undefined cover
undefined cover
Pourquoi Snap passe déjà le Web3 à la trappe cover
Pourquoi Snap passe déjà le Web3 à la trappe cover
ZD Tech : tout comprendre en moins de 3 minutes avec ZDNet

Pourquoi Snap passe déjà le Web3 à la trappe

Pourquoi Snap passe déjà le Web3 à la trappe

03min |08/09/2022
Play
undefined cover
undefined cover
Pourquoi Snap passe déjà le Web3 à la trappe cover
Pourquoi Snap passe déjà le Web3 à la trappe cover
ZD Tech : tout comprendre en moins de 3 minutes avec ZDNet

Pourquoi Snap passe déjà le Web3 à la trappe

Pourquoi Snap passe déjà le Web3 à la trappe

03min |08/09/2022
Play

Description

Bonjour à tous et bienvenue dans le ZDTech, le podcast quotidien de la rédaction de ZDNet. Je m’appelle Guillaume Serries et aujourd’hui, je vous explique pourquoi l’éditeur de l’application Snapchat se débarrasse fissa de ses tout récents projets autour du concept de Web3. 


Snap, l'éditeur de l'application préférée des adolescents, Snapchat, vient de passer ses projets de Web3 par la fenêtre, quelques mois à peine après s'être intéressé au sujet. 


La société californienne vient de déclarer réduire de 20 % le nombre de ses employés et diminuer les investissements dans tous les projets qui ne contribuent pas directement à ce que le PDG Evan Spiegel décrit comme les trois priorités stratégiques de l'entreprise, à savoir : la croissance de la communauté, la croissance des revenus et la réalité augmentée.

Conséquence de ce recentrage sur les fondamentaux, exit les projets de Web3.

 

Alors là peut-être que vous vous dites, "mais qu'est ce que c'est que le Web3 ?" Et bien pour le savoir, je vous invite à écouter un épisode du ZDTech de janvier dernier nommé malicieusement "Ce que n'est pas le Web3". Vous y apprendez, en creux, ce que recouvre ce concept.

 

Un désormais ex-employé de Snap, qui avait monté l'an passé une équipe dédiée sur ce sujet, très lié à celui de la propriété numérique, affirme que tout son pôle à été récemment "mis en veilleuse".

 

Et le metavers alors ? Oui car un des enjeux du Web3, outre les crypto-monnaies et les NFT, les fameux non-fungible token, est la visualisation des univers virtuels. Et quoi de mieux que la réalité virtuelle et la réalité augmentée pour faire apparaître aux yeux des clients et des utilisateurs ces fameux univers ? 

 

Et bien non. Snap affirme désormais que "les premières explorations dans l'espace web3 représentent un projet qui ne contribue pas directement à notre priorité et à notre investissement dans la réalité augmentée". Donc oui à la réalité aumgentée, notamment via les fameuses lunettes de Snapchat, les fameuses Spectacles. Mais plus question de mélanger univers virtuels et réalité augmentée.


Ce retournement de stratégie ne fera évidemment pas que des heureux. Plusieurs créateurs de jetons non fongibles avaient déjà travaillé avec Snap pour lancer des filtres de réalité augmentée, connus sous le nom de Lenses. Des filtres qui permettaient de créer des photos et des vidéos qui mettaient en valeur leurs NFT en 3D.


Alors est-ce déjà la fin du Web3. Non. D'autres sociétés persistent dans l'exploration de ce nouvel espace, pour l'heure admettons le fort mal défini.

 

Meta, l'éditeur de Facebook et Instagram, grand rival de Snap, poursuit ses efforts en la matière, après avoir adopté en début d'année le nom de Meta pour refléter cette nouvelle direction.


La société construit une plateforme de réalité virtuelle appelée Horizon Worlds. Et YouTube, filiale d'Alphabet, a également annoncé recruter un responsable du web3 en début d'année.

Description

Bonjour à tous et bienvenue dans le ZDTech, le podcast quotidien de la rédaction de ZDNet. Je m’appelle Guillaume Serries et aujourd’hui, je vous explique pourquoi l’éditeur de l’application Snapchat se débarrasse fissa de ses tout récents projets autour du concept de Web3. 


Snap, l'éditeur de l'application préférée des adolescents, Snapchat, vient de passer ses projets de Web3 par la fenêtre, quelques mois à peine après s'être intéressé au sujet. 


La société californienne vient de déclarer réduire de 20 % le nombre de ses employés et diminuer les investissements dans tous les projets qui ne contribuent pas directement à ce que le PDG Evan Spiegel décrit comme les trois priorités stratégiques de l'entreprise, à savoir : la croissance de la communauté, la croissance des revenus et la réalité augmentée.

Conséquence de ce recentrage sur les fondamentaux, exit les projets de Web3.

 

Alors là peut-être que vous vous dites, "mais qu'est ce que c'est que le Web3 ?" Et bien pour le savoir, je vous invite à écouter un épisode du ZDTech de janvier dernier nommé malicieusement "Ce que n'est pas le Web3". Vous y apprendez, en creux, ce que recouvre ce concept.

 

Un désormais ex-employé de Snap, qui avait monté l'an passé une équipe dédiée sur ce sujet, très lié à celui de la propriété numérique, affirme que tout son pôle à été récemment "mis en veilleuse".

 

Et le metavers alors ? Oui car un des enjeux du Web3, outre les crypto-monnaies et les NFT, les fameux non-fungible token, est la visualisation des univers virtuels. Et quoi de mieux que la réalité virtuelle et la réalité augmentée pour faire apparaître aux yeux des clients et des utilisateurs ces fameux univers ? 

 

Et bien non. Snap affirme désormais que "les premières explorations dans l'espace web3 représentent un projet qui ne contribue pas directement à notre priorité et à notre investissement dans la réalité augmentée". Donc oui à la réalité aumgentée, notamment via les fameuses lunettes de Snapchat, les fameuses Spectacles. Mais plus question de mélanger univers virtuels et réalité augmentée.


Ce retournement de stratégie ne fera évidemment pas que des heureux. Plusieurs créateurs de jetons non fongibles avaient déjà travaillé avec Snap pour lancer des filtres de réalité augmentée, connus sous le nom de Lenses. Des filtres qui permettaient de créer des photos et des vidéos qui mettaient en valeur leurs NFT en 3D.


Alors est-ce déjà la fin du Web3. Non. D'autres sociétés persistent dans l'exploration de ce nouvel espace, pour l'heure admettons le fort mal défini.

 

Meta, l'éditeur de Facebook et Instagram, grand rival de Snap, poursuit ses efforts en la matière, après avoir adopté en début d'année le nom de Meta pour refléter cette nouvelle direction.


La société construit une plateforme de réalité virtuelle appelée Horizon Worlds. Et YouTube, filiale d'Alphabet, a également annoncé recruter un responsable du web3 en début d'année.

Share

Embed

You may also like

Description

Bonjour à tous et bienvenue dans le ZDTech, le podcast quotidien de la rédaction de ZDNet. Je m’appelle Guillaume Serries et aujourd’hui, je vous explique pourquoi l’éditeur de l’application Snapchat se débarrasse fissa de ses tout récents projets autour du concept de Web3. 


Snap, l'éditeur de l'application préférée des adolescents, Snapchat, vient de passer ses projets de Web3 par la fenêtre, quelques mois à peine après s'être intéressé au sujet. 


La société californienne vient de déclarer réduire de 20 % le nombre de ses employés et diminuer les investissements dans tous les projets qui ne contribuent pas directement à ce que le PDG Evan Spiegel décrit comme les trois priorités stratégiques de l'entreprise, à savoir : la croissance de la communauté, la croissance des revenus et la réalité augmentée.

Conséquence de ce recentrage sur les fondamentaux, exit les projets de Web3.

 

Alors là peut-être que vous vous dites, "mais qu'est ce que c'est que le Web3 ?" Et bien pour le savoir, je vous invite à écouter un épisode du ZDTech de janvier dernier nommé malicieusement "Ce que n'est pas le Web3". Vous y apprendez, en creux, ce que recouvre ce concept.

 

Un désormais ex-employé de Snap, qui avait monté l'an passé une équipe dédiée sur ce sujet, très lié à celui de la propriété numérique, affirme que tout son pôle à été récemment "mis en veilleuse".

 

Et le metavers alors ? Oui car un des enjeux du Web3, outre les crypto-monnaies et les NFT, les fameux non-fungible token, est la visualisation des univers virtuels. Et quoi de mieux que la réalité virtuelle et la réalité augmentée pour faire apparaître aux yeux des clients et des utilisateurs ces fameux univers ? 

 

Et bien non. Snap affirme désormais que "les premières explorations dans l'espace web3 représentent un projet qui ne contribue pas directement à notre priorité et à notre investissement dans la réalité augmentée". Donc oui à la réalité aumgentée, notamment via les fameuses lunettes de Snapchat, les fameuses Spectacles. Mais plus question de mélanger univers virtuels et réalité augmentée.


Ce retournement de stratégie ne fera évidemment pas que des heureux. Plusieurs créateurs de jetons non fongibles avaient déjà travaillé avec Snap pour lancer des filtres de réalité augmentée, connus sous le nom de Lenses. Des filtres qui permettaient de créer des photos et des vidéos qui mettaient en valeur leurs NFT en 3D.


Alors est-ce déjà la fin du Web3. Non. D'autres sociétés persistent dans l'exploration de ce nouvel espace, pour l'heure admettons le fort mal défini.

 

Meta, l'éditeur de Facebook et Instagram, grand rival de Snap, poursuit ses efforts en la matière, après avoir adopté en début d'année le nom de Meta pour refléter cette nouvelle direction.


La société construit une plateforme de réalité virtuelle appelée Horizon Worlds. Et YouTube, filiale d'Alphabet, a également annoncé recruter un responsable du web3 en début d'année.

Description

Bonjour à tous et bienvenue dans le ZDTech, le podcast quotidien de la rédaction de ZDNet. Je m’appelle Guillaume Serries et aujourd’hui, je vous explique pourquoi l’éditeur de l’application Snapchat se débarrasse fissa de ses tout récents projets autour du concept de Web3. 


Snap, l'éditeur de l'application préférée des adolescents, Snapchat, vient de passer ses projets de Web3 par la fenêtre, quelques mois à peine après s'être intéressé au sujet. 


La société californienne vient de déclarer réduire de 20 % le nombre de ses employés et diminuer les investissements dans tous les projets qui ne contribuent pas directement à ce que le PDG Evan Spiegel décrit comme les trois priorités stratégiques de l'entreprise, à savoir : la croissance de la communauté, la croissance des revenus et la réalité augmentée.

Conséquence de ce recentrage sur les fondamentaux, exit les projets de Web3.

 

Alors là peut-être que vous vous dites, "mais qu'est ce que c'est que le Web3 ?" Et bien pour le savoir, je vous invite à écouter un épisode du ZDTech de janvier dernier nommé malicieusement "Ce que n'est pas le Web3". Vous y apprendez, en creux, ce que recouvre ce concept.

 

Un désormais ex-employé de Snap, qui avait monté l'an passé une équipe dédiée sur ce sujet, très lié à celui de la propriété numérique, affirme que tout son pôle à été récemment "mis en veilleuse".

 

Et le metavers alors ? Oui car un des enjeux du Web3, outre les crypto-monnaies et les NFT, les fameux non-fungible token, est la visualisation des univers virtuels. Et quoi de mieux que la réalité virtuelle et la réalité augmentée pour faire apparaître aux yeux des clients et des utilisateurs ces fameux univers ? 

 

Et bien non. Snap affirme désormais que "les premières explorations dans l'espace web3 représentent un projet qui ne contribue pas directement à notre priorité et à notre investissement dans la réalité augmentée". Donc oui à la réalité aumgentée, notamment via les fameuses lunettes de Snapchat, les fameuses Spectacles. Mais plus question de mélanger univers virtuels et réalité augmentée.


Ce retournement de stratégie ne fera évidemment pas que des heureux. Plusieurs créateurs de jetons non fongibles avaient déjà travaillé avec Snap pour lancer des filtres de réalité augmentée, connus sous le nom de Lenses. Des filtres qui permettaient de créer des photos et des vidéos qui mettaient en valeur leurs NFT en 3D.


Alors est-ce déjà la fin du Web3. Non. D'autres sociétés persistent dans l'exploration de ce nouvel espace, pour l'heure admettons le fort mal défini.

 

Meta, l'éditeur de Facebook et Instagram, grand rival de Snap, poursuit ses efforts en la matière, après avoir adopté en début d'année le nom de Meta pour refléter cette nouvelle direction.


La société construit une plateforme de réalité virtuelle appelée Horizon Worlds. Et YouTube, filiale d'Alphabet, a également annoncé recruter un responsable du web3 en début d'année.

Share

Embed

You may also like