undefined cover
undefined cover
Épisode#33 - Comment diviser par 2 le temps passé en réunion ? - Avec Louis Vareille - Réuniologue - cover
Épisode#33 - Comment diviser par 2 le temps passé en réunion ? - Avec Louis Vareille - Réuniologue - cover
13ème mois - Ressources Humaines, Carrière & Management -

Épisode#33 - Comment diviser par 2 le temps passé en réunion ? - Avec Louis Vareille - Réuniologue -

Épisode#33 - Comment diviser par 2 le temps passé en réunion ? - Avec Louis Vareille - Réuniologue -

54min |29/03/2024
Play
undefined cover
undefined cover
Épisode#33 - Comment diviser par 2 le temps passé en réunion ? - Avec Louis Vareille - Réuniologue - cover
Épisode#33 - Comment diviser par 2 le temps passé en réunion ? - Avec Louis Vareille - Réuniologue - cover
13ème mois - Ressources Humaines, Carrière & Management -

Épisode#33 - Comment diviser par 2 le temps passé en réunion ? - Avec Louis Vareille - Réuniologue -

Épisode#33 - Comment diviser par 2 le temps passé en réunion ? - Avec Louis Vareille - Réuniologue -

54min |29/03/2024
Play

Description

Les chiffres en matière de réunion donnent le tournis.

En France, un manager passe environ 9 heures par semaine en réunion, soit 25% de son temps de travail.


L'équivalent de 10 ans de sa vie professionnelle passés en réunions...

10 ans ...


Ça vaut le coup de s'arrêter sur la façon dont on gère et dont on manage ses réunions non ?!


Cet épisode me tenait tout particulièrement à coeur et depuis longtemps.


Peut-être parce que j'ai vécu ces réunions à rallonge, celles dans lesquelles on ne décide de rien, celles dans lesquelles on ne sait pas bien pourquoi on est là...


Louis Vareille est tout simplement Réuniologue, il soigne la fameuse réunionite aiguë...


Avec Louis, on regarde très concrètement comment diviser par deux le temps passé en réunion, ce qui au passage ferait gagner 5 ans de sa vie ;-)


Quelques exemples de ce que nous abordons dans cet épisode :

  • L'importance de différencier un sujet d'un objectif.

  • La formulation des ordres du jour sous forme de questions.

  • Les questions à poser avant de participer (ou non) à une réunion.

  • Les différents types de réunions.

  • L'organisation et la structuration d'une réunion.


On regarde même la réunion sous l'angle managérial car la réunion doit être le lieu de la construction de l'excellence de l'équipe.


Un épisode incontournable si vous voulez progresser dans votre façon de réunir votre équipe ou si vous souhaitez faire progresser les réunions auxquelles vous participez.

--------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Pour ne manquer aucun épisode du podcast 13ème Mois c'est facile : 

👉 Abonnez-vous gratuitement sur votre plateforme préférée : 

Apple Podcasts  - Spotify  - Deezer - Podcast Addict  

👉 Inscrivez-vous à la newsletter : https://manufacture-rh.myflodesk.com/newsletter  

⭐ Laissez un avis sur Apple Podcasts et/ou Spotify

👉 Retrouvez les 30 conseils de mes 30 premiers invités pour exceller dans les RH : https://manufacture-rh.myflodesk.com/30-conseils-rh

Découvrez les autres épisodes  

Ce Podcast est soutenu par La Manufacture RH  

Bonne écoute ! 



Hébergé par Ausha. Visitez ausha.co/politique-de-confidentialite pour plus d'informations.

Transcription

  • Louis

    Et à la fin de la réunion, on va prendre le temps de dire, attendez, maintenant on va récapituler les grandes décisions qu'on a prises. Pour réexprimer, sur le sujet numéro un, on est tous d'accord, on va faire ça. Et en faisant ça, on crée un espace éventuellement de contestation finale. On va dire, attends, depuis tout à l'heure, on a réfléchi, moi j'ai pensé, etc. Peut-être qu'on devrait faire autrement. J'ai envie de commencer par un qui est rigolo, c'est quand les gens quittent l'entreprise. et on leur demande mais finalement si tu nous donnais un conseil sur ce qu'on devrait changer les gens disent regardez vos réunions j'en ai marre j'en ai marre j'en peux plus j'en peux plus regardez mon agenda etc mais quand on n'est pas capable de formuler ce genre de questions le point de l'ordre du jour il faut s'interroger sur la pertinence du sujet à l'ordre du jour La réunion d'équipe, c'est le lieu de la construction de l'excellence de l'équipe. C'est en aucun cas le lieu où on va parler de projet, sauf si ce sont des projets qui contribuent à l'excellence de l'équipe.

  • Flaubert

    Papa, c'est vrai que tu licencies des gens ? Ça, c'est tout simplement la question que ma fille m'a posée un matin sur le chemin de l'école alors que j'étais DRH. Bon, je lui ai évidemment expliqué que mon métier allait bien au-delà des licenciements, que c'était l'art de construire des équipes exceptionnelles, de développer des talents et de cultiver le leadership en entreprise. Mais ça m'a confronté une fois de plus à la mauvaise réputation de mon métier. Depuis, j'ai donc œuvré à faire briller la fonction RH, pour aider les DRH à bâtir des équipes qui reflètent leur vision et à développer leur propre leadership. Je suis Flaubert, le fondateur de la Manufacture RH, le spécialiste du recrutement et du coaching des fonctions RH. Et je suis ravi de vous accueillir dans 13e mois, le podcast qui décrypte l'excellence RH. Grâce à des interviews de DRH inspirants, des conseils concrets et des chroniques d'actualité, vous aurez toutes les clés pour comprendre les tendances et innover. Allez, laissez-vous inspirer et venez intégrer notre communauté RH pleine d'énergie. Bonjour Louis. Bonjour. Imaginons la scène, nous sommes dans les couloirs d'une entreprise française, comme il en existe beaucoup, et voici ce que l'on entend. Salut Pierre, t'as vu mon mail ? Oui, oui, j'ai vu ton mail. Alors, je t'ai pas encore répondu, j'ai une réunion dans 10 minutes, comme d'hab, je vais en profiter pour répondre à mes mails, t'auras donc ta réponse bientôt. répondre à ces mails en réunion. Sport national, multitasking ou manque d'intérêt des réunions, les raisons sont nombreuses mais le constat est là, car cette scène, je l'ai vécue, et je suis certain que ça va rappeler des situations vécues à nos auditrices et nos auditeurs. Il y a une phrase que j'aime beaucoup lancer aux managers que je rencontre ou que je coach, c'est Dis-moi comment tu réunis ton équipe, je te dirai quel manager tu es ! La réunion. La réunion, c'est une représentation micro, un peu comme une image arrêtée du fonctionnement de l'entreprise. Et comme c'est un vrai sujet de management, je trouvais très intéressant d'y consacrer un épisode. Pour en parler, rien de mieux qu'un expert du sujet comme toi, Louis, puisque tu es tout simplement réuniologue. J'imagine que ce titre vient en réponse à la désormais fameuse réunionnite, dont on entend parler depuis plusieurs années, mais tu vas nous expliquer tout ça juste après. Alors comme on passe beaucoup trop de temps en réunion, dans cet épisode nous allons regarder ce que l'on peut faire pour diviser par deux le temps passé en réunion Et on va même pousser un peu plus loin, puisque nous avons décidé de regarder également la réunion sous l'angle managérial, pour voir comment en faire un laboratoire d'apprentissage des gestes du leader. Je me réjouis vraiment à l'avance de parler de tout ça avec toi, mais avant cela, qui es-tu Louis Vareil, car on ne devient pas réuniologue comme ça ? Louis Vareil, donc par quoi je commence ? Je suis un passionné des réunions. Et en fait, c'est un passionné surtout de la mise en mouvement des collectifs. Et c'est quelque chose qui est en moi depuis bientôt 45 ans. Donc j'ai une passion pour la mise en mouvement des collectifs. Donc regrouper des gens, monter des projets, les embarquer. Et en fait très très vite, il m'est apparu que c'est en réunion que ça se passe. C'est en réunion que l'on va regrouper des individus, définir un projet, définir un plan d'action, le suivre, accompagner, ajuster, célébrer les succès. Donc c'est là que ça se passe. Donc de formation, moi je suis vétérinaire, j'ai fait 4 ans à l'école vétérinaire de Maison-Alfort, et puis après j'ai fait 5 ans dans le conseil, en sécurité des aliments, puis j'ai eu la chance de travailler pendant 26 ans chez Danone, dans des postes plutôt internationaux, dont 9 ans à Amsterdam, et avec des rôles qui étaient croissants, et à un moment j'avais même la responsabilité des affaires publiques. Pour la division alimentation infantile, le groupe Danone était assez formidable, puisqu'en gros ça m'a amené à animer 13 000 réunions dans 45 pays. Pas mal. C'est pas mal.

  • Louis

    Une vraie passion.

  • Flaubert

    Ça donne une crédibilité.

  • Louis

    J'espère en tout cas. Et donc quand Danone m'a quitté, j'ai décidé de créer une activité de conseil sur les réunions. Juste sur les réunions. Donc je ne suis pas facilitateur, j'accompagne des organisations qui ont décidé... de s'attaquer au sujet que tu as abordé, la réunionnite, ce temps que l'on passe dans des mauvaises réunions.

  • Flaubert

    Donc en fait, ce que tu dis, c'est que tu as vécu un passé. Alors ce que je trouve intéressant et même questionnant, c'est comment on fait pour commencer par être vétérinaire de formation et puis ensuite arriver dans le monde de l'entreprise. Et peut-être la question, c'est qu'est-ce que tu gardes et qu'est-ce que tu utilises de ce que tu as connu ? Dans cette ancienne vie, parce que pour moi, une vie professionnelle, c'est un chemin, donc tu as dû utiliser des choses.

  • Louis

    Ouh là là, celle-ci est un peu compliquée déjà. Alors, pourquoi je commence ? Bon d'abord, très vite fait, mais je suis véto, je pense que quand on décide de rentrer parfois dans des cursus, on est influencé par son environnement, sa famille. Je pense que ma famille s'était projetée avec le retour à la terre du troisième de la famille. Donc ça c'est une première chose. Donc le choix de faire véto, même si ça peut choquer certaines personnes, c'est un choix non pas subi, mais pas aussi profond que pour d'autres. Et une fois à l'école, j'ai pris beaucoup de plaisir à effectivement être dans cette école, mais ce qui m'a attiré le plus... C'est justement de monter ses collectifs. Donc être le représentant des étudiants pour le conseil d'administration, créer un ciné-club, être le président du cercle des élèves, s'occuper de l'accueil, et ainsi de suite. Donc en fait, c'était mon truc. Et quand je suis sorti de l'école, en fait, un autre élément important pour moi, c'est que c'est compliqué de prendre une décision. Prendre une décision, c'est compliqué. Et en fait, j'ai petit à petit compris que la réunion, c'est la meilleure des manières pour moi de faire prendre mes décisions par les autres. Donc s'installer en clientèle, c'était une grosse décision. C'était un truc qui allait peut-être imprimer ma vie. Donc j'ai préféré aller dans un univers un peu plus, comment dire, flexible, qui était au début le conseil. Ça me permettait de mieux sentir les choses. Mais cette notion de la réunion et le lieu, et ça c'est important pour moi, où on va... pour faire prendre des décisions à un collectif. Et plus la décision est collective, plus elle sera puissante.

  • Flaubert

    J'aime beaucoup déjà, tu vois, ça fait juste quelques minutes qu'on est sur le sujet, mais déjà tu pointes quelque chose qui est fondamental. Une réunion consiste à prendre des décisions de manière collective. Et il y a tellement de réunions où entre le moment où on rentre et le moment où on sort, on n'a rien décidé, mais pas le début d'un petit peu de quelque chose. Donc déjà, toi tu pointes ça. On va y revenir évidemment. Je voulais juste aussi revenir sur quelque chose que tu as évoqué. Tu dis, je ne suis pas un facilitateur. À travers ça, tu dis, moi je ne suis pas là pour animer les réunions des autres, c'est ça ? Toi, tu es là pour les accompagner dans la façon dont ils vont faire, gérer, animer leurs réunions.

  • Louis

    Absolument, moi ce que j'essaie, j'essaie de développer une autonomie Une autonomie des personnes qui animent des réunions ou qui portent des sujets dans des réunions, on ne va pas y revenir, pour qu'ils soient autonomes. Et le facilitateur, c'est un autre métier. Ce sont des individus qui vont faciliter un collectif, mais qui ne vont pas forcément laisser un savoir-faire à l'organisation, parce qu'ils ont un savoir-faire très très pointu. Alors que le mien, ce que je fais, c'est que j'essaie de le transmettre, pour que les gens soient autonomes.

  • Flaubert

    D'ailleurs, on pourrait se dire que, dans l'équipe qui se réunit, on en parlait un peu avant qu'on commence le podcast, mais il devrait y avoir une personne, ou il pourrait y avoir une personne qui a ce rôle de facilitateur de la réunion, d'animateur, mais j'aime bien ce terme de facilitateur, pour aller chercher celui qui s'exprime un peu moins et qui pour autant... peut avoir et a souvent un avis très pertinent sur le sujet ?

  • Louis

    Alors, c'est super intéressant. Je reviens en arrière sur un truc, sur la décision. Tout à l'heure, on a dit la décision est collective. La réalité, c'est que le processus... d'émergence de la solution et collectif. Mais à la fin, il y a quand même quelqu'un qui prend la décision. Moi, j'ai la chance d'être président de trois associations. On a des bureaux, on discute, mais à un moment, si on décide que le prix de tel événement sera 80 euros, moi, je dis, ben, ce sera 80. Et si on s'est planté, si on fait un four, ben, c'est de ma responsabilité. Donc, la décision, elle est sa consultation, sa préparation est collective. Mais à un moment, il y a quand même, en général, quelqu'un qui... prend la décision, qui assume la responsabilité.

  • Flaubert

    Ce que tu es en train de dire, je partage totalement, la communauté, en tout cas le groupe, doit aider le décideur à trancher et à faire qu'il va prendre la meilleure des solutions pour l'équipe, pour l'entreprise, pour l'avenir, etc. En fait, on en est là, c'est ça ?

  • Louis

    Exactement. Exactement. Et en prenant en compte les contradictions, les désaccords, en les rendant explicites. Je prends cette décision, j'ai compris qu'on n'était pas tous d'accord, mais à un moment il faut trancher, c'est ça qu'on va faire. Et j'assume. Alors il y a un truc super intéressant ensuite, ce qui peut se passer dans un comité de direction ou dans un comité exécutif, c'est qu'une fois que la décision est prise... One voice.

  • Flaubert

    Exactement.

  • Louis

    Les gens sortent de la réunion, disent ça a été chaud, on n'était pas tous d'accord, mais voici la décision que solidairement nous avons prise. Parce qu'il n'y a rien de pire que des gens qui quittent des instances de direction et qui disent c'est surtout pas ça qu'il fallait faire.

  • Flaubert

    Là c'est terrible. Pour les équipes en dessous, là c'est une catastrophe. Et en effet, on porte et on est ambassadeur de la décision, même si au départ... on avait un avis divergent, mais à un moment donné, on a entendu, on a laissé entendre notre avis, mais voilà, et ça, c'est très important, et ça me fait penser aussi un peu... Alors, je n'ai plus le nom de ce politique qui disait un ministre, ça ferme sa gueule ou ça démissionne. Bon, à un moment donné, alors là, on est un peu dans la caricature, mais parfois, les politiques ont un peu du mal, en effet, à porter une décision. C'est ce qui crée un peu de flou et un peu de mou en dessous. Ok,

  • Louis

    je vais juste... Le livre que j'ai publié en 2022, il y a une phrase que je trouve merveilleuse, que j'ai trouvée dans les échos. Une phrase de Carlos Tavares, qui est le président de Stellantis. Certains lui reprochent son niveau de rémunération.

  • Flaubert

    En tout cas, il a un niveau de compétence qui est plutôt très élevé. Je pense qu'il a fait plutôt du bien à Stellantis, en effet.

  • Louis

    Quand nous avons une réunion sur un sujet, je tâche de me taire pendant la présentation. et de distribuer ensuite la parole. Point. C'est dur, virgule, mais j'ai appris à me soigner. Point. À la fin, virgule, je reformule et je tranche avec ma propre pondération, virgule, forcément discutable.

  • Flaubert

    Génial.

  • Louis

    Je trouve que cette phrase, c'est la quintessence du patron dans une réunion qui laisse de l'espace pour que chacun puisse s'exprimer, qui fait la synthèse et qui, à un moment, convient de le dire, tranche.

  • Flaubert

    Et j'adore, il y a la reformulation. C'est tellement puissant, une reformulation. Voilà, est-ce que j'ai bien compris ce que t'as dit ? Ça questionne aussi l'autre, ça montre qu'on a écouté. C'est très puissant, en effet, ce qu'il dit là, oui.

  • Louis

    Et reformulation, je rentre un peu dans la méthode. J'insiste beaucoup, dans les réunions, il y a des sujets en général. Il y a un premier sujet, un deuxième sujet, qui sont portés par des gens, parfois qui ne sont pas toujours l'animateur, on se répartit le travail. À la fin de chaque sujet... Bon alors les gars... c'est quoi le quoi, qui, quand ? C'est quoi la décision ? Et donc là, on va se réaligner sur ce qu'on vient de décider. Et à la fin de la réunion, on va prendre le temps de dire, bon, attendez, maintenant, on va récapituler les grandes décisions qu'on a prises pour réexprimer, bon, sur le sujet numéro un, on est tous d'accord, on va faire ça. Et en faisant ça, on crée un espace éventuellement de contestation finale, en disant, attends, depuis tout à l'heure, on a réfléchi, moi j'ai pensé, etc. Peut-être qu'on devrait faire autrement. Et on peut utiliser le reste de temps de la réunion pour réajuster, se réaligner. Mais une fois que l'on est d'accord, et bien... on passe à l'action et on va communiquer quelque chose d'univoque dans toute l'organisation.

  • Flaubert

    Et je trouve que beaucoup de personnes qui organisent des réunions parlent de compte-rendu. Enfin, moi, il ne faut pas parler de compte-rendu, à mon sens, mais de relevé de décision. Et un relevé de décision, c'est ce que tu viens exactement de dire. On a décidé quoi ? qui est en charge de ça et quand est-ce qu'il doit et comme ça on suit les choses celui qui n'a pas été à la réunion, il prend le truc, il suit et là pour le coup, le rôle du manager, du patron, de celui qui a tranché c'est juste de suivre que les choses avancent comme elles doivent et si elles n'avancent pas à un moment donné, de dire ok, il y a un truc qui ne va pas, qu'est-ce qu'on recadre ou pas c'est ça ?

  • Louis

    Exactement, alors on parle un peu dans tous les sens mais c'est intéressant, mais le contrôle d'une réunion, vraie question pour qui est le contrôle d'une réunion ? Pour les gens qui étaient dans la réunion, il faut leur dire, allez au travail, voici l'alignement. Ou pour dire à tous ceux qui n'étaient pas dans la réunion ce qui s'y est passé. Moi, ma version, c'est le relevé de décision. C'est juste pour dire aux gens qui étaient dans la réunion, allez les gars, au boulot. Voici le message.

  • Flaubert

    Voilà ce qu'il y a à faire.

  • Louis

    Et donc, ces longs compte-rendus de réunion, alors bien sûr c'est nécessaire pour des conseils d'administration, des instances de gouvernance, si vous voulez, où il faut qu'il y ait de la trace, mais d'une réunion de base, j'irais même à un comité de direction, un relevé de décision, ça peut être juste quelques lignes.

  • Flaubert

    Bien sûr. Voilà. Bien sûr. Alors on a plongé dans le sujet. Pardon. Non, non, mais c'est... Moi j'adore. Et c'est un sujet qui est... passionnant et on pourrait y passer beaucoup de temps et on devrait y passer beaucoup de temps et les managers et les organisations devraient passer beaucoup plus de temps à réfléchir sur comment je réunis mes équipes. Ça c'est à mon sens fondamental. Je vais revenir juste sur j'adore le terme de réuniologue. Ça vient d'où ? Je l'ai un peu dit dans l'intro, mais...

  • Louis

    Ça vient de... comment dire... Au moment où j'ai décidé de créer cette activité focalisée sur les réunions, j'ai cherché un nom de marque, en fait. Et puis j'ai créé des acronymes, etc. Puis un jour, quelque chose qui est tombé, alors j'ai dit un peu du ciel, comme ça, je me suis rendu exactement où j'étais, j'étais en train de gribouiller sur un bout de papier, Réuniologie. donc m'est tombé le mot réuniologie et j'en parle à un copain il me dit réuniologie c'est malin mais Louis tu devrais dire que t'es réuniologue mais oui c'est ça qu'il faut faire donc en fait c'est vraiment le hasard à la fois de l'intuition je sais pas quoi de la chance et ensuite des échanges avec d'autres personnes donc j'ai créé le mot de réuniologue et j'ai rédigé un pitch que j'aime bien raconter quand je suis face à quelqu'un, bonjour je m'appelle Louis Vareille, je suis réuniologue je répare les réunions et je sois de la réunionnite Dans 99% des cas, 99% des cas en France, les mots qui sortent de la bouche du mon interlocuteur, c'est vous devez en avoir du boulot Donc il y a un réflexe pavlovien à... Voilà. Et donc l'idée, c'est de réparer les réunions et de soigner la réunionnite. Et réparer les réunions, c'est équiper les organisations avec des gestes simples pour que toutes les réunions soient efficaces, ciblées sur l'objectif. Et réunionite, c'est une fois que les organisations ont appris à avoir de bonnes réunions, ils se posent la question suivante, est-ce qu'on a les bonnes réunions ? Donc ils vont se réinterroger sur la gouvernance, le système de réunion qui existe dans l'organisation, en se disant, mais est-ce que celle-ci joue vraiment son rôle ?

  • Flaubert

    Ok, alors on va aller sur le sujet de réduire le temps passé en réunion, mais avant... Puisque tu es réunionologue, puisqu'on a parlé de réunionnites, comme ça, les quelques symptômes qui font que Ah, là tiens, je dois consulter un réunionologue parce que vraiment, je suis manager, ou alors je suis membre d'une équipe et je veux me saisir du sujet, je vais voir mon boss, je vais dire Attends, les réunions, c'est plus possible. Parce que ça, c'est ce qu'on entend quand même partout. Les réunions, il y en a marre, oh là là, moi je perds mon temps, etc. Il y en a trop. C'est quoi les quelques symptômes comme ça, là ? S'il y en a un ou deux qui nous écoutent et qui se disent Ah ok, il faut que je consulte.

  • Louis

    Je ne sais pas, j'ai envie de commencer par un qui est rigolo, c'est quand les gens quittent l'entreprise, et on leur demande, mais finalement, si tu nous donnais un conseil sur ce qu'on devrait changer. Sans prendre le cas, les gens disent, regardez vos réunions, j'en ai marre, j'en ai marre, j'en peux plus, j'en peux plus, regardez mon agenda, etc. Deuxième chose, ce qui peut être un signe, c'est que font les gens en réunion ?

  • Flaubert

    Leur mail, parfois.

  • Louis

    Trop souvent. Mais on l'a tous fait. Donc en fait, à partir du moment où on est capable d'observer des réunions et se rendre compte que tout le monde a son ordinateur ouvert... et qui est en train de tapoter, et qu'on leur demande, mais tu fais quoi ? Je fais le compte-rendu pour mon équipe. Et quand tu passes derrière, comme c'est arrivé dans une grande administration, c'était le jour du Black Friday chez Amazon, tout le monde était en train de faire ses courses, tu te dis, attention, il y a quelque chose. Donc à partir du moment où tu observes que les gens dans une réunion sont en train de faire autre chose et de taper, c'est qu'il y a un souci. Troisième symptôme, peut-être, c'est qui parle en réunion ? Une réunion, c'est un lieu de l'action. C'est un lieu où chacun doit être acteur. Il y a cette phrase que l'on prête à... Enfin, moi, je dis tout muet et suspect. En réunion, tout muet et suspect. C'est-à-dire que, mais qu'est-ce que tu fais là ? Il y a une phrase qu'on prête à Elon Musk, c'est une drôle de star lui aussi, à qui on dit, mais aujourd'hui, je ne vous ai pas entendu. Vous aviez vraiment besoin d'être là ? Donc, en fait, quand dans une réunion, tu observes des gens qui font autre chose. Et puis, quand tu es en visioconférence, en petits groupes, grands groupes, c'est normal que les caméras ne soient pas allumées. Mais tu as un groupe de 4-5 personnes Et les gens n'ont pas allumé leur caméra, tu te dis, oh là là, mais qu'est-ce qu'ils sont en train de faire ? Ils ne sont pas engagés. C'est un peu comme s'ils venaient en présentiel avec une cagoule sur la tête.

  • Flaubert

    J'adore l'image. Bon.

  • Louis

    Et donc, en fait, c'est tous ces petits signaux. Et puis, après, tu peux mettre du concret, tu peux lancer une enquête. Et à chaque fois que je parle avec des grandes entreprises, elles me disent, ouais, on a fait une étude sur les irritants. Et M. Varay, on vous a fait venir, pourquoi ? Parce que le premier irritant, c'est les réunions. Le premier truc qui empêche les gens d'être épanouis, etc., c'est les réunions. Donc, il faut qu'on fasse quelque chose. Mais après, pour passer à l'action, c'est compliqué. Parce qu'en fait, les réunions, tout le monde pense savoir faire des réunions. C'est tellement évident. Et moi, ce que j'ai tendance à dire, et je le répète aussi souvent que je peux, la réuniologie devrait être aux écoles de management. Ce que la pédologie, l'étude des sols, est aux écoles d'agriculture. Parce que j'étais avec des gens de Sciences Po l'autre jour, ils me disent, oui on forme les gens, mais comment on les forme ? Ils ont une méthode ? Non on ne les forme pas. Donc ils ne forment personne. Donc personne n'est formé à gérer des réunions. Or, on sait que pour des gens qui sortent des grandes écoles, quelles qu'elles soient, et ben c'est quoi ? C'est 25% de leur temps ? 50% de leur temps qui va être passé en réunion ? Et ils arrivent dans des organisations, il n'y a pas de mode général, il n'y a pas de pratique commune, et donc chacun va faire son truc. Donc en fait, pour revenir, c'est quoi les symptômes ? C'est de voir aussi que dans l'organisation, on n'a pas défini une méthode de base. Pas d'objectif, pas de réunion. la ponctualité est un truc essentiel. Pas de réunion, enfin, pas de compte-rendu, enfin, pas de réunion sans compte-rendu. Des fondamentaux qui sont évidents pour tout le monde, mais qui, dans la réalité, ne sont pas mis en oeuvre.

  • Flaubert

    N'existent pas. Et ce que je trouve très positif dans ce que tu es en train de nous dire, c'est que, au final, c'est pas grave. C'est pas grave de ne pas réellement savoir maîtriser ces réunions. En revanche, il faut le comprendre, le savoir, prendre de la hauteur et se dire Ok, il faut juste que j'apprenne un peu. Ça s'apprend, mais on ne décide pas comme ça. Ce n'est pas un apéro dinatoire où on se dit Tiens, allez, on va discuter de on ne sait pas trop quoi, on pose les choses. Non. Et c'est ce qu'on se disait aussi avant de commencer ce podcast. au final, le plus compliqué, c'est souvent de se dire c'est quoi l'objectif que je fixe à ma réunion, c'est ça ? Absolument.

  • Louis

    Alors avant ça, je rajoute juste un truc, c'est qu'en fait, je pense que ça ne bouge pas dans beaucoup d'organisations parce que les gens pensent que le progrès n'est pas possible. Donc on vit dans une acceptation d'une forme de médiocrité. On rentre chez soi, regarde ma chérie ou regarde mon chéri, ça c'est mon agenda aujourd'hui, j'ai passé ma journée en réunion.

  • Flaubert

    Alors là, je te coupe juste, mais ça c'est... Combien de fois on l'entend ? Ah, je ne fais que ça, moi j'appelle des clients. Oh là là, mais là j'enchaîne réunion sur réunion. On pensait que le télétravail allait changer des choses. Ils sont tous en Teams toute la journée. Et je n'ai pas le temps d'aller aux toilettes. Mais c'est vrai, j'existe. Regarde, regarde ma chérie ou mon chéri, j'existe. Formidable, j'adore.

  • Louis

    Voilà, donc les gens ont quand même une conscience qu'il se passe quelque chose. Mais après ils se disent, c'est comme ça. C'est une sorte de malédiction. On doit vivre là-dedans, on est une grande entreprise, on doit avoir des rayons qui nous usent, qui nous consument et dont il ne sort pas grand-chose. Moi, ce que j'essaie de dire aux gens, c'est qu'il y a moyen de faire autrement. essayez juste ça à la fin de chaque discussion comme on l'a dit tout à l'heure prenez le temps de vous poser 35 secondes en disant alors qu'est-ce qu'on vient de décider juste ça ou bien ce que tu disais juste à part auparavant être capable de distinguer sujet et objectif moi je vois des tonnes de réunions j'observe beaucoup de réunions à plein de niveaux mais très souvent c'est bonjour je vais vous faire un point sur le projet Catapulte ah bon ? Mais faire un point c'est quoi ? Bah je vais te raconter ce qu'on a fait Mais à quoi on va servir nous ? Bah vous allez écouter C'est pas un objectif, parler du faire un point sur le projet Catapulte L'objectif c'est Qu'est-ce qu'on décide pour Catapulte ? Est-ce qu'on accepte de remettre 100 000 euros dans le projet Pour finir à l'heure ? Est-ce qu'on accepte de dire au client que le prix va augmenter ? C'est ça sur le projet Catapulte Ça c'est une décision Et la meilleure façon de formuler des ordres du jour de réunion, et j'ai piqué cette idée à l'américain, c'est formuler les sujets d'ordre du jour sous forme de questions. Sommes-nous tous d'accord pour remettre 100 000 euros dans le projet pour le terminer à temps ? Point d'interrogation.

  • Flaubert

    Un vrai bon conseil, ça.

  • Louis

    Ah, celui-là, il est... Alors, ce n'est pas le choix facile, mais quand on n'est pas capable de formuler ce genre de question au point de l'ordre du jour, il faut s'interroger sur la pertinence du sujet à l'ordre du jour.

  • Flaubert

    Donc, on est dans notre sujet qui est comment réduire le temps passé en réunion. Et là, tu viens de nous donner déjà deux choses, deux réponses, deux choses très concrètes. Ordre du jour. Alors déjà, ordre du jour. Ordre du jour, déjà. Souvent, parfois, de temps en temps, régulièrement, il n'y a pas d'ordre du jour. Je vais en réunion, je ne sais pas de quoi je vais parler, je ne peux même pas m'être un peu préparé avant pour essayer d'amener un avis un peu pertinent. Mais bon, ordre du jour sous forme de questions. et différencier sujet et objectif. Sujet et objectif,

  • Louis

    oui. Résultat qu'on attend. Qu'est-ce qui justifie qu'on va voler du temps aux gens qui sont là ?

  • Flaubert

    Voler du temps ? Oui, parce qu'en effet, ils donnent de leur temps. Et quand tu fais ça, quand tu es sur de l'objectif ou que tu poses une question, t'es juste en train aussi de responsabiliser la personne qui vient à la réunion et de lui dire t'es pas spectateur, mais t'es acteur. Et j'attends des choses de toi. Et c'est bien quand même, je vais en réunion, j'apporte des choses. Je ne suis pas que sur mon ordi à répondre à mes mails.

  • Louis

    Dis donc, Caroline, tu as vu lors du jour de la réunion, il y a un sujet qui s'appelle.rh. Tu sais ce que c'est ? Oui, oui, oui, je sais ce que c'est. C'est, je crois, qu'ils ont décidé de changer le montant des chèques déjeuners. Ah bon, tu crois que c'est ça ? Non, non, moi, je pense qu'au niveau du marketing, il y a un changement d'organisation. Je crois qu'ils ont découpé le marketing en trois départements, alors qu'il n'y en a que deux auparavant. Et tu arrives à la réunion,.rh, bonjour, on est là pour parler du plan de formation 2024.

  • Flaubert

    Donc on ne sait pas du tout, un point rh c'est le truc, c'est comme d'hiver dans la réunion et c'est là que le patron des achats fait tomber un sujet qui révolutionne l'entreprise, il l'a mis dans d'hiver qu'est-ce qu'il se passe ? On ne sait pas Vous aimez 13ème mois ? La meilleure façon de nous aider c'est de laisser un commentaire sur Apple Podcast En plus c'est très simple à faire Vous allez sur Apple Podcast, vous tapez 13ème mois, le 1, le 3, le E accent grave, le M, le E puis moi dans la barre de recherche Quand vous avez trouvé 13e mois, vous cliquez sur suivre et vous descendez en bas de la liste des épisodes jusqu'à la section notes et avis. Et là, c'est à vous de jouer. Laissez 5 étoiles si vous aimez le contenu du podcast et laissez un témoignage dans rédiger un avis. Dites-nous par exemple pourquoi vous aimez le podcast ou ce que vous en pensez. C'est tout simple et c'est vraiment ce qui permet à 13e mois d'être entendu par un maximum de personnes. Ok, d'autres choses pour réduire ce temps passé en réunion ? On a dit qu'on ne parlerait pas trop de chiffres, parce qu'après les chiffres, les gens les trouvent, mais tu avais peut-être juste un chiffre à nous partager ?

  • Louis

    Il y a deux chiffres que j'aime bien utiliser. C'est celle de 2017, mais ça n'a pas changé fondamentalement. Peut-être même que ça s'est aggravé compte tenu des réunions à distance. En gros, un manager en France passe 9 heures par semaine en réunion, donc 25% de son temps, 10 ans de sa vie au travail.

  • Flaubert

    10 ans de sa vie en réunion.

  • Louis

    Et une fois sur deux, il sort de là en disant J'aurais mieux fait de faire autre chose Donc c'est quand même assez choc. Ah oui. Donc je pense qu'il y a vraiment quelque chose. Une autre façon de diviser par deux le temps moyen passé en réunion, il y a une astuce. Tu retires 20% des réunions. Tu mets 20% de personnes en moins en réunion. et tu fais durer les réunions 20% de moins, t'as déjà réduit de 48,6%. C'est la moitié du blague. Mais déjà, se poser la question, dans toute la série de réunions que j'ai cette semaine, lesquelles je ne suis pas vraiment indispensable, lesquelles que j'organise, je peux supprimer, lesquelles je ne suis pas indispensable, je peux envoyer un collaborateur, ou c'est pas peine d'être trois d'organisation pour cette réunion, et puis qu'est-ce que je peux faire pour que la réunion, au lieu qu'elle dure une heure, elle dure 50 minutes. J'ai gagné 3 fois 20%, donc j'ai divisé par 2 déjà le temps passé en réunion dans l'ensemble de l'organisation.

  • Flaubert

    Formidable, et c'est vrai que se dire est-ce que ma présence est vraiment requise à cette réunion ? Qu'est-ce que je vais apporter ? qu'est-ce que ça va m'apporter ? Bon, à un moment donné, on n'est pas là pour dire qu'il ne faut plus de réunion, mais il faut mieux de réunion. Et donc, en effet, se poser la question. Et quand on entend les managers dire je passe ma vie en réunion, je ne fais que ça, je pose mes affaires, mais mon bureau ne me sert à rien bon, ok, comment on fait ? Comment on fait ?

  • Louis

    J'aime bien cette idée, je n'ai même pas le temps de poser mes affaires dans mon bureau. Mais... Il y a une question que j'appelle la question magique, qui est quand même assez géniale. Quand on reçoit un ordre du jour qui est un peu mou du genou. Bon, point RH. Juste poser la question, qu'attends-tu de moi ? Juste ça.

  • Flaubert

    C'est bon ça.

  • Louis

    Et c'est un acte, mais d'une grande puissance. Parce qu'en fait, d'abord, ça va aider l'autre. Il va dire, ouais, mais ce que j'attends de toi, c'est que tu viennes. D'accord, mais puisque tu m'invites, je suis poli, j'ai bien été éduqué, je vais venir. Mais qu'attends-tu de moi ? comment je vais être utile dans cette réunion ? Et là, la personne va se réfléchir, ah oui, mais tu m'écoutes, ah ouais, mais quoi d'autre ? Ainsi de suite. Et puis, qu'attends-tu de moi ? Il y a des situations où ça fait sauter les rayons. Ou bien, ah bah oui, si ça que t'attends de moi, écoute, je vais t'envoyer Christophe, ou bien Christophe sera là parce qu'il représente l'équipe déjà, t'as pas besoin de moi. Donc la question magique, elle est quand même géniale. Qu'attends-tu de moi ? Et réciproquement, Quand on est un comité et qu'on fait revenir des gens, ça arrive souvent, il y a quelqu'un qui va porter un sujet. Bon alors, avant qu'on démarre, tu vas nous parler du projet Catapulte, d'accord ? Mais qu'attends-tu de nous ? Juste ça.

  • Flaubert

    Ah oui.

  • Louis

    Qu'attends-tu de nous ?

  • Flaubert

    Ça remue, en tout cas ça va au fond des choses.

  • Louis

    Et souvent les gens disent, ben, qu'est-ce que j'attends de vous ? C'est que vous m'écoutiez. Oui. Tu sais combien ça coûte l'heure ici, là, autour de la table ?

  • Flaubert

    Alors ça peut être. Ce que j'attends de toi, c'est que tu me donnes un avis sur le projet, l'idée, le pitch, et que tu me challenges justement parce que demain je vais aller le présenter ou je vais aller rencontrer un partenaire. Et là, on a quand même un objectif qui est clair.

  • Louis

    Mais je pense que dans 80% des cas, la vraie réponse que les gens auraient envie de dire, j'ai juste besoin d'être rassuré. Je viens présenter un sujet dont j'ai la responsabilité, mais il n'y a qu'un truc qui me préoccupe, c'est être rassuré sur le fait que je suis sur le bon chemin. Mais est-ce qu'on a besoin de déranger un comité de direction ? être rassuré qu'on est sur le bon chemin. Normalement, c'est le patron qui va faire ça. C'est le N plus 1. Mais pourquoi déranger tout le comité de direction ? Moi, j'ai des exemples, si tu veux, de comités de direction. L'ordre du jour du comité de direction, je ne rigole pas, c'est 4 heures de réunion, 8 sujets. chaque sujet une demi-heure, où des gens qui n'étaient pas membres du comité de direction venaient présenter des sujets qui étaient déjà traités, pour lesquels il n'y avait aucune décision à prendre. Et en fait, ce comité de direction, ce qui les arrangeait beaucoup, c'est qu'à aucun moment, ils avaient des discussions de fond sur la réalité de leur rôle. Ils venaient juste enteriner ou écouter des sujets sur lesquels les décisions avaient été déjà prises. Et donc les décisions se prenaient dans les corridors, autour du café, et il y avait une sorte de mal-être complet, parce qu'on ne savait plus où ça se passait.

  • Flaubert

    Est-ce que, justement, là tu es en train de nous parler de ça, allez, tu as un exemple de... Ouais, on peut dire mauvaise, très mauvaise réunion, pire réunion à laquelle t'as pu assister, ou en tout cas, ce que t'as pu constater ?

  • Louis

    Alors j'en ai plusieurs en tête.

  • Flaubert

    J'imagine.

  • Louis

    La première, comité de direction, 13 personnes dans le comité de direction, ce qui est beaucoup. Chaque membre du comité de direction représentant une fonction, et le président de l'entreprise faisant un one-to-one avec chacun de ses collaborateurs. Bon alors toi ! T'en es où avec le niveau de la dernière campagne de pub ? Je l'ai vu, c'est pas terrible, peut-être pas que tu rajustes ça. Bon, maintenant, et toi ? Tes rendements sur ligne, là ? Je trouve que dans telle usine, ça se dégrade. Qu'est-ce qu'on fait ? Et en fait, ce qui se passe, c'est qu'il y avait 12 réunions, 12 one-to-one, ça durait de 9h à 18h, quand même, ok ? Et pendant qu'il y avait une discussion entre le patron et la directrice du marketing, les autres, ils se taisaient. Parce qu'ils imaginaient que si par hasard, ils levaient la main en disant Ouais, moi aussi j'ai vu la pub, je pense qu'on devrait faire ça Il se disait, oulala, quand moi je vais présenter mes rendements sur ligne, je vais voir les représailles. Donc ça c'est la réunion que j'appelle Marguerite. Ensuite, parce qu'il y a autant de pétales qu'il y a de trucs, il y a la réunion Poutine. La réunion Poutine c'est le patron qui parle, qui parle, qui parle, et qui dit parfois des choses un petit peu insensées, etc. Tout le monde se tait. Parce qu'il sait que s'il lève là-bas, il va finir comme Navalny. Voilà. Donc les gens ont peur en fait. Ils se disent, c'est pas l'endroit. il y a aussi récemment j'assieds une réunion dans l'administration je suis obligé de la raconter je la trouve trop rigolote on me demande d'observer une réunion, je fais beaucoup ça le patron commence il prépare une petite liste de sujets donc il raconte un peu sa vie, je me suis occupé de ça il y a ça qui avance etc ensuite un tour de rôle il fait le tour de table et chacun raconte sa vie moi je suis sur tel sujet et puis la conversation accroche ou pas sur lequel, ah ouais tiens c'est intéressant ce que tu fais etc ça dure, au lieu de durer deux heures, ça dure deux heures et demie. Au bout de deux heures et demie, ils me disent Mais qu'est-ce que vous pensez, Louis, de cette réunion ? Et là, je dis Mais écoutez, j'hésite, je sais pas, mais j'ai pas l'impression qu'on ait pris beaucoup de décisions. Et là, le patron me dit Attendez, monsieur Marais, mais nous, on est dans une administration, nous, ces réunions, j'applique le modèle de la poubelle. Ah, le modèle de la poubelle, c'est quoi ? Le modèle de la poubelle, c'est un concept qui a été développé dans les années 70, aux Etats-Unis, qui consiste à dire, on est en réunion, Et de temps en temps, il y a des solutions qui vont émerger, parce que ça va donner des idées aux gens, Ah ouais, mais ça je l'ai déjà vu ! Donc ça, c'est vraiment terrible. Et donc, pour tout dire, à la fin, on s'est mis d'accord, écoutez, on n'a pas le même regard sur ce que, à quoi doit servir une réunion dans une organisation. Je ne suis pas sûr que vous ayez vraiment envie de transformer vos pratiques. Restez avec votre modèle de la poubelle, et moi, je vais être dans un modèle beaucoup plus, peut-être, tranchant ou incisif.

  • Flaubert

    Oui, parce que là, c'est un déjeuner ou un apéro.

  • Louis

    Bistrot.

  • Flaubert

    Oui, bistrot, quoi. Mais c'est bon, c'est un dévidoir, quoi. On parle de choses et d'autres, mais on ne fait pas vraiment avancer le business. Ok ? Alors, si justement, on fait le lien entre ce qu'on avait dit sur le fait que la réunion doit être ou peut être un laboratoire d'apprentissage des gestes du leader. Parce que... Réunir une équipe, c'est un acte de management. On est bien d'accord qu'il y a du management individuel, le management collectif, l'acte suprême du management collectif, c'est la réunion. Qu'est-ce que doit faire le bon manager ou celui qui est en train d'être un leader de son équipe ? Quels sont les comportements, astuces, conseils, tips que tu peux leur donner, parce qu'on en a qui nous écoutent, en sachant que, il ne faut pas tout mettre, à mon sens, sur les épaules du manager dans la réunion, les personnes qui participent doivent être acteurs, actrices de la réunion, mais c'est aussi à lui de les embarquer. Donc allez, c'est quoi un leader en réunion ?

  • Louis

    Alors je vais faire une réponse un peu longue. Il y a quelques jours, j'animais un atelier au salon du management et j'ai posé la question suivante. Imaginez une organisation où il y a un chef, quatre sous-chefs, enfin un chef ou une chef, quatre sous-chefs et treize collaborateurs. Quatre, quatre, trois et deux. Donc j'ai une équipe de dix-huit personnes. J'appelle ça le modèle pyramide. Et je pose la question, d'après vous, combien est-il recommandé de tenir de réunion par mois pour que ce système fonctionne bien ? Alors là, il faut prendre son élan. La réponse, c'est 89.

  • Flaubert

    89.

  • Louis

    89 réunions dans une organisation comme ça. Un chef, 4 sous-chefs et 13 collaborateurs pour que ça fonctionne au rythme mensuel. Mais oui, mais 89, mais où ça ? C'est très simple. C'est pratique quand même d'avoir une réunion du comité de direction des 1 plus 4 par semaine. que chaque chef d'équipe fasse lui-même une réunion avec son équipe, rien de mortel là-dedans, et qu'ensuite, d'ailleurs, que les réunions d'équipe soient coordonnées dans le temps de manière à ce qu'il y ait une descente d'informations ou une cascade. Ensuite, ça vaut le coup, une fois par mois quand même, de réunir les 18 personnes. Et ensuite, il y a les one-to-one. Et ensuite, régulièrement, idéalement une fois par semaine, chaque manager va s'asseoir avec son collaborateur pour où est-ce que tu en es, comment je peux t'aider, comment tu te développes, ainsi de suite. Donc quand tu fais le total, c'est 89. Bon, c'est une façon de pousser un peu le raisonnement. Et c'est une façon aussi de dire que quand, tout à l'heure, tu disais la réunion est un acte de management, les trois réunions que j'ai incitées sont des actes de management. Donc la réunion de codire ou la réunion d'équipe, mais aussi le one-to-one et aussi la réunion de l'ensemble, du département. Et donc en fait il faut être très attentif à ce que l'on met dans chacune de ces réunions Oui il faut qu'elles soient bien structurées et qu'on n'y perde pas son temps Oui et que chacune ait des sujets qui soient en cohérence avec le casting Ce que je dis souvent c'est qu'une réunion de projet c'est facile C'est un pas sur la trajectoire du projet qui va de son lancement à son succès. La réunion est un pas sur la trajectoire du projet. La réunion d'équipe, c'est quoi ? C'est un pas sur la trajectoire d'une équipe. qui va de sa constitution à son excellence.

  • Flaubert

    De sa constitution à son excellence.

  • Louis

    Donc la réunion d'équipe, c'est le lieu de la construction de l'excellence de l'équipe. C'est en aucun cas le lieu où on va parler de projet, sauf s'ils sont des projets qui contribuent à l'excellence de l'équipe. Et c'est dans les one-to-one que l'on va avoir des réunions de travail avec chacun de ses collaborateurs. de manière à travailler sur des tâches peut-être, à travailler sur son développement, à recevoir du feedback. Donc je reviens à cette réunion d'équipe. La réunion d'équipe, elle est juste là pour construire l'excellence de l'équipe. Donc travailler sur comment l'équipe fonctionne ensemble. Et j'aime bien citer une étude qui a été faite par Google, étude Aristote 2012-2015, 180 équipes ont été expertisées dans le monde. Ils se sont posé la question, mais qu'est-ce qui fait la performance des équipes ? Est-ce que c'est le niveau scolaire ? Non. Est-ce que c'est la couleur de peau ? Non. Est-ce que c'est l'organisme social ? Non. Est-ce que c'est le QI ? Non. C'est juste la manière avec laquelle les personnes de l'équipe interagissent les uns avec les autres. C'est la relation. Et donc la réunion d'équipe, elle est là pour construire la relation. Et le premier critère qui prédit la performance d'une équipe, c'est la sécurité psychologique, la capacité qu'a chacun à prendre des risques dans le groupe. je sais pas, je me suis trompé, réexpliquez-moi. C'est ça qui a fait la performance de l'équipe. Le premier critère. Et ça repose sur, d'une part, la sensibilité sociale, la capacité qu'a chacun de capter un peu ce qui se passe dans la tête de l'autre, et puis l'équité de prise de parole que tout le monde voit au chapitre. Donc la réunion d'équipe, elle est là pour ça, pour construire cette sécurité psychologique.

  • Flaubert

    Et ça, c'est le rôle du manager.

  • Louis

    C'est le rôle du manager, bien évidemment, mais il va co-construire ça avec son équipe, en disant, mais finalement les gars, qu'est-ce qu'il faut qu'on mette dans nos réunions d'équipe ? Dans l'anecdote que j'ai racontée tout à l'heure, à la fin de la réunion, je n'ai pas pris le temps de le dire, mais avant de dire moi ce que j'avais vu, j'ai fait un tour de table en me disant, qu'est-ce qui s'est bien passé aujourd'hui ? Et qu'est-ce qu'on pourrait faire mieux la prochaine fois ? T'en as 5 sur 7 qui disent, ce serait bien qu'on gère la durée de la réunion. Mais le patron, il n'a pas entendu. Non, non, moi, il faut que ce soit un espace comme ça, de liberté, etc. Mais les gens venaient juste de crier, chef, ce serait bien que ça se termine à l'heure. Donc, en fait, la solution pour que la réunion équipe soit performante, il y a nous, le manager a une idée, bien sûr, mais il faut demander aux collaborateurs. Les amis, qu'est-ce qu'on peut faire pour que vous tiriez le meilleur de ces réunions d'équipe ?

  • Flaubert

    Alors, il faut le demander et il faut le mettre en application aussi. Parce que j'aime beaucoup, tu dis, sécurité psychologique. Ça veut dire que quand je viens en réunion, déjà, ce n'est pas un stand de tir. Je me sens à l'aise pour exprimer mon point de vue, mes idées, et parfois un point de vue qui est un peu divergent du collectif. Absolument. Mais là, dans l'exemple que tu prends, ce serait bien qu'on respecte le timing qu'on fait. Moi, j'ai d'autres rendez-vous derrière, où j'ai une obligation, qu'elle soit personnelle ou professionnelle. Mais donc là, la sécurité psychologique, ça va de pair avec le fait que, ok, le patron, il a entendu. Qu'en effet, la prochaine fois, on veillera à respecter le timing de deux heures. Donc bon, il a lui cette responsabilité, mais encore une fois, c'est une responsabilité aussi collective. Quelqu'un peut lever la main en disant, bon, c'est bon, timing, attention.

  • Louis

    Exactement. Mais pour aller au bout de l'exercice, fin de réunion, alors qu'est-ce qui s'est bien passé aujourd'hui ? Qu'est-ce qu'on fera la prochaine fois ? La prochaine fois, ce serait bien qu'on... Finissez à l'heure, très bien. La prochaine fois, ce serait bien que les documents, on les ait à voir le dimanche soir pour la réunion qui démarre à 10h le lundi, on les ait le jeudi. Très bien. La prochaine fois, ce serait bien que le compte-rendu, on l'ait pas la veille, mais deux jours après la réunion. Bon, stop les gars. On va pas tout faire tout de suite. Rome ne s'est pas fait en un jour. Parmi les trois points qu'on vient de voir, sur lequel on s'engage à bosser de façon solidaire.

  • Flaubert

    Voilà le leader, là. Là, le leader, il est là.

  • Louis

    donc moi je pense que cette idée d'envoyer les slides, non pas le dimanche soir mais le jeudi c'est une bonne idée vous pensez que moi c'est une bonne idée ? on est d'accord ? on y va ? et ce qu'on va faire à la prochaine réunion on mettra des petites gommettes rouges et vertes Juste pour le jeu, pour les gens qui ont... Juste pour jouer, mettre un peu de fun. Et petit à petit, il y a des disciplines qui vont se mettre en œuvre. Parce que les gens vont se rendre compte que ça transforme la réunion. Le fait de pouvoir, pour certaines personnes, lire des documents, se préparer, ça leur donne un rôle complètement différent.

  • Flaubert

    Et là, on est dans l'excellence. Et j'aime beaucoup celles et ceux qui nous écoutent, s'ils peuvent retenir de se dire Ok, est-ce que la réunion à laquelle je participe ou que j'organise contribue à l'excellence de l'équipe ? À un moment donné, comment on monte un peu le curseur ?

  • Louis

    À chaque fois. Synchronisation des agendas, réunions compliquées, comment je peux t'aider, gestion... Moi, j'ai eu la chance d'être dans une entreprise performante, mais avec une équipe super performante. En fait, l'essentiel de nos réunions, on parlait de budget, d'utilisation des ressources, mais surtout d'utilisation des ressources humaines, en fait. On avait une équipe de 80 personnes, on était 5 au comité de direction, donc en dessous de nous, il y avait 80 personnes, donc il y avait deux niveaux. On était observé. sur qu'est-ce qu'on fait pour que les gens qui sont en dessous de nous fonctionnent le mieux possible. Et on était en liberté pour dire, ouais, j'ai vu l'autre jour ton collègue, enfin ton collaborateur en réunion, je trouve que sa présentation, il aurait pu la préparer un peu plus. Ben j'écoutais, puis on pouvait aller voir le collaborateur, donc ainsi de suite, il y avait une sorte de confiance et de solidarité. Et ce n'était pas l'endroit où Paul, Jacques ou... Myriam disait regardez mon projet regardez comme tout va bien et regardez comme je suis beau et belle pas un stand de tir et pas un truc où je me mets en avant le 14 juillet le défilé,

  • Flaubert

    regardez c'est vrai que trop de réunions sont comme ça alors j'avais lu quelque chose de toi et on terminera par ça où tu disais la réunion touche à l'intime c'est une remise en question comportementale qui challenge la capacité à embarquer les autres et à prendre le leadership. On est dedans, là ?

  • Louis

    C'est-à-dire que moi, je pousse à observer des réunions. Il y a une autre anecdote. Je vais dans une entreprise et je dis... On va faire un petit questionnaire. Combien d'heures vous passez par semaine en réunion ? Sur 20 personnes, 17 heures par semaine. Et je leur dis, écoutez, c'est super bien, j'ai envie d'observer vos réunions pour que... pour capter. Dans 15 jours, j'ai une semaine complètement disponible. Je peux venir dans l'entreprise observer. Figure-toi que cette semaine-là, il n'y a pas eu une seule réunion pour les 20 personnes. Pas de réunion. En fait, ils ont eu peur. Peur que je sois là. Alors, ce que je fais quand j'observe, je me mets en retrait. Je ne dis rien. J'observe. Mais en fait, il y a une forme d'intimité. Il y a parfois des dérives comportementales dans un collectif parce qu'on vit avec ça, que c'est un peu l'histoire, la culture, et puis avoir quelqu'un qui vient juste dire Tiens, écoutez, est-ce que vous pourriez juste, à la fin de chaque discussion, que quelqu'un dise ce que vous venez de décider ? On en a parlé tout à l'heure. Moi, une autre fois, j'ai assisté à la réunion, c'était rigolo. C'est une réunion qui a duré, alors c'était en plus avec des fuseaux horaires, donc il y a des gens qui étaient très très loin, etc., qui s'étaient levés à 3h du matin pour être assistés à la réunion. C'était un peu compliqué. La réunion dure 4h. Et au bout de 4h, je dis Combien de décisions ont vous pris aujourd'hui ? 18, ah bon lesquels ? alors il faudrait que et puis un autre dit 4, ainsi de suite. Et moi, je leur dis, écoutez, moi, ce que j'ai entendu, je crois que vous n'avez pris qu'une décision. Ah bon, laquelle ? La date à laquelle vous aurez le repas de Noël.

  • Flaubert

    C'est une décision.

  • Louis

    Et donc là, j'étais tombé dans l'intime. Parce qu'en fait, quand je leur ai dit ça... Là le patron a dit ouais mais attends une réunion monsieur Varaye c'est pas uniquement pour prendre des décisions. D'accord. Mais je vous demande quand une décision vous est prise vous êtes vous même pas capable de vous aligner sur le nombre de décisions. Et finalement il n'y en a qu'une qui a été prise, la date du repas de Noël.

  • Flaubert

    Prise de décision, excellence, sécurité. Voilà des mots qui, je l'espère, vont résonner dans la tête de nos auditrices et auditeurs. N'hésitez pas aussi à bien vous dire que vous êtes toutes et tous actrices et acteurs des réunions. Et puis, montez le niveau d'excellence de vos réunions. Faites monter le niveau d'excellence de vos réunions. Et puis, que les managers aussi montent en leadership parce que c'est un acte de management. Louis, merci beaucoup. Pour tout ce que tu as partagé dans cet épisode, alors on n'a pas encore terminé, on va finir avec les trois questions que je pose à toutes et tous mes invités. Le premier, puisqu'on est sur un podcast qui tourne autour des RH et du management. Quel conseil, comme ça, tu donnerais à une personne qui travaille dans les ressources humaines ?

  • Louis

    On en a parlé un petit peu, donc déjà faire des enquêtes. Demandez aux gens, finalement, qu'est-ce que vous pensez des réunions. Moi je fais une petite enquête qualitative, 25 conjectures, tu sais, chez nous les réunions démarrent à l'heure, chez nous les décisions sont claires, chez nous les décisions sont suivies des faits, plutôt pas d'accord et puis complètement d'accord et ainsi de suite. Donc moi je fais une cartographie de ça, c'est assez amusant. Et très souvent il y a un truc très rigolo, c'est que chez nous il est facile de prendre la parole en réunion. ok, donc c'est plutôt positif et le pire des scores c'est chez nous, je sors de réunion avec moins d'énergie que le niveau avec lequel je suis rentré donc les gens disent explicitement que les réunions les fatiguent donc faire une enquête la deuxième chose c'est être exemplaire ce qui n'est pas être parfait,

  • Flaubert

    puisqu'on n'est jamais parfait mais être exemplaire C'est ?

  • Louis

    C'est le progrès, c'est par exemple être exemplaire C'est finir toute réunion en disant Qu'est-ce qu'on a pensé de ce qu'on vient de faire ? Oser justement, en étant Sécurité psychologique, oser demander Du feedback aux gens, qu'est-ce qui s'est bien passé ? Qu'est-ce qu'on fera mieux la prochaine fois ?

  • Flaubert

    C'est commencer à l'heure et finir à l'heure C'est aussi la ponctualité

  • Louis

    Et puis c'est Pour chaque sujet avoir un objectif Un résultat attendu Donc déjà, je pense que si les RH s'intéressent à ça, il faut qu'ils soient exemplaires. Ensuite, faire des enquêtes, et ensuite imaginer quels seraient les quelques principes fondamentaux sur lesquels on serait prêt à engager l'organisation. Les minimums de chez minimum. Et en veillant à ce que ce soit pris, récupéré, personnalisé ou personnifié par les membres du comité de direction. Parce que ça aussi, c'est essentiel. L'exemplarité. Partout où j'ai eu, entre guillemets, des succès de transformation des pratiques, c'est lorsque les patrons s'y sont mis.

  • Flaubert

    Le sponsoring, en effet. L'exemplarité, il fait que le top management se saisit du sujet et en effet, ça part du haut et puis ça descend. Ça, c'est fondamental, oui. Donc, arriver aussi à convaincre. Le top management de la démarche et du fait de dire, ok, les réunions, il faut qu'on les travaille autrement, et voilà, il y a une exemplarité à avoir, etc. C'est un vrai sujet, oui.

  • Louis

    Moi, une équipe, j'adore, ça s'est très bien passé, c'est dans une grande assurance, le patron m'a fait confiance, il avait un chief of staff, donc quelqu'un qui l'accompagne, ben la réunion se terminait à 20h, 21h, maintenant elle se termine toute à 17h. Oui. mais il y a moins de sujets, il n'y a que des sujets où il y a un besoin et ce n'est pas simplement le défilé où chacun va raconter ses histoires pour se faire valoir.

  • Flaubert

    Et j'imagine que celles et ceux qui sortent de ces réunions-là ne sont pas fatigués, mais à un moment donné le but c'est rebooster aussi je sais où je vais, j'ai mes éléments j'ai la trajectoire et puis j'ai l'énergie, ça me donne plutôt envie qu'autre chose.

  • Louis

    Je rajoute juste un truc, une réunion en fait ça a juste deux objectifs de la clarté sur ce qu'il y a à faire et l'envie de le faire. La bonne réunion, je sais ce qu'il y a à faire, que je sois le chef, le sous-chef ou n'importe qui, et j'ai envie de le faire. On m'a donné envie de le faire, on m'a réexpliqué le sens. C'est juste ça.

  • Flaubert

    Ok, un livre que tu emmènerais sur une île déserte, alors parle de tes livres, c'est le moment. Ah si, si, si.

  • Louis

    Non mais je ne les emmènerais pas sur une île déserte.

  • Flaubert

    Mais oui, moi je les emmène bien, on ne se dit pas besoin.

  • Louis

    Non, j'ai... Bon, j'ai écrit un bouquin en 2022 qui a été traduit en 2023 en anglais, qui s'appelle La réunionite, ça suffit. Meeting it is, stop it. Et donc, j'ai rassemblé dans un bouquin qui est en 90 minutes des questions simples pour gérer des réunions. Donc, qu'est-ce que j'attends de la réunion ? De qui j'ai besoin ? Comment va chacun ? Ainsi de suite. Donc j'essaie de structurer ce livre sur des questions extrêmement simples. Alors j'ai eu de la chance, j'ai fait appel à Gaps qui a bien voulu l'illustrer donc en plus il y a un petit peu de fun. Et auparavant, quand j'ai quitté le groupe Danone, j'avais pris le temps d'écrire un petit bouquin sur les 15 astuces pour apporter le bonheur au travail et au-delà, donc des gestes de management de base. Donc je continue à utiliser ce bouquin quand je fais des conférences dans des grandes écoles etc. sur Oui, oui, on peut être heureux au boulot, sous réserve de prendre quelques petites mesures. Mais après, à ta question, qu'est-ce que j'emmènerais comme bouquin ? Alors, j'ai dit à mon épouse, j'emmènerais un Moleskine. Elle m'a dit, il n'y a rien dedans. Mais justement, pour écrire. Elle m'a dit, oui, mais ce n'est pas un livre. Donc en fait, j'ai pensé à un livre, j'adore Jack London, donc le double de la pléiade romans et nouvelles de Jack London, c'est quand même assez intéressant. sur l'individu, la manière à laquelle il a remis en scène sa vie.

  • Flaubert

    D'accord. Ton bouquin, La Réunionite, ça suffit ?

  • Louis

    On le trouve partout, je veux dire, sur les plateformes, à la FNAC,

  • Flaubert

    etc. Et donc, on le lit en 90 minutes et on peut gérer ses réunions différemment. Absolument. C'est un bon investissement.

  • Louis

    Oui, je pense que c'est un bon investissement. Et surtout, il faut acheter trois marqueurs, trois surligneurs. Un vert, un jaune et un rouge ou un orange. Donc le vert, on souligne, je le fais déjà. le jaune, je vais essayer et le rouge, il faut que j'en parle à mon chef j'adore ok ok,

  • Flaubert

    super allez, dernière question, est-ce que tu aurais une personne à me recommander pour un prochain épisode toujours autour des RH et du management

  • Louis

    Il y a deux personnes à qui je pense. Il y a une première personne, elle s'appelle Julie Danktran. Elle est aujourd'hui la directrice générale d'une boutique qui s'appelle EpiSaveur, qui est une filiale du groupe Pomona, mais auparavant elle était directrice générale de Manute en France, et auparavant elle était chez HP, donc elle a une culture assez internationale. Et pour moi c'est le modèle du leadership au féminin. Ok, génial. Et elle a un talent unique. pour transformer ses équipes, pour transformer les organisations, et en étant vraiment, en utilisant les personnes, tous leurs talents, etc. Alors en plus, c'est une bonne cliente, c'est-à-dire que j'ai aidé Manu Tan, maintenant j'aide EpiSaver. Puis il y a une deuxième personne, moi, qui serait vraiment intéressant, c'est un consultant, il s'appelle Philippe Bazin, il a longtemps travaillé chez Krauthammer, il est chez Krauthammer, et il a développé un savoir-faire dans débloquer les situations bloquées. Et donc, il utilise des techniques un petit peu originales, qui touchent à l'individu, au collectif, à tout ce qui est quasiment vibratoire entre les individus, et il apporte des solutions sur des situations bloquées. Et il aide aussi des organisations à passer des caps, en fait. les individus ou des organisations à passer des caps. Donc c'est quelqu'un qui a une approche extrêmement originale, très décalée de tout ce que l'on peut entendre sur le management un peu traditionnel, et je trouve que ça pourrait être intéressant que tu le sollicites, Philippe Bazin.

  • Flaubert

    Eh bien, merci beaucoup, merci pour tout ce que tu as donné dans cet épisode, et je pense que toutes les personnes qui vont écouter cet épisode ne verront plus les réunions comme avant, et si ça peut contribuer à monter un peu le curseur des réunions, On aura réussi notre coup. Voilà. Merci beaucoup, Louis. Et puis, à bientôt.

  • Louis

    A bientôt, Flaubert. Merci. Au

  • Flaubert

    Merci d'avoir écouté cet épisode de 13e mois. S'il vous a été utile, partagez-le à votre entourage RH pour qu'il les aide à leur tour. Et puisqu'on y est, mettez une note 5 étoiles et un petit commentaire pour que ce podcast puisse profiter à un maximum d'acteurs de la communauté RH. Pour recevoir encore plus de ressources sur le secteur des RH, c'est simple, abonnez-vous à ma newsletter, le lien est en description de l'épisode. Et pour finir, si vous avez des besoins en recrutement ou en coaching, la Manufacture RH se fera un plaisir de vous accompagner il vous suffit de me contacter directement sur LinkedIn je vous dis à bientôt pour un nouvel épisode

Description

Les chiffres en matière de réunion donnent le tournis.

En France, un manager passe environ 9 heures par semaine en réunion, soit 25% de son temps de travail.


L'équivalent de 10 ans de sa vie professionnelle passés en réunions...

10 ans ...


Ça vaut le coup de s'arrêter sur la façon dont on gère et dont on manage ses réunions non ?!


Cet épisode me tenait tout particulièrement à coeur et depuis longtemps.


Peut-être parce que j'ai vécu ces réunions à rallonge, celles dans lesquelles on ne décide de rien, celles dans lesquelles on ne sait pas bien pourquoi on est là...


Louis Vareille est tout simplement Réuniologue, il soigne la fameuse réunionite aiguë...


Avec Louis, on regarde très concrètement comment diviser par deux le temps passé en réunion, ce qui au passage ferait gagner 5 ans de sa vie ;-)


Quelques exemples de ce que nous abordons dans cet épisode :

  • L'importance de différencier un sujet d'un objectif.

  • La formulation des ordres du jour sous forme de questions.

  • Les questions à poser avant de participer (ou non) à une réunion.

  • Les différents types de réunions.

  • L'organisation et la structuration d'une réunion.


On regarde même la réunion sous l'angle managérial car la réunion doit être le lieu de la construction de l'excellence de l'équipe.


Un épisode incontournable si vous voulez progresser dans votre façon de réunir votre équipe ou si vous souhaitez faire progresser les réunions auxquelles vous participez.

--------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Pour ne manquer aucun épisode du podcast 13ème Mois c'est facile : 

👉 Abonnez-vous gratuitement sur votre plateforme préférée : 

Apple Podcasts  - Spotify  - Deezer - Podcast Addict  

👉 Inscrivez-vous à la newsletter : https://manufacture-rh.myflodesk.com/newsletter  

⭐ Laissez un avis sur Apple Podcasts et/ou Spotify

👉 Retrouvez les 30 conseils de mes 30 premiers invités pour exceller dans les RH : https://manufacture-rh.myflodesk.com/30-conseils-rh

Découvrez les autres épisodes  

Ce Podcast est soutenu par La Manufacture RH  

Bonne écoute ! 



Hébergé par Ausha. Visitez ausha.co/politique-de-confidentialite pour plus d'informations.

Transcription

  • Louis

    Et à la fin de la réunion, on va prendre le temps de dire, attendez, maintenant on va récapituler les grandes décisions qu'on a prises. Pour réexprimer, sur le sujet numéro un, on est tous d'accord, on va faire ça. Et en faisant ça, on crée un espace éventuellement de contestation finale. On va dire, attends, depuis tout à l'heure, on a réfléchi, moi j'ai pensé, etc. Peut-être qu'on devrait faire autrement. J'ai envie de commencer par un qui est rigolo, c'est quand les gens quittent l'entreprise. et on leur demande mais finalement si tu nous donnais un conseil sur ce qu'on devrait changer les gens disent regardez vos réunions j'en ai marre j'en ai marre j'en peux plus j'en peux plus regardez mon agenda etc mais quand on n'est pas capable de formuler ce genre de questions le point de l'ordre du jour il faut s'interroger sur la pertinence du sujet à l'ordre du jour La réunion d'équipe, c'est le lieu de la construction de l'excellence de l'équipe. C'est en aucun cas le lieu où on va parler de projet, sauf si ce sont des projets qui contribuent à l'excellence de l'équipe.

  • Flaubert

    Papa, c'est vrai que tu licencies des gens ? Ça, c'est tout simplement la question que ma fille m'a posée un matin sur le chemin de l'école alors que j'étais DRH. Bon, je lui ai évidemment expliqué que mon métier allait bien au-delà des licenciements, que c'était l'art de construire des équipes exceptionnelles, de développer des talents et de cultiver le leadership en entreprise. Mais ça m'a confronté une fois de plus à la mauvaise réputation de mon métier. Depuis, j'ai donc œuvré à faire briller la fonction RH, pour aider les DRH à bâtir des équipes qui reflètent leur vision et à développer leur propre leadership. Je suis Flaubert, le fondateur de la Manufacture RH, le spécialiste du recrutement et du coaching des fonctions RH. Et je suis ravi de vous accueillir dans 13e mois, le podcast qui décrypte l'excellence RH. Grâce à des interviews de DRH inspirants, des conseils concrets et des chroniques d'actualité, vous aurez toutes les clés pour comprendre les tendances et innover. Allez, laissez-vous inspirer et venez intégrer notre communauté RH pleine d'énergie. Bonjour Louis. Bonjour. Imaginons la scène, nous sommes dans les couloirs d'une entreprise française, comme il en existe beaucoup, et voici ce que l'on entend. Salut Pierre, t'as vu mon mail ? Oui, oui, j'ai vu ton mail. Alors, je t'ai pas encore répondu, j'ai une réunion dans 10 minutes, comme d'hab, je vais en profiter pour répondre à mes mails, t'auras donc ta réponse bientôt. répondre à ces mails en réunion. Sport national, multitasking ou manque d'intérêt des réunions, les raisons sont nombreuses mais le constat est là, car cette scène, je l'ai vécue, et je suis certain que ça va rappeler des situations vécues à nos auditrices et nos auditeurs. Il y a une phrase que j'aime beaucoup lancer aux managers que je rencontre ou que je coach, c'est Dis-moi comment tu réunis ton équipe, je te dirai quel manager tu es ! La réunion. La réunion, c'est une représentation micro, un peu comme une image arrêtée du fonctionnement de l'entreprise. Et comme c'est un vrai sujet de management, je trouvais très intéressant d'y consacrer un épisode. Pour en parler, rien de mieux qu'un expert du sujet comme toi, Louis, puisque tu es tout simplement réuniologue. J'imagine que ce titre vient en réponse à la désormais fameuse réunionnite, dont on entend parler depuis plusieurs années, mais tu vas nous expliquer tout ça juste après. Alors comme on passe beaucoup trop de temps en réunion, dans cet épisode nous allons regarder ce que l'on peut faire pour diviser par deux le temps passé en réunion Et on va même pousser un peu plus loin, puisque nous avons décidé de regarder également la réunion sous l'angle managérial, pour voir comment en faire un laboratoire d'apprentissage des gestes du leader. Je me réjouis vraiment à l'avance de parler de tout ça avec toi, mais avant cela, qui es-tu Louis Vareil, car on ne devient pas réuniologue comme ça ? Louis Vareil, donc par quoi je commence ? Je suis un passionné des réunions. Et en fait, c'est un passionné surtout de la mise en mouvement des collectifs. Et c'est quelque chose qui est en moi depuis bientôt 45 ans. Donc j'ai une passion pour la mise en mouvement des collectifs. Donc regrouper des gens, monter des projets, les embarquer. Et en fait très très vite, il m'est apparu que c'est en réunion que ça se passe. C'est en réunion que l'on va regrouper des individus, définir un projet, définir un plan d'action, le suivre, accompagner, ajuster, célébrer les succès. Donc c'est là que ça se passe. Donc de formation, moi je suis vétérinaire, j'ai fait 4 ans à l'école vétérinaire de Maison-Alfort, et puis après j'ai fait 5 ans dans le conseil, en sécurité des aliments, puis j'ai eu la chance de travailler pendant 26 ans chez Danone, dans des postes plutôt internationaux, dont 9 ans à Amsterdam, et avec des rôles qui étaient croissants, et à un moment j'avais même la responsabilité des affaires publiques. Pour la division alimentation infantile, le groupe Danone était assez formidable, puisqu'en gros ça m'a amené à animer 13 000 réunions dans 45 pays. Pas mal. C'est pas mal.

  • Louis

    Une vraie passion.

  • Flaubert

    Ça donne une crédibilité.

  • Louis

    J'espère en tout cas. Et donc quand Danone m'a quitté, j'ai décidé de créer une activité de conseil sur les réunions. Juste sur les réunions. Donc je ne suis pas facilitateur, j'accompagne des organisations qui ont décidé... de s'attaquer au sujet que tu as abordé, la réunionnite, ce temps que l'on passe dans des mauvaises réunions.

  • Flaubert

    Donc en fait, ce que tu dis, c'est que tu as vécu un passé. Alors ce que je trouve intéressant et même questionnant, c'est comment on fait pour commencer par être vétérinaire de formation et puis ensuite arriver dans le monde de l'entreprise. Et peut-être la question, c'est qu'est-ce que tu gardes et qu'est-ce que tu utilises de ce que tu as connu ? Dans cette ancienne vie, parce que pour moi, une vie professionnelle, c'est un chemin, donc tu as dû utiliser des choses.

  • Louis

    Ouh là là, celle-ci est un peu compliquée déjà. Alors, pourquoi je commence ? Bon d'abord, très vite fait, mais je suis véto, je pense que quand on décide de rentrer parfois dans des cursus, on est influencé par son environnement, sa famille. Je pense que ma famille s'était projetée avec le retour à la terre du troisième de la famille. Donc ça c'est une première chose. Donc le choix de faire véto, même si ça peut choquer certaines personnes, c'est un choix non pas subi, mais pas aussi profond que pour d'autres. Et une fois à l'école, j'ai pris beaucoup de plaisir à effectivement être dans cette école, mais ce qui m'a attiré le plus... C'est justement de monter ses collectifs. Donc être le représentant des étudiants pour le conseil d'administration, créer un ciné-club, être le président du cercle des élèves, s'occuper de l'accueil, et ainsi de suite. Donc en fait, c'était mon truc. Et quand je suis sorti de l'école, en fait, un autre élément important pour moi, c'est que c'est compliqué de prendre une décision. Prendre une décision, c'est compliqué. Et en fait, j'ai petit à petit compris que la réunion, c'est la meilleure des manières pour moi de faire prendre mes décisions par les autres. Donc s'installer en clientèle, c'était une grosse décision. C'était un truc qui allait peut-être imprimer ma vie. Donc j'ai préféré aller dans un univers un peu plus, comment dire, flexible, qui était au début le conseil. Ça me permettait de mieux sentir les choses. Mais cette notion de la réunion et le lieu, et ça c'est important pour moi, où on va... pour faire prendre des décisions à un collectif. Et plus la décision est collective, plus elle sera puissante.

  • Flaubert

    J'aime beaucoup déjà, tu vois, ça fait juste quelques minutes qu'on est sur le sujet, mais déjà tu pointes quelque chose qui est fondamental. Une réunion consiste à prendre des décisions de manière collective. Et il y a tellement de réunions où entre le moment où on rentre et le moment où on sort, on n'a rien décidé, mais pas le début d'un petit peu de quelque chose. Donc déjà, toi tu pointes ça. On va y revenir évidemment. Je voulais juste aussi revenir sur quelque chose que tu as évoqué. Tu dis, je ne suis pas un facilitateur. À travers ça, tu dis, moi je ne suis pas là pour animer les réunions des autres, c'est ça ? Toi, tu es là pour les accompagner dans la façon dont ils vont faire, gérer, animer leurs réunions.

  • Louis

    Absolument, moi ce que j'essaie, j'essaie de développer une autonomie Une autonomie des personnes qui animent des réunions ou qui portent des sujets dans des réunions, on ne va pas y revenir, pour qu'ils soient autonomes. Et le facilitateur, c'est un autre métier. Ce sont des individus qui vont faciliter un collectif, mais qui ne vont pas forcément laisser un savoir-faire à l'organisation, parce qu'ils ont un savoir-faire très très pointu. Alors que le mien, ce que je fais, c'est que j'essaie de le transmettre, pour que les gens soient autonomes.

  • Flaubert

    D'ailleurs, on pourrait se dire que, dans l'équipe qui se réunit, on en parlait un peu avant qu'on commence le podcast, mais il devrait y avoir une personne, ou il pourrait y avoir une personne qui a ce rôle de facilitateur de la réunion, d'animateur, mais j'aime bien ce terme de facilitateur, pour aller chercher celui qui s'exprime un peu moins et qui pour autant... peut avoir et a souvent un avis très pertinent sur le sujet ?

  • Louis

    Alors, c'est super intéressant. Je reviens en arrière sur un truc, sur la décision. Tout à l'heure, on a dit la décision est collective. La réalité, c'est que le processus... d'émergence de la solution et collectif. Mais à la fin, il y a quand même quelqu'un qui prend la décision. Moi, j'ai la chance d'être président de trois associations. On a des bureaux, on discute, mais à un moment, si on décide que le prix de tel événement sera 80 euros, moi, je dis, ben, ce sera 80. Et si on s'est planté, si on fait un four, ben, c'est de ma responsabilité. Donc, la décision, elle est sa consultation, sa préparation est collective. Mais à un moment, il y a quand même, en général, quelqu'un qui... prend la décision, qui assume la responsabilité.

  • Flaubert

    Ce que tu es en train de dire, je partage totalement, la communauté, en tout cas le groupe, doit aider le décideur à trancher et à faire qu'il va prendre la meilleure des solutions pour l'équipe, pour l'entreprise, pour l'avenir, etc. En fait, on en est là, c'est ça ?

  • Louis

    Exactement. Exactement. Et en prenant en compte les contradictions, les désaccords, en les rendant explicites. Je prends cette décision, j'ai compris qu'on n'était pas tous d'accord, mais à un moment il faut trancher, c'est ça qu'on va faire. Et j'assume. Alors il y a un truc super intéressant ensuite, ce qui peut se passer dans un comité de direction ou dans un comité exécutif, c'est qu'une fois que la décision est prise... One voice.

  • Flaubert

    Exactement.

  • Louis

    Les gens sortent de la réunion, disent ça a été chaud, on n'était pas tous d'accord, mais voici la décision que solidairement nous avons prise. Parce qu'il n'y a rien de pire que des gens qui quittent des instances de direction et qui disent c'est surtout pas ça qu'il fallait faire.

  • Flaubert

    Là c'est terrible. Pour les équipes en dessous, là c'est une catastrophe. Et en effet, on porte et on est ambassadeur de la décision, même si au départ... on avait un avis divergent, mais à un moment donné, on a entendu, on a laissé entendre notre avis, mais voilà, et ça, c'est très important, et ça me fait penser aussi un peu... Alors, je n'ai plus le nom de ce politique qui disait un ministre, ça ferme sa gueule ou ça démissionne. Bon, à un moment donné, alors là, on est un peu dans la caricature, mais parfois, les politiques ont un peu du mal, en effet, à porter une décision. C'est ce qui crée un peu de flou et un peu de mou en dessous. Ok,

  • Louis

    je vais juste... Le livre que j'ai publié en 2022, il y a une phrase que je trouve merveilleuse, que j'ai trouvée dans les échos. Une phrase de Carlos Tavares, qui est le président de Stellantis. Certains lui reprochent son niveau de rémunération.

  • Flaubert

    En tout cas, il a un niveau de compétence qui est plutôt très élevé. Je pense qu'il a fait plutôt du bien à Stellantis, en effet.

  • Louis

    Quand nous avons une réunion sur un sujet, je tâche de me taire pendant la présentation. et de distribuer ensuite la parole. Point. C'est dur, virgule, mais j'ai appris à me soigner. Point. À la fin, virgule, je reformule et je tranche avec ma propre pondération, virgule, forcément discutable.

  • Flaubert

    Génial.

  • Louis

    Je trouve que cette phrase, c'est la quintessence du patron dans une réunion qui laisse de l'espace pour que chacun puisse s'exprimer, qui fait la synthèse et qui, à un moment, convient de le dire, tranche.

  • Flaubert

    Et j'adore, il y a la reformulation. C'est tellement puissant, une reformulation. Voilà, est-ce que j'ai bien compris ce que t'as dit ? Ça questionne aussi l'autre, ça montre qu'on a écouté. C'est très puissant, en effet, ce qu'il dit là, oui.

  • Louis

    Et reformulation, je rentre un peu dans la méthode. J'insiste beaucoup, dans les réunions, il y a des sujets en général. Il y a un premier sujet, un deuxième sujet, qui sont portés par des gens, parfois qui ne sont pas toujours l'animateur, on se répartit le travail. À la fin de chaque sujet... Bon alors les gars... c'est quoi le quoi, qui, quand ? C'est quoi la décision ? Et donc là, on va se réaligner sur ce qu'on vient de décider. Et à la fin de la réunion, on va prendre le temps de dire, bon, attendez, maintenant, on va récapituler les grandes décisions qu'on a prises pour réexprimer, bon, sur le sujet numéro un, on est tous d'accord, on va faire ça. Et en faisant ça, on crée un espace éventuellement de contestation finale, en disant, attends, depuis tout à l'heure, on a réfléchi, moi j'ai pensé, etc. Peut-être qu'on devrait faire autrement. Et on peut utiliser le reste de temps de la réunion pour réajuster, se réaligner. Mais une fois que l'on est d'accord, et bien... on passe à l'action et on va communiquer quelque chose d'univoque dans toute l'organisation.

  • Flaubert

    Et je trouve que beaucoup de personnes qui organisent des réunions parlent de compte-rendu. Enfin, moi, il ne faut pas parler de compte-rendu, à mon sens, mais de relevé de décision. Et un relevé de décision, c'est ce que tu viens exactement de dire. On a décidé quoi ? qui est en charge de ça et quand est-ce qu'il doit et comme ça on suit les choses celui qui n'a pas été à la réunion, il prend le truc, il suit et là pour le coup, le rôle du manager, du patron, de celui qui a tranché c'est juste de suivre que les choses avancent comme elles doivent et si elles n'avancent pas à un moment donné, de dire ok, il y a un truc qui ne va pas, qu'est-ce qu'on recadre ou pas c'est ça ?

  • Louis

    Exactement, alors on parle un peu dans tous les sens mais c'est intéressant, mais le contrôle d'une réunion, vraie question pour qui est le contrôle d'une réunion ? Pour les gens qui étaient dans la réunion, il faut leur dire, allez au travail, voici l'alignement. Ou pour dire à tous ceux qui n'étaient pas dans la réunion ce qui s'y est passé. Moi, ma version, c'est le relevé de décision. C'est juste pour dire aux gens qui étaient dans la réunion, allez les gars, au boulot. Voici le message.

  • Flaubert

    Voilà ce qu'il y a à faire.

  • Louis

    Et donc, ces longs compte-rendus de réunion, alors bien sûr c'est nécessaire pour des conseils d'administration, des instances de gouvernance, si vous voulez, où il faut qu'il y ait de la trace, mais d'une réunion de base, j'irais même à un comité de direction, un relevé de décision, ça peut être juste quelques lignes.

  • Flaubert

    Bien sûr. Voilà. Bien sûr. Alors on a plongé dans le sujet. Pardon. Non, non, mais c'est... Moi j'adore. Et c'est un sujet qui est... passionnant et on pourrait y passer beaucoup de temps et on devrait y passer beaucoup de temps et les managers et les organisations devraient passer beaucoup plus de temps à réfléchir sur comment je réunis mes équipes. Ça c'est à mon sens fondamental. Je vais revenir juste sur j'adore le terme de réuniologue. Ça vient d'où ? Je l'ai un peu dit dans l'intro, mais...

  • Louis

    Ça vient de... comment dire... Au moment où j'ai décidé de créer cette activité focalisée sur les réunions, j'ai cherché un nom de marque, en fait. Et puis j'ai créé des acronymes, etc. Puis un jour, quelque chose qui est tombé, alors j'ai dit un peu du ciel, comme ça, je me suis rendu exactement où j'étais, j'étais en train de gribouiller sur un bout de papier, Réuniologie. donc m'est tombé le mot réuniologie et j'en parle à un copain il me dit réuniologie c'est malin mais Louis tu devrais dire que t'es réuniologue mais oui c'est ça qu'il faut faire donc en fait c'est vraiment le hasard à la fois de l'intuition je sais pas quoi de la chance et ensuite des échanges avec d'autres personnes donc j'ai créé le mot de réuniologue et j'ai rédigé un pitch que j'aime bien raconter quand je suis face à quelqu'un, bonjour je m'appelle Louis Vareille, je suis réuniologue je répare les réunions et je sois de la réunionnite Dans 99% des cas, 99% des cas en France, les mots qui sortent de la bouche du mon interlocuteur, c'est vous devez en avoir du boulot Donc il y a un réflexe pavlovien à... Voilà. Et donc l'idée, c'est de réparer les réunions et de soigner la réunionnite. Et réparer les réunions, c'est équiper les organisations avec des gestes simples pour que toutes les réunions soient efficaces, ciblées sur l'objectif. Et réunionite, c'est une fois que les organisations ont appris à avoir de bonnes réunions, ils se posent la question suivante, est-ce qu'on a les bonnes réunions ? Donc ils vont se réinterroger sur la gouvernance, le système de réunion qui existe dans l'organisation, en se disant, mais est-ce que celle-ci joue vraiment son rôle ?

  • Flaubert

    Ok, alors on va aller sur le sujet de réduire le temps passé en réunion, mais avant... Puisque tu es réunionologue, puisqu'on a parlé de réunionnites, comme ça, les quelques symptômes qui font que Ah, là tiens, je dois consulter un réunionologue parce que vraiment, je suis manager, ou alors je suis membre d'une équipe et je veux me saisir du sujet, je vais voir mon boss, je vais dire Attends, les réunions, c'est plus possible. Parce que ça, c'est ce qu'on entend quand même partout. Les réunions, il y en a marre, oh là là, moi je perds mon temps, etc. Il y en a trop. C'est quoi les quelques symptômes comme ça, là ? S'il y en a un ou deux qui nous écoutent et qui se disent Ah ok, il faut que je consulte.

  • Louis

    Je ne sais pas, j'ai envie de commencer par un qui est rigolo, c'est quand les gens quittent l'entreprise, et on leur demande, mais finalement, si tu nous donnais un conseil sur ce qu'on devrait changer. Sans prendre le cas, les gens disent, regardez vos réunions, j'en ai marre, j'en ai marre, j'en peux plus, j'en peux plus, regardez mon agenda, etc. Deuxième chose, ce qui peut être un signe, c'est que font les gens en réunion ?

  • Flaubert

    Leur mail, parfois.

  • Louis

    Trop souvent. Mais on l'a tous fait. Donc en fait, à partir du moment où on est capable d'observer des réunions et se rendre compte que tout le monde a son ordinateur ouvert... et qui est en train de tapoter, et qu'on leur demande, mais tu fais quoi ? Je fais le compte-rendu pour mon équipe. Et quand tu passes derrière, comme c'est arrivé dans une grande administration, c'était le jour du Black Friday chez Amazon, tout le monde était en train de faire ses courses, tu te dis, attention, il y a quelque chose. Donc à partir du moment où tu observes que les gens dans une réunion sont en train de faire autre chose et de taper, c'est qu'il y a un souci. Troisième symptôme, peut-être, c'est qui parle en réunion ? Une réunion, c'est un lieu de l'action. C'est un lieu où chacun doit être acteur. Il y a cette phrase que l'on prête à... Enfin, moi, je dis tout muet et suspect. En réunion, tout muet et suspect. C'est-à-dire que, mais qu'est-ce que tu fais là ? Il y a une phrase qu'on prête à Elon Musk, c'est une drôle de star lui aussi, à qui on dit, mais aujourd'hui, je ne vous ai pas entendu. Vous aviez vraiment besoin d'être là ? Donc, en fait, quand dans une réunion, tu observes des gens qui font autre chose. Et puis, quand tu es en visioconférence, en petits groupes, grands groupes, c'est normal que les caméras ne soient pas allumées. Mais tu as un groupe de 4-5 personnes Et les gens n'ont pas allumé leur caméra, tu te dis, oh là là, mais qu'est-ce qu'ils sont en train de faire ? Ils ne sont pas engagés. C'est un peu comme s'ils venaient en présentiel avec une cagoule sur la tête.

  • Flaubert

    J'adore l'image. Bon.

  • Louis

    Et donc, en fait, c'est tous ces petits signaux. Et puis, après, tu peux mettre du concret, tu peux lancer une enquête. Et à chaque fois que je parle avec des grandes entreprises, elles me disent, ouais, on a fait une étude sur les irritants. Et M. Varay, on vous a fait venir, pourquoi ? Parce que le premier irritant, c'est les réunions. Le premier truc qui empêche les gens d'être épanouis, etc., c'est les réunions. Donc, il faut qu'on fasse quelque chose. Mais après, pour passer à l'action, c'est compliqué. Parce qu'en fait, les réunions, tout le monde pense savoir faire des réunions. C'est tellement évident. Et moi, ce que j'ai tendance à dire, et je le répète aussi souvent que je peux, la réuniologie devrait être aux écoles de management. Ce que la pédologie, l'étude des sols, est aux écoles d'agriculture. Parce que j'étais avec des gens de Sciences Po l'autre jour, ils me disent, oui on forme les gens, mais comment on les forme ? Ils ont une méthode ? Non on ne les forme pas. Donc ils ne forment personne. Donc personne n'est formé à gérer des réunions. Or, on sait que pour des gens qui sortent des grandes écoles, quelles qu'elles soient, et ben c'est quoi ? C'est 25% de leur temps ? 50% de leur temps qui va être passé en réunion ? Et ils arrivent dans des organisations, il n'y a pas de mode général, il n'y a pas de pratique commune, et donc chacun va faire son truc. Donc en fait, pour revenir, c'est quoi les symptômes ? C'est de voir aussi que dans l'organisation, on n'a pas défini une méthode de base. Pas d'objectif, pas de réunion. la ponctualité est un truc essentiel. Pas de réunion, enfin, pas de compte-rendu, enfin, pas de réunion sans compte-rendu. Des fondamentaux qui sont évidents pour tout le monde, mais qui, dans la réalité, ne sont pas mis en oeuvre.

  • Flaubert

    N'existent pas. Et ce que je trouve très positif dans ce que tu es en train de nous dire, c'est que, au final, c'est pas grave. C'est pas grave de ne pas réellement savoir maîtriser ces réunions. En revanche, il faut le comprendre, le savoir, prendre de la hauteur et se dire Ok, il faut juste que j'apprenne un peu. Ça s'apprend, mais on ne décide pas comme ça. Ce n'est pas un apéro dinatoire où on se dit Tiens, allez, on va discuter de on ne sait pas trop quoi, on pose les choses. Non. Et c'est ce qu'on se disait aussi avant de commencer ce podcast. au final, le plus compliqué, c'est souvent de se dire c'est quoi l'objectif que je fixe à ma réunion, c'est ça ? Absolument.

  • Louis

    Alors avant ça, je rajoute juste un truc, c'est qu'en fait, je pense que ça ne bouge pas dans beaucoup d'organisations parce que les gens pensent que le progrès n'est pas possible. Donc on vit dans une acceptation d'une forme de médiocrité. On rentre chez soi, regarde ma chérie ou regarde mon chéri, ça c'est mon agenda aujourd'hui, j'ai passé ma journée en réunion.

  • Flaubert

    Alors là, je te coupe juste, mais ça c'est... Combien de fois on l'entend ? Ah, je ne fais que ça, moi j'appelle des clients. Oh là là, mais là j'enchaîne réunion sur réunion. On pensait que le télétravail allait changer des choses. Ils sont tous en Teams toute la journée. Et je n'ai pas le temps d'aller aux toilettes. Mais c'est vrai, j'existe. Regarde, regarde ma chérie ou mon chéri, j'existe. Formidable, j'adore.

  • Louis

    Voilà, donc les gens ont quand même une conscience qu'il se passe quelque chose. Mais après ils se disent, c'est comme ça. C'est une sorte de malédiction. On doit vivre là-dedans, on est une grande entreprise, on doit avoir des rayons qui nous usent, qui nous consument et dont il ne sort pas grand-chose. Moi, ce que j'essaie de dire aux gens, c'est qu'il y a moyen de faire autrement. essayez juste ça à la fin de chaque discussion comme on l'a dit tout à l'heure prenez le temps de vous poser 35 secondes en disant alors qu'est-ce qu'on vient de décider juste ça ou bien ce que tu disais juste à part auparavant être capable de distinguer sujet et objectif moi je vois des tonnes de réunions j'observe beaucoup de réunions à plein de niveaux mais très souvent c'est bonjour je vais vous faire un point sur le projet Catapulte ah bon ? Mais faire un point c'est quoi ? Bah je vais te raconter ce qu'on a fait Mais à quoi on va servir nous ? Bah vous allez écouter C'est pas un objectif, parler du faire un point sur le projet Catapulte L'objectif c'est Qu'est-ce qu'on décide pour Catapulte ? Est-ce qu'on accepte de remettre 100 000 euros dans le projet Pour finir à l'heure ? Est-ce qu'on accepte de dire au client que le prix va augmenter ? C'est ça sur le projet Catapulte Ça c'est une décision Et la meilleure façon de formuler des ordres du jour de réunion, et j'ai piqué cette idée à l'américain, c'est formuler les sujets d'ordre du jour sous forme de questions. Sommes-nous tous d'accord pour remettre 100 000 euros dans le projet pour le terminer à temps ? Point d'interrogation.

  • Flaubert

    Un vrai bon conseil, ça.

  • Louis

    Ah, celui-là, il est... Alors, ce n'est pas le choix facile, mais quand on n'est pas capable de formuler ce genre de question au point de l'ordre du jour, il faut s'interroger sur la pertinence du sujet à l'ordre du jour.

  • Flaubert

    Donc, on est dans notre sujet qui est comment réduire le temps passé en réunion. Et là, tu viens de nous donner déjà deux choses, deux réponses, deux choses très concrètes. Ordre du jour. Alors déjà, ordre du jour. Ordre du jour, déjà. Souvent, parfois, de temps en temps, régulièrement, il n'y a pas d'ordre du jour. Je vais en réunion, je ne sais pas de quoi je vais parler, je ne peux même pas m'être un peu préparé avant pour essayer d'amener un avis un peu pertinent. Mais bon, ordre du jour sous forme de questions. et différencier sujet et objectif. Sujet et objectif,

  • Louis

    oui. Résultat qu'on attend. Qu'est-ce qui justifie qu'on va voler du temps aux gens qui sont là ?

  • Flaubert

    Voler du temps ? Oui, parce qu'en effet, ils donnent de leur temps. Et quand tu fais ça, quand tu es sur de l'objectif ou que tu poses une question, t'es juste en train aussi de responsabiliser la personne qui vient à la réunion et de lui dire t'es pas spectateur, mais t'es acteur. Et j'attends des choses de toi. Et c'est bien quand même, je vais en réunion, j'apporte des choses. Je ne suis pas que sur mon ordi à répondre à mes mails.

  • Louis

    Dis donc, Caroline, tu as vu lors du jour de la réunion, il y a un sujet qui s'appelle.rh. Tu sais ce que c'est ? Oui, oui, oui, je sais ce que c'est. C'est, je crois, qu'ils ont décidé de changer le montant des chèques déjeuners. Ah bon, tu crois que c'est ça ? Non, non, moi, je pense qu'au niveau du marketing, il y a un changement d'organisation. Je crois qu'ils ont découpé le marketing en trois départements, alors qu'il n'y en a que deux auparavant. Et tu arrives à la réunion,.rh, bonjour, on est là pour parler du plan de formation 2024.

  • Flaubert

    Donc on ne sait pas du tout, un point rh c'est le truc, c'est comme d'hiver dans la réunion et c'est là que le patron des achats fait tomber un sujet qui révolutionne l'entreprise, il l'a mis dans d'hiver qu'est-ce qu'il se passe ? On ne sait pas Vous aimez 13ème mois ? La meilleure façon de nous aider c'est de laisser un commentaire sur Apple Podcast En plus c'est très simple à faire Vous allez sur Apple Podcast, vous tapez 13ème mois, le 1, le 3, le E accent grave, le M, le E puis moi dans la barre de recherche Quand vous avez trouvé 13e mois, vous cliquez sur suivre et vous descendez en bas de la liste des épisodes jusqu'à la section notes et avis. Et là, c'est à vous de jouer. Laissez 5 étoiles si vous aimez le contenu du podcast et laissez un témoignage dans rédiger un avis. Dites-nous par exemple pourquoi vous aimez le podcast ou ce que vous en pensez. C'est tout simple et c'est vraiment ce qui permet à 13e mois d'être entendu par un maximum de personnes. Ok, d'autres choses pour réduire ce temps passé en réunion ? On a dit qu'on ne parlerait pas trop de chiffres, parce qu'après les chiffres, les gens les trouvent, mais tu avais peut-être juste un chiffre à nous partager ?

  • Louis

    Il y a deux chiffres que j'aime bien utiliser. C'est celle de 2017, mais ça n'a pas changé fondamentalement. Peut-être même que ça s'est aggravé compte tenu des réunions à distance. En gros, un manager en France passe 9 heures par semaine en réunion, donc 25% de son temps, 10 ans de sa vie au travail.

  • Flaubert

    10 ans de sa vie en réunion.

  • Louis

    Et une fois sur deux, il sort de là en disant J'aurais mieux fait de faire autre chose Donc c'est quand même assez choc. Ah oui. Donc je pense qu'il y a vraiment quelque chose. Une autre façon de diviser par deux le temps moyen passé en réunion, il y a une astuce. Tu retires 20% des réunions. Tu mets 20% de personnes en moins en réunion. et tu fais durer les réunions 20% de moins, t'as déjà réduit de 48,6%. C'est la moitié du blague. Mais déjà, se poser la question, dans toute la série de réunions que j'ai cette semaine, lesquelles je ne suis pas vraiment indispensable, lesquelles que j'organise, je peux supprimer, lesquelles je ne suis pas indispensable, je peux envoyer un collaborateur, ou c'est pas peine d'être trois d'organisation pour cette réunion, et puis qu'est-ce que je peux faire pour que la réunion, au lieu qu'elle dure une heure, elle dure 50 minutes. J'ai gagné 3 fois 20%, donc j'ai divisé par 2 déjà le temps passé en réunion dans l'ensemble de l'organisation.

  • Flaubert

    Formidable, et c'est vrai que se dire est-ce que ma présence est vraiment requise à cette réunion ? Qu'est-ce que je vais apporter ? qu'est-ce que ça va m'apporter ? Bon, à un moment donné, on n'est pas là pour dire qu'il ne faut plus de réunion, mais il faut mieux de réunion. Et donc, en effet, se poser la question. Et quand on entend les managers dire je passe ma vie en réunion, je ne fais que ça, je pose mes affaires, mais mon bureau ne me sert à rien bon, ok, comment on fait ? Comment on fait ?

  • Louis

    J'aime bien cette idée, je n'ai même pas le temps de poser mes affaires dans mon bureau. Mais... Il y a une question que j'appelle la question magique, qui est quand même assez géniale. Quand on reçoit un ordre du jour qui est un peu mou du genou. Bon, point RH. Juste poser la question, qu'attends-tu de moi ? Juste ça.

  • Flaubert

    C'est bon ça.

  • Louis

    Et c'est un acte, mais d'une grande puissance. Parce qu'en fait, d'abord, ça va aider l'autre. Il va dire, ouais, mais ce que j'attends de toi, c'est que tu viennes. D'accord, mais puisque tu m'invites, je suis poli, j'ai bien été éduqué, je vais venir. Mais qu'attends-tu de moi ? comment je vais être utile dans cette réunion ? Et là, la personne va se réfléchir, ah oui, mais tu m'écoutes, ah ouais, mais quoi d'autre ? Ainsi de suite. Et puis, qu'attends-tu de moi ? Il y a des situations où ça fait sauter les rayons. Ou bien, ah bah oui, si ça que t'attends de moi, écoute, je vais t'envoyer Christophe, ou bien Christophe sera là parce qu'il représente l'équipe déjà, t'as pas besoin de moi. Donc la question magique, elle est quand même géniale. Qu'attends-tu de moi ? Et réciproquement, Quand on est un comité et qu'on fait revenir des gens, ça arrive souvent, il y a quelqu'un qui va porter un sujet. Bon alors, avant qu'on démarre, tu vas nous parler du projet Catapulte, d'accord ? Mais qu'attends-tu de nous ? Juste ça.

  • Flaubert

    Ah oui.

  • Louis

    Qu'attends-tu de nous ?

  • Flaubert

    Ça remue, en tout cas ça va au fond des choses.

  • Louis

    Et souvent les gens disent, ben, qu'est-ce que j'attends de vous ? C'est que vous m'écoutiez. Oui. Tu sais combien ça coûte l'heure ici, là, autour de la table ?

  • Flaubert

    Alors ça peut être. Ce que j'attends de toi, c'est que tu me donnes un avis sur le projet, l'idée, le pitch, et que tu me challenges justement parce que demain je vais aller le présenter ou je vais aller rencontrer un partenaire. Et là, on a quand même un objectif qui est clair.

  • Louis

    Mais je pense que dans 80% des cas, la vraie réponse que les gens auraient envie de dire, j'ai juste besoin d'être rassuré. Je viens présenter un sujet dont j'ai la responsabilité, mais il n'y a qu'un truc qui me préoccupe, c'est être rassuré sur le fait que je suis sur le bon chemin. Mais est-ce qu'on a besoin de déranger un comité de direction ? être rassuré qu'on est sur le bon chemin. Normalement, c'est le patron qui va faire ça. C'est le N plus 1. Mais pourquoi déranger tout le comité de direction ? Moi, j'ai des exemples, si tu veux, de comités de direction. L'ordre du jour du comité de direction, je ne rigole pas, c'est 4 heures de réunion, 8 sujets. chaque sujet une demi-heure, où des gens qui n'étaient pas membres du comité de direction venaient présenter des sujets qui étaient déjà traités, pour lesquels il n'y avait aucune décision à prendre. Et en fait, ce comité de direction, ce qui les arrangeait beaucoup, c'est qu'à aucun moment, ils avaient des discussions de fond sur la réalité de leur rôle. Ils venaient juste enteriner ou écouter des sujets sur lesquels les décisions avaient été déjà prises. Et donc les décisions se prenaient dans les corridors, autour du café, et il y avait une sorte de mal-être complet, parce qu'on ne savait plus où ça se passait.

  • Flaubert

    Est-ce que, justement, là tu es en train de nous parler de ça, allez, tu as un exemple de... Ouais, on peut dire mauvaise, très mauvaise réunion, pire réunion à laquelle t'as pu assister, ou en tout cas, ce que t'as pu constater ?

  • Louis

    Alors j'en ai plusieurs en tête.

  • Flaubert

    J'imagine.

  • Louis

    La première, comité de direction, 13 personnes dans le comité de direction, ce qui est beaucoup. Chaque membre du comité de direction représentant une fonction, et le président de l'entreprise faisant un one-to-one avec chacun de ses collaborateurs. Bon alors toi ! T'en es où avec le niveau de la dernière campagne de pub ? Je l'ai vu, c'est pas terrible, peut-être pas que tu rajustes ça. Bon, maintenant, et toi ? Tes rendements sur ligne, là ? Je trouve que dans telle usine, ça se dégrade. Qu'est-ce qu'on fait ? Et en fait, ce qui se passe, c'est qu'il y avait 12 réunions, 12 one-to-one, ça durait de 9h à 18h, quand même, ok ? Et pendant qu'il y avait une discussion entre le patron et la directrice du marketing, les autres, ils se taisaient. Parce qu'ils imaginaient que si par hasard, ils levaient la main en disant Ouais, moi aussi j'ai vu la pub, je pense qu'on devrait faire ça Il se disait, oulala, quand moi je vais présenter mes rendements sur ligne, je vais voir les représailles. Donc ça c'est la réunion que j'appelle Marguerite. Ensuite, parce qu'il y a autant de pétales qu'il y a de trucs, il y a la réunion Poutine. La réunion Poutine c'est le patron qui parle, qui parle, qui parle, et qui dit parfois des choses un petit peu insensées, etc. Tout le monde se tait. Parce qu'il sait que s'il lève là-bas, il va finir comme Navalny. Voilà. Donc les gens ont peur en fait. Ils se disent, c'est pas l'endroit. il y a aussi récemment j'assieds une réunion dans l'administration je suis obligé de la raconter je la trouve trop rigolote on me demande d'observer une réunion, je fais beaucoup ça le patron commence il prépare une petite liste de sujets donc il raconte un peu sa vie, je me suis occupé de ça il y a ça qui avance etc ensuite un tour de rôle il fait le tour de table et chacun raconte sa vie moi je suis sur tel sujet et puis la conversation accroche ou pas sur lequel, ah ouais tiens c'est intéressant ce que tu fais etc ça dure, au lieu de durer deux heures, ça dure deux heures et demie. Au bout de deux heures et demie, ils me disent Mais qu'est-ce que vous pensez, Louis, de cette réunion ? Et là, je dis Mais écoutez, j'hésite, je sais pas, mais j'ai pas l'impression qu'on ait pris beaucoup de décisions. Et là, le patron me dit Attendez, monsieur Marais, mais nous, on est dans une administration, nous, ces réunions, j'applique le modèle de la poubelle. Ah, le modèle de la poubelle, c'est quoi ? Le modèle de la poubelle, c'est un concept qui a été développé dans les années 70, aux Etats-Unis, qui consiste à dire, on est en réunion, Et de temps en temps, il y a des solutions qui vont émerger, parce que ça va donner des idées aux gens, Ah ouais, mais ça je l'ai déjà vu ! Donc ça, c'est vraiment terrible. Et donc, pour tout dire, à la fin, on s'est mis d'accord, écoutez, on n'a pas le même regard sur ce que, à quoi doit servir une réunion dans une organisation. Je ne suis pas sûr que vous ayez vraiment envie de transformer vos pratiques. Restez avec votre modèle de la poubelle, et moi, je vais être dans un modèle beaucoup plus, peut-être, tranchant ou incisif.

  • Flaubert

    Oui, parce que là, c'est un déjeuner ou un apéro.

  • Louis

    Bistrot.

  • Flaubert

    Oui, bistrot, quoi. Mais c'est bon, c'est un dévidoir, quoi. On parle de choses et d'autres, mais on ne fait pas vraiment avancer le business. Ok ? Alors, si justement, on fait le lien entre ce qu'on avait dit sur le fait que la réunion doit être ou peut être un laboratoire d'apprentissage des gestes du leader. Parce que... Réunir une équipe, c'est un acte de management. On est bien d'accord qu'il y a du management individuel, le management collectif, l'acte suprême du management collectif, c'est la réunion. Qu'est-ce que doit faire le bon manager ou celui qui est en train d'être un leader de son équipe ? Quels sont les comportements, astuces, conseils, tips que tu peux leur donner, parce qu'on en a qui nous écoutent, en sachant que, il ne faut pas tout mettre, à mon sens, sur les épaules du manager dans la réunion, les personnes qui participent doivent être acteurs, actrices de la réunion, mais c'est aussi à lui de les embarquer. Donc allez, c'est quoi un leader en réunion ?

  • Louis

    Alors je vais faire une réponse un peu longue. Il y a quelques jours, j'animais un atelier au salon du management et j'ai posé la question suivante. Imaginez une organisation où il y a un chef, quatre sous-chefs, enfin un chef ou une chef, quatre sous-chefs et treize collaborateurs. Quatre, quatre, trois et deux. Donc j'ai une équipe de dix-huit personnes. J'appelle ça le modèle pyramide. Et je pose la question, d'après vous, combien est-il recommandé de tenir de réunion par mois pour que ce système fonctionne bien ? Alors là, il faut prendre son élan. La réponse, c'est 89.

  • Flaubert

    89.

  • Louis

    89 réunions dans une organisation comme ça. Un chef, 4 sous-chefs et 13 collaborateurs pour que ça fonctionne au rythme mensuel. Mais oui, mais 89, mais où ça ? C'est très simple. C'est pratique quand même d'avoir une réunion du comité de direction des 1 plus 4 par semaine. que chaque chef d'équipe fasse lui-même une réunion avec son équipe, rien de mortel là-dedans, et qu'ensuite, d'ailleurs, que les réunions d'équipe soient coordonnées dans le temps de manière à ce qu'il y ait une descente d'informations ou une cascade. Ensuite, ça vaut le coup, une fois par mois quand même, de réunir les 18 personnes. Et ensuite, il y a les one-to-one. Et ensuite, régulièrement, idéalement une fois par semaine, chaque manager va s'asseoir avec son collaborateur pour où est-ce que tu en es, comment je peux t'aider, comment tu te développes, ainsi de suite. Donc quand tu fais le total, c'est 89. Bon, c'est une façon de pousser un peu le raisonnement. Et c'est une façon aussi de dire que quand, tout à l'heure, tu disais la réunion est un acte de management, les trois réunions que j'ai incitées sont des actes de management. Donc la réunion de codire ou la réunion d'équipe, mais aussi le one-to-one et aussi la réunion de l'ensemble, du département. Et donc en fait il faut être très attentif à ce que l'on met dans chacune de ces réunions Oui il faut qu'elles soient bien structurées et qu'on n'y perde pas son temps Oui et que chacune ait des sujets qui soient en cohérence avec le casting Ce que je dis souvent c'est qu'une réunion de projet c'est facile C'est un pas sur la trajectoire du projet qui va de son lancement à son succès. La réunion est un pas sur la trajectoire du projet. La réunion d'équipe, c'est quoi ? C'est un pas sur la trajectoire d'une équipe. qui va de sa constitution à son excellence.

  • Flaubert

    De sa constitution à son excellence.

  • Louis

    Donc la réunion d'équipe, c'est le lieu de la construction de l'excellence de l'équipe. C'est en aucun cas le lieu où on va parler de projet, sauf s'ils sont des projets qui contribuent à l'excellence de l'équipe. Et c'est dans les one-to-one que l'on va avoir des réunions de travail avec chacun de ses collaborateurs. de manière à travailler sur des tâches peut-être, à travailler sur son développement, à recevoir du feedback. Donc je reviens à cette réunion d'équipe. La réunion d'équipe, elle est juste là pour construire l'excellence de l'équipe. Donc travailler sur comment l'équipe fonctionne ensemble. Et j'aime bien citer une étude qui a été faite par Google, étude Aristote 2012-2015, 180 équipes ont été expertisées dans le monde. Ils se sont posé la question, mais qu'est-ce qui fait la performance des équipes ? Est-ce que c'est le niveau scolaire ? Non. Est-ce que c'est la couleur de peau ? Non. Est-ce que c'est l'organisme social ? Non. Est-ce que c'est le QI ? Non. C'est juste la manière avec laquelle les personnes de l'équipe interagissent les uns avec les autres. C'est la relation. Et donc la réunion d'équipe, elle est là pour construire la relation. Et le premier critère qui prédit la performance d'une équipe, c'est la sécurité psychologique, la capacité qu'a chacun à prendre des risques dans le groupe. je sais pas, je me suis trompé, réexpliquez-moi. C'est ça qui a fait la performance de l'équipe. Le premier critère. Et ça repose sur, d'une part, la sensibilité sociale, la capacité qu'a chacun de capter un peu ce qui se passe dans la tête de l'autre, et puis l'équité de prise de parole que tout le monde voit au chapitre. Donc la réunion d'équipe, elle est là pour ça, pour construire cette sécurité psychologique.

  • Flaubert

    Et ça, c'est le rôle du manager.

  • Louis

    C'est le rôle du manager, bien évidemment, mais il va co-construire ça avec son équipe, en disant, mais finalement les gars, qu'est-ce qu'il faut qu'on mette dans nos réunions d'équipe ? Dans l'anecdote que j'ai racontée tout à l'heure, à la fin de la réunion, je n'ai pas pris le temps de le dire, mais avant de dire moi ce que j'avais vu, j'ai fait un tour de table en me disant, qu'est-ce qui s'est bien passé aujourd'hui ? Et qu'est-ce qu'on pourrait faire mieux la prochaine fois ? T'en as 5 sur 7 qui disent, ce serait bien qu'on gère la durée de la réunion. Mais le patron, il n'a pas entendu. Non, non, moi, il faut que ce soit un espace comme ça, de liberté, etc. Mais les gens venaient juste de crier, chef, ce serait bien que ça se termine à l'heure. Donc, en fait, la solution pour que la réunion équipe soit performante, il y a nous, le manager a une idée, bien sûr, mais il faut demander aux collaborateurs. Les amis, qu'est-ce qu'on peut faire pour que vous tiriez le meilleur de ces réunions d'équipe ?

  • Flaubert

    Alors, il faut le demander et il faut le mettre en application aussi. Parce que j'aime beaucoup, tu dis, sécurité psychologique. Ça veut dire que quand je viens en réunion, déjà, ce n'est pas un stand de tir. Je me sens à l'aise pour exprimer mon point de vue, mes idées, et parfois un point de vue qui est un peu divergent du collectif. Absolument. Mais là, dans l'exemple que tu prends, ce serait bien qu'on respecte le timing qu'on fait. Moi, j'ai d'autres rendez-vous derrière, où j'ai une obligation, qu'elle soit personnelle ou professionnelle. Mais donc là, la sécurité psychologique, ça va de pair avec le fait que, ok, le patron, il a entendu. Qu'en effet, la prochaine fois, on veillera à respecter le timing de deux heures. Donc bon, il a lui cette responsabilité, mais encore une fois, c'est une responsabilité aussi collective. Quelqu'un peut lever la main en disant, bon, c'est bon, timing, attention.

  • Louis

    Exactement. Mais pour aller au bout de l'exercice, fin de réunion, alors qu'est-ce qui s'est bien passé aujourd'hui ? Qu'est-ce qu'on fera la prochaine fois ? La prochaine fois, ce serait bien qu'on... Finissez à l'heure, très bien. La prochaine fois, ce serait bien que les documents, on les ait à voir le dimanche soir pour la réunion qui démarre à 10h le lundi, on les ait le jeudi. Très bien. La prochaine fois, ce serait bien que le compte-rendu, on l'ait pas la veille, mais deux jours après la réunion. Bon, stop les gars. On va pas tout faire tout de suite. Rome ne s'est pas fait en un jour. Parmi les trois points qu'on vient de voir, sur lequel on s'engage à bosser de façon solidaire.

  • Flaubert

    Voilà le leader, là. Là, le leader, il est là.

  • Louis

    donc moi je pense que cette idée d'envoyer les slides, non pas le dimanche soir mais le jeudi c'est une bonne idée vous pensez que moi c'est une bonne idée ? on est d'accord ? on y va ? et ce qu'on va faire à la prochaine réunion on mettra des petites gommettes rouges et vertes Juste pour le jeu, pour les gens qui ont... Juste pour jouer, mettre un peu de fun. Et petit à petit, il y a des disciplines qui vont se mettre en œuvre. Parce que les gens vont se rendre compte que ça transforme la réunion. Le fait de pouvoir, pour certaines personnes, lire des documents, se préparer, ça leur donne un rôle complètement différent.

  • Flaubert

    Et là, on est dans l'excellence. Et j'aime beaucoup celles et ceux qui nous écoutent, s'ils peuvent retenir de se dire Ok, est-ce que la réunion à laquelle je participe ou que j'organise contribue à l'excellence de l'équipe ? À un moment donné, comment on monte un peu le curseur ?

  • Louis

    À chaque fois. Synchronisation des agendas, réunions compliquées, comment je peux t'aider, gestion... Moi, j'ai eu la chance d'être dans une entreprise performante, mais avec une équipe super performante. En fait, l'essentiel de nos réunions, on parlait de budget, d'utilisation des ressources, mais surtout d'utilisation des ressources humaines, en fait. On avait une équipe de 80 personnes, on était 5 au comité de direction, donc en dessous de nous, il y avait 80 personnes, donc il y avait deux niveaux. On était observé. sur qu'est-ce qu'on fait pour que les gens qui sont en dessous de nous fonctionnent le mieux possible. Et on était en liberté pour dire, ouais, j'ai vu l'autre jour ton collègue, enfin ton collaborateur en réunion, je trouve que sa présentation, il aurait pu la préparer un peu plus. Ben j'écoutais, puis on pouvait aller voir le collaborateur, donc ainsi de suite, il y avait une sorte de confiance et de solidarité. Et ce n'était pas l'endroit où Paul, Jacques ou... Myriam disait regardez mon projet regardez comme tout va bien et regardez comme je suis beau et belle pas un stand de tir et pas un truc où je me mets en avant le 14 juillet le défilé,

  • Flaubert

    regardez c'est vrai que trop de réunions sont comme ça alors j'avais lu quelque chose de toi et on terminera par ça où tu disais la réunion touche à l'intime c'est une remise en question comportementale qui challenge la capacité à embarquer les autres et à prendre le leadership. On est dedans, là ?

  • Louis

    C'est-à-dire que moi, je pousse à observer des réunions. Il y a une autre anecdote. Je vais dans une entreprise et je dis... On va faire un petit questionnaire. Combien d'heures vous passez par semaine en réunion ? Sur 20 personnes, 17 heures par semaine. Et je leur dis, écoutez, c'est super bien, j'ai envie d'observer vos réunions pour que... pour capter. Dans 15 jours, j'ai une semaine complètement disponible. Je peux venir dans l'entreprise observer. Figure-toi que cette semaine-là, il n'y a pas eu une seule réunion pour les 20 personnes. Pas de réunion. En fait, ils ont eu peur. Peur que je sois là. Alors, ce que je fais quand j'observe, je me mets en retrait. Je ne dis rien. J'observe. Mais en fait, il y a une forme d'intimité. Il y a parfois des dérives comportementales dans un collectif parce qu'on vit avec ça, que c'est un peu l'histoire, la culture, et puis avoir quelqu'un qui vient juste dire Tiens, écoutez, est-ce que vous pourriez juste, à la fin de chaque discussion, que quelqu'un dise ce que vous venez de décider ? On en a parlé tout à l'heure. Moi, une autre fois, j'ai assisté à la réunion, c'était rigolo. C'est une réunion qui a duré, alors c'était en plus avec des fuseaux horaires, donc il y a des gens qui étaient très très loin, etc., qui s'étaient levés à 3h du matin pour être assistés à la réunion. C'était un peu compliqué. La réunion dure 4h. Et au bout de 4h, je dis Combien de décisions ont vous pris aujourd'hui ? 18, ah bon lesquels ? alors il faudrait que et puis un autre dit 4, ainsi de suite. Et moi, je leur dis, écoutez, moi, ce que j'ai entendu, je crois que vous n'avez pris qu'une décision. Ah bon, laquelle ? La date à laquelle vous aurez le repas de Noël.

  • Flaubert

    C'est une décision.

  • Louis

    Et donc là, j'étais tombé dans l'intime. Parce qu'en fait, quand je leur ai dit ça... Là le patron a dit ouais mais attends une réunion monsieur Varaye c'est pas uniquement pour prendre des décisions. D'accord. Mais je vous demande quand une décision vous est prise vous êtes vous même pas capable de vous aligner sur le nombre de décisions. Et finalement il n'y en a qu'une qui a été prise, la date du repas de Noël.

  • Flaubert

    Prise de décision, excellence, sécurité. Voilà des mots qui, je l'espère, vont résonner dans la tête de nos auditrices et auditeurs. N'hésitez pas aussi à bien vous dire que vous êtes toutes et tous actrices et acteurs des réunions. Et puis, montez le niveau d'excellence de vos réunions. Faites monter le niveau d'excellence de vos réunions. Et puis, que les managers aussi montent en leadership parce que c'est un acte de management. Louis, merci beaucoup. Pour tout ce que tu as partagé dans cet épisode, alors on n'a pas encore terminé, on va finir avec les trois questions que je pose à toutes et tous mes invités. Le premier, puisqu'on est sur un podcast qui tourne autour des RH et du management. Quel conseil, comme ça, tu donnerais à une personne qui travaille dans les ressources humaines ?

  • Louis

    On en a parlé un petit peu, donc déjà faire des enquêtes. Demandez aux gens, finalement, qu'est-ce que vous pensez des réunions. Moi je fais une petite enquête qualitative, 25 conjectures, tu sais, chez nous les réunions démarrent à l'heure, chez nous les décisions sont claires, chez nous les décisions sont suivies des faits, plutôt pas d'accord et puis complètement d'accord et ainsi de suite. Donc moi je fais une cartographie de ça, c'est assez amusant. Et très souvent il y a un truc très rigolo, c'est que chez nous il est facile de prendre la parole en réunion. ok, donc c'est plutôt positif et le pire des scores c'est chez nous, je sors de réunion avec moins d'énergie que le niveau avec lequel je suis rentré donc les gens disent explicitement que les réunions les fatiguent donc faire une enquête la deuxième chose c'est être exemplaire ce qui n'est pas être parfait,

  • Flaubert

    puisqu'on n'est jamais parfait mais être exemplaire C'est ?

  • Louis

    C'est le progrès, c'est par exemple être exemplaire C'est finir toute réunion en disant Qu'est-ce qu'on a pensé de ce qu'on vient de faire ? Oser justement, en étant Sécurité psychologique, oser demander Du feedback aux gens, qu'est-ce qui s'est bien passé ? Qu'est-ce qu'on fera mieux la prochaine fois ?

  • Flaubert

    C'est commencer à l'heure et finir à l'heure C'est aussi la ponctualité

  • Louis

    Et puis c'est Pour chaque sujet avoir un objectif Un résultat attendu Donc déjà, je pense que si les RH s'intéressent à ça, il faut qu'ils soient exemplaires. Ensuite, faire des enquêtes, et ensuite imaginer quels seraient les quelques principes fondamentaux sur lesquels on serait prêt à engager l'organisation. Les minimums de chez minimum. Et en veillant à ce que ce soit pris, récupéré, personnalisé ou personnifié par les membres du comité de direction. Parce que ça aussi, c'est essentiel. L'exemplarité. Partout où j'ai eu, entre guillemets, des succès de transformation des pratiques, c'est lorsque les patrons s'y sont mis.

  • Flaubert

    Le sponsoring, en effet. L'exemplarité, il fait que le top management se saisit du sujet et en effet, ça part du haut et puis ça descend. Ça, c'est fondamental, oui. Donc, arriver aussi à convaincre. Le top management de la démarche et du fait de dire, ok, les réunions, il faut qu'on les travaille autrement, et voilà, il y a une exemplarité à avoir, etc. C'est un vrai sujet, oui.

  • Louis

    Moi, une équipe, j'adore, ça s'est très bien passé, c'est dans une grande assurance, le patron m'a fait confiance, il avait un chief of staff, donc quelqu'un qui l'accompagne, ben la réunion se terminait à 20h, 21h, maintenant elle se termine toute à 17h. Oui. mais il y a moins de sujets, il n'y a que des sujets où il y a un besoin et ce n'est pas simplement le défilé où chacun va raconter ses histoires pour se faire valoir.

  • Flaubert

    Et j'imagine que celles et ceux qui sortent de ces réunions-là ne sont pas fatigués, mais à un moment donné le but c'est rebooster aussi je sais où je vais, j'ai mes éléments j'ai la trajectoire et puis j'ai l'énergie, ça me donne plutôt envie qu'autre chose.

  • Louis

    Je rajoute juste un truc, une réunion en fait ça a juste deux objectifs de la clarté sur ce qu'il y a à faire et l'envie de le faire. La bonne réunion, je sais ce qu'il y a à faire, que je sois le chef, le sous-chef ou n'importe qui, et j'ai envie de le faire. On m'a donné envie de le faire, on m'a réexpliqué le sens. C'est juste ça.

  • Flaubert

    Ok, un livre que tu emmènerais sur une île déserte, alors parle de tes livres, c'est le moment. Ah si, si, si.

  • Louis

    Non mais je ne les emmènerais pas sur une île déserte.

  • Flaubert

    Mais oui, moi je les emmène bien, on ne se dit pas besoin.

  • Louis

    Non, j'ai... Bon, j'ai écrit un bouquin en 2022 qui a été traduit en 2023 en anglais, qui s'appelle La réunionite, ça suffit. Meeting it is, stop it. Et donc, j'ai rassemblé dans un bouquin qui est en 90 minutes des questions simples pour gérer des réunions. Donc, qu'est-ce que j'attends de la réunion ? De qui j'ai besoin ? Comment va chacun ? Ainsi de suite. Donc j'essaie de structurer ce livre sur des questions extrêmement simples. Alors j'ai eu de la chance, j'ai fait appel à Gaps qui a bien voulu l'illustrer donc en plus il y a un petit peu de fun. Et auparavant, quand j'ai quitté le groupe Danone, j'avais pris le temps d'écrire un petit bouquin sur les 15 astuces pour apporter le bonheur au travail et au-delà, donc des gestes de management de base. Donc je continue à utiliser ce bouquin quand je fais des conférences dans des grandes écoles etc. sur Oui, oui, on peut être heureux au boulot, sous réserve de prendre quelques petites mesures. Mais après, à ta question, qu'est-ce que j'emmènerais comme bouquin ? Alors, j'ai dit à mon épouse, j'emmènerais un Moleskine. Elle m'a dit, il n'y a rien dedans. Mais justement, pour écrire. Elle m'a dit, oui, mais ce n'est pas un livre. Donc en fait, j'ai pensé à un livre, j'adore Jack London, donc le double de la pléiade romans et nouvelles de Jack London, c'est quand même assez intéressant. sur l'individu, la manière à laquelle il a remis en scène sa vie.

  • Flaubert

    D'accord. Ton bouquin, La Réunionite, ça suffit ?

  • Louis

    On le trouve partout, je veux dire, sur les plateformes, à la FNAC,

  • Flaubert

    etc. Et donc, on le lit en 90 minutes et on peut gérer ses réunions différemment. Absolument. C'est un bon investissement.

  • Louis

    Oui, je pense que c'est un bon investissement. Et surtout, il faut acheter trois marqueurs, trois surligneurs. Un vert, un jaune et un rouge ou un orange. Donc le vert, on souligne, je le fais déjà. le jaune, je vais essayer et le rouge, il faut que j'en parle à mon chef j'adore ok ok,

  • Flaubert

    super allez, dernière question, est-ce que tu aurais une personne à me recommander pour un prochain épisode toujours autour des RH et du management

  • Louis

    Il y a deux personnes à qui je pense. Il y a une première personne, elle s'appelle Julie Danktran. Elle est aujourd'hui la directrice générale d'une boutique qui s'appelle EpiSaveur, qui est une filiale du groupe Pomona, mais auparavant elle était directrice générale de Manute en France, et auparavant elle était chez HP, donc elle a une culture assez internationale. Et pour moi c'est le modèle du leadership au féminin. Ok, génial. Et elle a un talent unique. pour transformer ses équipes, pour transformer les organisations, et en étant vraiment, en utilisant les personnes, tous leurs talents, etc. Alors en plus, c'est une bonne cliente, c'est-à-dire que j'ai aidé Manu Tan, maintenant j'aide EpiSaver. Puis il y a une deuxième personne, moi, qui serait vraiment intéressant, c'est un consultant, il s'appelle Philippe Bazin, il a longtemps travaillé chez Krauthammer, il est chez Krauthammer, et il a développé un savoir-faire dans débloquer les situations bloquées. Et donc, il utilise des techniques un petit peu originales, qui touchent à l'individu, au collectif, à tout ce qui est quasiment vibratoire entre les individus, et il apporte des solutions sur des situations bloquées. Et il aide aussi des organisations à passer des caps, en fait. les individus ou des organisations à passer des caps. Donc c'est quelqu'un qui a une approche extrêmement originale, très décalée de tout ce que l'on peut entendre sur le management un peu traditionnel, et je trouve que ça pourrait être intéressant que tu le sollicites, Philippe Bazin.

  • Flaubert

    Eh bien, merci beaucoup, merci pour tout ce que tu as donné dans cet épisode, et je pense que toutes les personnes qui vont écouter cet épisode ne verront plus les réunions comme avant, et si ça peut contribuer à monter un peu le curseur des réunions, On aura réussi notre coup. Voilà. Merci beaucoup, Louis. Et puis, à bientôt.

  • Louis

    A bientôt, Flaubert. Merci. Au

  • Flaubert

    Merci d'avoir écouté cet épisode de 13e mois. S'il vous a été utile, partagez-le à votre entourage RH pour qu'il les aide à leur tour. Et puisqu'on y est, mettez une note 5 étoiles et un petit commentaire pour que ce podcast puisse profiter à un maximum d'acteurs de la communauté RH. Pour recevoir encore plus de ressources sur le secteur des RH, c'est simple, abonnez-vous à ma newsletter, le lien est en description de l'épisode. Et pour finir, si vous avez des besoins en recrutement ou en coaching, la Manufacture RH se fera un plaisir de vous accompagner il vous suffit de me contacter directement sur LinkedIn je vous dis à bientôt pour un nouvel épisode

Share

Embed

You may also like

Description

Les chiffres en matière de réunion donnent le tournis.

En France, un manager passe environ 9 heures par semaine en réunion, soit 25% de son temps de travail.


L'équivalent de 10 ans de sa vie professionnelle passés en réunions...

10 ans ...


Ça vaut le coup de s'arrêter sur la façon dont on gère et dont on manage ses réunions non ?!


Cet épisode me tenait tout particulièrement à coeur et depuis longtemps.


Peut-être parce que j'ai vécu ces réunions à rallonge, celles dans lesquelles on ne décide de rien, celles dans lesquelles on ne sait pas bien pourquoi on est là...


Louis Vareille est tout simplement Réuniologue, il soigne la fameuse réunionite aiguë...


Avec Louis, on regarde très concrètement comment diviser par deux le temps passé en réunion, ce qui au passage ferait gagner 5 ans de sa vie ;-)


Quelques exemples de ce que nous abordons dans cet épisode :

  • L'importance de différencier un sujet d'un objectif.

  • La formulation des ordres du jour sous forme de questions.

  • Les questions à poser avant de participer (ou non) à une réunion.

  • Les différents types de réunions.

  • L'organisation et la structuration d'une réunion.


On regarde même la réunion sous l'angle managérial car la réunion doit être le lieu de la construction de l'excellence de l'équipe.


Un épisode incontournable si vous voulez progresser dans votre façon de réunir votre équipe ou si vous souhaitez faire progresser les réunions auxquelles vous participez.

--------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Pour ne manquer aucun épisode du podcast 13ème Mois c'est facile : 

👉 Abonnez-vous gratuitement sur votre plateforme préférée : 

Apple Podcasts  - Spotify  - Deezer - Podcast Addict  

👉 Inscrivez-vous à la newsletter : https://manufacture-rh.myflodesk.com/newsletter  

⭐ Laissez un avis sur Apple Podcasts et/ou Spotify

👉 Retrouvez les 30 conseils de mes 30 premiers invités pour exceller dans les RH : https://manufacture-rh.myflodesk.com/30-conseils-rh

Découvrez les autres épisodes  

Ce Podcast est soutenu par La Manufacture RH  

Bonne écoute ! 



Hébergé par Ausha. Visitez ausha.co/politique-de-confidentialite pour plus d'informations.

Transcription

  • Louis

    Et à la fin de la réunion, on va prendre le temps de dire, attendez, maintenant on va récapituler les grandes décisions qu'on a prises. Pour réexprimer, sur le sujet numéro un, on est tous d'accord, on va faire ça. Et en faisant ça, on crée un espace éventuellement de contestation finale. On va dire, attends, depuis tout à l'heure, on a réfléchi, moi j'ai pensé, etc. Peut-être qu'on devrait faire autrement. J'ai envie de commencer par un qui est rigolo, c'est quand les gens quittent l'entreprise. et on leur demande mais finalement si tu nous donnais un conseil sur ce qu'on devrait changer les gens disent regardez vos réunions j'en ai marre j'en ai marre j'en peux plus j'en peux plus regardez mon agenda etc mais quand on n'est pas capable de formuler ce genre de questions le point de l'ordre du jour il faut s'interroger sur la pertinence du sujet à l'ordre du jour La réunion d'équipe, c'est le lieu de la construction de l'excellence de l'équipe. C'est en aucun cas le lieu où on va parler de projet, sauf si ce sont des projets qui contribuent à l'excellence de l'équipe.

  • Flaubert

    Papa, c'est vrai que tu licencies des gens ? Ça, c'est tout simplement la question que ma fille m'a posée un matin sur le chemin de l'école alors que j'étais DRH. Bon, je lui ai évidemment expliqué que mon métier allait bien au-delà des licenciements, que c'était l'art de construire des équipes exceptionnelles, de développer des talents et de cultiver le leadership en entreprise. Mais ça m'a confronté une fois de plus à la mauvaise réputation de mon métier. Depuis, j'ai donc œuvré à faire briller la fonction RH, pour aider les DRH à bâtir des équipes qui reflètent leur vision et à développer leur propre leadership. Je suis Flaubert, le fondateur de la Manufacture RH, le spécialiste du recrutement et du coaching des fonctions RH. Et je suis ravi de vous accueillir dans 13e mois, le podcast qui décrypte l'excellence RH. Grâce à des interviews de DRH inspirants, des conseils concrets et des chroniques d'actualité, vous aurez toutes les clés pour comprendre les tendances et innover. Allez, laissez-vous inspirer et venez intégrer notre communauté RH pleine d'énergie. Bonjour Louis. Bonjour. Imaginons la scène, nous sommes dans les couloirs d'une entreprise française, comme il en existe beaucoup, et voici ce que l'on entend. Salut Pierre, t'as vu mon mail ? Oui, oui, j'ai vu ton mail. Alors, je t'ai pas encore répondu, j'ai une réunion dans 10 minutes, comme d'hab, je vais en profiter pour répondre à mes mails, t'auras donc ta réponse bientôt. répondre à ces mails en réunion. Sport national, multitasking ou manque d'intérêt des réunions, les raisons sont nombreuses mais le constat est là, car cette scène, je l'ai vécue, et je suis certain que ça va rappeler des situations vécues à nos auditrices et nos auditeurs. Il y a une phrase que j'aime beaucoup lancer aux managers que je rencontre ou que je coach, c'est Dis-moi comment tu réunis ton équipe, je te dirai quel manager tu es ! La réunion. La réunion, c'est une représentation micro, un peu comme une image arrêtée du fonctionnement de l'entreprise. Et comme c'est un vrai sujet de management, je trouvais très intéressant d'y consacrer un épisode. Pour en parler, rien de mieux qu'un expert du sujet comme toi, Louis, puisque tu es tout simplement réuniologue. J'imagine que ce titre vient en réponse à la désormais fameuse réunionnite, dont on entend parler depuis plusieurs années, mais tu vas nous expliquer tout ça juste après. Alors comme on passe beaucoup trop de temps en réunion, dans cet épisode nous allons regarder ce que l'on peut faire pour diviser par deux le temps passé en réunion Et on va même pousser un peu plus loin, puisque nous avons décidé de regarder également la réunion sous l'angle managérial, pour voir comment en faire un laboratoire d'apprentissage des gestes du leader. Je me réjouis vraiment à l'avance de parler de tout ça avec toi, mais avant cela, qui es-tu Louis Vareil, car on ne devient pas réuniologue comme ça ? Louis Vareil, donc par quoi je commence ? Je suis un passionné des réunions. Et en fait, c'est un passionné surtout de la mise en mouvement des collectifs. Et c'est quelque chose qui est en moi depuis bientôt 45 ans. Donc j'ai une passion pour la mise en mouvement des collectifs. Donc regrouper des gens, monter des projets, les embarquer. Et en fait très très vite, il m'est apparu que c'est en réunion que ça se passe. C'est en réunion que l'on va regrouper des individus, définir un projet, définir un plan d'action, le suivre, accompagner, ajuster, célébrer les succès. Donc c'est là que ça se passe. Donc de formation, moi je suis vétérinaire, j'ai fait 4 ans à l'école vétérinaire de Maison-Alfort, et puis après j'ai fait 5 ans dans le conseil, en sécurité des aliments, puis j'ai eu la chance de travailler pendant 26 ans chez Danone, dans des postes plutôt internationaux, dont 9 ans à Amsterdam, et avec des rôles qui étaient croissants, et à un moment j'avais même la responsabilité des affaires publiques. Pour la division alimentation infantile, le groupe Danone était assez formidable, puisqu'en gros ça m'a amené à animer 13 000 réunions dans 45 pays. Pas mal. C'est pas mal.

  • Louis

    Une vraie passion.

  • Flaubert

    Ça donne une crédibilité.

  • Louis

    J'espère en tout cas. Et donc quand Danone m'a quitté, j'ai décidé de créer une activité de conseil sur les réunions. Juste sur les réunions. Donc je ne suis pas facilitateur, j'accompagne des organisations qui ont décidé... de s'attaquer au sujet que tu as abordé, la réunionnite, ce temps que l'on passe dans des mauvaises réunions.

  • Flaubert

    Donc en fait, ce que tu dis, c'est que tu as vécu un passé. Alors ce que je trouve intéressant et même questionnant, c'est comment on fait pour commencer par être vétérinaire de formation et puis ensuite arriver dans le monde de l'entreprise. Et peut-être la question, c'est qu'est-ce que tu gardes et qu'est-ce que tu utilises de ce que tu as connu ? Dans cette ancienne vie, parce que pour moi, une vie professionnelle, c'est un chemin, donc tu as dû utiliser des choses.

  • Louis

    Ouh là là, celle-ci est un peu compliquée déjà. Alors, pourquoi je commence ? Bon d'abord, très vite fait, mais je suis véto, je pense que quand on décide de rentrer parfois dans des cursus, on est influencé par son environnement, sa famille. Je pense que ma famille s'était projetée avec le retour à la terre du troisième de la famille. Donc ça c'est une première chose. Donc le choix de faire véto, même si ça peut choquer certaines personnes, c'est un choix non pas subi, mais pas aussi profond que pour d'autres. Et une fois à l'école, j'ai pris beaucoup de plaisir à effectivement être dans cette école, mais ce qui m'a attiré le plus... C'est justement de monter ses collectifs. Donc être le représentant des étudiants pour le conseil d'administration, créer un ciné-club, être le président du cercle des élèves, s'occuper de l'accueil, et ainsi de suite. Donc en fait, c'était mon truc. Et quand je suis sorti de l'école, en fait, un autre élément important pour moi, c'est que c'est compliqué de prendre une décision. Prendre une décision, c'est compliqué. Et en fait, j'ai petit à petit compris que la réunion, c'est la meilleure des manières pour moi de faire prendre mes décisions par les autres. Donc s'installer en clientèle, c'était une grosse décision. C'était un truc qui allait peut-être imprimer ma vie. Donc j'ai préféré aller dans un univers un peu plus, comment dire, flexible, qui était au début le conseil. Ça me permettait de mieux sentir les choses. Mais cette notion de la réunion et le lieu, et ça c'est important pour moi, où on va... pour faire prendre des décisions à un collectif. Et plus la décision est collective, plus elle sera puissante.

  • Flaubert

    J'aime beaucoup déjà, tu vois, ça fait juste quelques minutes qu'on est sur le sujet, mais déjà tu pointes quelque chose qui est fondamental. Une réunion consiste à prendre des décisions de manière collective. Et il y a tellement de réunions où entre le moment où on rentre et le moment où on sort, on n'a rien décidé, mais pas le début d'un petit peu de quelque chose. Donc déjà, toi tu pointes ça. On va y revenir évidemment. Je voulais juste aussi revenir sur quelque chose que tu as évoqué. Tu dis, je ne suis pas un facilitateur. À travers ça, tu dis, moi je ne suis pas là pour animer les réunions des autres, c'est ça ? Toi, tu es là pour les accompagner dans la façon dont ils vont faire, gérer, animer leurs réunions.

  • Louis

    Absolument, moi ce que j'essaie, j'essaie de développer une autonomie Une autonomie des personnes qui animent des réunions ou qui portent des sujets dans des réunions, on ne va pas y revenir, pour qu'ils soient autonomes. Et le facilitateur, c'est un autre métier. Ce sont des individus qui vont faciliter un collectif, mais qui ne vont pas forcément laisser un savoir-faire à l'organisation, parce qu'ils ont un savoir-faire très très pointu. Alors que le mien, ce que je fais, c'est que j'essaie de le transmettre, pour que les gens soient autonomes.

  • Flaubert

    D'ailleurs, on pourrait se dire que, dans l'équipe qui se réunit, on en parlait un peu avant qu'on commence le podcast, mais il devrait y avoir une personne, ou il pourrait y avoir une personne qui a ce rôle de facilitateur de la réunion, d'animateur, mais j'aime bien ce terme de facilitateur, pour aller chercher celui qui s'exprime un peu moins et qui pour autant... peut avoir et a souvent un avis très pertinent sur le sujet ?

  • Louis

    Alors, c'est super intéressant. Je reviens en arrière sur un truc, sur la décision. Tout à l'heure, on a dit la décision est collective. La réalité, c'est que le processus... d'émergence de la solution et collectif. Mais à la fin, il y a quand même quelqu'un qui prend la décision. Moi, j'ai la chance d'être président de trois associations. On a des bureaux, on discute, mais à un moment, si on décide que le prix de tel événement sera 80 euros, moi, je dis, ben, ce sera 80. Et si on s'est planté, si on fait un four, ben, c'est de ma responsabilité. Donc, la décision, elle est sa consultation, sa préparation est collective. Mais à un moment, il y a quand même, en général, quelqu'un qui... prend la décision, qui assume la responsabilité.

  • Flaubert

    Ce que tu es en train de dire, je partage totalement, la communauté, en tout cas le groupe, doit aider le décideur à trancher et à faire qu'il va prendre la meilleure des solutions pour l'équipe, pour l'entreprise, pour l'avenir, etc. En fait, on en est là, c'est ça ?

  • Louis

    Exactement. Exactement. Et en prenant en compte les contradictions, les désaccords, en les rendant explicites. Je prends cette décision, j'ai compris qu'on n'était pas tous d'accord, mais à un moment il faut trancher, c'est ça qu'on va faire. Et j'assume. Alors il y a un truc super intéressant ensuite, ce qui peut se passer dans un comité de direction ou dans un comité exécutif, c'est qu'une fois que la décision est prise... One voice.

  • Flaubert

    Exactement.

  • Louis

    Les gens sortent de la réunion, disent ça a été chaud, on n'était pas tous d'accord, mais voici la décision que solidairement nous avons prise. Parce qu'il n'y a rien de pire que des gens qui quittent des instances de direction et qui disent c'est surtout pas ça qu'il fallait faire.

  • Flaubert

    Là c'est terrible. Pour les équipes en dessous, là c'est une catastrophe. Et en effet, on porte et on est ambassadeur de la décision, même si au départ... on avait un avis divergent, mais à un moment donné, on a entendu, on a laissé entendre notre avis, mais voilà, et ça, c'est très important, et ça me fait penser aussi un peu... Alors, je n'ai plus le nom de ce politique qui disait un ministre, ça ferme sa gueule ou ça démissionne. Bon, à un moment donné, alors là, on est un peu dans la caricature, mais parfois, les politiques ont un peu du mal, en effet, à porter une décision. C'est ce qui crée un peu de flou et un peu de mou en dessous. Ok,

  • Louis

    je vais juste... Le livre que j'ai publié en 2022, il y a une phrase que je trouve merveilleuse, que j'ai trouvée dans les échos. Une phrase de Carlos Tavares, qui est le président de Stellantis. Certains lui reprochent son niveau de rémunération.

  • Flaubert

    En tout cas, il a un niveau de compétence qui est plutôt très élevé. Je pense qu'il a fait plutôt du bien à Stellantis, en effet.

  • Louis

    Quand nous avons une réunion sur un sujet, je tâche de me taire pendant la présentation. et de distribuer ensuite la parole. Point. C'est dur, virgule, mais j'ai appris à me soigner. Point. À la fin, virgule, je reformule et je tranche avec ma propre pondération, virgule, forcément discutable.

  • Flaubert

    Génial.

  • Louis

    Je trouve que cette phrase, c'est la quintessence du patron dans une réunion qui laisse de l'espace pour que chacun puisse s'exprimer, qui fait la synthèse et qui, à un moment, convient de le dire, tranche.

  • Flaubert

    Et j'adore, il y a la reformulation. C'est tellement puissant, une reformulation. Voilà, est-ce que j'ai bien compris ce que t'as dit ? Ça questionne aussi l'autre, ça montre qu'on a écouté. C'est très puissant, en effet, ce qu'il dit là, oui.

  • Louis

    Et reformulation, je rentre un peu dans la méthode. J'insiste beaucoup, dans les réunions, il y a des sujets en général. Il y a un premier sujet, un deuxième sujet, qui sont portés par des gens, parfois qui ne sont pas toujours l'animateur, on se répartit le travail. À la fin de chaque sujet... Bon alors les gars... c'est quoi le quoi, qui, quand ? C'est quoi la décision ? Et donc là, on va se réaligner sur ce qu'on vient de décider. Et à la fin de la réunion, on va prendre le temps de dire, bon, attendez, maintenant, on va récapituler les grandes décisions qu'on a prises pour réexprimer, bon, sur le sujet numéro un, on est tous d'accord, on va faire ça. Et en faisant ça, on crée un espace éventuellement de contestation finale, en disant, attends, depuis tout à l'heure, on a réfléchi, moi j'ai pensé, etc. Peut-être qu'on devrait faire autrement. Et on peut utiliser le reste de temps de la réunion pour réajuster, se réaligner. Mais une fois que l'on est d'accord, et bien... on passe à l'action et on va communiquer quelque chose d'univoque dans toute l'organisation.

  • Flaubert

    Et je trouve que beaucoup de personnes qui organisent des réunions parlent de compte-rendu. Enfin, moi, il ne faut pas parler de compte-rendu, à mon sens, mais de relevé de décision. Et un relevé de décision, c'est ce que tu viens exactement de dire. On a décidé quoi ? qui est en charge de ça et quand est-ce qu'il doit et comme ça on suit les choses celui qui n'a pas été à la réunion, il prend le truc, il suit et là pour le coup, le rôle du manager, du patron, de celui qui a tranché c'est juste de suivre que les choses avancent comme elles doivent et si elles n'avancent pas à un moment donné, de dire ok, il y a un truc qui ne va pas, qu'est-ce qu'on recadre ou pas c'est ça ?

  • Louis

    Exactement, alors on parle un peu dans tous les sens mais c'est intéressant, mais le contrôle d'une réunion, vraie question pour qui est le contrôle d'une réunion ? Pour les gens qui étaient dans la réunion, il faut leur dire, allez au travail, voici l'alignement. Ou pour dire à tous ceux qui n'étaient pas dans la réunion ce qui s'y est passé. Moi, ma version, c'est le relevé de décision. C'est juste pour dire aux gens qui étaient dans la réunion, allez les gars, au boulot. Voici le message.

  • Flaubert

    Voilà ce qu'il y a à faire.

  • Louis

    Et donc, ces longs compte-rendus de réunion, alors bien sûr c'est nécessaire pour des conseils d'administration, des instances de gouvernance, si vous voulez, où il faut qu'il y ait de la trace, mais d'une réunion de base, j'irais même à un comité de direction, un relevé de décision, ça peut être juste quelques lignes.

  • Flaubert

    Bien sûr. Voilà. Bien sûr. Alors on a plongé dans le sujet. Pardon. Non, non, mais c'est... Moi j'adore. Et c'est un sujet qui est... passionnant et on pourrait y passer beaucoup de temps et on devrait y passer beaucoup de temps et les managers et les organisations devraient passer beaucoup plus de temps à réfléchir sur comment je réunis mes équipes. Ça c'est à mon sens fondamental. Je vais revenir juste sur j'adore le terme de réuniologue. Ça vient d'où ? Je l'ai un peu dit dans l'intro, mais...

  • Louis

    Ça vient de... comment dire... Au moment où j'ai décidé de créer cette activité focalisée sur les réunions, j'ai cherché un nom de marque, en fait. Et puis j'ai créé des acronymes, etc. Puis un jour, quelque chose qui est tombé, alors j'ai dit un peu du ciel, comme ça, je me suis rendu exactement où j'étais, j'étais en train de gribouiller sur un bout de papier, Réuniologie. donc m'est tombé le mot réuniologie et j'en parle à un copain il me dit réuniologie c'est malin mais Louis tu devrais dire que t'es réuniologue mais oui c'est ça qu'il faut faire donc en fait c'est vraiment le hasard à la fois de l'intuition je sais pas quoi de la chance et ensuite des échanges avec d'autres personnes donc j'ai créé le mot de réuniologue et j'ai rédigé un pitch que j'aime bien raconter quand je suis face à quelqu'un, bonjour je m'appelle Louis Vareille, je suis réuniologue je répare les réunions et je sois de la réunionnite Dans 99% des cas, 99% des cas en France, les mots qui sortent de la bouche du mon interlocuteur, c'est vous devez en avoir du boulot Donc il y a un réflexe pavlovien à... Voilà. Et donc l'idée, c'est de réparer les réunions et de soigner la réunionnite. Et réparer les réunions, c'est équiper les organisations avec des gestes simples pour que toutes les réunions soient efficaces, ciblées sur l'objectif. Et réunionite, c'est une fois que les organisations ont appris à avoir de bonnes réunions, ils se posent la question suivante, est-ce qu'on a les bonnes réunions ? Donc ils vont se réinterroger sur la gouvernance, le système de réunion qui existe dans l'organisation, en se disant, mais est-ce que celle-ci joue vraiment son rôle ?

  • Flaubert

    Ok, alors on va aller sur le sujet de réduire le temps passé en réunion, mais avant... Puisque tu es réunionologue, puisqu'on a parlé de réunionnites, comme ça, les quelques symptômes qui font que Ah, là tiens, je dois consulter un réunionologue parce que vraiment, je suis manager, ou alors je suis membre d'une équipe et je veux me saisir du sujet, je vais voir mon boss, je vais dire Attends, les réunions, c'est plus possible. Parce que ça, c'est ce qu'on entend quand même partout. Les réunions, il y en a marre, oh là là, moi je perds mon temps, etc. Il y en a trop. C'est quoi les quelques symptômes comme ça, là ? S'il y en a un ou deux qui nous écoutent et qui se disent Ah ok, il faut que je consulte.

  • Louis

    Je ne sais pas, j'ai envie de commencer par un qui est rigolo, c'est quand les gens quittent l'entreprise, et on leur demande, mais finalement, si tu nous donnais un conseil sur ce qu'on devrait changer. Sans prendre le cas, les gens disent, regardez vos réunions, j'en ai marre, j'en ai marre, j'en peux plus, j'en peux plus, regardez mon agenda, etc. Deuxième chose, ce qui peut être un signe, c'est que font les gens en réunion ?

  • Flaubert

    Leur mail, parfois.

  • Louis

    Trop souvent. Mais on l'a tous fait. Donc en fait, à partir du moment où on est capable d'observer des réunions et se rendre compte que tout le monde a son ordinateur ouvert... et qui est en train de tapoter, et qu'on leur demande, mais tu fais quoi ? Je fais le compte-rendu pour mon équipe. Et quand tu passes derrière, comme c'est arrivé dans une grande administration, c'était le jour du Black Friday chez Amazon, tout le monde était en train de faire ses courses, tu te dis, attention, il y a quelque chose. Donc à partir du moment où tu observes que les gens dans une réunion sont en train de faire autre chose et de taper, c'est qu'il y a un souci. Troisième symptôme, peut-être, c'est qui parle en réunion ? Une réunion, c'est un lieu de l'action. C'est un lieu où chacun doit être acteur. Il y a cette phrase que l'on prête à... Enfin, moi, je dis tout muet et suspect. En réunion, tout muet et suspect. C'est-à-dire que, mais qu'est-ce que tu fais là ? Il y a une phrase qu'on prête à Elon Musk, c'est une drôle de star lui aussi, à qui on dit, mais aujourd'hui, je ne vous ai pas entendu. Vous aviez vraiment besoin d'être là ? Donc, en fait, quand dans une réunion, tu observes des gens qui font autre chose. Et puis, quand tu es en visioconférence, en petits groupes, grands groupes, c'est normal que les caméras ne soient pas allumées. Mais tu as un groupe de 4-5 personnes Et les gens n'ont pas allumé leur caméra, tu te dis, oh là là, mais qu'est-ce qu'ils sont en train de faire ? Ils ne sont pas engagés. C'est un peu comme s'ils venaient en présentiel avec une cagoule sur la tête.

  • Flaubert

    J'adore l'image. Bon.

  • Louis

    Et donc, en fait, c'est tous ces petits signaux. Et puis, après, tu peux mettre du concret, tu peux lancer une enquête. Et à chaque fois que je parle avec des grandes entreprises, elles me disent, ouais, on a fait une étude sur les irritants. Et M. Varay, on vous a fait venir, pourquoi ? Parce que le premier irritant, c'est les réunions. Le premier truc qui empêche les gens d'être épanouis, etc., c'est les réunions. Donc, il faut qu'on fasse quelque chose. Mais après, pour passer à l'action, c'est compliqué. Parce qu'en fait, les réunions, tout le monde pense savoir faire des réunions. C'est tellement évident. Et moi, ce que j'ai tendance à dire, et je le répète aussi souvent que je peux, la réuniologie devrait être aux écoles de management. Ce que la pédologie, l'étude des sols, est aux écoles d'agriculture. Parce que j'étais avec des gens de Sciences Po l'autre jour, ils me disent, oui on forme les gens, mais comment on les forme ? Ils ont une méthode ? Non on ne les forme pas. Donc ils ne forment personne. Donc personne n'est formé à gérer des réunions. Or, on sait que pour des gens qui sortent des grandes écoles, quelles qu'elles soient, et ben c'est quoi ? C'est 25% de leur temps ? 50% de leur temps qui va être passé en réunion ? Et ils arrivent dans des organisations, il n'y a pas de mode général, il n'y a pas de pratique commune, et donc chacun va faire son truc. Donc en fait, pour revenir, c'est quoi les symptômes ? C'est de voir aussi que dans l'organisation, on n'a pas défini une méthode de base. Pas d'objectif, pas de réunion. la ponctualité est un truc essentiel. Pas de réunion, enfin, pas de compte-rendu, enfin, pas de réunion sans compte-rendu. Des fondamentaux qui sont évidents pour tout le monde, mais qui, dans la réalité, ne sont pas mis en oeuvre.

  • Flaubert

    N'existent pas. Et ce que je trouve très positif dans ce que tu es en train de nous dire, c'est que, au final, c'est pas grave. C'est pas grave de ne pas réellement savoir maîtriser ces réunions. En revanche, il faut le comprendre, le savoir, prendre de la hauteur et se dire Ok, il faut juste que j'apprenne un peu. Ça s'apprend, mais on ne décide pas comme ça. Ce n'est pas un apéro dinatoire où on se dit Tiens, allez, on va discuter de on ne sait pas trop quoi, on pose les choses. Non. Et c'est ce qu'on se disait aussi avant de commencer ce podcast. au final, le plus compliqué, c'est souvent de se dire c'est quoi l'objectif que je fixe à ma réunion, c'est ça ? Absolument.

  • Louis

    Alors avant ça, je rajoute juste un truc, c'est qu'en fait, je pense que ça ne bouge pas dans beaucoup d'organisations parce que les gens pensent que le progrès n'est pas possible. Donc on vit dans une acceptation d'une forme de médiocrité. On rentre chez soi, regarde ma chérie ou regarde mon chéri, ça c'est mon agenda aujourd'hui, j'ai passé ma journée en réunion.

  • Flaubert

    Alors là, je te coupe juste, mais ça c'est... Combien de fois on l'entend ? Ah, je ne fais que ça, moi j'appelle des clients. Oh là là, mais là j'enchaîne réunion sur réunion. On pensait que le télétravail allait changer des choses. Ils sont tous en Teams toute la journée. Et je n'ai pas le temps d'aller aux toilettes. Mais c'est vrai, j'existe. Regarde, regarde ma chérie ou mon chéri, j'existe. Formidable, j'adore.

  • Louis

    Voilà, donc les gens ont quand même une conscience qu'il se passe quelque chose. Mais après ils se disent, c'est comme ça. C'est une sorte de malédiction. On doit vivre là-dedans, on est une grande entreprise, on doit avoir des rayons qui nous usent, qui nous consument et dont il ne sort pas grand-chose. Moi, ce que j'essaie de dire aux gens, c'est qu'il y a moyen de faire autrement. essayez juste ça à la fin de chaque discussion comme on l'a dit tout à l'heure prenez le temps de vous poser 35 secondes en disant alors qu'est-ce qu'on vient de décider juste ça ou bien ce que tu disais juste à part auparavant être capable de distinguer sujet et objectif moi je vois des tonnes de réunions j'observe beaucoup de réunions à plein de niveaux mais très souvent c'est bonjour je vais vous faire un point sur le projet Catapulte ah bon ? Mais faire un point c'est quoi ? Bah je vais te raconter ce qu'on a fait Mais à quoi on va servir nous ? Bah vous allez écouter C'est pas un objectif, parler du faire un point sur le projet Catapulte L'objectif c'est Qu'est-ce qu'on décide pour Catapulte ? Est-ce qu'on accepte de remettre 100 000 euros dans le projet Pour finir à l'heure ? Est-ce qu'on accepte de dire au client que le prix va augmenter ? C'est ça sur le projet Catapulte Ça c'est une décision Et la meilleure façon de formuler des ordres du jour de réunion, et j'ai piqué cette idée à l'américain, c'est formuler les sujets d'ordre du jour sous forme de questions. Sommes-nous tous d'accord pour remettre 100 000 euros dans le projet pour le terminer à temps ? Point d'interrogation.

  • Flaubert

    Un vrai bon conseil, ça.

  • Louis

    Ah, celui-là, il est... Alors, ce n'est pas le choix facile, mais quand on n'est pas capable de formuler ce genre de question au point de l'ordre du jour, il faut s'interroger sur la pertinence du sujet à l'ordre du jour.

  • Flaubert

    Donc, on est dans notre sujet qui est comment réduire le temps passé en réunion. Et là, tu viens de nous donner déjà deux choses, deux réponses, deux choses très concrètes. Ordre du jour. Alors déjà, ordre du jour. Ordre du jour, déjà. Souvent, parfois, de temps en temps, régulièrement, il n'y a pas d'ordre du jour. Je vais en réunion, je ne sais pas de quoi je vais parler, je ne peux même pas m'être un peu préparé avant pour essayer d'amener un avis un peu pertinent. Mais bon, ordre du jour sous forme de questions. et différencier sujet et objectif. Sujet et objectif,

  • Louis

    oui. Résultat qu'on attend. Qu'est-ce qui justifie qu'on va voler du temps aux gens qui sont là ?

  • Flaubert

    Voler du temps ? Oui, parce qu'en effet, ils donnent de leur temps. Et quand tu fais ça, quand tu es sur de l'objectif ou que tu poses une question, t'es juste en train aussi de responsabiliser la personne qui vient à la réunion et de lui dire t'es pas spectateur, mais t'es acteur. Et j'attends des choses de toi. Et c'est bien quand même, je vais en réunion, j'apporte des choses. Je ne suis pas que sur mon ordi à répondre à mes mails.

  • Louis

    Dis donc, Caroline, tu as vu lors du jour de la réunion, il y a un sujet qui s'appelle.rh. Tu sais ce que c'est ? Oui, oui, oui, je sais ce que c'est. C'est, je crois, qu'ils ont décidé de changer le montant des chèques déjeuners. Ah bon, tu crois que c'est ça ? Non, non, moi, je pense qu'au niveau du marketing, il y a un changement d'organisation. Je crois qu'ils ont découpé le marketing en trois départements, alors qu'il n'y en a que deux auparavant. Et tu arrives à la réunion,.rh, bonjour, on est là pour parler du plan de formation 2024.

  • Flaubert

    Donc on ne sait pas du tout, un point rh c'est le truc, c'est comme d'hiver dans la réunion et c'est là que le patron des achats fait tomber un sujet qui révolutionne l'entreprise, il l'a mis dans d'hiver qu'est-ce qu'il se passe ? On ne sait pas Vous aimez 13ème mois ? La meilleure façon de nous aider c'est de laisser un commentaire sur Apple Podcast En plus c'est très simple à faire Vous allez sur Apple Podcast, vous tapez 13ème mois, le 1, le 3, le E accent grave, le M, le E puis moi dans la barre de recherche Quand vous avez trouvé 13e mois, vous cliquez sur suivre et vous descendez en bas de la liste des épisodes jusqu'à la section notes et avis. Et là, c'est à vous de jouer. Laissez 5 étoiles si vous aimez le contenu du podcast et laissez un témoignage dans rédiger un avis. Dites-nous par exemple pourquoi vous aimez le podcast ou ce que vous en pensez. C'est tout simple et c'est vraiment ce qui permet à 13e mois d'être entendu par un maximum de personnes. Ok, d'autres choses pour réduire ce temps passé en réunion ? On a dit qu'on ne parlerait pas trop de chiffres, parce qu'après les chiffres, les gens les trouvent, mais tu avais peut-être juste un chiffre à nous partager ?

  • Louis

    Il y a deux chiffres que j'aime bien utiliser. C'est celle de 2017, mais ça n'a pas changé fondamentalement. Peut-être même que ça s'est aggravé compte tenu des réunions à distance. En gros, un manager en France passe 9 heures par semaine en réunion, donc 25% de son temps, 10 ans de sa vie au travail.

  • Flaubert

    10 ans de sa vie en réunion.

  • Louis

    Et une fois sur deux, il sort de là en disant J'aurais mieux fait de faire autre chose Donc c'est quand même assez choc. Ah oui. Donc je pense qu'il y a vraiment quelque chose. Une autre façon de diviser par deux le temps moyen passé en réunion, il y a une astuce. Tu retires 20% des réunions. Tu mets 20% de personnes en moins en réunion. et tu fais durer les réunions 20% de moins, t'as déjà réduit de 48,6%. C'est la moitié du blague. Mais déjà, se poser la question, dans toute la série de réunions que j'ai cette semaine, lesquelles je ne suis pas vraiment indispensable, lesquelles que j'organise, je peux supprimer, lesquelles je ne suis pas indispensable, je peux envoyer un collaborateur, ou c'est pas peine d'être trois d'organisation pour cette réunion, et puis qu'est-ce que je peux faire pour que la réunion, au lieu qu'elle dure une heure, elle dure 50 minutes. J'ai gagné 3 fois 20%, donc j'ai divisé par 2 déjà le temps passé en réunion dans l'ensemble de l'organisation.

  • Flaubert

    Formidable, et c'est vrai que se dire est-ce que ma présence est vraiment requise à cette réunion ? Qu'est-ce que je vais apporter ? qu'est-ce que ça va m'apporter ? Bon, à un moment donné, on n'est pas là pour dire qu'il ne faut plus de réunion, mais il faut mieux de réunion. Et donc, en effet, se poser la question. Et quand on entend les managers dire je passe ma vie en réunion, je ne fais que ça, je pose mes affaires, mais mon bureau ne me sert à rien bon, ok, comment on fait ? Comment on fait ?

  • Louis

    J'aime bien cette idée, je n'ai même pas le temps de poser mes affaires dans mon bureau. Mais... Il y a une question que j'appelle la question magique, qui est quand même assez géniale. Quand on reçoit un ordre du jour qui est un peu mou du genou. Bon, point RH. Juste poser la question, qu'attends-tu de moi ? Juste ça.

  • Flaubert

    C'est bon ça.

  • Louis

    Et c'est un acte, mais d'une grande puissance. Parce qu'en fait, d'abord, ça va aider l'autre. Il va dire, ouais, mais ce que j'attends de toi, c'est que tu viennes. D'accord, mais puisque tu m'invites, je suis poli, j'ai bien été éduqué, je vais venir. Mais qu'attends-tu de moi ? comment je vais être utile dans cette réunion ? Et là, la personne va se réfléchir, ah oui, mais tu m'écoutes, ah ouais, mais quoi d'autre ? Ainsi de suite. Et puis, qu'attends-tu de moi ? Il y a des situations où ça fait sauter les rayons. Ou bien, ah bah oui, si ça que t'attends de moi, écoute, je vais t'envoyer Christophe, ou bien Christophe sera là parce qu'il représente l'équipe déjà, t'as pas besoin de moi. Donc la question magique, elle est quand même géniale. Qu'attends-tu de moi ? Et réciproquement, Quand on est un comité et qu'on fait revenir des gens, ça arrive souvent, il y a quelqu'un qui va porter un sujet. Bon alors, avant qu'on démarre, tu vas nous parler du projet Catapulte, d'accord ? Mais qu'attends-tu de nous ? Juste ça.

  • Flaubert

    Ah oui.

  • Louis

    Qu'attends-tu de nous ?

  • Flaubert

    Ça remue, en tout cas ça va au fond des choses.

  • Louis

    Et souvent les gens disent, ben, qu'est-ce que j'attends de vous ? C'est que vous m'écoutiez. Oui. Tu sais combien ça coûte l'heure ici, là, autour de la table ?

  • Flaubert

    Alors ça peut être. Ce que j'attends de toi, c'est que tu me donnes un avis sur le projet, l'idée, le pitch, et que tu me challenges justement parce que demain je vais aller le présenter ou je vais aller rencontrer un partenaire. Et là, on a quand même un objectif qui est clair.

  • Louis

    Mais je pense que dans 80% des cas, la vraie réponse que les gens auraient envie de dire, j'ai juste besoin d'être rassuré. Je viens présenter un sujet dont j'ai la responsabilité, mais il n'y a qu'un truc qui me préoccupe, c'est être rassuré sur le fait que je suis sur le bon chemin. Mais est-ce qu'on a besoin de déranger un comité de direction ? être rassuré qu'on est sur le bon chemin. Normalement, c'est le patron qui va faire ça. C'est le N plus 1. Mais pourquoi déranger tout le comité de direction ? Moi, j'ai des exemples, si tu veux, de comités de direction. L'ordre du jour du comité de direction, je ne rigole pas, c'est 4 heures de réunion, 8 sujets. chaque sujet une demi-heure, où des gens qui n'étaient pas membres du comité de direction venaient présenter des sujets qui étaient déjà traités, pour lesquels il n'y avait aucune décision à prendre. Et en fait, ce comité de direction, ce qui les arrangeait beaucoup, c'est qu'à aucun moment, ils avaient des discussions de fond sur la réalité de leur rôle. Ils venaient juste enteriner ou écouter des sujets sur lesquels les décisions avaient été déjà prises. Et donc les décisions se prenaient dans les corridors, autour du café, et il y avait une sorte de mal-être complet, parce qu'on ne savait plus où ça se passait.

  • Flaubert

    Est-ce que, justement, là tu es en train de nous parler de ça, allez, tu as un exemple de... Ouais, on peut dire mauvaise, très mauvaise réunion, pire réunion à laquelle t'as pu assister, ou en tout cas, ce que t'as pu constater ?

  • Louis

    Alors j'en ai plusieurs en tête.

  • Flaubert

    J'imagine.

  • Louis

    La première, comité de direction, 13 personnes dans le comité de direction, ce qui est beaucoup. Chaque membre du comité de direction représentant une fonction, et le président de l'entreprise faisant un one-to-one avec chacun de ses collaborateurs. Bon alors toi ! T'en es où avec le niveau de la dernière campagne de pub ? Je l'ai vu, c'est pas terrible, peut-être pas que tu rajustes ça. Bon, maintenant, et toi ? Tes rendements sur ligne, là ? Je trouve que dans telle usine, ça se dégrade. Qu'est-ce qu'on fait ? Et en fait, ce qui se passe, c'est qu'il y avait 12 réunions, 12 one-to-one, ça durait de 9h à 18h, quand même, ok ? Et pendant qu'il y avait une discussion entre le patron et la directrice du marketing, les autres, ils se taisaient. Parce qu'ils imaginaient que si par hasard, ils levaient la main en disant Ouais, moi aussi j'ai vu la pub, je pense qu'on devrait faire ça Il se disait, oulala, quand moi je vais présenter mes rendements sur ligne, je vais voir les représailles. Donc ça c'est la réunion que j'appelle Marguerite. Ensuite, parce qu'il y a autant de pétales qu'il y a de trucs, il y a la réunion Poutine. La réunion Poutine c'est le patron qui parle, qui parle, qui parle, et qui dit parfois des choses un petit peu insensées, etc. Tout le monde se tait. Parce qu'il sait que s'il lève là-bas, il va finir comme Navalny. Voilà. Donc les gens ont peur en fait. Ils se disent, c'est pas l'endroit. il y a aussi récemment j'assieds une réunion dans l'administration je suis obligé de la raconter je la trouve trop rigolote on me demande d'observer une réunion, je fais beaucoup ça le patron commence il prépare une petite liste de sujets donc il raconte un peu sa vie, je me suis occupé de ça il y a ça qui avance etc ensuite un tour de rôle il fait le tour de table et chacun raconte sa vie moi je suis sur tel sujet et puis la conversation accroche ou pas sur lequel, ah ouais tiens c'est intéressant ce que tu fais etc ça dure, au lieu de durer deux heures, ça dure deux heures et demie. Au bout de deux heures et demie, ils me disent Mais qu'est-ce que vous pensez, Louis, de cette réunion ? Et là, je dis Mais écoutez, j'hésite, je sais pas, mais j'ai pas l'impression qu'on ait pris beaucoup de décisions. Et là, le patron me dit Attendez, monsieur Marais, mais nous, on est dans une administration, nous, ces réunions, j'applique le modèle de la poubelle. Ah, le modèle de la poubelle, c'est quoi ? Le modèle de la poubelle, c'est un concept qui a été développé dans les années 70, aux Etats-Unis, qui consiste à dire, on est en réunion, Et de temps en temps, il y a des solutions qui vont émerger, parce que ça va donner des idées aux gens, Ah ouais, mais ça je l'ai déjà vu ! Donc ça, c'est vraiment terrible. Et donc, pour tout dire, à la fin, on s'est mis d'accord, écoutez, on n'a pas le même regard sur ce que, à quoi doit servir une réunion dans une organisation. Je ne suis pas sûr que vous ayez vraiment envie de transformer vos pratiques. Restez avec votre modèle de la poubelle, et moi, je vais être dans un modèle beaucoup plus, peut-être, tranchant ou incisif.

  • Flaubert

    Oui, parce que là, c'est un déjeuner ou un apéro.

  • Louis

    Bistrot.

  • Flaubert

    Oui, bistrot, quoi. Mais c'est bon, c'est un dévidoir, quoi. On parle de choses et d'autres, mais on ne fait pas vraiment avancer le business. Ok ? Alors, si justement, on fait le lien entre ce qu'on avait dit sur le fait que la réunion doit être ou peut être un laboratoire d'apprentissage des gestes du leader. Parce que... Réunir une équipe, c'est un acte de management. On est bien d'accord qu'il y a du management individuel, le management collectif, l'acte suprême du management collectif, c'est la réunion. Qu'est-ce que doit faire le bon manager ou celui qui est en train d'être un leader de son équipe ? Quels sont les comportements, astuces, conseils, tips que tu peux leur donner, parce qu'on en a qui nous écoutent, en sachant que, il ne faut pas tout mettre, à mon sens, sur les épaules du manager dans la réunion, les personnes qui participent doivent être acteurs, actrices de la réunion, mais c'est aussi à lui de les embarquer. Donc allez, c'est quoi un leader en réunion ?

  • Louis

    Alors je vais faire une réponse un peu longue. Il y a quelques jours, j'animais un atelier au salon du management et j'ai posé la question suivante. Imaginez une organisation où il y a un chef, quatre sous-chefs, enfin un chef ou une chef, quatre sous-chefs et treize collaborateurs. Quatre, quatre, trois et deux. Donc j'ai une équipe de dix-huit personnes. J'appelle ça le modèle pyramide. Et je pose la question, d'après vous, combien est-il recommandé de tenir de réunion par mois pour que ce système fonctionne bien ? Alors là, il faut prendre son élan. La réponse, c'est 89.

  • Flaubert

    89.

  • Louis

    89 réunions dans une organisation comme ça. Un chef, 4 sous-chefs et 13 collaborateurs pour que ça fonctionne au rythme mensuel. Mais oui, mais 89, mais où ça ? C'est très simple. C'est pratique quand même d'avoir une réunion du comité de direction des 1 plus 4 par semaine. que chaque chef d'équipe fasse lui-même une réunion avec son équipe, rien de mortel là-dedans, et qu'ensuite, d'ailleurs, que les réunions d'équipe soient coordonnées dans le temps de manière à ce qu'il y ait une descente d'informations ou une cascade. Ensuite, ça vaut le coup, une fois par mois quand même, de réunir les 18 personnes. Et ensuite, il y a les one-to-one. Et ensuite, régulièrement, idéalement une fois par semaine, chaque manager va s'asseoir avec son collaborateur pour où est-ce que tu en es, comment je peux t'aider, comment tu te développes, ainsi de suite. Donc quand tu fais le total, c'est 89. Bon, c'est une façon de pousser un peu le raisonnement. Et c'est une façon aussi de dire que quand, tout à l'heure, tu disais la réunion est un acte de management, les trois réunions que j'ai incitées sont des actes de management. Donc la réunion de codire ou la réunion d'équipe, mais aussi le one-to-one et aussi la réunion de l'ensemble, du département. Et donc en fait il faut être très attentif à ce que l'on met dans chacune de ces réunions Oui il faut qu'elles soient bien structurées et qu'on n'y perde pas son temps Oui et que chacune ait des sujets qui soient en cohérence avec le casting Ce que je dis souvent c'est qu'une réunion de projet c'est facile C'est un pas sur la trajectoire du projet qui va de son lancement à son succès. La réunion est un pas sur la trajectoire du projet. La réunion d'équipe, c'est quoi ? C'est un pas sur la trajectoire d'une équipe. qui va de sa constitution à son excellence.

  • Flaubert

    De sa constitution à son excellence.

  • Louis

    Donc la réunion d'équipe, c'est le lieu de la construction de l'excellence de l'équipe. C'est en aucun cas le lieu où on va parler de projet, sauf s'ils sont des projets qui contribuent à l'excellence de l'équipe. Et c'est dans les one-to-one que l'on va avoir des réunions de travail avec chacun de ses collaborateurs. de manière à travailler sur des tâches peut-être, à travailler sur son développement, à recevoir du feedback. Donc je reviens à cette réunion d'équipe. La réunion d'équipe, elle est juste là pour construire l'excellence de l'équipe. Donc travailler sur comment l'équipe fonctionne ensemble. Et j'aime bien citer une étude qui a été faite par Google, étude Aristote 2012-2015, 180 équipes ont été expertisées dans le monde. Ils se sont posé la question, mais qu'est-ce qui fait la performance des équipes ? Est-ce que c'est le niveau scolaire ? Non. Est-ce que c'est la couleur de peau ? Non. Est-ce que c'est l'organisme social ? Non. Est-ce que c'est le QI ? Non. C'est juste la manière avec laquelle les personnes de l'équipe interagissent les uns avec les autres. C'est la relation. Et donc la réunion d'équipe, elle est là pour construire la relation. Et le premier critère qui prédit la performance d'une équipe, c'est la sécurité psychologique, la capacité qu'a chacun à prendre des risques dans le groupe. je sais pas, je me suis trompé, réexpliquez-moi. C'est ça qui a fait la performance de l'équipe. Le premier critère. Et ça repose sur, d'une part, la sensibilité sociale, la capacité qu'a chacun de capter un peu ce qui se passe dans la tête de l'autre, et puis l'équité de prise de parole que tout le monde voit au chapitre. Donc la réunion d'équipe, elle est là pour ça, pour construire cette sécurité psychologique.

  • Flaubert

    Et ça, c'est le rôle du manager.

  • Louis

    C'est le rôle du manager, bien évidemment, mais il va co-construire ça avec son équipe, en disant, mais finalement les gars, qu'est-ce qu'il faut qu'on mette dans nos réunions d'équipe ? Dans l'anecdote que j'ai racontée tout à l'heure, à la fin de la réunion, je n'ai pas pris le temps de le dire, mais avant de dire moi ce que j'avais vu, j'ai fait un tour de table en me disant, qu'est-ce qui s'est bien passé aujourd'hui ? Et qu'est-ce qu'on pourrait faire mieux la prochaine fois ? T'en as 5 sur 7 qui disent, ce serait bien qu'on gère la durée de la réunion. Mais le patron, il n'a pas entendu. Non, non, moi, il faut que ce soit un espace comme ça, de liberté, etc. Mais les gens venaient juste de crier, chef, ce serait bien que ça se termine à l'heure. Donc, en fait, la solution pour que la réunion équipe soit performante, il y a nous, le manager a une idée, bien sûr, mais il faut demander aux collaborateurs. Les amis, qu'est-ce qu'on peut faire pour que vous tiriez le meilleur de ces réunions d'équipe ?

  • Flaubert

    Alors, il faut le demander et il faut le mettre en application aussi. Parce que j'aime beaucoup, tu dis, sécurité psychologique. Ça veut dire que quand je viens en réunion, déjà, ce n'est pas un stand de tir. Je me sens à l'aise pour exprimer mon point de vue, mes idées, et parfois un point de vue qui est un peu divergent du collectif. Absolument. Mais là, dans l'exemple que tu prends, ce serait bien qu'on respecte le timing qu'on fait. Moi, j'ai d'autres rendez-vous derrière, où j'ai une obligation, qu'elle soit personnelle ou professionnelle. Mais donc là, la sécurité psychologique, ça va de pair avec le fait que, ok, le patron, il a entendu. Qu'en effet, la prochaine fois, on veillera à respecter le timing de deux heures. Donc bon, il a lui cette responsabilité, mais encore une fois, c'est une responsabilité aussi collective. Quelqu'un peut lever la main en disant, bon, c'est bon, timing, attention.

  • Louis

    Exactement. Mais pour aller au bout de l'exercice, fin de réunion, alors qu'est-ce qui s'est bien passé aujourd'hui ? Qu'est-ce qu'on fera la prochaine fois ? La prochaine fois, ce serait bien qu'on... Finissez à l'heure, très bien. La prochaine fois, ce serait bien que les documents, on les ait à voir le dimanche soir pour la réunion qui démarre à 10h le lundi, on les ait le jeudi. Très bien. La prochaine fois, ce serait bien que le compte-rendu, on l'ait pas la veille, mais deux jours après la réunion. Bon, stop les gars. On va pas tout faire tout de suite. Rome ne s'est pas fait en un jour. Parmi les trois points qu'on vient de voir, sur lequel on s'engage à bosser de façon solidaire.

  • Flaubert

    Voilà le leader, là. Là, le leader, il est là.

  • Louis

    donc moi je pense que cette idée d'envoyer les slides, non pas le dimanche soir mais le jeudi c'est une bonne idée vous pensez que moi c'est une bonne idée ? on est d'accord ? on y va ? et ce qu'on va faire à la prochaine réunion on mettra des petites gommettes rouges et vertes Juste pour le jeu, pour les gens qui ont... Juste pour jouer, mettre un peu de fun. Et petit à petit, il y a des disciplines qui vont se mettre en œuvre. Parce que les gens vont se rendre compte que ça transforme la réunion. Le fait de pouvoir, pour certaines personnes, lire des documents, se préparer, ça leur donne un rôle complètement différent.

  • Flaubert

    Et là, on est dans l'excellence. Et j'aime beaucoup celles et ceux qui nous écoutent, s'ils peuvent retenir de se dire Ok, est-ce que la réunion à laquelle je participe ou que j'organise contribue à l'excellence de l'équipe ? À un moment donné, comment on monte un peu le curseur ?

  • Louis

    À chaque fois. Synchronisation des agendas, réunions compliquées, comment je peux t'aider, gestion... Moi, j'ai eu la chance d'être dans une entreprise performante, mais avec une équipe super performante. En fait, l'essentiel de nos réunions, on parlait de budget, d'utilisation des ressources, mais surtout d'utilisation des ressources humaines, en fait. On avait une équipe de 80 personnes, on était 5 au comité de direction, donc en dessous de nous, il y avait 80 personnes, donc il y avait deux niveaux. On était observé. sur qu'est-ce qu'on fait pour que les gens qui sont en dessous de nous fonctionnent le mieux possible. Et on était en liberté pour dire, ouais, j'ai vu l'autre jour ton collègue, enfin ton collaborateur en réunion, je trouve que sa présentation, il aurait pu la préparer un peu plus. Ben j'écoutais, puis on pouvait aller voir le collaborateur, donc ainsi de suite, il y avait une sorte de confiance et de solidarité. Et ce n'était pas l'endroit où Paul, Jacques ou... Myriam disait regardez mon projet regardez comme tout va bien et regardez comme je suis beau et belle pas un stand de tir et pas un truc où je me mets en avant le 14 juillet le défilé,

  • Flaubert

    regardez c'est vrai que trop de réunions sont comme ça alors j'avais lu quelque chose de toi et on terminera par ça où tu disais la réunion touche à l'intime c'est une remise en question comportementale qui challenge la capacité à embarquer les autres et à prendre le leadership. On est dedans, là ?

  • Louis

    C'est-à-dire que moi, je pousse à observer des réunions. Il y a une autre anecdote. Je vais dans une entreprise et je dis... On va faire un petit questionnaire. Combien d'heures vous passez par semaine en réunion ? Sur 20 personnes, 17 heures par semaine. Et je leur dis, écoutez, c'est super bien, j'ai envie d'observer vos réunions pour que... pour capter. Dans 15 jours, j'ai une semaine complètement disponible. Je peux venir dans l'entreprise observer. Figure-toi que cette semaine-là, il n'y a pas eu une seule réunion pour les 20 personnes. Pas de réunion. En fait, ils ont eu peur. Peur que je sois là. Alors, ce que je fais quand j'observe, je me mets en retrait. Je ne dis rien. J'observe. Mais en fait, il y a une forme d'intimité. Il y a parfois des dérives comportementales dans un collectif parce qu'on vit avec ça, que c'est un peu l'histoire, la culture, et puis avoir quelqu'un qui vient juste dire Tiens, écoutez, est-ce que vous pourriez juste, à la fin de chaque discussion, que quelqu'un dise ce que vous venez de décider ? On en a parlé tout à l'heure. Moi, une autre fois, j'ai assisté à la réunion, c'était rigolo. C'est une réunion qui a duré, alors c'était en plus avec des fuseaux horaires, donc il y a des gens qui étaient très très loin, etc., qui s'étaient levés à 3h du matin pour être assistés à la réunion. C'était un peu compliqué. La réunion dure 4h. Et au bout de 4h, je dis Combien de décisions ont vous pris aujourd'hui ? 18, ah bon lesquels ? alors il faudrait que et puis un autre dit 4, ainsi de suite. Et moi, je leur dis, écoutez, moi, ce que j'ai entendu, je crois que vous n'avez pris qu'une décision. Ah bon, laquelle ? La date à laquelle vous aurez le repas de Noël.

  • Flaubert

    C'est une décision.

  • Louis

    Et donc là, j'étais tombé dans l'intime. Parce qu'en fait, quand je leur ai dit ça... Là le patron a dit ouais mais attends une réunion monsieur Varaye c'est pas uniquement pour prendre des décisions. D'accord. Mais je vous demande quand une décision vous est prise vous êtes vous même pas capable de vous aligner sur le nombre de décisions. Et finalement il n'y en a qu'une qui a été prise, la date du repas de Noël.

  • Flaubert

    Prise de décision, excellence, sécurité. Voilà des mots qui, je l'espère, vont résonner dans la tête de nos auditrices et auditeurs. N'hésitez pas aussi à bien vous dire que vous êtes toutes et tous actrices et acteurs des réunions. Et puis, montez le niveau d'excellence de vos réunions. Faites monter le niveau d'excellence de vos réunions. Et puis, que les managers aussi montent en leadership parce que c'est un acte de management. Louis, merci beaucoup. Pour tout ce que tu as partagé dans cet épisode, alors on n'a pas encore terminé, on va finir avec les trois questions que je pose à toutes et tous mes invités. Le premier, puisqu'on est sur un podcast qui tourne autour des RH et du management. Quel conseil, comme ça, tu donnerais à une personne qui travaille dans les ressources humaines ?

  • Louis

    On en a parlé un petit peu, donc déjà faire des enquêtes. Demandez aux gens, finalement, qu'est-ce que vous pensez des réunions. Moi je fais une petite enquête qualitative, 25 conjectures, tu sais, chez nous les réunions démarrent à l'heure, chez nous les décisions sont claires, chez nous les décisions sont suivies des faits, plutôt pas d'accord et puis complètement d'accord et ainsi de suite. Donc moi je fais une cartographie de ça, c'est assez amusant. Et très souvent il y a un truc très rigolo, c'est que chez nous il est facile de prendre la parole en réunion. ok, donc c'est plutôt positif et le pire des scores c'est chez nous, je sors de réunion avec moins d'énergie que le niveau avec lequel je suis rentré donc les gens disent explicitement que les réunions les fatiguent donc faire une enquête la deuxième chose c'est être exemplaire ce qui n'est pas être parfait,

  • Flaubert

    puisqu'on n'est jamais parfait mais être exemplaire C'est ?

  • Louis

    C'est le progrès, c'est par exemple être exemplaire C'est finir toute réunion en disant Qu'est-ce qu'on a pensé de ce qu'on vient de faire ? Oser justement, en étant Sécurité psychologique, oser demander Du feedback aux gens, qu'est-ce qui s'est bien passé ? Qu'est-ce qu'on fera mieux la prochaine fois ?

  • Flaubert

    C'est commencer à l'heure et finir à l'heure C'est aussi la ponctualité

  • Louis

    Et puis c'est Pour chaque sujet avoir un objectif Un résultat attendu Donc déjà, je pense que si les RH s'intéressent à ça, il faut qu'ils soient exemplaires. Ensuite, faire des enquêtes, et ensuite imaginer quels seraient les quelques principes fondamentaux sur lesquels on serait prêt à engager l'organisation. Les minimums de chez minimum. Et en veillant à ce que ce soit pris, récupéré, personnalisé ou personnifié par les membres du comité de direction. Parce que ça aussi, c'est essentiel. L'exemplarité. Partout où j'ai eu, entre guillemets, des succès de transformation des pratiques, c'est lorsque les patrons s'y sont mis.

  • Flaubert

    Le sponsoring, en effet. L'exemplarité, il fait que le top management se saisit du sujet et en effet, ça part du haut et puis ça descend. Ça, c'est fondamental, oui. Donc, arriver aussi à convaincre. Le top management de la démarche et du fait de dire, ok, les réunions, il faut qu'on les travaille autrement, et voilà, il y a une exemplarité à avoir, etc. C'est un vrai sujet, oui.

  • Louis

    Moi, une équipe, j'adore, ça s'est très bien passé, c'est dans une grande assurance, le patron m'a fait confiance, il avait un chief of staff, donc quelqu'un qui l'accompagne, ben la réunion se terminait à 20h, 21h, maintenant elle se termine toute à 17h. Oui. mais il y a moins de sujets, il n'y a que des sujets où il y a un besoin et ce n'est pas simplement le défilé où chacun va raconter ses histoires pour se faire valoir.

  • Flaubert

    Et j'imagine que celles et ceux qui sortent de ces réunions-là ne sont pas fatigués, mais à un moment donné le but c'est rebooster aussi je sais où je vais, j'ai mes éléments j'ai la trajectoire et puis j'ai l'énergie, ça me donne plutôt envie qu'autre chose.

  • Louis

    Je rajoute juste un truc, une réunion en fait ça a juste deux objectifs de la clarté sur ce qu'il y a à faire et l'envie de le faire. La bonne réunion, je sais ce qu'il y a à faire, que je sois le chef, le sous-chef ou n'importe qui, et j'ai envie de le faire. On m'a donné envie de le faire, on m'a réexpliqué le sens. C'est juste ça.

  • Flaubert

    Ok, un livre que tu emmènerais sur une île déserte, alors parle de tes livres, c'est le moment. Ah si, si, si.

  • Louis

    Non mais je ne les emmènerais pas sur une île déserte.

  • Flaubert

    Mais oui, moi je les emmène bien, on ne se dit pas besoin.

  • Louis

    Non, j'ai... Bon, j'ai écrit un bouquin en 2022 qui a été traduit en 2023 en anglais, qui s'appelle La réunionite, ça suffit. Meeting it is, stop it. Et donc, j'ai rassemblé dans un bouquin qui est en 90 minutes des questions simples pour gérer des réunions. Donc, qu'est-ce que j'attends de la réunion ? De qui j'ai besoin ? Comment va chacun ? Ainsi de suite. Donc j'essaie de structurer ce livre sur des questions extrêmement simples. Alors j'ai eu de la chance, j'ai fait appel à Gaps qui a bien voulu l'illustrer donc en plus il y a un petit peu de fun. Et auparavant, quand j'ai quitté le groupe Danone, j'avais pris le temps d'écrire un petit bouquin sur les 15 astuces pour apporter le bonheur au travail et au-delà, donc des gestes de management de base. Donc je continue à utiliser ce bouquin quand je fais des conférences dans des grandes écoles etc. sur Oui, oui, on peut être heureux au boulot, sous réserve de prendre quelques petites mesures. Mais après, à ta question, qu'est-ce que j'emmènerais comme bouquin ? Alors, j'ai dit à mon épouse, j'emmènerais un Moleskine. Elle m'a dit, il n'y a rien dedans. Mais justement, pour écrire. Elle m'a dit, oui, mais ce n'est pas un livre. Donc en fait, j'ai pensé à un livre, j'adore Jack London, donc le double de la pléiade romans et nouvelles de Jack London, c'est quand même assez intéressant. sur l'individu, la manière à laquelle il a remis en scène sa vie.

  • Flaubert

    D'accord. Ton bouquin, La Réunionite, ça suffit ?

  • Louis

    On le trouve partout, je veux dire, sur les plateformes, à la FNAC,

  • Flaubert

    etc. Et donc, on le lit en 90 minutes et on peut gérer ses réunions différemment. Absolument. C'est un bon investissement.

  • Louis

    Oui, je pense que c'est un bon investissement. Et surtout, il faut acheter trois marqueurs, trois surligneurs. Un vert, un jaune et un rouge ou un orange. Donc le vert, on souligne, je le fais déjà. le jaune, je vais essayer et le rouge, il faut que j'en parle à mon chef j'adore ok ok,

  • Flaubert

    super allez, dernière question, est-ce que tu aurais une personne à me recommander pour un prochain épisode toujours autour des RH et du management

  • Louis

    Il y a deux personnes à qui je pense. Il y a une première personne, elle s'appelle Julie Danktran. Elle est aujourd'hui la directrice générale d'une boutique qui s'appelle EpiSaveur, qui est une filiale du groupe Pomona, mais auparavant elle était directrice générale de Manute en France, et auparavant elle était chez HP, donc elle a une culture assez internationale. Et pour moi c'est le modèle du leadership au féminin. Ok, génial. Et elle a un talent unique. pour transformer ses équipes, pour transformer les organisations, et en étant vraiment, en utilisant les personnes, tous leurs talents, etc. Alors en plus, c'est une bonne cliente, c'est-à-dire que j'ai aidé Manu Tan, maintenant j'aide EpiSaver. Puis il y a une deuxième personne, moi, qui serait vraiment intéressant, c'est un consultant, il s'appelle Philippe Bazin, il a longtemps travaillé chez Krauthammer, il est chez Krauthammer, et il a développé un savoir-faire dans débloquer les situations bloquées. Et donc, il utilise des techniques un petit peu originales, qui touchent à l'individu, au collectif, à tout ce qui est quasiment vibratoire entre les individus, et il apporte des solutions sur des situations bloquées. Et il aide aussi des organisations à passer des caps, en fait. les individus ou des organisations à passer des caps. Donc c'est quelqu'un qui a une approche extrêmement originale, très décalée de tout ce que l'on peut entendre sur le management un peu traditionnel, et je trouve que ça pourrait être intéressant que tu le sollicites, Philippe Bazin.

  • Flaubert

    Eh bien, merci beaucoup, merci pour tout ce que tu as donné dans cet épisode, et je pense que toutes les personnes qui vont écouter cet épisode ne verront plus les réunions comme avant, et si ça peut contribuer à monter un peu le curseur des réunions, On aura réussi notre coup. Voilà. Merci beaucoup, Louis. Et puis, à bientôt.

  • Louis

    A bientôt, Flaubert. Merci. Au

  • Flaubert

    Merci d'avoir écouté cet épisode de 13e mois. S'il vous a été utile, partagez-le à votre entourage RH pour qu'il les aide à leur tour. Et puisqu'on y est, mettez une note 5 étoiles et un petit commentaire pour que ce podcast puisse profiter à un maximum d'acteurs de la communauté RH. Pour recevoir encore plus de ressources sur le secteur des RH, c'est simple, abonnez-vous à ma newsletter, le lien est en description de l'épisode. Et pour finir, si vous avez des besoins en recrutement ou en coaching, la Manufacture RH se fera un plaisir de vous accompagner il vous suffit de me contacter directement sur LinkedIn je vous dis à bientôt pour un nouvel épisode

Description

Les chiffres en matière de réunion donnent le tournis.

En France, un manager passe environ 9 heures par semaine en réunion, soit 25% de son temps de travail.


L'équivalent de 10 ans de sa vie professionnelle passés en réunions...

10 ans ...


Ça vaut le coup de s'arrêter sur la façon dont on gère et dont on manage ses réunions non ?!


Cet épisode me tenait tout particulièrement à coeur et depuis longtemps.


Peut-être parce que j'ai vécu ces réunions à rallonge, celles dans lesquelles on ne décide de rien, celles dans lesquelles on ne sait pas bien pourquoi on est là...


Louis Vareille est tout simplement Réuniologue, il soigne la fameuse réunionite aiguë...


Avec Louis, on regarde très concrètement comment diviser par deux le temps passé en réunion, ce qui au passage ferait gagner 5 ans de sa vie ;-)


Quelques exemples de ce que nous abordons dans cet épisode :

  • L'importance de différencier un sujet d'un objectif.

  • La formulation des ordres du jour sous forme de questions.

  • Les questions à poser avant de participer (ou non) à une réunion.

  • Les différents types de réunions.

  • L'organisation et la structuration d'une réunion.


On regarde même la réunion sous l'angle managérial car la réunion doit être le lieu de la construction de l'excellence de l'équipe.


Un épisode incontournable si vous voulez progresser dans votre façon de réunir votre équipe ou si vous souhaitez faire progresser les réunions auxquelles vous participez.

--------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Pour ne manquer aucun épisode du podcast 13ème Mois c'est facile : 

👉 Abonnez-vous gratuitement sur votre plateforme préférée : 

Apple Podcasts  - Spotify  - Deezer - Podcast Addict  

👉 Inscrivez-vous à la newsletter : https://manufacture-rh.myflodesk.com/newsletter  

⭐ Laissez un avis sur Apple Podcasts et/ou Spotify

👉 Retrouvez les 30 conseils de mes 30 premiers invités pour exceller dans les RH : https://manufacture-rh.myflodesk.com/30-conseils-rh

Découvrez les autres épisodes  

Ce Podcast est soutenu par La Manufacture RH  

Bonne écoute ! 



Hébergé par Ausha. Visitez ausha.co/politique-de-confidentialite pour plus d'informations.

Transcription

  • Louis

    Et à la fin de la réunion, on va prendre le temps de dire, attendez, maintenant on va récapituler les grandes décisions qu'on a prises. Pour réexprimer, sur le sujet numéro un, on est tous d'accord, on va faire ça. Et en faisant ça, on crée un espace éventuellement de contestation finale. On va dire, attends, depuis tout à l'heure, on a réfléchi, moi j'ai pensé, etc. Peut-être qu'on devrait faire autrement. J'ai envie de commencer par un qui est rigolo, c'est quand les gens quittent l'entreprise. et on leur demande mais finalement si tu nous donnais un conseil sur ce qu'on devrait changer les gens disent regardez vos réunions j'en ai marre j'en ai marre j'en peux plus j'en peux plus regardez mon agenda etc mais quand on n'est pas capable de formuler ce genre de questions le point de l'ordre du jour il faut s'interroger sur la pertinence du sujet à l'ordre du jour La réunion d'équipe, c'est le lieu de la construction de l'excellence de l'équipe. C'est en aucun cas le lieu où on va parler de projet, sauf si ce sont des projets qui contribuent à l'excellence de l'équipe.

  • Flaubert

    Papa, c'est vrai que tu licencies des gens ? Ça, c'est tout simplement la question que ma fille m'a posée un matin sur le chemin de l'école alors que j'étais DRH. Bon, je lui ai évidemment expliqué que mon métier allait bien au-delà des licenciements, que c'était l'art de construire des équipes exceptionnelles, de développer des talents et de cultiver le leadership en entreprise. Mais ça m'a confronté une fois de plus à la mauvaise réputation de mon métier. Depuis, j'ai donc œuvré à faire briller la fonction RH, pour aider les DRH à bâtir des équipes qui reflètent leur vision et à développer leur propre leadership. Je suis Flaubert, le fondateur de la Manufacture RH, le spécialiste du recrutement et du coaching des fonctions RH. Et je suis ravi de vous accueillir dans 13e mois, le podcast qui décrypte l'excellence RH. Grâce à des interviews de DRH inspirants, des conseils concrets et des chroniques d'actualité, vous aurez toutes les clés pour comprendre les tendances et innover. Allez, laissez-vous inspirer et venez intégrer notre communauté RH pleine d'énergie. Bonjour Louis. Bonjour. Imaginons la scène, nous sommes dans les couloirs d'une entreprise française, comme il en existe beaucoup, et voici ce que l'on entend. Salut Pierre, t'as vu mon mail ? Oui, oui, j'ai vu ton mail. Alors, je t'ai pas encore répondu, j'ai une réunion dans 10 minutes, comme d'hab, je vais en profiter pour répondre à mes mails, t'auras donc ta réponse bientôt. répondre à ces mails en réunion. Sport national, multitasking ou manque d'intérêt des réunions, les raisons sont nombreuses mais le constat est là, car cette scène, je l'ai vécue, et je suis certain que ça va rappeler des situations vécues à nos auditrices et nos auditeurs. Il y a une phrase que j'aime beaucoup lancer aux managers que je rencontre ou que je coach, c'est Dis-moi comment tu réunis ton équipe, je te dirai quel manager tu es ! La réunion. La réunion, c'est une représentation micro, un peu comme une image arrêtée du fonctionnement de l'entreprise. Et comme c'est un vrai sujet de management, je trouvais très intéressant d'y consacrer un épisode. Pour en parler, rien de mieux qu'un expert du sujet comme toi, Louis, puisque tu es tout simplement réuniologue. J'imagine que ce titre vient en réponse à la désormais fameuse réunionnite, dont on entend parler depuis plusieurs années, mais tu vas nous expliquer tout ça juste après. Alors comme on passe beaucoup trop de temps en réunion, dans cet épisode nous allons regarder ce que l'on peut faire pour diviser par deux le temps passé en réunion Et on va même pousser un peu plus loin, puisque nous avons décidé de regarder également la réunion sous l'angle managérial, pour voir comment en faire un laboratoire d'apprentissage des gestes du leader. Je me réjouis vraiment à l'avance de parler de tout ça avec toi, mais avant cela, qui es-tu Louis Vareil, car on ne devient pas réuniologue comme ça ? Louis Vareil, donc par quoi je commence ? Je suis un passionné des réunions. Et en fait, c'est un passionné surtout de la mise en mouvement des collectifs. Et c'est quelque chose qui est en moi depuis bientôt 45 ans. Donc j'ai une passion pour la mise en mouvement des collectifs. Donc regrouper des gens, monter des projets, les embarquer. Et en fait très très vite, il m'est apparu que c'est en réunion que ça se passe. C'est en réunion que l'on va regrouper des individus, définir un projet, définir un plan d'action, le suivre, accompagner, ajuster, célébrer les succès. Donc c'est là que ça se passe. Donc de formation, moi je suis vétérinaire, j'ai fait 4 ans à l'école vétérinaire de Maison-Alfort, et puis après j'ai fait 5 ans dans le conseil, en sécurité des aliments, puis j'ai eu la chance de travailler pendant 26 ans chez Danone, dans des postes plutôt internationaux, dont 9 ans à Amsterdam, et avec des rôles qui étaient croissants, et à un moment j'avais même la responsabilité des affaires publiques. Pour la division alimentation infantile, le groupe Danone était assez formidable, puisqu'en gros ça m'a amené à animer 13 000 réunions dans 45 pays. Pas mal. C'est pas mal.

  • Louis

    Une vraie passion.

  • Flaubert

    Ça donne une crédibilité.

  • Louis

    J'espère en tout cas. Et donc quand Danone m'a quitté, j'ai décidé de créer une activité de conseil sur les réunions. Juste sur les réunions. Donc je ne suis pas facilitateur, j'accompagne des organisations qui ont décidé... de s'attaquer au sujet que tu as abordé, la réunionnite, ce temps que l'on passe dans des mauvaises réunions.

  • Flaubert

    Donc en fait, ce que tu dis, c'est que tu as vécu un passé. Alors ce que je trouve intéressant et même questionnant, c'est comment on fait pour commencer par être vétérinaire de formation et puis ensuite arriver dans le monde de l'entreprise. Et peut-être la question, c'est qu'est-ce que tu gardes et qu'est-ce que tu utilises de ce que tu as connu ? Dans cette ancienne vie, parce que pour moi, une vie professionnelle, c'est un chemin, donc tu as dû utiliser des choses.

  • Louis

    Ouh là là, celle-ci est un peu compliquée déjà. Alors, pourquoi je commence ? Bon d'abord, très vite fait, mais je suis véto, je pense que quand on décide de rentrer parfois dans des cursus, on est influencé par son environnement, sa famille. Je pense que ma famille s'était projetée avec le retour à la terre du troisième de la famille. Donc ça c'est une première chose. Donc le choix de faire véto, même si ça peut choquer certaines personnes, c'est un choix non pas subi, mais pas aussi profond que pour d'autres. Et une fois à l'école, j'ai pris beaucoup de plaisir à effectivement être dans cette école, mais ce qui m'a attiré le plus... C'est justement de monter ses collectifs. Donc être le représentant des étudiants pour le conseil d'administration, créer un ciné-club, être le président du cercle des élèves, s'occuper de l'accueil, et ainsi de suite. Donc en fait, c'était mon truc. Et quand je suis sorti de l'école, en fait, un autre élément important pour moi, c'est que c'est compliqué de prendre une décision. Prendre une décision, c'est compliqué. Et en fait, j'ai petit à petit compris que la réunion, c'est la meilleure des manières pour moi de faire prendre mes décisions par les autres. Donc s'installer en clientèle, c'était une grosse décision. C'était un truc qui allait peut-être imprimer ma vie. Donc j'ai préféré aller dans un univers un peu plus, comment dire, flexible, qui était au début le conseil. Ça me permettait de mieux sentir les choses. Mais cette notion de la réunion et le lieu, et ça c'est important pour moi, où on va... pour faire prendre des décisions à un collectif. Et plus la décision est collective, plus elle sera puissante.

  • Flaubert

    J'aime beaucoup déjà, tu vois, ça fait juste quelques minutes qu'on est sur le sujet, mais déjà tu pointes quelque chose qui est fondamental. Une réunion consiste à prendre des décisions de manière collective. Et il y a tellement de réunions où entre le moment où on rentre et le moment où on sort, on n'a rien décidé, mais pas le début d'un petit peu de quelque chose. Donc déjà, toi tu pointes ça. On va y revenir évidemment. Je voulais juste aussi revenir sur quelque chose que tu as évoqué. Tu dis, je ne suis pas un facilitateur. À travers ça, tu dis, moi je ne suis pas là pour animer les réunions des autres, c'est ça ? Toi, tu es là pour les accompagner dans la façon dont ils vont faire, gérer, animer leurs réunions.

  • Louis

    Absolument, moi ce que j'essaie, j'essaie de développer une autonomie Une autonomie des personnes qui animent des réunions ou qui portent des sujets dans des réunions, on ne va pas y revenir, pour qu'ils soient autonomes. Et le facilitateur, c'est un autre métier. Ce sont des individus qui vont faciliter un collectif, mais qui ne vont pas forcément laisser un savoir-faire à l'organisation, parce qu'ils ont un savoir-faire très très pointu. Alors que le mien, ce que je fais, c'est que j'essaie de le transmettre, pour que les gens soient autonomes.

  • Flaubert

    D'ailleurs, on pourrait se dire que, dans l'équipe qui se réunit, on en parlait un peu avant qu'on commence le podcast, mais il devrait y avoir une personne, ou il pourrait y avoir une personne qui a ce rôle de facilitateur de la réunion, d'animateur, mais j'aime bien ce terme de facilitateur, pour aller chercher celui qui s'exprime un peu moins et qui pour autant... peut avoir et a souvent un avis très pertinent sur le sujet ?

  • Louis

    Alors, c'est super intéressant. Je reviens en arrière sur un truc, sur la décision. Tout à l'heure, on a dit la décision est collective. La réalité, c'est que le processus... d'émergence de la solution et collectif. Mais à la fin, il y a quand même quelqu'un qui prend la décision. Moi, j'ai la chance d'être président de trois associations. On a des bureaux, on discute, mais à un moment, si on décide que le prix de tel événement sera 80 euros, moi, je dis, ben, ce sera 80. Et si on s'est planté, si on fait un four, ben, c'est de ma responsabilité. Donc, la décision, elle est sa consultation, sa préparation est collective. Mais à un moment, il y a quand même, en général, quelqu'un qui... prend la décision, qui assume la responsabilité.

  • Flaubert

    Ce que tu es en train de dire, je partage totalement, la communauté, en tout cas le groupe, doit aider le décideur à trancher et à faire qu'il va prendre la meilleure des solutions pour l'équipe, pour l'entreprise, pour l'avenir, etc. En fait, on en est là, c'est ça ?

  • Louis

    Exactement. Exactement. Et en prenant en compte les contradictions, les désaccords, en les rendant explicites. Je prends cette décision, j'ai compris qu'on n'était pas tous d'accord, mais à un moment il faut trancher, c'est ça qu'on va faire. Et j'assume. Alors il y a un truc super intéressant ensuite, ce qui peut se passer dans un comité de direction ou dans un comité exécutif, c'est qu'une fois que la décision est prise... One voice.

  • Flaubert

    Exactement.

  • Louis

    Les gens sortent de la réunion, disent ça a été chaud, on n'était pas tous d'accord, mais voici la décision que solidairement nous avons prise. Parce qu'il n'y a rien de pire que des gens qui quittent des instances de direction et qui disent c'est surtout pas ça qu'il fallait faire.

  • Flaubert

    Là c'est terrible. Pour les équipes en dessous, là c'est une catastrophe. Et en effet, on porte et on est ambassadeur de la décision, même si au départ... on avait un avis divergent, mais à un moment donné, on a entendu, on a laissé entendre notre avis, mais voilà, et ça, c'est très important, et ça me fait penser aussi un peu... Alors, je n'ai plus le nom de ce politique qui disait un ministre, ça ferme sa gueule ou ça démissionne. Bon, à un moment donné, alors là, on est un peu dans la caricature, mais parfois, les politiques ont un peu du mal, en effet, à porter une décision. C'est ce qui crée un peu de flou et un peu de mou en dessous. Ok,

  • Louis

    je vais juste... Le livre que j'ai publié en 2022, il y a une phrase que je trouve merveilleuse, que j'ai trouvée dans les échos. Une phrase de Carlos Tavares, qui est le président de Stellantis. Certains lui reprochent son niveau de rémunération.

  • Flaubert

    En tout cas, il a un niveau de compétence qui est plutôt très élevé. Je pense qu'il a fait plutôt du bien à Stellantis, en effet.

  • Louis

    Quand nous avons une réunion sur un sujet, je tâche de me taire pendant la présentation. et de distribuer ensuite la parole. Point. C'est dur, virgule, mais j'ai appris à me soigner. Point. À la fin, virgule, je reformule et je tranche avec ma propre pondération, virgule, forcément discutable.

  • Flaubert

    Génial.

  • Louis

    Je trouve que cette phrase, c'est la quintessence du patron dans une réunion qui laisse de l'espace pour que chacun puisse s'exprimer, qui fait la synthèse et qui, à un moment, convient de le dire, tranche.

  • Flaubert

    Et j'adore, il y a la reformulation. C'est tellement puissant, une reformulation. Voilà, est-ce que j'ai bien compris ce que t'as dit ? Ça questionne aussi l'autre, ça montre qu'on a écouté. C'est très puissant, en effet, ce qu'il dit là, oui.

  • Louis

    Et reformulation, je rentre un peu dans la méthode. J'insiste beaucoup, dans les réunions, il y a des sujets en général. Il y a un premier sujet, un deuxième sujet, qui sont portés par des gens, parfois qui ne sont pas toujours l'animateur, on se répartit le travail. À la fin de chaque sujet... Bon alors les gars... c'est quoi le quoi, qui, quand ? C'est quoi la décision ? Et donc là, on va se réaligner sur ce qu'on vient de décider. Et à la fin de la réunion, on va prendre le temps de dire, bon, attendez, maintenant, on va récapituler les grandes décisions qu'on a prises pour réexprimer, bon, sur le sujet numéro un, on est tous d'accord, on va faire ça. Et en faisant ça, on crée un espace éventuellement de contestation finale, en disant, attends, depuis tout à l'heure, on a réfléchi, moi j'ai pensé, etc. Peut-être qu'on devrait faire autrement. Et on peut utiliser le reste de temps de la réunion pour réajuster, se réaligner. Mais une fois que l'on est d'accord, et bien... on passe à l'action et on va communiquer quelque chose d'univoque dans toute l'organisation.

  • Flaubert

    Et je trouve que beaucoup de personnes qui organisent des réunions parlent de compte-rendu. Enfin, moi, il ne faut pas parler de compte-rendu, à mon sens, mais de relevé de décision. Et un relevé de décision, c'est ce que tu viens exactement de dire. On a décidé quoi ? qui est en charge de ça et quand est-ce qu'il doit et comme ça on suit les choses celui qui n'a pas été à la réunion, il prend le truc, il suit et là pour le coup, le rôle du manager, du patron, de celui qui a tranché c'est juste de suivre que les choses avancent comme elles doivent et si elles n'avancent pas à un moment donné, de dire ok, il y a un truc qui ne va pas, qu'est-ce qu'on recadre ou pas c'est ça ?

  • Louis

    Exactement, alors on parle un peu dans tous les sens mais c'est intéressant, mais le contrôle d'une réunion, vraie question pour qui est le contrôle d'une réunion ? Pour les gens qui étaient dans la réunion, il faut leur dire, allez au travail, voici l'alignement. Ou pour dire à tous ceux qui n'étaient pas dans la réunion ce qui s'y est passé. Moi, ma version, c'est le relevé de décision. C'est juste pour dire aux gens qui étaient dans la réunion, allez les gars, au boulot. Voici le message.

  • Flaubert

    Voilà ce qu'il y a à faire.

  • Louis

    Et donc, ces longs compte-rendus de réunion, alors bien sûr c'est nécessaire pour des conseils d'administration, des instances de gouvernance, si vous voulez, où il faut qu'il y ait de la trace, mais d'une réunion de base, j'irais même à un comité de direction, un relevé de décision, ça peut être juste quelques lignes.

  • Flaubert

    Bien sûr. Voilà. Bien sûr. Alors on a plongé dans le sujet. Pardon. Non, non, mais c'est... Moi j'adore. Et c'est un sujet qui est... passionnant et on pourrait y passer beaucoup de temps et on devrait y passer beaucoup de temps et les managers et les organisations devraient passer beaucoup plus de temps à réfléchir sur comment je réunis mes équipes. Ça c'est à mon sens fondamental. Je vais revenir juste sur j'adore le terme de réuniologue. Ça vient d'où ? Je l'ai un peu dit dans l'intro, mais...

  • Louis

    Ça vient de... comment dire... Au moment où j'ai décidé de créer cette activité focalisée sur les réunions, j'ai cherché un nom de marque, en fait. Et puis j'ai créé des acronymes, etc. Puis un jour, quelque chose qui est tombé, alors j'ai dit un peu du ciel, comme ça, je me suis rendu exactement où j'étais, j'étais en train de gribouiller sur un bout de papier, Réuniologie. donc m'est tombé le mot réuniologie et j'en parle à un copain il me dit réuniologie c'est malin mais Louis tu devrais dire que t'es réuniologue mais oui c'est ça qu'il faut faire donc en fait c'est vraiment le hasard à la fois de l'intuition je sais pas quoi de la chance et ensuite des échanges avec d'autres personnes donc j'ai créé le mot de réuniologue et j'ai rédigé un pitch que j'aime bien raconter quand je suis face à quelqu'un, bonjour je m'appelle Louis Vareille, je suis réuniologue je répare les réunions et je sois de la réunionnite Dans 99% des cas, 99% des cas en France, les mots qui sortent de la bouche du mon interlocuteur, c'est vous devez en avoir du boulot Donc il y a un réflexe pavlovien à... Voilà. Et donc l'idée, c'est de réparer les réunions et de soigner la réunionnite. Et réparer les réunions, c'est équiper les organisations avec des gestes simples pour que toutes les réunions soient efficaces, ciblées sur l'objectif. Et réunionite, c'est une fois que les organisations ont appris à avoir de bonnes réunions, ils se posent la question suivante, est-ce qu'on a les bonnes réunions ? Donc ils vont se réinterroger sur la gouvernance, le système de réunion qui existe dans l'organisation, en se disant, mais est-ce que celle-ci joue vraiment son rôle ?

  • Flaubert

    Ok, alors on va aller sur le sujet de réduire le temps passé en réunion, mais avant... Puisque tu es réunionologue, puisqu'on a parlé de réunionnites, comme ça, les quelques symptômes qui font que Ah, là tiens, je dois consulter un réunionologue parce que vraiment, je suis manager, ou alors je suis membre d'une équipe et je veux me saisir du sujet, je vais voir mon boss, je vais dire Attends, les réunions, c'est plus possible. Parce que ça, c'est ce qu'on entend quand même partout. Les réunions, il y en a marre, oh là là, moi je perds mon temps, etc. Il y en a trop. C'est quoi les quelques symptômes comme ça, là ? S'il y en a un ou deux qui nous écoutent et qui se disent Ah ok, il faut que je consulte.

  • Louis

    Je ne sais pas, j'ai envie de commencer par un qui est rigolo, c'est quand les gens quittent l'entreprise, et on leur demande, mais finalement, si tu nous donnais un conseil sur ce qu'on devrait changer. Sans prendre le cas, les gens disent, regardez vos réunions, j'en ai marre, j'en ai marre, j'en peux plus, j'en peux plus, regardez mon agenda, etc. Deuxième chose, ce qui peut être un signe, c'est que font les gens en réunion ?

  • Flaubert

    Leur mail, parfois.

  • Louis

    Trop souvent. Mais on l'a tous fait. Donc en fait, à partir du moment où on est capable d'observer des réunions et se rendre compte que tout le monde a son ordinateur ouvert... et qui est en train de tapoter, et qu'on leur demande, mais tu fais quoi ? Je fais le compte-rendu pour mon équipe. Et quand tu passes derrière, comme c'est arrivé dans une grande administration, c'était le jour du Black Friday chez Amazon, tout le monde était en train de faire ses courses, tu te dis, attention, il y a quelque chose. Donc à partir du moment où tu observes que les gens dans une réunion sont en train de faire autre chose et de taper, c'est qu'il y a un souci. Troisième symptôme, peut-être, c'est qui parle en réunion ? Une réunion, c'est un lieu de l'action. C'est un lieu où chacun doit être acteur. Il y a cette phrase que l'on prête à... Enfin, moi, je dis tout muet et suspect. En réunion, tout muet et suspect. C'est-à-dire que, mais qu'est-ce que tu fais là ? Il y a une phrase qu'on prête à Elon Musk, c'est une drôle de star lui aussi, à qui on dit, mais aujourd'hui, je ne vous ai pas entendu. Vous aviez vraiment besoin d'être là ? Donc, en fait, quand dans une réunion, tu observes des gens qui font autre chose. Et puis, quand tu es en visioconférence, en petits groupes, grands groupes, c'est normal que les caméras ne soient pas allumées. Mais tu as un groupe de 4-5 personnes Et les gens n'ont pas allumé leur caméra, tu te dis, oh là là, mais qu'est-ce qu'ils sont en train de faire ? Ils ne sont pas engagés. C'est un peu comme s'ils venaient en présentiel avec une cagoule sur la tête.

  • Flaubert

    J'adore l'image. Bon.

  • Louis

    Et donc, en fait, c'est tous ces petits signaux. Et puis, après, tu peux mettre du concret, tu peux lancer une enquête. Et à chaque fois que je parle avec des grandes entreprises, elles me disent, ouais, on a fait une étude sur les irritants. Et M. Varay, on vous a fait venir, pourquoi ? Parce que le premier irritant, c'est les réunions. Le premier truc qui empêche les gens d'être épanouis, etc., c'est les réunions. Donc, il faut qu'on fasse quelque chose. Mais après, pour passer à l'action, c'est compliqué. Parce qu'en fait, les réunions, tout le monde pense savoir faire des réunions. C'est tellement évident. Et moi, ce que j'ai tendance à dire, et je le répète aussi souvent que je peux, la réuniologie devrait être aux écoles de management. Ce que la pédologie, l'étude des sols, est aux écoles d'agriculture. Parce que j'étais avec des gens de Sciences Po l'autre jour, ils me disent, oui on forme les gens, mais comment on les forme ? Ils ont une méthode ? Non on ne les forme pas. Donc ils ne forment personne. Donc personne n'est formé à gérer des réunions. Or, on sait que pour des gens qui sortent des grandes écoles, quelles qu'elles soient, et ben c'est quoi ? C'est 25% de leur temps ? 50% de leur temps qui va être passé en réunion ? Et ils arrivent dans des organisations, il n'y a pas de mode général, il n'y a pas de pratique commune, et donc chacun va faire son truc. Donc en fait, pour revenir, c'est quoi les symptômes ? C'est de voir aussi que dans l'organisation, on n'a pas défini une méthode de base. Pas d'objectif, pas de réunion. la ponctualité est un truc essentiel. Pas de réunion, enfin, pas de compte-rendu, enfin, pas de réunion sans compte-rendu. Des fondamentaux qui sont évidents pour tout le monde, mais qui, dans la réalité, ne sont pas mis en oeuvre.

  • Flaubert

    N'existent pas. Et ce que je trouve très positif dans ce que tu es en train de nous dire, c'est que, au final, c'est pas grave. C'est pas grave de ne pas réellement savoir maîtriser ces réunions. En revanche, il faut le comprendre, le savoir, prendre de la hauteur et se dire Ok, il faut juste que j'apprenne un peu. Ça s'apprend, mais on ne décide pas comme ça. Ce n'est pas un apéro dinatoire où on se dit Tiens, allez, on va discuter de on ne sait pas trop quoi, on pose les choses. Non. Et c'est ce qu'on se disait aussi avant de commencer ce podcast. au final, le plus compliqué, c'est souvent de se dire c'est quoi l'objectif que je fixe à ma réunion, c'est ça ? Absolument.

  • Louis

    Alors avant ça, je rajoute juste un truc, c'est qu'en fait, je pense que ça ne bouge pas dans beaucoup d'organisations parce que les gens pensent que le progrès n'est pas possible. Donc on vit dans une acceptation d'une forme de médiocrité. On rentre chez soi, regarde ma chérie ou regarde mon chéri, ça c'est mon agenda aujourd'hui, j'ai passé ma journée en réunion.

  • Flaubert

    Alors là, je te coupe juste, mais ça c'est... Combien de fois on l'entend ? Ah, je ne fais que ça, moi j'appelle des clients. Oh là là, mais là j'enchaîne réunion sur réunion. On pensait que le télétravail allait changer des choses. Ils sont tous en Teams toute la journée. Et je n'ai pas le temps d'aller aux toilettes. Mais c'est vrai, j'existe. Regarde, regarde ma chérie ou mon chéri, j'existe. Formidable, j'adore.

  • Louis

    Voilà, donc les gens ont quand même une conscience qu'il se passe quelque chose. Mais après ils se disent, c'est comme ça. C'est une sorte de malédiction. On doit vivre là-dedans, on est une grande entreprise, on doit avoir des rayons qui nous usent, qui nous consument et dont il ne sort pas grand-chose. Moi, ce que j'essaie de dire aux gens, c'est qu'il y a moyen de faire autrement. essayez juste ça à la fin de chaque discussion comme on l'a dit tout à l'heure prenez le temps de vous poser 35 secondes en disant alors qu'est-ce qu'on vient de décider juste ça ou bien ce que tu disais juste à part auparavant être capable de distinguer sujet et objectif moi je vois des tonnes de réunions j'observe beaucoup de réunions à plein de niveaux mais très souvent c'est bonjour je vais vous faire un point sur le projet Catapulte ah bon ? Mais faire un point c'est quoi ? Bah je vais te raconter ce qu'on a fait Mais à quoi on va servir nous ? Bah vous allez écouter C'est pas un objectif, parler du faire un point sur le projet Catapulte L'objectif c'est Qu'est-ce qu'on décide pour Catapulte ? Est-ce qu'on accepte de remettre 100 000 euros dans le projet Pour finir à l'heure ? Est-ce qu'on accepte de dire au client que le prix va augmenter ? C'est ça sur le projet Catapulte Ça c'est une décision Et la meilleure façon de formuler des ordres du jour de réunion, et j'ai piqué cette idée à l'américain, c'est formuler les sujets d'ordre du jour sous forme de questions. Sommes-nous tous d'accord pour remettre 100 000 euros dans le projet pour le terminer à temps ? Point d'interrogation.

  • Flaubert

    Un vrai bon conseil, ça.

  • Louis

    Ah, celui-là, il est... Alors, ce n'est pas le choix facile, mais quand on n'est pas capable de formuler ce genre de question au point de l'ordre du jour, il faut s'interroger sur la pertinence du sujet à l'ordre du jour.

  • Flaubert

    Donc, on est dans notre sujet qui est comment réduire le temps passé en réunion. Et là, tu viens de nous donner déjà deux choses, deux réponses, deux choses très concrètes. Ordre du jour. Alors déjà, ordre du jour. Ordre du jour, déjà. Souvent, parfois, de temps en temps, régulièrement, il n'y a pas d'ordre du jour. Je vais en réunion, je ne sais pas de quoi je vais parler, je ne peux même pas m'être un peu préparé avant pour essayer d'amener un avis un peu pertinent. Mais bon, ordre du jour sous forme de questions. et différencier sujet et objectif. Sujet et objectif,

  • Louis

    oui. Résultat qu'on attend. Qu'est-ce qui justifie qu'on va voler du temps aux gens qui sont là ?

  • Flaubert

    Voler du temps ? Oui, parce qu'en effet, ils donnent de leur temps. Et quand tu fais ça, quand tu es sur de l'objectif ou que tu poses une question, t'es juste en train aussi de responsabiliser la personne qui vient à la réunion et de lui dire t'es pas spectateur, mais t'es acteur. Et j'attends des choses de toi. Et c'est bien quand même, je vais en réunion, j'apporte des choses. Je ne suis pas que sur mon ordi à répondre à mes mails.

  • Louis

    Dis donc, Caroline, tu as vu lors du jour de la réunion, il y a un sujet qui s'appelle.rh. Tu sais ce que c'est ? Oui, oui, oui, je sais ce que c'est. C'est, je crois, qu'ils ont décidé de changer le montant des chèques déjeuners. Ah bon, tu crois que c'est ça ? Non, non, moi, je pense qu'au niveau du marketing, il y a un changement d'organisation. Je crois qu'ils ont découpé le marketing en trois départements, alors qu'il n'y en a que deux auparavant. Et tu arrives à la réunion,.rh, bonjour, on est là pour parler du plan de formation 2024.

  • Flaubert

    Donc on ne sait pas du tout, un point rh c'est le truc, c'est comme d'hiver dans la réunion et c'est là que le patron des achats fait tomber un sujet qui révolutionne l'entreprise, il l'a mis dans d'hiver qu'est-ce qu'il se passe ? On ne sait pas Vous aimez 13ème mois ? La meilleure façon de nous aider c'est de laisser un commentaire sur Apple Podcast En plus c'est très simple à faire Vous allez sur Apple Podcast, vous tapez 13ème mois, le 1, le 3, le E accent grave, le M, le E puis moi dans la barre de recherche Quand vous avez trouvé 13e mois, vous cliquez sur suivre et vous descendez en bas de la liste des épisodes jusqu'à la section notes et avis. Et là, c'est à vous de jouer. Laissez 5 étoiles si vous aimez le contenu du podcast et laissez un témoignage dans rédiger un avis. Dites-nous par exemple pourquoi vous aimez le podcast ou ce que vous en pensez. C'est tout simple et c'est vraiment ce qui permet à 13e mois d'être entendu par un maximum de personnes. Ok, d'autres choses pour réduire ce temps passé en réunion ? On a dit qu'on ne parlerait pas trop de chiffres, parce qu'après les chiffres, les gens les trouvent, mais tu avais peut-être juste un chiffre à nous partager ?

  • Louis

    Il y a deux chiffres que j'aime bien utiliser. C'est celle de 2017, mais ça n'a pas changé fondamentalement. Peut-être même que ça s'est aggravé compte tenu des réunions à distance. En gros, un manager en France passe 9 heures par semaine en réunion, donc 25% de son temps, 10 ans de sa vie au travail.

  • Flaubert

    10 ans de sa vie en réunion.

  • Louis

    Et une fois sur deux, il sort de là en disant J'aurais mieux fait de faire autre chose Donc c'est quand même assez choc. Ah oui. Donc je pense qu'il y a vraiment quelque chose. Une autre façon de diviser par deux le temps moyen passé en réunion, il y a une astuce. Tu retires 20% des réunions. Tu mets 20% de personnes en moins en réunion. et tu fais durer les réunions 20% de moins, t'as déjà réduit de 48,6%. C'est la moitié du blague. Mais déjà, se poser la question, dans toute la série de réunions que j'ai cette semaine, lesquelles je ne suis pas vraiment indispensable, lesquelles que j'organise, je peux supprimer, lesquelles je ne suis pas indispensable, je peux envoyer un collaborateur, ou c'est pas peine d'être trois d'organisation pour cette réunion, et puis qu'est-ce que je peux faire pour que la réunion, au lieu qu'elle dure une heure, elle dure 50 minutes. J'ai gagné 3 fois 20%, donc j'ai divisé par 2 déjà le temps passé en réunion dans l'ensemble de l'organisation.

  • Flaubert

    Formidable, et c'est vrai que se dire est-ce que ma présence est vraiment requise à cette réunion ? Qu'est-ce que je vais apporter ? qu'est-ce que ça va m'apporter ? Bon, à un moment donné, on n'est pas là pour dire qu'il ne faut plus de réunion, mais il faut mieux de réunion. Et donc, en effet, se poser la question. Et quand on entend les managers dire je passe ma vie en réunion, je ne fais que ça, je pose mes affaires, mais mon bureau ne me sert à rien bon, ok, comment on fait ? Comment on fait ?

  • Louis

    J'aime bien cette idée, je n'ai même pas le temps de poser mes affaires dans mon bureau. Mais... Il y a une question que j'appelle la question magique, qui est quand même assez géniale. Quand on reçoit un ordre du jour qui est un peu mou du genou. Bon, point RH. Juste poser la question, qu'attends-tu de moi ? Juste ça.

  • Flaubert

    C'est bon ça.

  • Louis

    Et c'est un acte, mais d'une grande puissance. Parce qu'en fait, d'abord, ça va aider l'autre. Il va dire, ouais, mais ce que j'attends de toi, c'est que tu viennes. D'accord, mais puisque tu m'invites, je suis poli, j'ai bien été éduqué, je vais venir. Mais qu'attends-tu de moi ? comment je vais être utile dans cette réunion ? Et là, la personne va se réfléchir, ah oui, mais tu m'écoutes, ah ouais, mais quoi d'autre ? Ainsi de suite. Et puis, qu'attends-tu de moi ? Il y a des situations où ça fait sauter les rayons. Ou bien, ah bah oui, si ça que t'attends de moi, écoute, je vais t'envoyer Christophe, ou bien Christophe sera là parce qu'il représente l'équipe déjà, t'as pas besoin de moi. Donc la question magique, elle est quand même géniale. Qu'attends-tu de moi ? Et réciproquement, Quand on est un comité et qu'on fait revenir des gens, ça arrive souvent, il y a quelqu'un qui va porter un sujet. Bon alors, avant qu'on démarre, tu vas nous parler du projet Catapulte, d'accord ? Mais qu'attends-tu de nous ? Juste ça.

  • Flaubert

    Ah oui.

  • Louis

    Qu'attends-tu de nous ?

  • Flaubert

    Ça remue, en tout cas ça va au fond des choses.

  • Louis

    Et souvent les gens disent, ben, qu'est-ce que j'attends de vous ? C'est que vous m'écoutiez. Oui. Tu sais combien ça coûte l'heure ici, là, autour de la table ?

  • Flaubert

    Alors ça peut être. Ce que j'attends de toi, c'est que tu me donnes un avis sur le projet, l'idée, le pitch, et que tu me challenges justement parce que demain je vais aller le présenter ou je vais aller rencontrer un partenaire. Et là, on a quand même un objectif qui est clair.

  • Louis

    Mais je pense que dans 80% des cas, la vraie réponse que les gens auraient envie de dire, j'ai juste besoin d'être rassuré. Je viens présenter un sujet dont j'ai la responsabilité, mais il n'y a qu'un truc qui me préoccupe, c'est être rassuré sur le fait que je suis sur le bon chemin. Mais est-ce qu'on a besoin de déranger un comité de direction ? être rassuré qu'on est sur le bon chemin. Normalement, c'est le patron qui va faire ça. C'est le N plus 1. Mais pourquoi déranger tout le comité de direction ? Moi, j'ai des exemples, si tu veux, de comités de direction. L'ordre du jour du comité de direction, je ne rigole pas, c'est 4 heures de réunion, 8 sujets. chaque sujet une demi-heure, où des gens qui n'étaient pas membres du comité de direction venaient présenter des sujets qui étaient déjà traités, pour lesquels il n'y avait aucune décision à prendre. Et en fait, ce comité de direction, ce qui les arrangeait beaucoup, c'est qu'à aucun moment, ils avaient des discussions de fond sur la réalité de leur rôle. Ils venaient juste enteriner ou écouter des sujets sur lesquels les décisions avaient été déjà prises. Et donc les décisions se prenaient dans les corridors, autour du café, et il y avait une sorte de mal-être complet, parce qu'on ne savait plus où ça se passait.

  • Flaubert

    Est-ce que, justement, là tu es en train de nous parler de ça, allez, tu as un exemple de... Ouais, on peut dire mauvaise, très mauvaise réunion, pire réunion à laquelle t'as pu assister, ou en tout cas, ce que t'as pu constater ?

  • Louis

    Alors j'en ai plusieurs en tête.

  • Flaubert

    J'imagine.

  • Louis

    La première, comité de direction, 13 personnes dans le comité de direction, ce qui est beaucoup. Chaque membre du comité de direction représentant une fonction, et le président de l'entreprise faisant un one-to-one avec chacun de ses collaborateurs. Bon alors toi ! T'en es où avec le niveau de la dernière campagne de pub ? Je l'ai vu, c'est pas terrible, peut-être pas que tu rajustes ça. Bon, maintenant, et toi ? Tes rendements sur ligne, là ? Je trouve que dans telle usine, ça se dégrade. Qu'est-ce qu'on fait ? Et en fait, ce qui se passe, c'est qu'il y avait 12 réunions, 12 one-to-one, ça durait de 9h à 18h, quand même, ok ? Et pendant qu'il y avait une discussion entre le patron et la directrice du marketing, les autres, ils se taisaient. Parce qu'ils imaginaient que si par hasard, ils levaient la main en disant Ouais, moi aussi j'ai vu la pub, je pense qu'on devrait faire ça Il se disait, oulala, quand moi je vais présenter mes rendements sur ligne, je vais voir les représailles. Donc ça c'est la réunion que j'appelle Marguerite. Ensuite, parce qu'il y a autant de pétales qu'il y a de trucs, il y a la réunion Poutine. La réunion Poutine c'est le patron qui parle, qui parle, qui parle, et qui dit parfois des choses un petit peu insensées, etc. Tout le monde se tait. Parce qu'il sait que s'il lève là-bas, il va finir comme Navalny. Voilà. Donc les gens ont peur en fait. Ils se disent, c'est pas l'endroit. il y a aussi récemment j'assieds une réunion dans l'administration je suis obligé de la raconter je la trouve trop rigolote on me demande d'observer une réunion, je fais beaucoup ça le patron commence il prépare une petite liste de sujets donc il raconte un peu sa vie, je me suis occupé de ça il y a ça qui avance etc ensuite un tour de rôle il fait le tour de table et chacun raconte sa vie moi je suis sur tel sujet et puis la conversation accroche ou pas sur lequel, ah ouais tiens c'est intéressant ce que tu fais etc ça dure, au lieu de durer deux heures, ça dure deux heures et demie. Au bout de deux heures et demie, ils me disent Mais qu'est-ce que vous pensez, Louis, de cette réunion ? Et là, je dis Mais écoutez, j'hésite, je sais pas, mais j'ai pas l'impression qu'on ait pris beaucoup de décisions. Et là, le patron me dit Attendez, monsieur Marais, mais nous, on est dans une administration, nous, ces réunions, j'applique le modèle de la poubelle. Ah, le modèle de la poubelle, c'est quoi ? Le modèle de la poubelle, c'est un concept qui a été développé dans les années 70, aux Etats-Unis, qui consiste à dire, on est en réunion, Et de temps en temps, il y a des solutions qui vont émerger, parce que ça va donner des idées aux gens, Ah ouais, mais ça je l'ai déjà vu ! Donc ça, c'est vraiment terrible. Et donc, pour tout dire, à la fin, on s'est mis d'accord, écoutez, on n'a pas le même regard sur ce que, à quoi doit servir une réunion dans une organisation. Je ne suis pas sûr que vous ayez vraiment envie de transformer vos pratiques. Restez avec votre modèle de la poubelle, et moi, je vais être dans un modèle beaucoup plus, peut-être, tranchant ou incisif.

  • Flaubert

    Oui, parce que là, c'est un déjeuner ou un apéro.

  • Louis

    Bistrot.

  • Flaubert

    Oui, bistrot, quoi. Mais c'est bon, c'est un dévidoir, quoi. On parle de choses et d'autres, mais on ne fait pas vraiment avancer le business. Ok ? Alors, si justement, on fait le lien entre ce qu'on avait dit sur le fait que la réunion doit être ou peut être un laboratoire d'apprentissage des gestes du leader. Parce que... Réunir une équipe, c'est un acte de management. On est bien d'accord qu'il y a du management individuel, le management collectif, l'acte suprême du management collectif, c'est la réunion. Qu'est-ce que doit faire le bon manager ou celui qui est en train d'être un leader de son équipe ? Quels sont les comportements, astuces, conseils, tips que tu peux leur donner, parce qu'on en a qui nous écoutent, en sachant que, il ne faut pas tout mettre, à mon sens, sur les épaules du manager dans la réunion, les personnes qui participent doivent être acteurs, actrices de la réunion, mais c'est aussi à lui de les embarquer. Donc allez, c'est quoi un leader en réunion ?

  • Louis

    Alors je vais faire une réponse un peu longue. Il y a quelques jours, j'animais un atelier au salon du management et j'ai posé la question suivante. Imaginez une organisation où il y a un chef, quatre sous-chefs, enfin un chef ou une chef, quatre sous-chefs et treize collaborateurs. Quatre, quatre, trois et deux. Donc j'ai une équipe de dix-huit personnes. J'appelle ça le modèle pyramide. Et je pose la question, d'après vous, combien est-il recommandé de tenir de réunion par mois pour que ce système fonctionne bien ? Alors là, il faut prendre son élan. La réponse, c'est 89.

  • Flaubert

    89.

  • Louis

    89 réunions dans une organisation comme ça. Un chef, 4 sous-chefs et 13 collaborateurs pour que ça fonctionne au rythme mensuel. Mais oui, mais 89, mais où ça ? C'est très simple. C'est pratique quand même d'avoir une réunion du comité de direction des 1 plus 4 par semaine. que chaque chef d'équipe fasse lui-même une réunion avec son équipe, rien de mortel là-dedans, et qu'ensuite, d'ailleurs, que les réunions d'équipe soient coordonnées dans le temps de manière à ce qu'il y ait une descente d'informations ou une cascade. Ensuite, ça vaut le coup, une fois par mois quand même, de réunir les 18 personnes. Et ensuite, il y a les one-to-one. Et ensuite, régulièrement, idéalement une fois par semaine, chaque manager va s'asseoir avec son collaborateur pour où est-ce que tu en es, comment je peux t'aider, comment tu te développes, ainsi de suite. Donc quand tu fais le total, c'est 89. Bon, c'est une façon de pousser un peu le raisonnement. Et c'est une façon aussi de dire que quand, tout à l'heure, tu disais la réunion est un acte de management, les trois réunions que j'ai incitées sont des actes de management. Donc la réunion de codire ou la réunion d'équipe, mais aussi le one-to-one et aussi la réunion de l'ensemble, du département. Et donc en fait il faut être très attentif à ce que l'on met dans chacune de ces réunions Oui il faut qu'elles soient bien structurées et qu'on n'y perde pas son temps Oui et que chacune ait des sujets qui soient en cohérence avec le casting Ce que je dis souvent c'est qu'une réunion de projet c'est facile C'est un pas sur la trajectoire du projet qui va de son lancement à son succès. La réunion est un pas sur la trajectoire du projet. La réunion d'équipe, c'est quoi ? C'est un pas sur la trajectoire d'une équipe. qui va de sa constitution à son excellence.

  • Flaubert

    De sa constitution à son excellence.

  • Louis

    Donc la réunion d'équipe, c'est le lieu de la construction de l'excellence de l'équipe. C'est en aucun cas le lieu où on va parler de projet, sauf s'ils sont des projets qui contribuent à l'excellence de l'équipe. Et c'est dans les one-to-one que l'on va avoir des réunions de travail avec chacun de ses collaborateurs. de manière à travailler sur des tâches peut-être, à travailler sur son développement, à recevoir du feedback. Donc je reviens à cette réunion d'équipe. La réunion d'équipe, elle est juste là pour construire l'excellence de l'équipe. Donc travailler sur comment l'équipe fonctionne ensemble. Et j'aime bien citer une étude qui a été faite par Google, étude Aristote 2012-2015, 180 équipes ont été expertisées dans le monde. Ils se sont posé la question, mais qu'est-ce qui fait la performance des équipes ? Est-ce que c'est le niveau scolaire ? Non. Est-ce que c'est la couleur de peau ? Non. Est-ce que c'est l'organisme social ? Non. Est-ce que c'est le QI ? Non. C'est juste la manière avec laquelle les personnes de l'équipe interagissent les uns avec les autres. C'est la relation. Et donc la réunion d'équipe, elle est là pour construire la relation. Et le premier critère qui prédit la performance d'une équipe, c'est la sécurité psychologique, la capacité qu'a chacun à prendre des risques dans le groupe. je sais pas, je me suis trompé, réexpliquez-moi. C'est ça qui a fait la performance de l'équipe. Le premier critère. Et ça repose sur, d'une part, la sensibilité sociale, la capacité qu'a chacun de capter un peu ce qui se passe dans la tête de l'autre, et puis l'équité de prise de parole que tout le monde voit au chapitre. Donc la réunion d'équipe, elle est là pour ça, pour construire cette sécurité psychologique.

  • Flaubert

    Et ça, c'est le rôle du manager.

  • Louis

    C'est le rôle du manager, bien évidemment, mais il va co-construire ça avec son équipe, en disant, mais finalement les gars, qu'est-ce qu'il faut qu'on mette dans nos réunions d'équipe ? Dans l'anecdote que j'ai racontée tout à l'heure, à la fin de la réunion, je n'ai pas pris le temps de le dire, mais avant de dire moi ce que j'avais vu, j'ai fait un tour de table en me disant, qu'est-ce qui s'est bien passé aujourd'hui ? Et qu'est-ce qu'on pourrait faire mieux la prochaine fois ? T'en as 5 sur 7 qui disent, ce serait bien qu'on gère la durée de la réunion. Mais le patron, il n'a pas entendu. Non, non, moi, il faut que ce soit un espace comme ça, de liberté, etc. Mais les gens venaient juste de crier, chef, ce serait bien que ça se termine à l'heure. Donc, en fait, la solution pour que la réunion équipe soit performante, il y a nous, le manager a une idée, bien sûr, mais il faut demander aux collaborateurs. Les amis, qu'est-ce qu'on peut faire pour que vous tiriez le meilleur de ces réunions d'équipe ?

  • Flaubert

    Alors, il faut le demander et il faut le mettre en application aussi. Parce que j'aime beaucoup, tu dis, sécurité psychologique. Ça veut dire que quand je viens en réunion, déjà, ce n'est pas un stand de tir. Je me sens à l'aise pour exprimer mon point de vue, mes idées, et parfois un point de vue qui est un peu divergent du collectif. Absolument. Mais là, dans l'exemple que tu prends, ce serait bien qu'on respecte le timing qu'on fait. Moi, j'ai d'autres rendez-vous derrière, où j'ai une obligation, qu'elle soit personnelle ou professionnelle. Mais donc là, la sécurité psychologique, ça va de pair avec le fait que, ok, le patron, il a entendu. Qu'en effet, la prochaine fois, on veillera à respecter le timing de deux heures. Donc bon, il a lui cette responsabilité, mais encore une fois, c'est une responsabilité aussi collective. Quelqu'un peut lever la main en disant, bon, c'est bon, timing, attention.

  • Louis

    Exactement. Mais pour aller au bout de l'exercice, fin de réunion, alors qu'est-ce qui s'est bien passé aujourd'hui ? Qu'est-ce qu'on fera la prochaine fois ? La prochaine fois, ce serait bien qu'on... Finissez à l'heure, très bien. La prochaine fois, ce serait bien que les documents, on les ait à voir le dimanche soir pour la réunion qui démarre à 10h le lundi, on les ait le jeudi. Très bien. La prochaine fois, ce serait bien que le compte-rendu, on l'ait pas la veille, mais deux jours après la réunion. Bon, stop les gars. On va pas tout faire tout de suite. Rome ne s'est pas fait en un jour. Parmi les trois points qu'on vient de voir, sur lequel on s'engage à bosser de façon solidaire.

  • Flaubert

    Voilà le leader, là. Là, le leader, il est là.

  • Louis

    donc moi je pense que cette idée d'envoyer les slides, non pas le dimanche soir mais le jeudi c'est une bonne idée vous pensez que moi c'est une bonne idée ? on est d'accord ? on y va ? et ce qu'on va faire à la prochaine réunion on mettra des petites gommettes rouges et vertes Juste pour le jeu, pour les gens qui ont... Juste pour jouer, mettre un peu de fun. Et petit à petit, il y a des disciplines qui vont se mettre en œuvre. Parce que les gens vont se rendre compte que ça transforme la réunion. Le fait de pouvoir, pour certaines personnes, lire des documents, se préparer, ça leur donne un rôle complètement différent.

  • Flaubert

    Et là, on est dans l'excellence. Et j'aime beaucoup celles et ceux qui nous écoutent, s'ils peuvent retenir de se dire Ok, est-ce que la réunion à laquelle je participe ou que j'organise contribue à l'excellence de l'équipe ? À un moment donné, comment on monte un peu le curseur ?

  • Louis

    À chaque fois. Synchronisation des agendas, réunions compliquées, comment je peux t'aider, gestion... Moi, j'ai eu la chance d'être dans une entreprise performante, mais avec une équipe super performante. En fait, l'essentiel de nos réunions, on parlait de budget, d'utilisation des ressources, mais surtout d'utilisation des ressources humaines, en fait. On avait une équipe de 80 personnes, on était 5 au comité de direction, donc en dessous de nous, il y avait 80 personnes, donc il y avait deux niveaux. On était observé. sur qu'est-ce qu'on fait pour que les gens qui sont en dessous de nous fonctionnent le mieux possible. Et on était en liberté pour dire, ouais, j'ai vu l'autre jour ton collègue, enfin ton collaborateur en réunion, je trouve que sa présentation, il aurait pu la préparer un peu plus. Ben j'écoutais, puis on pouvait aller voir le collaborateur, donc ainsi de suite, il y avait une sorte de confiance et de solidarité. Et ce n'était pas l'endroit où Paul, Jacques ou... Myriam disait regardez mon projet regardez comme tout va bien et regardez comme je suis beau et belle pas un stand de tir et pas un truc où je me mets en avant le 14 juillet le défilé,

  • Flaubert

    regardez c'est vrai que trop de réunions sont comme ça alors j'avais lu quelque chose de toi et on terminera par ça où tu disais la réunion touche à l'intime c'est une remise en question comportementale qui challenge la capacité à embarquer les autres et à prendre le leadership. On est dedans, là ?

  • Louis

    C'est-à-dire que moi, je pousse à observer des réunions. Il y a une autre anecdote. Je vais dans une entreprise et je dis... On va faire un petit questionnaire. Combien d'heures vous passez par semaine en réunion ? Sur 20 personnes, 17 heures par semaine. Et je leur dis, écoutez, c'est super bien, j'ai envie d'observer vos réunions pour que... pour capter. Dans 15 jours, j'ai une semaine complètement disponible. Je peux venir dans l'entreprise observer. Figure-toi que cette semaine-là, il n'y a pas eu une seule réunion pour les 20 personnes. Pas de réunion. En fait, ils ont eu peur. Peur que je sois là. Alors, ce que je fais quand j'observe, je me mets en retrait. Je ne dis rien. J'observe. Mais en fait, il y a une forme d'intimité. Il y a parfois des dérives comportementales dans un collectif parce qu'on vit avec ça, que c'est un peu l'histoire, la culture, et puis avoir quelqu'un qui vient juste dire Tiens, écoutez, est-ce que vous pourriez juste, à la fin de chaque discussion, que quelqu'un dise ce que vous venez de décider ? On en a parlé tout à l'heure. Moi, une autre fois, j'ai assisté à la réunion, c'était rigolo. C'est une réunion qui a duré, alors c'était en plus avec des fuseaux horaires, donc il y a des gens qui étaient très très loin, etc., qui s'étaient levés à 3h du matin pour être assistés à la réunion. C'était un peu compliqué. La réunion dure 4h. Et au bout de 4h, je dis Combien de décisions ont vous pris aujourd'hui ? 18, ah bon lesquels ? alors il faudrait que et puis un autre dit 4, ainsi de suite. Et moi, je leur dis, écoutez, moi, ce que j'ai entendu, je crois que vous n'avez pris qu'une décision. Ah bon, laquelle ? La date à laquelle vous aurez le repas de Noël.

  • Flaubert

    C'est une décision.

  • Louis

    Et donc là, j'étais tombé dans l'intime. Parce qu'en fait, quand je leur ai dit ça... Là le patron a dit ouais mais attends une réunion monsieur Varaye c'est pas uniquement pour prendre des décisions. D'accord. Mais je vous demande quand une décision vous est prise vous êtes vous même pas capable de vous aligner sur le nombre de décisions. Et finalement il n'y en a qu'une qui a été prise, la date du repas de Noël.

  • Flaubert

    Prise de décision, excellence, sécurité. Voilà des mots qui, je l'espère, vont résonner dans la tête de nos auditrices et auditeurs. N'hésitez pas aussi à bien vous dire que vous êtes toutes et tous actrices et acteurs des réunions. Et puis, montez le niveau d'excellence de vos réunions. Faites monter le niveau d'excellence de vos réunions. Et puis, que les managers aussi montent en leadership parce que c'est un acte de management. Louis, merci beaucoup. Pour tout ce que tu as partagé dans cet épisode, alors on n'a pas encore terminé, on va finir avec les trois questions que je pose à toutes et tous mes invités. Le premier, puisqu'on est sur un podcast qui tourne autour des RH et du management. Quel conseil, comme ça, tu donnerais à une personne qui travaille dans les ressources humaines ?

  • Louis

    On en a parlé un petit peu, donc déjà faire des enquêtes. Demandez aux gens, finalement, qu'est-ce que vous pensez des réunions. Moi je fais une petite enquête qualitative, 25 conjectures, tu sais, chez nous les réunions démarrent à l'heure, chez nous les décisions sont claires, chez nous les décisions sont suivies des faits, plutôt pas d'accord et puis complètement d'accord et ainsi de suite. Donc moi je fais une cartographie de ça, c'est assez amusant. Et très souvent il y a un truc très rigolo, c'est que chez nous il est facile de prendre la parole en réunion. ok, donc c'est plutôt positif et le pire des scores c'est chez nous, je sors de réunion avec moins d'énergie que le niveau avec lequel je suis rentré donc les gens disent explicitement que les réunions les fatiguent donc faire une enquête la deuxième chose c'est être exemplaire ce qui n'est pas être parfait,

  • Flaubert

    puisqu'on n'est jamais parfait mais être exemplaire C'est ?

  • Louis

    C'est le progrès, c'est par exemple être exemplaire C'est finir toute réunion en disant Qu'est-ce qu'on a pensé de ce qu'on vient de faire ? Oser justement, en étant Sécurité psychologique, oser demander Du feedback aux gens, qu'est-ce qui s'est bien passé ? Qu'est-ce qu'on fera mieux la prochaine fois ?

  • Flaubert

    C'est commencer à l'heure et finir à l'heure C'est aussi la ponctualité

  • Louis

    Et puis c'est Pour chaque sujet avoir un objectif Un résultat attendu Donc déjà, je pense que si les RH s'intéressent à ça, il faut qu'ils soient exemplaires. Ensuite, faire des enquêtes, et ensuite imaginer quels seraient les quelques principes fondamentaux sur lesquels on serait prêt à engager l'organisation. Les minimums de chez minimum. Et en veillant à ce que ce soit pris, récupéré, personnalisé ou personnifié par les membres du comité de direction. Parce que ça aussi, c'est essentiel. L'exemplarité. Partout où j'ai eu, entre guillemets, des succès de transformation des pratiques, c'est lorsque les patrons s'y sont mis.

  • Flaubert

    Le sponsoring, en effet. L'exemplarité, il fait que le top management se saisit du sujet et en effet, ça part du haut et puis ça descend. Ça, c'est fondamental, oui. Donc, arriver aussi à convaincre. Le top management de la démarche et du fait de dire, ok, les réunions, il faut qu'on les travaille autrement, et voilà, il y a une exemplarité à avoir, etc. C'est un vrai sujet, oui.

  • Louis

    Moi, une équipe, j'adore, ça s'est très bien passé, c'est dans une grande assurance, le patron m'a fait confiance, il avait un chief of staff, donc quelqu'un qui l'accompagne, ben la réunion se terminait à 20h, 21h, maintenant elle se termine toute à 17h. Oui. mais il y a moins de sujets, il n'y a que des sujets où il y a un besoin et ce n'est pas simplement le défilé où chacun va raconter ses histoires pour se faire valoir.

  • Flaubert

    Et j'imagine que celles et ceux qui sortent de ces réunions-là ne sont pas fatigués, mais à un moment donné le but c'est rebooster aussi je sais où je vais, j'ai mes éléments j'ai la trajectoire et puis j'ai l'énergie, ça me donne plutôt envie qu'autre chose.

  • Louis

    Je rajoute juste un truc, une réunion en fait ça a juste deux objectifs de la clarté sur ce qu'il y a à faire et l'envie de le faire. La bonne réunion, je sais ce qu'il y a à faire, que je sois le chef, le sous-chef ou n'importe qui, et j'ai envie de le faire. On m'a donné envie de le faire, on m'a réexpliqué le sens. C'est juste ça.

  • Flaubert

    Ok, un livre que tu emmènerais sur une île déserte, alors parle de tes livres, c'est le moment. Ah si, si, si.

  • Louis

    Non mais je ne les emmènerais pas sur une île déserte.

  • Flaubert

    Mais oui, moi je les emmène bien, on ne se dit pas besoin.

  • Louis

    Non, j'ai... Bon, j'ai écrit un bouquin en 2022 qui a été traduit en 2023 en anglais, qui s'appelle La réunionite, ça suffit. Meeting it is, stop it. Et donc, j'ai rassemblé dans un bouquin qui est en 90 minutes des questions simples pour gérer des réunions. Donc, qu'est-ce que j'attends de la réunion ? De qui j'ai besoin ? Comment va chacun ? Ainsi de suite. Donc j'essaie de structurer ce livre sur des questions extrêmement simples. Alors j'ai eu de la chance, j'ai fait appel à Gaps qui a bien voulu l'illustrer donc en plus il y a un petit peu de fun. Et auparavant, quand j'ai quitté le groupe Danone, j'avais pris le temps d'écrire un petit bouquin sur les 15 astuces pour apporter le bonheur au travail et au-delà, donc des gestes de management de base. Donc je continue à utiliser ce bouquin quand je fais des conférences dans des grandes écoles etc. sur Oui, oui, on peut être heureux au boulot, sous réserve de prendre quelques petites mesures. Mais après, à ta question, qu'est-ce que j'emmènerais comme bouquin ? Alors, j'ai dit à mon épouse, j'emmènerais un Moleskine. Elle m'a dit, il n'y a rien dedans. Mais justement, pour écrire. Elle m'a dit, oui, mais ce n'est pas un livre. Donc en fait, j'ai pensé à un livre, j'adore Jack London, donc le double de la pléiade romans et nouvelles de Jack London, c'est quand même assez intéressant. sur l'individu, la manière à laquelle il a remis en scène sa vie.

  • Flaubert

    D'accord. Ton bouquin, La Réunionite, ça suffit ?

  • Louis

    On le trouve partout, je veux dire, sur les plateformes, à la FNAC,

  • Flaubert

    etc. Et donc, on le lit en 90 minutes et on peut gérer ses réunions différemment. Absolument. C'est un bon investissement.

  • Louis

    Oui, je pense que c'est un bon investissement. Et surtout, il faut acheter trois marqueurs, trois surligneurs. Un vert, un jaune et un rouge ou un orange. Donc le vert, on souligne, je le fais déjà. le jaune, je vais essayer et le rouge, il faut que j'en parle à mon chef j'adore ok ok,

  • Flaubert

    super allez, dernière question, est-ce que tu aurais une personne à me recommander pour un prochain épisode toujours autour des RH et du management

  • Louis

    Il y a deux personnes à qui je pense. Il y a une première personne, elle s'appelle Julie Danktran. Elle est aujourd'hui la directrice générale d'une boutique qui s'appelle EpiSaveur, qui est une filiale du groupe Pomona, mais auparavant elle était directrice générale de Manute en France, et auparavant elle était chez HP, donc elle a une culture assez internationale. Et pour moi c'est le modèle du leadership au féminin. Ok, génial. Et elle a un talent unique. pour transformer ses équipes, pour transformer les organisations, et en étant vraiment, en utilisant les personnes, tous leurs talents, etc. Alors en plus, c'est une bonne cliente, c'est-à-dire que j'ai aidé Manu Tan, maintenant j'aide EpiSaver. Puis il y a une deuxième personne, moi, qui serait vraiment intéressant, c'est un consultant, il s'appelle Philippe Bazin, il a longtemps travaillé chez Krauthammer, il est chez Krauthammer, et il a développé un savoir-faire dans débloquer les situations bloquées. Et donc, il utilise des techniques un petit peu originales, qui touchent à l'individu, au collectif, à tout ce qui est quasiment vibratoire entre les individus, et il apporte des solutions sur des situations bloquées. Et il aide aussi des organisations à passer des caps, en fait. les individus ou des organisations à passer des caps. Donc c'est quelqu'un qui a une approche extrêmement originale, très décalée de tout ce que l'on peut entendre sur le management un peu traditionnel, et je trouve que ça pourrait être intéressant que tu le sollicites, Philippe Bazin.

  • Flaubert

    Eh bien, merci beaucoup, merci pour tout ce que tu as donné dans cet épisode, et je pense que toutes les personnes qui vont écouter cet épisode ne verront plus les réunions comme avant, et si ça peut contribuer à monter un peu le curseur des réunions, On aura réussi notre coup. Voilà. Merci beaucoup, Louis. Et puis, à bientôt.

  • Louis

    A bientôt, Flaubert. Merci. Au

  • Flaubert

    Merci d'avoir écouté cet épisode de 13e mois. S'il vous a été utile, partagez-le à votre entourage RH pour qu'il les aide à leur tour. Et puisqu'on y est, mettez une note 5 étoiles et un petit commentaire pour que ce podcast puisse profiter à un maximum d'acteurs de la communauté RH. Pour recevoir encore plus de ressources sur le secteur des RH, c'est simple, abonnez-vous à ma newsletter, le lien est en description de l'épisode. Et pour finir, si vous avez des besoins en recrutement ou en coaching, la Manufacture RH se fera un plaisir de vous accompagner il vous suffit de me contacter directement sur LinkedIn je vous dis à bientôt pour un nouvel épisode

Share

Embed

You may also like