Christophe Audouin, intrapreneur chez Danone et DG Les 2 Vaches cover
Christophe Audouin, intrapreneur chez Danone et DG Les 2 Vaches cover
#Intrapreneurs4Good

Christophe Audouin, intrapreneur chez Danone et DG Les 2 Vaches

Christophe Audouin, intrapreneur chez Danone et DG Les 2 Vaches

26min |28/02/2019
Listen
Christophe Audouin, intrapreneur chez Danone et DG Les 2 Vaches cover
Christophe Audouin, intrapreneur chez Danone et DG Les 2 Vaches cover
#Intrapreneurs4Good

Christophe Audouin, intrapreneur chez Danone et DG Les 2 Vaches

Christophe Audouin, intrapreneur chez Danone et DG Les 2 Vaches

26min |28/02/2019
Listen

Description

Dans ce podcast vous découvrirez Christophe Audouin, directeur général de Les Prés Rient Bio. Il y a 13 ans, Christophe a créé la marque Les 2 Vaches, filiale de Danone, qu’il a montée sous forme de projet intrapreneurial. L'objectif était de valoriser les produits laitiers biologiques à une époque où l’agriculture bio était moins connue. Son témoignage est passionnant pour comprendre comment l’intrapreneuriat peut permettre de prototyper de nouveaux business model capables de devenir ensuite des entités à part entières.

Pour vous faciliter l'écoute, nous avons découpé ce podcast en plusieurs chapitres :

00:00 – L’intrapreneuriat pour oser un nouveau business model
« C’est probablement la chose la plus fondamentale qui explique le succès de Les 2 Vaches sur le marché : un parti pris d’organisation consistant, sans trop le savoir à l’époque, à ouvrir une entreprise intrapreneuriale chez Danone. »

4:19 – Le déclic : l’intrapreneuriat qui sensibilise au 4Good
« Ma conviction s'est renforcée peu à peu, au gré des rencontres, des événements personnels et professionnels. Je me suis rendu compte qu’à partir d’un modèle d’activité lucratif, on pouvait aussi changer le monde, tout du moins celui qu’on maîtrise à travers notre activité. »

6:20 – Intraprendre pour plus d’impact
« J'ai vraiment compris l’impact positif ou négatif des choix que l'on peut faire en tant que chef d’entreprise et pas seulement chef de projet. On se sent bien plus responsable quand on est intrapreneur, quand on gère un business. »

8:13 – Un cheminement vers l’intrapreneuriat
« Devenir intrapreneur était le meilleur choix possible pour moi : ça me permettait d’entreprendre en étant toujours dans le cadre d’une grande entreprise, avec, il faut l’avouer, une certaine forme de confort, de l’excellence dans un certain nombre de sujets, notamment pour tout ce qui touche à l’exécution, les fonctions support, et à côté de ça, un mandat et une autonomie très forts, pratiquement dignes d’un entrepreneur. »

12:19 – Un nouveau modèle économique qui a du sens
« J’ai fait de l’intrapreneuriat pour l’intrapreneuriat ; je n’avais pas réalisé à l’époque ce que ça pouvait vraiment apporter à l’entreprise. J’avais compris ce que ça pouvait m’apporter à moi : une possibilité d’être plus autonome, plus libre, d’aller au bout de ce que j’avais envie de faire. »

16:46 – Convaincre par l’action
« Il y a deux façons de ruisseler dans les entreprises comme Danone :
1. Faire en sorte que notre modèle en tant que tel et le mindset de l’entreprise soient copiés-collés sur d’autres types d’entreprises.
2. Promouvoir ce qu’on arrive à faire, notre rôle de pionnier et de lab pour permettre à Danone d’infuser, de récupérer un certain nombre de labs, à tous les niveaux. »

21:42 – L’intrapreneuriat 4Good pour changer de modèle
« Je me vis comme quelqu’un qui a la possibilité, avec mes décisions, de changer et améliorer le modèle existant. Il faut aussi veiller à ce que ce que l'on a mis en place perdure, évolue, s’adapte au Groupe et à son environnement. Il faut se battre pour cette organisation particulière car elle permet réellement de changer les choses et bien sûr d’infuser en interne. »

22:57 - Des conseils ? Avoir l’envie et une bonne gouvernance
« Il ne faut jamais se censurer, il ne faut pas hésiter à lever la main pour dire « j’ai une envie, j’ai un projet ». Il n'y a pas besoin d'attendre le bon moment, le bon moment c’est quand on a envie de le faire. »
« Je recommande de discuter autant le fond du projet que les conditions et la gouvernance du projet. C’est illusoire de croire que l’on peut se lancer sans avoir stabilisé la pérennité et la durabilité du projet intrapreneurial. »

Rejoignez le mouvement #Intrapreneurs4Good sur Twitter twitter.com/Intra4Good et Instagram instagram.co...

Description

Dans ce podcast vous découvrirez Christophe Audouin, directeur général de Les Prés Rient Bio. Il y a 13 ans, Christophe a créé la marque Les 2 Vaches, filiale de Danone, qu’il a montée sous forme de projet intrapreneurial. L'objectif était de valoriser les produits laitiers biologiques à une époque où l’agriculture bio était moins connue. Son témoignage est passionnant pour comprendre comment l’intrapreneuriat peut permettre de prototyper de nouveaux business model capables de devenir ensuite des entités à part entières.

Pour vous faciliter l'écoute, nous avons découpé ce podcast en plusieurs chapitres :

00:00 – L’intrapreneuriat pour oser un nouveau business model
« C’est probablement la chose la plus fondamentale qui explique le succès de Les 2 Vaches sur le marché : un parti pris d’organisation consistant, sans trop le savoir à l’époque, à ouvrir une entreprise intrapreneuriale chez Danone. »

4:19 – Le déclic : l’intrapreneuriat qui sensibilise au 4Good
« Ma conviction s'est renforcée peu à peu, au gré des rencontres, des événements personnels et professionnels. Je me suis rendu compte qu’à partir d’un modèle d’activité lucratif, on pouvait aussi changer le monde, tout du moins celui qu’on maîtrise à travers notre activité. »

6:20 – Intraprendre pour plus d’impact
« J'ai vraiment compris l’impact positif ou négatif des choix que l'on peut faire en tant que chef d’entreprise et pas seulement chef de projet. On se sent bien plus responsable quand on est intrapreneur, quand on gère un business. »

8:13 – Un cheminement vers l’intrapreneuriat
« Devenir intrapreneur était le meilleur choix possible pour moi : ça me permettait d’entreprendre en étant toujours dans le cadre d’une grande entreprise, avec, il faut l’avouer, une certaine forme de confort, de l’excellence dans un certain nombre de sujets, notamment pour tout ce qui touche à l’exécution, les fonctions support, et à côté de ça, un mandat et une autonomie très forts, pratiquement dignes d’un entrepreneur. »

12:19 – Un nouveau modèle économique qui a du sens
« J’ai fait de l’intrapreneuriat pour l’intrapreneuriat ; je n’avais pas réalisé à l’époque ce que ça pouvait vraiment apporter à l’entreprise. J’avais compris ce que ça pouvait m’apporter à moi : une possibilité d’être plus autonome, plus libre, d’aller au bout de ce que j’avais envie de faire. »

16:46 – Convaincre par l’action
« Il y a deux façons de ruisseler dans les entreprises comme Danone :
1. Faire en sorte que notre modèle en tant que tel et le mindset de l’entreprise soient copiés-collés sur d’autres types d’entreprises.
2. Promouvoir ce qu’on arrive à faire, notre rôle de pionnier et de lab pour permettre à Danone d’infuser, de récupérer un certain nombre de labs, à tous les niveaux. »

21:42 – L’intrapreneuriat 4Good pour changer de modèle
« Je me vis comme quelqu’un qui a la possibilité, avec mes décisions, de changer et améliorer le modèle existant. Il faut aussi veiller à ce que ce que l'on a mis en place perdure, évolue, s’adapte au Groupe et à son environnement. Il faut se battre pour cette organisation particulière car elle permet réellement de changer les choses et bien sûr d’infuser en interne. »

22:57 - Des conseils ? Avoir l’envie et une bonne gouvernance
« Il ne faut jamais se censurer, il ne faut pas hésiter à lever la main pour dire « j’ai une envie, j’ai un projet ». Il n'y a pas besoin d'attendre le bon moment, le bon moment c’est quand on a envie de le faire. »
« Je recommande de discuter autant le fond du projet que les conditions et la gouvernance du projet. C’est illusoire de croire que l’on peut se lancer sans avoir stabilisé la pérennité et la durabilité du projet intrapreneurial. »

Rejoignez le mouvement #Intrapreneurs4Good sur Twitter twitter.com/Intra4Good et Instagram instagram.co...

Share

Embed

You may also like

Description

Dans ce podcast vous découvrirez Christophe Audouin, directeur général de Les Prés Rient Bio. Il y a 13 ans, Christophe a créé la marque Les 2 Vaches, filiale de Danone, qu’il a montée sous forme de projet intrapreneurial. L'objectif était de valoriser les produits laitiers biologiques à une époque où l’agriculture bio était moins connue. Son témoignage est passionnant pour comprendre comment l’intrapreneuriat peut permettre de prototyper de nouveaux business model capables de devenir ensuite des entités à part entières.

Pour vous faciliter l'écoute, nous avons découpé ce podcast en plusieurs chapitres :

00:00 – L’intrapreneuriat pour oser un nouveau business model
« C’est probablement la chose la plus fondamentale qui explique le succès de Les 2 Vaches sur le marché : un parti pris d’organisation consistant, sans trop le savoir à l’époque, à ouvrir une entreprise intrapreneuriale chez Danone. »

4:19 – Le déclic : l’intrapreneuriat qui sensibilise au 4Good
« Ma conviction s'est renforcée peu à peu, au gré des rencontres, des événements personnels et professionnels. Je me suis rendu compte qu’à partir d’un modèle d’activité lucratif, on pouvait aussi changer le monde, tout du moins celui qu’on maîtrise à travers notre activité. »

6:20 – Intraprendre pour plus d’impact
« J'ai vraiment compris l’impact positif ou négatif des choix que l'on peut faire en tant que chef d’entreprise et pas seulement chef de projet. On se sent bien plus responsable quand on est intrapreneur, quand on gère un business. »

8:13 – Un cheminement vers l’intrapreneuriat
« Devenir intrapreneur était le meilleur choix possible pour moi : ça me permettait d’entreprendre en étant toujours dans le cadre d’une grande entreprise, avec, il faut l’avouer, une certaine forme de confort, de l’excellence dans un certain nombre de sujets, notamment pour tout ce qui touche à l’exécution, les fonctions support, et à côté de ça, un mandat et une autonomie très forts, pratiquement dignes d’un entrepreneur. »

12:19 – Un nouveau modèle économique qui a du sens
« J’ai fait de l’intrapreneuriat pour l’intrapreneuriat ; je n’avais pas réalisé à l’époque ce que ça pouvait vraiment apporter à l’entreprise. J’avais compris ce que ça pouvait m’apporter à moi : une possibilité d’être plus autonome, plus libre, d’aller au bout de ce que j’avais envie de faire. »

16:46 – Convaincre par l’action
« Il y a deux façons de ruisseler dans les entreprises comme Danone :
1. Faire en sorte que notre modèle en tant que tel et le mindset de l’entreprise soient copiés-collés sur d’autres types d’entreprises.
2. Promouvoir ce qu’on arrive à faire, notre rôle de pionnier et de lab pour permettre à Danone d’infuser, de récupérer un certain nombre de labs, à tous les niveaux. »

21:42 – L’intrapreneuriat 4Good pour changer de modèle
« Je me vis comme quelqu’un qui a la possibilité, avec mes décisions, de changer et améliorer le modèle existant. Il faut aussi veiller à ce que ce que l'on a mis en place perdure, évolue, s’adapte au Groupe et à son environnement. Il faut se battre pour cette organisation particulière car elle permet réellement de changer les choses et bien sûr d’infuser en interne. »

22:57 - Des conseils ? Avoir l’envie et une bonne gouvernance
« Il ne faut jamais se censurer, il ne faut pas hésiter à lever la main pour dire « j’ai une envie, j’ai un projet ». Il n'y a pas besoin d'attendre le bon moment, le bon moment c’est quand on a envie de le faire. »
« Je recommande de discuter autant le fond du projet que les conditions et la gouvernance du projet. C’est illusoire de croire que l’on peut se lancer sans avoir stabilisé la pérennité et la durabilité du projet intrapreneurial. »

Rejoignez le mouvement #Intrapreneurs4Good sur Twitter twitter.com/Intra4Good et Instagram instagram.co...

Description

Dans ce podcast vous découvrirez Christophe Audouin, directeur général de Les Prés Rient Bio. Il y a 13 ans, Christophe a créé la marque Les 2 Vaches, filiale de Danone, qu’il a montée sous forme de projet intrapreneurial. L'objectif était de valoriser les produits laitiers biologiques à une époque où l’agriculture bio était moins connue. Son témoignage est passionnant pour comprendre comment l’intrapreneuriat peut permettre de prototyper de nouveaux business model capables de devenir ensuite des entités à part entières.

Pour vous faciliter l'écoute, nous avons découpé ce podcast en plusieurs chapitres :

00:00 – L’intrapreneuriat pour oser un nouveau business model
« C’est probablement la chose la plus fondamentale qui explique le succès de Les 2 Vaches sur le marché : un parti pris d’organisation consistant, sans trop le savoir à l’époque, à ouvrir une entreprise intrapreneuriale chez Danone. »

4:19 – Le déclic : l’intrapreneuriat qui sensibilise au 4Good
« Ma conviction s'est renforcée peu à peu, au gré des rencontres, des événements personnels et professionnels. Je me suis rendu compte qu’à partir d’un modèle d’activité lucratif, on pouvait aussi changer le monde, tout du moins celui qu’on maîtrise à travers notre activité. »

6:20 – Intraprendre pour plus d’impact
« J'ai vraiment compris l’impact positif ou négatif des choix que l'on peut faire en tant que chef d’entreprise et pas seulement chef de projet. On se sent bien plus responsable quand on est intrapreneur, quand on gère un business. »

8:13 – Un cheminement vers l’intrapreneuriat
« Devenir intrapreneur était le meilleur choix possible pour moi : ça me permettait d’entreprendre en étant toujours dans le cadre d’une grande entreprise, avec, il faut l’avouer, une certaine forme de confort, de l’excellence dans un certain nombre de sujets, notamment pour tout ce qui touche à l’exécution, les fonctions support, et à côté de ça, un mandat et une autonomie très forts, pratiquement dignes d’un entrepreneur. »

12:19 – Un nouveau modèle économique qui a du sens
« J’ai fait de l’intrapreneuriat pour l’intrapreneuriat ; je n’avais pas réalisé à l’époque ce que ça pouvait vraiment apporter à l’entreprise. J’avais compris ce que ça pouvait m’apporter à moi : une possibilité d’être plus autonome, plus libre, d’aller au bout de ce que j’avais envie de faire. »

16:46 – Convaincre par l’action
« Il y a deux façons de ruisseler dans les entreprises comme Danone :
1. Faire en sorte que notre modèle en tant que tel et le mindset de l’entreprise soient copiés-collés sur d’autres types d’entreprises.
2. Promouvoir ce qu’on arrive à faire, notre rôle de pionnier et de lab pour permettre à Danone d’infuser, de récupérer un certain nombre de labs, à tous les niveaux. »

21:42 – L’intrapreneuriat 4Good pour changer de modèle
« Je me vis comme quelqu’un qui a la possibilité, avec mes décisions, de changer et améliorer le modèle existant. Il faut aussi veiller à ce que ce que l'on a mis en place perdure, évolue, s’adapte au Groupe et à son environnement. Il faut se battre pour cette organisation particulière car elle permet réellement de changer les choses et bien sûr d’infuser en interne. »

22:57 - Des conseils ? Avoir l’envie et une bonne gouvernance
« Il ne faut jamais se censurer, il ne faut pas hésiter à lever la main pour dire « j’ai une envie, j’ai un projet ». Il n'y a pas besoin d'attendre le bon moment, le bon moment c’est quand on a envie de le faire. »
« Je recommande de discuter autant le fond du projet que les conditions et la gouvernance du projet. C’est illusoire de croire que l’on peut se lancer sans avoir stabilisé la pérennité et la durabilité du projet intrapreneurial. »

Rejoignez le mouvement #Intrapreneurs4Good sur Twitter twitter.com/Intra4Good et Instagram instagram.co...

Share

Embed

You may also like