undefined cover
undefined cover
#33 - 6 conseils qui vous aideront à gérer vos émotions cover
#33 - 6 conseils qui vous aideront à gérer vos émotions cover
Burn Out Au Bien-Être

#33 - 6 conseils qui vous aideront à gérer vos émotions

#33 - 6 conseils qui vous aideront à gérer vos émotions

40min |24/04/2024|

305

Play
undefined cover
undefined cover
#33 - 6 conseils qui vous aideront à gérer vos émotions cover
#33 - 6 conseils qui vous aideront à gérer vos émotions cover
Burn Out Au Bien-Être

#33 - 6 conseils qui vous aideront à gérer vos émotions

#33 - 6 conseils qui vous aideront à gérer vos émotions

40min |24/04/2024|

305

Play

Description

Cette semaine, je vous explique comment comprendre vos émotions pour ne plus vous les laisser vous submerger.


Points forts de l'épisode :


  • Comprendre ses émotions : lien entre pensées, émotion et comportement au travail

  • Comprendre vos émotions en analysant vos problèmes

  • Les mesures à prendre en cas de surcharge émotionnelle



_____



  • Inscription ATELIER EN LIGNE : Atelier Gestion du stress et des émotions le Samedi 27 AVRIL 2024 ici

  • 📅 Rendez-vous Cabinet en ligne : ici

  • 💌 Inscription Newsletter : ici





Hébergé par Ausha. Visitez ausha.co/politique-de-confidentialite pour plus d'informations.

Transcription

  • Speaker #0

    Bienvenue sur le podcast Burnout au bien-être, le podcast dédié au burn-out et à la gestion du stress au travail. Je suis Mabé, coach bien-être spécialisée dans l'accompagnement en gestion du stress au travail et après avoir... Vécu une épreuve bouleversante qui est le burn-out après deux ans d'expérience en tant que sage-femme, une expérience qui m'a poussée à me réorienter professionnellement dans le domaine du bien-être, j'ai aujourd'hui décidé de créer ce podcast à destination des femmes salariées et épuisées. Cette expérience m'a profondément sensibilisée quant à l'importance de la santé mentale, notamment du bien-être, et mon expérience de coach m'a aidée aujourd'hui à développer des outils simples et accessibles à toutes en gestion du stress. Pas seulement conçus pour le soulager, mais aussi pour les aider à se développer. pour comprendre les étapes du stress, du surmenage, puis du burn-out. Vous l'avez compris, à travers ce podcast, ma mission est de fournir à chaque femme les moyens de mener une vie professionnelle épanouie. Pour cela, je vous inviterai à explorer l'écoute de soi et des émotions. Et enfin, vous découvrirez les conseils pour apprendre à lâcher prise pour de bon. Bonjour à toutes, j'espère que vous allez bien. Je suis très contente de vous retrouver en ce mercredi épisode 33. Dans cet épisode de podcast, je vous avoue, on n'est pas du tout dans la série Burnout. Je l'ai mise en pause, pourquoi ? Parce que j'ai eu énormément... En fait, c'est pas énormément, j'ai eu deux demandes récurrentes concernant la gestion des émotions. Et ça, c'est un point qui revenait souvent, enfin très souvent en fait, dans les sondages, dans les boîtes à questions que je mettais sur Instagram. Et en fait, je le constate même... Dans mes suivis, dans mes coachings, le problème du burn-out en lui-même ou de la gestion du stress n'est pas seulement, n'est que la surface. C'est-à-dire qu'en profondeur, il y a encore plus de problématiques à régler qui sont aussi très liées au mindset, à l'état d'esprit, ou plutôt à l'attitude qu'on doit avoir face à une situation donnée, mais également face à la gestion des émotions.

  • Speaker #1

    Donc là,

  • Speaker #0

    j'ai pris énormément de notes. J'ai préparé pas mal de sujets, j'ai lu pas mal de choses pendant ces derniers jours et franchement j'ai hâte de traiter cet épisode de podcast avec vous, ainsi que les suivants. Évidemment, je dis souvent que ce podcast n'est pas forcément le mien, dans le sens où je peux certes décider de mettre une trame, de parler du burn-out, de l'histoire besoin. Honnêtement, on ne va pas traiter cet épisode. On ne va pas traiter les épisodes suivants. On verra en fonction. Je vois vraiment en fonction des demandes. Et donc, s'il y a de la demande, je réponds à cette demande-là en podcast parce que le but, c'est que ce podcast vous soit utile. Parce que, non pas en toute modestie, j'ai énormément réussi à travailler mes émotions ces trois dernières années. Et aujourd'hui, pour moi, ça me fait super plaisir de... partager cette expertise avec vous, de partager ce par quoi je suis passée, mais également vous partager mes conseils de vive voix, en essayant de sortir du cadre burn-out aussi qui n'est pas forcément évident à traiter. Au-delà de ça, ça me fait plaisir encore une fois, et surtout je réponds aussi à un besoin. Donc si votre besoin actuel concerne la gestion des émotions, on va traiter ce sujet en long, en large et en travail. en travers, pardon, et on va aussi travailler sur le mindset. J'espère que vous êtes prêtes parce que les prochains épisodes risquent d'être très très très riches en valeur. Bref, je vous souhaite une bonne écoute, j'espère que vous êtes prêtes, et avant d'aller plus loin pour celles qui justement ont du mal à gérer leurs émotions au quotidien, notamment au travail, parce que je sais qu'avec les collègues ça peut être compliqué, et je sais qu'avec les membres de votre famille ça peut être compliqué. Je sais à quel point face à l'humain en fait c'est compliqué, parce que très souvent encore une fois, On se retrouve seul, on n'a pas ce problème-là. Toutefois, très souvent, lorsqu'on est seul, justement, on se retrouve avec des émotions à gérer, qu'on refoule la plupart du temps et on ne sait pas du tout quoi en faire. Dans tous les cas, peu importe votre situation actuelle, cet épisode est fait pour vous. Pour cela, je vais vous expliquer un petit peu comment je vais traiter cet épisode entre parties, encore une fois. Mais avant d'aller plus loin, si vous avez justement une problématique liée à la gestion des peurs, des émotions, si vous avez du mal à lâcher prise, si vous avez du mal à vous affirmer au travail, si vous souhaitez avoir une aide justement pour vous libérer de cette pression que vous ressentez quotidiennement, vous avez la possibilité justement de prendre rendez-vous pour un premier entretien en visio pour justement comprendre votre problématique et afin que je puisse vous aider. Je vais vous proposer un coaching personnalisé sur une durée bien évidemment minimum de 3 mois pour justement avoir un résultat un peu plus durable même. Un résultat qui va impacter l'ensemble de votre vie et qui je l'espère transformera positivement votre vie dans tous ses domaines. Le lien de prise de rendez-vous se trouve en description de l'épisode du jour comme d'habitude. Évidemment vous avez la possibilité de me détailler un petit peu votre problématique via le questionnaire que je lirai évidemment. Et ensuite, au cours de l'appel, on décortiquera toutes ces problématiques ensemble. Et surtout, je vous proposerai, on proposera, surtout on mettra ensemble, en place ensemble, parce que c'est une équipe, un coaching, on mettra en place ensemble un plan d'action qui vous convient. On va entrer dans le vif du sujet. Dans cet épisode, on va voir ensemble les six stratégies à mettre en place pour apprendre à gérer vos émotions. Il y aura du pratique au pratique, vraiment. Mais avant d'aller dans cette profondeur et surtout... Dans ces stratégies, on va avant tout, dans un premier temps, définir ce que c'est qu'une émotion. Ensuite, on verra ensemble comment comprendre vos émotions, donc dans la même partie, et ensuite, les solutions pour analyser vos problèmes. Parce que lorsqu'il y a une émotion, forcément il y a un problème, une pensée ou un comportement, une situation qui vous a posé problème. Et le but, c'est d'aller dans cette démarche d'analyse. Enfin, on verra ensemble les six stratégies à appliquer. directement, pour pouvoir avoir quand même un début, une amorce de gestion émotionnelle. Évidemment, ça ne remplacera jamais un coaching personnalisé, puisque le coaching permet vraiment de prendre du recul de manière objective, surtout quand on a quelqu'un avec soi qui nous accompagne et qui nous écoute. Et vraiment, c'est vraiment top, parce qu'encore aujourd'hui, j'ai sauté le pas d'un autre coaching, d'un autre atelier, mais plus. plus au niveau perso. Et honnêtement, moi, c'est une chose qui m'aide énormément au quotidien. Et j'espère que ça pourra aussi énormément vous aider. Donc nous sommes des professionnels qui travaillent et qui sont en perpétuel... apprentissage donc la vie de toute façon est un apprentissage qu'il faut saisir à travers les expériences qu'on vit et c'est ce qu'on va voir aujourd'hui dans cet épisode alors parlons émotions une émotion est en fait un état donc une émotion c'est surtout une réaction en fait si vous l'avez bien compris lorsque je parlais du stress c'est une réaction psychologique donc mentale et physique donc parfois le corps réagit on est d'accord que lorsqu'on se met en colère on a le coeur qui bat vite on commence à avoir peut-être les mains moites Les personnes qui sont claires de peau commencent à rougir, on a peut-être les points serrés, etc. C'est d'abord une manifestation interne, donc comme je vous l'ai dit, le corps réagit et ensuite ça génère une réaction externe. L'exemple le plus typique, je m'énerve, je crie, donc il y a le cœur qui bat vite, il y a les points serrés, et finalement je me mets en colère et je finis par crier, extérioriser cette colère, ou taper sur un mur pour les personnes un peu plus colériques. Donc voilà, ça c'est ça. Ça dépend vraiment des personnes. Vous l'avez bien compris, une émotion est intérieure, c'est quelque chose qui est ressenti intérieurement et qui va ensuite s'extérioriser à travers un comportement face à une situation donnée. On est d'accord sur le fait que justement,

  • Speaker #1

    nous ne sommes pas tous égaux face aux émotions.

  • Speaker #0

    Nous ne réagissons pas forcément de la même façon face aux émotions. C'est la raison pour laquelle vous pouvez très aisément voir des personnes qui, lorsqu'elles se trouvent dans des situations de stress, vont soit se mettre en mode silence ou d'autres personnes qui vont un peu plus extérioriser, facilement se mettre en colère, être un peu plus irritable. Tout dépend de votre vécu, tout dépend de la perception que vous avez de vos émotions et tout dépend de la situation que vous vivez. Puisque toutes ces données-là sont régies par les expériences passées, par vos expériences de vie. Si vous avez été une personne qui a été blessée par le passé, forcément, il vous sera difficile. de passer outre parfois peut-être sur certaines situations, notamment lorsque vous estimez qu'il y a un manque de respect. Pour d'autres personnes pour qui tout leur passe au-dessus, ce sera peut-être un événement qui va leur faire ressentir la même émotion peut-être de colère, mais de manière dont l'intensité va varier. Donc c'est la raison pour laquelle il est très très difficile aujourd'hui, lorsque vous me sollicitez, de vous donner des conseils crus comme ça, déjà mâchés pour votre gestion émotionnelle pour la simple et bonne raison que votre... votre vécu n'est pas forcément le même que toutes les femmes que j'ai accompagnées depuis un an d'ailleurs. Elles ont toutes la même problématique, donc on a toutes les mêmes problématiques, c'est-à-dire que nous n'arrivons pas à gérer nos émotions, mais cependant nous n'avons pas le même parcours de vie, ni la même façon de réagir, ni la même façon d'extérioriser, puisqu'il y a des personnes qui refoulent et d'autres personnes qui justement s'extériorisent, voire trop. Donc dans l'un ou l'autre, il y a un extrême puis un autre, et le but juste... De chaque coaching, c'est de faire avec tout ça. Faire avec la personne que j'ai en face de moi, faire en fonction de son expérience personnelle et accepter aussi que les méthodes de gestion du stress et les conseils que je peux donner peuvent varier d'une personne à une autre. Ça, c'est très important à comprendre et à conscientiser, surtout pour vous qui m'écoutez aujourd'hui. Et donc, votre vision des émotions, elle est fortement impactée par l'éducation que vous avez eue, par la société dans laquelle vous avez évolué, mais également par vos croyances. Donc je sais qu'en fonction des cultures, en fonction de l'environnement et même dans la culture occidentale, nous n'avons pas en fait la même façon de gérer nos émotions. Je sais que les personnes qui sont originaires par exemple d'Afrique ont plus tendance à refouler leurs émotions. Je sais qu'en Occident, les personnes sont un peu plus expressives, vont plus ou moins aussi exprimer ce qu'elles ressentent, pas forcément de la bonne manière. Mais en tout cas, ce ne sont pas, je tiens à préciser, à faire un disclaimer quand même, ce n'est pas un cliché. Ce n'est pas un stéréotype, mais simplement, c'est des choses que j'ai constatées. Et surtout, j'ai aussi énormément étudié le profil sociodémographique des personnes que j'accompagne. afin de pouvoir leur donner des conseils personnalisés qui sont adaptés à leur vision des choses. Et donc, à travers toutes ces fausses croyances, à travers ce contexte, parce que j'appelle ça un contexte de vie, les personnes ont un contexte de vie qu'il faut prendre en compte lorsqu'on accompagne, mais en fait, il faut ajuster, il faut constamment ajuster. C'est comme vouloir vous donner, en fait, peut-être... On a tout, en fait, par exemple, un corps. Mais cependant, on ne fait pas toujours toute la même taille. Il y a des personnes qui font du 36, du 38, qui sont grandes, qui sont minces, qui sont un peu plus enrobées. Nous avons toute une morphologie différente et pourtant nous restons des êtres humains. Voilà, donc ça c'est important. Je vous donne une petite métaphore, je ne sais pas si on appelle ça une métaphore, mais en tout cas une petite comparaison pour que vous puissiez comprendre que chaque individu... Nous avons tout un bagage de base, mais cependant, nous n'avons pas les mêmes dispositions, ni les mêmes spécificités. Et c'est ça, c'est ce qui fait la richesse de chaque individu. C'est ce qui fait qu'en fait, justement, on a la richesse de chaque accompagnement, puisque chaque coaching est totalement différent. Et ça, c'est une chose que j'aime énormément dans mon travail, donc je tenais quand même à vous le transmettre. Et je tenais aussi à vous... vous le faire comprendre afin que vous puissiez comprendre aussi qu'il n'y a pas besoin de se comparer par rapport aux personnes qui peut-être sont dans votre entourage et arrivent aisément à, entre guillemets, gérer leurs émotions. Donc il faut prendre aussi en compte votre contexte de vie, votre vie en général et votre expérience personnelle. Donc ça, c'est très important. Donc oui, j'ai répondu à la question, est-ce que les conseils en gestion du stress suffisent à eux-mêmes ? Non, ils font un accompagnement personnalisé. Et il faut... Effectivement, prendre en compte l'individu, encore une fois, dans son individualité, sa singularité, et surtout, est-ce que les solutions... La solution est-elle en fait de donner des conseils à la veine ? Parce qu'aujourd'hui, on est dans une ère où tout le monde donne des conseils à tout va. Donc avec l'ère des réseaux sociaux, c'est pas évident. En fait, on se retrouve plus, en fait, on se retrouve avec une multitude de contenus, on se retrouve avec une multitude de vidéos qui peuvent plus ou moins vous convenir et qui peuvent plus ou moins ne pas vous convenir. Et c'est la raison pour laquelle je vais vous partager d'ailleurs une expérience personnelle. J'ai longtemps en fait regardé des vidéos, c'était il y a quelques années, donc il y a un peu plus de cinq ans, notamment pendant mes études, qui m'aidaient énormément en fait. À ce moment-là, surtout concernant le mindset, comment se détacher du regard des autres, etc., en fait, c'est des conseils qui ne partageaient pas forcément mes valeurs personnelles. Donc forcément, en fait, ça n'allait pas du tout. Là où vous allez avoir un avantage par rapport au contenu gratuit que vous trouvez sur les réseaux sociaux en coaching, c'est qu'en fait, vous allez avoir des conseils qui sont adaptés à votre situation. Et ça, ça ne remplacera jamais encore une fois. C'est pour ça que c'est compliqué aujourd'hui pour beaucoup d'entre vous de trouver des solutions durables. Parce que beaucoup me disent j'ai testé ça et en fait ça ne m'allait pas. Ou je veux des conseils, je veux des conseils, je veux des conseils. Oui, je peux vous donner des conseils. Mais simplement, il faut comprendre qu'en termes de gestion des émotions, gestion du stress, c'est quelque chose qui se travaille en profondeur et qui demande du temps. Donc ce n'est pas une pilule à prendre à avaler, c'est un travail de fond. C'est un travail de fond et surtout le travail qui se fait dans la durée. En fait, c'est un cheminement, c'est une évolution personnelle, c'est des situations que vous allez rencontrer au quotidien, sur lesquelles vous allez vous challenger. D'ailleurs, celle que j'accompagne actuellement pourra se reconnaître. Je l'ai challengée d'ailleurs sur un point qui est l'affirmation de soi au travail, et notamment à l'école, parce qu'elle est altermente aussi. Les deux sont imbriquées, puisqu'elles travaillent dans le domaine de... des assurances dans le domaine bancaire, donc conseillère clémentelle en banque.

  • Speaker #1

    Et en fait,

  • Speaker #0

    il faut savoir qu'il faut se challenger par rapport aux situations que vous allez rencontrer. Et ça, c'est très important de le comprendre. Donc comment aborder ces émotions aujourd'hui ? Il faut avant tout comprendre que tout dépend aussi des pensées que vous avez autour de vos émotions. Lorsque vous allez ressentir une émotion, il y a forcément une situation que vous avez rencontrée. Je veux partir de la situation d'une personne peut-être qui a eu... Si vous avez mis un avis à votre égard, un collègue de travail qui vous a froissé, je ne sais pas, peu importe, à partir de cette situation, vous allez penser une chose, vous allez avoir une pensée, peut-être que vous allez vous dire mais elle me manque de respect, cette personne me manque de respect, elle ne prend pas en compte mes besoins, elle me parle toujours mal, enfin bref, on peut plus ou moins aller dans ces pensées négatives. A partir de ces pensées vont découler des émotions. Les émotions, plus ou moins positives ou négatives, généralement c'est des émotions négatives, entre guillemets. Donc la frustration, peut-être la colère, peut-être la déception, peut-être de la culpabilité, peut-être du rejet, peut-être de l'humiliation, peut-être un sentiment d'infériorité. Peu importe, vous allez ressentir une émotion. Cette émotion dépend de la perception que vous avez de l'événement. Pour cela, je vais m'appuyer sur un exemple. On va partir sur l'exemple de Sarah. Une femme de 30 ans, réunion d'équipe, elle se fait du souci sur le projet en cours et voudrait prendre la parole au sein de l'équipe. Mais au moment où Sarah s'apprête à lever la main, je pense qu'on a peut-être rencontré cette situation, elle s'apprête à lever la main pour exprimer ses inquiétudes, donc sa peur. Elle se dit, donc ça c'est une pensée, si mes collègues me trouvent stupide, peut-être que si je lève la main et que j'exprime ce que je ressens, peut-être que mes collègues vont me trouver stupide, peut-être que je ne devrais pas poser cette question devant tout le monde, sinon je vais m'humilier. Et si on n'est pas d'accord, ça risque de tourner à la dispute avec mes collègues et mon image au sein de l'entreprise risque d'être ternie et je ne veux pas de ça. Donc en fonction de cette perception, donc cet événement... Sarah va donc se mettre dans une situation, on va dire... de peur. On est d'accord que l'émotion ressentie est la peur, l'inquiétude est face aux peurs. On a déjà vu traiter ça dans un autre épisode. La peur, combat ou fuite, vous envoyez le message à votre cerveau que là, il y a un danger et forcément, vous allez fuir la situation. Résultat, Sarah ne va pas prendre la parole et l'action qui va en découler, c'est que Sarah va garder le silence et le résultat, elle va rester avec ses interrogations et sa peur. Et derrière, cette émotion qui n'a pas été extériorisée, en tout cas qui n'a pas été... qui n'a pas été surmontée. Donc la peur, on peut toute la ressentir un moment ou un autre, encore une fois. Ça peut arriver lorsqu'on doit prendre la parole en public, au sein des collègues, au sein d'une équipe. Ça peut arriver lorsqu'on présente, lorsqu'on fait un entretien d'embauche. Ça peut arriver lorsqu'on se présente face à un public. Ça m'est arrivé lorsque j'ai organisé l'atelier en mars. Mais pour autant, on a deux types de réactions possibles dans ce genre de situation. Si on part d'une étude des cas, Soit vous décidez de surmonter cette peur et de l'utiliser comme un challenge, chose que j'ai faite en organisant justement cet atelier. Je savais que j'avais peur, je ne savais pas si j'allais employer les bons termes ou pas, mais j'ai sauté le pas. Deux réactions sont effectivement. soit effectivement possible. Donc soit vous utilisez cette peur en challenge, soit cette peur va vous bloquer et va se transformer en inaction. Et je ne sais pas si vous vous rendez compte de l'impact que vos pensées peuvent avoir sur la situation, mais si je m'étais dit en mars, j'ai trop peur, je ne vais pas y aller, peut-être que j'aurais été soulagée sur le coup, mais j'aurais été très frustrée, je le sais, parce que je n'aurais pas été jusqu'au bout. Et surtout, si ça avait été une peur qui était en direct live, j'aurais perdu tous mes... J'ai eu des moyens et j'aurais bégayé pendant tout le long de l'atelier. Idem pour le podcast, idem pour les personnes que je suis amenée à avoir au téléphone au cours de mes entretiens. Ça peut en fait concerner pas mal de choses dans votre quotidien. Lorsque vous allez faire des courses, lorsque vous allez appeler un client, lorsque vous allez discuter avec un collaborateur. Tout dépend encore une fois de la perception que vous avez de l'événement. Et vous voyez à quel point, à travers cette situation-là, plus ou moins, c'est pas une étude de cas, mais en tout cas un exemple que beaucoup peuvent rencontrer et qui peut... C'est des exemples que j'ai pu voir dans mes coachings. C'est compliqué puisque ça bloque. La personne que je retrouve en séance me dit que j'ai peur de m'affirmer et que c'est difficile. Elle repense toujours à cette situation qui était déjà passée encore une fois.

  • Speaker #1

    Alors qu'en vrai,

  • Speaker #0

    si on affrontait vraiment les situations au quotidien et si on surmontait, on affrontait vraiment ces émotions telles qu'elles sont en comprenant d'où elles viennent et en comprenant... Les peurs, surtout l'émotion de la peur est la plus fréquente généralement. En comprenant ces peurs, vous allez mieux appréhender les situations que vous allez vivre. Mais pour ça, ça demande effectivement une connaissance profonde de soi. Et ça demande aussi une bonne estime, une bonne vision de soi-même que de surmonter ce genre de situation. Et ça, c'est un travail encore une fois qu'on peut faire en coaching. Donc à la suite de ça, il faut analyser encore une fois cette situation. Donc pour faire cette situation donnée, une fois que l'émotion est présente, Il faut savoir que l'émotion vient à l'étape 3 en fait. Elle vient en troisième dans le processus du cheminement émotionnel. Avant d'avoir une émotion, vous allez avoir une situation qui a provoqué cela, un élément déclencheur. Ensuite, vous allez penser, avoir une pensée dans votre tête, généralement quand on rumine beaucoup. Les ruminations sont des pensées que vous allez intérioriser, vont en découler des émotions, des actions et donc un résultat. Et donc, analyser vos problèmes, ça va consister à analyser ce genre de situation dans votre quotidien. A commencer par votre environnement familial. Est-ce qu'il y a des situations ? Comme ça, qui génère en fait des émotions de peur, de tristesse, de colère et qui sont difficiles à gérer pour vous. Est-ce qu'il y a eu un événement, une situation ? C'est à vous de savoir. Et ça, on ne peut pas le faire, encore une fois, quand on me dit justement comment gérer ses émotions. Ce n'est pas une solution concrète. Il faut avant tout analyser le problème et trouver la source du problème. Et vous devez avant tout analyser les situations de votre quotidien qui génèrent des émotions négatives. Tout part de... Je parle peut-être de la famille, je parle peut-être des frères et sœurs, je parle peut-être des collègues. Dans quel type de situation ? Est-ce que c'est lorsqu'on vous sollicite ? Est-ce que c'est lorsqu'on vous dit un certain type de parole que vous le prenez mal ? Est-ce que vous avez tendance à vous replier sur vous ? Quelles sont les situations que vous rencontrez dans votre quotidien ? Vous et vous seul pouvez déterminer ça parce que ça dépend encore une fois des personnes et justement dans les exercices qu'on fait. En coaching, face à cette situation, j'aurais pu dire à Sarah, par exemple, voici la situation, voici la pensée qui t'est venue en tête. Je me suis dit que mes colères vont me trouver stupide. L'émotion qui en a découlé, la peur. Action qui en a découlé, c'est l'inaction, justement. Le fait de se replier sur soi et de garder le silence. Et résultat, frustration par la suite.

  • Speaker #1

    Et en fait,

  • Speaker #0

    Sarah n'a pas posé. sa question, il n'a pas eu de réponse à sa question. Et donc du coup, dans ce processus-là, le but, moi en coaching, c'est de passer de ce cheminement-là à une autre situation. Face à une même situation, cette situation pourra se répéter, puisque Sarah travaille toujours au sein de cette entreprise-là, et donc Sarah va probablement rencontrer d'autres réunions d'équipe, et donc la prochaine fois qu'elle rencontrera une réunion d'équipe, le but ce sera justement d'appréhender cette peur, de la comprendre, de l'appréhender. Utiliser comme étant un challenge qui lui permettra de faire une action différente. Et par le biais de cette action différente, à savoir l'inaction, lorsqu'elle va lever la main et poser sa question, il va en découler autre chose. Donc forcément, elle va peut-être avoir des réponses à ses interrogations. Peut-être qu'une collègue va même justement trouver pertinente sa démarche, sa demande. On ne sait pas tant qu'on n'a pas tenté. Et surtout, vous comprenez aisément que lorsqu'on reste dans ses pensées, en fait, on est totalement déconnecté de la réalité. Et ça c'est important de se constamment avoir un regard objectif sur la situation et prendre du recul. Ça c'est essentiel. Donc encore une fois, il ne suffit pas de se dire mentalement aussi que vous allez réussir les choses. Parce que quand je parle de pensée, il ne suffit pas de se dire bon ok, aujourd'hui je vais passer une super bonne journée. Non, ça demande vraiment un travail introspectif, un travail sur soi. Et surtout, vous allez avant tout devoir tenir compte de toutes les informations relatives à la situation. en question. Toutes les informations qui concernent votre contexte, encore une fois. Et dans le contexte, je vous en ai parlé dans la première partie, c'est votre contexte de vie. Dans quel contexte est survenue cette situation et en quoi elle est en lien aussi avec vos expériences passées. Et c'est tout ça qu'il faut prendre en compte. C'est pas seulement la gestion des émotions en elle-même, c'est avant tout votre personne aussi qu'il faut prendre en compte. Donc, c'est à vous aujourd'hui d'identifier dans votre environnement de travail votre environnement social et familial, quelles sont les situations qui génèrent des émotions négatives. Et à la suite de ça, forcément, vous allez analyser effectivement les émotions qui en découlent et les pensées qui justement vous bloquent et vous dirigent en fait vers des situations conflictuelles, des situations d'inaction, des situations de repli, des situations de fuite. Et c'est à vous de savoir aujourd'hui comment aborder ces situations-là. Évidemment, encore une fois, si ces situations sont répétées dans le temps, encore une fois, c'est qu'il y a peut-être un mode de fonctionnement qui est répété et qui est dysfonctionnel dans la gestion des émotions. Et c'est ce qu'on travaille d'ailleurs en quotidien. Donc, je parle beaucoup d'état d'esprit, je peux parler de mindset, etc. Mais ne vous faites jamais avoir par cette vision de il faut juste changer son état d'esprit et ça va marcher. Non, il faut un travail de fond. Encore une fois, analysez. Réalisez les situations, trouvez les stratégies adaptées et surtout beaucoup de patience face à ce genre de situation parce que ce n'est pas en un jour que vous allez réussir à désamorcer justement cette gestion émotionnelle qui est défaillante dans votre quotidien. Donc vous l'avez compris, pensées, émotions, comportements, les situations destructrices entre guillemets, qui vous rendent un peu triste, en colère et qui vous frustrent dans votre travail mais aussi dans votre vie personnelle, sont toutes liées en fait. Donc par rapport aux situations, les situations que vous avez peut-être déjà vécues par le passé, il faut vraiment, on va pas dire déblayer le terrain, mais en tout cas, sachez que c'est comme des... des épines à votre pied qui vont vous suivre dans votre milieu du travail, dans vos relations avec les autres, dans vos relations avec vos collègues, et qui vont impacter forcément votre qualité de vie au travail. Donc le travail de gestion émotionnelle, c'est avant tout un travail sur soi, mais avant tout aussi un travail de connaissance de soi, et de comprendre aussi que très souvent, on pense en fait qu'une émotion, c'est un comportement. Non. Votre réaction face à l'émotion, c'est votre... comportement face à l'émotion. Mais par contre, l'émotion en elle-même, il faut la nommer. Est-ce que c'est une peur ? C'est pas je suis fatiguée, mais je suis fatiguée va forcément... Si on y va, si on va en profondeur, il faut savoir pourquoi vous êtes fatigué. Est-ce que vous avez été triste depuis un moment ? Est-ce que vous êtes mentalement fatigué au travail ? Il faut creuser. Attention à ne pas confondre les comportements et les émotions. Les émotions, on peut les nommer par exemple... un nom en disant peur, tristesse, etc. Par contre, le comportement, on peut en faire une phrase. Si je peux dire un peu imagé comme ça. Ensuite, en ce qui concerne les six stratégies à adopter pour avoir une bonne gestion émotionnelle, sachez qu'une émotion se vit. Une émotion se vit. C'est-à-dire que... Aujourd'hui, et c'est un problème de société, au lieu de vivre son émotion, on la fuit. Et le moyen le plus efficace pour fuir une émotion, c'est de prendre son téléphone et scroller sur les réseaux sociaux. Je sais que ça fait peut-être partie de votre mode de fonctionnement, mais en fait, c'est quelque chose qui est inconscient et qui fait partie intégrante aujourd'hui de toutes les femmes salariées, peu importe, qui fait partie intégrante de toute personne dans cette société actuelle. Et on ne se rend pas compte. de l'impact émotionnel que peut avoir ce téléphone sur vos émotions qui s'accumulent et qui sont refoulées. Donc aujourd'hui, je veux que vous appreniez dans un premier temps, la première étape, c'est apprendre à faire le vide. Apprendre à profiter du vide que vous avez, des moments de silence que vous avez, des temps de pause que vous avez, parce qu'une émotion ne peut se vivre, on ne peut pas ressentir de la tristesse en étant sur son téléphone et en voyant une vidéo vous joyeuse, entre guillemets. Quand on est triste, très souvent on va prendre un petit peu de temps. Son téléphone se dit, on va scroller sur les réseaux sociaux histoire de se remonter le moral. Mais derrière, l'émotion qui est présente va en fait rester et être refoulée. Désolée, il y a un chien qui aboie, je ne sais pas pourquoi c'est aussi bruyant. Mais voilà, je suis désolée pour la qualité sonore. Ensuite, deuxième étape, deuxième stratégie à mettre en place, il faut réduire votre exposition au facteur de stress. Donc s'il y a une chose qui vous stresse, c'est à vous de prendre de la distance par rapport aux situations stressantes. Si c'est le travail, votre soin, encore une fois, je le dis souvent, tout le monde ne va pas faire une reconversion pro. Vous aimez peut-être votre travail, vous avez besoin aussi de payer votre loyer, vous avez besoin de subvenir à vos besoins. Aujourd'hui, si votre travail est quelque chose d'important pour vous...

  • Speaker #1

    il faut

  • Speaker #0

    Réduire votre exposition au facteur de stress présent dans ce travail en adoptant des stratégies non pas de fuite, non pas de suppression totale des émotions ni de fuite du travail, mais en prenant en compte cet environnement-là, en continuant à aller dans cet environnement, effectivement s'il vous convient encore une fois, et en adoptant une attitude qui est différente. Il faut simplement parfois jauger et réadapter votre... ...comportement face aux situations. Et réduire votre exposition au facteur de stress, ça concerne aussi le téléphone. Le téléphone, c'est quelque chose qui augmente énormément le... ...taux de stress qui va entraîner un sentiment de culpabilité, surtout lorsque vous allez vivre des périodes difficiles. Vous allez voir une story d'une amie qui est en train d'aller vivre ses meilleures vacances, vous allez vous dire ma vie est nulle, je suis triste pendant qu'elle est en train de se... Elle est en train de profiter de la vie et moi je suis là dans mes émotions négatives. Donc apprendre à réduire votre exposition au facteur de stress. Ça va consister avant tout à prendre de la distance par rapport aux différents environnements, la famille, ça concerne les frères et sœurs, ça concerne peut-être les amis aussi, ça concerne aussi les collègues. Vous n'avez pas forcément à supprimer ces personnes de vos vies. Parfois, pour des raisons indépendantes de votre volonté et même pour des raisons personnelles, vous allez vouloir garder le lien. Mais c'est à vous aujourd'hui de réduire votre exposition au facteur de stress et de changer votre attitude face à ce facteur de stress. Idem pour votre téléphone, vous n'allez pas vivre sans téléphone, donc le but justement c'est de trouver des solutions. Et une des solutions ça peut être la Digital Detox, mais pour ça encore une fois ça demande... Un énorme détachement. Et ça demande à apprendre à faire le vide. Et ça, vous verrez que les stratégies que je vais vous proposer ici sont toutes liées. Ensuite, quand vous rencontrez des situations frustrantes, parce que je parlais du cas de Sarah, mais ça peut concerner d'autres situations, dans des situations où vous dites oui alors que vous souhaitez dire non, il faut apprendre à dire non et à fixer des limites aux demandes irréalistes que l'on vous fait au travail, mais aussi dans votre vie personnelle. Je sais que ça peut générer beaucoup de culpabilité, de tristesse, etc. Et ensuite, vous vous retrouvez un an, deux ans, trois ans après, encore en train de penser à cette situation que vous auriez dû refuser.

  • Speaker #1

    Donc,

  • Speaker #0

    encore une fois, on respecte l'autre. On n'est pas dans une démarche égoïste, encore une fois, où on pense qu'à soi. Mais sachez que vous avez des besoins qu'il faut respecter. Et ça, je mets vraiment un point d'honneur à chaque fois, dans chaque accompagnement, lorsque je discute avec mes... avec les femmes que j'accompagne, je précise toujours que ce n'est pas un signe d'égoïsme que de respecter ses besoins. Parce que lorsqu'on se dit...

  • Speaker #1

    Oui,

  • Speaker #0

    lorsqu'on dit oui aux autres, parfois on se dit non à soi-même. Mais ça dépend encore une fois du contexte. C'est pour ça que je ne peux pas vous donner un conseil à tout va, alors que ça peut concerner parfois de la famille, ça peut concerner des personnes qui vous sont proches. Et il faut faire en fonction du contexte et réajuster. Ensuite, il faut passer, quatrième étape, plus de temps avec les gens qui vous font sentir bien, qui vous génèrent et vous procurent des émotions positives. Si vous avez des questions, Être forcément entouré de personnes négatives n'est pas rare de finir par s'imprégner de ça. Donc ça, c'est aussi à prendre en compte. Dans l'environnement social, l'environnement que vous allez côtoyer en dehors de vos heures de travail est primordial aussi sur votre gestion émotionnelle. Idem, est-ce que vous avez des personnes avec qui vous... Est-ce que vous avez des amis, des membres de votre famille avec qui vous pouvez aisément parler de vos émotions ? Ou est-ce que lorsque vous vous voyez, c'est vraiment strictement superficiel, on profite du moment et chacun rentre chez soi ? pendant que peut-être vous êtes en train de vivre une situation difficile. Et je pense que c'est un point très très très difficile en ce moment,

  • Speaker #1

    en tout cas en 2024.

  • Speaker #0

    surtout lorsque vous allez peut-être partager un moment avec des amis mais en fait on est beaucoup trop je trouve qu'aujourd'hui avec la technologie le téléphone, on prend plus le temps de se demander si ça va vraiment de discuter vraiment des problématiques qu'on rencontre et ça je trouve vraiment ça dommage donc c'est vrai que là du coup le coaching est très préconisé surtout lorsqu'on a besoin de sortir justement de ce cercle là et surtout lorsqu'on a besoin en fait ensuite Pour se détacher, parfois, on a besoin de faire le vide, mais on a aussi besoin de s'occuper par autre chose que ses émotions négatives. Je vais m'expliquer. Utilisez des actions de votre quotidien qui vont vous permettre de vous détacher de vos émotions. Quand je dis vous détacher, ça ne veut pas forcément dire vous les refouler. Une fois qu'on a appris à faire le vide, une fois qu'on vit l'émotion pleinement, une fois qu'on comprend pourquoi elle est là, une fois qu'on a analysé la situation et qu'on sait que le comportement qui en a découlé est issu de tout ça, en fait, on va de l'avant. Donc la meilleure façon d'aller de l'avant pour moi, par exemple, le crochet. Il faut que je vous envoie ma petite... Je pense qu'on ne peut pas avoir la création qui a été faite. Mais en tout cas, justement, aujourd'hui, pour exemple, je vous l'avais déjà dit dans deux épisodes précédents, nouvelle activité qui me permet de me sentir bien. Merci. En fait, c'est de faire du crochet. En ce moment, je me sens utile comme ça. Mon utilité va dans cette activité-là. Donc, faites l'associatif. Je pense d'ailleurs à l'associatif. Faites des activités en dehors du travail qui vont vous sentir bien. Pas pour fuir la situation, mais encore une fois, on analyse la situation, on vit l'émotion. Et ensuite, on passe à autre chose. C'est pas qu'on passe à autre chose en version je passe à autre chose, je fuis la situation Je passe à autre chose car j'ai réglé la situation. et je sais désormais comment réagir la prochaine fois. Donc, faire de l'associatif, prendre soin de vos voisins, je ne sais pas. prendre du temps pour vous, ça c'est des actions qui vont procurer des émotions positives et qui vont vous permettre aussi de vous détacher des situations, de prendre du recul en fait, qui vont permettre de lâcher prise sur vos émotions qui vous bloquent et ce stress aussi qui est secondaire, ce stress qui est une conséquence aussi de la peur que vous ressentez. Donc avec tout ça, ça mettra effectivement à la suite de ça, donc l'étape numéro de mettre fin au comportement qui mène à des modes de pensée négatifs et difficiles. Le but est de ne pas fuir les situations, mais de changer votre attitude face à la même situation. Et ainsi, forcément, vous parviendrez à une gestion émotionnelle optimale, je ne dis pas parfaite, parce qu'il y aura des situations où vous allez craquer, des situations où vous n'allez pas réussir à apprendre sur vous. Mais le plus important, c'est que... Vous mettiez en place des actions quotidiennes qui vous permettront de lâcher prise pour de bon et surtout de vous détacher. Vous allez ressentir de la frustration, vous allez ressentir de la colère, vous allez ressentir de la tristesse par période, vous allez ressentir de la peur, le plus important, et de modifier, de mettre fin aux comportements qui vous mettent dans des émotions très négatives qui durent. On arrive à la fin de l'épisode, évidemment pour rappeler tout ce qu'on a traité aujourd'hui. Une émotion est avant tout quelque chose qui se ressent à l'intérieur, qui va ensuite s'extérioriser à travers un comportement. Une émotion a besoin d'être nommée, une émotion a besoin d'être vécue, et pour ça il faut faire le vide. Et il faut apprendre à faire le vide, apprendre à se détacher des distractions qui vous empêchent justement de gérer vos émotions. Et surtout, il faut modifier les comportements. Avant tout, modifier vos schémas de pensée. Modifier les comportements qui découlent de ces émotions pour ensuite adopter une attitude positive. qui vous permettra de lâcher prise par rapport à ces situations. Effectivement, appliquer ces stratégies pourront vous aider dans l'absolu si vous n'avez pas de grosses problématiques liées au stress. Mais par contre, si vous souhaitez aller plus loin et que vous souhaitez avoir un accompagnement personnalisé sur tous ces points que j'ai détaillés aujourd'hui, vous avez la possibilité de réserver un entretien. Donc, prendre rendez-vous en consultation. J'ai dit consulting, mais vu que le mot consultation en français est très présent, c'est une séance. C'est une séance d'une heure dans laquelle on va faire le point sur votre problématique et je pourrais vous donner un plan détaillé pour vous aider dans votre travail, mais aussi dans votre vie personnelle, parce que les deux sont liés. Je vous souhaite une excellente journée. J'espère que cet épisode de podcast vous a plu. Une pensée à celle qui m'a suggéré cet épisode de podcast. C'était un plaisir de le traiter. Franchement, j'aime beaucoup. beaucoup ce sujet-là. Et je ne veux pas dire que c'est ma spécialité, mais en tout cas, c'est ce pour quoi j'accompagne. Et c'est vraiment un plaisir de vous avoir partagé ces conseils-là. Surtout, encore une fois, si vous souhaitez réécouter l'épisode, réécoutez-le autant que possible. Prenez des notes. Ça vous permettra vraiment d'ancrer tout ce que j'ai dit. Et ensuite, de prendre conscience que les situations peuvent être gérées différemment. Et surtout, ça vous permettra aussi d'apporter du bien-être dans vos vies. Je vous souhaite une excellente journée, peu importe le moment où vous écoutez cet épisode de podcast. On se retrouve la semaine prochaine pour un nouvel épisode de podcast dans lequel je vous expliquerai comment s'affirmer au travail. Prenez soin de vous et on se dit à très vite. Encore désolé pour le chien qui aboyait dans le micro. Enfin, pas dans le micro, sinon vous l'auriez entendu. Mais c'était indépendant de ma volonté, donc désolé. Mes excuses, mais du coup, j'espère que vous avez pris le temps. pleinement profiter de l'épisode prenez soin de vous et on se dit à très vite

Description

Cette semaine, je vous explique comment comprendre vos émotions pour ne plus vous les laisser vous submerger.


Points forts de l'épisode :


  • Comprendre ses émotions : lien entre pensées, émotion et comportement au travail

  • Comprendre vos émotions en analysant vos problèmes

  • Les mesures à prendre en cas de surcharge émotionnelle



_____



  • Inscription ATELIER EN LIGNE : Atelier Gestion du stress et des émotions le Samedi 27 AVRIL 2024 ici

  • 📅 Rendez-vous Cabinet en ligne : ici

  • 💌 Inscription Newsletter : ici





Hébergé par Ausha. Visitez ausha.co/politique-de-confidentialite pour plus d'informations.

Transcription

  • Speaker #0

    Bienvenue sur le podcast Burnout au bien-être, le podcast dédié au burn-out et à la gestion du stress au travail. Je suis Mabé, coach bien-être spécialisée dans l'accompagnement en gestion du stress au travail et après avoir... Vécu une épreuve bouleversante qui est le burn-out après deux ans d'expérience en tant que sage-femme, une expérience qui m'a poussée à me réorienter professionnellement dans le domaine du bien-être, j'ai aujourd'hui décidé de créer ce podcast à destination des femmes salariées et épuisées. Cette expérience m'a profondément sensibilisée quant à l'importance de la santé mentale, notamment du bien-être, et mon expérience de coach m'a aidée aujourd'hui à développer des outils simples et accessibles à toutes en gestion du stress. Pas seulement conçus pour le soulager, mais aussi pour les aider à se développer. pour comprendre les étapes du stress, du surmenage, puis du burn-out. Vous l'avez compris, à travers ce podcast, ma mission est de fournir à chaque femme les moyens de mener une vie professionnelle épanouie. Pour cela, je vous inviterai à explorer l'écoute de soi et des émotions. Et enfin, vous découvrirez les conseils pour apprendre à lâcher prise pour de bon. Bonjour à toutes, j'espère que vous allez bien. Je suis très contente de vous retrouver en ce mercredi épisode 33. Dans cet épisode de podcast, je vous avoue, on n'est pas du tout dans la série Burnout. Je l'ai mise en pause, pourquoi ? Parce que j'ai eu énormément... En fait, c'est pas énormément, j'ai eu deux demandes récurrentes concernant la gestion des émotions. Et ça, c'est un point qui revenait souvent, enfin très souvent en fait, dans les sondages, dans les boîtes à questions que je mettais sur Instagram. Et en fait, je le constate même... Dans mes suivis, dans mes coachings, le problème du burn-out en lui-même ou de la gestion du stress n'est pas seulement, n'est que la surface. C'est-à-dire qu'en profondeur, il y a encore plus de problématiques à régler qui sont aussi très liées au mindset, à l'état d'esprit, ou plutôt à l'attitude qu'on doit avoir face à une situation donnée, mais également face à la gestion des émotions.

  • Speaker #1

    Donc là,

  • Speaker #0

    j'ai pris énormément de notes. J'ai préparé pas mal de sujets, j'ai lu pas mal de choses pendant ces derniers jours et franchement j'ai hâte de traiter cet épisode de podcast avec vous, ainsi que les suivants. Évidemment, je dis souvent que ce podcast n'est pas forcément le mien, dans le sens où je peux certes décider de mettre une trame, de parler du burn-out, de l'histoire besoin. Honnêtement, on ne va pas traiter cet épisode. On ne va pas traiter les épisodes suivants. On verra en fonction. Je vois vraiment en fonction des demandes. Et donc, s'il y a de la demande, je réponds à cette demande-là en podcast parce que le but, c'est que ce podcast vous soit utile. Parce que, non pas en toute modestie, j'ai énormément réussi à travailler mes émotions ces trois dernières années. Et aujourd'hui, pour moi, ça me fait super plaisir de... partager cette expertise avec vous, de partager ce par quoi je suis passée, mais également vous partager mes conseils de vive voix, en essayant de sortir du cadre burn-out aussi qui n'est pas forcément évident à traiter. Au-delà de ça, ça me fait plaisir encore une fois, et surtout je réponds aussi à un besoin. Donc si votre besoin actuel concerne la gestion des émotions, on va traiter ce sujet en long, en large et en travail. en travers, pardon, et on va aussi travailler sur le mindset. J'espère que vous êtes prêtes parce que les prochains épisodes risquent d'être très très très riches en valeur. Bref, je vous souhaite une bonne écoute, j'espère que vous êtes prêtes, et avant d'aller plus loin pour celles qui justement ont du mal à gérer leurs émotions au quotidien, notamment au travail, parce que je sais qu'avec les collègues ça peut être compliqué, et je sais qu'avec les membres de votre famille ça peut être compliqué. Je sais à quel point face à l'humain en fait c'est compliqué, parce que très souvent encore une fois, On se retrouve seul, on n'a pas ce problème-là. Toutefois, très souvent, lorsqu'on est seul, justement, on se retrouve avec des émotions à gérer, qu'on refoule la plupart du temps et on ne sait pas du tout quoi en faire. Dans tous les cas, peu importe votre situation actuelle, cet épisode est fait pour vous. Pour cela, je vais vous expliquer un petit peu comment je vais traiter cet épisode entre parties, encore une fois. Mais avant d'aller plus loin, si vous avez justement une problématique liée à la gestion des peurs, des émotions, si vous avez du mal à lâcher prise, si vous avez du mal à vous affirmer au travail, si vous souhaitez avoir une aide justement pour vous libérer de cette pression que vous ressentez quotidiennement, vous avez la possibilité justement de prendre rendez-vous pour un premier entretien en visio pour justement comprendre votre problématique et afin que je puisse vous aider. Je vais vous proposer un coaching personnalisé sur une durée bien évidemment minimum de 3 mois pour justement avoir un résultat un peu plus durable même. Un résultat qui va impacter l'ensemble de votre vie et qui je l'espère transformera positivement votre vie dans tous ses domaines. Le lien de prise de rendez-vous se trouve en description de l'épisode du jour comme d'habitude. Évidemment vous avez la possibilité de me détailler un petit peu votre problématique via le questionnaire que je lirai évidemment. Et ensuite, au cours de l'appel, on décortiquera toutes ces problématiques ensemble. Et surtout, je vous proposerai, on proposera, surtout on mettra ensemble, en place ensemble, parce que c'est une équipe, un coaching, on mettra en place ensemble un plan d'action qui vous convient. On va entrer dans le vif du sujet. Dans cet épisode, on va voir ensemble les six stratégies à mettre en place pour apprendre à gérer vos émotions. Il y aura du pratique au pratique, vraiment. Mais avant d'aller dans cette profondeur et surtout... Dans ces stratégies, on va avant tout, dans un premier temps, définir ce que c'est qu'une émotion. Ensuite, on verra ensemble comment comprendre vos émotions, donc dans la même partie, et ensuite, les solutions pour analyser vos problèmes. Parce que lorsqu'il y a une émotion, forcément il y a un problème, une pensée ou un comportement, une situation qui vous a posé problème. Et le but, c'est d'aller dans cette démarche d'analyse. Enfin, on verra ensemble les six stratégies à appliquer. directement, pour pouvoir avoir quand même un début, une amorce de gestion émotionnelle. Évidemment, ça ne remplacera jamais un coaching personnalisé, puisque le coaching permet vraiment de prendre du recul de manière objective, surtout quand on a quelqu'un avec soi qui nous accompagne et qui nous écoute. Et vraiment, c'est vraiment top, parce qu'encore aujourd'hui, j'ai sauté le pas d'un autre coaching, d'un autre atelier, mais plus. plus au niveau perso. Et honnêtement, moi, c'est une chose qui m'aide énormément au quotidien. Et j'espère que ça pourra aussi énormément vous aider. Donc nous sommes des professionnels qui travaillent et qui sont en perpétuel... apprentissage donc la vie de toute façon est un apprentissage qu'il faut saisir à travers les expériences qu'on vit et c'est ce qu'on va voir aujourd'hui dans cet épisode alors parlons émotions une émotion est en fait un état donc une émotion c'est surtout une réaction en fait si vous l'avez bien compris lorsque je parlais du stress c'est une réaction psychologique donc mentale et physique donc parfois le corps réagit on est d'accord que lorsqu'on se met en colère on a le coeur qui bat vite on commence à avoir peut-être les mains moites Les personnes qui sont claires de peau commencent à rougir, on a peut-être les points serrés, etc. C'est d'abord une manifestation interne, donc comme je vous l'ai dit, le corps réagit et ensuite ça génère une réaction externe. L'exemple le plus typique, je m'énerve, je crie, donc il y a le cœur qui bat vite, il y a les points serrés, et finalement je me mets en colère et je finis par crier, extérioriser cette colère, ou taper sur un mur pour les personnes un peu plus colériques. Donc voilà, ça c'est ça. Ça dépend vraiment des personnes. Vous l'avez bien compris, une émotion est intérieure, c'est quelque chose qui est ressenti intérieurement et qui va ensuite s'extérioriser à travers un comportement face à une situation donnée. On est d'accord sur le fait que justement,

  • Speaker #1

    nous ne sommes pas tous égaux face aux émotions.

  • Speaker #0

    Nous ne réagissons pas forcément de la même façon face aux émotions. C'est la raison pour laquelle vous pouvez très aisément voir des personnes qui, lorsqu'elles se trouvent dans des situations de stress, vont soit se mettre en mode silence ou d'autres personnes qui vont un peu plus extérioriser, facilement se mettre en colère, être un peu plus irritable. Tout dépend de votre vécu, tout dépend de la perception que vous avez de vos émotions et tout dépend de la situation que vous vivez. Puisque toutes ces données-là sont régies par les expériences passées, par vos expériences de vie. Si vous avez été une personne qui a été blessée par le passé, forcément, il vous sera difficile. de passer outre parfois peut-être sur certaines situations, notamment lorsque vous estimez qu'il y a un manque de respect. Pour d'autres personnes pour qui tout leur passe au-dessus, ce sera peut-être un événement qui va leur faire ressentir la même émotion peut-être de colère, mais de manière dont l'intensité va varier. Donc c'est la raison pour laquelle il est très très difficile aujourd'hui, lorsque vous me sollicitez, de vous donner des conseils crus comme ça, déjà mâchés pour votre gestion émotionnelle pour la simple et bonne raison que votre... votre vécu n'est pas forcément le même que toutes les femmes que j'ai accompagnées depuis un an d'ailleurs. Elles ont toutes la même problématique, donc on a toutes les mêmes problématiques, c'est-à-dire que nous n'arrivons pas à gérer nos émotions, mais cependant nous n'avons pas le même parcours de vie, ni la même façon de réagir, ni la même façon d'extérioriser, puisqu'il y a des personnes qui refoulent et d'autres personnes qui justement s'extériorisent, voire trop. Donc dans l'un ou l'autre, il y a un extrême puis un autre, et le but juste... De chaque coaching, c'est de faire avec tout ça. Faire avec la personne que j'ai en face de moi, faire en fonction de son expérience personnelle et accepter aussi que les méthodes de gestion du stress et les conseils que je peux donner peuvent varier d'une personne à une autre. Ça, c'est très important à comprendre et à conscientiser, surtout pour vous qui m'écoutez aujourd'hui. Et donc, votre vision des émotions, elle est fortement impactée par l'éducation que vous avez eue, par la société dans laquelle vous avez évolué, mais également par vos croyances. Donc je sais qu'en fonction des cultures, en fonction de l'environnement et même dans la culture occidentale, nous n'avons pas en fait la même façon de gérer nos émotions. Je sais que les personnes qui sont originaires par exemple d'Afrique ont plus tendance à refouler leurs émotions. Je sais qu'en Occident, les personnes sont un peu plus expressives, vont plus ou moins aussi exprimer ce qu'elles ressentent, pas forcément de la bonne manière. Mais en tout cas, ce ne sont pas, je tiens à préciser, à faire un disclaimer quand même, ce n'est pas un cliché. Ce n'est pas un stéréotype, mais simplement, c'est des choses que j'ai constatées. Et surtout, j'ai aussi énormément étudié le profil sociodémographique des personnes que j'accompagne. afin de pouvoir leur donner des conseils personnalisés qui sont adaptés à leur vision des choses. Et donc, à travers toutes ces fausses croyances, à travers ce contexte, parce que j'appelle ça un contexte de vie, les personnes ont un contexte de vie qu'il faut prendre en compte lorsqu'on accompagne, mais en fait, il faut ajuster, il faut constamment ajuster. C'est comme vouloir vous donner, en fait, peut-être... On a tout, en fait, par exemple, un corps. Mais cependant, on ne fait pas toujours toute la même taille. Il y a des personnes qui font du 36, du 38, qui sont grandes, qui sont minces, qui sont un peu plus enrobées. Nous avons toute une morphologie différente et pourtant nous restons des êtres humains. Voilà, donc ça c'est important. Je vous donne une petite métaphore, je ne sais pas si on appelle ça une métaphore, mais en tout cas une petite comparaison pour que vous puissiez comprendre que chaque individu... Nous avons tout un bagage de base, mais cependant, nous n'avons pas les mêmes dispositions, ni les mêmes spécificités. Et c'est ça, c'est ce qui fait la richesse de chaque individu. C'est ce qui fait qu'en fait, justement, on a la richesse de chaque accompagnement, puisque chaque coaching est totalement différent. Et ça, c'est une chose que j'aime énormément dans mon travail, donc je tenais quand même à vous le transmettre. Et je tenais aussi à vous... vous le faire comprendre afin que vous puissiez comprendre aussi qu'il n'y a pas besoin de se comparer par rapport aux personnes qui peut-être sont dans votre entourage et arrivent aisément à, entre guillemets, gérer leurs émotions. Donc il faut prendre aussi en compte votre contexte de vie, votre vie en général et votre expérience personnelle. Donc ça, c'est très important. Donc oui, j'ai répondu à la question, est-ce que les conseils en gestion du stress suffisent à eux-mêmes ? Non, ils font un accompagnement personnalisé. Et il faut... Effectivement, prendre en compte l'individu, encore une fois, dans son individualité, sa singularité, et surtout, est-ce que les solutions... La solution est-elle en fait de donner des conseils à la veine ? Parce qu'aujourd'hui, on est dans une ère où tout le monde donne des conseils à tout va. Donc avec l'ère des réseaux sociaux, c'est pas évident. En fait, on se retrouve plus, en fait, on se retrouve avec une multitude de contenus, on se retrouve avec une multitude de vidéos qui peuvent plus ou moins vous convenir et qui peuvent plus ou moins ne pas vous convenir. Et c'est la raison pour laquelle je vais vous partager d'ailleurs une expérience personnelle. J'ai longtemps en fait regardé des vidéos, c'était il y a quelques années, donc il y a un peu plus de cinq ans, notamment pendant mes études, qui m'aidaient énormément en fait. À ce moment-là, surtout concernant le mindset, comment se détacher du regard des autres, etc., en fait, c'est des conseils qui ne partageaient pas forcément mes valeurs personnelles. Donc forcément, en fait, ça n'allait pas du tout. Là où vous allez avoir un avantage par rapport au contenu gratuit que vous trouvez sur les réseaux sociaux en coaching, c'est qu'en fait, vous allez avoir des conseils qui sont adaptés à votre situation. Et ça, ça ne remplacera jamais encore une fois. C'est pour ça que c'est compliqué aujourd'hui pour beaucoup d'entre vous de trouver des solutions durables. Parce que beaucoup me disent j'ai testé ça et en fait ça ne m'allait pas. Ou je veux des conseils, je veux des conseils, je veux des conseils. Oui, je peux vous donner des conseils. Mais simplement, il faut comprendre qu'en termes de gestion des émotions, gestion du stress, c'est quelque chose qui se travaille en profondeur et qui demande du temps. Donc ce n'est pas une pilule à prendre à avaler, c'est un travail de fond. C'est un travail de fond et surtout le travail qui se fait dans la durée. En fait, c'est un cheminement, c'est une évolution personnelle, c'est des situations que vous allez rencontrer au quotidien, sur lesquelles vous allez vous challenger. D'ailleurs, celle que j'accompagne actuellement pourra se reconnaître. Je l'ai challengée d'ailleurs sur un point qui est l'affirmation de soi au travail, et notamment à l'école, parce qu'elle est altermente aussi. Les deux sont imbriquées, puisqu'elles travaillent dans le domaine de... des assurances dans le domaine bancaire, donc conseillère clémentelle en banque.

  • Speaker #1

    Et en fait,

  • Speaker #0

    il faut savoir qu'il faut se challenger par rapport aux situations que vous allez rencontrer. Et ça, c'est très important de le comprendre. Donc comment aborder ces émotions aujourd'hui ? Il faut avant tout comprendre que tout dépend aussi des pensées que vous avez autour de vos émotions. Lorsque vous allez ressentir une émotion, il y a forcément une situation que vous avez rencontrée. Je veux partir de la situation d'une personne peut-être qui a eu... Si vous avez mis un avis à votre égard, un collègue de travail qui vous a froissé, je ne sais pas, peu importe, à partir de cette situation, vous allez penser une chose, vous allez avoir une pensée, peut-être que vous allez vous dire mais elle me manque de respect, cette personne me manque de respect, elle ne prend pas en compte mes besoins, elle me parle toujours mal, enfin bref, on peut plus ou moins aller dans ces pensées négatives. A partir de ces pensées vont découler des émotions. Les émotions, plus ou moins positives ou négatives, généralement c'est des émotions négatives, entre guillemets. Donc la frustration, peut-être la colère, peut-être la déception, peut-être de la culpabilité, peut-être du rejet, peut-être de l'humiliation, peut-être un sentiment d'infériorité. Peu importe, vous allez ressentir une émotion. Cette émotion dépend de la perception que vous avez de l'événement. Pour cela, je vais m'appuyer sur un exemple. On va partir sur l'exemple de Sarah. Une femme de 30 ans, réunion d'équipe, elle se fait du souci sur le projet en cours et voudrait prendre la parole au sein de l'équipe. Mais au moment où Sarah s'apprête à lever la main, je pense qu'on a peut-être rencontré cette situation, elle s'apprête à lever la main pour exprimer ses inquiétudes, donc sa peur. Elle se dit, donc ça c'est une pensée, si mes collègues me trouvent stupide, peut-être que si je lève la main et que j'exprime ce que je ressens, peut-être que mes collègues vont me trouver stupide, peut-être que je ne devrais pas poser cette question devant tout le monde, sinon je vais m'humilier. Et si on n'est pas d'accord, ça risque de tourner à la dispute avec mes collègues et mon image au sein de l'entreprise risque d'être ternie et je ne veux pas de ça. Donc en fonction de cette perception, donc cet événement... Sarah va donc se mettre dans une situation, on va dire... de peur. On est d'accord que l'émotion ressentie est la peur, l'inquiétude est face aux peurs. On a déjà vu traiter ça dans un autre épisode. La peur, combat ou fuite, vous envoyez le message à votre cerveau que là, il y a un danger et forcément, vous allez fuir la situation. Résultat, Sarah ne va pas prendre la parole et l'action qui va en découler, c'est que Sarah va garder le silence et le résultat, elle va rester avec ses interrogations et sa peur. Et derrière, cette émotion qui n'a pas été extériorisée, en tout cas qui n'a pas été... qui n'a pas été surmontée. Donc la peur, on peut toute la ressentir un moment ou un autre, encore une fois. Ça peut arriver lorsqu'on doit prendre la parole en public, au sein des collègues, au sein d'une équipe. Ça peut arriver lorsqu'on présente, lorsqu'on fait un entretien d'embauche. Ça peut arriver lorsqu'on se présente face à un public. Ça m'est arrivé lorsque j'ai organisé l'atelier en mars. Mais pour autant, on a deux types de réactions possibles dans ce genre de situation. Si on part d'une étude des cas, Soit vous décidez de surmonter cette peur et de l'utiliser comme un challenge, chose que j'ai faite en organisant justement cet atelier. Je savais que j'avais peur, je ne savais pas si j'allais employer les bons termes ou pas, mais j'ai sauté le pas. Deux réactions sont effectivement. soit effectivement possible. Donc soit vous utilisez cette peur en challenge, soit cette peur va vous bloquer et va se transformer en inaction. Et je ne sais pas si vous vous rendez compte de l'impact que vos pensées peuvent avoir sur la situation, mais si je m'étais dit en mars, j'ai trop peur, je ne vais pas y aller, peut-être que j'aurais été soulagée sur le coup, mais j'aurais été très frustrée, je le sais, parce que je n'aurais pas été jusqu'au bout. Et surtout, si ça avait été une peur qui était en direct live, j'aurais perdu tous mes... J'ai eu des moyens et j'aurais bégayé pendant tout le long de l'atelier. Idem pour le podcast, idem pour les personnes que je suis amenée à avoir au téléphone au cours de mes entretiens. Ça peut en fait concerner pas mal de choses dans votre quotidien. Lorsque vous allez faire des courses, lorsque vous allez appeler un client, lorsque vous allez discuter avec un collaborateur. Tout dépend encore une fois de la perception que vous avez de l'événement. Et vous voyez à quel point, à travers cette situation-là, plus ou moins, c'est pas une étude de cas, mais en tout cas un exemple que beaucoup peuvent rencontrer et qui peut... C'est des exemples que j'ai pu voir dans mes coachings. C'est compliqué puisque ça bloque. La personne que je retrouve en séance me dit que j'ai peur de m'affirmer et que c'est difficile. Elle repense toujours à cette situation qui était déjà passée encore une fois.

  • Speaker #1

    Alors qu'en vrai,

  • Speaker #0

    si on affrontait vraiment les situations au quotidien et si on surmontait, on affrontait vraiment ces émotions telles qu'elles sont en comprenant d'où elles viennent et en comprenant... Les peurs, surtout l'émotion de la peur est la plus fréquente généralement. En comprenant ces peurs, vous allez mieux appréhender les situations que vous allez vivre. Mais pour ça, ça demande effectivement une connaissance profonde de soi. Et ça demande aussi une bonne estime, une bonne vision de soi-même que de surmonter ce genre de situation. Et ça, c'est un travail encore une fois qu'on peut faire en coaching. Donc à la suite de ça, il faut analyser encore une fois cette situation. Donc pour faire cette situation donnée, une fois que l'émotion est présente, Il faut savoir que l'émotion vient à l'étape 3 en fait. Elle vient en troisième dans le processus du cheminement émotionnel. Avant d'avoir une émotion, vous allez avoir une situation qui a provoqué cela, un élément déclencheur. Ensuite, vous allez penser, avoir une pensée dans votre tête, généralement quand on rumine beaucoup. Les ruminations sont des pensées que vous allez intérioriser, vont en découler des émotions, des actions et donc un résultat. Et donc, analyser vos problèmes, ça va consister à analyser ce genre de situation dans votre quotidien. A commencer par votre environnement familial. Est-ce qu'il y a des situations ? Comme ça, qui génère en fait des émotions de peur, de tristesse, de colère et qui sont difficiles à gérer pour vous. Est-ce qu'il y a eu un événement, une situation ? C'est à vous de savoir. Et ça, on ne peut pas le faire, encore une fois, quand on me dit justement comment gérer ses émotions. Ce n'est pas une solution concrète. Il faut avant tout analyser le problème et trouver la source du problème. Et vous devez avant tout analyser les situations de votre quotidien qui génèrent des émotions négatives. Tout part de... Je parle peut-être de la famille, je parle peut-être des frères et sœurs, je parle peut-être des collègues. Dans quel type de situation ? Est-ce que c'est lorsqu'on vous sollicite ? Est-ce que c'est lorsqu'on vous dit un certain type de parole que vous le prenez mal ? Est-ce que vous avez tendance à vous replier sur vous ? Quelles sont les situations que vous rencontrez dans votre quotidien ? Vous et vous seul pouvez déterminer ça parce que ça dépend encore une fois des personnes et justement dans les exercices qu'on fait. En coaching, face à cette situation, j'aurais pu dire à Sarah, par exemple, voici la situation, voici la pensée qui t'est venue en tête. Je me suis dit que mes colères vont me trouver stupide. L'émotion qui en a découlé, la peur. Action qui en a découlé, c'est l'inaction, justement. Le fait de se replier sur soi et de garder le silence. Et résultat, frustration par la suite.

  • Speaker #1

    Et en fait,

  • Speaker #0

    Sarah n'a pas posé. sa question, il n'a pas eu de réponse à sa question. Et donc du coup, dans ce processus-là, le but, moi en coaching, c'est de passer de ce cheminement-là à une autre situation. Face à une même situation, cette situation pourra se répéter, puisque Sarah travaille toujours au sein de cette entreprise-là, et donc Sarah va probablement rencontrer d'autres réunions d'équipe, et donc la prochaine fois qu'elle rencontrera une réunion d'équipe, le but ce sera justement d'appréhender cette peur, de la comprendre, de l'appréhender. Utiliser comme étant un challenge qui lui permettra de faire une action différente. Et par le biais de cette action différente, à savoir l'inaction, lorsqu'elle va lever la main et poser sa question, il va en découler autre chose. Donc forcément, elle va peut-être avoir des réponses à ses interrogations. Peut-être qu'une collègue va même justement trouver pertinente sa démarche, sa demande. On ne sait pas tant qu'on n'a pas tenté. Et surtout, vous comprenez aisément que lorsqu'on reste dans ses pensées, en fait, on est totalement déconnecté de la réalité. Et ça c'est important de se constamment avoir un regard objectif sur la situation et prendre du recul. Ça c'est essentiel. Donc encore une fois, il ne suffit pas de se dire mentalement aussi que vous allez réussir les choses. Parce que quand je parle de pensée, il ne suffit pas de se dire bon ok, aujourd'hui je vais passer une super bonne journée. Non, ça demande vraiment un travail introspectif, un travail sur soi. Et surtout, vous allez avant tout devoir tenir compte de toutes les informations relatives à la situation. en question. Toutes les informations qui concernent votre contexte, encore une fois. Et dans le contexte, je vous en ai parlé dans la première partie, c'est votre contexte de vie. Dans quel contexte est survenue cette situation et en quoi elle est en lien aussi avec vos expériences passées. Et c'est tout ça qu'il faut prendre en compte. C'est pas seulement la gestion des émotions en elle-même, c'est avant tout votre personne aussi qu'il faut prendre en compte. Donc, c'est à vous aujourd'hui d'identifier dans votre environnement de travail votre environnement social et familial, quelles sont les situations qui génèrent des émotions négatives. Et à la suite de ça, forcément, vous allez analyser effectivement les émotions qui en découlent et les pensées qui justement vous bloquent et vous dirigent en fait vers des situations conflictuelles, des situations d'inaction, des situations de repli, des situations de fuite. Et c'est à vous de savoir aujourd'hui comment aborder ces situations-là. Évidemment, encore une fois, si ces situations sont répétées dans le temps, encore une fois, c'est qu'il y a peut-être un mode de fonctionnement qui est répété et qui est dysfonctionnel dans la gestion des émotions. Et c'est ce qu'on travaille d'ailleurs en quotidien. Donc, je parle beaucoup d'état d'esprit, je peux parler de mindset, etc. Mais ne vous faites jamais avoir par cette vision de il faut juste changer son état d'esprit et ça va marcher. Non, il faut un travail de fond. Encore une fois, analysez. Réalisez les situations, trouvez les stratégies adaptées et surtout beaucoup de patience face à ce genre de situation parce que ce n'est pas en un jour que vous allez réussir à désamorcer justement cette gestion émotionnelle qui est défaillante dans votre quotidien. Donc vous l'avez compris, pensées, émotions, comportements, les situations destructrices entre guillemets, qui vous rendent un peu triste, en colère et qui vous frustrent dans votre travail mais aussi dans votre vie personnelle, sont toutes liées en fait. Donc par rapport aux situations, les situations que vous avez peut-être déjà vécues par le passé, il faut vraiment, on va pas dire déblayer le terrain, mais en tout cas, sachez que c'est comme des... des épines à votre pied qui vont vous suivre dans votre milieu du travail, dans vos relations avec les autres, dans vos relations avec vos collègues, et qui vont impacter forcément votre qualité de vie au travail. Donc le travail de gestion émotionnelle, c'est avant tout un travail sur soi, mais avant tout aussi un travail de connaissance de soi, et de comprendre aussi que très souvent, on pense en fait qu'une émotion, c'est un comportement. Non. Votre réaction face à l'émotion, c'est votre... comportement face à l'émotion. Mais par contre, l'émotion en elle-même, il faut la nommer. Est-ce que c'est une peur ? C'est pas je suis fatiguée, mais je suis fatiguée va forcément... Si on y va, si on va en profondeur, il faut savoir pourquoi vous êtes fatigué. Est-ce que vous avez été triste depuis un moment ? Est-ce que vous êtes mentalement fatigué au travail ? Il faut creuser. Attention à ne pas confondre les comportements et les émotions. Les émotions, on peut les nommer par exemple... un nom en disant peur, tristesse, etc. Par contre, le comportement, on peut en faire une phrase. Si je peux dire un peu imagé comme ça. Ensuite, en ce qui concerne les six stratégies à adopter pour avoir une bonne gestion émotionnelle, sachez qu'une émotion se vit. Une émotion se vit. C'est-à-dire que... Aujourd'hui, et c'est un problème de société, au lieu de vivre son émotion, on la fuit. Et le moyen le plus efficace pour fuir une émotion, c'est de prendre son téléphone et scroller sur les réseaux sociaux. Je sais que ça fait peut-être partie de votre mode de fonctionnement, mais en fait, c'est quelque chose qui est inconscient et qui fait partie intégrante aujourd'hui de toutes les femmes salariées, peu importe, qui fait partie intégrante de toute personne dans cette société actuelle. Et on ne se rend pas compte. de l'impact émotionnel que peut avoir ce téléphone sur vos émotions qui s'accumulent et qui sont refoulées. Donc aujourd'hui, je veux que vous appreniez dans un premier temps, la première étape, c'est apprendre à faire le vide. Apprendre à profiter du vide que vous avez, des moments de silence que vous avez, des temps de pause que vous avez, parce qu'une émotion ne peut se vivre, on ne peut pas ressentir de la tristesse en étant sur son téléphone et en voyant une vidéo vous joyeuse, entre guillemets. Quand on est triste, très souvent on va prendre un petit peu de temps. Son téléphone se dit, on va scroller sur les réseaux sociaux histoire de se remonter le moral. Mais derrière, l'émotion qui est présente va en fait rester et être refoulée. Désolée, il y a un chien qui aboie, je ne sais pas pourquoi c'est aussi bruyant. Mais voilà, je suis désolée pour la qualité sonore. Ensuite, deuxième étape, deuxième stratégie à mettre en place, il faut réduire votre exposition au facteur de stress. Donc s'il y a une chose qui vous stresse, c'est à vous de prendre de la distance par rapport aux situations stressantes. Si c'est le travail, votre soin, encore une fois, je le dis souvent, tout le monde ne va pas faire une reconversion pro. Vous aimez peut-être votre travail, vous avez besoin aussi de payer votre loyer, vous avez besoin de subvenir à vos besoins. Aujourd'hui, si votre travail est quelque chose d'important pour vous...

  • Speaker #1

    il faut

  • Speaker #0

    Réduire votre exposition au facteur de stress présent dans ce travail en adoptant des stratégies non pas de fuite, non pas de suppression totale des émotions ni de fuite du travail, mais en prenant en compte cet environnement-là, en continuant à aller dans cet environnement, effectivement s'il vous convient encore une fois, et en adoptant une attitude qui est différente. Il faut simplement parfois jauger et réadapter votre... ...comportement face aux situations. Et réduire votre exposition au facteur de stress, ça concerne aussi le téléphone. Le téléphone, c'est quelque chose qui augmente énormément le... ...taux de stress qui va entraîner un sentiment de culpabilité, surtout lorsque vous allez vivre des périodes difficiles. Vous allez voir une story d'une amie qui est en train d'aller vivre ses meilleures vacances, vous allez vous dire ma vie est nulle, je suis triste pendant qu'elle est en train de se... Elle est en train de profiter de la vie et moi je suis là dans mes émotions négatives. Donc apprendre à réduire votre exposition au facteur de stress. Ça va consister avant tout à prendre de la distance par rapport aux différents environnements, la famille, ça concerne les frères et sœurs, ça concerne peut-être les amis aussi, ça concerne aussi les collègues. Vous n'avez pas forcément à supprimer ces personnes de vos vies. Parfois, pour des raisons indépendantes de votre volonté et même pour des raisons personnelles, vous allez vouloir garder le lien. Mais c'est à vous aujourd'hui de réduire votre exposition au facteur de stress et de changer votre attitude face à ce facteur de stress. Idem pour votre téléphone, vous n'allez pas vivre sans téléphone, donc le but justement c'est de trouver des solutions. Et une des solutions ça peut être la Digital Detox, mais pour ça encore une fois ça demande... Un énorme détachement. Et ça demande à apprendre à faire le vide. Et ça, vous verrez que les stratégies que je vais vous proposer ici sont toutes liées. Ensuite, quand vous rencontrez des situations frustrantes, parce que je parlais du cas de Sarah, mais ça peut concerner d'autres situations, dans des situations où vous dites oui alors que vous souhaitez dire non, il faut apprendre à dire non et à fixer des limites aux demandes irréalistes que l'on vous fait au travail, mais aussi dans votre vie personnelle. Je sais que ça peut générer beaucoup de culpabilité, de tristesse, etc. Et ensuite, vous vous retrouvez un an, deux ans, trois ans après, encore en train de penser à cette situation que vous auriez dû refuser.

  • Speaker #1

    Donc,

  • Speaker #0

    encore une fois, on respecte l'autre. On n'est pas dans une démarche égoïste, encore une fois, où on pense qu'à soi. Mais sachez que vous avez des besoins qu'il faut respecter. Et ça, je mets vraiment un point d'honneur à chaque fois, dans chaque accompagnement, lorsque je discute avec mes... avec les femmes que j'accompagne, je précise toujours que ce n'est pas un signe d'égoïsme que de respecter ses besoins. Parce que lorsqu'on se dit...

  • Speaker #1

    Oui,

  • Speaker #0

    lorsqu'on dit oui aux autres, parfois on se dit non à soi-même. Mais ça dépend encore une fois du contexte. C'est pour ça que je ne peux pas vous donner un conseil à tout va, alors que ça peut concerner parfois de la famille, ça peut concerner des personnes qui vous sont proches. Et il faut faire en fonction du contexte et réajuster. Ensuite, il faut passer, quatrième étape, plus de temps avec les gens qui vous font sentir bien, qui vous génèrent et vous procurent des émotions positives. Si vous avez des questions, Être forcément entouré de personnes négatives n'est pas rare de finir par s'imprégner de ça. Donc ça, c'est aussi à prendre en compte. Dans l'environnement social, l'environnement que vous allez côtoyer en dehors de vos heures de travail est primordial aussi sur votre gestion émotionnelle. Idem, est-ce que vous avez des personnes avec qui vous... Est-ce que vous avez des amis, des membres de votre famille avec qui vous pouvez aisément parler de vos émotions ? Ou est-ce que lorsque vous vous voyez, c'est vraiment strictement superficiel, on profite du moment et chacun rentre chez soi ? pendant que peut-être vous êtes en train de vivre une situation difficile. Et je pense que c'est un point très très très difficile en ce moment,

  • Speaker #1

    en tout cas en 2024.

  • Speaker #0

    surtout lorsque vous allez peut-être partager un moment avec des amis mais en fait on est beaucoup trop je trouve qu'aujourd'hui avec la technologie le téléphone, on prend plus le temps de se demander si ça va vraiment de discuter vraiment des problématiques qu'on rencontre et ça je trouve vraiment ça dommage donc c'est vrai que là du coup le coaching est très préconisé surtout lorsqu'on a besoin de sortir justement de ce cercle là et surtout lorsqu'on a besoin en fait ensuite Pour se détacher, parfois, on a besoin de faire le vide, mais on a aussi besoin de s'occuper par autre chose que ses émotions négatives. Je vais m'expliquer. Utilisez des actions de votre quotidien qui vont vous permettre de vous détacher de vos émotions. Quand je dis vous détacher, ça ne veut pas forcément dire vous les refouler. Une fois qu'on a appris à faire le vide, une fois qu'on vit l'émotion pleinement, une fois qu'on comprend pourquoi elle est là, une fois qu'on a analysé la situation et qu'on sait que le comportement qui en a découlé est issu de tout ça, en fait, on va de l'avant. Donc la meilleure façon d'aller de l'avant pour moi, par exemple, le crochet. Il faut que je vous envoie ma petite... Je pense qu'on ne peut pas avoir la création qui a été faite. Mais en tout cas, justement, aujourd'hui, pour exemple, je vous l'avais déjà dit dans deux épisodes précédents, nouvelle activité qui me permet de me sentir bien. Merci. En fait, c'est de faire du crochet. En ce moment, je me sens utile comme ça. Mon utilité va dans cette activité-là. Donc, faites l'associatif. Je pense d'ailleurs à l'associatif. Faites des activités en dehors du travail qui vont vous sentir bien. Pas pour fuir la situation, mais encore une fois, on analyse la situation, on vit l'émotion. Et ensuite, on passe à autre chose. C'est pas qu'on passe à autre chose en version je passe à autre chose, je fuis la situation Je passe à autre chose car j'ai réglé la situation. et je sais désormais comment réagir la prochaine fois. Donc, faire de l'associatif, prendre soin de vos voisins, je ne sais pas. prendre du temps pour vous, ça c'est des actions qui vont procurer des émotions positives et qui vont vous permettre aussi de vous détacher des situations, de prendre du recul en fait, qui vont permettre de lâcher prise sur vos émotions qui vous bloquent et ce stress aussi qui est secondaire, ce stress qui est une conséquence aussi de la peur que vous ressentez. Donc avec tout ça, ça mettra effectivement à la suite de ça, donc l'étape numéro de mettre fin au comportement qui mène à des modes de pensée négatifs et difficiles. Le but est de ne pas fuir les situations, mais de changer votre attitude face à la même situation. Et ainsi, forcément, vous parviendrez à une gestion émotionnelle optimale, je ne dis pas parfaite, parce qu'il y aura des situations où vous allez craquer, des situations où vous n'allez pas réussir à apprendre sur vous. Mais le plus important, c'est que... Vous mettiez en place des actions quotidiennes qui vous permettront de lâcher prise pour de bon et surtout de vous détacher. Vous allez ressentir de la frustration, vous allez ressentir de la colère, vous allez ressentir de la tristesse par période, vous allez ressentir de la peur, le plus important, et de modifier, de mettre fin aux comportements qui vous mettent dans des émotions très négatives qui durent. On arrive à la fin de l'épisode, évidemment pour rappeler tout ce qu'on a traité aujourd'hui. Une émotion est avant tout quelque chose qui se ressent à l'intérieur, qui va ensuite s'extérioriser à travers un comportement. Une émotion a besoin d'être nommée, une émotion a besoin d'être vécue, et pour ça il faut faire le vide. Et il faut apprendre à faire le vide, apprendre à se détacher des distractions qui vous empêchent justement de gérer vos émotions. Et surtout, il faut modifier les comportements. Avant tout, modifier vos schémas de pensée. Modifier les comportements qui découlent de ces émotions pour ensuite adopter une attitude positive. qui vous permettra de lâcher prise par rapport à ces situations. Effectivement, appliquer ces stratégies pourront vous aider dans l'absolu si vous n'avez pas de grosses problématiques liées au stress. Mais par contre, si vous souhaitez aller plus loin et que vous souhaitez avoir un accompagnement personnalisé sur tous ces points que j'ai détaillés aujourd'hui, vous avez la possibilité de réserver un entretien. Donc, prendre rendez-vous en consultation. J'ai dit consulting, mais vu que le mot consultation en français est très présent, c'est une séance. C'est une séance d'une heure dans laquelle on va faire le point sur votre problématique et je pourrais vous donner un plan détaillé pour vous aider dans votre travail, mais aussi dans votre vie personnelle, parce que les deux sont liés. Je vous souhaite une excellente journée. J'espère que cet épisode de podcast vous a plu. Une pensée à celle qui m'a suggéré cet épisode de podcast. C'était un plaisir de le traiter. Franchement, j'aime beaucoup. beaucoup ce sujet-là. Et je ne veux pas dire que c'est ma spécialité, mais en tout cas, c'est ce pour quoi j'accompagne. Et c'est vraiment un plaisir de vous avoir partagé ces conseils-là. Surtout, encore une fois, si vous souhaitez réécouter l'épisode, réécoutez-le autant que possible. Prenez des notes. Ça vous permettra vraiment d'ancrer tout ce que j'ai dit. Et ensuite, de prendre conscience que les situations peuvent être gérées différemment. Et surtout, ça vous permettra aussi d'apporter du bien-être dans vos vies. Je vous souhaite une excellente journée, peu importe le moment où vous écoutez cet épisode de podcast. On se retrouve la semaine prochaine pour un nouvel épisode de podcast dans lequel je vous expliquerai comment s'affirmer au travail. Prenez soin de vous et on se dit à très vite. Encore désolé pour le chien qui aboyait dans le micro. Enfin, pas dans le micro, sinon vous l'auriez entendu. Mais c'était indépendant de ma volonté, donc désolé. Mes excuses, mais du coup, j'espère que vous avez pris le temps. pleinement profiter de l'épisode prenez soin de vous et on se dit à très vite

Share

Embed

You may also like

Description

Cette semaine, je vous explique comment comprendre vos émotions pour ne plus vous les laisser vous submerger.


Points forts de l'épisode :


  • Comprendre ses émotions : lien entre pensées, émotion et comportement au travail

  • Comprendre vos émotions en analysant vos problèmes

  • Les mesures à prendre en cas de surcharge émotionnelle



_____



  • Inscription ATELIER EN LIGNE : Atelier Gestion du stress et des émotions le Samedi 27 AVRIL 2024 ici

  • 📅 Rendez-vous Cabinet en ligne : ici

  • 💌 Inscription Newsletter : ici





Hébergé par Ausha. Visitez ausha.co/politique-de-confidentialite pour plus d'informations.

Transcription

  • Speaker #0

    Bienvenue sur le podcast Burnout au bien-être, le podcast dédié au burn-out et à la gestion du stress au travail. Je suis Mabé, coach bien-être spécialisée dans l'accompagnement en gestion du stress au travail et après avoir... Vécu une épreuve bouleversante qui est le burn-out après deux ans d'expérience en tant que sage-femme, une expérience qui m'a poussée à me réorienter professionnellement dans le domaine du bien-être, j'ai aujourd'hui décidé de créer ce podcast à destination des femmes salariées et épuisées. Cette expérience m'a profondément sensibilisée quant à l'importance de la santé mentale, notamment du bien-être, et mon expérience de coach m'a aidée aujourd'hui à développer des outils simples et accessibles à toutes en gestion du stress. Pas seulement conçus pour le soulager, mais aussi pour les aider à se développer. pour comprendre les étapes du stress, du surmenage, puis du burn-out. Vous l'avez compris, à travers ce podcast, ma mission est de fournir à chaque femme les moyens de mener une vie professionnelle épanouie. Pour cela, je vous inviterai à explorer l'écoute de soi et des émotions. Et enfin, vous découvrirez les conseils pour apprendre à lâcher prise pour de bon. Bonjour à toutes, j'espère que vous allez bien. Je suis très contente de vous retrouver en ce mercredi épisode 33. Dans cet épisode de podcast, je vous avoue, on n'est pas du tout dans la série Burnout. Je l'ai mise en pause, pourquoi ? Parce que j'ai eu énormément... En fait, c'est pas énormément, j'ai eu deux demandes récurrentes concernant la gestion des émotions. Et ça, c'est un point qui revenait souvent, enfin très souvent en fait, dans les sondages, dans les boîtes à questions que je mettais sur Instagram. Et en fait, je le constate même... Dans mes suivis, dans mes coachings, le problème du burn-out en lui-même ou de la gestion du stress n'est pas seulement, n'est que la surface. C'est-à-dire qu'en profondeur, il y a encore plus de problématiques à régler qui sont aussi très liées au mindset, à l'état d'esprit, ou plutôt à l'attitude qu'on doit avoir face à une situation donnée, mais également face à la gestion des émotions.

  • Speaker #1

    Donc là,

  • Speaker #0

    j'ai pris énormément de notes. J'ai préparé pas mal de sujets, j'ai lu pas mal de choses pendant ces derniers jours et franchement j'ai hâte de traiter cet épisode de podcast avec vous, ainsi que les suivants. Évidemment, je dis souvent que ce podcast n'est pas forcément le mien, dans le sens où je peux certes décider de mettre une trame, de parler du burn-out, de l'histoire besoin. Honnêtement, on ne va pas traiter cet épisode. On ne va pas traiter les épisodes suivants. On verra en fonction. Je vois vraiment en fonction des demandes. Et donc, s'il y a de la demande, je réponds à cette demande-là en podcast parce que le but, c'est que ce podcast vous soit utile. Parce que, non pas en toute modestie, j'ai énormément réussi à travailler mes émotions ces trois dernières années. Et aujourd'hui, pour moi, ça me fait super plaisir de... partager cette expertise avec vous, de partager ce par quoi je suis passée, mais également vous partager mes conseils de vive voix, en essayant de sortir du cadre burn-out aussi qui n'est pas forcément évident à traiter. Au-delà de ça, ça me fait plaisir encore une fois, et surtout je réponds aussi à un besoin. Donc si votre besoin actuel concerne la gestion des émotions, on va traiter ce sujet en long, en large et en travail. en travers, pardon, et on va aussi travailler sur le mindset. J'espère que vous êtes prêtes parce que les prochains épisodes risquent d'être très très très riches en valeur. Bref, je vous souhaite une bonne écoute, j'espère que vous êtes prêtes, et avant d'aller plus loin pour celles qui justement ont du mal à gérer leurs émotions au quotidien, notamment au travail, parce que je sais qu'avec les collègues ça peut être compliqué, et je sais qu'avec les membres de votre famille ça peut être compliqué. Je sais à quel point face à l'humain en fait c'est compliqué, parce que très souvent encore une fois, On se retrouve seul, on n'a pas ce problème-là. Toutefois, très souvent, lorsqu'on est seul, justement, on se retrouve avec des émotions à gérer, qu'on refoule la plupart du temps et on ne sait pas du tout quoi en faire. Dans tous les cas, peu importe votre situation actuelle, cet épisode est fait pour vous. Pour cela, je vais vous expliquer un petit peu comment je vais traiter cet épisode entre parties, encore une fois. Mais avant d'aller plus loin, si vous avez justement une problématique liée à la gestion des peurs, des émotions, si vous avez du mal à lâcher prise, si vous avez du mal à vous affirmer au travail, si vous souhaitez avoir une aide justement pour vous libérer de cette pression que vous ressentez quotidiennement, vous avez la possibilité justement de prendre rendez-vous pour un premier entretien en visio pour justement comprendre votre problématique et afin que je puisse vous aider. Je vais vous proposer un coaching personnalisé sur une durée bien évidemment minimum de 3 mois pour justement avoir un résultat un peu plus durable même. Un résultat qui va impacter l'ensemble de votre vie et qui je l'espère transformera positivement votre vie dans tous ses domaines. Le lien de prise de rendez-vous se trouve en description de l'épisode du jour comme d'habitude. Évidemment vous avez la possibilité de me détailler un petit peu votre problématique via le questionnaire que je lirai évidemment. Et ensuite, au cours de l'appel, on décortiquera toutes ces problématiques ensemble. Et surtout, je vous proposerai, on proposera, surtout on mettra ensemble, en place ensemble, parce que c'est une équipe, un coaching, on mettra en place ensemble un plan d'action qui vous convient. On va entrer dans le vif du sujet. Dans cet épisode, on va voir ensemble les six stratégies à mettre en place pour apprendre à gérer vos émotions. Il y aura du pratique au pratique, vraiment. Mais avant d'aller dans cette profondeur et surtout... Dans ces stratégies, on va avant tout, dans un premier temps, définir ce que c'est qu'une émotion. Ensuite, on verra ensemble comment comprendre vos émotions, donc dans la même partie, et ensuite, les solutions pour analyser vos problèmes. Parce que lorsqu'il y a une émotion, forcément il y a un problème, une pensée ou un comportement, une situation qui vous a posé problème. Et le but, c'est d'aller dans cette démarche d'analyse. Enfin, on verra ensemble les six stratégies à appliquer. directement, pour pouvoir avoir quand même un début, une amorce de gestion émotionnelle. Évidemment, ça ne remplacera jamais un coaching personnalisé, puisque le coaching permet vraiment de prendre du recul de manière objective, surtout quand on a quelqu'un avec soi qui nous accompagne et qui nous écoute. Et vraiment, c'est vraiment top, parce qu'encore aujourd'hui, j'ai sauté le pas d'un autre coaching, d'un autre atelier, mais plus. plus au niveau perso. Et honnêtement, moi, c'est une chose qui m'aide énormément au quotidien. Et j'espère que ça pourra aussi énormément vous aider. Donc nous sommes des professionnels qui travaillent et qui sont en perpétuel... apprentissage donc la vie de toute façon est un apprentissage qu'il faut saisir à travers les expériences qu'on vit et c'est ce qu'on va voir aujourd'hui dans cet épisode alors parlons émotions une émotion est en fait un état donc une émotion c'est surtout une réaction en fait si vous l'avez bien compris lorsque je parlais du stress c'est une réaction psychologique donc mentale et physique donc parfois le corps réagit on est d'accord que lorsqu'on se met en colère on a le coeur qui bat vite on commence à avoir peut-être les mains moites Les personnes qui sont claires de peau commencent à rougir, on a peut-être les points serrés, etc. C'est d'abord une manifestation interne, donc comme je vous l'ai dit, le corps réagit et ensuite ça génère une réaction externe. L'exemple le plus typique, je m'énerve, je crie, donc il y a le cœur qui bat vite, il y a les points serrés, et finalement je me mets en colère et je finis par crier, extérioriser cette colère, ou taper sur un mur pour les personnes un peu plus colériques. Donc voilà, ça c'est ça. Ça dépend vraiment des personnes. Vous l'avez bien compris, une émotion est intérieure, c'est quelque chose qui est ressenti intérieurement et qui va ensuite s'extérioriser à travers un comportement face à une situation donnée. On est d'accord sur le fait que justement,

  • Speaker #1

    nous ne sommes pas tous égaux face aux émotions.

  • Speaker #0

    Nous ne réagissons pas forcément de la même façon face aux émotions. C'est la raison pour laquelle vous pouvez très aisément voir des personnes qui, lorsqu'elles se trouvent dans des situations de stress, vont soit se mettre en mode silence ou d'autres personnes qui vont un peu plus extérioriser, facilement se mettre en colère, être un peu plus irritable. Tout dépend de votre vécu, tout dépend de la perception que vous avez de vos émotions et tout dépend de la situation que vous vivez. Puisque toutes ces données-là sont régies par les expériences passées, par vos expériences de vie. Si vous avez été une personne qui a été blessée par le passé, forcément, il vous sera difficile. de passer outre parfois peut-être sur certaines situations, notamment lorsque vous estimez qu'il y a un manque de respect. Pour d'autres personnes pour qui tout leur passe au-dessus, ce sera peut-être un événement qui va leur faire ressentir la même émotion peut-être de colère, mais de manière dont l'intensité va varier. Donc c'est la raison pour laquelle il est très très difficile aujourd'hui, lorsque vous me sollicitez, de vous donner des conseils crus comme ça, déjà mâchés pour votre gestion émotionnelle pour la simple et bonne raison que votre... votre vécu n'est pas forcément le même que toutes les femmes que j'ai accompagnées depuis un an d'ailleurs. Elles ont toutes la même problématique, donc on a toutes les mêmes problématiques, c'est-à-dire que nous n'arrivons pas à gérer nos émotions, mais cependant nous n'avons pas le même parcours de vie, ni la même façon de réagir, ni la même façon d'extérioriser, puisqu'il y a des personnes qui refoulent et d'autres personnes qui justement s'extériorisent, voire trop. Donc dans l'un ou l'autre, il y a un extrême puis un autre, et le but juste... De chaque coaching, c'est de faire avec tout ça. Faire avec la personne que j'ai en face de moi, faire en fonction de son expérience personnelle et accepter aussi que les méthodes de gestion du stress et les conseils que je peux donner peuvent varier d'une personne à une autre. Ça, c'est très important à comprendre et à conscientiser, surtout pour vous qui m'écoutez aujourd'hui. Et donc, votre vision des émotions, elle est fortement impactée par l'éducation que vous avez eue, par la société dans laquelle vous avez évolué, mais également par vos croyances. Donc je sais qu'en fonction des cultures, en fonction de l'environnement et même dans la culture occidentale, nous n'avons pas en fait la même façon de gérer nos émotions. Je sais que les personnes qui sont originaires par exemple d'Afrique ont plus tendance à refouler leurs émotions. Je sais qu'en Occident, les personnes sont un peu plus expressives, vont plus ou moins aussi exprimer ce qu'elles ressentent, pas forcément de la bonne manière. Mais en tout cas, ce ne sont pas, je tiens à préciser, à faire un disclaimer quand même, ce n'est pas un cliché. Ce n'est pas un stéréotype, mais simplement, c'est des choses que j'ai constatées. Et surtout, j'ai aussi énormément étudié le profil sociodémographique des personnes que j'accompagne. afin de pouvoir leur donner des conseils personnalisés qui sont adaptés à leur vision des choses. Et donc, à travers toutes ces fausses croyances, à travers ce contexte, parce que j'appelle ça un contexte de vie, les personnes ont un contexte de vie qu'il faut prendre en compte lorsqu'on accompagne, mais en fait, il faut ajuster, il faut constamment ajuster. C'est comme vouloir vous donner, en fait, peut-être... On a tout, en fait, par exemple, un corps. Mais cependant, on ne fait pas toujours toute la même taille. Il y a des personnes qui font du 36, du 38, qui sont grandes, qui sont minces, qui sont un peu plus enrobées. Nous avons toute une morphologie différente et pourtant nous restons des êtres humains. Voilà, donc ça c'est important. Je vous donne une petite métaphore, je ne sais pas si on appelle ça une métaphore, mais en tout cas une petite comparaison pour que vous puissiez comprendre que chaque individu... Nous avons tout un bagage de base, mais cependant, nous n'avons pas les mêmes dispositions, ni les mêmes spécificités. Et c'est ça, c'est ce qui fait la richesse de chaque individu. C'est ce qui fait qu'en fait, justement, on a la richesse de chaque accompagnement, puisque chaque coaching est totalement différent. Et ça, c'est une chose que j'aime énormément dans mon travail, donc je tenais quand même à vous le transmettre. Et je tenais aussi à vous... vous le faire comprendre afin que vous puissiez comprendre aussi qu'il n'y a pas besoin de se comparer par rapport aux personnes qui peut-être sont dans votre entourage et arrivent aisément à, entre guillemets, gérer leurs émotions. Donc il faut prendre aussi en compte votre contexte de vie, votre vie en général et votre expérience personnelle. Donc ça, c'est très important. Donc oui, j'ai répondu à la question, est-ce que les conseils en gestion du stress suffisent à eux-mêmes ? Non, ils font un accompagnement personnalisé. Et il faut... Effectivement, prendre en compte l'individu, encore une fois, dans son individualité, sa singularité, et surtout, est-ce que les solutions... La solution est-elle en fait de donner des conseils à la veine ? Parce qu'aujourd'hui, on est dans une ère où tout le monde donne des conseils à tout va. Donc avec l'ère des réseaux sociaux, c'est pas évident. En fait, on se retrouve plus, en fait, on se retrouve avec une multitude de contenus, on se retrouve avec une multitude de vidéos qui peuvent plus ou moins vous convenir et qui peuvent plus ou moins ne pas vous convenir. Et c'est la raison pour laquelle je vais vous partager d'ailleurs une expérience personnelle. J'ai longtemps en fait regardé des vidéos, c'était il y a quelques années, donc il y a un peu plus de cinq ans, notamment pendant mes études, qui m'aidaient énormément en fait. À ce moment-là, surtout concernant le mindset, comment se détacher du regard des autres, etc., en fait, c'est des conseils qui ne partageaient pas forcément mes valeurs personnelles. Donc forcément, en fait, ça n'allait pas du tout. Là où vous allez avoir un avantage par rapport au contenu gratuit que vous trouvez sur les réseaux sociaux en coaching, c'est qu'en fait, vous allez avoir des conseils qui sont adaptés à votre situation. Et ça, ça ne remplacera jamais encore une fois. C'est pour ça que c'est compliqué aujourd'hui pour beaucoup d'entre vous de trouver des solutions durables. Parce que beaucoup me disent j'ai testé ça et en fait ça ne m'allait pas. Ou je veux des conseils, je veux des conseils, je veux des conseils. Oui, je peux vous donner des conseils. Mais simplement, il faut comprendre qu'en termes de gestion des émotions, gestion du stress, c'est quelque chose qui se travaille en profondeur et qui demande du temps. Donc ce n'est pas une pilule à prendre à avaler, c'est un travail de fond. C'est un travail de fond et surtout le travail qui se fait dans la durée. En fait, c'est un cheminement, c'est une évolution personnelle, c'est des situations que vous allez rencontrer au quotidien, sur lesquelles vous allez vous challenger. D'ailleurs, celle que j'accompagne actuellement pourra se reconnaître. Je l'ai challengée d'ailleurs sur un point qui est l'affirmation de soi au travail, et notamment à l'école, parce qu'elle est altermente aussi. Les deux sont imbriquées, puisqu'elles travaillent dans le domaine de... des assurances dans le domaine bancaire, donc conseillère clémentelle en banque.

  • Speaker #1

    Et en fait,

  • Speaker #0

    il faut savoir qu'il faut se challenger par rapport aux situations que vous allez rencontrer. Et ça, c'est très important de le comprendre. Donc comment aborder ces émotions aujourd'hui ? Il faut avant tout comprendre que tout dépend aussi des pensées que vous avez autour de vos émotions. Lorsque vous allez ressentir une émotion, il y a forcément une situation que vous avez rencontrée. Je veux partir de la situation d'une personne peut-être qui a eu... Si vous avez mis un avis à votre égard, un collègue de travail qui vous a froissé, je ne sais pas, peu importe, à partir de cette situation, vous allez penser une chose, vous allez avoir une pensée, peut-être que vous allez vous dire mais elle me manque de respect, cette personne me manque de respect, elle ne prend pas en compte mes besoins, elle me parle toujours mal, enfin bref, on peut plus ou moins aller dans ces pensées négatives. A partir de ces pensées vont découler des émotions. Les émotions, plus ou moins positives ou négatives, généralement c'est des émotions négatives, entre guillemets. Donc la frustration, peut-être la colère, peut-être la déception, peut-être de la culpabilité, peut-être du rejet, peut-être de l'humiliation, peut-être un sentiment d'infériorité. Peu importe, vous allez ressentir une émotion. Cette émotion dépend de la perception que vous avez de l'événement. Pour cela, je vais m'appuyer sur un exemple. On va partir sur l'exemple de Sarah. Une femme de 30 ans, réunion d'équipe, elle se fait du souci sur le projet en cours et voudrait prendre la parole au sein de l'équipe. Mais au moment où Sarah s'apprête à lever la main, je pense qu'on a peut-être rencontré cette situation, elle s'apprête à lever la main pour exprimer ses inquiétudes, donc sa peur. Elle se dit, donc ça c'est une pensée, si mes collègues me trouvent stupide, peut-être que si je lève la main et que j'exprime ce que je ressens, peut-être que mes collègues vont me trouver stupide, peut-être que je ne devrais pas poser cette question devant tout le monde, sinon je vais m'humilier. Et si on n'est pas d'accord, ça risque de tourner à la dispute avec mes collègues et mon image au sein de l'entreprise risque d'être ternie et je ne veux pas de ça. Donc en fonction de cette perception, donc cet événement... Sarah va donc se mettre dans une situation, on va dire... de peur. On est d'accord que l'émotion ressentie est la peur, l'inquiétude est face aux peurs. On a déjà vu traiter ça dans un autre épisode. La peur, combat ou fuite, vous envoyez le message à votre cerveau que là, il y a un danger et forcément, vous allez fuir la situation. Résultat, Sarah ne va pas prendre la parole et l'action qui va en découler, c'est que Sarah va garder le silence et le résultat, elle va rester avec ses interrogations et sa peur. Et derrière, cette émotion qui n'a pas été extériorisée, en tout cas qui n'a pas été... qui n'a pas été surmontée. Donc la peur, on peut toute la ressentir un moment ou un autre, encore une fois. Ça peut arriver lorsqu'on doit prendre la parole en public, au sein des collègues, au sein d'une équipe. Ça peut arriver lorsqu'on présente, lorsqu'on fait un entretien d'embauche. Ça peut arriver lorsqu'on se présente face à un public. Ça m'est arrivé lorsque j'ai organisé l'atelier en mars. Mais pour autant, on a deux types de réactions possibles dans ce genre de situation. Si on part d'une étude des cas, Soit vous décidez de surmonter cette peur et de l'utiliser comme un challenge, chose que j'ai faite en organisant justement cet atelier. Je savais que j'avais peur, je ne savais pas si j'allais employer les bons termes ou pas, mais j'ai sauté le pas. Deux réactions sont effectivement. soit effectivement possible. Donc soit vous utilisez cette peur en challenge, soit cette peur va vous bloquer et va se transformer en inaction. Et je ne sais pas si vous vous rendez compte de l'impact que vos pensées peuvent avoir sur la situation, mais si je m'étais dit en mars, j'ai trop peur, je ne vais pas y aller, peut-être que j'aurais été soulagée sur le coup, mais j'aurais été très frustrée, je le sais, parce que je n'aurais pas été jusqu'au bout. Et surtout, si ça avait été une peur qui était en direct live, j'aurais perdu tous mes... J'ai eu des moyens et j'aurais bégayé pendant tout le long de l'atelier. Idem pour le podcast, idem pour les personnes que je suis amenée à avoir au téléphone au cours de mes entretiens. Ça peut en fait concerner pas mal de choses dans votre quotidien. Lorsque vous allez faire des courses, lorsque vous allez appeler un client, lorsque vous allez discuter avec un collaborateur. Tout dépend encore une fois de la perception que vous avez de l'événement. Et vous voyez à quel point, à travers cette situation-là, plus ou moins, c'est pas une étude de cas, mais en tout cas un exemple que beaucoup peuvent rencontrer et qui peut... C'est des exemples que j'ai pu voir dans mes coachings. C'est compliqué puisque ça bloque. La personne que je retrouve en séance me dit que j'ai peur de m'affirmer et que c'est difficile. Elle repense toujours à cette situation qui était déjà passée encore une fois.

  • Speaker #1

    Alors qu'en vrai,

  • Speaker #0

    si on affrontait vraiment les situations au quotidien et si on surmontait, on affrontait vraiment ces émotions telles qu'elles sont en comprenant d'où elles viennent et en comprenant... Les peurs, surtout l'émotion de la peur est la plus fréquente généralement. En comprenant ces peurs, vous allez mieux appréhender les situations que vous allez vivre. Mais pour ça, ça demande effectivement une connaissance profonde de soi. Et ça demande aussi une bonne estime, une bonne vision de soi-même que de surmonter ce genre de situation. Et ça, c'est un travail encore une fois qu'on peut faire en coaching. Donc à la suite de ça, il faut analyser encore une fois cette situation. Donc pour faire cette situation donnée, une fois que l'émotion est présente, Il faut savoir que l'émotion vient à l'étape 3 en fait. Elle vient en troisième dans le processus du cheminement émotionnel. Avant d'avoir une émotion, vous allez avoir une situation qui a provoqué cela, un élément déclencheur. Ensuite, vous allez penser, avoir une pensée dans votre tête, généralement quand on rumine beaucoup. Les ruminations sont des pensées que vous allez intérioriser, vont en découler des émotions, des actions et donc un résultat. Et donc, analyser vos problèmes, ça va consister à analyser ce genre de situation dans votre quotidien. A commencer par votre environnement familial. Est-ce qu'il y a des situations ? Comme ça, qui génère en fait des émotions de peur, de tristesse, de colère et qui sont difficiles à gérer pour vous. Est-ce qu'il y a eu un événement, une situation ? C'est à vous de savoir. Et ça, on ne peut pas le faire, encore une fois, quand on me dit justement comment gérer ses émotions. Ce n'est pas une solution concrète. Il faut avant tout analyser le problème et trouver la source du problème. Et vous devez avant tout analyser les situations de votre quotidien qui génèrent des émotions négatives. Tout part de... Je parle peut-être de la famille, je parle peut-être des frères et sœurs, je parle peut-être des collègues. Dans quel type de situation ? Est-ce que c'est lorsqu'on vous sollicite ? Est-ce que c'est lorsqu'on vous dit un certain type de parole que vous le prenez mal ? Est-ce que vous avez tendance à vous replier sur vous ? Quelles sont les situations que vous rencontrez dans votre quotidien ? Vous et vous seul pouvez déterminer ça parce que ça dépend encore une fois des personnes et justement dans les exercices qu'on fait. En coaching, face à cette situation, j'aurais pu dire à Sarah, par exemple, voici la situation, voici la pensée qui t'est venue en tête. Je me suis dit que mes colères vont me trouver stupide. L'émotion qui en a découlé, la peur. Action qui en a découlé, c'est l'inaction, justement. Le fait de se replier sur soi et de garder le silence. Et résultat, frustration par la suite.

  • Speaker #1

    Et en fait,

  • Speaker #0

    Sarah n'a pas posé. sa question, il n'a pas eu de réponse à sa question. Et donc du coup, dans ce processus-là, le but, moi en coaching, c'est de passer de ce cheminement-là à une autre situation. Face à une même situation, cette situation pourra se répéter, puisque Sarah travaille toujours au sein de cette entreprise-là, et donc Sarah va probablement rencontrer d'autres réunions d'équipe, et donc la prochaine fois qu'elle rencontrera une réunion d'équipe, le but ce sera justement d'appréhender cette peur, de la comprendre, de l'appréhender. Utiliser comme étant un challenge qui lui permettra de faire une action différente. Et par le biais de cette action différente, à savoir l'inaction, lorsqu'elle va lever la main et poser sa question, il va en découler autre chose. Donc forcément, elle va peut-être avoir des réponses à ses interrogations. Peut-être qu'une collègue va même justement trouver pertinente sa démarche, sa demande. On ne sait pas tant qu'on n'a pas tenté. Et surtout, vous comprenez aisément que lorsqu'on reste dans ses pensées, en fait, on est totalement déconnecté de la réalité. Et ça c'est important de se constamment avoir un regard objectif sur la situation et prendre du recul. Ça c'est essentiel. Donc encore une fois, il ne suffit pas de se dire mentalement aussi que vous allez réussir les choses. Parce que quand je parle de pensée, il ne suffit pas de se dire bon ok, aujourd'hui je vais passer une super bonne journée. Non, ça demande vraiment un travail introspectif, un travail sur soi. Et surtout, vous allez avant tout devoir tenir compte de toutes les informations relatives à la situation. en question. Toutes les informations qui concernent votre contexte, encore une fois. Et dans le contexte, je vous en ai parlé dans la première partie, c'est votre contexte de vie. Dans quel contexte est survenue cette situation et en quoi elle est en lien aussi avec vos expériences passées. Et c'est tout ça qu'il faut prendre en compte. C'est pas seulement la gestion des émotions en elle-même, c'est avant tout votre personne aussi qu'il faut prendre en compte. Donc, c'est à vous aujourd'hui d'identifier dans votre environnement de travail votre environnement social et familial, quelles sont les situations qui génèrent des émotions négatives. Et à la suite de ça, forcément, vous allez analyser effectivement les émotions qui en découlent et les pensées qui justement vous bloquent et vous dirigent en fait vers des situations conflictuelles, des situations d'inaction, des situations de repli, des situations de fuite. Et c'est à vous de savoir aujourd'hui comment aborder ces situations-là. Évidemment, encore une fois, si ces situations sont répétées dans le temps, encore une fois, c'est qu'il y a peut-être un mode de fonctionnement qui est répété et qui est dysfonctionnel dans la gestion des émotions. Et c'est ce qu'on travaille d'ailleurs en quotidien. Donc, je parle beaucoup d'état d'esprit, je peux parler de mindset, etc. Mais ne vous faites jamais avoir par cette vision de il faut juste changer son état d'esprit et ça va marcher. Non, il faut un travail de fond. Encore une fois, analysez. Réalisez les situations, trouvez les stratégies adaptées et surtout beaucoup de patience face à ce genre de situation parce que ce n'est pas en un jour que vous allez réussir à désamorcer justement cette gestion émotionnelle qui est défaillante dans votre quotidien. Donc vous l'avez compris, pensées, émotions, comportements, les situations destructrices entre guillemets, qui vous rendent un peu triste, en colère et qui vous frustrent dans votre travail mais aussi dans votre vie personnelle, sont toutes liées en fait. Donc par rapport aux situations, les situations que vous avez peut-être déjà vécues par le passé, il faut vraiment, on va pas dire déblayer le terrain, mais en tout cas, sachez que c'est comme des... des épines à votre pied qui vont vous suivre dans votre milieu du travail, dans vos relations avec les autres, dans vos relations avec vos collègues, et qui vont impacter forcément votre qualité de vie au travail. Donc le travail de gestion émotionnelle, c'est avant tout un travail sur soi, mais avant tout aussi un travail de connaissance de soi, et de comprendre aussi que très souvent, on pense en fait qu'une émotion, c'est un comportement. Non. Votre réaction face à l'émotion, c'est votre... comportement face à l'émotion. Mais par contre, l'émotion en elle-même, il faut la nommer. Est-ce que c'est une peur ? C'est pas je suis fatiguée, mais je suis fatiguée va forcément... Si on y va, si on va en profondeur, il faut savoir pourquoi vous êtes fatigué. Est-ce que vous avez été triste depuis un moment ? Est-ce que vous êtes mentalement fatigué au travail ? Il faut creuser. Attention à ne pas confondre les comportements et les émotions. Les émotions, on peut les nommer par exemple... un nom en disant peur, tristesse, etc. Par contre, le comportement, on peut en faire une phrase. Si je peux dire un peu imagé comme ça. Ensuite, en ce qui concerne les six stratégies à adopter pour avoir une bonne gestion émotionnelle, sachez qu'une émotion se vit. Une émotion se vit. C'est-à-dire que... Aujourd'hui, et c'est un problème de société, au lieu de vivre son émotion, on la fuit. Et le moyen le plus efficace pour fuir une émotion, c'est de prendre son téléphone et scroller sur les réseaux sociaux. Je sais que ça fait peut-être partie de votre mode de fonctionnement, mais en fait, c'est quelque chose qui est inconscient et qui fait partie intégrante aujourd'hui de toutes les femmes salariées, peu importe, qui fait partie intégrante de toute personne dans cette société actuelle. Et on ne se rend pas compte. de l'impact émotionnel que peut avoir ce téléphone sur vos émotions qui s'accumulent et qui sont refoulées. Donc aujourd'hui, je veux que vous appreniez dans un premier temps, la première étape, c'est apprendre à faire le vide. Apprendre à profiter du vide que vous avez, des moments de silence que vous avez, des temps de pause que vous avez, parce qu'une émotion ne peut se vivre, on ne peut pas ressentir de la tristesse en étant sur son téléphone et en voyant une vidéo vous joyeuse, entre guillemets. Quand on est triste, très souvent on va prendre un petit peu de temps. Son téléphone se dit, on va scroller sur les réseaux sociaux histoire de se remonter le moral. Mais derrière, l'émotion qui est présente va en fait rester et être refoulée. Désolée, il y a un chien qui aboie, je ne sais pas pourquoi c'est aussi bruyant. Mais voilà, je suis désolée pour la qualité sonore. Ensuite, deuxième étape, deuxième stratégie à mettre en place, il faut réduire votre exposition au facteur de stress. Donc s'il y a une chose qui vous stresse, c'est à vous de prendre de la distance par rapport aux situations stressantes. Si c'est le travail, votre soin, encore une fois, je le dis souvent, tout le monde ne va pas faire une reconversion pro. Vous aimez peut-être votre travail, vous avez besoin aussi de payer votre loyer, vous avez besoin de subvenir à vos besoins. Aujourd'hui, si votre travail est quelque chose d'important pour vous...

  • Speaker #1

    il faut

  • Speaker #0

    Réduire votre exposition au facteur de stress présent dans ce travail en adoptant des stratégies non pas de fuite, non pas de suppression totale des émotions ni de fuite du travail, mais en prenant en compte cet environnement-là, en continuant à aller dans cet environnement, effectivement s'il vous convient encore une fois, et en adoptant une attitude qui est différente. Il faut simplement parfois jauger et réadapter votre... ...comportement face aux situations. Et réduire votre exposition au facteur de stress, ça concerne aussi le téléphone. Le téléphone, c'est quelque chose qui augmente énormément le... ...taux de stress qui va entraîner un sentiment de culpabilité, surtout lorsque vous allez vivre des périodes difficiles. Vous allez voir une story d'une amie qui est en train d'aller vivre ses meilleures vacances, vous allez vous dire ma vie est nulle, je suis triste pendant qu'elle est en train de se... Elle est en train de profiter de la vie et moi je suis là dans mes émotions négatives. Donc apprendre à réduire votre exposition au facteur de stress. Ça va consister avant tout à prendre de la distance par rapport aux différents environnements, la famille, ça concerne les frères et sœurs, ça concerne peut-être les amis aussi, ça concerne aussi les collègues. Vous n'avez pas forcément à supprimer ces personnes de vos vies. Parfois, pour des raisons indépendantes de votre volonté et même pour des raisons personnelles, vous allez vouloir garder le lien. Mais c'est à vous aujourd'hui de réduire votre exposition au facteur de stress et de changer votre attitude face à ce facteur de stress. Idem pour votre téléphone, vous n'allez pas vivre sans téléphone, donc le but justement c'est de trouver des solutions. Et une des solutions ça peut être la Digital Detox, mais pour ça encore une fois ça demande... Un énorme détachement. Et ça demande à apprendre à faire le vide. Et ça, vous verrez que les stratégies que je vais vous proposer ici sont toutes liées. Ensuite, quand vous rencontrez des situations frustrantes, parce que je parlais du cas de Sarah, mais ça peut concerner d'autres situations, dans des situations où vous dites oui alors que vous souhaitez dire non, il faut apprendre à dire non et à fixer des limites aux demandes irréalistes que l'on vous fait au travail, mais aussi dans votre vie personnelle. Je sais que ça peut générer beaucoup de culpabilité, de tristesse, etc. Et ensuite, vous vous retrouvez un an, deux ans, trois ans après, encore en train de penser à cette situation que vous auriez dû refuser.

  • Speaker #1

    Donc,

  • Speaker #0

    encore une fois, on respecte l'autre. On n'est pas dans une démarche égoïste, encore une fois, où on pense qu'à soi. Mais sachez que vous avez des besoins qu'il faut respecter. Et ça, je mets vraiment un point d'honneur à chaque fois, dans chaque accompagnement, lorsque je discute avec mes... avec les femmes que j'accompagne, je précise toujours que ce n'est pas un signe d'égoïsme que de respecter ses besoins. Parce que lorsqu'on se dit...

  • Speaker #1

    Oui,

  • Speaker #0

    lorsqu'on dit oui aux autres, parfois on se dit non à soi-même. Mais ça dépend encore une fois du contexte. C'est pour ça que je ne peux pas vous donner un conseil à tout va, alors que ça peut concerner parfois de la famille, ça peut concerner des personnes qui vous sont proches. Et il faut faire en fonction du contexte et réajuster. Ensuite, il faut passer, quatrième étape, plus de temps avec les gens qui vous font sentir bien, qui vous génèrent et vous procurent des émotions positives. Si vous avez des questions, Être forcément entouré de personnes négatives n'est pas rare de finir par s'imprégner de ça. Donc ça, c'est aussi à prendre en compte. Dans l'environnement social, l'environnement que vous allez côtoyer en dehors de vos heures de travail est primordial aussi sur votre gestion émotionnelle. Idem, est-ce que vous avez des personnes avec qui vous... Est-ce que vous avez des amis, des membres de votre famille avec qui vous pouvez aisément parler de vos émotions ? Ou est-ce que lorsque vous vous voyez, c'est vraiment strictement superficiel, on profite du moment et chacun rentre chez soi ? pendant que peut-être vous êtes en train de vivre une situation difficile. Et je pense que c'est un point très très très difficile en ce moment,

  • Speaker #1

    en tout cas en 2024.

  • Speaker #0

    surtout lorsque vous allez peut-être partager un moment avec des amis mais en fait on est beaucoup trop je trouve qu'aujourd'hui avec la technologie le téléphone, on prend plus le temps de se demander si ça va vraiment de discuter vraiment des problématiques qu'on rencontre et ça je trouve vraiment ça dommage donc c'est vrai que là du coup le coaching est très préconisé surtout lorsqu'on a besoin de sortir justement de ce cercle là et surtout lorsqu'on a besoin en fait ensuite Pour se détacher, parfois, on a besoin de faire le vide, mais on a aussi besoin de s'occuper par autre chose que ses émotions négatives. Je vais m'expliquer. Utilisez des actions de votre quotidien qui vont vous permettre de vous détacher de vos émotions. Quand je dis vous détacher, ça ne veut pas forcément dire vous les refouler. Une fois qu'on a appris à faire le vide, une fois qu'on vit l'émotion pleinement, une fois qu'on comprend pourquoi elle est là, une fois qu'on a analysé la situation et qu'on sait que le comportement qui en a découlé est issu de tout ça, en fait, on va de l'avant. Donc la meilleure façon d'aller de l'avant pour moi, par exemple, le crochet. Il faut que je vous envoie ma petite... Je pense qu'on ne peut pas avoir la création qui a été faite. Mais en tout cas, justement, aujourd'hui, pour exemple, je vous l'avais déjà dit dans deux épisodes précédents, nouvelle activité qui me permet de me sentir bien. Merci. En fait, c'est de faire du crochet. En ce moment, je me sens utile comme ça. Mon utilité va dans cette activité-là. Donc, faites l'associatif. Je pense d'ailleurs à l'associatif. Faites des activités en dehors du travail qui vont vous sentir bien. Pas pour fuir la situation, mais encore une fois, on analyse la situation, on vit l'émotion. Et ensuite, on passe à autre chose. C'est pas qu'on passe à autre chose en version je passe à autre chose, je fuis la situation Je passe à autre chose car j'ai réglé la situation. et je sais désormais comment réagir la prochaine fois. Donc, faire de l'associatif, prendre soin de vos voisins, je ne sais pas. prendre du temps pour vous, ça c'est des actions qui vont procurer des émotions positives et qui vont vous permettre aussi de vous détacher des situations, de prendre du recul en fait, qui vont permettre de lâcher prise sur vos émotions qui vous bloquent et ce stress aussi qui est secondaire, ce stress qui est une conséquence aussi de la peur que vous ressentez. Donc avec tout ça, ça mettra effectivement à la suite de ça, donc l'étape numéro de mettre fin au comportement qui mène à des modes de pensée négatifs et difficiles. Le but est de ne pas fuir les situations, mais de changer votre attitude face à la même situation. Et ainsi, forcément, vous parviendrez à une gestion émotionnelle optimale, je ne dis pas parfaite, parce qu'il y aura des situations où vous allez craquer, des situations où vous n'allez pas réussir à apprendre sur vous. Mais le plus important, c'est que... Vous mettiez en place des actions quotidiennes qui vous permettront de lâcher prise pour de bon et surtout de vous détacher. Vous allez ressentir de la frustration, vous allez ressentir de la colère, vous allez ressentir de la tristesse par période, vous allez ressentir de la peur, le plus important, et de modifier, de mettre fin aux comportements qui vous mettent dans des émotions très négatives qui durent. On arrive à la fin de l'épisode, évidemment pour rappeler tout ce qu'on a traité aujourd'hui. Une émotion est avant tout quelque chose qui se ressent à l'intérieur, qui va ensuite s'extérioriser à travers un comportement. Une émotion a besoin d'être nommée, une émotion a besoin d'être vécue, et pour ça il faut faire le vide. Et il faut apprendre à faire le vide, apprendre à se détacher des distractions qui vous empêchent justement de gérer vos émotions. Et surtout, il faut modifier les comportements. Avant tout, modifier vos schémas de pensée. Modifier les comportements qui découlent de ces émotions pour ensuite adopter une attitude positive. qui vous permettra de lâcher prise par rapport à ces situations. Effectivement, appliquer ces stratégies pourront vous aider dans l'absolu si vous n'avez pas de grosses problématiques liées au stress. Mais par contre, si vous souhaitez aller plus loin et que vous souhaitez avoir un accompagnement personnalisé sur tous ces points que j'ai détaillés aujourd'hui, vous avez la possibilité de réserver un entretien. Donc, prendre rendez-vous en consultation. J'ai dit consulting, mais vu que le mot consultation en français est très présent, c'est une séance. C'est une séance d'une heure dans laquelle on va faire le point sur votre problématique et je pourrais vous donner un plan détaillé pour vous aider dans votre travail, mais aussi dans votre vie personnelle, parce que les deux sont liés. Je vous souhaite une excellente journée. J'espère que cet épisode de podcast vous a plu. Une pensée à celle qui m'a suggéré cet épisode de podcast. C'était un plaisir de le traiter. Franchement, j'aime beaucoup. beaucoup ce sujet-là. Et je ne veux pas dire que c'est ma spécialité, mais en tout cas, c'est ce pour quoi j'accompagne. Et c'est vraiment un plaisir de vous avoir partagé ces conseils-là. Surtout, encore une fois, si vous souhaitez réécouter l'épisode, réécoutez-le autant que possible. Prenez des notes. Ça vous permettra vraiment d'ancrer tout ce que j'ai dit. Et ensuite, de prendre conscience que les situations peuvent être gérées différemment. Et surtout, ça vous permettra aussi d'apporter du bien-être dans vos vies. Je vous souhaite une excellente journée, peu importe le moment où vous écoutez cet épisode de podcast. On se retrouve la semaine prochaine pour un nouvel épisode de podcast dans lequel je vous expliquerai comment s'affirmer au travail. Prenez soin de vous et on se dit à très vite. Encore désolé pour le chien qui aboyait dans le micro. Enfin, pas dans le micro, sinon vous l'auriez entendu. Mais c'était indépendant de ma volonté, donc désolé. Mes excuses, mais du coup, j'espère que vous avez pris le temps. pleinement profiter de l'épisode prenez soin de vous et on se dit à très vite

Description

Cette semaine, je vous explique comment comprendre vos émotions pour ne plus vous les laisser vous submerger.


Points forts de l'épisode :


  • Comprendre ses émotions : lien entre pensées, émotion et comportement au travail

  • Comprendre vos émotions en analysant vos problèmes

  • Les mesures à prendre en cas de surcharge émotionnelle



_____



  • Inscription ATELIER EN LIGNE : Atelier Gestion du stress et des émotions le Samedi 27 AVRIL 2024 ici

  • 📅 Rendez-vous Cabinet en ligne : ici

  • 💌 Inscription Newsletter : ici





Hébergé par Ausha. Visitez ausha.co/politique-de-confidentialite pour plus d'informations.

Transcription

  • Speaker #0

    Bienvenue sur le podcast Burnout au bien-être, le podcast dédié au burn-out et à la gestion du stress au travail. Je suis Mabé, coach bien-être spécialisée dans l'accompagnement en gestion du stress au travail et après avoir... Vécu une épreuve bouleversante qui est le burn-out après deux ans d'expérience en tant que sage-femme, une expérience qui m'a poussée à me réorienter professionnellement dans le domaine du bien-être, j'ai aujourd'hui décidé de créer ce podcast à destination des femmes salariées et épuisées. Cette expérience m'a profondément sensibilisée quant à l'importance de la santé mentale, notamment du bien-être, et mon expérience de coach m'a aidée aujourd'hui à développer des outils simples et accessibles à toutes en gestion du stress. Pas seulement conçus pour le soulager, mais aussi pour les aider à se développer. pour comprendre les étapes du stress, du surmenage, puis du burn-out. Vous l'avez compris, à travers ce podcast, ma mission est de fournir à chaque femme les moyens de mener une vie professionnelle épanouie. Pour cela, je vous inviterai à explorer l'écoute de soi et des émotions. Et enfin, vous découvrirez les conseils pour apprendre à lâcher prise pour de bon. Bonjour à toutes, j'espère que vous allez bien. Je suis très contente de vous retrouver en ce mercredi épisode 33. Dans cet épisode de podcast, je vous avoue, on n'est pas du tout dans la série Burnout. Je l'ai mise en pause, pourquoi ? Parce que j'ai eu énormément... En fait, c'est pas énormément, j'ai eu deux demandes récurrentes concernant la gestion des émotions. Et ça, c'est un point qui revenait souvent, enfin très souvent en fait, dans les sondages, dans les boîtes à questions que je mettais sur Instagram. Et en fait, je le constate même... Dans mes suivis, dans mes coachings, le problème du burn-out en lui-même ou de la gestion du stress n'est pas seulement, n'est que la surface. C'est-à-dire qu'en profondeur, il y a encore plus de problématiques à régler qui sont aussi très liées au mindset, à l'état d'esprit, ou plutôt à l'attitude qu'on doit avoir face à une situation donnée, mais également face à la gestion des émotions.

  • Speaker #1

    Donc là,

  • Speaker #0

    j'ai pris énormément de notes. J'ai préparé pas mal de sujets, j'ai lu pas mal de choses pendant ces derniers jours et franchement j'ai hâte de traiter cet épisode de podcast avec vous, ainsi que les suivants. Évidemment, je dis souvent que ce podcast n'est pas forcément le mien, dans le sens où je peux certes décider de mettre une trame, de parler du burn-out, de l'histoire besoin. Honnêtement, on ne va pas traiter cet épisode. On ne va pas traiter les épisodes suivants. On verra en fonction. Je vois vraiment en fonction des demandes. Et donc, s'il y a de la demande, je réponds à cette demande-là en podcast parce que le but, c'est que ce podcast vous soit utile. Parce que, non pas en toute modestie, j'ai énormément réussi à travailler mes émotions ces trois dernières années. Et aujourd'hui, pour moi, ça me fait super plaisir de... partager cette expertise avec vous, de partager ce par quoi je suis passée, mais également vous partager mes conseils de vive voix, en essayant de sortir du cadre burn-out aussi qui n'est pas forcément évident à traiter. Au-delà de ça, ça me fait plaisir encore une fois, et surtout je réponds aussi à un besoin. Donc si votre besoin actuel concerne la gestion des émotions, on va traiter ce sujet en long, en large et en travail. en travers, pardon, et on va aussi travailler sur le mindset. J'espère que vous êtes prêtes parce que les prochains épisodes risquent d'être très très très riches en valeur. Bref, je vous souhaite une bonne écoute, j'espère que vous êtes prêtes, et avant d'aller plus loin pour celles qui justement ont du mal à gérer leurs émotions au quotidien, notamment au travail, parce que je sais qu'avec les collègues ça peut être compliqué, et je sais qu'avec les membres de votre famille ça peut être compliqué. Je sais à quel point face à l'humain en fait c'est compliqué, parce que très souvent encore une fois, On se retrouve seul, on n'a pas ce problème-là. Toutefois, très souvent, lorsqu'on est seul, justement, on se retrouve avec des émotions à gérer, qu'on refoule la plupart du temps et on ne sait pas du tout quoi en faire. Dans tous les cas, peu importe votre situation actuelle, cet épisode est fait pour vous. Pour cela, je vais vous expliquer un petit peu comment je vais traiter cet épisode entre parties, encore une fois. Mais avant d'aller plus loin, si vous avez justement une problématique liée à la gestion des peurs, des émotions, si vous avez du mal à lâcher prise, si vous avez du mal à vous affirmer au travail, si vous souhaitez avoir une aide justement pour vous libérer de cette pression que vous ressentez quotidiennement, vous avez la possibilité justement de prendre rendez-vous pour un premier entretien en visio pour justement comprendre votre problématique et afin que je puisse vous aider. Je vais vous proposer un coaching personnalisé sur une durée bien évidemment minimum de 3 mois pour justement avoir un résultat un peu plus durable même. Un résultat qui va impacter l'ensemble de votre vie et qui je l'espère transformera positivement votre vie dans tous ses domaines. Le lien de prise de rendez-vous se trouve en description de l'épisode du jour comme d'habitude. Évidemment vous avez la possibilité de me détailler un petit peu votre problématique via le questionnaire que je lirai évidemment. Et ensuite, au cours de l'appel, on décortiquera toutes ces problématiques ensemble. Et surtout, je vous proposerai, on proposera, surtout on mettra ensemble, en place ensemble, parce que c'est une équipe, un coaching, on mettra en place ensemble un plan d'action qui vous convient. On va entrer dans le vif du sujet. Dans cet épisode, on va voir ensemble les six stratégies à mettre en place pour apprendre à gérer vos émotions. Il y aura du pratique au pratique, vraiment. Mais avant d'aller dans cette profondeur et surtout... Dans ces stratégies, on va avant tout, dans un premier temps, définir ce que c'est qu'une émotion. Ensuite, on verra ensemble comment comprendre vos émotions, donc dans la même partie, et ensuite, les solutions pour analyser vos problèmes. Parce que lorsqu'il y a une émotion, forcément il y a un problème, une pensée ou un comportement, une situation qui vous a posé problème. Et le but, c'est d'aller dans cette démarche d'analyse. Enfin, on verra ensemble les six stratégies à appliquer. directement, pour pouvoir avoir quand même un début, une amorce de gestion émotionnelle. Évidemment, ça ne remplacera jamais un coaching personnalisé, puisque le coaching permet vraiment de prendre du recul de manière objective, surtout quand on a quelqu'un avec soi qui nous accompagne et qui nous écoute. Et vraiment, c'est vraiment top, parce qu'encore aujourd'hui, j'ai sauté le pas d'un autre coaching, d'un autre atelier, mais plus. plus au niveau perso. Et honnêtement, moi, c'est une chose qui m'aide énormément au quotidien. Et j'espère que ça pourra aussi énormément vous aider. Donc nous sommes des professionnels qui travaillent et qui sont en perpétuel... apprentissage donc la vie de toute façon est un apprentissage qu'il faut saisir à travers les expériences qu'on vit et c'est ce qu'on va voir aujourd'hui dans cet épisode alors parlons émotions une émotion est en fait un état donc une émotion c'est surtout une réaction en fait si vous l'avez bien compris lorsque je parlais du stress c'est une réaction psychologique donc mentale et physique donc parfois le corps réagit on est d'accord que lorsqu'on se met en colère on a le coeur qui bat vite on commence à avoir peut-être les mains moites Les personnes qui sont claires de peau commencent à rougir, on a peut-être les points serrés, etc. C'est d'abord une manifestation interne, donc comme je vous l'ai dit, le corps réagit et ensuite ça génère une réaction externe. L'exemple le plus typique, je m'énerve, je crie, donc il y a le cœur qui bat vite, il y a les points serrés, et finalement je me mets en colère et je finis par crier, extérioriser cette colère, ou taper sur un mur pour les personnes un peu plus colériques. Donc voilà, ça c'est ça. Ça dépend vraiment des personnes. Vous l'avez bien compris, une émotion est intérieure, c'est quelque chose qui est ressenti intérieurement et qui va ensuite s'extérioriser à travers un comportement face à une situation donnée. On est d'accord sur le fait que justement,

  • Speaker #1

    nous ne sommes pas tous égaux face aux émotions.

  • Speaker #0

    Nous ne réagissons pas forcément de la même façon face aux émotions. C'est la raison pour laquelle vous pouvez très aisément voir des personnes qui, lorsqu'elles se trouvent dans des situations de stress, vont soit se mettre en mode silence ou d'autres personnes qui vont un peu plus extérioriser, facilement se mettre en colère, être un peu plus irritable. Tout dépend de votre vécu, tout dépend de la perception que vous avez de vos émotions et tout dépend de la situation que vous vivez. Puisque toutes ces données-là sont régies par les expériences passées, par vos expériences de vie. Si vous avez été une personne qui a été blessée par le passé, forcément, il vous sera difficile. de passer outre parfois peut-être sur certaines situations, notamment lorsque vous estimez qu'il y a un manque de respect. Pour d'autres personnes pour qui tout leur passe au-dessus, ce sera peut-être un événement qui va leur faire ressentir la même émotion peut-être de colère, mais de manière dont l'intensité va varier. Donc c'est la raison pour laquelle il est très très difficile aujourd'hui, lorsque vous me sollicitez, de vous donner des conseils crus comme ça, déjà mâchés pour votre gestion émotionnelle pour la simple et bonne raison que votre... votre vécu n'est pas forcément le même que toutes les femmes que j'ai accompagnées depuis un an d'ailleurs. Elles ont toutes la même problématique, donc on a toutes les mêmes problématiques, c'est-à-dire que nous n'arrivons pas à gérer nos émotions, mais cependant nous n'avons pas le même parcours de vie, ni la même façon de réagir, ni la même façon d'extérioriser, puisqu'il y a des personnes qui refoulent et d'autres personnes qui justement s'extériorisent, voire trop. Donc dans l'un ou l'autre, il y a un extrême puis un autre, et le but juste... De chaque coaching, c'est de faire avec tout ça. Faire avec la personne que j'ai en face de moi, faire en fonction de son expérience personnelle et accepter aussi que les méthodes de gestion du stress et les conseils que je peux donner peuvent varier d'une personne à une autre. Ça, c'est très important à comprendre et à conscientiser, surtout pour vous qui m'écoutez aujourd'hui. Et donc, votre vision des émotions, elle est fortement impactée par l'éducation que vous avez eue, par la société dans laquelle vous avez évolué, mais également par vos croyances. Donc je sais qu'en fonction des cultures, en fonction de l'environnement et même dans la culture occidentale, nous n'avons pas en fait la même façon de gérer nos émotions. Je sais que les personnes qui sont originaires par exemple d'Afrique ont plus tendance à refouler leurs émotions. Je sais qu'en Occident, les personnes sont un peu plus expressives, vont plus ou moins aussi exprimer ce qu'elles ressentent, pas forcément de la bonne manière. Mais en tout cas, ce ne sont pas, je tiens à préciser, à faire un disclaimer quand même, ce n'est pas un cliché. Ce n'est pas un stéréotype, mais simplement, c'est des choses que j'ai constatées. Et surtout, j'ai aussi énormément étudié le profil sociodémographique des personnes que j'accompagne. afin de pouvoir leur donner des conseils personnalisés qui sont adaptés à leur vision des choses. Et donc, à travers toutes ces fausses croyances, à travers ce contexte, parce que j'appelle ça un contexte de vie, les personnes ont un contexte de vie qu'il faut prendre en compte lorsqu'on accompagne, mais en fait, il faut ajuster, il faut constamment ajuster. C'est comme vouloir vous donner, en fait, peut-être... On a tout, en fait, par exemple, un corps. Mais cependant, on ne fait pas toujours toute la même taille. Il y a des personnes qui font du 36, du 38, qui sont grandes, qui sont minces, qui sont un peu plus enrobées. Nous avons toute une morphologie différente et pourtant nous restons des êtres humains. Voilà, donc ça c'est important. Je vous donne une petite métaphore, je ne sais pas si on appelle ça une métaphore, mais en tout cas une petite comparaison pour que vous puissiez comprendre que chaque individu... Nous avons tout un bagage de base, mais cependant, nous n'avons pas les mêmes dispositions, ni les mêmes spécificités. Et c'est ça, c'est ce qui fait la richesse de chaque individu. C'est ce qui fait qu'en fait, justement, on a la richesse de chaque accompagnement, puisque chaque coaching est totalement différent. Et ça, c'est une chose que j'aime énormément dans mon travail, donc je tenais quand même à vous le transmettre. Et je tenais aussi à vous... vous le faire comprendre afin que vous puissiez comprendre aussi qu'il n'y a pas besoin de se comparer par rapport aux personnes qui peut-être sont dans votre entourage et arrivent aisément à, entre guillemets, gérer leurs émotions. Donc il faut prendre aussi en compte votre contexte de vie, votre vie en général et votre expérience personnelle. Donc ça, c'est très important. Donc oui, j'ai répondu à la question, est-ce que les conseils en gestion du stress suffisent à eux-mêmes ? Non, ils font un accompagnement personnalisé. Et il faut... Effectivement, prendre en compte l'individu, encore une fois, dans son individualité, sa singularité, et surtout, est-ce que les solutions... La solution est-elle en fait de donner des conseils à la veine ? Parce qu'aujourd'hui, on est dans une ère où tout le monde donne des conseils à tout va. Donc avec l'ère des réseaux sociaux, c'est pas évident. En fait, on se retrouve plus, en fait, on se retrouve avec une multitude de contenus, on se retrouve avec une multitude de vidéos qui peuvent plus ou moins vous convenir et qui peuvent plus ou moins ne pas vous convenir. Et c'est la raison pour laquelle je vais vous partager d'ailleurs une expérience personnelle. J'ai longtemps en fait regardé des vidéos, c'était il y a quelques années, donc il y a un peu plus de cinq ans, notamment pendant mes études, qui m'aidaient énormément en fait. À ce moment-là, surtout concernant le mindset, comment se détacher du regard des autres, etc., en fait, c'est des conseils qui ne partageaient pas forcément mes valeurs personnelles. Donc forcément, en fait, ça n'allait pas du tout. Là où vous allez avoir un avantage par rapport au contenu gratuit que vous trouvez sur les réseaux sociaux en coaching, c'est qu'en fait, vous allez avoir des conseils qui sont adaptés à votre situation. Et ça, ça ne remplacera jamais encore une fois. C'est pour ça que c'est compliqué aujourd'hui pour beaucoup d'entre vous de trouver des solutions durables. Parce que beaucoup me disent j'ai testé ça et en fait ça ne m'allait pas. Ou je veux des conseils, je veux des conseils, je veux des conseils. Oui, je peux vous donner des conseils. Mais simplement, il faut comprendre qu'en termes de gestion des émotions, gestion du stress, c'est quelque chose qui se travaille en profondeur et qui demande du temps. Donc ce n'est pas une pilule à prendre à avaler, c'est un travail de fond. C'est un travail de fond et surtout le travail qui se fait dans la durée. En fait, c'est un cheminement, c'est une évolution personnelle, c'est des situations que vous allez rencontrer au quotidien, sur lesquelles vous allez vous challenger. D'ailleurs, celle que j'accompagne actuellement pourra se reconnaître. Je l'ai challengée d'ailleurs sur un point qui est l'affirmation de soi au travail, et notamment à l'école, parce qu'elle est altermente aussi. Les deux sont imbriquées, puisqu'elles travaillent dans le domaine de... des assurances dans le domaine bancaire, donc conseillère clémentelle en banque.

  • Speaker #1

    Et en fait,

  • Speaker #0

    il faut savoir qu'il faut se challenger par rapport aux situations que vous allez rencontrer. Et ça, c'est très important de le comprendre. Donc comment aborder ces émotions aujourd'hui ? Il faut avant tout comprendre que tout dépend aussi des pensées que vous avez autour de vos émotions. Lorsque vous allez ressentir une émotion, il y a forcément une situation que vous avez rencontrée. Je veux partir de la situation d'une personne peut-être qui a eu... Si vous avez mis un avis à votre égard, un collègue de travail qui vous a froissé, je ne sais pas, peu importe, à partir de cette situation, vous allez penser une chose, vous allez avoir une pensée, peut-être que vous allez vous dire mais elle me manque de respect, cette personne me manque de respect, elle ne prend pas en compte mes besoins, elle me parle toujours mal, enfin bref, on peut plus ou moins aller dans ces pensées négatives. A partir de ces pensées vont découler des émotions. Les émotions, plus ou moins positives ou négatives, généralement c'est des émotions négatives, entre guillemets. Donc la frustration, peut-être la colère, peut-être la déception, peut-être de la culpabilité, peut-être du rejet, peut-être de l'humiliation, peut-être un sentiment d'infériorité. Peu importe, vous allez ressentir une émotion. Cette émotion dépend de la perception que vous avez de l'événement. Pour cela, je vais m'appuyer sur un exemple. On va partir sur l'exemple de Sarah. Une femme de 30 ans, réunion d'équipe, elle se fait du souci sur le projet en cours et voudrait prendre la parole au sein de l'équipe. Mais au moment où Sarah s'apprête à lever la main, je pense qu'on a peut-être rencontré cette situation, elle s'apprête à lever la main pour exprimer ses inquiétudes, donc sa peur. Elle se dit, donc ça c'est une pensée, si mes collègues me trouvent stupide, peut-être que si je lève la main et que j'exprime ce que je ressens, peut-être que mes collègues vont me trouver stupide, peut-être que je ne devrais pas poser cette question devant tout le monde, sinon je vais m'humilier. Et si on n'est pas d'accord, ça risque de tourner à la dispute avec mes collègues et mon image au sein de l'entreprise risque d'être ternie et je ne veux pas de ça. Donc en fonction de cette perception, donc cet événement... Sarah va donc se mettre dans une situation, on va dire... de peur. On est d'accord que l'émotion ressentie est la peur, l'inquiétude est face aux peurs. On a déjà vu traiter ça dans un autre épisode. La peur, combat ou fuite, vous envoyez le message à votre cerveau que là, il y a un danger et forcément, vous allez fuir la situation. Résultat, Sarah ne va pas prendre la parole et l'action qui va en découler, c'est que Sarah va garder le silence et le résultat, elle va rester avec ses interrogations et sa peur. Et derrière, cette émotion qui n'a pas été extériorisée, en tout cas qui n'a pas été... qui n'a pas été surmontée. Donc la peur, on peut toute la ressentir un moment ou un autre, encore une fois. Ça peut arriver lorsqu'on doit prendre la parole en public, au sein des collègues, au sein d'une équipe. Ça peut arriver lorsqu'on présente, lorsqu'on fait un entretien d'embauche. Ça peut arriver lorsqu'on se présente face à un public. Ça m'est arrivé lorsque j'ai organisé l'atelier en mars. Mais pour autant, on a deux types de réactions possibles dans ce genre de situation. Si on part d'une étude des cas, Soit vous décidez de surmonter cette peur et de l'utiliser comme un challenge, chose que j'ai faite en organisant justement cet atelier. Je savais que j'avais peur, je ne savais pas si j'allais employer les bons termes ou pas, mais j'ai sauté le pas. Deux réactions sont effectivement. soit effectivement possible. Donc soit vous utilisez cette peur en challenge, soit cette peur va vous bloquer et va se transformer en inaction. Et je ne sais pas si vous vous rendez compte de l'impact que vos pensées peuvent avoir sur la situation, mais si je m'étais dit en mars, j'ai trop peur, je ne vais pas y aller, peut-être que j'aurais été soulagée sur le coup, mais j'aurais été très frustrée, je le sais, parce que je n'aurais pas été jusqu'au bout. Et surtout, si ça avait été une peur qui était en direct live, j'aurais perdu tous mes... J'ai eu des moyens et j'aurais bégayé pendant tout le long de l'atelier. Idem pour le podcast, idem pour les personnes que je suis amenée à avoir au téléphone au cours de mes entretiens. Ça peut en fait concerner pas mal de choses dans votre quotidien. Lorsque vous allez faire des courses, lorsque vous allez appeler un client, lorsque vous allez discuter avec un collaborateur. Tout dépend encore une fois de la perception que vous avez de l'événement. Et vous voyez à quel point, à travers cette situation-là, plus ou moins, c'est pas une étude de cas, mais en tout cas un exemple que beaucoup peuvent rencontrer et qui peut... C'est des exemples que j'ai pu voir dans mes coachings. C'est compliqué puisque ça bloque. La personne que je retrouve en séance me dit que j'ai peur de m'affirmer et que c'est difficile. Elle repense toujours à cette situation qui était déjà passée encore une fois.

  • Speaker #1

    Alors qu'en vrai,

  • Speaker #0

    si on affrontait vraiment les situations au quotidien et si on surmontait, on affrontait vraiment ces émotions telles qu'elles sont en comprenant d'où elles viennent et en comprenant... Les peurs, surtout l'émotion de la peur est la plus fréquente généralement. En comprenant ces peurs, vous allez mieux appréhender les situations que vous allez vivre. Mais pour ça, ça demande effectivement une connaissance profonde de soi. Et ça demande aussi une bonne estime, une bonne vision de soi-même que de surmonter ce genre de situation. Et ça, c'est un travail encore une fois qu'on peut faire en coaching. Donc à la suite de ça, il faut analyser encore une fois cette situation. Donc pour faire cette situation donnée, une fois que l'émotion est présente, Il faut savoir que l'émotion vient à l'étape 3 en fait. Elle vient en troisième dans le processus du cheminement émotionnel. Avant d'avoir une émotion, vous allez avoir une situation qui a provoqué cela, un élément déclencheur. Ensuite, vous allez penser, avoir une pensée dans votre tête, généralement quand on rumine beaucoup. Les ruminations sont des pensées que vous allez intérioriser, vont en découler des émotions, des actions et donc un résultat. Et donc, analyser vos problèmes, ça va consister à analyser ce genre de situation dans votre quotidien. A commencer par votre environnement familial. Est-ce qu'il y a des situations ? Comme ça, qui génère en fait des émotions de peur, de tristesse, de colère et qui sont difficiles à gérer pour vous. Est-ce qu'il y a eu un événement, une situation ? C'est à vous de savoir. Et ça, on ne peut pas le faire, encore une fois, quand on me dit justement comment gérer ses émotions. Ce n'est pas une solution concrète. Il faut avant tout analyser le problème et trouver la source du problème. Et vous devez avant tout analyser les situations de votre quotidien qui génèrent des émotions négatives. Tout part de... Je parle peut-être de la famille, je parle peut-être des frères et sœurs, je parle peut-être des collègues. Dans quel type de situation ? Est-ce que c'est lorsqu'on vous sollicite ? Est-ce que c'est lorsqu'on vous dit un certain type de parole que vous le prenez mal ? Est-ce que vous avez tendance à vous replier sur vous ? Quelles sont les situations que vous rencontrez dans votre quotidien ? Vous et vous seul pouvez déterminer ça parce que ça dépend encore une fois des personnes et justement dans les exercices qu'on fait. En coaching, face à cette situation, j'aurais pu dire à Sarah, par exemple, voici la situation, voici la pensée qui t'est venue en tête. Je me suis dit que mes colères vont me trouver stupide. L'émotion qui en a découlé, la peur. Action qui en a découlé, c'est l'inaction, justement. Le fait de se replier sur soi et de garder le silence. Et résultat, frustration par la suite.

  • Speaker #1

    Et en fait,

  • Speaker #0

    Sarah n'a pas posé. sa question, il n'a pas eu de réponse à sa question. Et donc du coup, dans ce processus-là, le but, moi en coaching, c'est de passer de ce cheminement-là à une autre situation. Face à une même situation, cette situation pourra se répéter, puisque Sarah travaille toujours au sein de cette entreprise-là, et donc Sarah va probablement rencontrer d'autres réunions d'équipe, et donc la prochaine fois qu'elle rencontrera une réunion d'équipe, le but ce sera justement d'appréhender cette peur, de la comprendre, de l'appréhender. Utiliser comme étant un challenge qui lui permettra de faire une action différente. Et par le biais de cette action différente, à savoir l'inaction, lorsqu'elle va lever la main et poser sa question, il va en découler autre chose. Donc forcément, elle va peut-être avoir des réponses à ses interrogations. Peut-être qu'une collègue va même justement trouver pertinente sa démarche, sa demande. On ne sait pas tant qu'on n'a pas tenté. Et surtout, vous comprenez aisément que lorsqu'on reste dans ses pensées, en fait, on est totalement déconnecté de la réalité. Et ça c'est important de se constamment avoir un regard objectif sur la situation et prendre du recul. Ça c'est essentiel. Donc encore une fois, il ne suffit pas de se dire mentalement aussi que vous allez réussir les choses. Parce que quand je parle de pensée, il ne suffit pas de se dire bon ok, aujourd'hui je vais passer une super bonne journée. Non, ça demande vraiment un travail introspectif, un travail sur soi. Et surtout, vous allez avant tout devoir tenir compte de toutes les informations relatives à la situation. en question. Toutes les informations qui concernent votre contexte, encore une fois. Et dans le contexte, je vous en ai parlé dans la première partie, c'est votre contexte de vie. Dans quel contexte est survenue cette situation et en quoi elle est en lien aussi avec vos expériences passées. Et c'est tout ça qu'il faut prendre en compte. C'est pas seulement la gestion des émotions en elle-même, c'est avant tout votre personne aussi qu'il faut prendre en compte. Donc, c'est à vous aujourd'hui d'identifier dans votre environnement de travail votre environnement social et familial, quelles sont les situations qui génèrent des émotions négatives. Et à la suite de ça, forcément, vous allez analyser effectivement les émotions qui en découlent et les pensées qui justement vous bloquent et vous dirigent en fait vers des situations conflictuelles, des situations d'inaction, des situations de repli, des situations de fuite. Et c'est à vous de savoir aujourd'hui comment aborder ces situations-là. Évidemment, encore une fois, si ces situations sont répétées dans le temps, encore une fois, c'est qu'il y a peut-être un mode de fonctionnement qui est répété et qui est dysfonctionnel dans la gestion des émotions. Et c'est ce qu'on travaille d'ailleurs en quotidien. Donc, je parle beaucoup d'état d'esprit, je peux parler de mindset, etc. Mais ne vous faites jamais avoir par cette vision de il faut juste changer son état d'esprit et ça va marcher. Non, il faut un travail de fond. Encore une fois, analysez. Réalisez les situations, trouvez les stratégies adaptées et surtout beaucoup de patience face à ce genre de situation parce que ce n'est pas en un jour que vous allez réussir à désamorcer justement cette gestion émotionnelle qui est défaillante dans votre quotidien. Donc vous l'avez compris, pensées, émotions, comportements, les situations destructrices entre guillemets, qui vous rendent un peu triste, en colère et qui vous frustrent dans votre travail mais aussi dans votre vie personnelle, sont toutes liées en fait. Donc par rapport aux situations, les situations que vous avez peut-être déjà vécues par le passé, il faut vraiment, on va pas dire déblayer le terrain, mais en tout cas, sachez que c'est comme des... des épines à votre pied qui vont vous suivre dans votre milieu du travail, dans vos relations avec les autres, dans vos relations avec vos collègues, et qui vont impacter forcément votre qualité de vie au travail. Donc le travail de gestion émotionnelle, c'est avant tout un travail sur soi, mais avant tout aussi un travail de connaissance de soi, et de comprendre aussi que très souvent, on pense en fait qu'une émotion, c'est un comportement. Non. Votre réaction face à l'émotion, c'est votre... comportement face à l'émotion. Mais par contre, l'émotion en elle-même, il faut la nommer. Est-ce que c'est une peur ? C'est pas je suis fatiguée, mais je suis fatiguée va forcément... Si on y va, si on va en profondeur, il faut savoir pourquoi vous êtes fatigué. Est-ce que vous avez été triste depuis un moment ? Est-ce que vous êtes mentalement fatigué au travail ? Il faut creuser. Attention à ne pas confondre les comportements et les émotions. Les émotions, on peut les nommer par exemple... un nom en disant peur, tristesse, etc. Par contre, le comportement, on peut en faire une phrase. Si je peux dire un peu imagé comme ça. Ensuite, en ce qui concerne les six stratégies à adopter pour avoir une bonne gestion émotionnelle, sachez qu'une émotion se vit. Une émotion se vit. C'est-à-dire que... Aujourd'hui, et c'est un problème de société, au lieu de vivre son émotion, on la fuit. Et le moyen le plus efficace pour fuir une émotion, c'est de prendre son téléphone et scroller sur les réseaux sociaux. Je sais que ça fait peut-être partie de votre mode de fonctionnement, mais en fait, c'est quelque chose qui est inconscient et qui fait partie intégrante aujourd'hui de toutes les femmes salariées, peu importe, qui fait partie intégrante de toute personne dans cette société actuelle. Et on ne se rend pas compte. de l'impact émotionnel que peut avoir ce téléphone sur vos émotions qui s'accumulent et qui sont refoulées. Donc aujourd'hui, je veux que vous appreniez dans un premier temps, la première étape, c'est apprendre à faire le vide. Apprendre à profiter du vide que vous avez, des moments de silence que vous avez, des temps de pause que vous avez, parce qu'une émotion ne peut se vivre, on ne peut pas ressentir de la tristesse en étant sur son téléphone et en voyant une vidéo vous joyeuse, entre guillemets. Quand on est triste, très souvent on va prendre un petit peu de temps. Son téléphone se dit, on va scroller sur les réseaux sociaux histoire de se remonter le moral. Mais derrière, l'émotion qui est présente va en fait rester et être refoulée. Désolée, il y a un chien qui aboie, je ne sais pas pourquoi c'est aussi bruyant. Mais voilà, je suis désolée pour la qualité sonore. Ensuite, deuxième étape, deuxième stratégie à mettre en place, il faut réduire votre exposition au facteur de stress. Donc s'il y a une chose qui vous stresse, c'est à vous de prendre de la distance par rapport aux situations stressantes. Si c'est le travail, votre soin, encore une fois, je le dis souvent, tout le monde ne va pas faire une reconversion pro. Vous aimez peut-être votre travail, vous avez besoin aussi de payer votre loyer, vous avez besoin de subvenir à vos besoins. Aujourd'hui, si votre travail est quelque chose d'important pour vous...

  • Speaker #1

    il faut

  • Speaker #0

    Réduire votre exposition au facteur de stress présent dans ce travail en adoptant des stratégies non pas de fuite, non pas de suppression totale des émotions ni de fuite du travail, mais en prenant en compte cet environnement-là, en continuant à aller dans cet environnement, effectivement s'il vous convient encore une fois, et en adoptant une attitude qui est différente. Il faut simplement parfois jauger et réadapter votre... ...comportement face aux situations. Et réduire votre exposition au facteur de stress, ça concerne aussi le téléphone. Le téléphone, c'est quelque chose qui augmente énormément le... ...taux de stress qui va entraîner un sentiment de culpabilité, surtout lorsque vous allez vivre des périodes difficiles. Vous allez voir une story d'une amie qui est en train d'aller vivre ses meilleures vacances, vous allez vous dire ma vie est nulle, je suis triste pendant qu'elle est en train de se... Elle est en train de profiter de la vie et moi je suis là dans mes émotions négatives. Donc apprendre à réduire votre exposition au facteur de stress. Ça va consister avant tout à prendre de la distance par rapport aux différents environnements, la famille, ça concerne les frères et sœurs, ça concerne peut-être les amis aussi, ça concerne aussi les collègues. Vous n'avez pas forcément à supprimer ces personnes de vos vies. Parfois, pour des raisons indépendantes de votre volonté et même pour des raisons personnelles, vous allez vouloir garder le lien. Mais c'est à vous aujourd'hui de réduire votre exposition au facteur de stress et de changer votre attitude face à ce facteur de stress. Idem pour votre téléphone, vous n'allez pas vivre sans téléphone, donc le but justement c'est de trouver des solutions. Et une des solutions ça peut être la Digital Detox, mais pour ça encore une fois ça demande... Un énorme détachement. Et ça demande à apprendre à faire le vide. Et ça, vous verrez que les stratégies que je vais vous proposer ici sont toutes liées. Ensuite, quand vous rencontrez des situations frustrantes, parce que je parlais du cas de Sarah, mais ça peut concerner d'autres situations, dans des situations où vous dites oui alors que vous souhaitez dire non, il faut apprendre à dire non et à fixer des limites aux demandes irréalistes que l'on vous fait au travail, mais aussi dans votre vie personnelle. Je sais que ça peut générer beaucoup de culpabilité, de tristesse, etc. Et ensuite, vous vous retrouvez un an, deux ans, trois ans après, encore en train de penser à cette situation que vous auriez dû refuser.

  • Speaker #1

    Donc,

  • Speaker #0

    encore une fois, on respecte l'autre. On n'est pas dans une démarche égoïste, encore une fois, où on pense qu'à soi. Mais sachez que vous avez des besoins qu'il faut respecter. Et ça, je mets vraiment un point d'honneur à chaque fois, dans chaque accompagnement, lorsque je discute avec mes... avec les femmes que j'accompagne, je précise toujours que ce n'est pas un signe d'égoïsme que de respecter ses besoins. Parce que lorsqu'on se dit...

  • Speaker #1

    Oui,

  • Speaker #0

    lorsqu'on dit oui aux autres, parfois on se dit non à soi-même. Mais ça dépend encore une fois du contexte. C'est pour ça que je ne peux pas vous donner un conseil à tout va, alors que ça peut concerner parfois de la famille, ça peut concerner des personnes qui vous sont proches. Et il faut faire en fonction du contexte et réajuster. Ensuite, il faut passer, quatrième étape, plus de temps avec les gens qui vous font sentir bien, qui vous génèrent et vous procurent des émotions positives. Si vous avez des questions, Être forcément entouré de personnes négatives n'est pas rare de finir par s'imprégner de ça. Donc ça, c'est aussi à prendre en compte. Dans l'environnement social, l'environnement que vous allez côtoyer en dehors de vos heures de travail est primordial aussi sur votre gestion émotionnelle. Idem, est-ce que vous avez des personnes avec qui vous... Est-ce que vous avez des amis, des membres de votre famille avec qui vous pouvez aisément parler de vos émotions ? Ou est-ce que lorsque vous vous voyez, c'est vraiment strictement superficiel, on profite du moment et chacun rentre chez soi ? pendant que peut-être vous êtes en train de vivre une situation difficile. Et je pense que c'est un point très très très difficile en ce moment,

  • Speaker #1

    en tout cas en 2024.

  • Speaker #0

    surtout lorsque vous allez peut-être partager un moment avec des amis mais en fait on est beaucoup trop je trouve qu'aujourd'hui avec la technologie le téléphone, on prend plus le temps de se demander si ça va vraiment de discuter vraiment des problématiques qu'on rencontre et ça je trouve vraiment ça dommage donc c'est vrai que là du coup le coaching est très préconisé surtout lorsqu'on a besoin de sortir justement de ce cercle là et surtout lorsqu'on a besoin en fait ensuite Pour se détacher, parfois, on a besoin de faire le vide, mais on a aussi besoin de s'occuper par autre chose que ses émotions négatives. Je vais m'expliquer. Utilisez des actions de votre quotidien qui vont vous permettre de vous détacher de vos émotions. Quand je dis vous détacher, ça ne veut pas forcément dire vous les refouler. Une fois qu'on a appris à faire le vide, une fois qu'on vit l'émotion pleinement, une fois qu'on comprend pourquoi elle est là, une fois qu'on a analysé la situation et qu'on sait que le comportement qui en a découlé est issu de tout ça, en fait, on va de l'avant. Donc la meilleure façon d'aller de l'avant pour moi, par exemple, le crochet. Il faut que je vous envoie ma petite... Je pense qu'on ne peut pas avoir la création qui a été faite. Mais en tout cas, justement, aujourd'hui, pour exemple, je vous l'avais déjà dit dans deux épisodes précédents, nouvelle activité qui me permet de me sentir bien. Merci. En fait, c'est de faire du crochet. En ce moment, je me sens utile comme ça. Mon utilité va dans cette activité-là. Donc, faites l'associatif. Je pense d'ailleurs à l'associatif. Faites des activités en dehors du travail qui vont vous sentir bien. Pas pour fuir la situation, mais encore une fois, on analyse la situation, on vit l'émotion. Et ensuite, on passe à autre chose. C'est pas qu'on passe à autre chose en version je passe à autre chose, je fuis la situation Je passe à autre chose car j'ai réglé la situation. et je sais désormais comment réagir la prochaine fois. Donc, faire de l'associatif, prendre soin de vos voisins, je ne sais pas. prendre du temps pour vous, ça c'est des actions qui vont procurer des émotions positives et qui vont vous permettre aussi de vous détacher des situations, de prendre du recul en fait, qui vont permettre de lâcher prise sur vos émotions qui vous bloquent et ce stress aussi qui est secondaire, ce stress qui est une conséquence aussi de la peur que vous ressentez. Donc avec tout ça, ça mettra effectivement à la suite de ça, donc l'étape numéro de mettre fin au comportement qui mène à des modes de pensée négatifs et difficiles. Le but est de ne pas fuir les situations, mais de changer votre attitude face à la même situation. Et ainsi, forcément, vous parviendrez à une gestion émotionnelle optimale, je ne dis pas parfaite, parce qu'il y aura des situations où vous allez craquer, des situations où vous n'allez pas réussir à apprendre sur vous. Mais le plus important, c'est que... Vous mettiez en place des actions quotidiennes qui vous permettront de lâcher prise pour de bon et surtout de vous détacher. Vous allez ressentir de la frustration, vous allez ressentir de la colère, vous allez ressentir de la tristesse par période, vous allez ressentir de la peur, le plus important, et de modifier, de mettre fin aux comportements qui vous mettent dans des émotions très négatives qui durent. On arrive à la fin de l'épisode, évidemment pour rappeler tout ce qu'on a traité aujourd'hui. Une émotion est avant tout quelque chose qui se ressent à l'intérieur, qui va ensuite s'extérioriser à travers un comportement. Une émotion a besoin d'être nommée, une émotion a besoin d'être vécue, et pour ça il faut faire le vide. Et il faut apprendre à faire le vide, apprendre à se détacher des distractions qui vous empêchent justement de gérer vos émotions. Et surtout, il faut modifier les comportements. Avant tout, modifier vos schémas de pensée. Modifier les comportements qui découlent de ces émotions pour ensuite adopter une attitude positive. qui vous permettra de lâcher prise par rapport à ces situations. Effectivement, appliquer ces stratégies pourront vous aider dans l'absolu si vous n'avez pas de grosses problématiques liées au stress. Mais par contre, si vous souhaitez aller plus loin et que vous souhaitez avoir un accompagnement personnalisé sur tous ces points que j'ai détaillés aujourd'hui, vous avez la possibilité de réserver un entretien. Donc, prendre rendez-vous en consultation. J'ai dit consulting, mais vu que le mot consultation en français est très présent, c'est une séance. C'est une séance d'une heure dans laquelle on va faire le point sur votre problématique et je pourrais vous donner un plan détaillé pour vous aider dans votre travail, mais aussi dans votre vie personnelle, parce que les deux sont liés. Je vous souhaite une excellente journée. J'espère que cet épisode de podcast vous a plu. Une pensée à celle qui m'a suggéré cet épisode de podcast. C'était un plaisir de le traiter. Franchement, j'aime beaucoup. beaucoup ce sujet-là. Et je ne veux pas dire que c'est ma spécialité, mais en tout cas, c'est ce pour quoi j'accompagne. Et c'est vraiment un plaisir de vous avoir partagé ces conseils-là. Surtout, encore une fois, si vous souhaitez réécouter l'épisode, réécoutez-le autant que possible. Prenez des notes. Ça vous permettra vraiment d'ancrer tout ce que j'ai dit. Et ensuite, de prendre conscience que les situations peuvent être gérées différemment. Et surtout, ça vous permettra aussi d'apporter du bien-être dans vos vies. Je vous souhaite une excellente journée, peu importe le moment où vous écoutez cet épisode de podcast. On se retrouve la semaine prochaine pour un nouvel épisode de podcast dans lequel je vous expliquerai comment s'affirmer au travail. Prenez soin de vous et on se dit à très vite. Encore désolé pour le chien qui aboyait dans le micro. Enfin, pas dans le micro, sinon vous l'auriez entendu. Mais c'était indépendant de ma volonté, donc désolé. Mes excuses, mais du coup, j'espère que vous avez pris le temps. pleinement profiter de l'épisode prenez soin de vous et on se dit à très vite

Share

Embed

You may also like