Shot de philo #5 : la religion cover
Shot de philo #5 : la religion cover
Shots de Philo

Shot de philo #5 : la religion

Shot de philo #5 : la religion

04min |04/06/2021|

89629

Play
Shot de philo #5 : la religion cover
Shot de philo #5 : la religion cover
Shots de Philo

Shot de philo #5 : la religion

Shot de philo #5 : la religion

04min |04/06/2021|

89629

Play

Description

Bienvenue dans notre cinquième shot de philo. En moins de 5 minutes, nous allons te donner les clés d'une notion essentielle au programme : la religion. Est-ce rationnel de croire en une religion ? La religion présuppose-t-elle nécessairement l'existence d'un dieu ? 


 → Si la religion peut sembler irrationnelle... 

 Freud : la religion est consolatrice, ne poursuit pas la vérité 

 Marx : la religion empêche les travailleurs de prendre conscience de leur condition 


→  ...cependant, le pari vaut peut-être le coup... 

 Pascal et son pari : nous avons rationnellement à gagner à parier sur l'existence de Dieu


→ ...dès lors, dépassement ! 

 Durkheim : religion civile, distinction entre le sacré et le profane 


Hébergé par Ausha. Visitez ausha.co/politique-de-confidentialite pour plus d'informations.

Transcription

  • Speaker #0

    Bonjour à tous et bienvenue dans le Shot de Philo, le podcast proposé par Science Piste et animé par moi-même, Stéphania, et mon camarade Alexandre.

  • Speaker #1

    Salut à tous !

  • Speaker #0

    On est là pour vous faire réviser le bac de philo en traitant une des notions de programme en 5 minutes chrono. C'est parti !

  • Speaker #1

    Aujourd'hui, on va aborder le thème de la religion.

  • Speaker #0

    On l'a vu durant ces derniers mois, la religion est au cœur du débat public. Entre critiques de la laïcité ou controverses sur le séparatisme, il est rare de ne pas voir des articles sur ces sujets autour de nous.

  • Speaker #1

    Au bac, on ne vous demandera pas de débattre pour savoir quelle religion est la meilleure, ni de donner votre point de vue sur la laïcité. On vous demandera en revanche d'explorer les différentes visions de la religion. Encore une fois, les définitions sont nombreuses. A première vue, la religion désigne un ensemble de pratiques sociales en relation avec le transcendant, donc Dieu. Cependant, nous verrons que cette définition est remise en cause. La principale tension au sein de ce sujet, c'est le lien entre religion, rationalité et crédibilité. Est-ce qu'il est rationnel de croire en Dieu ? La religion dépend-elle de l'existence de Dieu ?

  • Speaker #0

    Pour commencer, certains philosophes considèrent la religion comme quelque chose d'irrationnel.

  • Speaker #1

    Alors c'est le cas de Freud. Pour lui, la religion ne vise pas une recherche de la vérité, mais une recherche de la consolation. En effet, lui considère que l'homme est vraiment angoissé par l'existence, et donc en réponse à cela, la religion va le rassurer, et va lui proposer un bonheur éternel, en donnant un espoir qui est donc artificiel. Il cite l'exemple de la figure de Dieu, entre guillemets, le Père, qui renvoie donc directement à la figure paternelle et protectrice. La religion a donc une fonction en son sens thérapeutique. Freud considère donc que la religion rend dépendant, qu'elle endort l'individu comme une sorte de médicament puisque la vérité d'une existence morose serait trop difficile à supporter.

  • Speaker #0

    Marx partage cette analyse et considère que la religion rassure un ordre social. Dans les religions monothéistes, qui ne croient qu'en un seul Dieu, l'idée de destin est très importante. Dieu aurait un chemin tracé pour chaque individu. Ainsi, Marx considère que la religion est l'opium du peuple. Citation très importante. Par exemple, un travailleur religieux ne mettra jamais en cause ses conditions de travail et de vie, puisque c'est la volonté de Dieu qu'il soit dans ces conditions. C'est le projet de Dieu pour lui. Ainsi, Marx considère ce travailleur comme endormi par sa religion, puisque celui-ci ne sera pas prêt à faire la révolution.

  • Speaker #1

    Mais pourtant, certains philosophes invoquent au contraire la raison non pas pour décrédibiliser la religion, mais bien pour prouver que la croyance est plausible, voire même le choix le plus rationnel de tous.

  • Speaker #0

    C'est justement ce qu'avance Pascal, avec le célèbre pari de Pascal. Il effectue un simple calcul risque-inconvénient pour expliquer que finalement, suivre les dogmes religieux est un calcul très rationnel. En effet, si l'on parie sur l'existence de Dieu, deux scénarios sont possibles. Si Dieu n'existe pas, on aura suivi les règles religieuses pour rien. Mais nous ne perdons rien. Mais si Dieu existe, on aura le droit au paradis éternel, ce qui est quand même très cool. Au contraire, si l'on parie sur la non-existence de Dieu, et que celui-ci existe, nous sommes condamnés à l'enfer éternel. Pascal énonce donc qu'il est préférable et même rationnel de parier sur l'existence de Dieu, et de suivre les règles religieuses, puisque notre gain est infini si l'existe.

  • Speaker #1

    Donc jusqu'ici, les religions sont égales au lien avec Dieu. Mais est-ce qu'on ne pourrait pas théoriser une religion qui se baserait sur autre chose et ainsi dépasser ces théories initiales ?

  • Speaker #0

    Justement, Durkheim théorise une religion sans dieu, sans transcendance, qu'il appelle la religion civile. Il effectue une distinction fondamentale entre le sacré, qui est tout ce qui est religieux, et le profane, qui désigne ce qui n'est pas religieux. Le sacré désigne un ensemble d'éléments tellement importants pour la collectivité qu'ils deviennent intouchables. Prenons l'exemple de la révolution de 1789. Selon Durkheim, c'est à ce moment que se crée une véritable religion républicaine démocratique, puisque la déclaration des droits de l'homme et du citoyen a été sacralisée. Ces règles sont considérées comme universelles, impossibles à remettre en cause, comme dans une religion. Ici, nous pouvons faire le lien avec la notion de conscient et d'inconscient, et se demander quelle est la place de la religion dans ces fers de l'esprit.

  • Speaker #1

    Ok, donc pour résumer, certains philosophes considèrent que la religion est l'ennemi de la raison, et qu'elle endort l'homme en l'aliénant.

  • Speaker #0

    Ça, c'est Freud et Marx.

  • Speaker #1

    Cependant, d'autres pensent que c'est justement la décision la plus rationnelle que de suivre les dogmes religieux.

  • Speaker #0

    Ça, c'est Pascal et son pari.

  • Speaker #1

    Dès lors, nous pouvons concevoir une religion sans transcendance fondée sur une distinction entre sacré et profane.

  • Speaker #0

    Ça, c'est Émile Durkheim.

  • Speaker #1

    Voilà, c'est tout pour aujourd'hui. N'hésitez pas à partager ce podcast avec vos amis qui sont en train de réviser. N'oubliez pas de faire un tour sur notre Instagram, atSciencePiste, pour enregistrer la mini-fiche de synthèse associée à ce podcast. Et à vous abonner !

Description

Bienvenue dans notre cinquième shot de philo. En moins de 5 minutes, nous allons te donner les clés d'une notion essentielle au programme : la religion. Est-ce rationnel de croire en une religion ? La religion présuppose-t-elle nécessairement l'existence d'un dieu ? 


 → Si la religion peut sembler irrationnelle... 

 Freud : la religion est consolatrice, ne poursuit pas la vérité 

 Marx : la religion empêche les travailleurs de prendre conscience de leur condition 


→  ...cependant, le pari vaut peut-être le coup... 

 Pascal et son pari : nous avons rationnellement à gagner à parier sur l'existence de Dieu


→ ...dès lors, dépassement ! 

 Durkheim : religion civile, distinction entre le sacré et le profane 


Hébergé par Ausha. Visitez ausha.co/politique-de-confidentialite pour plus d'informations.

Transcription

  • Speaker #0

    Bonjour à tous et bienvenue dans le Shot de Philo, le podcast proposé par Science Piste et animé par moi-même, Stéphania, et mon camarade Alexandre.

  • Speaker #1

    Salut à tous !

  • Speaker #0

    On est là pour vous faire réviser le bac de philo en traitant une des notions de programme en 5 minutes chrono. C'est parti !

  • Speaker #1

    Aujourd'hui, on va aborder le thème de la religion.

  • Speaker #0

    On l'a vu durant ces derniers mois, la religion est au cœur du débat public. Entre critiques de la laïcité ou controverses sur le séparatisme, il est rare de ne pas voir des articles sur ces sujets autour de nous.

  • Speaker #1

    Au bac, on ne vous demandera pas de débattre pour savoir quelle religion est la meilleure, ni de donner votre point de vue sur la laïcité. On vous demandera en revanche d'explorer les différentes visions de la religion. Encore une fois, les définitions sont nombreuses. A première vue, la religion désigne un ensemble de pratiques sociales en relation avec le transcendant, donc Dieu. Cependant, nous verrons que cette définition est remise en cause. La principale tension au sein de ce sujet, c'est le lien entre religion, rationalité et crédibilité. Est-ce qu'il est rationnel de croire en Dieu ? La religion dépend-elle de l'existence de Dieu ?

  • Speaker #0

    Pour commencer, certains philosophes considèrent la religion comme quelque chose d'irrationnel.

  • Speaker #1

    Alors c'est le cas de Freud. Pour lui, la religion ne vise pas une recherche de la vérité, mais une recherche de la consolation. En effet, lui considère que l'homme est vraiment angoissé par l'existence, et donc en réponse à cela, la religion va le rassurer, et va lui proposer un bonheur éternel, en donnant un espoir qui est donc artificiel. Il cite l'exemple de la figure de Dieu, entre guillemets, le Père, qui renvoie donc directement à la figure paternelle et protectrice. La religion a donc une fonction en son sens thérapeutique. Freud considère donc que la religion rend dépendant, qu'elle endort l'individu comme une sorte de médicament puisque la vérité d'une existence morose serait trop difficile à supporter.

  • Speaker #0

    Marx partage cette analyse et considère que la religion rassure un ordre social. Dans les religions monothéistes, qui ne croient qu'en un seul Dieu, l'idée de destin est très importante. Dieu aurait un chemin tracé pour chaque individu. Ainsi, Marx considère que la religion est l'opium du peuple. Citation très importante. Par exemple, un travailleur religieux ne mettra jamais en cause ses conditions de travail et de vie, puisque c'est la volonté de Dieu qu'il soit dans ces conditions. C'est le projet de Dieu pour lui. Ainsi, Marx considère ce travailleur comme endormi par sa religion, puisque celui-ci ne sera pas prêt à faire la révolution.

  • Speaker #1

    Mais pourtant, certains philosophes invoquent au contraire la raison non pas pour décrédibiliser la religion, mais bien pour prouver que la croyance est plausible, voire même le choix le plus rationnel de tous.

  • Speaker #0

    C'est justement ce qu'avance Pascal, avec le célèbre pari de Pascal. Il effectue un simple calcul risque-inconvénient pour expliquer que finalement, suivre les dogmes religieux est un calcul très rationnel. En effet, si l'on parie sur l'existence de Dieu, deux scénarios sont possibles. Si Dieu n'existe pas, on aura suivi les règles religieuses pour rien. Mais nous ne perdons rien. Mais si Dieu existe, on aura le droit au paradis éternel, ce qui est quand même très cool. Au contraire, si l'on parie sur la non-existence de Dieu, et que celui-ci existe, nous sommes condamnés à l'enfer éternel. Pascal énonce donc qu'il est préférable et même rationnel de parier sur l'existence de Dieu, et de suivre les règles religieuses, puisque notre gain est infini si l'existe.

  • Speaker #1

    Donc jusqu'ici, les religions sont égales au lien avec Dieu. Mais est-ce qu'on ne pourrait pas théoriser une religion qui se baserait sur autre chose et ainsi dépasser ces théories initiales ?

  • Speaker #0

    Justement, Durkheim théorise une religion sans dieu, sans transcendance, qu'il appelle la religion civile. Il effectue une distinction fondamentale entre le sacré, qui est tout ce qui est religieux, et le profane, qui désigne ce qui n'est pas religieux. Le sacré désigne un ensemble d'éléments tellement importants pour la collectivité qu'ils deviennent intouchables. Prenons l'exemple de la révolution de 1789. Selon Durkheim, c'est à ce moment que se crée une véritable religion républicaine démocratique, puisque la déclaration des droits de l'homme et du citoyen a été sacralisée. Ces règles sont considérées comme universelles, impossibles à remettre en cause, comme dans une religion. Ici, nous pouvons faire le lien avec la notion de conscient et d'inconscient, et se demander quelle est la place de la religion dans ces fers de l'esprit.

  • Speaker #1

    Ok, donc pour résumer, certains philosophes considèrent que la religion est l'ennemi de la raison, et qu'elle endort l'homme en l'aliénant.

  • Speaker #0

    Ça, c'est Freud et Marx.

  • Speaker #1

    Cependant, d'autres pensent que c'est justement la décision la plus rationnelle que de suivre les dogmes religieux.

  • Speaker #0

    Ça, c'est Pascal et son pari.

  • Speaker #1

    Dès lors, nous pouvons concevoir une religion sans transcendance fondée sur une distinction entre sacré et profane.

  • Speaker #0

    Ça, c'est Émile Durkheim.

  • Speaker #1

    Voilà, c'est tout pour aujourd'hui. N'hésitez pas à partager ce podcast avec vos amis qui sont en train de réviser. N'oubliez pas de faire un tour sur notre Instagram, atSciencePiste, pour enregistrer la mini-fiche de synthèse associée à ce podcast. Et à vous abonner !

Share

Embed

You may also like

Description

Bienvenue dans notre cinquième shot de philo. En moins de 5 minutes, nous allons te donner les clés d'une notion essentielle au programme : la religion. Est-ce rationnel de croire en une religion ? La religion présuppose-t-elle nécessairement l'existence d'un dieu ? 


 → Si la religion peut sembler irrationnelle... 

 Freud : la religion est consolatrice, ne poursuit pas la vérité 

 Marx : la religion empêche les travailleurs de prendre conscience de leur condition 


→  ...cependant, le pari vaut peut-être le coup... 

 Pascal et son pari : nous avons rationnellement à gagner à parier sur l'existence de Dieu


→ ...dès lors, dépassement ! 

 Durkheim : religion civile, distinction entre le sacré et le profane 


Hébergé par Ausha. Visitez ausha.co/politique-de-confidentialite pour plus d'informations.

Transcription

  • Speaker #0

    Bonjour à tous et bienvenue dans le Shot de Philo, le podcast proposé par Science Piste et animé par moi-même, Stéphania, et mon camarade Alexandre.

  • Speaker #1

    Salut à tous !

  • Speaker #0

    On est là pour vous faire réviser le bac de philo en traitant une des notions de programme en 5 minutes chrono. C'est parti !

  • Speaker #1

    Aujourd'hui, on va aborder le thème de la religion.

  • Speaker #0

    On l'a vu durant ces derniers mois, la religion est au cœur du débat public. Entre critiques de la laïcité ou controverses sur le séparatisme, il est rare de ne pas voir des articles sur ces sujets autour de nous.

  • Speaker #1

    Au bac, on ne vous demandera pas de débattre pour savoir quelle religion est la meilleure, ni de donner votre point de vue sur la laïcité. On vous demandera en revanche d'explorer les différentes visions de la religion. Encore une fois, les définitions sont nombreuses. A première vue, la religion désigne un ensemble de pratiques sociales en relation avec le transcendant, donc Dieu. Cependant, nous verrons que cette définition est remise en cause. La principale tension au sein de ce sujet, c'est le lien entre religion, rationalité et crédibilité. Est-ce qu'il est rationnel de croire en Dieu ? La religion dépend-elle de l'existence de Dieu ?

  • Speaker #0

    Pour commencer, certains philosophes considèrent la religion comme quelque chose d'irrationnel.

  • Speaker #1

    Alors c'est le cas de Freud. Pour lui, la religion ne vise pas une recherche de la vérité, mais une recherche de la consolation. En effet, lui considère que l'homme est vraiment angoissé par l'existence, et donc en réponse à cela, la religion va le rassurer, et va lui proposer un bonheur éternel, en donnant un espoir qui est donc artificiel. Il cite l'exemple de la figure de Dieu, entre guillemets, le Père, qui renvoie donc directement à la figure paternelle et protectrice. La religion a donc une fonction en son sens thérapeutique. Freud considère donc que la religion rend dépendant, qu'elle endort l'individu comme une sorte de médicament puisque la vérité d'une existence morose serait trop difficile à supporter.

  • Speaker #0

    Marx partage cette analyse et considère que la religion rassure un ordre social. Dans les religions monothéistes, qui ne croient qu'en un seul Dieu, l'idée de destin est très importante. Dieu aurait un chemin tracé pour chaque individu. Ainsi, Marx considère que la religion est l'opium du peuple. Citation très importante. Par exemple, un travailleur religieux ne mettra jamais en cause ses conditions de travail et de vie, puisque c'est la volonté de Dieu qu'il soit dans ces conditions. C'est le projet de Dieu pour lui. Ainsi, Marx considère ce travailleur comme endormi par sa religion, puisque celui-ci ne sera pas prêt à faire la révolution.

  • Speaker #1

    Mais pourtant, certains philosophes invoquent au contraire la raison non pas pour décrédibiliser la religion, mais bien pour prouver que la croyance est plausible, voire même le choix le plus rationnel de tous.

  • Speaker #0

    C'est justement ce qu'avance Pascal, avec le célèbre pari de Pascal. Il effectue un simple calcul risque-inconvénient pour expliquer que finalement, suivre les dogmes religieux est un calcul très rationnel. En effet, si l'on parie sur l'existence de Dieu, deux scénarios sont possibles. Si Dieu n'existe pas, on aura suivi les règles religieuses pour rien. Mais nous ne perdons rien. Mais si Dieu existe, on aura le droit au paradis éternel, ce qui est quand même très cool. Au contraire, si l'on parie sur la non-existence de Dieu, et que celui-ci existe, nous sommes condamnés à l'enfer éternel. Pascal énonce donc qu'il est préférable et même rationnel de parier sur l'existence de Dieu, et de suivre les règles religieuses, puisque notre gain est infini si l'existe.

  • Speaker #1

    Donc jusqu'ici, les religions sont égales au lien avec Dieu. Mais est-ce qu'on ne pourrait pas théoriser une religion qui se baserait sur autre chose et ainsi dépasser ces théories initiales ?

  • Speaker #0

    Justement, Durkheim théorise une religion sans dieu, sans transcendance, qu'il appelle la religion civile. Il effectue une distinction fondamentale entre le sacré, qui est tout ce qui est religieux, et le profane, qui désigne ce qui n'est pas religieux. Le sacré désigne un ensemble d'éléments tellement importants pour la collectivité qu'ils deviennent intouchables. Prenons l'exemple de la révolution de 1789. Selon Durkheim, c'est à ce moment que se crée une véritable religion républicaine démocratique, puisque la déclaration des droits de l'homme et du citoyen a été sacralisée. Ces règles sont considérées comme universelles, impossibles à remettre en cause, comme dans une religion. Ici, nous pouvons faire le lien avec la notion de conscient et d'inconscient, et se demander quelle est la place de la religion dans ces fers de l'esprit.

  • Speaker #1

    Ok, donc pour résumer, certains philosophes considèrent que la religion est l'ennemi de la raison, et qu'elle endort l'homme en l'aliénant.

  • Speaker #0

    Ça, c'est Freud et Marx.

  • Speaker #1

    Cependant, d'autres pensent que c'est justement la décision la plus rationnelle que de suivre les dogmes religieux.

  • Speaker #0

    Ça, c'est Pascal et son pari.

  • Speaker #1

    Dès lors, nous pouvons concevoir une religion sans transcendance fondée sur une distinction entre sacré et profane.

  • Speaker #0

    Ça, c'est Émile Durkheim.

  • Speaker #1

    Voilà, c'est tout pour aujourd'hui. N'hésitez pas à partager ce podcast avec vos amis qui sont en train de réviser. N'oubliez pas de faire un tour sur notre Instagram, atSciencePiste, pour enregistrer la mini-fiche de synthèse associée à ce podcast. Et à vous abonner !

Description

Bienvenue dans notre cinquième shot de philo. En moins de 5 minutes, nous allons te donner les clés d'une notion essentielle au programme : la religion. Est-ce rationnel de croire en une religion ? La religion présuppose-t-elle nécessairement l'existence d'un dieu ? 


 → Si la religion peut sembler irrationnelle... 

 Freud : la religion est consolatrice, ne poursuit pas la vérité 

 Marx : la religion empêche les travailleurs de prendre conscience de leur condition 


→  ...cependant, le pari vaut peut-être le coup... 

 Pascal et son pari : nous avons rationnellement à gagner à parier sur l'existence de Dieu


→ ...dès lors, dépassement ! 

 Durkheim : religion civile, distinction entre le sacré et le profane 


Hébergé par Ausha. Visitez ausha.co/politique-de-confidentialite pour plus d'informations.

Transcription

  • Speaker #0

    Bonjour à tous et bienvenue dans le Shot de Philo, le podcast proposé par Science Piste et animé par moi-même, Stéphania, et mon camarade Alexandre.

  • Speaker #1

    Salut à tous !

  • Speaker #0

    On est là pour vous faire réviser le bac de philo en traitant une des notions de programme en 5 minutes chrono. C'est parti !

  • Speaker #1

    Aujourd'hui, on va aborder le thème de la religion.

  • Speaker #0

    On l'a vu durant ces derniers mois, la religion est au cœur du débat public. Entre critiques de la laïcité ou controverses sur le séparatisme, il est rare de ne pas voir des articles sur ces sujets autour de nous.

  • Speaker #1

    Au bac, on ne vous demandera pas de débattre pour savoir quelle religion est la meilleure, ni de donner votre point de vue sur la laïcité. On vous demandera en revanche d'explorer les différentes visions de la religion. Encore une fois, les définitions sont nombreuses. A première vue, la religion désigne un ensemble de pratiques sociales en relation avec le transcendant, donc Dieu. Cependant, nous verrons que cette définition est remise en cause. La principale tension au sein de ce sujet, c'est le lien entre religion, rationalité et crédibilité. Est-ce qu'il est rationnel de croire en Dieu ? La religion dépend-elle de l'existence de Dieu ?

  • Speaker #0

    Pour commencer, certains philosophes considèrent la religion comme quelque chose d'irrationnel.

  • Speaker #1

    Alors c'est le cas de Freud. Pour lui, la religion ne vise pas une recherche de la vérité, mais une recherche de la consolation. En effet, lui considère que l'homme est vraiment angoissé par l'existence, et donc en réponse à cela, la religion va le rassurer, et va lui proposer un bonheur éternel, en donnant un espoir qui est donc artificiel. Il cite l'exemple de la figure de Dieu, entre guillemets, le Père, qui renvoie donc directement à la figure paternelle et protectrice. La religion a donc une fonction en son sens thérapeutique. Freud considère donc que la religion rend dépendant, qu'elle endort l'individu comme une sorte de médicament puisque la vérité d'une existence morose serait trop difficile à supporter.

  • Speaker #0

    Marx partage cette analyse et considère que la religion rassure un ordre social. Dans les religions monothéistes, qui ne croient qu'en un seul Dieu, l'idée de destin est très importante. Dieu aurait un chemin tracé pour chaque individu. Ainsi, Marx considère que la religion est l'opium du peuple. Citation très importante. Par exemple, un travailleur religieux ne mettra jamais en cause ses conditions de travail et de vie, puisque c'est la volonté de Dieu qu'il soit dans ces conditions. C'est le projet de Dieu pour lui. Ainsi, Marx considère ce travailleur comme endormi par sa religion, puisque celui-ci ne sera pas prêt à faire la révolution.

  • Speaker #1

    Mais pourtant, certains philosophes invoquent au contraire la raison non pas pour décrédibiliser la religion, mais bien pour prouver que la croyance est plausible, voire même le choix le plus rationnel de tous.

  • Speaker #0

    C'est justement ce qu'avance Pascal, avec le célèbre pari de Pascal. Il effectue un simple calcul risque-inconvénient pour expliquer que finalement, suivre les dogmes religieux est un calcul très rationnel. En effet, si l'on parie sur l'existence de Dieu, deux scénarios sont possibles. Si Dieu n'existe pas, on aura suivi les règles religieuses pour rien. Mais nous ne perdons rien. Mais si Dieu existe, on aura le droit au paradis éternel, ce qui est quand même très cool. Au contraire, si l'on parie sur la non-existence de Dieu, et que celui-ci existe, nous sommes condamnés à l'enfer éternel. Pascal énonce donc qu'il est préférable et même rationnel de parier sur l'existence de Dieu, et de suivre les règles religieuses, puisque notre gain est infini si l'existe.

  • Speaker #1

    Donc jusqu'ici, les religions sont égales au lien avec Dieu. Mais est-ce qu'on ne pourrait pas théoriser une religion qui se baserait sur autre chose et ainsi dépasser ces théories initiales ?

  • Speaker #0

    Justement, Durkheim théorise une religion sans dieu, sans transcendance, qu'il appelle la religion civile. Il effectue une distinction fondamentale entre le sacré, qui est tout ce qui est religieux, et le profane, qui désigne ce qui n'est pas religieux. Le sacré désigne un ensemble d'éléments tellement importants pour la collectivité qu'ils deviennent intouchables. Prenons l'exemple de la révolution de 1789. Selon Durkheim, c'est à ce moment que se crée une véritable religion républicaine démocratique, puisque la déclaration des droits de l'homme et du citoyen a été sacralisée. Ces règles sont considérées comme universelles, impossibles à remettre en cause, comme dans une religion. Ici, nous pouvons faire le lien avec la notion de conscient et d'inconscient, et se demander quelle est la place de la religion dans ces fers de l'esprit.

  • Speaker #1

    Ok, donc pour résumer, certains philosophes considèrent que la religion est l'ennemi de la raison, et qu'elle endort l'homme en l'aliénant.

  • Speaker #0

    Ça, c'est Freud et Marx.

  • Speaker #1

    Cependant, d'autres pensent que c'est justement la décision la plus rationnelle que de suivre les dogmes religieux.

  • Speaker #0

    Ça, c'est Pascal et son pari.

  • Speaker #1

    Dès lors, nous pouvons concevoir une religion sans transcendance fondée sur une distinction entre sacré et profane.

  • Speaker #0

    Ça, c'est Émile Durkheim.

  • Speaker #1

    Voilà, c'est tout pour aujourd'hui. N'hésitez pas à partager ce podcast avec vos amis qui sont en train de réviser. N'oubliez pas de faire un tour sur notre Instagram, atSciencePiste, pour enregistrer la mini-fiche de synthèse associée à ce podcast. Et à vous abonner !

Share

Embed

You may also like