(II ; 1) L'école des artistes cover
(II ; 1) L'école des artistes cover
Hors-Scène

(II ; 1) L'école des artistes

(II ; 1) L'école des artistes

36min |26/01/2021
Listen
(II ; 1) L'école des artistes cover
(II ; 1) L'école des artistes cover
Hors-Scène

(II ; 1) L'école des artistes

(II ; 1) L'école des artistes

36min |26/01/2021
Listen

Description

Comment devient-on comédien.ne professionnel.le ? Doit-on nécessairement passer par une école de théâtre ? Comment les écoles peuvent œuvrer pour plus de diversité dans la profession ?

Ce sont les questions que j’ai posées à Claire Lasne Darcueil, la directrice du Conservatoire national supérieur d’art dramatique. Elle est aussi metteuse en scène et a co-dirigé le Centre dramatique régional Poitou-Charente pendant 12 ans. 

Pour apprendre le métier de comédien, il existe plusieurs types de formations. Il y a d’abord 12 écoles nationales supérieures en France qui proposent une formation en 3 ans et délivrent le DNSPC - diplôme national supérieur professionnel de comédien. C’est ce que propose le Conservatoire. Il existe aussi de nombreuses écoles privées, comme les Cours Simon, les Cours Florent. Il y a aussi des classes d’art dramatique dans les conservatoires régionaux, départementaux et municipaux.

Claire Lasne Darcueil décrit le programme des 3 années de formation, composé entre autres de cours de danse, chant, clown, dramaturgie, histoire du théâtre mais aussi d’un voyage en Inde et de la création de spectacles [2.11]. Le Conservatoire propose également une formation de metteur.se en scène [7.27].

Les concours d’entrée sont particulièrement ardus car le Conservatoire reçoit environ 1700 candidatures chaque année pour des promotions de 30 élèves. Les candidat.es sont alors jugé.es sur leur talent, leur capacité de travail et leur capacité à évoluer. Ces phases de concours sont pour Claire une véritable aventure humaine peuplée de rencontres émouvantes [10.48].

Depuis son arrivée en 2013, Claire agit particulièrement pour favoriser la diversité et ouvrir le théâtre à tous et à toutes. « Ce qu’on appelle la diversité, pour moi c’est juste le monde normal. Quand la diversité n’est pas présente, le monde me fait peur », explique-t-elle [16.24]. Pourtant, en France, les plateaux restent encore aujourd’hui des lieux d’expression blancs et masculins, ce qui est selon elle un véritable problème sur lequel elle essaie d’influer [18.45]. Un travail approfondi a également été effectué avec l’écriture d’une charte et la désignation de référent.es afin de lutter contre les propos et agressions sexistes et discriminatoires au sein de l’école [26.59].

Passer par une école n’est pas indispensable pour devenir comédien.ne mais quelle que soit la voie, il est nécessaire d’avoir une très bonne capacité de travail [22.28]. Parmi les avantages à passer par une école, elle cite la formation avec des professeur.es passionné.es, la rencontre avec les autres élèves qui deviendront de futur.es collègues et, pour les élèves qui sortent du Conservatoire et du Théâtre National de Strasbourg, le Jeune Théâtre National prend en charge le salaire des diplômé.es pendant 3 ans [24.13].

Depuis que la crise du Covid a commencé, les élèves ont d’abord continué les cours en visio puis sont maintenant de nouveau en présentiel, masqué.es et en petits groupes. Le Conservatoire a également annoncé la suppression des concours 2021. Cela s’explique par leur volonté d’allonger la formation des élèves des promotions actuelles, et ne pas prendre de risques inconsidérés en organisant les concours [29.27].


Œuvres et artistes conseillés :

- Mariette Navarro

- François Cervantès

- Patrick Pineau

- Ariane Mnouchkine

- Tous des oiseaux, écrit et mis en scène par Wajdi Mouawad

- Tg Stan 

- Tiago Rodrigues


Références citées :

- Compte Instagram Paye ton rôle

- https://cnsad.psl.eu/ : le site du Conservatoire, où retrouver toutes les ressources sur l’annulation


Hors-Scène est un podcast créé par la journaliste Alexandra Vépierre, en collaboration avec l’autrice, comédienne et metteuse en scène Laëtitia Leroy.

Générique réalisé par Thomas Rodriguez.

A partir de la musique : Winters Call

Auteur: Mattias Westlund

Source: http://mattiaswestlund.net/

Licence: https://creativecommons.org/licenses/by/3.0/deed.fr


Description

Comment devient-on comédien.ne professionnel.le ? Doit-on nécessairement passer par une école de théâtre ? Comment les écoles peuvent œuvrer pour plus de diversité dans la profession ?

Ce sont les questions que j’ai posées à Claire Lasne Darcueil, la directrice du Conservatoire national supérieur d’art dramatique. Elle est aussi metteuse en scène et a co-dirigé le Centre dramatique régional Poitou-Charente pendant 12 ans. 

Pour apprendre le métier de comédien, il existe plusieurs types de formations. Il y a d’abord 12 écoles nationales supérieures en France qui proposent une formation en 3 ans et délivrent le DNSPC - diplôme national supérieur professionnel de comédien. C’est ce que propose le Conservatoire. Il existe aussi de nombreuses écoles privées, comme les Cours Simon, les Cours Florent. Il y a aussi des classes d’art dramatique dans les conservatoires régionaux, départementaux et municipaux.

Claire Lasne Darcueil décrit le programme des 3 années de formation, composé entre autres de cours de danse, chant, clown, dramaturgie, histoire du théâtre mais aussi d’un voyage en Inde et de la création de spectacles [2.11]. Le Conservatoire propose également une formation de metteur.se en scène [7.27].

Les concours d’entrée sont particulièrement ardus car le Conservatoire reçoit environ 1700 candidatures chaque année pour des promotions de 30 élèves. Les candidat.es sont alors jugé.es sur leur talent, leur capacité de travail et leur capacité à évoluer. Ces phases de concours sont pour Claire une véritable aventure humaine peuplée de rencontres émouvantes [10.48].

Depuis son arrivée en 2013, Claire agit particulièrement pour favoriser la diversité et ouvrir le théâtre à tous et à toutes. « Ce qu’on appelle la diversité, pour moi c’est juste le monde normal. Quand la diversité n’est pas présente, le monde me fait peur », explique-t-elle [16.24]. Pourtant, en France, les plateaux restent encore aujourd’hui des lieux d’expression blancs et masculins, ce qui est selon elle un véritable problème sur lequel elle essaie d’influer [18.45]. Un travail approfondi a également été effectué avec l’écriture d’une charte et la désignation de référent.es afin de lutter contre les propos et agressions sexistes et discriminatoires au sein de l’école [26.59].

Passer par une école n’est pas indispensable pour devenir comédien.ne mais quelle que soit la voie, il est nécessaire d’avoir une très bonne capacité de travail [22.28]. Parmi les avantages à passer par une école, elle cite la formation avec des professeur.es passionné.es, la rencontre avec les autres élèves qui deviendront de futur.es collègues et, pour les élèves qui sortent du Conservatoire et du Théâtre National de Strasbourg, le Jeune Théâtre National prend en charge le salaire des diplômé.es pendant 3 ans [24.13].

Depuis que la crise du Covid a commencé, les élèves ont d’abord continué les cours en visio puis sont maintenant de nouveau en présentiel, masqué.es et en petits groupes. Le Conservatoire a également annoncé la suppression des concours 2021. Cela s’explique par leur volonté d’allonger la formation des élèves des promotions actuelles, et ne pas prendre de risques inconsidérés en organisant les concours [29.27].


Œuvres et artistes conseillés :

- Mariette Navarro

- François Cervantès

- Patrick Pineau

- Ariane Mnouchkine

- Tous des oiseaux, écrit et mis en scène par Wajdi Mouawad

- Tg Stan 

- Tiago Rodrigues


Références citées :

- Compte Instagram Paye ton rôle

- https://cnsad.psl.eu/ : le site du Conservatoire, où retrouver toutes les ressources sur l’annulation


Hors-Scène est un podcast créé par la journaliste Alexandra Vépierre, en collaboration avec l’autrice, comédienne et metteuse en scène Laëtitia Leroy.

Générique réalisé par Thomas Rodriguez.

A partir de la musique : Winters Call

Auteur: Mattias Westlund

Source: http://mattiaswestlund.net/

Licence: https://creativecommons.org/licenses/by/3.0/deed.fr


Share

Embed

You may also like

Description

Comment devient-on comédien.ne professionnel.le ? Doit-on nécessairement passer par une école de théâtre ? Comment les écoles peuvent œuvrer pour plus de diversité dans la profession ?

Ce sont les questions que j’ai posées à Claire Lasne Darcueil, la directrice du Conservatoire national supérieur d’art dramatique. Elle est aussi metteuse en scène et a co-dirigé le Centre dramatique régional Poitou-Charente pendant 12 ans. 

Pour apprendre le métier de comédien, il existe plusieurs types de formations. Il y a d’abord 12 écoles nationales supérieures en France qui proposent une formation en 3 ans et délivrent le DNSPC - diplôme national supérieur professionnel de comédien. C’est ce que propose le Conservatoire. Il existe aussi de nombreuses écoles privées, comme les Cours Simon, les Cours Florent. Il y a aussi des classes d’art dramatique dans les conservatoires régionaux, départementaux et municipaux.

Claire Lasne Darcueil décrit le programme des 3 années de formation, composé entre autres de cours de danse, chant, clown, dramaturgie, histoire du théâtre mais aussi d’un voyage en Inde et de la création de spectacles [2.11]. Le Conservatoire propose également une formation de metteur.se en scène [7.27].

Les concours d’entrée sont particulièrement ardus car le Conservatoire reçoit environ 1700 candidatures chaque année pour des promotions de 30 élèves. Les candidat.es sont alors jugé.es sur leur talent, leur capacité de travail et leur capacité à évoluer. Ces phases de concours sont pour Claire une véritable aventure humaine peuplée de rencontres émouvantes [10.48].

Depuis son arrivée en 2013, Claire agit particulièrement pour favoriser la diversité et ouvrir le théâtre à tous et à toutes. « Ce qu’on appelle la diversité, pour moi c’est juste le monde normal. Quand la diversité n’est pas présente, le monde me fait peur », explique-t-elle [16.24]. Pourtant, en France, les plateaux restent encore aujourd’hui des lieux d’expression blancs et masculins, ce qui est selon elle un véritable problème sur lequel elle essaie d’influer [18.45]. Un travail approfondi a également été effectué avec l’écriture d’une charte et la désignation de référent.es afin de lutter contre les propos et agressions sexistes et discriminatoires au sein de l’école [26.59].

Passer par une école n’est pas indispensable pour devenir comédien.ne mais quelle que soit la voie, il est nécessaire d’avoir une très bonne capacité de travail [22.28]. Parmi les avantages à passer par une école, elle cite la formation avec des professeur.es passionné.es, la rencontre avec les autres élèves qui deviendront de futur.es collègues et, pour les élèves qui sortent du Conservatoire et du Théâtre National de Strasbourg, le Jeune Théâtre National prend en charge le salaire des diplômé.es pendant 3 ans [24.13].

Depuis que la crise du Covid a commencé, les élèves ont d’abord continué les cours en visio puis sont maintenant de nouveau en présentiel, masqué.es et en petits groupes. Le Conservatoire a également annoncé la suppression des concours 2021. Cela s’explique par leur volonté d’allonger la formation des élèves des promotions actuelles, et ne pas prendre de risques inconsidérés en organisant les concours [29.27].


Œuvres et artistes conseillés :

- Mariette Navarro

- François Cervantès

- Patrick Pineau

- Ariane Mnouchkine

- Tous des oiseaux, écrit et mis en scène par Wajdi Mouawad

- Tg Stan 

- Tiago Rodrigues


Références citées :

- Compte Instagram Paye ton rôle

- https://cnsad.psl.eu/ : le site du Conservatoire, où retrouver toutes les ressources sur l’annulation


Hors-Scène est un podcast créé par la journaliste Alexandra Vépierre, en collaboration avec l’autrice, comédienne et metteuse en scène Laëtitia Leroy.

Générique réalisé par Thomas Rodriguez.

A partir de la musique : Winters Call

Auteur: Mattias Westlund

Source: http://mattiaswestlund.net/

Licence: https://creativecommons.org/licenses/by/3.0/deed.fr


Description

Comment devient-on comédien.ne professionnel.le ? Doit-on nécessairement passer par une école de théâtre ? Comment les écoles peuvent œuvrer pour plus de diversité dans la profession ?

Ce sont les questions que j’ai posées à Claire Lasne Darcueil, la directrice du Conservatoire national supérieur d’art dramatique. Elle est aussi metteuse en scène et a co-dirigé le Centre dramatique régional Poitou-Charente pendant 12 ans. 

Pour apprendre le métier de comédien, il existe plusieurs types de formations. Il y a d’abord 12 écoles nationales supérieures en France qui proposent une formation en 3 ans et délivrent le DNSPC - diplôme national supérieur professionnel de comédien. C’est ce que propose le Conservatoire. Il existe aussi de nombreuses écoles privées, comme les Cours Simon, les Cours Florent. Il y a aussi des classes d’art dramatique dans les conservatoires régionaux, départementaux et municipaux.

Claire Lasne Darcueil décrit le programme des 3 années de formation, composé entre autres de cours de danse, chant, clown, dramaturgie, histoire du théâtre mais aussi d’un voyage en Inde et de la création de spectacles [2.11]. Le Conservatoire propose également une formation de metteur.se en scène [7.27].

Les concours d’entrée sont particulièrement ardus car le Conservatoire reçoit environ 1700 candidatures chaque année pour des promotions de 30 élèves. Les candidat.es sont alors jugé.es sur leur talent, leur capacité de travail et leur capacité à évoluer. Ces phases de concours sont pour Claire une véritable aventure humaine peuplée de rencontres émouvantes [10.48].

Depuis son arrivée en 2013, Claire agit particulièrement pour favoriser la diversité et ouvrir le théâtre à tous et à toutes. « Ce qu’on appelle la diversité, pour moi c’est juste le monde normal. Quand la diversité n’est pas présente, le monde me fait peur », explique-t-elle [16.24]. Pourtant, en France, les plateaux restent encore aujourd’hui des lieux d’expression blancs et masculins, ce qui est selon elle un véritable problème sur lequel elle essaie d’influer [18.45]. Un travail approfondi a également été effectué avec l’écriture d’une charte et la désignation de référent.es afin de lutter contre les propos et agressions sexistes et discriminatoires au sein de l’école [26.59].

Passer par une école n’est pas indispensable pour devenir comédien.ne mais quelle que soit la voie, il est nécessaire d’avoir une très bonne capacité de travail [22.28]. Parmi les avantages à passer par une école, elle cite la formation avec des professeur.es passionné.es, la rencontre avec les autres élèves qui deviendront de futur.es collègues et, pour les élèves qui sortent du Conservatoire et du Théâtre National de Strasbourg, le Jeune Théâtre National prend en charge le salaire des diplômé.es pendant 3 ans [24.13].

Depuis que la crise du Covid a commencé, les élèves ont d’abord continué les cours en visio puis sont maintenant de nouveau en présentiel, masqué.es et en petits groupes. Le Conservatoire a également annoncé la suppression des concours 2021. Cela s’explique par leur volonté d’allonger la formation des élèves des promotions actuelles, et ne pas prendre de risques inconsidérés en organisant les concours [29.27].


Œuvres et artistes conseillés :

- Mariette Navarro

- François Cervantès

- Patrick Pineau

- Ariane Mnouchkine

- Tous des oiseaux, écrit et mis en scène par Wajdi Mouawad

- Tg Stan 

- Tiago Rodrigues


Références citées :

- Compte Instagram Paye ton rôle

- https://cnsad.psl.eu/ : le site du Conservatoire, où retrouver toutes les ressources sur l’annulation


Hors-Scène est un podcast créé par la journaliste Alexandra Vépierre, en collaboration avec l’autrice, comédienne et metteuse en scène Laëtitia Leroy.

Générique réalisé par Thomas Rodriguez.

A partir de la musique : Winters Call

Auteur: Mattias Westlund

Source: http://mattiaswestlund.net/

Licence: https://creativecommons.org/licenses/by/3.0/deed.fr


Share

Embed

You may also like