Episode 3 : Violentées cover
Episode 3 : Violentées cover
Regarde Moi Bien

Episode 3 : Violentées

Episode 3 : Violentées

20min |08/04/2021
Listen
Episode 3 : Violentées cover
Episode 3 : Violentées cover
Regarde Moi Bien

Episode 3 : Violentées

Episode 3 : Violentées

20min |08/04/2021
Listen

Description

EPISODE 3 : VIOLENTÉES 

Chaque année en France, près de 220 000 femmes sont victimes de violences physiques ou sexuelles commises par leur ancien ou actuel partenaire. En moyenne, 150 en meurent chaque année. 16% de femmes subissent des viols et des tentatives de viols ; 94 000 femmes sont effectivement violées chaque année.

Les restrictions de mouvement liées au confinement ont entraîné une hausse accablante des violences  domestiques :   les  interventions  des  forces  de  l’ordre au  domicile  pour  violences  conjugales  ont  augmenté  de  plus  de  30%  au  premier  confinement,  les  signalements de plus de 40%. 

Alors que le tabou se lève sur les violences intrafamiliales, avec #MeTooInceste notamment, on s’interroge sur le regain de violence physique, sexuelle, et psychique qu’a pu engendrer le retour forcé à la sphère domestique en temps de Covid. 

Pour mieux comprendre ces phénomènes, et pour connaître des modalités d’accueil des femmes victimes de violence en France, nous sommes allées à la rencontre de Brigitte Chabert, directrice générale de l’association Du côté des femmes et présidente de l'Union Régionale Solidarité Femmes Ile-de-France. 

Depuis un an, l’accueil des femmes victimes de violence a été bousculé, malmené, ou parfois au contraire mieux pris en charge du fait d’une plus grande conscience de l’urgence des situations. 

Pour autant, le chemin des femmes victimes de violence ne s’arrête pas là. La justice peut être un véritable “parcours de la combattante”. 

Zoë Royaux, avocate pénaliste et porte-parole de la Fondation des femmes, explique les enjeux et lacunes de la couverture judiciaire et juridique autour des violences sexuelles. 

--> Enquête Cadre de vie et sécurité : chaque année entre 2011 et 2017, 235.000 personnes âgées de 18 à 76 ans sont victimes de violences sexuelles. 

Le taux de classements sans suite en matière de violences sexuelles est de plus de 60%. La durée moyenne de procédures d’instructions en matière de violences sexuelles est de 29 mois. (Données Infostat Justice)

Selon l’observatoire national des violences faites aux femmes, il y a 220.000 femmes victimes de violences conjugales et moins d’1 sur 5 porte plainte. Il y a eu 146 féminicides en 2019.

Selon l’observatoire de la délinquance et des réponses pénales, 78% des personnes qui se déclarent victimes de violences sexuelles ne se déplacent pas au commissariat ou en gendarmerie pour dénoncer les faits. 

Description

EPISODE 3 : VIOLENTÉES 

Chaque année en France, près de 220 000 femmes sont victimes de violences physiques ou sexuelles commises par leur ancien ou actuel partenaire. En moyenne, 150 en meurent chaque année. 16% de femmes subissent des viols et des tentatives de viols ; 94 000 femmes sont effectivement violées chaque année.

Les restrictions de mouvement liées au confinement ont entraîné une hausse accablante des violences  domestiques :   les  interventions  des  forces  de  l’ordre au  domicile  pour  violences  conjugales  ont  augmenté  de  plus  de  30%  au  premier  confinement,  les  signalements de plus de 40%. 

Alors que le tabou se lève sur les violences intrafamiliales, avec #MeTooInceste notamment, on s’interroge sur le regain de violence physique, sexuelle, et psychique qu’a pu engendrer le retour forcé à la sphère domestique en temps de Covid. 

Pour mieux comprendre ces phénomènes, et pour connaître des modalités d’accueil des femmes victimes de violence en France, nous sommes allées à la rencontre de Brigitte Chabert, directrice générale de l’association Du côté des femmes et présidente de l'Union Régionale Solidarité Femmes Ile-de-France. 

Depuis un an, l’accueil des femmes victimes de violence a été bousculé, malmené, ou parfois au contraire mieux pris en charge du fait d’une plus grande conscience de l’urgence des situations. 

Pour autant, le chemin des femmes victimes de violence ne s’arrête pas là. La justice peut être un véritable “parcours de la combattante”. 

Zoë Royaux, avocate pénaliste et porte-parole de la Fondation des femmes, explique les enjeux et lacunes de la couverture judiciaire et juridique autour des violences sexuelles. 

--> Enquête Cadre de vie et sécurité : chaque année entre 2011 et 2017, 235.000 personnes âgées de 18 à 76 ans sont victimes de violences sexuelles. 

Le taux de classements sans suite en matière de violences sexuelles est de plus de 60%. La durée moyenne de procédures d’instructions en matière de violences sexuelles est de 29 mois. (Données Infostat Justice)

Selon l’observatoire national des violences faites aux femmes, il y a 220.000 femmes victimes de violences conjugales et moins d’1 sur 5 porte plainte. Il y a eu 146 féminicides en 2019.

Selon l’observatoire de la délinquance et des réponses pénales, 78% des personnes qui se déclarent victimes de violences sexuelles ne se déplacent pas au commissariat ou en gendarmerie pour dénoncer les faits. 

Share

Embed

You may also like

Description

EPISODE 3 : VIOLENTÉES 

Chaque année en France, près de 220 000 femmes sont victimes de violences physiques ou sexuelles commises par leur ancien ou actuel partenaire. En moyenne, 150 en meurent chaque année. 16% de femmes subissent des viols et des tentatives de viols ; 94 000 femmes sont effectivement violées chaque année.

Les restrictions de mouvement liées au confinement ont entraîné une hausse accablante des violences  domestiques :   les  interventions  des  forces  de  l’ordre au  domicile  pour  violences  conjugales  ont  augmenté  de  plus  de  30%  au  premier  confinement,  les  signalements de plus de 40%. 

Alors que le tabou se lève sur les violences intrafamiliales, avec #MeTooInceste notamment, on s’interroge sur le regain de violence physique, sexuelle, et psychique qu’a pu engendrer le retour forcé à la sphère domestique en temps de Covid. 

Pour mieux comprendre ces phénomènes, et pour connaître des modalités d’accueil des femmes victimes de violence en France, nous sommes allées à la rencontre de Brigitte Chabert, directrice générale de l’association Du côté des femmes et présidente de l'Union Régionale Solidarité Femmes Ile-de-France. 

Depuis un an, l’accueil des femmes victimes de violence a été bousculé, malmené, ou parfois au contraire mieux pris en charge du fait d’une plus grande conscience de l’urgence des situations. 

Pour autant, le chemin des femmes victimes de violence ne s’arrête pas là. La justice peut être un véritable “parcours de la combattante”. 

Zoë Royaux, avocate pénaliste et porte-parole de la Fondation des femmes, explique les enjeux et lacunes de la couverture judiciaire et juridique autour des violences sexuelles. 

--> Enquête Cadre de vie et sécurité : chaque année entre 2011 et 2017, 235.000 personnes âgées de 18 à 76 ans sont victimes de violences sexuelles. 

Le taux de classements sans suite en matière de violences sexuelles est de plus de 60%. La durée moyenne de procédures d’instructions en matière de violences sexuelles est de 29 mois. (Données Infostat Justice)

Selon l’observatoire national des violences faites aux femmes, il y a 220.000 femmes victimes de violences conjugales et moins d’1 sur 5 porte plainte. Il y a eu 146 féminicides en 2019.

Selon l’observatoire de la délinquance et des réponses pénales, 78% des personnes qui se déclarent victimes de violences sexuelles ne se déplacent pas au commissariat ou en gendarmerie pour dénoncer les faits. 

Description

EPISODE 3 : VIOLENTÉES 

Chaque année en France, près de 220 000 femmes sont victimes de violences physiques ou sexuelles commises par leur ancien ou actuel partenaire. En moyenne, 150 en meurent chaque année. 16% de femmes subissent des viols et des tentatives de viols ; 94 000 femmes sont effectivement violées chaque année.

Les restrictions de mouvement liées au confinement ont entraîné une hausse accablante des violences  domestiques :   les  interventions  des  forces  de  l’ordre au  domicile  pour  violences  conjugales  ont  augmenté  de  plus  de  30%  au  premier  confinement,  les  signalements de plus de 40%. 

Alors que le tabou se lève sur les violences intrafamiliales, avec #MeTooInceste notamment, on s’interroge sur le regain de violence physique, sexuelle, et psychique qu’a pu engendrer le retour forcé à la sphère domestique en temps de Covid. 

Pour mieux comprendre ces phénomènes, et pour connaître des modalités d’accueil des femmes victimes de violence en France, nous sommes allées à la rencontre de Brigitte Chabert, directrice générale de l’association Du côté des femmes et présidente de l'Union Régionale Solidarité Femmes Ile-de-France. 

Depuis un an, l’accueil des femmes victimes de violence a été bousculé, malmené, ou parfois au contraire mieux pris en charge du fait d’une plus grande conscience de l’urgence des situations. 

Pour autant, le chemin des femmes victimes de violence ne s’arrête pas là. La justice peut être un véritable “parcours de la combattante”. 

Zoë Royaux, avocate pénaliste et porte-parole de la Fondation des femmes, explique les enjeux et lacunes de la couverture judiciaire et juridique autour des violences sexuelles. 

--> Enquête Cadre de vie et sécurité : chaque année entre 2011 et 2017, 235.000 personnes âgées de 18 à 76 ans sont victimes de violences sexuelles. 

Le taux de classements sans suite en matière de violences sexuelles est de plus de 60%. La durée moyenne de procédures d’instructions en matière de violences sexuelles est de 29 mois. (Données Infostat Justice)

Selon l’observatoire national des violences faites aux femmes, il y a 220.000 femmes victimes de violences conjugales et moins d’1 sur 5 porte plainte. Il y a eu 146 féminicides en 2019.

Selon l’observatoire de la délinquance et des réponses pénales, 78% des personnes qui se déclarent victimes de violences sexuelles ne se déplacent pas au commissariat ou en gendarmerie pour dénoncer les faits. 

Share

Embed

You may also like