(I ; 4) On ne badine pas avec l'immersif cover
(I ; 4) On ne badine pas avec l'immersif cover
Hors-Scène

(I ; 4) On ne badine pas avec l'immersif

(I ; 4) On ne badine pas avec l'immersif

34min |15/06/2020
Listen
(I ; 4) On ne badine pas avec l'immersif cover
(I ; 4) On ne badine pas avec l'immersif cover
Hors-Scène

(I ; 4) On ne badine pas avec l'immersif

(I ; 4) On ne badine pas avec l'immersif

34min |15/06/2020
Listen

Description

Comment fonctionnent les arts immersifs et qu’est-ce que cette évolution dans l’art signifie sur notre société ?

Ce sont les questions que j’ai posées à Tristan Bruemmer, auteur, metteur en scène, et président de l’AFAI, l’association française des artistes de l’immersif. Assez présents dans les pays anglo-saxons où ils sont nés, les arts immersifs commencent à se développer en France depuis les années 2010. Ces spectacles ont la particularité de mêler le public et les artistes dans un même espace et dans des lieux différents du théâtre traditionnel (hôtel, manoir etc.). Les spectateur.rices ont une place prépondérante car ils.elles font partie intégrante de la performance et peuvent parfois influencer le cours des événements [7.40].

Ce modèle permet d’explorer de nouvelles manières de créer [9.58] mais aussi de toucher des nouveaux publics plus jeunes, peu intéressés par le théâtre « traditionnel » ou à la recherche de nouvelles expériences [10.54]. En tant qu’auteur, Tristan revient sur les critères à prendre en compte pour écrire une pièce de théâtre immersif : le rôle du public, les informations à transmettre, le rapport à l’espace [12.10]. 

L’intérêt pour l’immersif est aussi une réaction des artistes pour sortir de la concurrence avec le cinéma et retrouver le côté « vivant » qui compose l’essence du théâtre [18.50]. Le public de son côté recherche une place plus active et souhaite vivre des expériences inédites. Un phénomène que Tristan remarque dans tous les pans de notre économie [21.58]. Et si le risque de tomber dans le loisir et le divertissement existe, il n’est pas plus fort que dans les autres formes d’art. Il peut néanmoins être amplifié à cause des difficultés économiques de ce milieu artistique qui a besoin de beaucoup de financements [23.47].

Le confinement a également permis aux artistes d’explorer de nouvelles formes de théâtre immersif. Ils.elles reconnaissent néanmoins avoir créé du théâtre interactif plutôt qu’immersif, impossible lorsque les spectateur.rices ne sont pas immergé.es dans un dispositif [25.39]. Tristan ne s’inquiète d’ailleurs pas des nouvelles règles sanitaires qui pourront être intégrées facilement dans les spectacles [27.46].

Artiste conseillé : Tino Sehgal

Les références citées :

- Manifeste des Arts Immersifs d'Anaïs Bernard [1.49]

- La compagnie Punchdrunk Theatre fondée par Felix Barrett, qui a notamment créé le spectacle Sleep No More [3.47]

- Helsingor, Château d'Hamlet de Léonard Matton et la compagnie A2R [5.49]

- Odyssey Works [8.12]

- Metteuse en scène Mélina Despretz [9.40]

- The Viewpoints Book d’Anne Bogart [20.26]

- The Experience Economy de B. Joseph Pine II et James Gilmore [22.24]

- Home de Monde Sauvage [25.59]

- Next Time de Candle House Collective [26.00] puis [26.52]

- A play in a bathtub de This is not a theatre company [26.03]

- Deux sœurs de Maïté Ferhat [26.06] puis [26.22] basé sur Orgueil et Préjugés de Jane Austen

-  Carte blanche à Tino Sehgal au Palais de Tokyo (octobre 2016) [29.00]


Hors-Scène est un podcast créé par la journaliste Alexandra Vépierre, en collaboration avec l’autrice, comédienne et metteuse en scène Laëtitia Leroy.

Générique réalisé par Thomas Rodriguez.

A partir de la musique : Winters Call

Auteur: Mattias Westlund

Source: http://mattiaswestlund.net/

Licence: https://creativecommons.org/licenses/by/3.0/deed.fr

Description

Comment fonctionnent les arts immersifs et qu’est-ce que cette évolution dans l’art signifie sur notre société ?

Ce sont les questions que j’ai posées à Tristan Bruemmer, auteur, metteur en scène, et président de l’AFAI, l’association française des artistes de l’immersif. Assez présents dans les pays anglo-saxons où ils sont nés, les arts immersifs commencent à se développer en France depuis les années 2010. Ces spectacles ont la particularité de mêler le public et les artistes dans un même espace et dans des lieux différents du théâtre traditionnel (hôtel, manoir etc.). Les spectateur.rices ont une place prépondérante car ils.elles font partie intégrante de la performance et peuvent parfois influencer le cours des événements [7.40].

Ce modèle permet d’explorer de nouvelles manières de créer [9.58] mais aussi de toucher des nouveaux publics plus jeunes, peu intéressés par le théâtre « traditionnel » ou à la recherche de nouvelles expériences [10.54]. En tant qu’auteur, Tristan revient sur les critères à prendre en compte pour écrire une pièce de théâtre immersif : le rôle du public, les informations à transmettre, le rapport à l’espace [12.10]. 

L’intérêt pour l’immersif est aussi une réaction des artistes pour sortir de la concurrence avec le cinéma et retrouver le côté « vivant » qui compose l’essence du théâtre [18.50]. Le public de son côté recherche une place plus active et souhaite vivre des expériences inédites. Un phénomène que Tristan remarque dans tous les pans de notre économie [21.58]. Et si le risque de tomber dans le loisir et le divertissement existe, il n’est pas plus fort que dans les autres formes d’art. Il peut néanmoins être amplifié à cause des difficultés économiques de ce milieu artistique qui a besoin de beaucoup de financements [23.47].

Le confinement a également permis aux artistes d’explorer de nouvelles formes de théâtre immersif. Ils.elles reconnaissent néanmoins avoir créé du théâtre interactif plutôt qu’immersif, impossible lorsque les spectateur.rices ne sont pas immergé.es dans un dispositif [25.39]. Tristan ne s’inquiète d’ailleurs pas des nouvelles règles sanitaires qui pourront être intégrées facilement dans les spectacles [27.46].

Artiste conseillé : Tino Sehgal

Les références citées :

- Manifeste des Arts Immersifs d'Anaïs Bernard [1.49]

- La compagnie Punchdrunk Theatre fondée par Felix Barrett, qui a notamment créé le spectacle Sleep No More [3.47]

- Helsingor, Château d'Hamlet de Léonard Matton et la compagnie A2R [5.49]

- Odyssey Works [8.12]

- Metteuse en scène Mélina Despretz [9.40]

- The Viewpoints Book d’Anne Bogart [20.26]

- The Experience Economy de B. Joseph Pine II et James Gilmore [22.24]

- Home de Monde Sauvage [25.59]

- Next Time de Candle House Collective [26.00] puis [26.52]

- A play in a bathtub de This is not a theatre company [26.03]

- Deux sœurs de Maïté Ferhat [26.06] puis [26.22] basé sur Orgueil et Préjugés de Jane Austen

-  Carte blanche à Tino Sehgal au Palais de Tokyo (octobre 2016) [29.00]


Hors-Scène est un podcast créé par la journaliste Alexandra Vépierre, en collaboration avec l’autrice, comédienne et metteuse en scène Laëtitia Leroy.

Générique réalisé par Thomas Rodriguez.

A partir de la musique : Winters Call

Auteur: Mattias Westlund

Source: http://mattiaswestlund.net/

Licence: https://creativecommons.org/licenses/by/3.0/deed.fr

Share

Embed

You may also like

Description

Comment fonctionnent les arts immersifs et qu’est-ce que cette évolution dans l’art signifie sur notre société ?

Ce sont les questions que j’ai posées à Tristan Bruemmer, auteur, metteur en scène, et président de l’AFAI, l’association française des artistes de l’immersif. Assez présents dans les pays anglo-saxons où ils sont nés, les arts immersifs commencent à se développer en France depuis les années 2010. Ces spectacles ont la particularité de mêler le public et les artistes dans un même espace et dans des lieux différents du théâtre traditionnel (hôtel, manoir etc.). Les spectateur.rices ont une place prépondérante car ils.elles font partie intégrante de la performance et peuvent parfois influencer le cours des événements [7.40].

Ce modèle permet d’explorer de nouvelles manières de créer [9.58] mais aussi de toucher des nouveaux publics plus jeunes, peu intéressés par le théâtre « traditionnel » ou à la recherche de nouvelles expériences [10.54]. En tant qu’auteur, Tristan revient sur les critères à prendre en compte pour écrire une pièce de théâtre immersif : le rôle du public, les informations à transmettre, le rapport à l’espace [12.10]. 

L’intérêt pour l’immersif est aussi une réaction des artistes pour sortir de la concurrence avec le cinéma et retrouver le côté « vivant » qui compose l’essence du théâtre [18.50]. Le public de son côté recherche une place plus active et souhaite vivre des expériences inédites. Un phénomène que Tristan remarque dans tous les pans de notre économie [21.58]. Et si le risque de tomber dans le loisir et le divertissement existe, il n’est pas plus fort que dans les autres formes d’art. Il peut néanmoins être amplifié à cause des difficultés économiques de ce milieu artistique qui a besoin de beaucoup de financements [23.47].

Le confinement a également permis aux artistes d’explorer de nouvelles formes de théâtre immersif. Ils.elles reconnaissent néanmoins avoir créé du théâtre interactif plutôt qu’immersif, impossible lorsque les spectateur.rices ne sont pas immergé.es dans un dispositif [25.39]. Tristan ne s’inquiète d’ailleurs pas des nouvelles règles sanitaires qui pourront être intégrées facilement dans les spectacles [27.46].

Artiste conseillé : Tino Sehgal

Les références citées :

- Manifeste des Arts Immersifs d'Anaïs Bernard [1.49]

- La compagnie Punchdrunk Theatre fondée par Felix Barrett, qui a notamment créé le spectacle Sleep No More [3.47]

- Helsingor, Château d'Hamlet de Léonard Matton et la compagnie A2R [5.49]

- Odyssey Works [8.12]

- Metteuse en scène Mélina Despretz [9.40]

- The Viewpoints Book d’Anne Bogart [20.26]

- The Experience Economy de B. Joseph Pine II et James Gilmore [22.24]

- Home de Monde Sauvage [25.59]

- Next Time de Candle House Collective [26.00] puis [26.52]

- A play in a bathtub de This is not a theatre company [26.03]

- Deux sœurs de Maïté Ferhat [26.06] puis [26.22] basé sur Orgueil et Préjugés de Jane Austen

-  Carte blanche à Tino Sehgal au Palais de Tokyo (octobre 2016) [29.00]


Hors-Scène est un podcast créé par la journaliste Alexandra Vépierre, en collaboration avec l’autrice, comédienne et metteuse en scène Laëtitia Leroy.

Générique réalisé par Thomas Rodriguez.

A partir de la musique : Winters Call

Auteur: Mattias Westlund

Source: http://mattiaswestlund.net/

Licence: https://creativecommons.org/licenses/by/3.0/deed.fr

Description

Comment fonctionnent les arts immersifs et qu’est-ce que cette évolution dans l’art signifie sur notre société ?

Ce sont les questions que j’ai posées à Tristan Bruemmer, auteur, metteur en scène, et président de l’AFAI, l’association française des artistes de l’immersif. Assez présents dans les pays anglo-saxons où ils sont nés, les arts immersifs commencent à se développer en France depuis les années 2010. Ces spectacles ont la particularité de mêler le public et les artistes dans un même espace et dans des lieux différents du théâtre traditionnel (hôtel, manoir etc.). Les spectateur.rices ont une place prépondérante car ils.elles font partie intégrante de la performance et peuvent parfois influencer le cours des événements [7.40].

Ce modèle permet d’explorer de nouvelles manières de créer [9.58] mais aussi de toucher des nouveaux publics plus jeunes, peu intéressés par le théâtre « traditionnel » ou à la recherche de nouvelles expériences [10.54]. En tant qu’auteur, Tristan revient sur les critères à prendre en compte pour écrire une pièce de théâtre immersif : le rôle du public, les informations à transmettre, le rapport à l’espace [12.10]. 

L’intérêt pour l’immersif est aussi une réaction des artistes pour sortir de la concurrence avec le cinéma et retrouver le côté « vivant » qui compose l’essence du théâtre [18.50]. Le public de son côté recherche une place plus active et souhaite vivre des expériences inédites. Un phénomène que Tristan remarque dans tous les pans de notre économie [21.58]. Et si le risque de tomber dans le loisir et le divertissement existe, il n’est pas plus fort que dans les autres formes d’art. Il peut néanmoins être amplifié à cause des difficultés économiques de ce milieu artistique qui a besoin de beaucoup de financements [23.47].

Le confinement a également permis aux artistes d’explorer de nouvelles formes de théâtre immersif. Ils.elles reconnaissent néanmoins avoir créé du théâtre interactif plutôt qu’immersif, impossible lorsque les spectateur.rices ne sont pas immergé.es dans un dispositif [25.39]. Tristan ne s’inquiète d’ailleurs pas des nouvelles règles sanitaires qui pourront être intégrées facilement dans les spectacles [27.46].

Artiste conseillé : Tino Sehgal

Les références citées :

- Manifeste des Arts Immersifs d'Anaïs Bernard [1.49]

- La compagnie Punchdrunk Theatre fondée par Felix Barrett, qui a notamment créé le spectacle Sleep No More [3.47]

- Helsingor, Château d'Hamlet de Léonard Matton et la compagnie A2R [5.49]

- Odyssey Works [8.12]

- Metteuse en scène Mélina Despretz [9.40]

- The Viewpoints Book d’Anne Bogart [20.26]

- The Experience Economy de B. Joseph Pine II et James Gilmore [22.24]

- Home de Monde Sauvage [25.59]

- Next Time de Candle House Collective [26.00] puis [26.52]

- A play in a bathtub de This is not a theatre company [26.03]

- Deux sœurs de Maïté Ferhat [26.06] puis [26.22] basé sur Orgueil et Préjugés de Jane Austen

-  Carte blanche à Tino Sehgal au Palais de Tokyo (octobre 2016) [29.00]


Hors-Scène est un podcast créé par la journaliste Alexandra Vépierre, en collaboration avec l’autrice, comédienne et metteuse en scène Laëtitia Leroy.

Générique réalisé par Thomas Rodriguez.

A partir de la musique : Winters Call

Auteur: Mattias Westlund

Source: http://mattiaswestlund.net/

Licence: https://creativecommons.org/licenses/by/3.0/deed.fr

Share

Embed

You may also like