(I ; 5) L'illusion économique cover
(I ; 5) L'illusion économique cover
Hors-Scène

(I ; 5) L'illusion économique

(I ; 5) L'illusion économique

44min |06/07/2020
Listen
(I ; 5) L'illusion économique cover
(I ; 5) L'illusion économique cover
Hors-Scène

(I ; 5) L'illusion économique

(I ; 5) L'illusion économique

44min |06/07/2020
Listen

Description

Comment les théâtres sont-ils financés ? Qu’est-ce que le statut d’intermittent et qui y a droit ? Le théâtre va-t-il pouvoir se relever de la crise actuelle ? 

Ce sont les questions que j’ai posées à Martial Poirson, professeur d’histoire culturelle, de littérature et d’études théâtrales à l’Université Paris 8. Il est également auteur de plusieurs ouvrages, dont Spectacle et économie à l’âge classique et Économie du spectacle.

Condamné à être toujours déficitaire [2.54], le modèle économique du spectacle vivant repose en grande partie sur les financements de l’Etat [4.18]. Cette subvention destinée aux théâtres publics permet de garantir l’audace artistique et de conserver des prix abordables pour les spectateurs [7.09]. De leur côté, les théâtres privés ont un modèle complètement différent car ils sont obligés d’être rentables, ce qui explique les différences de pratique entre le public et le privé [10.23].

Martial revient ensuite sur le statut d’intermittent du spectacle, qui est lié au caractère atypique du travail dont une grande partie de l’activité ne se déroule pas sur scène et n’est donc pas rémunérée [12.52]. Mais ce régime exclut les jeunes créateurs qui ne peuvent pas y accéder dès le début de leur carrière. [18.25]

Ce modèle économique fait aujourd’hui face à la crise sanitaire qui a contraint les théâtres à fermer [23.51]. Si l’Etat a annoncé quelques mesures dont l’année blanche, Martial note le manque d’informations et l’insuffisance des décisions prises [25.54]. L’impact sur le secteur est très important et met aussi en avant les lacunes de ce modèle. Parmi elles, la baisse d’ambition culturelle de l’Etat et le flou total qui encadre la création sur le numérique [29.57]. Pendant le confinement, les profesionnel.les du théâtre ont continué à travailler notamment sur les réseaux sociaux, or leurs prestations ne sont pas rémunérées. Le même problème se pose pour les captations qui ont été mises en ligne gratuitement, sans permettre la rémunération des artistes [34.31]. La nécessité d’inventer de nouveaux modèles s'avère indéniable.

Œuvre conseillée : Le présent qui déborde de Christiane Jatahy


Références et notions citées :

  • La richesse des nations d’Adam Smith
  • Loi de Baumol par Baumol et Bowen
  • Festival Impatience du Centquatre destiné au théâtre émergent


Hors-Scène est un podcast créé par la journaliste Alexandra Vépierre, en collaboration avec l’autrice, comédienne et metteuse en scène Laëtitia Leroy.

Générique réalisé par Thomas Rodriguez.

A partir de la musique : Winters Call

Auteur: Mattias Westlund

Source: http://mattiaswestlund.net/

Licence: https://creativecommons.org/licenses/by/3.0/deed.fr

Description

Comment les théâtres sont-ils financés ? Qu’est-ce que le statut d’intermittent et qui y a droit ? Le théâtre va-t-il pouvoir se relever de la crise actuelle ? 

Ce sont les questions que j’ai posées à Martial Poirson, professeur d’histoire culturelle, de littérature et d’études théâtrales à l’Université Paris 8. Il est également auteur de plusieurs ouvrages, dont Spectacle et économie à l’âge classique et Économie du spectacle.

Condamné à être toujours déficitaire [2.54], le modèle économique du spectacle vivant repose en grande partie sur les financements de l’Etat [4.18]. Cette subvention destinée aux théâtres publics permet de garantir l’audace artistique et de conserver des prix abordables pour les spectateurs [7.09]. De leur côté, les théâtres privés ont un modèle complètement différent car ils sont obligés d’être rentables, ce qui explique les différences de pratique entre le public et le privé [10.23].

Martial revient ensuite sur le statut d’intermittent du spectacle, qui est lié au caractère atypique du travail dont une grande partie de l’activité ne se déroule pas sur scène et n’est donc pas rémunérée [12.52]. Mais ce régime exclut les jeunes créateurs qui ne peuvent pas y accéder dès le début de leur carrière. [18.25]

Ce modèle économique fait aujourd’hui face à la crise sanitaire qui a contraint les théâtres à fermer [23.51]. Si l’Etat a annoncé quelques mesures dont l’année blanche, Martial note le manque d’informations et l’insuffisance des décisions prises [25.54]. L’impact sur le secteur est très important et met aussi en avant les lacunes de ce modèle. Parmi elles, la baisse d’ambition culturelle de l’Etat et le flou total qui encadre la création sur le numérique [29.57]. Pendant le confinement, les profesionnel.les du théâtre ont continué à travailler notamment sur les réseaux sociaux, or leurs prestations ne sont pas rémunérées. Le même problème se pose pour les captations qui ont été mises en ligne gratuitement, sans permettre la rémunération des artistes [34.31]. La nécessité d’inventer de nouveaux modèles s'avère indéniable.

Œuvre conseillée : Le présent qui déborde de Christiane Jatahy


Références et notions citées :

  • La richesse des nations d’Adam Smith
  • Loi de Baumol par Baumol et Bowen
  • Festival Impatience du Centquatre destiné au théâtre émergent


Hors-Scène est un podcast créé par la journaliste Alexandra Vépierre, en collaboration avec l’autrice, comédienne et metteuse en scène Laëtitia Leroy.

Générique réalisé par Thomas Rodriguez.

A partir de la musique : Winters Call

Auteur: Mattias Westlund

Source: http://mattiaswestlund.net/

Licence: https://creativecommons.org/licenses/by/3.0/deed.fr

Share

Embed

You may also like

Description

Comment les théâtres sont-ils financés ? Qu’est-ce que le statut d’intermittent et qui y a droit ? Le théâtre va-t-il pouvoir se relever de la crise actuelle ? 

Ce sont les questions que j’ai posées à Martial Poirson, professeur d’histoire culturelle, de littérature et d’études théâtrales à l’Université Paris 8. Il est également auteur de plusieurs ouvrages, dont Spectacle et économie à l’âge classique et Économie du spectacle.

Condamné à être toujours déficitaire [2.54], le modèle économique du spectacle vivant repose en grande partie sur les financements de l’Etat [4.18]. Cette subvention destinée aux théâtres publics permet de garantir l’audace artistique et de conserver des prix abordables pour les spectateurs [7.09]. De leur côté, les théâtres privés ont un modèle complètement différent car ils sont obligés d’être rentables, ce qui explique les différences de pratique entre le public et le privé [10.23].

Martial revient ensuite sur le statut d’intermittent du spectacle, qui est lié au caractère atypique du travail dont une grande partie de l’activité ne se déroule pas sur scène et n’est donc pas rémunérée [12.52]. Mais ce régime exclut les jeunes créateurs qui ne peuvent pas y accéder dès le début de leur carrière. [18.25]

Ce modèle économique fait aujourd’hui face à la crise sanitaire qui a contraint les théâtres à fermer [23.51]. Si l’Etat a annoncé quelques mesures dont l’année blanche, Martial note le manque d’informations et l’insuffisance des décisions prises [25.54]. L’impact sur le secteur est très important et met aussi en avant les lacunes de ce modèle. Parmi elles, la baisse d’ambition culturelle de l’Etat et le flou total qui encadre la création sur le numérique [29.57]. Pendant le confinement, les profesionnel.les du théâtre ont continué à travailler notamment sur les réseaux sociaux, or leurs prestations ne sont pas rémunérées. Le même problème se pose pour les captations qui ont été mises en ligne gratuitement, sans permettre la rémunération des artistes [34.31]. La nécessité d’inventer de nouveaux modèles s'avère indéniable.

Œuvre conseillée : Le présent qui déborde de Christiane Jatahy


Références et notions citées :

  • La richesse des nations d’Adam Smith
  • Loi de Baumol par Baumol et Bowen
  • Festival Impatience du Centquatre destiné au théâtre émergent


Hors-Scène est un podcast créé par la journaliste Alexandra Vépierre, en collaboration avec l’autrice, comédienne et metteuse en scène Laëtitia Leroy.

Générique réalisé par Thomas Rodriguez.

A partir de la musique : Winters Call

Auteur: Mattias Westlund

Source: http://mattiaswestlund.net/

Licence: https://creativecommons.org/licenses/by/3.0/deed.fr

Description

Comment les théâtres sont-ils financés ? Qu’est-ce que le statut d’intermittent et qui y a droit ? Le théâtre va-t-il pouvoir se relever de la crise actuelle ? 

Ce sont les questions que j’ai posées à Martial Poirson, professeur d’histoire culturelle, de littérature et d’études théâtrales à l’Université Paris 8. Il est également auteur de plusieurs ouvrages, dont Spectacle et économie à l’âge classique et Économie du spectacle.

Condamné à être toujours déficitaire [2.54], le modèle économique du spectacle vivant repose en grande partie sur les financements de l’Etat [4.18]. Cette subvention destinée aux théâtres publics permet de garantir l’audace artistique et de conserver des prix abordables pour les spectateurs [7.09]. De leur côté, les théâtres privés ont un modèle complètement différent car ils sont obligés d’être rentables, ce qui explique les différences de pratique entre le public et le privé [10.23].

Martial revient ensuite sur le statut d’intermittent du spectacle, qui est lié au caractère atypique du travail dont une grande partie de l’activité ne se déroule pas sur scène et n’est donc pas rémunérée [12.52]. Mais ce régime exclut les jeunes créateurs qui ne peuvent pas y accéder dès le début de leur carrière. [18.25]

Ce modèle économique fait aujourd’hui face à la crise sanitaire qui a contraint les théâtres à fermer [23.51]. Si l’Etat a annoncé quelques mesures dont l’année blanche, Martial note le manque d’informations et l’insuffisance des décisions prises [25.54]. L’impact sur le secteur est très important et met aussi en avant les lacunes de ce modèle. Parmi elles, la baisse d’ambition culturelle de l’Etat et le flou total qui encadre la création sur le numérique [29.57]. Pendant le confinement, les profesionnel.les du théâtre ont continué à travailler notamment sur les réseaux sociaux, or leurs prestations ne sont pas rémunérées. Le même problème se pose pour les captations qui ont été mises en ligne gratuitement, sans permettre la rémunération des artistes [34.31]. La nécessité d’inventer de nouveaux modèles s'avère indéniable.

Œuvre conseillée : Le présent qui déborde de Christiane Jatahy


Références et notions citées :

  • La richesse des nations d’Adam Smith
  • Loi de Baumol par Baumol et Bowen
  • Festival Impatience du Centquatre destiné au théâtre émergent


Hors-Scène est un podcast créé par la journaliste Alexandra Vépierre, en collaboration avec l’autrice, comédienne et metteuse en scène Laëtitia Leroy.

Générique réalisé par Thomas Rodriguez.

A partir de la musique : Winters Call

Auteur: Mattias Westlund

Source: http://mattiaswestlund.net/

Licence: https://creativecommons.org/licenses/by/3.0/deed.fr

Share

Embed

You may also like