(I ; 8) La rue de l'amour et du hasard cover
(I ; 8) La rue de l'amour et du hasard cover
Hors-Scène

(I ; 8) La rue de l'amour et du hasard

(I ; 8) La rue de l'amour et du hasard

33min |27/10/2020
Listen
(I ; 8) La rue de l'amour et du hasard cover
(I ; 8) La rue de l'amour et du hasard cover
Hors-Scène

(I ; 8) La rue de l'amour et du hasard

(I ; 8) La rue de l'amour et du hasard

33min |27/10/2020
Listen

Description

Comment crée-t-on un spectacle de rue ? Comment fonctionne ce secteur en France ? Quel impact a la crise actuelle sur ce milieu ? 

Ce sont les questions que j’ai posées à Guillermina Celedon et Jean-Raymond Jacob. Guillermina est directrice artistique du collectif Plateforme avec lequel elle a créé deux spectacles dans l’espace public : TRAFIC et Seul.e.s. Jean-Raymond est auteur et metteur en scène de la compagnie Oposito, et directeur artistique du Moulin Fondu qui est un Centre national des arts de la rue. Tous deux se connaissent très bien puisque le Moulin Fondu a accompagné le collectif de Guillermina dans la création de ses spectacles.

Les arts de la rue concernent toutes les formes artistiques (performance, danse, théâtre, musique, cirque, opéra etc.) qui se déroulent dans l’espace public. Ces manifestations culturelles n’ont d’ailleurs pas forcément lieu dans la rue mais peuvent investir des parkings, des bâtiments en construction etc. [1.28] 

Jean-Raymond a d’abord commencé le théâtre dans les salles quand Guillermina a débuté dès l’enfance en jouant dans des espaces publics. Les deux artistes ont été séduits par la diversité du public que permet la rue et la possibilité d’une culture pour tous et toutes, gratuite et accessible [4.58]. Le public est d’ailleurs très varié car les arts de la rue touchent aussi bien les habitué.es que des spectateur.rices moins averti.es qui tombent sur les spectacles par hasard [7.36]. La place des spectateur.rices dans la dramaturgie est fondamentale. Jean-Raymond se voit comme un "dresseur de foule" quand Guillermina préfère accompagner le public dans son placement tout en préservant une grande part de liberté [12.16].

Dans la création d’un spectacle de rue, la scénographie a une place très importante. Certains éléments sont à prendre en compte, comme savoir si les artistes vont jouer de jour ou de nuit, établir la jauge du public ou choisir entre déformer l’espace public ou s’y intégrer. Point également primordial : la météo, qui peut être variable, d’où la nécessité de créer des spectacles imperméables [15.10].  

Mais si aujourd’hui les mairies et préfectures autorisent et organisent la venue des artistes de rue, cette discipline est assez jeune et sa prise en compte très récente. En quarante ans, Jean-Raymond a participé à faire reconnaitre le métier et créer un cadre juridique, lui qui finissait auparavant au commissariat pour avoir joué dans la rue. C’est d’ailleurs grâce à l’argent public que les artistes sont rémunéré.es aujourd’hui [23.55].

Enfin, Guillermina et Jean-Raymond reviennent sur la crise actuelle qui impacte directement leur profession car il.elle ne peuvent pas jouer. Cette situation les révolte car il.elle affirment avoir une assez bonne connaissance de leur public pour pouvoir mettre en place des mesures pour respecter les gestes barrières [26.28]. 


Œuvres conseillées :

- La compagnie Les Arts Oseurs de Périne Faivre

- Attentifs Ensemble de la compagnie Ici-même

- Monstre(s) d'Humanité de la Compagnie N°8

- Rictus de Garniouze

- Marie-Do Fréval et sa compagnie Bouche à bouche

- Macbeth du Théâtre de l’Unité


Références citées :

- Teatro del silencio [6.27]

- Compagnie Royal de Luxe [17.45] [21.00] 

- The Bread and Puppet Theatre [23.18] 


Hors-Scène est un podcast créé par la journaliste Alexandra Vépierre, en collaboration avec l’autrice, comédienne et metteuse en scène Laëtitia Leroy.


Générique réalisé par Thomas Rodriguez.

A partir de la musique : Winters Call

Auteur: Mattias Westlund

Source: http://mattiaswestlund.net/

Licence: https://creativecommons.org/licenses/by/3.0/deed.fr

Description

Comment crée-t-on un spectacle de rue ? Comment fonctionne ce secteur en France ? Quel impact a la crise actuelle sur ce milieu ? 

Ce sont les questions que j’ai posées à Guillermina Celedon et Jean-Raymond Jacob. Guillermina est directrice artistique du collectif Plateforme avec lequel elle a créé deux spectacles dans l’espace public : TRAFIC et Seul.e.s. Jean-Raymond est auteur et metteur en scène de la compagnie Oposito, et directeur artistique du Moulin Fondu qui est un Centre national des arts de la rue. Tous deux se connaissent très bien puisque le Moulin Fondu a accompagné le collectif de Guillermina dans la création de ses spectacles.

Les arts de la rue concernent toutes les formes artistiques (performance, danse, théâtre, musique, cirque, opéra etc.) qui se déroulent dans l’espace public. Ces manifestations culturelles n’ont d’ailleurs pas forcément lieu dans la rue mais peuvent investir des parkings, des bâtiments en construction etc. [1.28] 

Jean-Raymond a d’abord commencé le théâtre dans les salles quand Guillermina a débuté dès l’enfance en jouant dans des espaces publics. Les deux artistes ont été séduits par la diversité du public que permet la rue et la possibilité d’une culture pour tous et toutes, gratuite et accessible [4.58]. Le public est d’ailleurs très varié car les arts de la rue touchent aussi bien les habitué.es que des spectateur.rices moins averti.es qui tombent sur les spectacles par hasard [7.36]. La place des spectateur.rices dans la dramaturgie est fondamentale. Jean-Raymond se voit comme un "dresseur de foule" quand Guillermina préfère accompagner le public dans son placement tout en préservant une grande part de liberté [12.16].

Dans la création d’un spectacle de rue, la scénographie a une place très importante. Certains éléments sont à prendre en compte, comme savoir si les artistes vont jouer de jour ou de nuit, établir la jauge du public ou choisir entre déformer l’espace public ou s’y intégrer. Point également primordial : la météo, qui peut être variable, d’où la nécessité de créer des spectacles imperméables [15.10].  

Mais si aujourd’hui les mairies et préfectures autorisent et organisent la venue des artistes de rue, cette discipline est assez jeune et sa prise en compte très récente. En quarante ans, Jean-Raymond a participé à faire reconnaitre le métier et créer un cadre juridique, lui qui finissait auparavant au commissariat pour avoir joué dans la rue. C’est d’ailleurs grâce à l’argent public que les artistes sont rémunéré.es aujourd’hui [23.55].

Enfin, Guillermina et Jean-Raymond reviennent sur la crise actuelle qui impacte directement leur profession car il.elle ne peuvent pas jouer. Cette situation les révolte car il.elle affirment avoir une assez bonne connaissance de leur public pour pouvoir mettre en place des mesures pour respecter les gestes barrières [26.28]. 


Œuvres conseillées :

- La compagnie Les Arts Oseurs de Périne Faivre

- Attentifs Ensemble de la compagnie Ici-même

- Monstre(s) d'Humanité de la Compagnie N°8

- Rictus de Garniouze

- Marie-Do Fréval et sa compagnie Bouche à bouche

- Macbeth du Théâtre de l’Unité


Références citées :

- Teatro del silencio [6.27]

- Compagnie Royal de Luxe [17.45] [21.00] 

- The Bread and Puppet Theatre [23.18] 


Hors-Scène est un podcast créé par la journaliste Alexandra Vépierre, en collaboration avec l’autrice, comédienne et metteuse en scène Laëtitia Leroy.


Générique réalisé par Thomas Rodriguez.

A partir de la musique : Winters Call

Auteur: Mattias Westlund

Source: http://mattiaswestlund.net/

Licence: https://creativecommons.org/licenses/by/3.0/deed.fr

Share

Embed

To listen also

Description

Comment crée-t-on un spectacle de rue ? Comment fonctionne ce secteur en France ? Quel impact a la crise actuelle sur ce milieu ? 

Ce sont les questions que j’ai posées à Guillermina Celedon et Jean-Raymond Jacob. Guillermina est directrice artistique du collectif Plateforme avec lequel elle a créé deux spectacles dans l’espace public : TRAFIC et Seul.e.s. Jean-Raymond est auteur et metteur en scène de la compagnie Oposito, et directeur artistique du Moulin Fondu qui est un Centre national des arts de la rue. Tous deux se connaissent très bien puisque le Moulin Fondu a accompagné le collectif de Guillermina dans la création de ses spectacles.

Les arts de la rue concernent toutes les formes artistiques (performance, danse, théâtre, musique, cirque, opéra etc.) qui se déroulent dans l’espace public. Ces manifestations culturelles n’ont d’ailleurs pas forcément lieu dans la rue mais peuvent investir des parkings, des bâtiments en construction etc. [1.28] 

Jean-Raymond a d’abord commencé le théâtre dans les salles quand Guillermina a débuté dès l’enfance en jouant dans des espaces publics. Les deux artistes ont été séduits par la diversité du public que permet la rue et la possibilité d’une culture pour tous et toutes, gratuite et accessible [4.58]. Le public est d’ailleurs très varié car les arts de la rue touchent aussi bien les habitué.es que des spectateur.rices moins averti.es qui tombent sur les spectacles par hasard [7.36]. La place des spectateur.rices dans la dramaturgie est fondamentale. Jean-Raymond se voit comme un "dresseur de foule" quand Guillermina préfère accompagner le public dans son placement tout en préservant une grande part de liberté [12.16].

Dans la création d’un spectacle de rue, la scénographie a une place très importante. Certains éléments sont à prendre en compte, comme savoir si les artistes vont jouer de jour ou de nuit, établir la jauge du public ou choisir entre déformer l’espace public ou s’y intégrer. Point également primordial : la météo, qui peut être variable, d’où la nécessité de créer des spectacles imperméables [15.10].  

Mais si aujourd’hui les mairies et préfectures autorisent et organisent la venue des artistes de rue, cette discipline est assez jeune et sa prise en compte très récente. En quarante ans, Jean-Raymond a participé à faire reconnaitre le métier et créer un cadre juridique, lui qui finissait auparavant au commissariat pour avoir joué dans la rue. C’est d’ailleurs grâce à l’argent public que les artistes sont rémunéré.es aujourd’hui [23.55].

Enfin, Guillermina et Jean-Raymond reviennent sur la crise actuelle qui impacte directement leur profession car il.elle ne peuvent pas jouer. Cette situation les révolte car il.elle affirment avoir une assez bonne connaissance de leur public pour pouvoir mettre en place des mesures pour respecter les gestes barrières [26.28]. 


Œuvres conseillées :

- La compagnie Les Arts Oseurs de Périne Faivre

- Attentifs Ensemble de la compagnie Ici-même

- Monstre(s) d'Humanité de la Compagnie N°8

- Rictus de Garniouze

- Marie-Do Fréval et sa compagnie Bouche à bouche

- Macbeth du Théâtre de l’Unité


Références citées :

- Teatro del silencio [6.27]

- Compagnie Royal de Luxe [17.45] [21.00] 

- The Bread and Puppet Theatre [23.18] 


Hors-Scène est un podcast créé par la journaliste Alexandra Vépierre, en collaboration avec l’autrice, comédienne et metteuse en scène Laëtitia Leroy.


Générique réalisé par Thomas Rodriguez.

A partir de la musique : Winters Call

Auteur: Mattias Westlund

Source: http://mattiaswestlund.net/

Licence: https://creativecommons.org/licenses/by/3.0/deed.fr

Description

Comment crée-t-on un spectacle de rue ? Comment fonctionne ce secteur en France ? Quel impact a la crise actuelle sur ce milieu ? 

Ce sont les questions que j’ai posées à Guillermina Celedon et Jean-Raymond Jacob. Guillermina est directrice artistique du collectif Plateforme avec lequel elle a créé deux spectacles dans l’espace public : TRAFIC et Seul.e.s. Jean-Raymond est auteur et metteur en scène de la compagnie Oposito, et directeur artistique du Moulin Fondu qui est un Centre national des arts de la rue. Tous deux se connaissent très bien puisque le Moulin Fondu a accompagné le collectif de Guillermina dans la création de ses spectacles.

Les arts de la rue concernent toutes les formes artistiques (performance, danse, théâtre, musique, cirque, opéra etc.) qui se déroulent dans l’espace public. Ces manifestations culturelles n’ont d’ailleurs pas forcément lieu dans la rue mais peuvent investir des parkings, des bâtiments en construction etc. [1.28] 

Jean-Raymond a d’abord commencé le théâtre dans les salles quand Guillermina a débuté dès l’enfance en jouant dans des espaces publics. Les deux artistes ont été séduits par la diversité du public que permet la rue et la possibilité d’une culture pour tous et toutes, gratuite et accessible [4.58]. Le public est d’ailleurs très varié car les arts de la rue touchent aussi bien les habitué.es que des spectateur.rices moins averti.es qui tombent sur les spectacles par hasard [7.36]. La place des spectateur.rices dans la dramaturgie est fondamentale. Jean-Raymond se voit comme un "dresseur de foule" quand Guillermina préfère accompagner le public dans son placement tout en préservant une grande part de liberté [12.16].

Dans la création d’un spectacle de rue, la scénographie a une place très importante. Certains éléments sont à prendre en compte, comme savoir si les artistes vont jouer de jour ou de nuit, établir la jauge du public ou choisir entre déformer l’espace public ou s’y intégrer. Point également primordial : la météo, qui peut être variable, d’où la nécessité de créer des spectacles imperméables [15.10].  

Mais si aujourd’hui les mairies et préfectures autorisent et organisent la venue des artistes de rue, cette discipline est assez jeune et sa prise en compte très récente. En quarante ans, Jean-Raymond a participé à faire reconnaitre le métier et créer un cadre juridique, lui qui finissait auparavant au commissariat pour avoir joué dans la rue. C’est d’ailleurs grâce à l’argent public que les artistes sont rémunéré.es aujourd’hui [23.55].

Enfin, Guillermina et Jean-Raymond reviennent sur la crise actuelle qui impacte directement leur profession car il.elle ne peuvent pas jouer. Cette situation les révolte car il.elle affirment avoir une assez bonne connaissance de leur public pour pouvoir mettre en place des mesures pour respecter les gestes barrières [26.28]. 


Œuvres conseillées :

- La compagnie Les Arts Oseurs de Périne Faivre

- Attentifs Ensemble de la compagnie Ici-même

- Monstre(s) d'Humanité de la Compagnie N°8

- Rictus de Garniouze

- Marie-Do Fréval et sa compagnie Bouche à bouche

- Macbeth du Théâtre de l’Unité


Références citées :

- Teatro del silencio [6.27]

- Compagnie Royal de Luxe [17.45] [21.00] 

- The Bread and Puppet Theatre [23.18] 


Hors-Scène est un podcast créé par la journaliste Alexandra Vépierre, en collaboration avec l’autrice, comédienne et metteuse en scène Laëtitia Leroy.


Générique réalisé par Thomas Rodriguez.

A partir de la musique : Winters Call

Auteur: Mattias Westlund

Source: http://mattiaswestlund.net/

Licence: https://creativecommons.org/licenses/by/3.0/deed.fr

Share

Embed

To listen also