Shot de philo #4 : la justice et le droit cover
Shot de philo #4 : la justice et le droit cover
Shots de Philo

Shot de philo #4 : la justice et le droit

Shot de philo #4 : la justice et le droit

04min |03/06/2021|

99221

Play
Shot de philo #4 : la justice et le droit cover
Shot de philo #4 : la justice et le droit cover
Shots de Philo

Shot de philo #4 : la justice et le droit

Shot de philo #4 : la justice et le droit

04min |03/06/2021|

99221

Play

Description

Bienvenue dans notre quatrième shot de philo. En moins de 5 minutes, nous allons te donner les clés d'une notion essentielle au programme : la justice. Est-ce que le droit existe indépendemment de la justice ? 


 →  Si le droit peut être conçu à partir d'un idéal de Justice (le droit naturel)... 

 Platon : il faut se tourner vers la nature pour trouver la justice 

 Locke et Rousseau : il faut se tourner vers l'homme pour trouver la Justice 


 → ...cependant il est possible d'imaginer que c'est le droit qui définit la Justice... 

 Hobbes : "la loi définit ce qui est juste" 

 => positivisme juridique 


 → ... dès lors, dépassement! 

Léo Strauss : le droit doit être acceptable et en accord avec les valeurs morales d'une société 


Hébergé par Ausha. Visitez ausha.co/politique-de-confidentialite pour plus d'informations.

Transcription

  • Speaker #0

    Bonjour à tous et bienvenue dans le Shot de Philo, le podcast proposé par Science Piste et animé par moi-même, Stéphania, et mon camarade Alexandre.

  • Speaker #1

    Salut à tous !

  • Speaker #0

    On est là pour vous faire réviser le bac de philo en traitant une des notions de programme en 5 minutes chrono. C'est parti !

  • Speaker #1

    Aujourd'hui, on va aborder le thème de la justice et du droit.

  • Speaker #0

    La loi peut-elle être injuste ? Alors que l'on cite souvent le système électoral de la Grèce antique comme un exemple de la démocratie, il ne faut pas oublier que seule une petite partie de la population y avait accès. Les femmes, les esclaves ou encore les métèques y étaient complètement exclus.

  • Speaker #1

    En fait, le droit et la justice sont deux concepts différents. Le droit, c'est un ensemble de règles, de lois qui régissent une société à un instant T. Et d'autre part, la justice, dans son sens philosophique, c'est quelque chose de beaucoup plus subjectif. Il s'agit d'un idéal, d'une vision des choses auxquelles on désirerait tendre en tant que société. Et pour le bac, c'est vraiment l'attention centrale qu'il faudra explorer, qui est le lien entre le droit et la justice. On peut ainsi se demander, la loi énonce-t-elle ce qui est juste ? Le droit existe-t-il indépendamment de la justice ?

  • Speaker #0

    Pour commencer, certains philosophes considèrent que le droit, c'est l'application de la justice, et donc d'un idéal supérieur qu'on ne peut modifier. C'est le droit naturel. Attention, ce terme peut être piégeux puisque naturel signifie à la fois un milieu naturel et la nature humaine. Platon, par exemple, prend sa référence de justice dans le milieu naturel. Il applique au droit ce que l'on trouve dans la nature. Par exemple, il trouve juste la loi du plus fort, la loi de la jungle, puisqu'elle existe dans la nature. D'autre part, le droit naturel des philosophes des Lumières, comme Locke ou Rousseau entre autres, se base sur la nature humaine. La nature humaine, c'est une base de caractéristiques communes à tous les hommes. La dignité, la liberté ou l'égalité en font partie. C'est notamment sur ce principe que s'est fondée la Déclaration des droits de l'homme et du citoyen de 1789. Dans les deux cas, le droit est l'application pratique de processus naturel.

  • Speaker #1

    Ok, mais on voit bien que c'est difficile de se mettre d'accord sur le droit naturel à prendre en compte pour fonder la justice. Les différentes références sont contradictoires. Faut-il préférer la loi du plus fort de Platon ou le respect de la dignité humaine des Lumières ? Mais du coup dans ce cas, on ne pourrait pas essayer de se passer du droit naturel et essayer de fonder la justice autrement.

  • Speaker #0

    En effet, certains philosophes nous encouragent donc à renoncer aux droits naturels. Ils proposent de fonder la justice sur les lois érigées par l'homme, et juste ce qui est conforme aux droits. C'est le positivisme juridique. Hobbes, qui est vraiment l'auteur à retenir pour cette notion, a vraiment été un pionnier de cette théorie. Il a notamment avancé que c'est la loi qui définit ce qui est juste. La logique s'inverse ici par rapport aux droits naturels. Il entend qu'il n'y a donc pas de justice hors de la loi et par conséquent que la loi ne peut jamais être injuste.

  • Speaker #1

    Mais cette position aussi est problématique. On voit bien qu'obéir aux règles juste parce que ce sont les règles, c'est pas tenable. Durant le régime de Vichy, par exemple, il était illégal de résister, mais ça veut pas dire que les résistants ont fait quelque chose d'injuste, bien au contraire. Il suffit donc pas qu'une loi existe pour qu'elle soit acceptée et respectée par la population.

  • Speaker #0

    Tout à fait. C'est ce qu'avance Léostros. Il pense que la loi doit aussi être approuvée par les personnes qui y sont soumises. Ces personnes doivent être convaincues que suivre une loi vaut le coup. et qu'elles soient en accord avec leur valeur morale. La loi est donc toujours en mouvement, en fonction de ce qui est accepté ou non par la population. Ici, on peut faire le lien avec la notion de l'État, dont le rôle est d'instaurer cette justice. On peut ainsi se demander dans quelle mesure l'État peut user de la force afin de faire appliquer la justice.

  • Speaker #1

    Ok, donc pour résumer, certains philosophes considèrent que c'est une justice, un idéal figé qui devrait faire le droit, c'est l'idée du droit naturel.

  • Speaker #0

    Ça c'est Platon et les philosophes des Lumières.

  • Speaker #1

    Mais cependant, d'autres pensent que c'est la règle, donc le droit codifié, qui devrait faire la justice. La dynamique est donc inversée, et c'est la thèse du droit positif.

  • Speaker #0

    Ça c'est Hobbes.

  • Speaker #1

    Dès lors, nous pouvons dépasser la séparation entre le droit positif et le droit naturel, car aucune justice n'est efficace sans légitimité et force.

  • Speaker #0

    Ça, c'est Léostros.

  • Speaker #1

    Voilà, c'est tout pour aujourd'hui. N'hésitez pas à partager ce podcast avec vos amis qui sont en train de réviser. N'oubliez pas de faire un tour sur notre Instagram, pour enregistrer la mini-fiche de synthèse associée à ce podcast. Et à vous abonner !

Description

Bienvenue dans notre quatrième shot de philo. En moins de 5 minutes, nous allons te donner les clés d'une notion essentielle au programme : la justice. Est-ce que le droit existe indépendemment de la justice ? 


 →  Si le droit peut être conçu à partir d'un idéal de Justice (le droit naturel)... 

 Platon : il faut se tourner vers la nature pour trouver la justice 

 Locke et Rousseau : il faut se tourner vers l'homme pour trouver la Justice 


 → ...cependant il est possible d'imaginer que c'est le droit qui définit la Justice... 

 Hobbes : "la loi définit ce qui est juste" 

 => positivisme juridique 


 → ... dès lors, dépassement! 

Léo Strauss : le droit doit être acceptable et en accord avec les valeurs morales d'une société 


Hébergé par Ausha. Visitez ausha.co/politique-de-confidentialite pour plus d'informations.

Transcription

  • Speaker #0

    Bonjour à tous et bienvenue dans le Shot de Philo, le podcast proposé par Science Piste et animé par moi-même, Stéphania, et mon camarade Alexandre.

  • Speaker #1

    Salut à tous !

  • Speaker #0

    On est là pour vous faire réviser le bac de philo en traitant une des notions de programme en 5 minutes chrono. C'est parti !

  • Speaker #1

    Aujourd'hui, on va aborder le thème de la justice et du droit.

  • Speaker #0

    La loi peut-elle être injuste ? Alors que l'on cite souvent le système électoral de la Grèce antique comme un exemple de la démocratie, il ne faut pas oublier que seule une petite partie de la population y avait accès. Les femmes, les esclaves ou encore les métèques y étaient complètement exclus.

  • Speaker #1

    En fait, le droit et la justice sont deux concepts différents. Le droit, c'est un ensemble de règles, de lois qui régissent une société à un instant T. Et d'autre part, la justice, dans son sens philosophique, c'est quelque chose de beaucoup plus subjectif. Il s'agit d'un idéal, d'une vision des choses auxquelles on désirerait tendre en tant que société. Et pour le bac, c'est vraiment l'attention centrale qu'il faudra explorer, qui est le lien entre le droit et la justice. On peut ainsi se demander, la loi énonce-t-elle ce qui est juste ? Le droit existe-t-il indépendamment de la justice ?

  • Speaker #0

    Pour commencer, certains philosophes considèrent que le droit, c'est l'application de la justice, et donc d'un idéal supérieur qu'on ne peut modifier. C'est le droit naturel. Attention, ce terme peut être piégeux puisque naturel signifie à la fois un milieu naturel et la nature humaine. Platon, par exemple, prend sa référence de justice dans le milieu naturel. Il applique au droit ce que l'on trouve dans la nature. Par exemple, il trouve juste la loi du plus fort, la loi de la jungle, puisqu'elle existe dans la nature. D'autre part, le droit naturel des philosophes des Lumières, comme Locke ou Rousseau entre autres, se base sur la nature humaine. La nature humaine, c'est une base de caractéristiques communes à tous les hommes. La dignité, la liberté ou l'égalité en font partie. C'est notamment sur ce principe que s'est fondée la Déclaration des droits de l'homme et du citoyen de 1789. Dans les deux cas, le droit est l'application pratique de processus naturel.

  • Speaker #1

    Ok, mais on voit bien que c'est difficile de se mettre d'accord sur le droit naturel à prendre en compte pour fonder la justice. Les différentes références sont contradictoires. Faut-il préférer la loi du plus fort de Platon ou le respect de la dignité humaine des Lumières ? Mais du coup dans ce cas, on ne pourrait pas essayer de se passer du droit naturel et essayer de fonder la justice autrement.

  • Speaker #0

    En effet, certains philosophes nous encouragent donc à renoncer aux droits naturels. Ils proposent de fonder la justice sur les lois érigées par l'homme, et juste ce qui est conforme aux droits. C'est le positivisme juridique. Hobbes, qui est vraiment l'auteur à retenir pour cette notion, a vraiment été un pionnier de cette théorie. Il a notamment avancé que c'est la loi qui définit ce qui est juste. La logique s'inverse ici par rapport aux droits naturels. Il entend qu'il n'y a donc pas de justice hors de la loi et par conséquent que la loi ne peut jamais être injuste.

  • Speaker #1

    Mais cette position aussi est problématique. On voit bien qu'obéir aux règles juste parce que ce sont les règles, c'est pas tenable. Durant le régime de Vichy, par exemple, il était illégal de résister, mais ça veut pas dire que les résistants ont fait quelque chose d'injuste, bien au contraire. Il suffit donc pas qu'une loi existe pour qu'elle soit acceptée et respectée par la population.

  • Speaker #0

    Tout à fait. C'est ce qu'avance Léostros. Il pense que la loi doit aussi être approuvée par les personnes qui y sont soumises. Ces personnes doivent être convaincues que suivre une loi vaut le coup. et qu'elles soient en accord avec leur valeur morale. La loi est donc toujours en mouvement, en fonction de ce qui est accepté ou non par la population. Ici, on peut faire le lien avec la notion de l'État, dont le rôle est d'instaurer cette justice. On peut ainsi se demander dans quelle mesure l'État peut user de la force afin de faire appliquer la justice.

  • Speaker #1

    Ok, donc pour résumer, certains philosophes considèrent que c'est une justice, un idéal figé qui devrait faire le droit, c'est l'idée du droit naturel.

  • Speaker #0

    Ça c'est Platon et les philosophes des Lumières.

  • Speaker #1

    Mais cependant, d'autres pensent que c'est la règle, donc le droit codifié, qui devrait faire la justice. La dynamique est donc inversée, et c'est la thèse du droit positif.

  • Speaker #0

    Ça c'est Hobbes.

  • Speaker #1

    Dès lors, nous pouvons dépasser la séparation entre le droit positif et le droit naturel, car aucune justice n'est efficace sans légitimité et force.

  • Speaker #0

    Ça, c'est Léostros.

  • Speaker #1

    Voilà, c'est tout pour aujourd'hui. N'hésitez pas à partager ce podcast avec vos amis qui sont en train de réviser. N'oubliez pas de faire un tour sur notre Instagram, pour enregistrer la mini-fiche de synthèse associée à ce podcast. Et à vous abonner !

Share

Embed

You may also like

Description

Bienvenue dans notre quatrième shot de philo. En moins de 5 minutes, nous allons te donner les clés d'une notion essentielle au programme : la justice. Est-ce que le droit existe indépendemment de la justice ? 


 →  Si le droit peut être conçu à partir d'un idéal de Justice (le droit naturel)... 

 Platon : il faut se tourner vers la nature pour trouver la justice 

 Locke et Rousseau : il faut se tourner vers l'homme pour trouver la Justice 


 → ...cependant il est possible d'imaginer que c'est le droit qui définit la Justice... 

 Hobbes : "la loi définit ce qui est juste" 

 => positivisme juridique 


 → ... dès lors, dépassement! 

Léo Strauss : le droit doit être acceptable et en accord avec les valeurs morales d'une société 


Hébergé par Ausha. Visitez ausha.co/politique-de-confidentialite pour plus d'informations.

Transcription

  • Speaker #0

    Bonjour à tous et bienvenue dans le Shot de Philo, le podcast proposé par Science Piste et animé par moi-même, Stéphania, et mon camarade Alexandre.

  • Speaker #1

    Salut à tous !

  • Speaker #0

    On est là pour vous faire réviser le bac de philo en traitant une des notions de programme en 5 minutes chrono. C'est parti !

  • Speaker #1

    Aujourd'hui, on va aborder le thème de la justice et du droit.

  • Speaker #0

    La loi peut-elle être injuste ? Alors que l'on cite souvent le système électoral de la Grèce antique comme un exemple de la démocratie, il ne faut pas oublier que seule une petite partie de la population y avait accès. Les femmes, les esclaves ou encore les métèques y étaient complètement exclus.

  • Speaker #1

    En fait, le droit et la justice sont deux concepts différents. Le droit, c'est un ensemble de règles, de lois qui régissent une société à un instant T. Et d'autre part, la justice, dans son sens philosophique, c'est quelque chose de beaucoup plus subjectif. Il s'agit d'un idéal, d'une vision des choses auxquelles on désirerait tendre en tant que société. Et pour le bac, c'est vraiment l'attention centrale qu'il faudra explorer, qui est le lien entre le droit et la justice. On peut ainsi se demander, la loi énonce-t-elle ce qui est juste ? Le droit existe-t-il indépendamment de la justice ?

  • Speaker #0

    Pour commencer, certains philosophes considèrent que le droit, c'est l'application de la justice, et donc d'un idéal supérieur qu'on ne peut modifier. C'est le droit naturel. Attention, ce terme peut être piégeux puisque naturel signifie à la fois un milieu naturel et la nature humaine. Platon, par exemple, prend sa référence de justice dans le milieu naturel. Il applique au droit ce que l'on trouve dans la nature. Par exemple, il trouve juste la loi du plus fort, la loi de la jungle, puisqu'elle existe dans la nature. D'autre part, le droit naturel des philosophes des Lumières, comme Locke ou Rousseau entre autres, se base sur la nature humaine. La nature humaine, c'est une base de caractéristiques communes à tous les hommes. La dignité, la liberté ou l'égalité en font partie. C'est notamment sur ce principe que s'est fondée la Déclaration des droits de l'homme et du citoyen de 1789. Dans les deux cas, le droit est l'application pratique de processus naturel.

  • Speaker #1

    Ok, mais on voit bien que c'est difficile de se mettre d'accord sur le droit naturel à prendre en compte pour fonder la justice. Les différentes références sont contradictoires. Faut-il préférer la loi du plus fort de Platon ou le respect de la dignité humaine des Lumières ? Mais du coup dans ce cas, on ne pourrait pas essayer de se passer du droit naturel et essayer de fonder la justice autrement.

  • Speaker #0

    En effet, certains philosophes nous encouragent donc à renoncer aux droits naturels. Ils proposent de fonder la justice sur les lois érigées par l'homme, et juste ce qui est conforme aux droits. C'est le positivisme juridique. Hobbes, qui est vraiment l'auteur à retenir pour cette notion, a vraiment été un pionnier de cette théorie. Il a notamment avancé que c'est la loi qui définit ce qui est juste. La logique s'inverse ici par rapport aux droits naturels. Il entend qu'il n'y a donc pas de justice hors de la loi et par conséquent que la loi ne peut jamais être injuste.

  • Speaker #1

    Mais cette position aussi est problématique. On voit bien qu'obéir aux règles juste parce que ce sont les règles, c'est pas tenable. Durant le régime de Vichy, par exemple, il était illégal de résister, mais ça veut pas dire que les résistants ont fait quelque chose d'injuste, bien au contraire. Il suffit donc pas qu'une loi existe pour qu'elle soit acceptée et respectée par la population.

  • Speaker #0

    Tout à fait. C'est ce qu'avance Léostros. Il pense que la loi doit aussi être approuvée par les personnes qui y sont soumises. Ces personnes doivent être convaincues que suivre une loi vaut le coup. et qu'elles soient en accord avec leur valeur morale. La loi est donc toujours en mouvement, en fonction de ce qui est accepté ou non par la population. Ici, on peut faire le lien avec la notion de l'État, dont le rôle est d'instaurer cette justice. On peut ainsi se demander dans quelle mesure l'État peut user de la force afin de faire appliquer la justice.

  • Speaker #1

    Ok, donc pour résumer, certains philosophes considèrent que c'est une justice, un idéal figé qui devrait faire le droit, c'est l'idée du droit naturel.

  • Speaker #0

    Ça c'est Platon et les philosophes des Lumières.

  • Speaker #1

    Mais cependant, d'autres pensent que c'est la règle, donc le droit codifié, qui devrait faire la justice. La dynamique est donc inversée, et c'est la thèse du droit positif.

  • Speaker #0

    Ça c'est Hobbes.

  • Speaker #1

    Dès lors, nous pouvons dépasser la séparation entre le droit positif et le droit naturel, car aucune justice n'est efficace sans légitimité et force.

  • Speaker #0

    Ça, c'est Léostros.

  • Speaker #1

    Voilà, c'est tout pour aujourd'hui. N'hésitez pas à partager ce podcast avec vos amis qui sont en train de réviser. N'oubliez pas de faire un tour sur notre Instagram, pour enregistrer la mini-fiche de synthèse associée à ce podcast. Et à vous abonner !

Description

Bienvenue dans notre quatrième shot de philo. En moins de 5 minutes, nous allons te donner les clés d'une notion essentielle au programme : la justice. Est-ce que le droit existe indépendemment de la justice ? 


 →  Si le droit peut être conçu à partir d'un idéal de Justice (le droit naturel)... 

 Platon : il faut se tourner vers la nature pour trouver la justice 

 Locke et Rousseau : il faut se tourner vers l'homme pour trouver la Justice 


 → ...cependant il est possible d'imaginer que c'est le droit qui définit la Justice... 

 Hobbes : "la loi définit ce qui est juste" 

 => positivisme juridique 


 → ... dès lors, dépassement! 

Léo Strauss : le droit doit être acceptable et en accord avec les valeurs morales d'une société 


Hébergé par Ausha. Visitez ausha.co/politique-de-confidentialite pour plus d'informations.

Transcription

  • Speaker #0

    Bonjour à tous et bienvenue dans le Shot de Philo, le podcast proposé par Science Piste et animé par moi-même, Stéphania, et mon camarade Alexandre.

  • Speaker #1

    Salut à tous !

  • Speaker #0

    On est là pour vous faire réviser le bac de philo en traitant une des notions de programme en 5 minutes chrono. C'est parti !

  • Speaker #1

    Aujourd'hui, on va aborder le thème de la justice et du droit.

  • Speaker #0

    La loi peut-elle être injuste ? Alors que l'on cite souvent le système électoral de la Grèce antique comme un exemple de la démocratie, il ne faut pas oublier que seule une petite partie de la population y avait accès. Les femmes, les esclaves ou encore les métèques y étaient complètement exclus.

  • Speaker #1

    En fait, le droit et la justice sont deux concepts différents. Le droit, c'est un ensemble de règles, de lois qui régissent une société à un instant T. Et d'autre part, la justice, dans son sens philosophique, c'est quelque chose de beaucoup plus subjectif. Il s'agit d'un idéal, d'une vision des choses auxquelles on désirerait tendre en tant que société. Et pour le bac, c'est vraiment l'attention centrale qu'il faudra explorer, qui est le lien entre le droit et la justice. On peut ainsi se demander, la loi énonce-t-elle ce qui est juste ? Le droit existe-t-il indépendamment de la justice ?

  • Speaker #0

    Pour commencer, certains philosophes considèrent que le droit, c'est l'application de la justice, et donc d'un idéal supérieur qu'on ne peut modifier. C'est le droit naturel. Attention, ce terme peut être piégeux puisque naturel signifie à la fois un milieu naturel et la nature humaine. Platon, par exemple, prend sa référence de justice dans le milieu naturel. Il applique au droit ce que l'on trouve dans la nature. Par exemple, il trouve juste la loi du plus fort, la loi de la jungle, puisqu'elle existe dans la nature. D'autre part, le droit naturel des philosophes des Lumières, comme Locke ou Rousseau entre autres, se base sur la nature humaine. La nature humaine, c'est une base de caractéristiques communes à tous les hommes. La dignité, la liberté ou l'égalité en font partie. C'est notamment sur ce principe que s'est fondée la Déclaration des droits de l'homme et du citoyen de 1789. Dans les deux cas, le droit est l'application pratique de processus naturel.

  • Speaker #1

    Ok, mais on voit bien que c'est difficile de se mettre d'accord sur le droit naturel à prendre en compte pour fonder la justice. Les différentes références sont contradictoires. Faut-il préférer la loi du plus fort de Platon ou le respect de la dignité humaine des Lumières ? Mais du coup dans ce cas, on ne pourrait pas essayer de se passer du droit naturel et essayer de fonder la justice autrement.

  • Speaker #0

    En effet, certains philosophes nous encouragent donc à renoncer aux droits naturels. Ils proposent de fonder la justice sur les lois érigées par l'homme, et juste ce qui est conforme aux droits. C'est le positivisme juridique. Hobbes, qui est vraiment l'auteur à retenir pour cette notion, a vraiment été un pionnier de cette théorie. Il a notamment avancé que c'est la loi qui définit ce qui est juste. La logique s'inverse ici par rapport aux droits naturels. Il entend qu'il n'y a donc pas de justice hors de la loi et par conséquent que la loi ne peut jamais être injuste.

  • Speaker #1

    Mais cette position aussi est problématique. On voit bien qu'obéir aux règles juste parce que ce sont les règles, c'est pas tenable. Durant le régime de Vichy, par exemple, il était illégal de résister, mais ça veut pas dire que les résistants ont fait quelque chose d'injuste, bien au contraire. Il suffit donc pas qu'une loi existe pour qu'elle soit acceptée et respectée par la population.

  • Speaker #0

    Tout à fait. C'est ce qu'avance Léostros. Il pense que la loi doit aussi être approuvée par les personnes qui y sont soumises. Ces personnes doivent être convaincues que suivre une loi vaut le coup. et qu'elles soient en accord avec leur valeur morale. La loi est donc toujours en mouvement, en fonction de ce qui est accepté ou non par la population. Ici, on peut faire le lien avec la notion de l'État, dont le rôle est d'instaurer cette justice. On peut ainsi se demander dans quelle mesure l'État peut user de la force afin de faire appliquer la justice.

  • Speaker #1

    Ok, donc pour résumer, certains philosophes considèrent que c'est une justice, un idéal figé qui devrait faire le droit, c'est l'idée du droit naturel.

  • Speaker #0

    Ça c'est Platon et les philosophes des Lumières.

  • Speaker #1

    Mais cependant, d'autres pensent que c'est la règle, donc le droit codifié, qui devrait faire la justice. La dynamique est donc inversée, et c'est la thèse du droit positif.

  • Speaker #0

    Ça c'est Hobbes.

  • Speaker #1

    Dès lors, nous pouvons dépasser la séparation entre le droit positif et le droit naturel, car aucune justice n'est efficace sans légitimité et force.

  • Speaker #0

    Ça, c'est Léostros.

  • Speaker #1

    Voilà, c'est tout pour aujourd'hui. N'hésitez pas à partager ce podcast avec vos amis qui sont en train de réviser. N'oubliez pas de faire un tour sur notre Instagram, pour enregistrer la mini-fiche de synthèse associée à ce podcast. Et à vous abonner !

Share

Embed

You may also like