#2 MATHILDE ET AUDREY, FLEURISTES ENGAGEES QUI OEUVRENT POUR SAUVEGARDER LA FILIERE HORTICOLE FRANCAISE cover
#2 MATHILDE ET AUDREY, FLEURISTES ENGAGEES QUI OEUVRENT POUR SAUVEGARDER LA FILIERE HORTICOLE FRANCAISE cover
Sur le métier

#2 MATHILDE ET AUDREY, FLEURISTES ENGAGEES QUI OEUVRENT POUR SAUVEGARDER LA FILIERE HORTICOLE FRANCAISE

#2 MATHILDE ET AUDREY, FLEURISTES ENGAGEES QUI OEUVRENT POUR SAUVEGARDER LA FILIERE HORTICOLE FRANCAISE

48min |17/05/2021
Listen
#2 MATHILDE ET AUDREY, FLEURISTES ENGAGEES QUI OEUVRENT POUR SAUVEGARDER LA FILIERE HORTICOLE FRANCAISE cover
#2 MATHILDE ET AUDREY, FLEURISTES ENGAGEES QUI OEUVRENT POUR SAUVEGARDER LA FILIERE HORTICOLE FRANCAISE cover
Sur le métier

#2 MATHILDE ET AUDREY, FLEURISTES ENGAGEES QUI OEUVRENT POUR SAUVEGARDER LA FILIERE HORTICOLE FRANCAISE

#2 MATHILDE ET AUDREY, FLEURISTES ENGAGEES QUI OEUVRENT POUR SAUVEGARDER LA FILIERE HORTICOLE FRANCAISE

48min |17/05/2021
Listen

Description

 « Dans un grain de sable voir un monde dans chaque fleur des champs le paradis ». Cette citation de William Blake, peintre britannique, je l’ai découverte lors du premier confinement et lorsque mon esprit s’emballait trop, je repensais à cette phrase apprise par cœur qui me transportait dans le jardin de mes grands-parents entouré de fleurs sauvages, de fleurs des champs. Au calme. A nouveau je pouvais respirais sereinement. 

En parallèle, pour occuper mon esprit et éviter qu’il divague trop, j’ai fleuri mon balcon (géraniums, lavande, laurier rose,) et dès que cela a été possible j’ai acheté des fleurs coupées afin de décorer mon bureau. De fil en aiguille, je me suis donc intéressée au métier de fleuriste et au marché de la fleur. 

Et c’est ainsi que J’ai découvert que 85% des fleurs coupées vendues en France proviennent de l’étranger. Souvent produites aux Pays-Bas (surtout les tulipes), aux Kenya (principalement les roses), en Amérique Latine (notamment en Équateur) nos fleurs coupés sont soit produites dans des serres chauffées et éclairées nuit et jour comme en hollande soit traversent le globe en avion ; dans les deux cas, cela rend leur bilan carbone bien lourd puisqu’elles sont ainsi à l’origine de très nombreuses émissions de gaz à effet de serre. Par exemple, un  simple bouquet de 25 roses en produit autant qu’un trajet en voiture de 20km.

D’ailleurs avez-vous remarqué que la provenance des fleurs n’est jamais ou très rarement affiché chez les 14 000 Fleuristes en France ? En effet à la différence des fruits et légumes, il n’y a aucune loi qui y contraint. 

Pourtant, à deux pâtés de maison de mon appartement j’ai découvert un café fleuriste qui indique la provenance des fleurs. Il s’agit de la boutique Désirée fondée par Mathilde et Audrey, jeunes femmes engagées qui se sont reconverties en fleuristes en 2016 et ne vendent que de la fleur française et de saison. 

Pourquoi ont-elles fait ce choix ? comment y sont-elles arrivées ? quel regard porte t elles sur l’évolution de leur métier et de la filière horticole française ? 

Dans cet épisode, vous découvrirez la naissance du magasin Désirée, l’engagement de Mathilde et Audrey qui œuvrent pour sauver le marché horticole français que nous avons exploré grâce à des archives de l’INA, vous entendrez aussi comment elles ont dû, en raison de la crise sanitaire, réinventer leur métier et sa place dans leurs vies. 

Mathilde et Audrey m’ont aussi confié leur passion du métier malgré sa pénibilité souvent méconnue, leur quotidien de fleuristes engagées et de cheffes d’entreprises qui placent l’humain au cœur de toutes leurs décisions.

Très bonne écoute 

////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

Si vous aimez ce podcast et que vous souhaitez le soutenir, prenez 1' pour mettre 5 étoiles sur Apple Podcast, çà m'aide beaucoup :)- ! 

Pour suivre les coulisses et l'actualité du podcast, rdv sur Insta : https://www.instagram.com/surlemetierpodcast/


Création Originale: Elvire CASSAN 

Production, enregistrement, textes: Elvire CASSAN

Montage : Stéphane Huguet 

Musique :Malibu by Boheme et Overdrive by AntonVlasov 

Archives INA : 

- Collection RDF Reportage au marché aux fleurs et aux oiseaux à Paris Date de diffusion : 19/03/1952 

- Emission Documents, Le commerce des fleurs en France. Date de diffusion : 13/06/1955

- Inter actualité de 13H. Date de diffusion 06/05/1978

////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

Pour suivre les actualités de DESIREE : https://www.instagram.com/desireefleurs/




Description

 « Dans un grain de sable voir un monde dans chaque fleur des champs le paradis ». Cette citation de William Blake, peintre britannique, je l’ai découverte lors du premier confinement et lorsque mon esprit s’emballait trop, je repensais à cette phrase apprise par cœur qui me transportait dans le jardin de mes grands-parents entouré de fleurs sauvages, de fleurs des champs. Au calme. A nouveau je pouvais respirais sereinement. 

En parallèle, pour occuper mon esprit et éviter qu’il divague trop, j’ai fleuri mon balcon (géraniums, lavande, laurier rose,) et dès que cela a été possible j’ai acheté des fleurs coupées afin de décorer mon bureau. De fil en aiguille, je me suis donc intéressée au métier de fleuriste et au marché de la fleur. 

Et c’est ainsi que J’ai découvert que 85% des fleurs coupées vendues en France proviennent de l’étranger. Souvent produites aux Pays-Bas (surtout les tulipes), aux Kenya (principalement les roses), en Amérique Latine (notamment en Équateur) nos fleurs coupés sont soit produites dans des serres chauffées et éclairées nuit et jour comme en hollande soit traversent le globe en avion ; dans les deux cas, cela rend leur bilan carbone bien lourd puisqu’elles sont ainsi à l’origine de très nombreuses émissions de gaz à effet de serre. Par exemple, un  simple bouquet de 25 roses en produit autant qu’un trajet en voiture de 20km.

D’ailleurs avez-vous remarqué que la provenance des fleurs n’est jamais ou très rarement affiché chez les 14 000 Fleuristes en France ? En effet à la différence des fruits et légumes, il n’y a aucune loi qui y contraint. 

Pourtant, à deux pâtés de maison de mon appartement j’ai découvert un café fleuriste qui indique la provenance des fleurs. Il s’agit de la boutique Désirée fondée par Mathilde et Audrey, jeunes femmes engagées qui se sont reconverties en fleuristes en 2016 et ne vendent que de la fleur française et de saison. 

Pourquoi ont-elles fait ce choix ? comment y sont-elles arrivées ? quel regard porte t elles sur l’évolution de leur métier et de la filière horticole française ? 

Dans cet épisode, vous découvrirez la naissance du magasin Désirée, l’engagement de Mathilde et Audrey qui œuvrent pour sauver le marché horticole français que nous avons exploré grâce à des archives de l’INA, vous entendrez aussi comment elles ont dû, en raison de la crise sanitaire, réinventer leur métier et sa place dans leurs vies. 

Mathilde et Audrey m’ont aussi confié leur passion du métier malgré sa pénibilité souvent méconnue, leur quotidien de fleuristes engagées et de cheffes d’entreprises qui placent l’humain au cœur de toutes leurs décisions.

Très bonne écoute 

////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

Si vous aimez ce podcast et que vous souhaitez le soutenir, prenez 1' pour mettre 5 étoiles sur Apple Podcast, çà m'aide beaucoup :)- ! 

Pour suivre les coulisses et l'actualité du podcast, rdv sur Insta : https://www.instagram.com/surlemetierpodcast/


Création Originale: Elvire CASSAN 

Production, enregistrement, textes: Elvire CASSAN

Montage : Stéphane Huguet 

Musique :Malibu by Boheme et Overdrive by AntonVlasov 

Archives INA : 

- Collection RDF Reportage au marché aux fleurs et aux oiseaux à Paris Date de diffusion : 19/03/1952 

- Emission Documents, Le commerce des fleurs en France. Date de diffusion : 13/06/1955

- Inter actualité de 13H. Date de diffusion 06/05/1978

////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

Pour suivre les actualités de DESIREE : https://www.instagram.com/desireefleurs/




Share

Embed

You may also like

Description

 « Dans un grain de sable voir un monde dans chaque fleur des champs le paradis ». Cette citation de William Blake, peintre britannique, je l’ai découverte lors du premier confinement et lorsque mon esprit s’emballait trop, je repensais à cette phrase apprise par cœur qui me transportait dans le jardin de mes grands-parents entouré de fleurs sauvages, de fleurs des champs. Au calme. A nouveau je pouvais respirais sereinement. 

En parallèle, pour occuper mon esprit et éviter qu’il divague trop, j’ai fleuri mon balcon (géraniums, lavande, laurier rose,) et dès que cela a été possible j’ai acheté des fleurs coupées afin de décorer mon bureau. De fil en aiguille, je me suis donc intéressée au métier de fleuriste et au marché de la fleur. 

Et c’est ainsi que J’ai découvert que 85% des fleurs coupées vendues en France proviennent de l’étranger. Souvent produites aux Pays-Bas (surtout les tulipes), aux Kenya (principalement les roses), en Amérique Latine (notamment en Équateur) nos fleurs coupés sont soit produites dans des serres chauffées et éclairées nuit et jour comme en hollande soit traversent le globe en avion ; dans les deux cas, cela rend leur bilan carbone bien lourd puisqu’elles sont ainsi à l’origine de très nombreuses émissions de gaz à effet de serre. Par exemple, un  simple bouquet de 25 roses en produit autant qu’un trajet en voiture de 20km.

D’ailleurs avez-vous remarqué que la provenance des fleurs n’est jamais ou très rarement affiché chez les 14 000 Fleuristes en France ? En effet à la différence des fruits et légumes, il n’y a aucune loi qui y contraint. 

Pourtant, à deux pâtés de maison de mon appartement j’ai découvert un café fleuriste qui indique la provenance des fleurs. Il s’agit de la boutique Désirée fondée par Mathilde et Audrey, jeunes femmes engagées qui se sont reconverties en fleuristes en 2016 et ne vendent que de la fleur française et de saison. 

Pourquoi ont-elles fait ce choix ? comment y sont-elles arrivées ? quel regard porte t elles sur l’évolution de leur métier et de la filière horticole française ? 

Dans cet épisode, vous découvrirez la naissance du magasin Désirée, l’engagement de Mathilde et Audrey qui œuvrent pour sauver le marché horticole français que nous avons exploré grâce à des archives de l’INA, vous entendrez aussi comment elles ont dû, en raison de la crise sanitaire, réinventer leur métier et sa place dans leurs vies. 

Mathilde et Audrey m’ont aussi confié leur passion du métier malgré sa pénibilité souvent méconnue, leur quotidien de fleuristes engagées et de cheffes d’entreprises qui placent l’humain au cœur de toutes leurs décisions.

Très bonne écoute 

////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

Si vous aimez ce podcast et que vous souhaitez le soutenir, prenez 1' pour mettre 5 étoiles sur Apple Podcast, çà m'aide beaucoup :)- ! 

Pour suivre les coulisses et l'actualité du podcast, rdv sur Insta : https://www.instagram.com/surlemetierpodcast/


Création Originale: Elvire CASSAN 

Production, enregistrement, textes: Elvire CASSAN

Montage : Stéphane Huguet 

Musique :Malibu by Boheme et Overdrive by AntonVlasov 

Archives INA : 

- Collection RDF Reportage au marché aux fleurs et aux oiseaux à Paris Date de diffusion : 19/03/1952 

- Emission Documents, Le commerce des fleurs en France. Date de diffusion : 13/06/1955

- Inter actualité de 13H. Date de diffusion 06/05/1978

////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

Pour suivre les actualités de DESIREE : https://www.instagram.com/desireefleurs/




Description

 « Dans un grain de sable voir un monde dans chaque fleur des champs le paradis ». Cette citation de William Blake, peintre britannique, je l’ai découverte lors du premier confinement et lorsque mon esprit s’emballait trop, je repensais à cette phrase apprise par cœur qui me transportait dans le jardin de mes grands-parents entouré de fleurs sauvages, de fleurs des champs. Au calme. A nouveau je pouvais respirais sereinement. 

En parallèle, pour occuper mon esprit et éviter qu’il divague trop, j’ai fleuri mon balcon (géraniums, lavande, laurier rose,) et dès que cela a été possible j’ai acheté des fleurs coupées afin de décorer mon bureau. De fil en aiguille, je me suis donc intéressée au métier de fleuriste et au marché de la fleur. 

Et c’est ainsi que J’ai découvert que 85% des fleurs coupées vendues en France proviennent de l’étranger. Souvent produites aux Pays-Bas (surtout les tulipes), aux Kenya (principalement les roses), en Amérique Latine (notamment en Équateur) nos fleurs coupés sont soit produites dans des serres chauffées et éclairées nuit et jour comme en hollande soit traversent le globe en avion ; dans les deux cas, cela rend leur bilan carbone bien lourd puisqu’elles sont ainsi à l’origine de très nombreuses émissions de gaz à effet de serre. Par exemple, un  simple bouquet de 25 roses en produit autant qu’un trajet en voiture de 20km.

D’ailleurs avez-vous remarqué que la provenance des fleurs n’est jamais ou très rarement affiché chez les 14 000 Fleuristes en France ? En effet à la différence des fruits et légumes, il n’y a aucune loi qui y contraint. 

Pourtant, à deux pâtés de maison de mon appartement j’ai découvert un café fleuriste qui indique la provenance des fleurs. Il s’agit de la boutique Désirée fondée par Mathilde et Audrey, jeunes femmes engagées qui se sont reconverties en fleuristes en 2016 et ne vendent que de la fleur française et de saison. 

Pourquoi ont-elles fait ce choix ? comment y sont-elles arrivées ? quel regard porte t elles sur l’évolution de leur métier et de la filière horticole française ? 

Dans cet épisode, vous découvrirez la naissance du magasin Désirée, l’engagement de Mathilde et Audrey qui œuvrent pour sauver le marché horticole français que nous avons exploré grâce à des archives de l’INA, vous entendrez aussi comment elles ont dû, en raison de la crise sanitaire, réinventer leur métier et sa place dans leurs vies. 

Mathilde et Audrey m’ont aussi confié leur passion du métier malgré sa pénibilité souvent méconnue, leur quotidien de fleuristes engagées et de cheffes d’entreprises qui placent l’humain au cœur de toutes leurs décisions.

Très bonne écoute 

////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

Si vous aimez ce podcast et que vous souhaitez le soutenir, prenez 1' pour mettre 5 étoiles sur Apple Podcast, çà m'aide beaucoup :)- ! 

Pour suivre les coulisses et l'actualité du podcast, rdv sur Insta : https://www.instagram.com/surlemetierpodcast/


Création Originale: Elvire CASSAN 

Production, enregistrement, textes: Elvire CASSAN

Montage : Stéphane Huguet 

Musique :Malibu by Boheme et Overdrive by AntonVlasov 

Archives INA : 

- Collection RDF Reportage au marché aux fleurs et aux oiseaux à Paris Date de diffusion : 19/03/1952 

- Emission Documents, Le commerce des fleurs en France. Date de diffusion : 13/06/1955

- Inter actualité de 13H. Date de diffusion 06/05/1978

////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

Pour suivre les actualités de DESIREE : https://www.instagram.com/desireefleurs/




Share

Embed

You may also like