Vous pouvez mettre ici Arendt en relation avec le thème de l'état pour montrer les dangers que pose un état qui serait trop puissant, comme celui décrit par Hobbes.

  • Speaker #0

    La deuxième philosophe femme qu'on peut citer, c'est Iris Murdoch, qui elle aussi date du XXe siècle et qui est irlandaise. Pour elle, la question la plus importante, c'est comment être plus morale. On peut donc mettre en lien sa théorie avec le thème du devoir au bac. Elle met en avant l'importance du dialogue interne, puisque si les faits nous définissent moralement, C'est aussi nos pensées et nos intentions qui comptent. Donc pour elle, lorsqu'on se demande si quelque chose est bien ou non, dans notre tête, avec notre petite voix, le fait de se poser la question est quelque chose de positif.

  • Speaker #1

    La troisième philosophe que l'on va aborder est Simone Veil avec un W, philosophe française de la première moitié du XXe siècle. Dans son ouvrage L'Enracinement, elle dit que la division capitaliste du travail ne respecte pas du tout les besoins essentiels de l'homme. Elle parle notamment des tâches répétitives qui sont très monotones et qui, à la fin de la journée, déshumanisent un ouvrier. C'est une critique du travail qui se rapproche de celle que fait Marx, et en somme, l'homme est aliéné dans son travail et ne s'y épanouit pas.

  • Speaker #0

    La quatrième philosophe que l'on peut citer, c'est Elizabeth Hanscombe, philosophe anglaise du XXe siècle. C'est une philosophe très conservatrice, et pour elle, pas question de dissocier intention et action. Pour elle, donc, la petite voix dans la tête qui nous guide ne compte pas en elle-même, comme chez Murdoch. L'action va avec la petite voix, sinon elle ne vaut rien. Elle critique aussi la morale, qui pour elle est trop simple, on caractérise bien ou pas bien une action, alors que dans une société qui n'est pas religieuse, ça ne fonctionne pas comme ça. Pour elle donc, il serait préférable de parler d'action injuste, par exemple, au lieu de dire action mauvaise.

  • Speaker #1

    La cinquième philosophe qu'on va aborder est Simone de Beauvoir, philosophe française de la deuxième moitié du XXe siècle. Elle, sa grande phrase c'est on ne naît pas femme, on le devient En fait, elle a été beaucoup influencée par la philosophie existentialiste de Sartre. Selon elle, les femmes sont libres de décider ce qu'elles veulent faire et être, et ce, indépendamment de ce que la société voudrait leur imposer, donc la vision culturelle de la féminité. Il n'y a donc pas d'essence féminine qui serait prédéterminée, mais il n'y a que celle qu'une femme décide de se créer elle-même. On peut ici faire le lien avec le thème de la nature humaine, il n'existe pas d'essence féminine puisque les femmes sont libres.

  • Speaker #0

    Dernière philosophe dont on va vous parler aujourd'hui, c'est la philosophe suisse Jeanne Hersh. Elle, elle critique les droits de l'homme qui seraient universels. En effet, selon elle donc, ces droits seraient trop calés en rapport avec la culture occidentale européenne, ils sont donc le reflet de l'Occident à un moment donné. Or, plein de cultures ne sont pas représentées et nous, occidentaux, on les juge négativement parce qu'elles ne correspondent pas à nos critères. Voilà. Elle critique donc l'ethnocentrisme et sa théorie est relativiste. Vous pouvez donc l'associer avec la notion du devoir au bac, montrant le paradoxe entre des droits universels mais qui pourtant sont calqués sur la culture occidentale.

  • Speaker #1

    Merci à tous d'avoir suivi notre hors-série sur les femmes philosophes. On vous souhaite évidemment tous bonne chance pour votre bac de philo, ne vous inquiétez pas, vous allez y arriver. Surtout, n'oubliez pas d'aller voir la mini-fiche associée sur notre page Instagram, at science-piste, et à vous abonner. Quant à nous, on se retrouve très vite pour des nouvelles aventures.

Description

Bienvenue dans notre premier hors-série consacré aux femmes philosophes. Le programme du bac de philo comporte très peu de femmes : seulement 6 (depuis février 2021) pour une trentaine d'hommes ! Nous leur consacrons un hors-série pour rappeler leur apport central dans la discipline et pour vous aider à diversifier vos références dans vos copies. 


Dans ce podcast, on parlera des thèses de Hannah Arendt, Iris Murdoch, Simone Weil, Elizabeth Anscombe, Simone de Beauvoir et Jeanne Hersch. Comme d'habitude, la fiche synthèse est disponible sur notre Instagram @sciencespistes. Bonnes révisions à tou.te.s !


Hébergé par Ausha. Visitez ausha.co/politique-de-confidentialite pour plus d'informations.

Transcription

  • Speaker #0

    Bonjour à tous et bienvenue dans les Shots de Philo, le podcast proposé par Science Piste et animé par moi-même, Stéphania et mon camarade Alexandre.

  • Speaker #1

    Salut à tous.

  • Speaker #0

    On est là pour vous faire réviser le bac de Philo. Aujourd'hui, nous vous avons préparé un petit hors-série concernant les femmes philosophes. Vous avez dû vous en rendre compte, il y a peu de femmes dans le programme de philo. Il y en a d'ailleurs 6, et depuis février 2021 seulement. Avant, il n'y avait que Hannah Arendt sur plus de 30 hommes. C'est de ces femmes que nous allons parler aujourd'hui, en expliquant leur plus grande thèse. En lien avec le bac, bien sûr. Nous avons trouvé que vous parler de ces femmes, c'est important pour deux raisons. Premièrement, ça permet d'ajouter des références qui sont peu connues, parce que ces femmes sont encore peu étudiées. Et donc, le jour du bac, faire la différence, se distinguer, avec des petits bonus sur les copies. Et puis, tout simplement parce que ces femmes ont laissé leur trace dans la discipline philosophique, et qu'elles méritent donc d'être étudiées à ce titre.

  • Speaker #1

    On va commencer avec Anna Arendt, philosophe allemande, qui a écrit vers le milieu du XXe siècle. En fait, elle, elle a théorisé ce qu'elle appelait l'état totalitaire, qui est un état omniprésent et qui contrôle toute la vie. des citoyens par les moyens de la peur et de l'endoctrinement. En fait, l'État dans ce cas ne garantirait pas à l'homme ses besoins essentiels de liberté, mais aussi d'épanouissement. Vous pouvez mettre ici Arendt en relation avec le thème de l'état pour montrer les dangers que pose un état qui serait trop puissant, comme celui décrit par Hobbes.

  • Speaker #0

    La deuxième philosophe femme qu'on peut citer, c'est Iris Murdoch, qui elle aussi date du XXe siècle et qui est irlandaise. Pour elle, la question la plus importante, c'est comment être plus morale. On peut donc mettre en lien sa théorie avec le thème du devoir au bac. Elle met en avant l'importance du dialogue interne, puisque si les faits nous définissent moralement, C'est aussi nos pensées et nos intentions qui comptent. Donc pour elle, lorsqu'on se demande si quelque chose est bien ou non, dans notre tête, avec notre petite voix, le fait de se poser la question est quelque chose de positif.

  • Speaker #1

    La troisième philosophe que l'on va aborder est Simone Veil avec un W, philosophe française de la première moitié du XXe siècle. Dans son ouvrage L'Enracinement, elle dit que la division capitaliste du travail ne respecte pas du tout les besoins essentiels de l'homme. Elle parle notamment des tâches répétitives qui sont très monotones et qui, à la fin de la journée, déshumanisent un ouvrier. C'est une critique du travail qui se rapproche de celle que fait Marx, et en somme, l'homme est aliéné dans son travail et ne s'y épanouit pas.

  • Speaker #0

    La quatrième philosophe que l'on peut citer, c'est Elizabeth Hanscombe, philosophe anglaise du XXe siècle. C'est une philosophe très conservatrice, et pour elle, pas question de dissocier intention et action. Pour elle, donc, la petite voix dans la tête qui nous guide ne compte pas en elle-même, comme chez Murdoch. L'action va avec la petite voix, sinon elle ne vaut rien. Elle critique aussi la morale, qui pour elle est trop simple, on caractérise bien ou pas bien une action, alors que dans une société qui n'est pas religieuse, ça ne fonctionne pas comme ça. Pour elle donc, il serait préférable de parler d'action injuste, par exemple, au lieu de dire action mauvaise.

  • Speaker #1

    La cinquième philosophe qu'on va aborder est Simone de Beauvoir, philosophe française de la deuxième moitié du XXe siècle. Elle, sa grande phrase c'est on ne naît pas femme, on le devient En fait, elle a été beaucoup influencée par la philosophie existentialiste de Sartre. Selon elle, les femmes sont libres de décider ce qu'elles veulent faire et être, et ce, indépendamment de ce que la société voudrait leur imposer, donc la vision culturelle de la féminité. Il n'y a donc pas d'essence féminine qui serait prédéterminée, mais il n'y a que celle qu'une femme décide de se créer elle-même. On peut ici faire le lien avec le thème de la nature humaine, il n'existe pas d'essence féminine puisque les femmes sont libres.

  • Speaker #0

    Dernière philosophe dont on va vous parler aujourd'hui, c'est la philosophe suisse Jeanne Hersh. Elle, elle critique les droits de l'homme qui seraient universels. En effet, selon elle donc, ces droits seraient trop calés en rapport avec la culture occidentale européenne, ils sont donc le reflet de l'Occident à un moment donné. Or, plein de cultures ne sont pas représentées et nous, occidentaux, on les juge négativement parce qu'elles ne correspondent pas à nos critères. Voilà. Elle critique donc l'ethnocentrisme et sa théorie est relativiste. Vous pouvez donc l'associer avec la notion du devoir au bac, montrant le paradoxe entre des droits universels mais qui pourtant sont calqués sur la culture occidentale.

  • Speaker #1

    Merci à tous d'avoir suivi notre hors-série sur les femmes philosophes. On vous souhaite évidemment tous bonne chance pour votre bac de philo, ne vous inquiétez pas, vous allez y arriver. Surtout, n'oubliez pas d'aller voir la mini-fiche associée sur notre page Instagram, at science-piste, et à vous abonner. Quant à nous, on se retrouve très vite pour des nouvelles aventures.

Share

Embed

You may also like